Karl Zero

3.4108463435221 (1217)
Posté par talos 26/02/2009 @ 18:01

Tags : karl zero, animateurs tv, télévision, culture

Dernières actualités
[Documentaire] JPL en camping-car : c'est ça l'amour - Univers Freebox
Non, ce n'est pas un héros d'une quelconque TV-réalité, mais un des ex-collaborateurs de Karl Zéro sur le vrai journal, et il n'avait jamais la langue et la caméra dans sa poche. Ce mardi, il vous propose un reportage sur ce que représente l'amour aux...
Fabricants de terreur : 4) un fascisme rampant - AgoraVox
In 1966, after acquiring the private files of Karl Barslaag, a former staff member of the House Committee on Un-American Activities, Wackenhut could confidently maintain that with more than 4 million names, it had the largest privately held file on...
Lottospaß mit Kuh Elis - Südkurier
Dieses bildete den Rahmen für die Ehrung von 16 Mitgliedern, die dem Verein seit Anbeginn angehören: Alfred Fricker, Franz Fricker, Fridolin Gantert, Paul Gerteis, Hermann Haferkorn, Karl Hauser, Paul Hauser, Erwin Harsch, Gerhard Jehle, Alois Küpfer,...
Karl Zéro fête sa 50e avec le Monstre de Kicevo - Toutelatele.com
Chaque vendredi, en seconde partie de soirée, Karl Zéro joue la carte de l'investigation avec son émission Les faits Karl Zéro. Diffusé sur 13e Rue, le rendez-vous rouvre les enquêtes les plus emblématiques en matière de criminalité mondiale....
1992, Ségolène Royal et les députés "visionnaires"! - MediaPart
Cet extrait du doc de Karl Zéro va vous faire découvrir quelques députés "ahuris" comme il est dit dans le commentaire, gageons qu'aujourd'hui, au vus des derniers résultats des écologistes ils se seraient levés comme un seul homme pour applaudir son...
Prime time pour Karl Zéro sur 13ème rue et best-of pour Cauet. - Le Blog TV News
Selon VSD, le magazine "Les faits Karl Zéro" qui va entamer sa troisième saison bénéficiera de quelques premières partes de soirée la saison prochaine. Des spéciales de 90 minutes. Toujours selon VSD, TF1 programmera cet été "Cauet retourne la méthode"...
Baseball | CAPITALES - Le Journal de Québec
Devant quelque 2 205 spectateurs, Karl Gélinas a éventé huit frappeurs au bâton et les Capitales de Québec ont remporté une victoire de 5-1 durant un interminable marathon de balle de 3 h 15. Gélinas a saupoudré six coups sûrs, tous des simples,...
Marcel Campion, le roi des Forains ne sort jamais sans son Magnum ... - Pure People
Alors qu'il assistait au tournoi de Roland-Garros, le 5 juin dernier,Marcel Campion, alias "le roi des forains", grand ami de Karl Zéro, et de feu Yves Mourousi, n'avait pas très bien garé sa voiture, ce qui attira l'attention de pandores bien décidé à...
John-Paul Lepers : « Qu'il est dur de l'ouvrir… » - 20minutes.fr - Blogs
L'indépendance de ton du reporter, ex de chez Karl Zéro et fondateur de la « Télé libre » sur le net, lui a valu les foudres de ses hiérarchies. VIDEO EN + « D'accord, je vais vous raconter ma vie. » Lepers ne fait pas dans la demi-mesure....
Airbus fête son quarantième anniversaire - Le Point
Cet A300 baptisé " Zéro G " est aux couleurs de Novespace qui utilise cet appareil pour les vols paraboliques en apesanteur. Enchaînaient en tours de piste un moyen-courrier A320, un long-courrier A340 et le super jumbo A380, vedette incontestée de ce...

Karl Zéro

Karl Zéro au Festival de Cannes en 2007

Karl Zéro, de son vrai nom Marc Tellenne, est un animateur français de télévision né le 6 août 1961 à Aix-les-Bains en Savoie. Ce curieux pseudonyme est tout ce qui lui reste de sa période punk (en 1977, il a seize ans), outre quelques points de suture gagnés dans des échauffourées avec des « rockers ». Il est le fils d’Annick Tellenne, animatrice à KTO et auteur de : Le goût de vivre ; la recette du bonheur. Il a trois frères : Éric Tellenne, écrivain sous le pseudonyme de Raoul Rabut, Bruno Tellenne (alias Basile de Koch), humoriste et co-directeur du groupe Jalons, et Olivier, cadre. Il est marié à Daisy d’Errata, de son vrai nom Anne-Laure Tellenne.

