James Cameron

3.4258416742368 (1099)
Posté par marvin 09/03/2009 @ 07:12

Tags : james cameron, réalisateurs, cinéma, culture

Dernières actualités
«Avatar», le film en 3D de James Cameron dévoile son univers via ... - 20minutes.fr
Bienvenue sur «Pandora», la planète sortie de l'imaginaire de James Cameron. Cette scène n'est pas directement tirée de son film, dont la sortie est prévue pour le 18 décembre, mais du jeu vidéo, dévelopé en étroite collaboration par les Français...
James Cameron dans le Métal - Toutlecine.com
Aujourd'hui, son chef d'orchestre (Kevin Eastman) laisse tomber un cinquième nom de cinéaste : celui de James Cameron (la photo). Une sacrée pointure dont la souscription à la version animée cinématographique du magazine Métal Hurlant paraît naturelle....
Critique - Terminator Renaissance - DVDrama
Le scénario déroule ses moments de bravoure avec beaucoup d'efficacité mais sans aucun génie, sans le génie d'un James Cameron qui en reprenant quasi à l'identique le scénario du premier, faisait de T2 un chef d'œuvre absolu de divertissement et de SF...
Ubisoft s'offre James Cameron - 20minutes.fr
Le réalisateur James Cameron, lors de la conférence de presse d'Ubisoft, le 1er juin à Los Angeles, pour le jeu tiré de son futur film Avatar/P. BERRY E3 - L'éditeur français a présenté un catalogue très diversifié, dévoilant notamment un trailer du...
McG : «Ce film, c'est ma guerre !» - Le Figaro
Aucun rapport avec la reprise de la sombre saga de science-fiction Terminator, initiée en 1984 par James Cameron, avec Arnold Schwarzenegger. Pourquoi diable McG s'est-il lancé dans la suite de cette célèbre trilogie ?...
Déjà beaucoup de relief, à quand la profondeur ? - Télérama.fr
James Cameron y voit, lui, « le futur du cinéma ». Ni plus ni moins. Quelle innovation technique déclenche pareil enthousiasme chez deux des producteurs les plus influents de Hollywood ? La 3D-relief. Un procédé si révolutionnaire qu'ils n'envisagent...
La saga des Terminator au box-office - aVoir-aLire
Sorti en fin d'année 84, le deuxième film de James Cameron révèle un réalisateur (on passera vite sur Piranhas 2) et dépasse les 38M$. Pour une série B violente avec un acteur autrichien connu que pour son incarnation légère de Conan le barbare et le...
Ubisoft annonce des jeux en phase avec les évolutions technologiques - La Vie Numérique
Ubisoft en a donc profité pour présenter sur un écran plasma Full HD Panasonic de 103 pouces le jeu vidéo du film de James Cameron : James Cameron's Avatar: The Game. « Sur le plan technique, nous avons beaucoup de points en commun avec Ubisoft et le...
E3 2009 : le projet Natal de Microsoft - Ere Numérique
Après tout, on n'a pas tous les jours l'occasion de voir des personnalités comme James Cameron, Paul mccartney et Pelé parler des jeux vidéo. De même que l'on n'a pas tous les jours l'occasion d'avoir une conversation avec un enfant virtuel de 10 ans...
Terminator 4 : Renaissance - Le Point
Voilà un titre bien malheureux, car ce n'est pas une renaissance, mais une agonie que connaît ici Terminator , cette série de films inaugurée voici 25 ans par le brillant diptyque de James Cameron autour de l'histoire de John Connor, un enfant né pour...

James Cameron

James Cameron en 1986

James Francis Cameron est un réalisateur, scénariste et producteur canadien né le 16 août 1954 à Kapuskasing (Ontario, Canada).

James Cameron, fils de Phillip, un ingénieur électrique, et Shirley, une artiste, est né et a passé son enfance au Canada, près des chutes du Niagara (d'où lui vient peut-être son goût de la démesure). En 1971, il déménage à Brea (Californie, États-Unis), où il sera diplômé de physique à la California State University. Mais ses premiers jobs alimentaires seront mécanicien et conducteur de camions car il nourrit une toute autre ambition : le cinéma. Son premier court métrage : Xenogenesis, est financé par un consortium de dentistes.

Il a deux frères et deux soeurs.

Il officie alors comme réalisateur, producteur, co-scénariste, monteur, directeur de la photographie, maquettiste et superviseur des effets spéciaux. Cette expérience lui permet de se faire remarquer en 1980 par Roger Corman qui l'engage dans sa compagnie New World Picture.

Remarqué, il est nommé réalisateur de Piranha 2 : Les Tueurs volants, une coproduction italo-américaine. Mais ses relations avec le producteur Ovidio G. Assonitis se dégradent, tant et si bien que celui-ci lui retire le contrôle artistique du film. James Cameron tente bien de pénétrer par effraction, la nuit, dans la salle de montage mais ses modifications sont systématiquement écartées par le producteur. Bien qu'étant co-crédité comme réalisateur, il reniera le film (souvent absent de ses filmographies officielles). Comme la plupart de ses oeuvres suivantes, il existe deux versions du film, celle du producteur, la plus répandue, et le très rare remontage du réalisateur, exploité autrefois aux USA en video et laserdisc.

Cette mauvaise expérience ne freine en rien ses ambitions. Sur les cendres de son premier film, Cameron entame l'écriture du scénario de Terminator. Tourné pour 6 millions de dollars, Terminator en rapportera 80. Le film est produit par Gale Anne Hurd, qui devient ensuite sa femme. Mais bien avant cet immense succès, Hollywood l'avait remarqué, et les sollicitations se multiplient. Il écrit avant de tourner Terminator la première mouture de Rambo II : La Mission, réécrit ensuite par Sylvester Stallone. Qualifié de reaganien par les critiques, ce film vaudra longtemps à James Cameron sa réputation de cinéaste bourrin, mais Sylvester Stallone avouera plus tard qu'il regrettait de ne pas avoir tourné la version originale du script, plus subtile dans son approche.

