Julien Lepers

3.4090909090726 (2288)
Posté par hal 28/02/2009 @ 14:37

Tags : julien lepers, animateurs tv, télévision, culture

Dernières actualités
Julien Lepers marque des points à 18 ... - Toutelatele.com
Chaque jour de la semaine, Julien Lepers présente Questions pour un champion, sur France 3 à 18 heures. Ce lundi 18 mai, l'animateur était également aux commandes du jeu à 20h35, avec le Spécial grandes écoles. En première partie de soirée,...
Audience prime: TF1 battue par "FBI Portés Disparus" (Fr2) - Le Blog de Jean-Marc Morandini
Le divertissement présenté par Julien Lepers a instruit 3.757.000 téléspectateurs soit 15.6% de PDA. Bonne audience pour le jeu. M6 dédiait sa soirée au 7e Art. A 20h40, la chaîne proposait "Lords of War", un thriller sur les trafiquants d'armes....
Plateau TV : La guerre est déclarée - OZAP
Dure bataille également sur France 3 dans Questions pour un champion avec son édition spéciale Grandes Ecoles, à laquelle participera pour la première fois l'Ecole royale militaire de Bruxelles. Rendez-vous avec Julien Lepers, arbitre du conflit,...
Audiences : très gros succès pour l'Eurovision - OZAP
Ils succèdent à Marc-Olivier Fogiel, Dave, Laurent Ruquier, Guy Carlier, Jean Paul Gaultier, Julien Lepers, Tex, Michel Drucker, etc. Diffusé entre 21h et 00h20, le programme a réuni en moyenne 5,7 millions de téléspectateurs selon Médiamétrie,...
Christophe Willem, Christine Bravo et Julien Lepers : ils sont ... - Pure People
Ainsi, dans le coin des people où la victuaille est disponible à volonté (croque-monsieur, sushis, macarons), tout comme le champagne, il est possible d'apercevoir un Julien Lepers (qui met le feu à Baltard entre deux "ménages"), Bruce Toussaint (qui...
Les collégiens anzinois à l'assaut des stars de la Croisette - La Voix du Nord
Et Julien Lepers aussi, qui a rejoué la fameuse scène de "Quai des brumes" ! » s'enflamme Jean-Pierre Dumont. Le prof ne peut cacher son enthousiasme. Cinéphile il est, fasciné sans doute aussi par l'ambiance qui règne à Cannes et les stars croisées....
Vous êtes ici : Accueil > Article : Jean Herment sera-t-il le super... - L'Est Eclair
Et de deux pour Jean Herment qui vient une nouvelle fois d'être contacté par l'équipe de Julien Lepers. La proposition qu'on lui a soumise : participer à une émission spéciale exclusivement ouverte aux gagnants de ces dernières années....
Dimanche, Bernard sera-t-il un super champion ? - maville.com
A gauche, Bernard Delfosse au côté du présentateur Julien Lepers. A droite, le président du club de Lorient, Claude Wrat. Membre du club de Lorient, il affronte ses concurrents à 17 h 50 sur France 3, sous la houlette de Julien Lepers....
Eurovision 2009 : pour Patricia, ça Kaas... pendant qu'un prodige ... - Pure People
Le chanteur danois Brinck (Niels Brinck Kristensen) serait un mélange de Christophe Hondelatte et de Julien Lepers, selon Cyril Hanouna. Hum. Nous, on aurait plutôt évoqué Ronan Keating ou Isaac Slade (The Fray). Bref, le Danois et son groupe peuvent...
Dita Von Teese striptease interdit aux enfants : photos brûlantes - Staragora
Là c'est sûr, l'audience de France 3 n'aura jamais été aussi forte, foi de Julien Lepers ! Comme on vous l'annonçait déjà il ya maintenant quelques jours, Dita Von Teese accompagnera sur la scène de l'Eurovision le duo pop endiablé ALEX SWINGS OSCAR...

Julien Lepers

Julien Lepers, de son vrai nom Ronan Lepers, est un animateur français né le 12 août 1949 à Paris.

Fils du chef d'orchestre Raymond Lepers et de la chanteuse Maria Rémusat et donc petit-fils du peintre Claude Rémusat, il est né à Paris, mais a passé son enfance à Antibes. Licencié en droit à l'université de Nice Sophia-Antipolis, il gagne un concours et devient animateur sur RMC, où il est le « Monsieur Hit-parade », puis sur RTL. Il a une sœur nommée Carole.

Julien Lepers est également auteur-compositeur-interprète.

En 1979, Julien Lepers enregistra deux singles, De retour de vacances et Je t'aime trop/Pleure sous la pluie.

Il est en effet passionné par la musique. Il est le compositeur de trois grands succès du chanteur Herbert Léonard : Pour le plaisir (1981) Amoureux fous (chanté en duo avec Julie Pietri en 1983) et Puissance et Gloire (1985). Il a également composé plusieurs chansons pour Sylvie Vartan, Michel Delpech ou encore Sheila. En juin 1996, il a créé un album musical qu’il interprète en compagnie du grand orchestre de Bratislava. Il poursuit toujours sa carrière de musicien parallèlement à celle d'animateur de télévision.

Il a présenté les qualifications pour l'Eurovision (présélection française avec Tex en 2007) et a commenté le Concours Eurovision de la Chanson sur France 3, seul en 1999 et 2000 puis avec Guy Carlier en 2005, avec Tex en 2007 et Jean-Paul Gaultier en 2008.

Le 4 janvier 1994, le présentateur a été condamné à un an de prison avec sursis et 150 000 francs d’amende pour fraude fiscale. Il a alors dû être remplacé quelques jours à la présentation de "Questions pour un champion" par Vincent Perrot.

En 2005, il aurait subi une arnaque de type « rip deal » qui consistait à lui faire croire qu'il allait gagner une forte somme d'argent s'il acceptait de blanchir des euros contre des francs suisses; il aurait ainsi perdu 450 000 € en billets de banque lors d'une escapade en Suisse .

Julien Lepers est connu pour avoir pour sosie l'acteur américain Michael Keaton.

En haut



Questions pour un champion

Questions pour un champion est un jeu télévisé, diffusé sur la chaîne française France 3 depuis le 7 novembre 1988, rediffusé sur TV5, et présenté par Julien Lepers accompagné de William Pinville, la célèbre voix-off de l'émission. Il est inspiré du jeu britannique Going for gold et produit sous licence de la société Fremantle Media. Quatre candidats sont en lice et doivent, lors de trois manches successives, répondre à des questions de culture générale. Le concurrent le moins performant est éliminé à la fin de chaque manche, et le gagnant est le candidat remportant la dernière manche.

Les quatre candidats doivent répondre avant les autres à une série de questions, rapportant de un à trois points chacune, selon le degré de difficulté (au début du jeu), puis deux et trois s'il reste trois candidats, puis seulement trois points s'il n'en reste plus que deux. Sont qualifiés les trois premiers à atteindre neuf points.

La toute première question posée par Julien Lepers dans la première émission du jeu en 1988 pour la première manche fut « Combien de cercles entrelacés se trouvent sur le drapeau olympique ? ».

Le "Quatre à la suite" oppose les trois candidats rescapés. Tout d'abord quatre questionnaires sont proposés. Chacun à leur tour, en fonction de l'ordre de victoire lors de la première manche, les candidats choisissent le thème sur lequel ils souhaitent être interrogés. Le premier à s'être qualifié a le plus de choix (quatre possibilités), les candidats suivants ayant respectivement le choix entre trois et deux questionnaires. Chacun leur tour ils devront répondre dans un délai de 40 secondes à un maximum de questions. Chaque bonne réponse rapporte un point. S'ils se trompent ou passent, leur score retombe à 0. Une fois arrivés à quarante secondes, leur résultat est enregistré. Le score va de 0 à 4 et représente le nombre de bonnes réponses consécutives. Si un candidat réussit à répondre à 4 questions consécutives, il fait un « 4 à la suite » et il arrête de répondre aux questions. Les 2 candidats ayant obtenu le plus de points sont qualifiés pour le Face-à-face. En cas d'égalité, les candidats se départagent lors d'un jeu décisif au cours duquel ils répondent à des questions ; le ou les premier(s) (en cas de triple égalité) à atteindre deux points sont qualifiés pour la dernière manche.

Le "face-à-face" oppose les deux candidats finalistes. Pour chaque question posée, le présentateur énonce un thème qui permet au candidat qui à la main de choisir de prendre ou de laisser la main. Le premier à avoir ce choix est celui qui a remporté la deuxième manche le premier puis chacun d'eux alternativement. Avant l'énoncé de la question, un indice supplémentaire est inscrit sur l'écran à la seule intention des téléspectateurs (les candidats ne la voient donc pas). Le présentateur énonce alors une définition ou une courte biographie se rapportant au thème précédemment énoncé (homme célèbre, vocabulaire, santé-médecine, culture générale, etc). Les candidats doivent alors deviner l'objet de la définition. Celle-ci commence toujours par des indices difficiles (date et lieu de naissance, étymologie, situation géographique, etc), puis de plus en plus faciles, de telle sorte que s'il est en général difficile de donner la réponse dans la zone à 4 points, tout le monde est susceptible de trouver la réponse dans la zone à 1 point. Au fur et à mesure que les indices sont donnés à partir du "top chrono", quatre périodes de temps s'écoulent chacune correspondant à un nombre de points à remporter (du plus grand au plus petit). Si le candidat donne la réponse dans la première période, il obtient 4 points, dans la deuxième, 3 points, puis 2 points ou un seul point s'il répond dans la dernière. Un seul candidat peut répondre par période de temps et celles-ci sont alternées. À chaque changement de période, la main passe de l'un à l'autre candidat. Par ailleurs, lorsqu'un candidat donne une mauvaise réponse, la main repasse à l'adversaire. Le premier candidat à atteindre les douze points (anciennement neuf) remporte la partie.

A la fin de chaque manche (et donc du jeu) le perdant reçoit des lots de consolation tels que des dictionnaires et des encyclopédies. Le gagnant reçoit quant à lui 500 €, qu'il peut décider de remettre en jeu afin d'augmenter ses gains : 1 000 € pour deux victoires, 2 000 € pour trois, 3 000 € pour quatre et 4 000 € plus la cagnotte pour les cinq victoires. Un candidat remporte la cagnotte lorsqu'il gagne cinq émissions de suite. Celle-ci augmente à chaque émission et peut atteindre parfois plusieurs dizaines de milliers d'euros. Il y a en général entre 8 et 15 gagnants de cagnotte par an. Il est arrivé à de nombreuses reprises que le candidat vaincu par un gagnant de cagnotte remporte lui-même la cagnotte par la suite (le dernier candidat vaincu par un vainqueur de cagnotte revenant automatiquement le lendemain) et cette cagnotte est la cagnotte minimale : (10 000 euros lors de sa première participation pour sa 1ère victoire + 4 x 300 euros au fur et à mesure des victoires d'un même candidat + 4 000 euros des 5 victoires = 15 200 euros minimum théoriques pour un candidat remportant la cagnotte).

Ainsi, après cinq succès d'un même candidat, celui-ci part. Mais après chaque victoire, il peut choisir de partir, auquel cas le finaliste défait reviendra la fois prochaine avec trois nouveaux candidats.

À chaque fois que la cagnotte tombe, celle-ci redémarre à 10 000 €. Elle augmente de 300 € par jour ; à l'époque du franc, la cagnotte était de 50 000 FF et elle augmentait de 2 000 FF par jour.