Sa première publication est une bande dessinée intitulée Les aventures de Edmond dans le fanzine Jalons, au début des années 1980. De là, il va rejoindre les rédactions de Métal Hurlant, Charlie-Hebdo, Zoulou et L'Écho des savanes comme dessinateur puis scénariste. Parallèlement, il entre en 1981 à Actuel comme journaliste spécialisé dans les interviews de stars et rejoint l’équipe naissante de Radio Nova, au côté de celle qui deviendra son épouse, Daisy d’Errata. Il rejoint ensuite l’équipe de Globe et de Lui où ses talents d’interviewer lui valent d’être remarqué. Il anime pendant plusieurs mois une émission de radio délirante sur RFM avec Antoine de Caunes et Albert Algoud, Babebibobu.

En 1986, il est engagé par Europe 1 pour animer Géant Gratuit au côté de Doug Headline (le fils de Jean-Patrick Manchette). Ils seront remerciés au bout de quatre mois : Karl va rejoindre TF1 tandis que Doug se consacre au cinéma. Sur TF1, l’émission Pirates associant Karl et Jean-Yves Lafesse n’aura qu’un numéro en septembre 1987. Là encore, la direction juge l’humour de Karl « déplacé » et le remercie.

Canal + (Alain de Greef) lui propose alors d’intégrer l’équipe naissante de Nulle part ailleurs au côté d’Antoine de Caunes. Pour ses sketchs, souvent liés à l’actualité, il utilise les trucages vidéo pour mettre en scène les hommes politiques (le Flame).

En 1993, il propose avec succès dans Nulle part ailleurs un journal télévisé parodique, le Zérorama, « les actualités parlantes de réarmement moral ». Il y utilise une présentation et un ton inspirés des actualités cinématographiques sous le Régime de Vichy de Philippe Pétain pour satiriser le gouvernement d’Édouard Balladur et les médias qui le soutiennent. Toujours en 1993, il réalise un film décalé Le Tronc dans lequel il joue en compagnie d’ Albert Algoud, José Garcia, Lova Moor…

De septembre 1996 à juin 2006, il présente, le dimanche à 12h30 sur Canal +, Le Vrai Journal, un journal télévisé qui veut « dire tout haut » ce que les autres journaux télévisés français « cachent ». Karl Zéro n’est pas journaliste et n’a pas de carte de presse. Il mélange reportages journalistiques classiques, réalisés le plus souvent par l’agence CAPA, et sketches réalisés avec trucage, auxquels participe souvent sa femme, Daisy d’Errata. Lors de ses entretiens avec des hommes politiques, il cherche à leur imposer le tutoiement. Son audience en dix saisons ne s’est jamais démentie : 10 % de part de marché, 3 points d’audience, soit 1,5 million de téléspectateurs chaque dimanche. Il est devenu le référent de tous les politiques qui veulent « parler aux jeunes ».

De septembre 2001 à juin 2002, sur une idée originale de Eric Guillaumond il lance, comme producteur avec son associé Michel Malaussena, Le journal des bonnes nouvelles, animé par Victor Robert et Estelle Martin, devenu à partir de mars 2003 Le contre-journal, et diffusé sur Canal+ de 19 heures 20 à 19 heures 50. Il produit également 60 Jours 60 Nuits, qui narre les vies croisées de Joey Starr et Francis Lalanne.

Catholique ayant soutenu le lancement de la chaine KTO TV, il ne cache pas non plus son anti-américanisme ni son anti-libéralisme, et présente souvent des reportages favorables aux altermondialistes dans ses émissions. Plus généralement, ses émissions sont plus favorables à la gauche qu’à la droite, même si Karl Zéro se dit volontiers apolitique. Ses émissions sont produites par sa société de production, La Société du spectacle, qui appartient aujourd’hui à 50 % au groupe Endemol, spécialisé dans la Télé réalité et aujourd’hui mis en sommeil.