Pour la société de production Brandywine, il écrit Aliens le retour, avant de se voir proposer l'opportunité de le réaliser lui-même, suite au succès de Terminator. C'est sur ce tournage, dans les fameux Studios Pinewood en Angleterre, qu'il se mettra à dos les techniciens, les traitant de « syndicalistes fainéants », ceux-ci se vengeant en arborant des tee-shirts « je peux tout supporter : j'ai travaillé avec James Cameron ». Il renverra le premier directeur de la photographie, assurant lui-même la fonction avant qu'un remplaçant n'arrive. Finalement le film est un succès qui le conforte dans sa position de nouveau génie d'Hollywood, et lui permet de monter avec Gale Anne Hurd un nouveau projet…

Pour tourner Abyss, James Cameron se donnera les moyens de ses ambitions : budget hollywoodien, tournage dans un silo nucléaire en cours de construction noyé par plus de 26 000 m³ d'eau, invention (avec son frère Mike) de caméras révolutionnaires pour filmer sous l'eau, effets spéciaux en images de synthèse derniers cris. Il pousse ses acteurs à bout, dans des conditions de tournage déjà éprouvantes (Ed Harris craquera à plusieurs reprises). Pourtant le film ne recevra qu'un accueil mitigé.

A cette époque, il a déjà eu deux épouses. La troisième sera Kathryn Bigelow, réalisatrice au style assez violent, dont le goût pour les scènes d'action musclées la rapproche indéniablement de son mari. Celui-ci produira pour elle Point Break et Strange Days, tout en écrivant également ce dernier. Son prochain projet personnel sera Terminator 2 : Le jugement dernier, suite des aventures de Sarah Connor campée par Linda Hamilton, sa quatrième épouse. Comme il l'avait prouvé avec ses films précédents, James Cameron est un pionnier des images de synthèse, repoussant toujours plus loin les limites du possible. T2 n'y fera pas exception. Pour un budget record à l'époque de 100 millions de dollars, cette nouvelle association avec Arnold Schwarzenegger rapportera plus de 500 millions de dollars à travers le monde, tant et si bien que lorsque l'acteur essuie un de ses premiers échecs avec Last Action Hero, c'est tout naturellement qu'il se tournera vers son réalisateur fétiche pour redorer son blason.

Après la tentative avortée de monter un film autour du personnage de Spider-man, avec l'autrichien dans le rôle du super-vilain, la troisième collaboration entre les deux hommes sera finalement True Lies, remake de la comédie française La Totale ! de Claude Zidi. La comparaison entre les deux films s'arrête là. Bénéficiant d'un budget à peine comparable, le film multiplie les scènes d'action épiques, dans une ambiance bon enfant tranchant avec le reste de sa filmographie. Une partie des effets spéciaux numériques est pour la première fois assurée par Digital Domain, compagnie qu'il a fondée en 1993, et qu'il quittera en 1998.

Après déjà une décennie passée à révolutionner les effets spéciaux et à monter des projets toujours plus fous, James Cameron n'est toujours pas comblé. Lors de la production d'Abyss, il a accumulé une abondante documentation à propos du destin tragique du Titanic. L'idée a fait son chemin, et il s'attelle à réaliser ce qui s'avèrera être le film de tous les excès. Co-produit par deux studios « frères ennemis », 20th Century Fox et Paramount, le film, budgeté à 150 millions de dollars, en coûtera finalement plus de 200, un nouveau record, soit plus que le prix qu'avait coûté la fabrication du Titanic en son temps. Le paquebot est reconstruit presque à l'identique (échelle 9/10), on dit même que le caviar dans les assiettes était vrai. Les rumeurs les plus folles circuleront sur ce film : on racontera qu'il sera un gouffre financier, menant à une faillite certaine les deux studios qui en assurent le financement. James Cameron sera d'ailleurs obligé de sacrifier son salaire de réalisateur et son intéressement aux recettes afin de prouver sa foi dans le projet. Finalement, Titanic sera le plus gros succès de l'histoire du cinéma avec plus de 1,8 milliard de dollars de recettes et le réalisateur en sera largement récompensé, financièrement d'abord, mais aussi par 11 oscars dont 3 pour lui-même (seuls Ben-Hur et Le Retour du Roi en ont obtenu autant).

Par la suite, James Cameron décide d'élargir ses visées, avec la série TV Dark Angel pour commencer, qu'il produit et dont il réalise l'épisode final, puis avec une série de documentaires : Les Fantômes du Titanic dans lequel il expérimente le tournage en trois dimensions, Expedition: Bismarck sur un autre naufrage célèbre, Aliens of the deep sur les étranges créatures des fonds sous-marins, et Volcanoes of the Deep Sea. Il fut même question qu'il embarque à bord d'un Soyouz russe à destination de la station Mir, épopée qu'il n'aurait sans doute pas manqué de filmer. En outre, il produira le film Solaris pour Steven Soderbergh, en sa qualité d'expert en science-fiction et en effets spéciaux.

En mai 2006 James Cameron revend à la firme d'investissement WyndCrest (dont fait notamment partie le réalisateur Michael Bay) Digital Domain, la compagnie spécialisée dans les effets spéciaux en images de synthèse qu'il avait cofondée avec son collaborateur de longue date Stan Winston. Parmi les nombreux films auxquels Digital Domain aura contribué depuis sa création en 1993, on peut citer notamment : Apollo 13, Armageddon, Le Jour d'après, ou I, Robot.

En haut



James Cameron (missionnaire)

Né le 6 janvier 1800 à Dunkeld, dans le Perthshire, James Cameron est un missionnaire écossais qui voyagea jusqu'à Madagascar en mai 1826, s'y installa jusqu'en 1835 puis se rendit au Cap pour quelques années. De retour dans la grande île de l'océan Indien en 1853, il y contribua à nouveau à son développement avant de mourir le 3 octobre 1875.

En haut



Battle Angel

Série Science-fiction

Battle Angel est un film américain réalisé par James Cameron dont la sortie est prévue en 2011.

Ce film avec acteur réel et image de synthèse pour l'héroïne, sera en 3D numérique pour les salles de cinéma équipées de tel projecteur.

En haut



Stan Winston

Stan Winston (né le 7 avril 1946 à Richmond et mort le 15 juin 2008 à Malibu), est un réalisateur américain, spécialiste du maquillage et des effets spéciaux au cinéma. Il a travaillé avec James Cameron pour qui il a créé les créatures des 3 Terminator, Aliens le retour et Predator. Il est l'un des spécialistes des animatroniques au cinéma, qu'il a notamment utilisé pour créer les dinosaures du film Jurassic Park.

Il est décédé des suites d'un cancer.

En haut



Michael Biehn

Michael Biehn est un acteur américain, né le 31 juillet 1956 à Anniston, en Alabama (États-Unis).

Michael Biehn arrêta ses études à seize ans pour se consacrer à sa carrière d'acteur. Il a commencé en jouant des petits rôles dans des films et téléfilms (il jouait le footballeur se faisant frapper par John Travolta dans Grease), jusqu'à ce qu'il obtienne le rôle titre du Fanatique en 1981. Mais se sera surtout dans le rôle de Kyle Reese dans le cultissime Terminator de James Cameron qu'il se fera remarquer. Il poursuivra sa collaboration avec le réalisateur dans Aliens le retour, Abyss et bientôt dans Avatar. On à pu le revoir récemment dans Planète Terreur de Robert Rodriguez. Il n'a pas eu une grande renommée dans sa carrière, mais il est quand-même très adulé par des millions de fans de science-fiction . Il apparaîtra dans le film Kids in America avec Topher Grace, dans le rôle d'un policier.

En haut



Dark Angel (série télévisée)

Dark Angel est une série télévisée de science-fiction post-apocalyptique américaine en un pilote de 83 minutes, 40 épisodes de 42 minutes et un épisode de 62 minutes, créée par James Cameron et Charles H. Eglee et diffusée entre le 3 octobre 2000 et le 3 mai 2002 sur le réseau Fox. En France, la série a été diffusée à partir du 1er septembre 2001 sur M6 et au Québec sur Z télé.

En 2009, dans le Wyoming, un groupe de trente enfants génétiquement modifiés, dotés de facultés physiques et intellectuelles surhumaines, tentent de s'échapper de Manticore, un complexe militaire visant à produire des super-soldats. Douze enfants parviennent à s'enfuir, les autres sont repris. Le colonel Lydecker se lance à la poursuite des fugitifs.

Dix ans plus tard, les États-Unis sont devenus un pays du tiers-monde, à cause d'une impulsion électro-magnétique (provoquée par une attaque terroriste) qui a détruit l'ensemble de leurs systèmes informatiques. Dans ce monde en ruines, l'une de ces enfants évadés, nommée X5-452 et surnommée Max, est toujours recherchée par Lydecker.

Désormais âgée d'environ vingt ans, elle vit à Seattle, sous le nom de Max Guevara. Le jour, elle est coursière chez Jam Pony Express ; la nuit, elle se transforme en cambrioleuse, pour pouvoir payer un détective chargé de retrouver ses compagnons transgéniques qui se sont enfuis avec elle dix ans plus tôt.

Lors d'un cambriolage, Max rencontre Logan Cale, un cyber-journaliste qui, sous le pseudonyme du « Veilleur » défie le pouvoir corrompu désormais en place à la tête des États-Unis. Tombé sous le charme de Max, Logan lui propose de l’aider à retrouver les autres évadés, et lui demande en échange de l’aider dans sa lutte pour un monde plus juste. Max va donc mettre à profit ses extraordinaires facultés physiques pour aider Logan à combattre ses ennemis.

Le cinéaste James Cameron, co-créateur de la série, ne réalisera qu'un seul épisode, le dernier, intitulé Vivre libre!.

Si Dark Angel a su rassembler une large communauté de fans, cela n'a pas suffi pour empêcher son annulation après seulement deux saisons. L'une des raisons de cette fin anticipée est financière. En effet, les coûts de production étaient élevés, notamment au niveau des décors. De plus, la Fox souhaitait financer une autre série de science-fiction, Firefly (2002), par le créateur de Buffy contre les vampires et d'Angel, Joss Whedon et les deux séries ne pouvaient pas co-exister selon la Fox pour des raisons obscures, mais il semblerait que le coût élevé en effets spéciaux des deux séries soit la cause principale. Ironiquement, FireFly n'aura même pas été au terme de sa première saison, étant à son tour retirée de l'antenne après 15 épisodes et les fans ont perdu Dark Angel « pour rien » vu que FireFly a été annulée. Beaucoup de fans déçus considèrent que cette annulation s'est faite car le créateur de Buffy contre les vampires était une sorte de "chouchou de la Fox", et que la chaîne espérait faire autant de succès avec Firefly qu'avec Buffy. L'actrice Jessica Alba serait allée plus loin en déclarant que la Fox a remplacé Cameron par Whedon afin de pouvoir mieux imposer leurs visions des choses, James Cameron étant très attaché à sa propre vision de la série, et ainsi refusant d'approfondir l'aspect "mutants" de la série pour se concentrer sur des sujets plus profonds. Hélas, comme à chaque fois qu'un sujet est aussi "sensible", les sources et rumeurs sont aussi nombreuses que différentes et il est difficile de faire la part entre le vrai, le potentiellement vrai, et le faux. Cette erreur stratégique a en tout cas coûté de l'argent à la Fox, qui a, en réponse, lancé sur le marché de nombreux coffrets VHS et DVD de la série Dark Angel.

Une pétition pour le tournage de la saison 3 a été lancée et comporte 61 383 signatures à ce jour (10 février 2009) Accéder à la pétition Save Dark Angel. La probabilité que celle-ci arrive à quelque chose est toutefois plutôt faible.

L'écrivain Max Allan Collins a publié trois romans en rapport direct avec la série et ce dans le but d'offrir aux fans le final que les scénaristes ne leur ont jamais écris.

Develloppe le passé de Max Guevara avant la série.

Suite directe du dernier épisode de la série.

Suite du précédent roman.

En haut



True Lies

True Lies, aussi intitulé Vrai Mensonge, est un film américain réalisé par James Cameron et sorti en 1994.

Un agent secret fort dangereux découvre la liaison extra-conjugale de sa femme avec un homme se faisant passer pour un agent secret. Au même moment, une importante menace terroriste contre les États-Unis se précise. Il tentera de regagner le cœur de sa femme, et de mettre fin aux activités du groupe terroriste. Dès lors, sa vie professionnelle débordera sur sa vie personnelle, et vice-versa.

Le film a obtenu une nomination aux Oscars.

En haut



Titanic (film, 1997)

Titanic est un film américain réalisé par James Cameron sorti en 1997. Il raconte l'histoire du paquebot Titanic. Le film fut l'un des plus grands succès de l'histoire du cinéma, ayant reçu 11 oscars, égalant le record historique de Ben-Hur et reste à ce jour en tête du box-office mondial en ayant fait le plus grand nombre d'entrées dans plus de cinquante pays au monde.

Brock Lovett est le coordinateur d'une équipe qui fouille méticuleusement l'épave du Titanic, paquebot géant réputé insubmersible qui connut pourtant un destin tragique. Lors d'une plongée en sous-marin miniature, il espère mettre enfin la main sur le Cœur de l'Océan, un bijou unique à la valeur inestimable, porté par Louis XVI dont la découverte lui apporterait la gloire. Mais il remonte des profondeurs avec seulement un dessin qui représente une jeune fille nue portant le bijou en pendentif.

À des milliers de kilomètres de là, une vieille dame, Rose Calvert, découvre ce dessin sur l'écran de son téléviseur. Elle contacte Lovett et lui affirme qu'elle est la jeune fille en question. Étant l'une des rares survivantes encore en vie du naufrage du Titanic, elle raconte à Lovett et à son équipe la croisière inaugurale du paquebot, son naufrage, ainsi que l'histoire d'amour qu'elle a vécue avec un artiste voyageant en troisième classe : Jack Dawson.

James Cameron a écrit, réalisé et monté Titanic, film qu'il a lui-même produit, par le biais de sa maison de production (Lightstorm Entertainment).

Titanic est à sa sortie le film le plus cher jamais produit, avec des coûts avérés d'au moins 200 millions de dollars (dépassé désormais par Spider Man 3).

Cameron a opéré pour le tournage une reconstitution minutieuse du paquebot, fondée à la fois sur des documents historiques et les documents récoltés lors de sa propre visite de l'épave. La loi américaine interdisant de filmer l’épave, Cameron demande six millions de dollars à la Fox et à la Paramount pour s'embarquer sur un navire de recherche russe, l'Akademik Mstislav Keldysh, et filmer le Titanic à plus de 3 700 mètres de profondeur. Douze plongées et une caméra extérieure inventée par son frère ingénieur ont permis les prises de vues sous-marines. Il prend par ailleurs la décision de faire construire une réplique du Titanic à 90 % de sa longueur. Pour cela, le plus grand bassin du monde a été creusé au bord de la mer près de Rosarito, Mexique (Playas de Rosarito).

Lors du tournage et de la post-production, il contrôle tout, les maquillages comme les effets numériques. Pour cela le cinéaste fait appel à dix-huit sociétés d'effets spéciaux. Certains plans utilisent des figurants réels, des maquettes, des éléments entièrement conçus par ordinateur, comme la mer et des personnages.

Titanic a été acclamé par les critiques du monde entier et récompensé par quatre Golden Globe Awards et onze Oscars. Titanic a fait plus de 1,8 milliard de dollars de recettes dans le monde entier et établit des records de nombre d'entrées (128 millions d'entrées cumulées aux États-Unis un an après sa sortie, 20,8 millions en France et 17 millions au Royaume-Uni), ce qui fait de Titanic le film à la plus grande recette cinématographique la plus rapide de l'histoire du cinéma.

Titanic reste à ce jour le film remportant le meilleur score au box-office français, avec 20 758 887 entrées. (2e : Bienvenue Chez Les Ch'tis (2008), 3e : La Grande Vadrouille (1966)).

Peu après le succès du film, des rumeurs ont couru sur une suite intitulée Titanic 2000 qui imaginerait que Jack Dawson serait repêché en 2000, conservé dans la glace. Une fausse bande annonce est visible sur le net. Elle est très réaliste mais bien sûr, le film n'existe pas. Dans cette bande annonce intitulée Titanic Two the surface, on découvre Jack qui est vivant en l'an 2000, retrouvé au fond de l'eau.

James Cameron a réalisé en 2003 un documentaire intitulé Les Fantômes du Titanic en relief et relatant la suite des recherches de Brock Lovett.

En haut



Avatar (film, 2009)

Avatar est un film de science-fiction de James Cameron tourné en 3D Relief, dont la sortie aux États-Unis est prévue pour le 18 décembre 2009. Ce film deviendra l'un des plus chers de tous les temps. Le budget consacré au film est présentement de 300 M$.

En haut



Arnold Schwarzenegger

Arnold Schwarzenegger

Arnold Aloïs Schwarzenegger (né le 30 juillet 1947 à Thal, un petit village proche de Graz, Autriche) est un culturiste, acteur, homme d'affaires et homme politique austro-américain.

Surnommé le « Chêne Autrichien » (Austrian Oak) pendant ses années de culturisme, puis « Arnie », « Arnold » ou « Schwarzy » pendant sa carrière d'acteur, et plus récemment « le Gouvernator » (mélange des mots gouverneur et Terminator), il se fit connaître universellement en devenant un des plus grands culturistes de l'Histoire, avec notamment cinq titres de Monsieur Univers et sept titres de Monsieur Olympia. Son physique exceptionnel lui a ouvert la porte d'Hollywood, dont il devint une des plus grandes vedettes de cinéma d'action, avec des films comme Conan le Barbare, Terminator, Predator et True Lies, mais aussi des comédies comme Jumeaux ou La Course au jouet.

Engagé politiquement avec le Parti républicain, il est depuis le 17 novembre 2003, le 38e gouverneur de l'État de Californie, comme le fut Ronald Reagan. Il est réélu à ce poste le 7 novembre 2006. En 2004 et 2007, il fait partie du Time 100, classement établi par le magazine Time des 100 personnes les plus influentes dans le monde,. Le 18 Février 2009, il annonce son retour sur grand écran notamment dans le film The expendables de Sylvester Stallone.

Arnold Schwarzenegger est né le 30 juillet 1947 à Thal bei Graz - ou Thal - en Autriche, petit village proche de Graz, capitale de la Styrie et y a passé la plus grande partie de sa jeunesse. Son nom de baptême est Arnold Aloïs Schwarzenegger. Son père, Gustav Schwarzenegger (1907-1972), est un ancien officier de l'armée autrichienne tandis que sa mère, Aurelia Jadrny (1922-1998) est une veuve de guerre avec un fils de son premier mariage, Meinhard. Il grandit dans une famille catholique qui se rend à l'église tous les dimanches. Gustav Schwarzenegger devient membre du parti nazi et de sa branche paramilitaire, la Sturmabteilung (SA) après l'Anschluss en 1938,. Les parents d'Arnold se marient le 20 octobre 1945, alors que Gustav a 38 ans et Aurelia 23. En 1947, son père est autorisé à devenir commissaire de police car il n'a pas commis de crime de guerre.

L'aîné, Meinhard est le favori de leur père tandis qu'Arnold est éduqué de façon stricte. Schwarzenegger dira que son père n'avait « aucune patience pour écouter et comprendre ses problèmes… il y avait comme un mur, un vrai mur ». Dans une interview avec Fortune en 2004, Schwarzenegger déclare qu'il a subi « ce que l'on appellerait maintenant des sévices à enfants » de la part de son père. « Mes cheveux étaient tirés. J'étais frappé avec des ceintures. Comme le gamin d'à côté. C'était comme ça. Beaucoup d'enfants étaient cassés ainsi par leur parents, c'était dans la mentalité Germano-Autrichienne. Ils ne voulaient pas créer des individus. Tout n'était qu'une question de conformisme. J'étais de ceux qui ne voulaient pas se conformer, et dont la volonté ne pouvait pas être cassée. Je devins un rebelle. Chaque fois que j'étais frappé et qu'on me disait "tu ne peux pas faire ça", je me disais "ça ne vas pas durer longtemps ainsi parce que je vais partir d'ici. Je veux être riche. Je veux être quelqu'un" ». Arnold entretient de bonnes relations avec sa mère et il restera en contact avec elle jusqu'à sa mort. À l'école, Schwarzenegger est « dans la moyenne » mais est remarqué pour son caractère « enjoué, joyeux et exubérant » . Le manque d'argent est un problème dans le foyer et Schwarzenegger se souvient que l'un des moments importants de sa jeunesse est l'achat d'un réfrigérateur par sa famille.

Le 20 mai 1971, son frère Meinhard meurt dans un accident de voiture, dépressif et ivre. Arnold n'assiste pas à ses funérailles mais prend à sa charge l'éducation de Patrick, le fils de 3 ans de son frère et de sa petite amie Erika Knapp. Son père Gustav meurt un an plus tard d'un accident vasculaire cérébral. Arnold n'assiste pas non plus à ses funérailles. Dans le film Pumping Iron, Arnold déclare qu'il n'a pas pu se rendre à l'enterrement de son père car il était alors en pleine période d'entraînement pour une grande compétition de culturisme.

En 1953, à l'âge de 6 ans, il rêve de devenir champion après avoir assisté avec son père à Graz à l'inauguration d'une nouvelle piscine par l'ancien champion Olympique Johnny Weissmuller. Enfant, Schwarzenegger essaie de nombreux sports, mais il se passionne particulièrement pour le culturisme (bodybuilding) vers 1960, à l'âge de 13 ans, après que son entraîneur de football amène l'équipe à une séance de musculation. Vers 14 ans, il prévoit ce que sera sa vie future. Son père voulait qu'il devienne policier, sa mère qu'il fasse une école de commerce. Un jour il remarque dans une vitrine, la couverture d'un magazine sur laquelle pose un homme musclé et déguisé en guerrier des temps anciens. Il achète le magazine, qui retrace la vie de Reg Park, un ancien bobybuilder anglais devenu Mr. Universe, puis acteur et ayant fait fortune en fondant un empire dans le sport. Il prend Park comme modèle et décide de suivre la même voie : devenir Mr. Universe, puis une star de cinéma puis riche. En 1961, il rencontre l'ancien Mr. Autriche, Kurt Marnul, qui l'invite à venir s'entraîner à l'Athletic Union, une salle de gymnastique à Graz. Sa passion le conduit à aller s'y entraîner même le week-end alors que celle-ci est fermée. À cette époque, il déclare à son père : « Je veux devenir l'homme le mieux bâti du monde, puis je veux aller en Amérique et être acteur ». Il fréquente aussi les cinémas et ses idoles sont les acteurs Reg Park, Steve Reeves et Johnny Weissmuller. En 1963, il arrive 2e lors d'une compétition mineure organisée à Graz, dans le Steirer Hof Hotel. En 1964, son père, très concerné par la passion envahissante d'Arnold pour le « sport le moins populaire d'Autriche », lui interdit d'aller plus de trois fois par semaine à l'entraînement, mais celui ci contourne cette limitation en construisant sa propre salle à la maison.

En 1965, il remporte le championnat autrichien junior de soulevé de poids (1965 Austrian Jr. Weightlifting Championship) et rencontre Franco Columbu avec qui il deviendra ami de longue date. Il rentre juste après dans l'armée autrichienne, dans le cadre du service militaire d'un an, obligatoire pour tous les autrichiens masculins âgés de 18 ans. Ses parents espèrent que cela mettra un terme à son intérêt pour le bodybuilding. Durant cette année de service militaire, il remporte le titre junior Mr. Europe. Pour participer à cette compétition il fait le mur de la caserne et il est puni pour son absence non autorisée, mais il gagne néanmoins le respect de ses supérieurs.

Une année plus tard, en 1966, il remporte le titre de Mr. Europe et impressionne tant les juges que ceux ci lui proposent de lui offrir le billet d'avion pour participer au NABBA Mr. Universe amateur à Londres, la prestigieuse compétition de culturisme. Une semaine après ce titre, il remporte celui de l'homme le mieux bâti d'Europe (Best Built man of Europe), compétition organisée par un rival de Mr. Europe. La fédération annule alors son offre et Arnold doit commencer à économiser pour se payer le billet pour Londres. Il quitte Thal, sa ville natale, et part s'entraîner au Putzinger Gym à Munich où il loue un petit appartement et passe son temps entre son propre entraînement et la gérance de la salle. Il y fait parfois le ménage afin de payer sa cotisation. Il prend pour la première fois l'avion afin de participer au Mr. Universe à Londres. C'est là qu'il acquiert le surnom de "Chêne Autrichien" (ou du "Chêne Styrien"), en partie à cause de son impressionnant gabarit (107kg pour 1.85m) et d'une histoire de tractions faite au sommet d'un chêne sur les berges du Thalersee. Il arrive 2e lors de cette première grande compétition, derrière Chester Yorton, qui possède une définition musculaire supérieure. Il dira plus tard : « Le titre de Mr. Universe était mon ticket pour l'Amérique - la terre des opportunités où je pourrais devenir une star et un homme riche ». À Londres toujours, invité par son ami Wagg Bennett, il participe à sa première exhibition de bodybuilding. Wagg, qui lui annonce qu'il doit apprendre à devenir un showman, lui apprend les points les plus importants du posing, et introduit de la musique dans sa routine d'entraînement.

En 1967, Arnold a mis de côté assez d'argent pour racheter le Putzinger Gym, et grâce à la publicité faite par sa seconde place pour le titre amateur Mr. Universe, le nombre de cotisants passe de 70 à 200. Il s'entraîne différemment, inventant de nouveaux exercices afin d'améliorer la définition qui lui avait manqué l'année précédente. Il participe à nouveau au Mr. Universe amateur de Londres et remporte son premier titre majeur contre Dennis Tinnerino, devenant ainsi le plus jeune Mr. Universe de l'histoire, à l'âge de 20 ans.

En 1968, il gagne le Stone Lifting Contest à Munich, et prouve que les bodybuilders sont également des hommes forts. Il remporte surtout le 1er titre professionnel européen de Mr. Universe de la NABBA (National Amateur Bodybuilders Association). Dans les coulisses de la compétition, il rencontre Joe Weider, qui règne sur la presse spécialisée dans le bodybuilding et qui, impressionné, l'invite à venir participer aux compétitions aux USA. En septembre 1968, à l'âge de 21 ans, il part s'installer aux États Unis, avec très peu d'argent en poche et un niveau d'anglais plutôt faible. Surpris par les compétiteurs américains, plus graciles, il n'arrive que 2e derrière Frank Zane lors de son premier Mr. Universe américain. Joe Weider accepte de le sponsoriser pendant un an. En échange, celui ci utilise le nom et le visage d'Arnold à des fins publicitaires. Weider l'envoie s'entraîner au Gold's Gym à Venice Beach, Santa Monica, là où tous les meilleurs bodybuilders du moment s'entraînent. Pendant cette période, il devient l'ami du catcheur professionnel Superstar Billy Graham. Il développe également une affaire de vente par correspondance de suppléments alimentaires vendus sous le nom de « Arnold Strong ».

En 1969, il rencontre Barbara Outland Baker, alors serveuse dans un restaurant situé près du Gold's Gym avec qui il vit en couple jusqu'à leur séparation en 1974. Le couple se rencontre 6 à 8 mois après l'arrivée d'Arnold aux États-Unis. À leur premier rendez-vous, ils regardent l'atterrissage d'Apollo sur la Lune à la télévision. Ils partagent un appartement à Santa Monica pendant trois ans et demi et ayant peu d'argent, ils vont à la plage tous les jours et font des barbecues dans le jardin. Baker déclare qu'Arnold est un « self-made man autant qu'il est possible de l'être - il n'a jamais reçu d'encouragement de ses parents, de sa famille, de son frère. Il avait juste son immense détermination et son charisme ». Dans ses mémoires de 1977, Arnold: The Education of a Bodybuilder, Schwarzenegger raconte à propos de Barbara : « Elle était une femme équilibrée qui voulait une vie ordinaire et solide. Je n'étais pas un homme équilibré et je haïssais l'idée même d'une vie ordinaire ». Dans une interview réalisée en 2003, où elle défend Schwarzenegger contre certaines attaques - on lui reprochait alors notamment d'avoir traité les homosexuels de "fags" dans une interview de 1977 pour le magazine Oui - Baker décrit Schwarzenegger comme « une personnalité joyeuse, totalement charismatique, aventureuse et athlétique » mais déclare qu'à la fin de leur relation, il était devenu « insupportable, le monde tournant autour de lui ». En 2006 elle publia ses mémoires, préfacées par Schwarzenegger, dans Arnold and Me: In the Shadow of the Austrian Oak.

En juillet 1977, il rencontre à Venice Beach, Sue Moray, une assistante-coiffeuse de Beverly Hills. D'après celle ci, ils entretiennent une relation libre : « Nous étions fidèles lorsque nous étions tous les deux à LA... mais lorsqu'il était hors de la ville, nous étions libres de faire ce que nous voulions ». Un mois plus tard, Schwarzenegger fait connaissance de Maria Shriver de la famille Kennedy. Il entretient une relation avec les deux femmes jusqu'en août 1978, date à laquelle Sue Moray, qui connaît sa relation avec Shriver, lui fixe un ultimatum pour faire un choix entre elles. Schwarzenegger choisit Maria Shriver.

Schwarzenegger commence son extraordinaire parcours par le culturisme (bodybuilding). Après son titre junior de Mr. Europe en 1965, il remporte l'année suivante à l'âge de 19 ans le titre de Mr. Europe et The Best Built Man in Europe. Il participe par la suite à de nombreuses compétitions et remporte de nombreux titres, dont 5 Mr. Universe (4 - NABBA (Angleterre), 1 - IFBB (USA)) et 7 Mr. Olympia, la compétition ultime de la discipline. Ce record de 7 Mr. Olympia ne fut battu que bien plus tard, par Lee Haney, lorsqu'il remporta son 8e titre consécutif en 1991, puis par Ronnie Coleman qui remporta son 8e titre en 2005.

Schwarzenegger dira que « durant l'apogée de sa carrière, ses mollets faisaient 50.8 centimètres de circonférence, ses cuisses 72.4 cm, sa taille 86.4 cm, sa poitrine 144.8 cm, et ses bras 55.9 cm. ».

Le but de Schwarzenegger est de devenir le plus grand culturiste du monde, ce qui signifie qu'il doit remporter le titre de Mr. Olympia. À sa première tentative en 1969, il échoue en finale, 4 points contre 3, face au champion cubain Sergio Oliva, surnommé « Le mythe » et vainqueur des 3 années précédentes. Ce sera sa première et unique défaite lors d'un Mr. Olympia. Il prend sa revanche sur Oliva l'année suivante et remporte son 1er Mr. Olympia en 1970 grâce à une définition musculaire supérieure, faisant de lui, à 23 ans, le plus jeune Mr. Olympia de l'histoire, record toujours invaincu.

Il continua d'enchaîner les victoires lors des compétitions suivantes, en 1971, 1972, 1973 et 1974. En 1971, la compétition Mr. Olympia se déroule pour la première fois hors de New York, à Paris, exactement le même jour que le NABBA Universe qui se tient à Londres. Arnold, fidèle à l'IFBB participe au Mr. Olympia alors que d'autres champions préfèrent l'éviter et participer à la NABBA. En 1972, Arnold et Sergio se livrent un duel serré à Essen en Allemagne. Schwarzenegger remporte son 3e titre par décision des juges, 4 voix contre 3. En 1973, il remporte son 4e titre d'affilé à New York contre Franco Columbu et Serge Nubret. Cette victoire est jugée relativement facile mais la montée du jeune Ferrigno chez les professionnels promet un beau combat pour l'année suivante. En 1974, la compétition se déroule au Madison Square Garden à New York. Lou Ferrigno, avec une taille de 1m95 et un poids de 120 kilos, est l'adversaire le plus imposant qu'Arnold ait jamais affronté. Il remporte toutefois son 5e titre, mais des rumeurs sur sa retraite de la compétition circulent.

En 1975, quelques mois avant la compétition, les réalisateurs George Butler et Robert Fiore le convainquent de participer afin de filmer son entraînement dans Pumping Iron, un film documentaire qui aura un impact relativement important et contribuera à populariser le bodybuilding et à faire connaître Schwarzenegger. Ce dernier vient de faire une apparition dans le film Stay Hungry de Bob Rafelson qui lui vaut le golden globe 1977 du meilleur acteur débutant. Il a perdu beaucoup de poids et a seulement trois mois pour se préparer à la compétition. Il revient néanmoins à son meilleur niveau, quoique plus léger, et remporte son 6e titre consécutif en battant Lou Ferrigno et Serge Nubret dans la catégorie des plus de 91 kg (200 pounds), et Franco Columbu, vainqueur des moins de 91 kg, pour le titre unifié. Il annonce alors sa retraite de la compétition.

Schwarzenegger tourne quelques films mineurs et sort de sa retraite sportive pour participer à l'édition 1980 de Mr. Olympia qui se déroule en Australie. Grâce à son entraînement pour le rôle de Conan le Barbare où il devait courir, monter à cheval ou encore manier l'épée, il se sent suffisamment en forme pour tenter de gagner la compétition une dernière fois. Sa participation est une surprise, car il n'annonce pas publiquement ses intentions. Certains le voient s'entraîner mais pensent que c'est pour les besoins du film ; lorsqu'ils le voient dans l'avion pour l'Australie, ils pensent qu'il vient en tant qu'officiel pour l'IFBB. Ce n'est que lorsque son nom est appelé que tout le monde se rend compte qu'il va participer à la compétition. Il remporte une septième et ultime fois le Mr. Olympia, avec seulement sept semaines de préparation spécifique. Cette victoire sera contestée par certains observateurs.

Schwarzenegger a admis avoir utilisé des anabolisants sous forme de stéroïdes lorsque leur utilisation était encore légale. En 1977, il a écrit à ce sujet que les "stéroïdes l'aidaient à maintenir sa masse musculaire pendant les régimes dans la préparation des compétitions" et qu'il "ne les utilisait pas pour accroître ses muscles".

En 1999, Schwarzenegger a poursuivi en justice le docteur Willi Heepe, médecin allemand qui avait prédit sa mort prématurée à la suite d'un accident vasculaire dû à sa consommation de stéroïdes. Comme le médecin ne l'avait jamais examiné personnellement, il gagna son procès et reçut 12 000 dollars de dommages et intérêts. La même année, il a déposé plainte contre le journal américain à sensations The Globe qui avait fait des annonces similaires sur son état de santé futur.

Selon son porte-parole, Schwarzenegger n'a plus utilisé de stéroïdes depuis 1990, dès l'instant où ils ont été déclarés illégaux.

Au cinéma, il obtient son premier rôle dans Hercule à New York (1970) sous le pseudonyme d'Arnold Strong, son nom étant considéré comme trop compliqué. Ses prestations sont alors tellement mauvaises et son accent autrichien tellement prononcé qu'il est doublé par un comédien.

C'est sous son vrai nom qu'il fait une brève apparition dans un épisode de la série Les Rues de San Francisco. En 1977, il reçoit le trophée Golden Globe décerné au « meilleur débutant » pour sa prestation dans le film Stay Hungry (1976). La même année, il interprète son propre rôle de culturiste dans le film documentaire Pumping Iron, présenté au Festival de Cannes.

Arnold Schwarzenegger connaît toutefois véritablement le succès cinématographique à partir de 1982 avec le film Conan le Barbare (1981) de John Milius, dans lequel il incarne Conan le Cimmérien, le célèbre personnage de fantasy créé par l'écrivain Robert E. Howard. Il est définitivement propulsé star d'action en jouant l'inoubliable androïde tueur dans Terminator (1984) de James Cameron. Alors qu'il était pressenti au début pour interpréter le rôle de Kyle Reese (incarné par Michael Biehn), Cameron lui attribue finalement le rôle du Terminator. Par la suite, Arnold enchaîne les gros succès comme Predator (1987) de John McTiernan, Total Recall (1990) de Paul Verhoeven, Running Man ou encore Terminator 2. Il signe des films musclés plus confidentiels comme Commando et Le Contrat. Contrairement à son rival et ami Sylvester Stallone, Schwarzie a aussi connu le succès dans la comédie : il commence dans Jumeaux (1988) avec Danny De Vito puis enchaîne d'autres succès comme Un flic à la maternelle (1990), Last Action Hero (1994) et La Course au jouet (1996).

La fin des années 1990 et le début des années 2000 marque le déclin de sa carrière d'acteur : ses derniers films, comme La fin des temps (1999), À l'aube du 6e jour (2000) et Dommage collatéral (2002) sont des demi-échecs au box-office et ne sont pas accueillis favorablement par les critiques. Il renoue toutefois encore avec le succès en incarnant une troisième fois le Terminator dans Terminator 3 : le soulèvement des machines. On le voit faire encore quelques apparitions en guest star dans Bienvenue dans la jungle et Le Tour du monde en quatre-vingts jours, avant qu'il ne se consacre à la politique.

Parfois surnommé « Schwarzy », il a joué principalement dans des films d'action qui mettent en avant son physique musculeux. Il est en concurrence dans ce domaine avec Sylvester Stallone. Dans le film Demolition Man, dont l'acteur principal est Sylvester Stallone, il est fait allusion à Arnold Schwarzenegger, comme un clin d'œil d'une vedette à l'autre. L'action de ce film se déroulant dans le futur, Arnold y est cité comme ayant été élu président des États-Unis (en contradiction avec l'article II de la Constitution des Etats-Unis interdisant à ceux qui ne sont pas né citoyen américain de se présenter). Le film Last Action Hero d'Arnold Schwarzenegger contient un clin d'œil de même nature : Silverster Stallone y est représenté sur une affiche dans le personnage de Terminator.

En 1990, Arnold Schwarzenegger débute derrière la caméra en réalisant l'épisode L'échange de la série Les Contes de la crypte.

Les cachets de Schwarzenegger ont connu la même évolution que sa notoriété. Ainsi en 1970, pour son 1er film, Hercule à New York il toucha seulement 12 000$. Trente trois ans plus tard, en 2003 pour Terminator 3 : le soulèvement des machines, il toucha 30 000 000$.

À l'âge de 30 ans, bien avant le début de sa carrière au cinéma, Arnold Schwarzenegger a fait fortune dans l'immobilier.

Schwarzenegger obtient un diplôme universitaire en Affaires de l'université du Wisconsin. En 1968, Schwarzenegger et le bodybuilder Franco Columbu ont commencé à faire des affaires dans le bâtiment, lesquelles ont ensuite prospéré, notamment avec la hausse de la demande après le terrible tremblement de terre de 1971 à Los Angeles. