Jeux

3.4353488371979 (2150)
Posté par woody 26/02/2009 @ 00:45

Tags : jeux, jeux vidéo, loisirs

Dernières actualités
"Jeux de pouvoir" : de Londres à Washington, la difficile ... - Le Monde
Russell Crowe et Ben Affleck dans le film américain de Kevin MacDonald, "Jeux de pouvoir" ("State of Play"). Avant d'être un long métrage hollywoodien, ce thriller politico-médiatique américain a déjà existé sous la forme d'une série télévisée anglaise...
Les jeux, le maillon fort des chaînes - 20minutes.fr
J.-M. SUREAU / TF1 « Pas de grande chaîne généraliste sans jeux télévisés », explique François Viot. Depuis plus de cinquante ans, ils sont « le genre majeur du petit écran ». Et la roue tourne plus que jamais en ce sens. Décryptage d'un business doré....
[info] Deux jeux Tingle pour la DS - Nintendo-Difference
Nintendo a décidé de gâter les nombreux fans de Tingle en annonçant non pas un mais deux jeux mettant en scène l'elfe vert déjanté sur DS. L'un d'entre eux n'est autre qu'une suite au premier jeu Tingle, nommé Irozuki Tingle no Koi no Balloon Trip,...
Culture et médias - France Info
Jean Viot, directeur de la rédaction de Télé Câble Satellite publie "Le jackpot des jeux télé" (éd. du Moment). Quels sont les secrets des jeux télévisés ? Grande enquête dans les coulisses de ces émissions qui marchent et qui rapportent....
Gearbox dépose 4 jeux « War Hero » ?! - Xboxygen
Soit y'en a un chez Gearbox qui s'est mal réveillé ces derniers jours, soit le studio envisage bien de développer un ou plusieurs jeux de guerre dit(s) « Hero ». Bizarrement, « Hero » avait une connotation uniquement musicale ces temps ci avec les...
Meilleures ventes de jeux au Japon : les Mii prennent vie - JeuxVideo.com
Ce sont en effet encore deux nouveaux venus qui trustent les premières places du classement des jeux les plus vendus. L'un d'entre eux n'est pas totalement un inconnu puisqu'il s'agit de la version PSP de Fate/Unlimited Codes, un jeu de baston qui...
L'addiction aux jeux de hasard coûte cher - TSR.ch
Plus de 120'000 personnes jouent de manière excessive à des jeux de hasard en Suisse. C'est ce que montre une étude publiée jeudi par la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ), qui s'attarde aussi sur les coûts sociaux engendrés....
Jeux Med: Steeve Guénot doit renoncer - Europe1
Selon L'Equipe, le cadet des Guénot n'a pu descendre à 66 kilos pour la troisième fois de la saison et doit donc renoncer à sa participation aux Jeux Méditerranéens (26 juin-7 juillet) à Pescara, en Italie. Son prochain objectif est incontournable: les...
Jeux Med: Calvel remplace Honrubia, blessé - France Info
Samuel Honrubia, victime d'une blessure à la cheville gauche, a du déclarer forfait au retour de Lettonie, où il a disputé le dernier match des qualifications à l'Euro 2010 (24-27). Claude Onesta a donc décidé de convoquer le Toulousain Rémi Calvel qui...

Jeux olympiques d'été de 1964

150px-1964 solympics logo.gif

Les Jeux olympiques d'été de 1964, jeux de la XVIIIe Olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés à Tōkyō, au Japon, du 10 au 24 octobre 1964. C'était la première fois que le continent asiatique accueillait cet évènement.

Tōkyō avait déjà été choisie en 1936 par le Comité international olympique pour organiser les Jeux olympiques d'été de 1940 à l'occasion du 2 600e anniversaire de la fondation dynastique japonaise, mais la Seconde Guerre mondiale, et notamment la guerre sino-japonaise commencée dès 1937, avait forcé leur annulation.

Vingt-quatre ans plus tard, les dirigeants japonais voulurent montrer que leur pays s'était relevé de la guerre et, afin de montrer leur puissance économique, ils décidèrent d'investir d'énormes capitaux dans la construction d'installations sportives ultra-modernes.

Ces Jeux olympiques furent un succès populaire : 2 millions de billets furent vendus sur les différents sites olympiques.

Le Comité international olympique confie l'organisation des Jeux olympiques d'été de 1964 à la ville de Tōkyō au cours de la 55e session du 26 mai 1959 à Munich.

L'ouverture officielle des Jeux a été déclarée par l'Empereur Hirohito le 10 octobre 1964 devant 90 000 spectateurs du stade olympique de Tōkyō. Les délégations les plus nombreuses étaient celles de l'équipe unifiée d'Allemagne, des États-Unis et du Japon. La flamme olympique était portée par Yoshinori Sakaï, citoyen japonais né à Hiroshima le 6 août 1945, jour de l'explosion de la première bombe atomique.

La cérémonie d'ouverture se poursuivit par un lâcher de 12 000 ballons multicolores, et par l'envolée de 8 000 pigeons. Pour conclure, trois coups de canons éclatent tandis que les cinq anneaux olympiques étaient dessinés dans le ciel par cinq avions des forces aériennes japonaises.

94 nations étaient présentes aux Jeux olympiques de 1964. 14 d'entre elles, issues en majorité du continent africain, ont fait leur première apparition à Tōkyō : l'Algérie, le Cameroun, le Sénégal, le Tchad, Madagascar, la Côte d'Ivoire, la République populaire du Congo (Congo-Brazzaville), la Rhodésie du Nord (aujourd'hui la Zambie), le Mali, la République dominicaine, le Niger, la Mongolie, le Népal et la Tanzanie (sous le nom de Tanganyika).

Le nombre de nations passa à 93 pays suite au forfait de la Libye après la cérémonie d'ouverture. Comme en 1956 et 1960, les sportifs des deux Allemagne participèrent aux compétitions sous une seule bannière, celle de l'Équipe unifiée d'Allemagne.

Avant les Jeux, le CIO prit une décision majeure, celle d'expulser l'Afrique du Sud en raison de sa politique d'apartheid. Par ailleurs, la Chine, absente depuis 1956, renonça une nouvelle fois à participer aux Jeux olympiques, ne souhaitant pas s'aligner aux côtés de Taïwan.

Le judo et le volley-ball firent leur première apparition officielle lors de ces Jeux olympiques. Au total, 19 sports et 163 épreuves figurèrent au programme de ces jeux de 1964.

Pour la dernière fois, les épreuves d'athlétisme se disputent sur une piste en cendrée. A Mexico en 1968, le tartan deviendra le revêtement officiel. L'Éthiopien Abebe Bikila, vainqueur du marathon de Rome en 1960, conserve son titre, cette fois-ci avec des chaussures. Il devient le premier double champion olympique du marathon. Quatre ans après sa médaille d'argent, le Russe Valeri Brumel remporte l'épreuve du saut en hauteur en réalisant 2m18 à son premier essai. Le citoyen des États-Unis Bob Hayes remporte le 100 mètres et son compatriote Henry Carr le 200 mètres. Au lancer du disque, Al Oerter remporte sa troisième médaille d'or consécutive. Il en obtiendra une quatrième à Mexico en 1968. Le Néo-zélandais Peter Snell réalise un doublé sur 800 et 1 500 mètres.

Aviron Résultats détaillés Le rameur russe Vyacheslav Ivanov est champion olympique dans la catégorie "simple scull" pour la troisième fois.

Boxe Résultats détaillés Avant de devenir professionnel un an plus tard, le citoyen des États-Unis Joe Frazier remporte la médaille d’or des poids lourds face à l’Allemand Hans Huber.

Cyclisme Résultats détaillés Le premier contrôle anti-dopage de l'histoire des Jeux olympiques est effectué après le contre-la-montre cycliste par équipes, il s'avèrera négatif.

Équitation Résultats détaillés Le Français Pierre Jonquères d'Oriola remporte en saut d’obstacles la médaille d’or individuelle et la médaille d’argent par équipes.

Gymnastique Résultats détaillés La Tchécoslovaque Věra Čáslavská remporte trois médailles d'or. Comme en 1956 et 1960, la soviétique Larissa Latynina confirme sa suprématie en gymnastique. Elle remporte deux médailles de chaque métal pour un total de 18 médailles olympiques dans sa carrière. Elle est également l’une des quatre athlètes, tous sports confondus, à avoir remporté neuf titres olympiques.

Judo Résultats détaillés Pour sa première apparition aux jeux, le judo permet au Japon de remporter trois des quatre titres. L'unique défaite nipponne est vécue comme un deuil national : Akio Kaminaga, l'idole du pays, est battu par le Néerlandais Anton Geesink.

Lutte Résultats détaillés Le Hongrois Imre Polyák remporte enfin la médaille d’or après avoir terminé deuxième dans la catégorie gréco-romaine au cours des trois Jeux précédents.

Natation Résultats détaillés Des plaques sensibles au toucher sont installées dans le bassin pour chronométrer les temps. Héros de ces Jeux olympiques de Tōkyō, l'Américain Don Schollander devient le premier nageur à récolter quatre médailles d'or au cours de la même olympiade. Son compatriote Stephen Clark glane quant à lui trois titres olympiques. Dawn Fraser remporte le 100 mètres nage libre pour les troisièmes Jeux consécutifs.

Pour la première fois depuis les jeux de 1952, les États-Unis terminent premiers au classement des médailles avec notamment 36 titres olympiques. Le Japon, pays organisateur, troisième au total, remporte 29 médailles cumulées.

Grâce à la Mondovision, les Jeux olympiques sont suivis par 600 millions de téléspectateurs dans le monde. Les droits de télévision représentent à l'époque 1,577 million de francs. On note cette année-là l'arrivée du ralenti.

En haut



Jeux olympiques d'été de 1972

Logo Munich 1972.png

Les Jeux olympiques d'été de 1972, jeux de la XXe Olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés à Munich, en République Fédérale d'Allemagne du 26 août au 11 septembre 1972.

Trente-six ans après les jeux de Berlin, Munich, capitale de la Bavière souhaite effacer des mémoires le souvenir de la propagande nazie des jeux de 1936. Pour cet évènement, la ville de Munich est transformée et le complexe sportif qui abritera les jeux sera l'un des plus denses et l'un des plus modernes de l'époque.

121 nations et 7 134 athlètes (dont 1 059 femmes) prirent part à 195 compétitions sportives dans 21 sports. Le héros de ces jeux est le nageur américain Mark Spitz et ses sept titres olympiques.

En marge des épreuves sportives, ces Jeux olympiques de 1972 furent marqués par un drame, celui de la prise d'otages d'athlètes israéliens par un groupe armé palestinien et des exécutions qui en découlèrent.

En 1965, Willi Daume, Président du Comité national olympique allemand propose la candidature d’une ville allemande aux Jeux olympiques d'été de 1972. Selon lui, de nombreux membres du Comité international olympique serait prêts à s’engager en sa faveur. La ville de Munich est naturellement désignée par le comité national, en dépit d’une quasi-absence d’infrastructures. Le dossier de candidature est remis officiellement au CIO le 20 janvier 1966.

Le 26 avril 1966, lors de sa 64e session tenue à Rome, le CIO confie à la ville de Munich l’organisation des Jeux d’été de 1972. La cité allemande devance, à l’issue du second tour de scrutin, Madrid (Espagne) de 15 voix et Montréal (Canada) de 18 voix. Détroit (États-Unis), quatrième ville finaliste, est éliminée dès le premier tour.

L'emblème des Jeux olympiques de Munich représente une couronne de rayons de lumière (« le soleil lumineux »). Ce logo, imaginé par le designer Otl Aicher, symbolise l'esprit des jeux de 1972 : lumière, fraicheur et générosité.

Pour la première fois, une mascotte officielle fait son apparition aux jeux. Il s'agit du teckel nommé « Waldi ». Cet animal très populaire en Bavière a été choisi par ses qualités indispensables aux athlètes : la résistance, la ténacité et l'agilité. Ses couleurs pastels représentent la gaieté et l'engouement de la fête olympique. Les jeux de 1972 marquent également l'introduction de pictogrammes dessinés pour les différents sports au programme. Ils furent également l'oeuvre d'Otl Aicher.

Plus de 481 millions d’euros sont investis dans la construction de nouvelles installations sportives et du village olympique. Les lieux de compétition se situent en grande majorité dans la région de Munich. La construction des différents sites s'étend de 1968 à 1972. Le «Parc olympique», construit sur un immense terrain de 300 hectares, fut imaginé par l’architecte allemand Günter Behnisch. Il comprend notamment le village olympique, le village de presse, ainsi que les différents sites de compétitions (dont le stade olympique). Une tour de télévision de 280 mètres est érigée spécialement pour l'évènement. 43 km de routes et 32 ponts sont crées pour faciliter les moyens de transport.

Le cœur des Jeux de 1972 est le Stade olympique de Munich (Olympiastadion). D’une capacité de 77 000 spectateurs, il est le siège de toutes les compétitions d’athlétisme, de quelques rencontres de football, d’épreuves d’équitation, ainsi que des cérémonies d’ouverture et de clôture. Le complexe nautique (Schwimmhalle), d’une capacité de 9 182 places, accueille la natation, le plongeon et le water polo. Le vélodrome (Radstadion), le Hall de boxe (Boxhalle), la Salle des sports olympique (Sporthalle), le terrain de hockey (Hockeyanlange) et la Salle de volley-ball (Volleyballhalle) sont également construits pour l’occasion.

En dehors du Parc olympique sont situés le Hall de basket-ball (basket-ball), le « Messegelände » ( escrime, haltérophilie, judo et lutte), la piscine « Dantebad » (water-polo), le centre de tir d’Hochbrück, et de tir à l’arc d’Englischer Garten. Les centres de Riem et de Nymphenburg accueillent les épreuves équestres. D’autre villes allemandes sont également choisies pour abriter des compétitions. La commune de Schleissheim devient le centre d’aviron, les régates de voile sont disputés au large de Kiel. Par ailleurs, des matchs préliminaires du tournoi olympiques de football se déroulent à Nuremberg, Ratisbonne, Passau, Ingolstadt et Augsburg. Quelques rencontres de handball sont disputées à Ulm, Göppingen et Böblingen.

La cérémonie d'ouverture se déroule le 26 aout 1972 sous la présence de Gustav Heinemann président de la République Fédérale d'Allemagne et d'Avery Brundage, président du Comité international olympique.

Les derniers porteurs de la flamme olympique sont cinq athlètes représentant les cinq continents. L'australien Clayton, le japonais Kimiharu, l'américain Jim Ryun et l'africain Keino accompagnent Günther Zahn, champion d'athlétisme junior allemand, pour allumer la vasque olympique du stade olympique de Munich.

Ces jeux de Munich furent frappés par le terrorisme. Le matin du 5 septembre 1972, un groupe armé de terroristes palestiniens du mouvement "Septembre Noir" s'introduit dans le village olympique et prit neuf athlètes israéliens en otage pour exiger la libération de 200 prisonniers palestiniens. Deux athlètes israéliens furent exécutés.

Le Comité international olympique décida alors de suspendre temporairement les jeux alors que des discussions de pourparlers furent entamées par les autorités allemandes. Le président du CIO, Avery Brundage, déclara : "La paix a été rompue par un assassinat commis par des terroristes criminels. L'ensemble du monde civilisé condamne ce crime barbare. En signe de profond respect pour les victimes et de sympathie pour les otages encore détenus, les compétitions sportives de cet après-midi seront arrêtées".

Dans la soirée, un drame se joue à l'aéroport de Munich où les terroristes devaient s'envoler pour Le Caire avec leurs otages suite aux pourparlers. La police allemande donne l'assaut et les neufs otages israéliens sont tués ainsi que cinq des huit terroristes. La prise d'otages fera au total dix-huit morts.

Après avoir renoncé à annuler les Jeux olympiques, le CIO organisa dans le stade olympique de Munich une cérémonie funèbre à la mémoire des victimes innocentes, qui rassembla 80 000 personnes. Avery Brundage prononcera une phrase historique: "The Games must go on" .(les jeux doivent continuer).

Effectivement, les Jeux olympiques reprirent mais sans grand enthousiasme et conviction de la part des compétiteurs.

121 nations sont présentes à Munich, soit un nouveau record de participants. 11 d'entre elles font leur première apparition à des Jeux d'été : l'Albanie, l'Arabie saoudite, le Bénin (sous le nom de Dahomey), la Corée du Nord, le Gabon, la Haute-Volta, le Lesotho, le Malawi, la Somalie, le Swaziland et le Togo. L'Allemagne est scindée en deux délégations : l'Allemagne de l'est et l'Allemagne de l'Ouest.

Comme lors des jeux précédents, le Comité international olympique décida d'exclure l'Afrique du Sud en raison de sa politique de discrimination à l'égard d'athlètes de couleur. Mais l'invitation faite à un autre pays africain, la Rhodésie du Sud, suscita une vague de protestation d'un grand nombre de pays d’Afrique noire. En 1968, la Rhodésie n'avait pas été autorisée à participer aux jeux de Mexico après que l'assemblée générale des Nations unies eut déclaré illégal le régime de Salisbury et imposa des sanctions internationales contre cette ancienne colonie britannique accusée de pratiquer une politique raciale identique à celle d’Afrique du Sud. Devant la menace de boycott des pays africains, soutenus entre autres par le Pakistan, la Yougoslavie et les Antilles, le CIO décida après 6 jours de négociations de retirer l'invitation à la Rhodésie (36 voix contre 31 et 3 abstentions).

Le Judo , qui a fait une première apparition en 1964, et le Tir à l'arc, disparu depuis 1920, reviennent au programme des Jeux olympiques tandis que le Handball, sous sa forme actuelle, devient un sport olympique (aux jeux de 1936, le handball se disputait en extérieur et à 11 joueurs). Au total, ce sont 21 sports et 195 épreuves qui figurent au programme de ces jeux de 1972. Le Badminton et le Ski nautique sont en démonstration.

Athlétisme Résultats détaillés Les États-Unis sont en déclin en ne remportant que 6 titres olympiques (contre 15 à Mexico quatre ans plus tôt). Le soviétique Valeriy Borzov remporte le titre olympique du 100 et du 200 mètres. Le finlandais Lasse Virén réalise le doublé sur 5 000m et sur 10 000m où il chuta à mi-parcours avant de battre le record du monde. Les coureurs d'Afrique noire John Akii-Bua (Ouganda) et Kipchoge Keino (Kenya) remportent respectivement le 400m haies et le 3 000m steeple.

Résultats détaillés Dans la confusion la plus totale, l'URSS remporte le titre olympique en battant les États-Unis à la toute fin du match. Les américains menaient d'un point à trois secondes de la fin quand les soviétiques réussirent un panier à la dernière seconde par Aleksandr Belov. La fin du match fut houleuse et les américains refusèrent de recevoir leur médailles d'argent.

Canoë-kayak Résultats détaillés L'épreuve du slalom en canoë est inscrite pour la première fois au programme des Jeux olympiques.

Équitation Résultats détaillés Liselott Linsenhoff devint la première cavalière à remporter une médaille d’or dans une épreuve individuelle d'équitation (dressage).

Gymnastique Résultats détaillés La gymnaste soviétique Olga Korbut remporte quatre médailles dont trois d'or. Le Japonais Sawao Kato remporte également trois titres olympiques assortis de deux médailles d'argent. Ces deux nations dominent les compétitions avec 16 podiums chacun.

Résultats détaillés Le Néerlandais Wim Ruska devient le premier judoka à décrocher deux médailles d'or lors d'une même olympiade. Le Japon remporte la moitié des titres mis en jeu.

Lutte Résultats détaillés L'Américain Dan Gable remporte le titre olympique des poids légers sans avoir concédé le moindre point de toute la compétition.

Natation Résultats détaillés A Munich, le nageur américain âgé de 22 ans Mark Spitz réalise l'un des plus grands exploits de l'histoire des Jeux olympiques en remportant sept médailles d'or en sept jours et sur sept courses. Son exploit est d'autant plus grand qu'il bat le record du monde pour chaque épreuve. Spitz s'impose sur le 100m et le 200m nage libre, sur le 100m et 200m papillon, et sur trois course de relais des équipes américaines (sur le 4x100m et 4x200m nage libre et sur le 4x100m 4 nages). Mark Spitz avait déja remporté deux médailles d'or aux Jeux olympiques de Mexico en 1968. Sa performance de Munich restera dans les annales de l'olympisme puisque qu'elle constitue le record du nombre de titres remportés par un athlète lors de la même olympiade. Le nageur fait par ailleurs partie des quatre athlètes ayant remporté neuf médailles d'or au cours de leur carrière. Après avoir remporté sa septième et dernière course, Spitz annoncera la fin de sa carrière sportive, avant de revenir à tort sur sa décision vingt ans plus tard.

Sur un plan général, 24 records du monde de natation sont battus lors de ces Jeux de Munich. Les compétitions sont dominées par les États-Unis qui remportent 43 médailles dont 17 d’or. L’Allemand Roland Matthes décroche les titres du 100m et 200m dos. L’australienne Shane Gould, âgée alors de 15 ans seulement, réalise le triplé sur 200m et 400m nage libre ainsi que sur le 200m 4 nages. Les américaines Sandra Neilson et Melissa Belote s’imposent à trois reprises en individuel et en relais. Pour la première fois, un nageur est contrôlé positif lors de Jeux olympiques. L’Américain Rick DeMont est en effet disqualifié trois jours après sa victoire sur le 400m nage libre.

Ces jeux de Munich furent un véritable succès populaire en terme de remplissage des différents sites. A la veille de l'ouverture, 3 millions de billets, sur les 3,8 millions disponibles, étaient déjà vendus.

Par ailleurs, on estime à 850 millions le nombre de téléspectateurs ayant suivis les Jeux olympiques de 1972 à la télévision. Au total, quatre cents heures d'émission seront proposées. Un film tourné pendant les jeux est réalisé par dix grands metteurs en scène, parmi eux le Français Claude Lelouch et le Tchécoslovaque Milos Forman.

En haut



Jeux olympiques d'été de 1980

L'ours Misha, mascotte officielle des jeux de Moscou.

Les Jeux olympiques d'été 1980, Jeux de la XXIIe Olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés à Moscou, pour la première fois en URSS du 19 juillet au 3 août 1980.

Ces jeux furent marqués par le boycott d'une cinquantaine de nations (dont les États-Unis) suite à l'invasion de l'Afghanistan par l'Union Soviétique en 1979. Compte tenu de ces absences, la valeur des compétitions fut mise en question, même si 36 records du monde furent battus à cette occasion.

80 nations et 5 179 athlètes (dont 1 115 femmes) prirent part à 203 épreuves dans 21 sports.

Le budget d'organisation a été de 9 milliards de dollars. Pour ces jeux, la sécurité fut énormément renforcée et une grande partie de la ville fut réservée à la circulation olympique.

Le Comité international olympique confie l'organisation des Jeux olympiques d'été de 1980 à la ville de Moscou au cours de la 75e session du 23 octobre 1974 à Vienne (Autriche).

Le logo de ces Jeux olympiques de Moscou fut l'œuvre de l'artiste soviétique Vladimir Arsentyev. Il représente les anneaux olympiques surmontés de lignes parallèles pouvant symboliser la piste d'athlétisme. Ces lignes se terminent verticalement, en pyramide, et sont coiffés d'une étoile, pour représenter le Kremlin.

La mascotte officielle est l'ours Misha. Elle fut imaginée par Victor Tchijikov, auteur de livres pour enfants. Cette mascotte fut déclinée sous divers supports et sous diverses situations durant ces jeux de Moscou.

L'avers de la médaille olympique représente la déesse Niké tenant une couronne de laurier devant le Colisée surmonté de l'inscription en lettres cyrilliques "Igry XXII Olympiady Moskva 1980" (Jeux de la XXIIe Olympiade, Moscou 1980). Sur le revers, est représentée la vasque olympique allumée devant une piste d’athlétisme. En haut à droite on peut voir l'emblème des jeux de Moscou. Le nom du sport est gravé sur la tranche.

En décembre 1979, l'invasion de l'Afghanistan par l'Union Soviétique provoque, à l’initiative des États-Unis d'Amérique, un mouvement de protestation mondial, qui entrainera un boycott massif d’une cinquantaine de nations à ces jeux de Moscou.

En cette période de guerre froide, les Américains utilisent le boycottage comme moyen de pression. Le 20 janvier 1980, le Président Jimmy Carter adresse un ultimatum au Kremlin : « Si dans un mois au plus tard, vos troupes n'ont pas évacué l'Afghanistan, l'équipe olympique américaine n'ira pas à Moscou et nous demanderons aux autres pays de s'abstenir aussi ».

Après plusieurs mois d’intenses négociations, et après une hypothétique solution de rechange en Grèce, le Comité international olympique présidé par Lord Killanin, obtient quelques concessions symboliques de la part de Leonid Brejnev, notamment le fait de défiler derrière le drapeau olympique. En revanche, Washington ne céda pas et le boycott eût bien lieu.

Parmi les nations ne faisant pas le déplacement à Moscou, le Canada, le Japon, la Corée du Sud et l’Allemagne de l'Ouest s’alignent sur les positions américaines. Par ailleurs, 29 pays musulmans s’associent également à ce boycott considérant l'attaque contre l'Afghanistan comme une attaque contre l'Islam.

Malgré ce boycott massif, 80 nations étaient présentes aux Jeux olympiques de 1980, soit le plus faible total depuis 1956. Six d'entre elles ont fait leur première apparition à Moscou : l'Angola, le Botswana, Chypre, la Jordanie, le Laos et le Mozambique.

Quinze nations décidèrent de défiler sous la bannière olympique. L'hymne olympique fut joué à chaque titre remporté par ces délégations. Cette décision est prise le 3 mai lors d'une réunion à Rome. Le 7 mai, Leonid Brejnev accepte cette « dépolitisation des Jeux ». La Nouvelle-Zélande, quand à elle, concourra sous le drapeau de son comité national olympique.

En Grande-Bretagne, le Comité olympique alla à l'encontre de Margaret Thatcher en décidant d'envoyer une délégation. La France laissa le libre choix au CNOSF et trois fédérations nationales (équitation, voile et tir) boycottèrent les Jeux. De plus, comme d'autres pays occidentaux, la délégation française boycotta la cérémonie d'ouverture. La diffusion des épreuves par les télévisions occidentales est de plus réduite alors que des nations comme le Japon ou les États-Unis ne diffusent aucune épreuve en direct.

Comme lors des jeux de Montréal en 1976, 21 sports figurent au programme de ces jeux de Moscou. Parmi les 203 épreuves, le tournoi olympique de Hockey sur gazon féminin est disputé pour la première fois.

Résultats détaillés L’affrontement entre les Britanniques Sebastian Coe et Steve Ovett attire toutes les attentions. Ovett remporte le 800m devant Coe, alors que ce dernier prend sa revanche sur 1 500m. L'Éthiopien Miruts Yifter réalise le doublé 5 000 mètres et 10 000 mètres. L’Est-allemand Waldemar Cierpinski est victorieux sur le marathon, comme en 1976. Sur le sprint, et en l'absence des États-Unis, le 100m masculin est remporté par le Britannique Allan Wells en 10"25, soit la course la plus lente depuis 1960. le Polonais Władysław Kozakiewicz décroche la médaille d'or du saut à la perche en établissant un nouveau record du monde (5m78). Il se distingue avec un bras d'honneur à l'attention du public russe qui le siffla durant la finale.

Basket-ball Résultats détaillés L’équipe de Yougoslavie remporte le tournoi olympique face à l’Italie.

Boxe Résultats détaillés Le boxeur cubain Teofilo Stevenson remporte son troisième titre olympique consécutif chez les lourds.

Football Résultats détaillés Dans une semi-indifférence du Stade Lénine, la Tchécoslovaquie bat la RDA en finale par un but à zéro.

Gymnastique Résultats détaillés Le soviétique Alexandre Dityatin réalise l'exploit de ces jeux en remportant huit médailles sur les huit épreuves disputées (3 d'or, 4 d'argent et 1 de bronze), devenant le premier athlète à obtenir huit médailles au cours d'une même olympiade. Il est par ailleurs le premier homme à obtenir la note maximale de 10 en gymnastique aux Jeux olympiques. Quatre ans après avoir remporté 7 médailles à Montréal, son compatriote Nikolai Andrianov en récolte 5 supplémentaires. Côté femmes, Nadia Comaneci, dont les performances à Moscou sont particulièrement suivies, obtient quatre médailles dont deux d'or.

Judo Résultats détaillés le français Angelo Parisi remporte le titre olympique des + de 95 kg et la médaille d'argent en toutes catégories. Il fut médaillé lors des jeux de Montréal en 1976 sous les couleurs de la Grande-Bretagne.

Natation Résultats détaillés En l'absence des grandes nations occidentales, les nageuses est-allemandes remportent 26 médailles sur 39. Barbara Krause récolte à elle seule 3 médailles d’or. Le soviétique Vladimir Salnikov décroche également trois médailles d'or, dont le 1 500m où il devient le premier homme à franchir la barre des 15 minutes.

Sur 631 médailles distribuées, l'URSS, sur son sol, en remporte 195 (dont 80 en or) devant l'Allemagne de l'Est (126 médailles dont 47 d'or). Ces deux pays récoltent ainsi plus de la moitié des titres olympiques.

La chaîne américaine NBC avait acheté les droits de retransmission pour 87 millions de dollars. Après le boycott annoncé par près de 60 nations, dont les États-Unis, NBC renonca à la diffusion des Jeux mais, grâce à un contrat d'assurance souscrit auprès de la Lloyd's of London, récupéra 90% de la somme engagée.

Aucun athlète ne fut contrôlé positif à l'occasion de ces jeux de Moscou.

En haut



Jeux olympiques d'été de 1960

Image:Logo jeux olympiques rome 1960.gif

Les Jeux olympiques d'été de 1960, jeux de la XVIIe Olympiade de l'ère moderne, ont été organisés à Rome, en Italie, du 25 août au 11 septembre 1960.

La ville de Rome avait dû renoncer aux Jeux olympiques d'été de 1908 car elle était incapable de faire face aux exigences financières. En effet, les fonds destinés aux Jeux furent utilisés pour réparer les dégâts de l'éruption du Vésuve en 1906.

Pour ces premiers jeux en terre italienne, l'organisation et les installations furent à la hauteur de l'événement. Le seul point négatif fut la canicule, qui fit souffrir de nombreux athlètes.

Le Comité international olympique confie l'organisation des Jeux olympiques d'été de 1960 à la ville de Rome au cours de la 50e session du 15 juin 1955 à Paris. La capitale italienne devance la ville de Lausanne de 11 voix au troisième tour de scrutin. Les villes de Detroit, Budapest, Bruxelles, Mexico et Tōkyō sont les autres villes finalistes.

Le logo des Jeux olympiques de Rome représente la louve romaine, allaitant Romulus et Rémus, les frères jumeaux fondateurs de la ville de Rome selon la légende. En dessous, est indiqué la date de 1960 en chiffres romains surmontant les anneaux olympiques.

La torche s'inspire de celles des anciens monuments de Rome. Elle porte l'inscription "Giocchi della XVII Olympiade" (jeux de la 17e olympiade).

Le comité d'organisation investit 60 milliards de lires pour la construction des sites olympiques. Le village fut situé au nord de Rome, dans une boucle du Tibre, à 10 mn seulement en voiture du Colisée. L'aéroport international de Fiumicino fut spécialement édifié pour l'événement.

Certaines épreuves eurent la particularité de se situer dans des sites historiques de Rome. C'est ainsi que les compétitions de lutte se disputèrent dans les ruines de la basilique de Maxence, la gymnastique aux Thermes de Caracalla et l'arrivée du marathon se situa au pied de l'Arc de Constantin.

Cent mille spectateurs assistent à la cérémonie d'ouverture le 25 août 1960 . La délégation chilienne défile avec un bandeau noir en raison du récent tremblement de terre ayant touché son pays. Pour la première fois, le porte-drapeau de la délégation américaine est un athlète de couleur, Rafer Johnson.

Le président de la République italienne Giovanni Gronchi arrive à la cérémonie d'ouverture avec six minutes de retard à cause des inévitables embouteillages dans la capitale romaine.

L'athlète italien Giancarlo Peris, dernier porteur de la flamme, allume la vasque olympique.

Après les discours protocolaires, la cérémonie se conclu par des coups de canon, par le sons des cloches vaticanes et par l'envolée de milliers de pigeons du stade olympique.