En juin 2003, avec l’accord de la chaîne cryptée, il lit -sans citer leurs noms- les accusations du tueur en série Patrice Alègre (en donnant lecture dans le Vrai Journal du courrier que celui-ci lui aurait adressé), et de deux anciennes prostituées, qui affirment que différents notables de Toulouse, dont l’ancien maire et président du CSA Dominique Baudis, seraient mêlés à un réseau sado-masochiste, qui aurait couvert des viols, des tortures et des meurtres. Patrice Alègre ayant changé d’avocat et choisi Gilbert Collard, revint ensuite sur cette accusation dans une seconde lettre -où il cite Albert Camus- ainsi que l’une des ex-prostituées, Fanny. La justice a depuis innocenté les personnalités mises en cause. Il apparaît également que Karl Zéro a versé 15 000 € à l’une des ex-prostituées comme à-valoir sur un livre relatant sa version de l’affaire Alègre paru depuis chez Ramsay. Ces manquements à la déontologie journalistique furent largement commentés, et Dominique Baudis souligna son rôle, ainsi que celui de Canal +, dans Face à la calomnie, son livre paru à propos de cette affaire. Après trois ans d’investigations poussées, la juge Nathalie Turquey a rendu un non-lieu en faveur de Karl Zéro, témoin assisté, en mars 2007, mais celui-ci pourrait éventuellement se voir mis en examen, suite à un appel de l’avocat de Dominique Baudis, Francis Szpiner, en février 2008.

En 2004, Karl Zéro présentait aussi le jeu C’est quoi ce jeu ?, toujours sur Canal+ avec la fameuse « boîte à baffes ».

Karl Zéro est enfin l’auteur d’un premier film, Le tronc (1992), et de deux albums parus chez Naïve, Songs for cabriolets y otros tipos de veiculos (2000), racheté par la Fox pour en faire la BO d’Improbable (treizième épisode de la neuvième et dernière saison de X-Files), et Hifi Calypso, enregistré en 2003 avec The Wailers.

Le 31 mai 2006 est sorti en salles Dans la peau de Jacques Chirac, film décrit comme une « autobiographie non-autorisée » du président de la République, César du Meilleur Film Documentaire en 2007.

En sursis depuis l’affaire Alègre, l’émission Le Vrai Journal est finalement définitivement arrêtée en juin 2006. Canal+ dit avoir subi en 2005 de nombreuses pressions du monde politique afin de revenir sur sa décision d’arrêter dès cette année-là Le Vrai Journal. Libération croyait en particulier pouvoir citer Laurent Fabius, Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn. Karl Zéro a confirmé dans l’émission Arrêt sur images avoir reçu le soutien des deux premiers. La fin du Vrai journal fut accompagnée du licenciement de Karl Zéro et des 34 salariés de sa société de production. Plusieurs de ses collaborateurs, dont certains depuis plusieurs années, ont engagé à son encontre des poursuites judiciaires devant les tribunaux des prud’Hommes .

Depuis septembre 2006, Karl Zero a mis en ligne un blog et une web télé, le Web 2 Zéro. Il s’intéresse alors au 11 septembre et aux doutes qu’il y a autour de la version officielle. Ce sujet est alors abordé avec plusieurs invités (en particulier avec Christine Boutin). Le web2zero réunit aujourd’hui une très large communauté de "zéronautes " qui postent quotidiennement toutes sortes de vidéos.

En 2006/2007, il a également animé sur AOL l’émission Le Club du Net, rendez-vous politique hebdomadaire d’interviews politiques durant la campagne présidentielle produit par Power Podcast, puis à la mi-mars 2007, le "JT2Zero", un JT quotidien concernant l’actualité de la campagne présidentielle sur le net produit par Havas Media.

En 2007, il réalise avec Michel Royer un nouveau film : Ségo et Sarko sont dans un bateau, qu’il vend d’abord en vidéo à la demande ((en)Video on demand, VOD) puis en DVD, supplément du magazine VSD le 21 mars avant de demander le visa d’exploitation pour une sortie en salle le 4 avril. Ce type d’exploitation commerciale, assez inhabituelle, lui permet de s’affranchir des règles de la CNC en assurant une diffusion multi-support dans un délai très court. Le film rencontre un vif succès en DVD et en VOD.

Karl Zéro soutient José Bové lors de l’élection présidentielle de 2007. Dans les clips officiels de campagne de ce dernier, c’est Karl qui l’interviewe.

Depuis septembre 2007, il présente tous les vendredis soirs à 22h20 « Les Faits Karl Zéro » sur 13e Rue (rediffusés le dimanche à 16h20) une émission de reportages sur des faits-divers non-résolus. Affaire Maddie, affaire Colonna, affaire Leprince… Vingt documentaires de 52 minutes produits par Troisième Œil, un succès pour la chaîne « action-suspens » du câble qui a vu son audience tripler à cette occasion. Il a d’ailleurs signé pour une seconde saison 2008/2009 avec 13e Rue.

En janvier 2008, il accepte de prendre la direction de la future chaîne généraliste sur internet que lancera le groupe Rentabiliweb en septembre prochain.

En avril 2008, il réalise avec Daisy d’Errata le film Starko ! la saison 1 qui relate, grâce à la voix de l’imitateur Michel Guidoni, la vie du président lors de la première année de son mandat. Il opte encore pour le même mode de distribution que pour le précédent, internet et VSD et vente directe sur le net sur Starko.fr. Le film, dans sa version anglaise -interprétée cette fois par Lambert Wilson- devrait prochainement sortir aux USA, distribué par Michael Moore.

Karl Zéro et Michel Royer travaillent parallèlement depuis 2007 à Being W, un long métrage de langue anglaise où George W. Bush, interprété par l’imitateur américain Jim Meskimen, racontera « sa » version de sa vie et la vérité sur « sa » vision du monde. Ce film présenté au marché à Cannes 2008 est distribué au niveau mondial par Europacorp.

À partir de septembre 2008, Karl Zéro interviewe chaque soir dans Karl Zéro sur BFM TV à 22 h 10 sur la chaîne d'information en continu BFM TV une ou plusieurs personnalité(s), son émission s'inspirant du show de Larry King sur CNN.

Le single Inouis, en duo avec Daisy d’Errata sortira dans une version en chinois mandarin à Taïwan, où il sera n°1.

Hi Fi Calypso avec The Wailers (Naïve) inclus un DVD relatant l’enregistrement de l’album.

Une rumeur lancée par L'événement du Jeudi (selon Karl Zéro) voudrait qu’il ait suivi son frère Bruno à la fin des années 1970 et au début des années 1980 en sympathisant avec le GUD (syndicat étudiant d’extrême droite), pour lequel il publiait des dessins signés Karl Zéro. Karl faisant référence au IIIème reich. Karl Zéro nia totalement, affirmant que le journal avait d’ailleurs été condamné pour diffamation.

En haut



Daisy d'Errata

Daisy d'Errata (jeu de mots sur "desiderata"), de son vrai nom Anne-Laure Tellenne, (née le 22 juillet 1962 à Paris) est une animatrice de télévision française, ayant notamment participé au Vrai Journal de Karl Zéro dont elle est l'épouse.

Elle a également joué dans le film Le Tronc.

En haut



Michel Malaussena

Michel Malaussena est un producteur et réalisateur de télévision français né à Nice le 16 février 1954.

Il avait été un responsable des Jeunesses communistes de Nice (). Après des débuts aux côtés de Stéphane Collaro, il travaillera comme producteur notamment avec Christophe Dechavanne (C'est encore mieux l'après-midi), Mireille Dumas, Thierry Ardisson (Bain de minuit, Lunettes noires pour nuit blanche, Télézebre), Karl Zéro pour Le vrai journal et 60 jours, 60 nuits, Le journal des bonnes nouvelles et de nouveau Thierry Ardisson pour Salut Les Terriens !.

En 2008, il publie un livre intitulé Les Animatueurs (Gawsewitch éditeur), où il révèle la face sombre d'animateurs de la télévision avec qui il a collaboré, comme Stéphane Collaro, Mireille Dumas et Thierry Ardisson. En l’espace de deux semaines, près de 12 000 exemplaires se sont écoulés. Un deuxième tome est d’ores et déjà prévu.

En haut



Ségo et Sarko sont dans un bateau

Ségo et Sarko sont dans un bateau est un film documentaire français réalisé par Karl Zéro et Michel Royer, sorti en 2007.

Le film dresse le portrait des deux principaux candidats à la présidence de la République française de 2007, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.

Karl Zéro vend d’abord son film en vidéo à la demande (VOD) puis en DVD, supplément du magazine VSD le 21 mars 2007, avant de demander le visa d'exploitation pour une sortie en salle le 4 avril. Ce type d’exploitation commerciale, assez inhabituelle, lui permet de s’affranchir des règles de la Commission de classification du CNC en assurant une diffusion multi-support dans un délai très court. Le film rencontre un vif succès en DVD et en VOD.

Le film a ensuite été diffusé à la télévision sur Canal+.

En haut



Le Vrai Journal

Le Vrai Journal fut une émission de télévision présentée par Karl Zéro et produite par Michel Malaussena et Karl Zero sur Canal+ en clair le dimanche de 12h40 à 13h30. C'était un journal qui avait pour ambition de révéler ce que les autres journaux télévisés français passent sous silence. Il mélange reportages journalistiques classiques, réalisés le plus souvent par l'agence CAPA, et sketches réalisés avec trucage, auxquels participe souvent Daisy d'Errata, la femme de Karl Zéro. L'émission comprend aussi un entretien avec une personnalité que Karl Zéro cherche à tutoyer.

En juin 2003, avec l'accord de sa chaîne, il relaie sans vérification les accusations du tueur en série Patrice Alègre et de deux anciennes prostituées, qui affirment que différents notables de Toulouse, dont l'ancien maire et président du CSA Dominique Baudis, seraient mêlés à un réseau sado-masochiste, qui aurait couvert des viols, des tortures et des meurtres. Patrice Alègre et les ex-prostituées reviennent ensuite sur ses accusations, et la justice a depuis innocenté les personnalités mises en cause. Il apparaît également que Karl Zéro a versé 15 000 euros à l'une des ex-prostituées pour obtenir son interview. Ces manquements à la déontologie journalistique sont largement commentés, et Dominique Baudis souligne son rôle, ainsi que celui de Canal +, dans Face à la calomnie, son livre paru à propos de cette affaire. Toutes les poursuites judiciaires contre l'animateur se sont soldées par des non-lieux .

D'autres reportages ont entraîné des polémiques en 1999 et 2000 comme celui sur la prétendue acquisition d'une « bombe sale » en Bulgarie, la couverture du saccage du McDonald's de Millau ou la série de reportages sur le McDonald's de Quevert avec la détention du journaliste Victor Robert par la police antiterroriste.

Débutée en 1996, l'émission est arrêtée à l'été 2006, suite au licenciement de Karl Zéro par Canal+. Son audience en dix saisons ne s'est jamais démentie : 10% de part de marché, 3 points d'audience, soit 1,5 million de téléspectateurs chaque dimanche. Il est devenu le référent de tous les politiques qui veulent « parler aux jeunes ». Canal+ dit avoir subi de nombreuses pressions du monde politique afin de revenir sur sa décision d'arrêter Le Vrai Journal. Libération croyait en particulier pouvoir citer Laurent Fabius, Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn. Les spectateurs eux aussi ont cherché à soutenir l'émission, entre autres par une pétition.

En haut



Antoine de Caunes

Antoine de Caunes à Dinard en 2006

Antoine de Caunes (né le 1er décembre 1953 à Paris) mène d'abord une carrière originale d'homme de télévision polyvalent (présentateur, producteur, humoriste) à Antenne 2 puis Canal+. Il devient ensuite acteur, puis scénariste et réalisateur de cinéma.

Il est le fils de deux personnalités de la télévision française : Georges de Caunes et Jacqueline Joubert et le père de la comédienne Emma de Caunes.

Il commence sa carrière d'homme public à la fin des années 1970 en tant que créateur et animateur de Chorus. Quasi-seul à cette époque à défendre le rock à la télé publique, il organise et retransmet de vrais concerts de rock filmés à l'Empire. Il présente l'émission sur le toit de l'Empire avec son compère Jacky (qui rejoindra ensuite Dorothée).

Il écrit, sous le pseudonyme de Paul Persavon, avec l'aide de Jean-Luc Azoulay plusieurs génériques de dessins animés d'Antenne 2 (sa mère est à l'époque directrice des programmes jeunesse), dont Cobra en 1982, Clémentine, Tchaou et Grodo ou bien encore X-Or.