Les meilleurs joueurs du trimestre s'affrontaient lors d'une émission en soirée baptisée Masters de bronze ; les meilleurs joueurs de l'année, pendant les Masters d'argent ; les meilleurs sur quatre années, les Masters d'or mais ce système a été abandonné en 2002, faute d'audience et ce, après deux Masters d'or remportés par Claude Pierson. Ces soirées (en prime-time) étaient organisées en parallèle d'émissions spéciales où s'affrontent des jeunes gens, des étudiants issus des grandes écoles françaises, des candidats issus de plusieurs pays francophones et des célébrités du paysage audiovisuel ou du monde du spectacle qui subissent tout d'abord des épreuves de qualification (dans leur pays, écoles...) non télédiffusées puis télévisées à horaire habituel avant l'émission spéciale. En 2007, début janvier, une « spéciale familles » a été mise en place où les membres de chaque famille changent à chaque manche si le précédent membre s'est qualifié. Le système des masters a plus ou moins été remplacé par les émissions du dimanche (le super-champion).

Après avoir célébré ses dix ans en 1998, ses 15 ans en 2003, le jeu a célébré ses vingt ans le 27 octobre 2008 lors d'une émission spéciale réunissant diverses figures marquantes du jeu (candidats brillants, juniors, francophones, célébrités, etc.).

Édition 2005 : CELSA, EDHEC, ENSP, ESM Saint-Cyr, HEC, Polytechnique, Ponts et Chaussées, SUPAERO, Véto Alfort, ?.

Édition 2006 : École de l'Air, EOGN, ESM Saint-Cyr, HEC, École navale, Polytechnique, Ponts et Chaussées, Sciences Po Paris, SUPAERO, Véto Nantes.

Édition 2007 : CELSA, ENSAM, EOGN, ENSP, ESCP-EAP, ENS Cachan, Polytechnique, SUPAERO, Télécom Paris, Véto Alfort.

Édition 2008 : AgroParisTech, École de l'Air, Centrale Nantes, ESM Saint-Cyr, ESCP-EAP, HEC, Mines de Nancy, Polytechnique, Sciences Po Paris, Véto Toulouse.

Depuis le 10 septembre 2006, Julien Lepers présente Questions pour un super champion, émission dominicale mettant tout d'abord aux prises, selon le déroulement habituel de l'émission quotidienne, quatre personnes ayant déjà remporté au moins deux fois l'émission Questions pour un champion, le vainqueur de cette première phase affrontant en 21 points le « super champion » de la semaine précédente. Celui qui gagne 5 émissions de suite emporte une cagnotte de 50 000 €.

Julien Lepers commence la finale en rappelant le principe du jeu, qui termine ainsi : « Voilà l'enjeu, voici le jeu ».

Malgré son ancienneté, le jeu connaît toujours des taux d'audience quotidiens importants. De nombreux clubs de joueurs ont été formés et restent actifs.

L'émission a donné lieu a de nombreuses parodies, la plus célèbre étant celle des Inconnus, intitulée Questions pour du pognon. L'animateur Julien Lepers a également été caricaturé à de nombreuses reprises, en raison notamment de maniérismes et des méthodes jugées artificielles pour entretenir le suspense au cours de la partie. Il reste que, dans l'esprit des téléspectateurs, il est absolument indissociable du jeu et forme avec lui une véritable institution populaire de la télévision française. Le jeu a atteint sa 6000e émission en septembre 2008.

Plusieurs produits dérivés ont été lancés, notamment un jeu de société et un jeu vidéo.

Le 27 octobre 2008, le jeu a fêté ses 20 ans en prime time.

Plus de 100 clubs existent en France, Belgique et Suisse.

En haut



Intervilles

Intervilles au Futuroscope

Intervilles est une émission de télévision française diffusée sur France 3.

Guy Lux et Pierre Brive inventent ce jeu diffusé chaque été à partir du 17 juillet 1962 sur la première chaîne de la RTF, puis de l'ORTF, puis sur TF1 et présenté par Simone Garnier, Guy Lux (avec sa fameuse phrase « en voiture Simone ! »), Léon Zitrone et Claude Savarit. Le jeu est ensuite diffusé sur France 2 en 2004 et 2005 puis sur France 3 depuis 2006.

Il est, avec Fort Boyard, l'un des jeux phares de l'été.

Ce jeu est fondé sur un affrontement amical entre deux villes à travers une série d'épreuves physiques sur terre, dans l'eau et dans les airs faites de jeux d'adresse sur tapis roulant et tournette donnant lieu à des dégringolades, sans oublier l'inévitable épreuve des vachettes landaises. Chaque jeu gagné rapporte 2 points, une égalité dans un jeu rapporte 1 point à chaque équipe. Les équipes peuvent aussi utiliser un joker pour doubler les points obtenus dans un seul jeu. Une épreuve mentale complète le jeu et permet à deux candidats des villes concurrentes de gagner des points supplémentaires en répondant à des questions de culture générale. Au nombre de points, la saison se termine par une finale. Diffusée en période estivale, l'audience de cette émission battait tous les records.

Le générique de l'émission est Shanana du groupe Citizen's apparu en 1985. Il a été remixé 5 fois (en 1985, 1995, 1998, 1999 et 2004) spécialement pour l'émission. Le dernier en date a été mis à l'antenne en 2004 mais n'a pas été commercialisé contrairement à sa version chantée par des enfants. Il peut être néanmoins entendu dans l'adaptation jeu PC sortie en 2007.

Dans les années 1960, Intervilles devient vite un véritable phénomène de société par son côté populaire et jubilatoire. L'émission est présentée par deux des plus célèbres hommes de télévision de l'époque, Guy Lux, le présentateur emblématique du Palmarès des chansons, et Léon Zitrone, le grand spécialiste du commentaire des cérémonies prestigieuses. Chacun des deux présentateurs est situé dans une des deux villes candidates et est chargé de la défendre. Ils n'hésitent pas à mettre toute leur ardeur à cette tâche, y compris en feignant la mauvaise foi manifeste, ce qui soulève l'enthousiasme des spectateurs et des téléspectateurs. La première finale avait été disputée en 1962 entre les villes de Dax (Landes) et de Thann (Haut-Rhin). Simone Garnier, la fidèle complice de Guy Lux, est chargé du rôle d'arbitre, ce qui n'est pas une tâche facile face aux deux « monstres » de la télévision.

En juillet 1995, après une longue période d'absence, Intervilles revient sur TF1 avec aux commandes Jean-Pierre Foucault, Fabrice, Nathalie Simon et Olivier Chiabodo. L'émission est toujours réalisée par Gilles Amado. L'émission est produite par Glem. La formule évolue car l'émission ne se déroule que sur un seul site, celui de la ville d'accueil contre deux auparavant.Jean-Pierre Foucault défend la ville d'accueil, Fabrice défend la ville invitée, Nathalie Simon teste les jeux et Olivier Chiabodo les arbitre. On retrouve à peu de choses les mêmes jeux notamment le Défi (un grand plan incliné à monter à la force des bras) qui sera une épreuve récurrente à chaque émission. On retrouve aussi évidemment les désormais célèbres vachettes landaises. Le succès est immédiat et l'émission battra des records d'audience. Le premier affrontement de ce nouveau concept d'Intervilles qui opposa Valenciennes et Saint-Amand-les-Eaux sera suivi par plus de 9 millions de téléspectateurs. TF1 ira même jusqu'à programmer 2 éditions du jeu durant l'hiver 1995.

Le succès se confirme en 1996 sans grand changement notable. À noter que l'affaire Chiabodo, qui éclatera en 1997, commence cette année là lors du match opposant le Puy du Fou à Cholet. Vidéo à l'appui, lors de l'épreuve des questions, Chiabodo avait déjà les doigts qui le démangeaient… au moment où c'était le tour du Puy du Fou.

1997 sera l'année du grand tournant pour Intervilles. Fabrice ne rempile pas pour profiter de ses vacances. Thierry Roland le remplace. Un nouveau jeu récurrent apparait aux côtés du Défi : le Ventriglisse. Le but est de glisser le plus loin possible sur une longue piste savonnée. Lors de la première émission qui opposait le Puy du Fou au pays d'Ancenis, Chiabodo est repris par ses "démangeaisons" dans les mêmes circonstances. La finale a lieu à Disneyland Paris et oppose le Puy du Fou à Mont-de-Marsan. Le Puy du Fou gagnera. Mais l'audience commence à s'éroder. Quelques mois après, Le Canard enchaîné dévoile l'affaire Chiabodo. L'animateur nie mais est écarté de l'antenne. L'affaire se soldera par un non-lieu mais Olivier Chiabodo est licencié de TF1.

On croit l'émission condamnée mais la chaîne décide de la remettre à l'antenne en 1998 avec une toute nouvelle équipe : Julien Courbet remplace Thierry Roland occupé par la Coupe du monde de football, Delphine Anaïs remplace Nathalie Simon partie pour cause de maternité, Laurent Mariotte remplace Olivier Chiabodo et Robert Wurtz devient l'arbitre officiel en remplacement de Chiabodo. Seul Jean-Pierre Foucault rempile. La première émission a lieu à Arras qui reçoit Saint-Quentin et la finale oppose Mont-de-Marsan à Dax dans ses arènes. Mais l'audience continue de dégringoler et devient insuffisant pour TF1 qui décide d'arrêter le jeu.

Néanmoins, la chaîne programme en septembre 1999 une spéciale Paris/Pékin en direct à l'occasion de l'année de la Chine en France. L'émission est présentée par Jean-Pierre Foucault, Fabrice, Nathalie Simon et Laurent Mariotte. Toujours réalisée par Gilles Amado et produite par Glem et Mistral production. Le jeu est diffusé en direct en France et en Chine. L'audience en France est très moyenne, ce qui convainc TF1 de mettre définitivement Intervilles au placard.

En 2004, France 2 décide de remettre à l'antenne ce jeu estival. Mais dans un format inédit développé par Mistral production : en quotidienne et en access prime-time . De plus l'émission sera enregistrée à l'Europa Park en Allemagne sur le site de l'émission allemande.

Cette nouvelle mouture est présentée par Nagui dont c'est le grand retour sur le service public, Juliette Arnaud, quasi-inconnue du public à part pour être l'ex-fiancée de Michaël Youn et arbitrée par Robert Wurtz qui avait déjà officié en 1998. Des pom-pom girls répondant au nom de Simones font leur apparition.

Les points obtenus au fil des jeux servent désormais à monter sur le plan incliné afin de prendre de l'avance pour conclure les 3 relais. L'équipe qui les termine en premier gagne le match et revient le lendemain défier une nouvelle ville et ainsi de suite jusqu'au vendredi. L'équipe qui gagne le vendredi est sélectionnée pour la finale.

Le bilan de cette édition 2004 fut mitigé. Audience correcte pour l'access mais moyenne pour le prime time.

En 2005, France 2 revient aux fondamentaux de l'émission, mais toujours sans direct. Elle est désormais coproduite par Mistral production et Air Productions, réalisée par Didier Fraisse, avec aux commandes toujours Nagui, Patrice Laffont, Nathalie Simon qui fait son grand retour, Philippe Corti pour l'ambiance musicale, l'inusable Robert Wurtz et Olivier Alleman sont à l'arbitrage. Les Simones sont rebaptisées les Cortisannes.

On retrouve la formule des années '90 à part les questions finales qui disparaissent et le mur des champions qui sert de jeu final. L'émission réalise de très belles audiences malgré une concurrence féroce.

La finale se déroule dans les arènes d'Arles et se conclut par la victoire de Saint-Quentin.

2006 a été une année d'hésitations pour Intervilles : tout d'abord pour la chaîne (passage de France 2 à France 3). La plus grosse difficulté a été de trouver de nouveaux animateurs. Nathalie Simon et Robert Wurtz rempilent, mais Nagui, occupé par son nouveau jeu quotidien Tout le monde veut prendre sa place, n'a pas souhaité continuer.

Le cas de Patrice Laffont est tout autre. L'animateur souhaitait lui-même poursuivre l'aventure et était déjà pressenti pour continuer, mais la nouvelle chaîne ne l'a pas trouvé à son goût (trop âgé). Après beaucoup d'hésitations, il en est finalement écarté, ce qui lui laisse toujours un goût amer. Après plusieurs refus d'animateurs (Patrick Sébastien, Anthony Kavanagh…), ce sont finalement Julien Lepers et Tex qui sont choisis, auxquels vient s'ajouter Vanessa Dolmen, qui s'occupera du fil rouge. Philippe Corti est annoncé à la dernière minute.

La première émission a eu lieu au Touquet, qui recevait Saint-Quentin. Le succès est toujours au rendez-vous. L'émission retrouve enfin le direct et est réalisée par Didier Fraisse pour les trois premières et Gilles Amado pour les six autres. La finale a eu lieu dans les arènes de Nîmes pour un match opposant Nîmes à Mont-de-Marsan, cette dernière gagnant l'édition.

Une déclinaison hors saison estivale était prévue pour l'hiver 2006 mais a été annulée, faute de temps et d'argent.

La saison 2007 reprend avec la même équipe. Mais Robert Wurtz est victime à la fin de la seconde émission d'un accident vasculaire cérébral qui l'obligera à abandonner son poste. Il a été remplacé par son assistant Olivier Alleman jusqu'à la fin de la saison. Les 5 premières émissions ont été réalisées par Didier Fraisse et les 5 dernières par Laurent Daum. La finale opposant Mont-de-Marsan à Carcassonne a vu le deuxième sacre consécutif de Mont-de-Marsan, à domicile cette fois-ci.

Le saison 2008 d'Intervilles débute sans Robert Wurtz, qui est remplacé par Olivier Alleman, ni Vanessa Dolmen, qui est remplacée par Alessandro Di Sarno (connu pour avoir été chroniqueur dans l'émission Les Hyènes sur France 2. Il officie désormais sur Cap 24). Un nouvel arbitre assistant fait également son apparition : Sandra Murugiah, qui officie aussi sur la chaîne NT1. Cette saison a été lancée le 23 juin en direct du Futuroscope dans une spéciale VIP intitulée InterVIP, où des célébrités parisiennes et marseillaises s'affrontaient au profit d'associations. Cependant, cette spéciale n'a pas bien fonctionné en raison peut-être d'une programmation anticipée et d'un manque de promotion (très peu d'articles de presse et une bande-annonce arrivée tardivement à l'antenne). D'autres célébrités ont par la suite également participé : Rachel Legrain-Trapani à Saint-Quentin et Alexandra Rosenfeld à Beaucaire.

Durant les 4ème et 5ème émission, Philippe Corti est remplacé par Matthieu Allard, son assistant, au poste de DJ après s'être fracturé des côtes.

Niveau réalisation, Didier Fraisse réalisa les 6 premières émissions et Patricia Rimond des Anges les 4 autres.

La finale a opposé Dax à Vannes et a vu le troisième sacre de Dax après ceux de 1962 et de 1971.

Mais cette saison marque un certain essoufflement du concept. L'émission ne retrouve pas ses audiences des années précédentes en ne dépassant pas la barre des 3 millions de téléspectateurs. Le producteur lui-même le concède et évoque un renouvellement complet de l'émission pour 2009. Nombreux sont ceux qui reprochent à l'émission, plus ou moins objectivement, d'être trop répétitive (quasiment aucun jeu inédit cette saison) et de cibler d'avantage le jeune public tout en ratant sa cible initiale qui est familiale.

Le 13 septembre 2008, Alain Vautier, le directeur des programmes de France 3, annonce sur l'antenne d'Europe 1 que l'émission Intervilles est menacée. Une saison 2009 est finalement annoncée mais se fera au prix de gros changements.

Mistral production organise aussi des Intervilles internationaux auxquels ont participé la Chine, l'Ukraine, la France, l'Italie, la Roumanie, la Grèce… Quatre éditions ont déjà été tournées à Martigues en 2005, à Saint-Pierre et Sainte-Maxime en 2006 et à l'hippodrome de Cagnes-sur-Mer en septembre 2007 (Dans ces derniers se sont opposés la Chine, la Russie, les États-Unis et le Kazakhstan). L'émission sera également adaptée aux États-Unis, le Brésil et les Pays-Bas se sont montrés eux très intéressés.

En haut



Yves Derisbourg

Yves Derisbourg (14 août 1958 - ) est une personnalité française du domaine de la radio et de la télévision.

Né en 1958 à Boulogne-Billancourt, Yves Derisbourg a très jeune été attiré par l'univers de la radio et de la télévision. Écoutant les programmes de RTL au collège pendant les cours, il profitait de la récréation pour participer "en direct", par téléphone, de la cabine téléphonique du Lycée Charlemagne à Paris, à l'émission "RTL - Non Stop" animé par Philippe Bouvard... Souvent sélectionné par Christian Plume, le réalisateur, pour poser ses questions en direct aux invités de l'émission, il passait à l'antenne une à deux fois par semaine... Les assistantes de Bouvard l'appelaient parfois pour lui proposer une question "vache" que Bouvard ne voulait pas poser lui-même...

À 12 ans, en 1970, il assiste quasiment chaque jour aux émissions en public de la station de la rue Bayard en sortant des cours. En 1973, c'est à l'émission de télévision dominicale "Le Luron du Dimanche" qu'il assiste régulièrement : Il fera même un "duo" radiophonique avec Thierry Le Luron lors d'une séquence "amateur" sur RTL dans l'émission "RTL - Non Stop" de Philippe Bouvard, en présence de Fernand Raynaud. En 1975, et jusqu'à juin 1976, il participe pratiquement chaque semaine à l'émission "Le Petit Rapporteur", réalisée par Bernard Lion en direct du Studio 102 de la Maison de la Radio et apparaît dans plusieurs sujets de l'émission, à l'initiative de Robert Lassus, membre de l'équipe du Petit Rapporteur et ami de la famille Derisbourg originaire d'Arras. Récemment sorti sous la forme d'un coffret double DVD collector, le "Best Off" de l'émission permet de revoir plusieurs extraits d'émissions dans lesquelles on retrouve Yves Derisbourg dans le public du studio 102.

Après des études de Publicité et de Marketing, Yves Derisbourg rentre comme stagiaire en 1978 à Information et Publicité, régie publicitaire de RTL. Il y sera engagé comme Responsable du New Business de RTL en 1979. C'est là qu'il rencontre Max Meynier, avec qui il restera lié jusqu'à sa disparition en mai 2006. Pendant deux ans, Yves Derisbourg montera des "Opérations Spéciales" sur l'antenne de RTL avec la complicité de ses nouveaux "collègues" : Michel Drucker, Max Meynier, Sam Bernett, Jean-Pierre Imbach, Julien Lepers et Patrick Sabatier, qui débutait alors sur RTL, venant de FR3 Télévision.

La plus célèbre de ces "Opérations Spéciales" fut le "Rallye Paris-Dakar" : Thierry Sabine, que Yves Derisbourg connaissait du Touquet-Paris-Plage, est venu voir IP-RTL pour y trouver à la fois un sponsor, mais surtout un soutien technique. En 1979, aucun satellite de communication ne permettait de réaliser des "directs" du parcours du rallye en Afrique... RTL ayant installé une nouvelle émission pour un public de motards sur l'antenne, "Les Motards sont Sympas", animé par Sam Bernett, accepta de parrainer le Rallye et d'assurer les liaisons radio en BLU, en utilisant les Ondes Courtes et le relais radio des PTT de Saint-Lys Radio qui jusqu'alors permettait les liaisons avec les navires de pêche ou de commerce. Suite au départ "précipité" de Sam Bernett qui quitta RTL à quelques semaines du début de l'épreuve, c'est finalement Max Meynier qui partit sur les chaudes pistes du désert, "coaché" par Yves Derisbourg... L'année qui suivit, Max resta en studio tandis que Yves Derisbourg participa en compagnie de Jean-Louis Trintignant au Rallye 5 × 5 Transafrica dont il donnait chaque soir des nouvelles sur RTL dans l'émission de Max Meynier.

En 1980, Yves Derisbourg reçoit un appel de Daniel Hamelin qui lui demande s'il est partant pour participer avec lui à la création de la première radio locale départementale de Radio France : Radio Mayenne. Yves Derisbourg part à Laval pour participer à cette aventure en tant que responsable des programmes et animateur de la tranche 18h/23h du lundi au vendredi, du 16 juin 1980 au 30 juin 1983, date à laquelle il retourne à Paris rejoindre la grille de France Inter où il restera de manière ininterrompue jusqu'en juin 1990. Entretemps, il sera aussi dès 1980, de l'équipe qui créa Radio 7, première radio FM "jeune" de Radio France qui révéla aussi Laurent Boyer, Francis Cadot, "Martial", Clémentine Célarié, Yves Géniès, Smith et Wesson, et autre Dee Dee...

De juillet 1983 à juin 1990, il sera présent quotidiennement sans interruption sur France Inter, chaîne sur laquelle il produisit et anima de nombreuses émissions restées dans la mémoire des auditeurs : "...Et un raton laveur!..." avec Laurent Broomhead, mais surtout, la première émission de radio parlant de télévision, "Écran Total" qu'il créa et anima avec Marcel Jullian durant plus de trois ans, et pour laquelle il reçut "l'Antenne de Cristal" en 1989 pour la meilleure émission de radio francophone de l'année.

Après 10 ans à Radio France, Yves Derisbourg intègre Europe 1 en juillet 1990, où on lui confie la plus importante tranche du WE : L'animation du 5h/9h le samedi et le dimanche.

En 1992, c'est Sud Radio, qui vient d'être rachetée par le Groupe Pierre Fabre, qui fait appel à lui pour reformater certaines chroniques de l'antenne avec la complicité de l'ancien rédacteur en chef de Radio Mayenne, Freddy Thomelin, nommé directeur de l'antenne.

Quand le Groupe Pierre Fabre racheta RMC, Yves Derisbourg "glissa" sur cette antenne mythique jusqu'à ce qu'on lui demande de vivre en Principauté de Monaco...

Ses autres activités ne le lui permettant, il quitta l'antenne de RMC et poursuivit ses activités radiophoniques par le biais de Rendez-Vous radiophoniques hebdomadaires ("Parlons Immobilier", avec le Crédit Foncier, "Les R-V du Régime Social des Indépendant", "Les RV Beauté", avec Yves Rocher, etc.) diffusés sur RTL et Europe1, et produits par la société de production qu'il fonda en 1988 : Radio Télé Presse Concept.

En parallèle de la radio, Yves Derisbourg est présent en TV : En 1984 il co-anime "Ring Parade" avec Guy Lux et dès 1987, on le retrouve sur TF1, où il est l'un des journalistes-chroniqueurs de l'émission "Super Sexy" dont il fit parti de l'équipe de création autour de Pascale Breugnot.

Il rejoint ensuite FR3 où il présentera durant deux ans l'émission "FR3 Entreprises" chaque samedi matin.

TF1 sera véritablement la chaîne avec laquelle Yves Derisbourg fera aboutir le plus grand nombre de projets : il fut d'ailleurs étroitement lié au montage du dossier d'appel d'offre que Bouygues confia à Marcel Jullian pour le rachat de TF1... et qui remporta la partie ! Yves Derisbourg intègrera la chaîne comme journaliste-chroniqueur de l'émission "Super Sexy" pour laquelle il réalisera de nombreux reportages et sujets chaque mois, en France et à l'étranger (Thaïlande, Afrique, etc.). FR3 sera aussi une chaîne importante dans la carrière de Yves Derisbourg, surtout lorsque Sabine Mignot, alors Directeur des Programmes de la chaîne publique, lui demandera de réfléchir à ce que pourrait être le mode de présentation du vote des téléspectateurs de l'élection de Miss France dont la chaîne venait d'acquérir les droits TV : Depuis 1988, Yves Derisbourg est un membre indéfectible de l'équipe de Geneviève et Xavier de Fontenay et co-présente l'émission, d'abord avec Yves Lecoq, puis Julien Lepers, et, depuis que l'émission est sur TF1, avec Jean-Pierre Foucault.

Toujours sur TF1, il présenta avec Hubert Auriol un magazine automobile, "Automobiles Classiques", de 1989 à 1990 et fut membre de l'équipe qui créa la première chaîne de télé-achat française diffusée sur le câble et le satellite, financée par TF1 et produite par sa filiale "Studio 107" : "Shopping Avenue".

C'est d'ailleurs le jour de la Saint Yves, le 19 mai 1998, que Yves Derisbourg démarre l'antenne de "Shopping Avenue", diffusée sur TPS, aux côtés de Christian Morin et de Michel La Rosa.

En 2001, "Shopping Avenue" devient "Shopping Avenue Matin", émission diffusée sur TF1 le dimanche matin : Yves Derisbourg y présente toutes les nouveautés du monde du High Tech, des appareils photos numériques aux écrans plasma en passant par les terminaux GSM dernier cri.

En parallèle de ses activités Radio/TV, Yves Derisbourg est concepteur/producteur d'événements pour les entreprises : sa société Radio Télé Presse Concept / Yves Derisbourg Production (Site web : www.rtpc.fr) est spécialisée dans la créations d'événements (Conventions commerciales, inaugurations de sièges sociaux, lancement de produit, etc.) et la production de programmes et spots radio et TV.

Yves Derisbourg créé également des concepts de radios originales comme "Radio Le Shuttle", diffusée dans le Shuttle d'Eurotunnel, ou encore la station "107.7 FM" des autoroutes de la SANEF (A1 et A16), première radio autoroutière "asynchrone" diffusant des programmes et informations spécifiques en fonction de la portion d'autoroute sur laquelle on circule.

Cette station est exploitée depuis 1994, sur les bases du concept original de Yves Derisbourg, par des personnels de Radio France.

Yves Derisbourg est également enseignant : Il a fait partie de l'équipe de création du Studio École de France, créé en 1983 par René Marchand, et a donné des cours aux élèves de Paris II à la Sorbonne.

Yves Derisbourg est passionné de sports mécaniques, comme c'est le cas pour une grande partie de sa famille : son père fut à l'origine de l'importation des motos et voitures Honda en France dès 1963, et son beau-frère, marié à sa sœur Anne, est Jean-Claude Chemarin, pilote moto qui remporta de multiples fois le Bol d'or motocycliste et les 24 heures du Mans moto, et qui fut Champion d'Europe de 1977 à 1980, puis Champion du Monde d'endurance en 1981.

Yves Derisbourg est aujourd'hui membre du "Club Honda" qui rassemble une centaine de collectionneurs de véhicules Honda d'époque, dont les fameuses S800, N360 et Z600 : C'est son coupé Honda S800 qui fut exposé au Mondial de l'Automobile pour illustrer l'année 1968 dans le hall qui retraçait 100 ans d'Automobile à travers les modèles qui avaient "marqué" chaque édition du "Salon de l'Auto", lors du Centenaire de cette manifestation.

Sur le plan des sports mécaniques, Yves Derisbourg fit ses premiers tours de roues à l'âge de 7 ans en karting, sur le petit circuit géré par Isidore Partouche (qui devint le propriétaire de Casinos que l'on sait !) sur le parking de la digue nord du Touquet-paris-Plage... Il participa à différentes épreuves dont le 1er rallye Paris-Dakar (1979), le rallye 5x5 Transafrica (1980), le Championnat d'Europe de rallye sur terre (1981) sur Peugeot, avec son complice Pierre Dugué, les 1ères 24 Heures du Mans camion, sur Renault-Berliet, avec Yves Courage comme co-équipier.

L'aviation est son autre passion : Yves Derisbourg est pilote privé avion depuis 1980 et pilote privé hélicoptère depuis 1984. C'est Richard Fenwick, alors Président de l'Aéroclub de France, qui lui fit son instruction alors que Yves Derisbourg faisait la "météo des routes" en compagnie de Nicolas Poincaré, le vendredi et le dimanche soir en direct de son hélicoptère sur France Inter et France Info. Lorsque Yves Derisbourg quitta France Inter pour Europe 1, Richard Fenwick poursuivit cette activité d'information routière seul à l'antenne sur Europe 2 dont il devint l'une des "Voix" mythiques au début des années 1990.

Pour la réalisation de ses émissions de radio, Yves Derisbourg eut le privilège exceptionnel pour un "civil" de pouvoir effectuer des vols sur des avions de chasse : à l'occasion de la série TV "Les Chevaliers du Ciel", rééditée dans les années 1980 avec Christian Vadim dans le rôle de Tanguy, Yves Derisbourg effectua plusieurs vols avec instructeur sur Alpha Jet à la base aérienne de Tours. Il eut la chance de voler à nouveau sur Alpha jet et Jaguar quelques années plus tard, à l'occasion de son émission "Appelez-moi, j'arrive !" sur France Inter, dont un numéro fut consacré au "macaronage" du plus jeune pilote de chasse de l'Armée Française.

Il eut également la chance d'effectuer en cockpit de nombreux vols à bord de Concorde, en vol commercial Paris/New York, mais aussi lors de vols privatisés.

Ami du spationaute Patrick Baudry, qui fut également directeur des Essais en vol de Airbus Industrie, Yves Derisbourg réfléchit avec lui sur l'évolution de l'aviation d'affaire en Europe et sur les nouvelles possibilités offertes par les nouvelles générations d'avions en structures "composite" pour améliorer les possibilités de déplacements aériens en Europe des responsables de PME : d'un coût d'achat divisé par 3 ou 4 par rapport aux jets d'affaires actuels, ces avions permettront demain de se déplacer en Europe à 4 ou 5 personnes pour le même prix qu'avec des lignes régulières, mais en "porte à porte" et aux horaires de son choix.

En haut



Télématin

Télématin est une émission de télévision française d'information et de conseils pratiques diffusée depuis le jeudi 10 janvier 1985 sur Antenne 2 puis France 2 de 6h30 à 8h30, et jusqu'à 8h45 depuis la rentrée 2006.

Cette émission matinale est la deuxième créée après 7/9 sur Canal+. C'est l'émission matinale la plus regardée de France (50% de part de marché), devant La Matinale de Canal+.

L'émission fut présentée à l'origine par William Leymergie. En 1986, William Leymergie est appelé à présenter le journal de 13 heures d'Antenne 2 (jusqu'en 1990). Roger Zabel, fraîchement évincé de La Cinq de Berlusconi succède à Leymergie puis c'est Julien Lepers qui prendra le relais. À partir de 1990, William Leymergie reprend les commandes comme présentateur-producteur de l'émission, remplacé lors de ses congés par Thierry Beccaro, David Martin, Laurent Romejko ou bien Isabelle Martinet.

L'émission fait se succéder des flashs d'information et des rubriques culturelles et de vie quotidienne. William Leymergie, producteur délégué de l'émission, fait office de rédacteur en chef pour la partie magazine de l'émission ; mais pas pour les journaux qui dépendent directement de la rédaction de France 2 et possèdent leur propre rédacteur en chef, actuellement Roland Sicard.

L'émission fait également appel chaque matin aux correspondants permanents de France 2 en Europe : Londres, Bruxelles, Rome et Berlin (actuellement Maryse Burgot, François Beaudonnet, Philippe Visseyrias et Jérôme Bony). Ils présentent un fait marquant de l'actualité du pays.

Le succès de Télématin a inspiré la création de Matin Bonheur puis de C'est au programme, des émissions de milieu de matinée dont William Leymergie est producteur. Les Inconnus avaient parodié ces émissions dans le sketch "Youpi Matin" où chroniqueurs et présentateurs apparaissaient à l'antenne à moitié endormis.

À côté des rubriques magazine, Télématin comprend 3 journaux télévisés complets, à 7h, 7h30 et 8h, plus deux flashes à 6h30 et 8h40. C'est Sophie le Saint qui présente à la demie et Nathanael de Rincquensen à l'heure pile. Ils sont occasionnellement remplacés par Jacques Cardoze, David Boeri, Jérôme Bermyn, Dorothée Cochard, Alban Mikoczy, Cyril Zha...

Télématin est également un des programmes importants pour TV5MONDE qui le rediffuse sur l'ensemble de son réseau dans la journée dans près de 200 pays.

Une des particularités techniques des journaux de Télématin est que, du fait du manque de temps, les commentaires des reportages ne sont pas enregistrés quelques minutes avant le journal, comme c'est l'usage, mais souvent dits en direct par les journalistes, enfermés dans une "cabine" située en régie. De ce fait, on peut entendre quelquefois (même si c'est assez rare) les commentateurs bafouiller...

William Leymergie, après une altercation avec un chroniqueur, a été suspendu pour 15 jours du 1er octobre 2007 au 16 octobre 2007 . Il à été remplacé par Thierry Beccaro le temps de son absence.

La rumeur prête à William Leymergie depuis quelques années l'intention d'arrêter la présentation de l'émission, mais sans que rien ne puisse confirmer ces bruits.

Télématin réalise chaque jour, en parts de marché, le meilleur score d'audience de la chaîne.

Depuis septembre 2008, l'émission est également diffusée le samedi de 7h à 8 h 30. Le programme est consacré aux activités du week-end (marché, bricolage, culture...), avec de nouvelles chroniques, comme la Revue de presse des magazines d'Olivier Galzi.

Isabelle Bouloc présente les journaux de 7 et 8 heures tandis que Jérôme Bermyn présente ceux de 7 h 30 et de 8 h 40.

En haut



Tex (humoriste)

Jean-Christophe Le Texier, plus connu sous son nom de scène Tex, est un humoriste et animateur de télévision français. Il naît au Croisic, en Loire-Atlantique, le 16 avril 1960, de parents fromagers originaires de Bretagne. La famille emménage à Troyes en 1961 quand Tex a un an. Son frère Yves-Loïc vit toujours dans la cité champenoise. Il a 6 frères et soeurs.

Il est essentiellement connu du grand public pour sa présentation d’Intervilles avec Julien Lepers depuis 2006, ou plus quotidiennement du jeu télévisé Les Z’amours, au côté de Me Galibert, où il pratique l'improvisation en faisant participer les candidats.

On sait moins toutefois que cet artiste a forgé son humour sur scène, avant de s’essayer progressivement à la radio et à la télévision.

Il est auteur de deux spectacles : Je m'sens bien et Tex in the City (jeu de mots sur Sex and the City).

En haut



Source : Wikipedia