Lausanne

3.3481203007397 (1330)
Posté par hal 03/03/2009 @ 12:21

Tags : lausanne, suisse, europe, international

Dernières actualités
Conflit Fota-FIA > Ferrari avait déjà lancé une procédure contre ... - nouvelobs.com
Le résultat de cet arbitrage, sollicité auprès d'une cour civile à Lausanne (Suisse), n'est pas encore connu, at-on appris auprès de Ferrari. Vendredi, la FIA a annoncé qu'elle allait poursuivre en justice "sans délai" les écuries de Formule 1 (Fota),...
EdF-Donzé: "Que la Fina prenne ses responsabilités" - Sports.fr
DTN depuis six mois d'une natation française emportée, à l'image de toute une discipline par l'incontrôlable lame de fond des combinaisons, Christian Donzé tente de donner le change alors que doit intervenir ce lundi du siège de la Fina, à Lausanne,...
Trains immobilisés sur l'axe Lausanne-Genève - La Côte
Le sort semble s'acharner sur l'axe Lausanne-Genève. Alors que l'autoroute est congestionnée chaque jour suite aux travaux entrepris afin ... Le contenu que vous souhaitez consulter est en accès payant. Si vous êtes déjà abonné à notre site,...
Lausanne jardine sans dessus-dessous - TSR.ch
Lausanne Jardin ou quand la ville se met au vert (au rouge, au jaune...). [Keystone] Lausanne se pare pour l'été d'une trentaine de jardins contemporains. Ces oeuvres d'art paysager essaiment en ville, le long du tracé du métro M2....
Bilan contrasté pour la Fête de la musique: foules à Genève et ... - TSR.ch
Si l'affluence s'est avérée importante à Lausanne et Genève, le bilan est nettement plus morose Neuchâtel. Selon le site Arcinfo.ch, les organisateurs neuchâtelois ont exprimé leur pessimisme et s'attendent à un bilan financier catastrophique....
L'Union des communes vaudoises célèbre avec fastes son centenaire - 24 heures
ANNIVERSAIRE | L'UCV, le lobby historique des villages et villes, a réuni plus de 1800 élus samedi à Lausanne. Une fête qui n'empêche pas ses membres d'être divisés sur deux dossiers chauds: police unique et péréquation financière....
Le bonheur comme unique but - 24 heures
FOOTBALL | La phase finale de Graines de foot s'est tenue samedi à Lausanne avec plus de 500 petits footballeurs heureux. Les équipes pénètrent sur la pelouse. Soudain, l'hymne de la Ligue des champions se met à abreuver le stade. En fermant les yeux,...
CFF: la ligne Lausanne-Genève a été rétablie vendredi vers midi ... - TSR.ch
Après avoir été complètement interrompu vendredi matin pendant plus de deux heures, le trafic CFF entre Genève et Lausanne a repris vers 11h00. Un problème de transformateur électrique à Rolle est à l'origine de la coupure....
Assises : le duo Menaï-Bianco poursuivi pour neuf braquages - Nice-Matin
Les deux autres braquages et la tentative ont été commis en Suisse, à Lausanne. C'est d'ailleurs au cours de leur dernier repérage, en avril 2006, que les deux hommes ont été interpellés par les policiers suisses. Et ces deux « touristes » ont eu du...
Open EDF : La Jaked quand même présente... - Sports.fr
Si l'avenir de la sulfureuse Jaked 01 se joue actuellement à Lausanne, où les discussions de la Fédération internationale (Fina) s'éternisent depuis vendredi - la liste officielle des matériels homologués ne sera publiée que lundi - la firme italienne...

Lausanne

Ville de Lausanne Suisse

Lausanne est la cinquième ville de Suisse, capitale du canton de Vaud et chef-lieu du district de Lausanne. La commune de Lausanne compte 130 721 habitants en fin 2008. Lausanne est le centre de l'agglomération lausannoise, qui compte 317 020 habitants selon l'OFS. Il s'agit d'un centre important pour la culture, le sport, l'économie et la formation ainsi qu'une plaque tournante des transports publics avec la Suisse de l'Ouest. En outre, Lausanne est la capitale olympique, où réside le siège du Comité international olympique (CIO).

Dans les langues nationales suisses, Lausanne s'écrit aussi Lausanne en allemand (anciennement Losanen) et Losanna en italien et en romanche.

Lausanne se situe sur un site en pente qui descend depuis les collines du plateau suisse jusqu'à la rive nord du lac Léman. Elle est peuplée de 130 721 habitants (317 020 avec l'agglomération). Quatre rivières la traversent : le Flon, la Louve, la Vuachère et le Riolet. Les deux premières sont aujourd'hui enterrées et se rejoignent sous terre au centre-ville pour aller se jeter dans le lac.

Le centre de la capitale vaudoise est bâtie sur trois collines : la Cité, le Bourg et Saint-Laurent, reliées entre elles par quelques ponts tels que le Grand Pont, le pont Bessières (où un deuxième pont, sous le pont Bessières, a été construit, pour faire passer le nouveau métro de Lausanne M2) et le pont Chauderon. La ville s'étend sur un dénivelé de plus de 500 mètres, du port d'Ouchy (374 m) au Chalet-à-Gobet (873 m), en passant par le centre-ville (495 m), l'aérodrome de la Blécherette (600 m) et le bois de Sauvabelin (640 m).

La commune couvre une superficie totale de 41,37 km², comprenant le secteur sud du centre-ville, une enclave au nord-ouest entre les communes de Cheseaux et de Romanel ainsi que le prolongement nord-est entourant la commune d'Epalinges. La partie principale s'étend entre la rivière Vuachère (à l'est), la Chamberonne (à l'ouest) et le bord du lac Léman au Sud. Depuis le bord du lac, la ville s'étend vers le nord en terrasses, le centre s'étend depuis Chaudron jusqu'à Caroline en passant par le quartier du Flon et de la gare jusqu'à la place de la Riponne, puis jusqu'aux quartiers nord de la ville (Blécherette, Bellevaux, Montolieu et Vennes).

De cette zone principale de la commune, s'étend vers le nord-est depuis le quartier de Praz-Séchaud une étroite bande longeant les communes d'Epalinges et de Savigny jusqu'au pied du Jorat. Là-bas se trouve le col du Chalet-à-Gobet (873m) où passe la N1 Lausanne-Berne. Dans les environs, principalement composés de forêts se trouvent notamment le Chalet des Enfants, le Chalet Boverat et l'École hôtelière de Lausanne. Le plus haut point de la commune de Lausanne, également le plus haut du Jorat, culmine à 929 m.

La banlieue lausannoise part à l'est de Pully et s'étend à l'ouest jusqu'à Morges en passant par Renens, Chavannes-près-Renens, Ecublens, Préverenges, St-Sulpice, Prilly, Crissier, Bussigny.

En outre, Lausanne possède une enclave dans le secteur de Vernand. Elle est délimitée au nord et à l'ouest par la vallée de la Mèbre (un affluent de la Chamberonne) et comprend notamment le Bois de Vernand ainsi que la zone industrielle de Vernand. Romanel, Cheseaux Jouxtens-Mézery forme la partie nord de la banlieu lausannoise.

Dans la surface communale de Lausanne (est. 1997), il y a 42,9% d'agglomération, 39,6% de forêts et endroits de verdure, 17,3% de campagne et 0,2% de région improductive.

La ville de Lausanne était déjà peuplée au IVe millénaire av. J.-C. Un vicus gallo-romain nommé Lousonna est fondé à partir de 15 av. J.-C. dans le secteur actuel du quartier de Vidy. À la croisée de nombreuses voies de communication, celui-ci s'étend jusqu'au milieu du IIIe siècle, puis il commence à décliner lors des invasions germaniques et est finalement abandonné au milieu du IVe siècle au profit de la colline de la cité.

Lausanne est une des étapes de la Via Francigena, chemin de pèlerinage menant à Rome. Elle est mentionnée à ce titre par Sigéric, en 990, avec la mention LIV Losanna (numéro d'étape en partant de Rome).

En 1536, les Bernois prennent la ville en même temps que le reste du canton de Vaud. L'évêque, Sébastien de Montfalcon, fuit la ville, qui n'est plus un évêché depuis.

Entre le 16 juin et le 9 juillet 1932, s'est tenu la conférence de Lausanne.

En 1964, s'est tenu l'Exposition nationale suisse de 1964.

La ville de Lausanne dispose d'un législatif, le Conseil communal, doté de 100 membres, et d'un exécutif, la Municipalité, comptant sept membres. Le législatif est élu au système proportionnel et l'exécutif au système majoritaire à deux tours.

Lausanne a connu une première municipalité de gauche (1934–1937) avec le socialiste Arthur Maret en tant que syndic puis de 1946 à 1949 avec Pierre Graber. La droite est revenue au pouvoir en 1938 avec les radicaux Jules-Henri Addor et avec Jean Peitrequin en 1950, Georges-André Chevallaz en 1958, Jean-Pascal Delamuraz en 1974 et Paul-René Martin en 1981 comme syndics. La gauche a repris le contrôle de la municipalité en 1989 (élections d'octobre et novembre) avec comme syndics les socialistes Yvette Jaggi (1990) et Jean-Jacquis Schilt (1998) puis le Vert modéré Daniel Brélaz (2002 et 2006, chaque fois au premier tour, a également été élu au Conseil national à Berne le 21 oct.2007). Graber, Chevallaz et Delamuraz ont ensuite siégé au Conseil fédéral.

Lors des élections communales de mars 2006, la gauche a été confortée dans ses positions. Elle occupe désormais six des sept sièges à la municipalité, contre quatre seulement lors de la législature précédente. Ils sont désormais occupés comme suit : trois membres du Parti socialiste, deux membres des Verts, un membre du Parti ouvrier populaire et un membre du Parti radical-démocratique.

Depuis 1990, la population de la commune est restée assez stable, de 127 515 en 1990 à 127 498 en 2005, en descendant au plus bas en 1997 à 123 295 habitants, le 31 décembre 2006 la population est passée à 128 231, 364 jours plus tard; le 30 décembre 2007, la population était de 129 429. On peut donc observer un léger retour des habitants vers le centre ville.

Le sobriquet des Lausannois est « Lè Tâta-Dzenelye », signifiant les tâte-poules .

Il y a actuellement des recherches pour le Projet d'agglomération Lausanne-Morges (PALM), qui vise une diminution de l'étalement urbain de l'agglomération, une augmentation de la population vers l'ouest déjà construit, et une diminution du trafic routier. Si le projet réussi, les 40 000 habitants et 30 000 emplois attendus dans l'agglomération devraient être dans des zones peu polluées, avec des transports en communs, etc.

À Lausanne et dans l'agglomération, 49 % des déplacements s'effectuent en voiture, moto et scooter, contre 40 % à Zurich et 34 % à Bâle. Les transports en communs et scolaires contribuent à 34 % des déplacements à Lausanne, 41 % à Zurich et 40 % à Bâle. Les mobilités douces (comme la marche à pied) et (le vélo, moyen de transport peu attrayant, pour une ville très pentue comme Lausanne) représentent elles, respectivement, 17 %, 19 % et 20 % de la part des transports. Pour lutter contre cette faible part des transports en communs, différents projets sont étudiés, comme une gare ferroviaire RER à Malley entre la gare de Renens et celle de Lausanne, la création de nouvelles lignes de bus etc. La plupart des projets sont inclus dans un supra-projet, le Projet d'agglomération Lausanne-Morges.

Lausanne subventionne un service de prêt de vélo, du printemps à l'automne, nommé "Lausanne roule" et offre une subvention à l'achat d'un vélo électrique ou d'un scooter électrique.

La gare CFF de Lausanne est également le départ de la route cycliste nationale appelée Route Mittelland qui conduit à Romanshorn.

Lausanne, a l'une des bases d'hélicoptère de la REGA (sauvetage et transport de personnes hospitalisées, notamment au CHUV), à l'aéroport de Lausanne-Blécherette.

Le projet Métamorphose est un projet de développement de la commune vers un meilleur panorama urbain et plus d'écologie.

Volet 2:Le deuxième volet du projet prévoit la construction d'un quartier à hautes valeurs environnementales, ou écoquartier à la Blécherette basé sur un modèle comme des quartiers écologiques déjà existant comme BedZED à Beddington au sud de Londres, Hammarby à Stockholm ou le quartier Vauban de Fribourg-en-Brisgau.

Volet 3:Le troisième volet prévoit l'amélioration de la mobilité, principalement sur l'axe Flon-Beaulieu-Pontaise-Blécherette. La construction d'un axe de transport public est-ouest de Lutry à Bussigny passant par le centre-ville. La construction d'un tunnel routier pour relier l'avenue de Rhodanie à celle de l'Élysée pour empêcher la circulation de se disperser dans tout le quartier.

Volets 4:Le quatrième volet veut que la population puisse s'invstir dans le projet de façon marquée.

Les règles de bases, les objectifs, etc... du projet Métamorphose ont été inscrite dans une chartre acceptée par le conseil communal le 6 novembre 2007.

Les zones concernées au sud de la ville sont celles de l'est de la Bourdonnette où seront implantés le stade, le boulodrome et les autres éléments cités plus haut. La zone du parc du Bourget sera utilisée pour un parking relai de 1200 places pour remplacer celui de Provence.

Les zones au nord de la ville sont: La zone du stade olympique, qui sera utilisée pour construire des équipements sportifs et des logements. La zone de la Blécherette et des Bossons, où sera construit un écoquartier pour 2000 habitants.

Les coûts totaux sont estimés à 175 millions de CHF, sans compter le stade qui sera payé par des investisseurs privés, les revenus générés seront entre 9 et 15 millions par an. Il y a 6,5 millions de CHF qui ont été débloqués pour des études sur le projet.

Depuis 1915, Lausanne abrite le siège du Comité international olympique (CIO) et des principales institutions liées au Mouvement olympique, celui aussi d'une quinzaine de fédérations sportives internationales. En 1994, Lausanne a été promue capitale olympique. Tous ces facteurs font de Lausanne la capitale administrative du sport mondial.

Lausanne est aussi le lieu de deux grandes courses: Les 20 Kilomètres de Lausanne et le Marathon de Lausanne.

La Swiss Power Wrestling l'une des trois fédérations de catch professionnel Suisse, basé à Lausanne.

Lausanne est réputée pour accueillir presque chaque année, une étape du Tour de Romandie cycliste.

Le 10 novembre 1999 a été fondé à Lausanne, l'Agence mondiale antidopage. Son Siège se trouve depuis 2002 à Montréal. Le bureau régional pour l'Europe se trouve à Lausanne..

Il existe églement à Lausanne, le laboratoire Suisse d'analyse du dopage.

La ville de Lausanne à organisé à plusieurs reprises des manifestations d'envergure internationales.

En haut



École polytechnique fédérale de Lausanne

EPFL, vue aérienne (2005)

L'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) est une université située à Lausanne, en Suisse. Elle a été classée dans les 151 meilleures universités mondiales (entre la 34e et la 57e place européenne) dans le Classement académique des universités mondiales par l'université Jiao Tong de Shanghai qui la place en outre au 18e rang mondial (2e européen) dans la catégorie ingénierie, technologie et informatique et dans les 76 premières universités en sciences et mathématiques.

L'école fut fondée en 1853 à l'instigation de Louis Rivier, Jean Gay, Pierre-Joseph et Jules Marguet, en tant qu'école privée, sous le nom d'École spéciale de Lausanne, inspirée par l'École centrale de Paris. Elle devint le département technique de l'Académie de Lausanne publique en 1869. Lorsque cette dernière fut réorganisée et acquit le statut d'université en 1890, la faculté technique changea son nom en École d'ingénieurs de l'Université de Lausanne. En 1946, elle fut rebaptisée École polytechnique de l'Université de Lausanne (EPUL).

En 1969, l'EPUL fut séparée du reste de l'Université de Lausanne, et devint une institution fédérale sous son nom actuel, rejoignant l'École polytechnique fédérale de Zurich.

À ce jour, l'école est l'un des six établissements publics autonomes qui forment le Domaine des Écoles polytechniques fédérales et dépend donc, contrairement aux autres hautes écoles universitaires de Suisse qui sont généralement gérées par les cantons, de l'État fédéral.

L'EPFL compte environ 10 000 personnes sur le campus, dont environ 6 500 étudiants, leurs professeurs, des collaborateurs scientifiques et techniques, et même entrepreneurs du Parc Scientifique de l'EPFL. On recense plus de 100 nationalités, et plus de 50 % du corps enseignant est étranger.

Chaque faculté est composée de différents instituts, eux-même composés de laboratoires. Les organigrammes complets sont disponibles sur le site web de l'école.

L'école encourage également la vie associative et sportive sur le campus. Grâce à plus de 70 associations de tout type allant de la représentation des étudiants comme l'AGEPoly à l'organisation de fêtes ou de festivals comme le fait Balélec, les étudiants peuvent en plus de leurs études acquérir des expériences qui forment un plus pour leur vie professionnelle et sociale.

L'école se situait depuis 1943 à l'avenue de Cour, n° 29-33, à Lausanne, dans l'ancien Hôtel Savoy. En 1971 commença la construction des nouveaux bâtiments sur le site de Dorigny, à Ecublens, à côté de l'Université de Lausanne (UNIL) installée depuis octobre 1970. L'inauguration des premiers bâtiments de l'EPFL à Dorigny eut lieu en 1978.

Le site est depuis en constante évolution, et de nombreuses constructions sont venues se greffer sur le campus. Le dernier projet en date est le Learning Center, construction du bureau japonais SANAA.

Au classement 2008 ARWU Field de l'Université dite de Shangai, l'EPFL est au 18e rang. Au classement de Newsweek Top 100 Global Universities', l'EPFL est au 26e rang des universités dans le monde.

Au classement de The Times Higher Education Supplement 2006, l'EPFL est au 64e rang mondial (34e en 2005), au 16e rang européen et au 10e rang des universités techniques européennes.

Au Classement académique des universités mondiales par l'université Jiao Tong de Shanghai de 2007, l'EPFL se classe 3e européenne des universités techniques.

L'EPFL est en possession depuis l'été 2005 d'un superordinateur Blue Gene construit par IBM. La machine est la troisième plus puissante de Suisse et se place au 209e rang mondial (novembre 2008) avec sa vitesse théorique de 22,8 teraflops.

L’AGEPoly est l’Association Générale des Étudiants de l’EPFL et a été fondée en 1951 sous le nom de AGEPUL (Association Générale des Étudiants de l'École Polytechnique Universitaire de Lausanne). Depuis 1964, elle porte son nom actuel.

L'AGEPoly est constituée d’un Comité de Direction, composé de 4 à 8 étudiants élus lors de l'Assemblée Générale, et de trois pôles, qui sont autant de missions : les services aux étudiants, l'animation du campus et la représentation des étudiants.

De plus, l’AGEPoly a une vingtaine de commissions, dont le Coaching, Xchange, le Challenge, PolyBeach ou encore Grand Prix Retro, et est membre fondatrice de l’Association des étudiants des hautes écoles suisses (AES).

L'A3-EPFL (anciennement A³E²PFL pour Association Amicale des Anciens Élèves de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne) est l'organisation associative des diplômés (diplômés, masters, docteurs, diplômés d'un cycle postgrade) de l'EPFL. Elle a pour objectif de développer le réseau des diplômés, de les représenter auprès de l'EPFL, et de chercher à favoriser les contacts entre eux et l'école.

Les sections régionales (Genève, Vaud-Valais, Suisse orientale et BE-NE-FR-JU) organisent de nombreuses manifestations (visites techniques ou culturelles, conférences, business-lunch, apéritifs, repas amicaux...). Lors de ces manifestations, les membres créent de nouvelles relations amicales et professionnelles.

Le Forum EPFL est l'association d’étudiants de l’EPFL chargée d'organiser le Forum EPFL. Elle est composée d'environ 14 personnes. Fondée en 1982, le Forum a toujours été un lieu privilégié d’échanges et de rencontres entre les communautés universitaires et professionnelles. Sa mission est de favoriser le recrutement et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Aujourd’hui le Forum EPFL est le plus important événement de recrutement en Suisse et l’un des plus grands d’Europe.

UniPoly est l'association des étudiants de l'EPFL et de l'Université de Lausanne pour le développement durable. Forte de plus de 50 étudiants, elle est active dans la sensibilisation au développement durable dans toute la Suisse romande.

Depuis 2005, elle diffuse ses Astuces Durables, des dépliants gratuits sur 11 thématiques (eau, transports, alimentation, déchets, commerce équitable, médicaments et cosmétiques, appareils électriques, produits d'entretien, électroménagers, chauffage et électricité, achats) qui proposent des gestes simples du quotidien pour consommer de manière durable.

UniPoly fait partie de la World Student Community for Sustainable Development, un réseau international d'associations d'étudiants pour le développement durable comprenant l'École Polytechnique de Zurich, le Massachusetts Institute of Technology, l'Université de Tokyo, University de Regina, l'Université Chalmers, l'Université de St-Pétersburg et l'Université de Yaoundé.

En haut



Université de Lausanne

Le bâtiment Anthropole de l'Université de Lausanne

L'Université de Lausanne (UNIL), est dispersée sur trois sites. La plus grande partie des infrastructures se situent sur le site de Lausanne-Dorigny au bord du lac Léman.

Environ 2 200 professeurs et collaborateurs de l'enseignement assurent la bonne marche de l'institution. L'UNIL compte plus de 11'000 étudiants provenant de plus de 86 pays différents.

Avant 2005, Les grades académiques étaient la Licence, le Diplôme d'études approfondies (DEA) et le Doctorat. Depuis la rentrée 2005, l'Université a rejoint l'espace européen de l'enseignement supérieur par le passage de toutes les facultés au processus de Bologne, les nouveaux grades académiques sont donc Baccalauréat unversitaire (Bachelor), Maîtrise universitaire (Master) et Doctorat.

Ces dernières années, l'École de pharmacie a été transférée à l'Université de Genève pour devenir l'École de pharmacie Genève-Lausanne, alors que la chimie, les mathématiques et la physique ont été reprises par l'EPFL.

En 1537, la Schola Lausannensis fondée par les autorités bernoises au lendemain de la conquête du Pays de Vaud. Composée d'un collège de six classes et d'une chaire de théologie, elle avait pour but la formation de pasteurs du pays et l'instruction de la jeunesse.

En 1837, l'Académie est profondément transformée, les enseignements sont répartis en 3 facultés (Lettres et Sciences, Théologie, Droit) et 17 chaires. Dès 1869, l'Académie décerne le grade de docteur.

En 1890, l'Académie de Lausanne est réorganisée et acquit le statut d'Université. En même temps la faculté technique changea son nom en École d'ingénieurs de l'Université de Lausanne.

L'Ecole des hautes études commerciales (HEC) est crée en 1911.

En 1937, l'Université de Lausanne fête son 400e anniversaire.

En 1946, l'École d'ingénieurs de l'Université de Lausanne est rebaptisée École polytechnique de l'Université de Lausanne (EPUL).

En 1969, l'EPUL fut séparée du reste de l'Université, pour devenir une institution fédérale sous son nom actuel : École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), rejoignant l'École polytechnique fédérale de Zurich.

En 1970, l'Université commence son déplacement sur le site de Dorigny, à Ecublens (ouest lausannois).

En 2001, l'Université de Lausanne signe avec l'Université de Genève et l'École polytechnique fédérale de Lausanne de la Convention Sciences - Vie - Société, qui comprend des regroupements d'activités et de recherche entre les institutions dans le but de créer une dynamique scientifique commune.

En 2002, l'Université compte plus de 10 000 étudiants.

En 2005, L'Université de Lausanne (UNIL) adopte un nouveau logo et change les noms des bâtiments.

Depuis 2006, les enseignements en sciences de bases (chimie, physique, mathématiques) sont données aux étudiants de l'UNIL par des professeurs de l'EPFL et l'Université assure aux étudiants de l'EPFL un programme d'enseignement en Sciences humaines et sociales.

Début 2009, inauguration du Musée de physique de l'Université de Lausanne.

A l'heure actuelle, l'Université de Lausanne est aussi un centre de recherche très actif et de réputation internationale, grâce aux projets réalisés par plus de 125 équipes pour plus de 100 millions de francs suisses par année.

La fin du 20ème siècle est témoin d'un important projet de coopération et de développement entre les université de Lausanne, Genève, Neuchâtel et l'EPFL. En 2003, deux nouvelles Facultés naissent d'une volonté de se centrer sur l'homme et le vivant: la Faculté de biologie et médecine et la Faculté des géosciences de l'environnement.

Cette université pluriséculaire avait tout d'abord établi ses quartiers en plein cœur de Lausanne, dans la quartier médiéval de la cité, mais le manque de place a contraint les autorités cantonales a choisir un site plus grand dans les années 1980.

En 1970 l'Université commence son déplacement sur le site de Dorigny, à Ecublens, sur la côte lémanique. Et en 1971, l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) commença la construction des nouveaux bâtiments (inaugurés en 1978) sur le même site de Dorigny, à côté de l'Université de Lausanne.

L'université occupe actuellement, en plus du campus de Dorigny, deux autres sites : le site du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), site de la faculté de biologie et de médecine, et le site d'Epalinges, site de la biochimie et de l'Institut Suisse de Recherche Expérimentale sur le Cancer (ISREC).

Le campus de Dorigny est depuis en évolution, et de nombreuses constructions sont venues se greffer sur le campus.

La Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne (BCU) est une institution publique à vocation patrimoniale, culturelle et académique. Dépendant du service des affaires culturelles, elle est à la fois destinée à la communauté universitaire ainsi qu’au grand public vaudois. Elle détient la production documentaire touchant le canton de Vaud.

Depuis 1901, date de sa création par Alfred Nobel, cinq de ses lauréats peuvent être mis en relation avec l'Université de Lausanne.

La Fédération des associations d'étudiant-e-s (FAE)] est l'organisation représentative des 11'000 étudiants de l'université de Lausanne. Elle est membre de l'Union des étudiant-e-s de Suisse. Elle édite un journal, L'auditoire, distribué gratuitement à 20'000 exemplaires et financé partiellement par la publicité.

UniPoly est l'association des étudiants de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et de l'Université de Lausanne pour le développement durable. Forte de plus de 50 étudiants, elle est active dans la sensibilisation au développement durable dans toute la Suisse romande. Depuis 2005, elle diffuse ses Astuces Durables, des dépliants gratuits sur 11 thématiques (eau, transports, alimentation, déchets, commerce équitable, médicaments et cosmétiques, appareils électriques, produits d'entretien, électroménagers, chauffage et électricité, achats) qui proposent des gestes simples du quotidien pour consommer de manière durable. UniPoly fait partie de la World Student Community for Sustainable Development, un réseau international d'associations d'étudiants pour le développement durable comprenant l'École Polytechnique de Zurich, le Massachusetts Institute of Technology, l'Université de Tokyo, University de Regina, l'Université Chalmers, l'Université de St-Pétersburg et l'Université de Yaoundé.

En haut



Source : Wikipedia