Sa passion pour le rock l'amène à produire et à présenter l'émission Houba-Houba pour Les Enfants du rock ainsi que Rapido. Cette émission initialement diffusée sur TF1 en 1987, propose notamment des performances d'artistes en live. Mais d'une heure, la chaine nouvellement privatisée, réduit la durée à trente minutes. Antoine De Caunes intègre assez rapidement les contraintes qui lui sont imposées, change le style de son émission, qui émigre sur Canal Plus. C'est ainsi qu'il se crée un personnage d'animateur au ton ironique et au débit ultra-rapide. Il a également présenté et produit ces émissions en Grande-Bretagne en version anglaise.

Antoine de Caunes anime de 1984 à 1987 une émission radio nommée Marlboro Music, émission qui était enregistrée dans les studios de JMS Productions à Paris avec des reportages enregistrés aux États-Unis. Antoine de Caunes se déplaçait ainsi toutes les semaines de ville en ville, faisant découvrir à la vieille Europe le son des différentes villes des États-Unis, cette émission était produite et réalisée par JM Steward et diffusée sur un réseau de 150 stations FM.

Il anime pendant plusieurs mois une émission de radio délirante sur RFM avec Karl Zéro et Albert Algoud, Babebibobu.

Antoine de Caunes participe ensuite aux débuts de l'aventure Canal+, ce qui va lui valoir une popularité importante. Il joue un rôle d'humoriste dans l'émission Nulle part ailleurs de 1987 à 1995, avec l'aide des auteurs Albert Algoud (introduction) et Laurent Chalumeau (sketches de fin). Cette émission diffusée en clair servait de vitrine pour la chaîne payante. Il y a été le trublion qui animait la venue de l'invité, plus calmement interviewé par le présentateur Philippe Gildas. De Caunes faisait l'introduction de l'émission, posait des questions comiques en milieu. Le public attendait surtout le final pendant lequel Antoine de Caunes, souvent accompagné de José Garcia, tous deux déguisés, concluait l'heure d'émission. Parmi les nombreux personnages créés, on peut citer : Didier Lembrouille, Ouin-Ouin dit Pine d'huître, Gérard Langdepüte, Gilles Gros-Paquet, Raoul Bitembois (et Bitembois Ginette), Le Toub' (et Refoul), Richard Jouire (et Sandrine Troforte), Bomba, Mongo Fury, Claudia Schoufleur et David Copperflou, Michel Jaxon (« Le sosie français de Michael Jackson »), Ronald le Connard, Florent Routier, Péteur Pan etc.

Dans le même temps à partir de 1993, il anime avec le créateur de mode Jean-Paul Gaultier puis seul une émission burlesque sur une chaîne britannique : Eurotrash (littéralement l'« europoubelle »), dans laquelle il s'exprime avec un accent français caricatural et insulte jovialement le public britannique.

Il quitte l'émission Nulle part ailleurs pour se lancer dans le cinéma à travers différents métiers de cet art : acteur et réalisateur. Il a connu des succès modestes, mais réels.

La même année, il monte un projet de long-métrage sur la candidature de Coluche aux élections présidentielles de 1981, Coluche, l'histoire d'un mec.

Il a été maître de cérémonie lors de la cérémonie des César en 2008.

Antoine de Caunes s'est très tôt consacré à la lutte contre le sida. Il a assuré la promotion des « Soirées de l'humour - Solidarité sida ».

Il possède une résidence secondaire à Trouville-sur-Mer (Calvados).

Il s'est marié le 18 mai 2007 avec Daphné Roulier. Il a eu un enfant avec elle en août 2008.

Il touche également au doublage de dessins animés, dont la troisième série animée Lucky Luke.

En haut



La Société du spectacle (société de production)

La Société du spectacle est une société de production de télévision française qui a été créée en janvier 1998 par Karl Zéro et Michel Malaussena. Elle fait partie du groupe Endemol.

Parmi les émissions qui ont été produites par la Société du spectacle, on peut citer le Vrai Journal, 60 jours 60 nuits et le Journal des bonnes nouvelles, toutes trois pour Canal+.

Ce nom fait référence à un livre de Guy Debord écrit en 1962 nommé La Société du spectacle.

En haut



Source : Wikipedia