Les Jeux olympiques de Rome rassemblèrent un nombre-record de participants avec plus de 5 000 athlètes venus de 83 pays. Ce chiffre s'explique notamment par le nombre de nouveaux pays africains ayant acquis leur indépendance à la fin des années 50. C'est ainsi que le Maroc, le Soudan, la Tunisie, Saint-Marin, Taiwan (Formose) et la République arabe unie (Union politique de l'Égypte et de la Syrie) participent à leurs premiers Jeux. Le Suriname, 84e pays, déclara forfait pour la compétition. La Chine communiste, qui est sortie du CIO le 25 août 1958, est absente à Rome à la suite de son différend avec Taiwan qui participe aux jeux sous le nom de Formose. Par ailleurs, comme en 1956, les deux Allemagne sont contraints par le Comité international olympique de former une seule équipe, l'équipe unifiée d'Allemagne.

17 sports et 150 épreuves sont au programme de ces Jeux olympiques de Rome. Aucune discipline n'est en démonstration.

Résultats détaillés L'Éthiopien Abebe Bikila devient le héros de toute l'Afrique en remportant l'épreuve du marathon les pieds nus. Bikila, soldat de la garde personnelle de l'Empereur Hailé Sélassié Ier, établit à l'occasion un nouveau record mondial en 2h15'16". A 28 ans, il triomphe sous l'arc de Constantin, à l'endroit même où 25 ans plus tôt le dictateur italien Mussolini avait envoyé ses troupes conquérir l'Éthiopie. Véritable légende dans tout le continent africain, il ouvrit la voie à tous les coureurs de fond de ce continent qui domineront les olympiades suivantes.

L'athlète noire-américaine Wilma Rudolph retient toutes les attentions en remportant trois médailles d'or en sprint sur le 100m, le 200m et le relais 4x100m. Pour la première fois depuis 1928, le programme féminin inclut des distances supérieures au tour de piste. Devant un public en délire, le sprinteur italien Livio Berruti devient le premier non américain à remporter le 200 mètres. A 37 ans et 348 jours, la Tchèque Dana Zátopková, épouse du légendaire Emil Zátopek, devient la doyenne des médaillées olympiques en remportant l'argent du javelot. Au saut en longueur, l'Américain Ralph Boston bat le record olympique de Jesse Owens avec un bond de 8m12.

Résultats détaillés L'Américain Cassius Clay s'impose chez les mi-lourds en remportant ses quatre combats sans difficulté. Ce sera la première étape d'une carrière légendaire sous le nom de Mohamed Ali.

Canoë-kayak Résultats détaillés Le Suédois Gert Fredriksson remporte sa sixième médaille d'or devenant du même coup le kayakiste le plus médaillé de l'histoire olympique.

Cyclisme Résultats détaillés Les jeux de Rome sont le théâtre d'un drame : la mort du cycliste danois Knud Eneberg-Jensen, pendant le 100 km contre-la-montre par équipes, victime d'une insolation.

Escrime Résultats détaillés Le sabreur hongrois Aladar Gerevich remporte la dixième médaille olympique de sa carrière à l'âge de 50 ans, il s'agit aussi de sa sixième médaille d'or consécutive dans l'épreuve de sabre par équipe.

Football Résultats détaillés La Yougoslavie, qui se qualifia pour la finale du tournoi olympique par tirage au sort, remporte l'épreuve en battant le Danemark.

Hockey sur gazon Résultats détaillés L'équipe du Pakistan remporte le titre olympique et met fin à une invincibilité de trente ans de l'Inde.

Natation Résultats détaillés L'Américaine Christine Von Saltza remporte quatre médailles, dont trois titres olympiques. Sur le 100m nage libre hommes, son compatriote Lance Larson est désigné vainqueur pour un centième par les juges et le chronomètre électronique officieux, mais le responsable du jury déclare, en dépit du bon sens, l'Australien John Devitt vainqueur. Les États-Unis n'eurent jamais gain de cause de leur contestation.

Voile Résultats détaillés Le Danois Paul Elvström remporte sa quatrième médaille d'or consécutive en classe finn.

Pour la première fois, les Jeux olympiques sont retransmis en direct à travers le monde, et notamment par 17 pays membres de l'Eurovision. Le Stade olympique possède une tribune de presse de 1 126 places. 2 194 journalistes et 143 commentateurs sont accrédités.

Ces jeux de 1960 marquent la véritable entrée de l'argent généré par la télévision dans les Jeux olympiques et surtout dans les finances du Comité international olympique. Les contrats de télévision rapporteront 1 178 257 dollars au Comité d'organisation. La chaîne ABC paiera à elle seule 394 000 dollars pour obtenir les droits de retransmission aux États-Unis.

En haut



Source : Wikipedia