Kadima

3.4473324213619 (731)
Posté par hal 11/03/2009 @ 09:11

Tags : kadima, israël, asie, international

Dernières actualités
Benjamin Netanyahu a fini par se ranger à l'idée d'un Etat palestinien - euronews
Le parti centriste Kadima, première force d'opposition en Israël, prend acte mais jugera sur les faits. “Le Premier ministre a fait un pas dans la bonne direction, a indiqué la dirigeante de Kadima, Tzipi Livni, même s'il l'a fait tardivement,...
Netanyahou accepte un Etat palestinien à des conditions rejetées ... - nouvelobs.com
Du coup, les spéculations vont bon train sur une éventuelle alliance de Benjamin Nétanyahou avec l'opposition centriste de Kadima, le plus gros groupe parlementaire, en cas d'effondrement de la coalition au pouvoir. Kadima dément toute tractation...
Quel Etat palestinien ? - Association France Palestine Solidarité
Et les quatre ans où son parti, Kadima, a été au pouvoir, n'ont pas avancé d'un pas vers la création d'un Etat palestinien – en revanche, ce parti du « centre » allié à la « gauche » a mené deux guerres, une contre le Liban et l'autre contre Gaza....
La bataille sur la « loi Mofaz » - DESINFOS.com
Au sein du parti Kadima on craint que si cette loi est adoptée cela ouvrira la voie au départ de Shaul Mofaz et de plusieurs députés qui pourraient même rejoindre le gouvernement Netanyahu. Shaul Mofaz refuse lui de s'exprimer à propos de cette loi et...
L'opposition a boycotté les débats en séance plénière : le ... - DESINFOS.com
Lors d'une conférence de presse, les partis d'opposition, Kadima à leur tête, ont affirmé que ce boycott des débats n'est qu'un premier pas et que d'autres suivront dans les prochains jours. Ce sont plusieurs projets de lois déposés par le gouvernement...
Netanyahu consultera Pérès : Que faut-il dire ? - DESINFOS.com
Au parti Kadima, certains députés tendront une oreille attentive afin de déceler les phrases qui leur permettront de dire à la présidente du parti, Tzipi Livni, qu'il est temps de rejoindre le gouvernement. Au Likoud, en revanche, on craint des propos...
News: ISRAEL SANTE : les soins dentaires seront bientôt mieux ... - IsraelValley
Le député Rachel Adatto (Kadima) a déclaré qu'un groupe de députés étaient en train de préparer un amendement à la loi à cet effet. Elle est l'ancien sous-directeur général de Shaare Zedek Medical Center, à Jérusalem. Les soins dentaires constituent...
Israël défie Washington et refuse de geler la colonisation - AFP
"J'ai rencontré personnellement des Premiers ministres du parti Travailliste, du Likoud et de Kadima, qui sont partis d'un point de vue mais qui (...) sont parvenus à des positions qu'ils n'auraient jamais pensé pouvoir défendre"....
Discours de Barack Obama au Caire - DESINFOS.com
Pour Zeev Boïm, député Kadima et ancien ministre du Logement, le discours d'Obama prouve, une fois de plus, que Netanyahu a mal jaugé la politique américaine. « La position du président dans le dossier palestinien est identique à celle du parti Kadima...
News: ISRAËL ECONOMIE EN VRAC - 1. CELLCOM FAIT DES PROFITS. 2. LE ... - IsraelValley
Le député Shaul Mofaz (Kadima) tire la sonnette d'alarme sur les mesures économiques prises par le gouvernement Netanyahou. Il a déclaré : “Le danger social qui plane sur Israël n'est pas moins dangereux que la menace iranienne. (....

Kadima

Ariel Sharon, le créateur de Kadima

Kadima קדימה (« En avant » en français) est un parti politique israélien créé par Ariel Sharon le 21 novembre 2005. Son orientation est centriste allié avec le partis de centre-gauche sur les critères de l'échiquier politique israélien, et son slogan est « On continue de l'avant ! ».

Ayant obtenu 28 sièges sur 120 à la Knesset lors des élections législatives du 28 mars 2006, le parti alors dirigé par Ehud Olmert est amené à former un gouvernement de coalition, notamment avec les travaillistes d' Amir Peretz qui ont obtenu 20 sièges. Il est membre observateur de l'Alliance mondiale des Démocrates.

Le 17 septembre 2008, Tzipi Livni est élue à la tête du parti, en remplacement d'Ehud Olmert.

Ariel Sharon a débuté sa carrière dans des tendances plus de gauche, notamment dans le parti Shlomtzion. En 1973, il participe à la fondation du Likoud, parti dominant de la droite nationaliste israélienne, qu'il dirige de 1999 à 2005.

En 2005, l'opposition d'une majorité du Likoud au plan de désengagement des territoires occupés, la rivalité avec Benjamin Netanyahu, sa popularité croissante dans les sondages, l'élection d'Amir Peretz au parti travailliste et la démission des ministres travaillistes du gouvernement d'union nationale, conduisent Ariel Sharon à quitter le Likoud et à créer le parti Kadima.

Quatorze des 40 députés du Likoud, ainsi qu'une partie du gouvernement, dont le vice Premier ministre, le ministre de la justice, le ministre du tourisme, le ministre de la sécurité intérieure, le ministre du transport et le ministre du travail, se rattachent au parti Kadima. Le 24 novembre 2005, Ariel Sharon dépose officiellement les statuts du parti et une liste de 144 membres.

Les premiers sondages après la création du parti montrent qu'il est en tête des partis politiques israéliens.

Lorsque Ariel Sharon est hospitalisé suite à une « sérieuse » attaque cérébrale, Ehud Olmert (alors vice-Premier ministre) occupe à partir du 4 janvier 2006, le poste de Premier ministre par intérim en remplacement de celui-ci, comme la loi israélienne le prévoit.

Le 16 janvier 2006, Kadima approuve la nomination d'Ehud Olmert à la tête du parti, suite à la maladie d'Ariel Sharon.

Le 28 mars 2006, Kadima remporte les élections législatives de la 17e Knesset (parlement israélien). Il gagne 29 sièges sur les 120 (ce qui était moins que ce les sondages prédisaient à Ariel Sharon lorsqu'il en était le chef), et a formé une coalition avec les travaillistes, le Shass et le Gil (retraités), ce qui donne à la majorité une orientation de centre-gauche. Le 23 octobre 2006, la coalition est élargie aux ultra-nationalistes de Israel Beytenou dont le leader Avigdor Liberman est nommé Ministre des Affaires stratégiques et sixième Vice-Premier ministre.

Le choix de Kadima fait controverse. En effet, Kadima se traduit littéralement en italien Avanti, qui était le slogan des chemises noires de Benito Mussolini. Des rescapés de la Shoah ont jugé ce choix malheureux .

Le nom de Ahrayout leoumit (« Responsabilité nationale ») avait été annoncé dans un premier temps pour cette nouvelle formation politique.

En controverse, « Kadimah » était aussi le nom donné à l'association regroupant des étudiants juifs de Vienne dans la période de la création du sionisme fin XIXe siècle, début XXe.

Le phénomène Kadima constitue, à bien des égards, une énigme politique. Apparu subitement sur la scène politique israélienne, le parti Kadima a conquis le pouvoir en un temps record, sans appareil politique et sans véritable programme. Si tout le monde s'accorde à dire qu'il s'agit d'un tour de force politique, les interprétations divergent quant à l'identité réelle de ce parti. Pour certains observateurs, c'est un parti centriste, "pragmatique et non idéologique". D'autres y voient, au contraire, l'incarnation de l'idéologie post-sioniste .

Suite aux scandales touchant Ehud Olmert, celui-ci a dû démissionner de son poste de chef du parti. Des élections ont eu lieu le 18 septembre 2008 pour le remplacer. Tzipi Livni l’a emporté avec 43,1 % (16 936 votes). Mofaz vient juste après, avec 42% (16 505 voix). Meïr Shitrit arrive en troisième position avec 8,5 % (3 357 voix) et Avi Dichter, en quatrième position, avec 6,5% (2 563voix). En tout, 32 872 membres enregistrés de Kadima ont voté, soit 53,7 % .

En haut



Didier Kadima

Didier Kadima (né en 1970) est un joueur de Scrabble québécois d'originie congolaise. Il a remporté le Championnat du Québec en 2004, 2005 et 2007. Il a participe à la première coupe du monde de Scrabble classique en 2006, terminant 29e sur 54 joueurs. En 1999 il remporte son premier grand tournoi; l'open des championnats du monde.

Les 19, 20 et 21 mai il a remporté pour la troisième fois le championnat du Québec, finissant devant François Bédard et Germain Boulianne qui entre eux avaient remporté 14 fois le championnat national. Il a perdu 54 points pendant 5 parties (98,89%). Il s'est automatiquement qualifié pour le championnat du monde au Québec puisqu'il était dans les 30 premiers du classement mondial, à la 24e place. Là il a fini 3e sur 36 joueurs à la Coupe du monde de Scrabble classique et deuxième en paires avec son partenaire Thierno Amadou Diallo.

En haut



Parti travailliste (Israël)

Le parti travailliste (העבודה, HaAvoda) est un parti social-démocrate et sioniste. Il est membre de l'Internationale socialiste et observateur du Parti socialiste européen.

Le parti travailliste fait partie de l'Internationale socialiste. Il tient 13 sièges à la Knesset. Dans un passé récent (jusqu'en 1977), le parti travailliste dominait la vie politique israélienne, depuis le Likoud puis Kadima ont pris une large place dans la vie politique. Le parti travailliste était un partenaire de la coalition au pouvoir dirigée par Kadima jusqu'à sa défaite aux élections législatives de 2009.

Le Mapai a été fondé en 1930 par David Ben Gourion et Golda Meir, par la fusion des partis Akhdut Ha'avoda - Poaley Tzion et Hachomer Hatzaïr. Le parti travailliste dans sa forme actuelle a été fondé en 1968 par la réunion des fractions Mapai, Akhdut Ha'avoda et Rafi. Les partis sociaux-democrates, dont le parti, puis la fraction Mapai était le plus important, ont dirigé le Yichouv (communauté juive en Palestine) puis l'État d'Israël jusqu'aux élections de 1977, remportées par le Likoud.

Ses figures importantes sont David Ben Gourion, Chaim Arlosoroff, Berl Katznelson, Moshé Sharett, Itzhak Tabenkin, Golda Meir, Levi Eshkol, Pinchas Sapir, Israël Galili, Yigal Allon, Moshé Dayan, Yitzhak Rabin et Shimon Peres. Le dernier premier ministre membre du parti travailliste était Ehud Barak.

Barak est élu chef du Parti travailliste le 12 juin 2007 face à Ami Ayalon, un ancien amiral et chef du Shin Beth. Il succède à Amir Peretz éliminé dès le premier tour le 28 mai.

Le parti a un programme électoral de centre gauche, proche de celui de Tony Blair. Néanmoins, le système de représentation israélien qui permet à de nombreux partis d'être élus empêche souvent le parti majoritaire d'appliquer pleinement ses programmes ; c'est pourquoi le parti n'a pas pu appliquer toutes ses idées lorsqu'il était au pouvoir, et ne diffère pas foncièrement de ce qui a pu être appliqué par le Likoud.

Concernant le conflit israélo-palestinien, la parti travailliste connaît des oppositions internes. Certains (comme Amram Mitzna, Avraham Burg, Yuli Tamir) soutiennent les négociations de paix avec les Palestiniens et prônent le démantèlement des colonies israéliennes dans les territoires occupés. Ils critiquent pour la plupart la tactique militaire actuelle utilisée contre les Palestiniens, principalement les « assassinats ciblés » des chefs terroristes. En 2003, le parti a d'ailleurs connu un schisme lorsque ses anciens membres Yossi Beilin et Yael Dayan ont créé un nouveau et éphémère petit parti qui s'est associé par la suite au Meretz.

Certains à l'instar de Shimon Peres et Binyamin Ben-Eliezer militent en faveur de négociations avec les Palestiniens à condition de l'arrêt du terrorisme et du remplacement de l'actuel gouvernement palestinien par un gouvernement « non-violent qui serait en faveur de la paix.» Ils soutiennent l'érection de la barrière de séparation israélienne dont l'objectif est d'empêcher les attentats en Israël, ainsi qu'un retrait unilatéral des territoires occupés par Israël. Ils sont néanmoins en faveur d'une « guerre contre le terrorisme », et donc en faveur des « assassinats ciblés.» Ils souhaitent la mise en place d'un gouvernement d'Union nationale avec le Likoud à la condition que le gouvernement promeuve le processus de paix et le retrait des colonies.

En haut



Kadima (association)

Kadima (קדימה) est la première association étudiante juive d'Europe, contemporaine du mouvement Amour de Sion. Elle est fondée en 1883 par l'initiative et sous l'influence de l'écrivain et du journaliste de langue hébreu Peretz Smolenskin. Parmi les fondateurs du mouvement, on compte Nathan Birnbaum, le premier à utiliser le mot sionisme, et qui devient quelque temps plus tard un fervent opposant de l'idéal sioniste. Kadima se donne pour but principal la lutte contre l'antisémitisme et l'assimilation. Elle formera bon nombre des futurs dirigeants du sionisme. Ce sont les leaders de Kadima qui poussent Herzl à la tête de l'organisation sioniste.

En haut



Source : Wikipedia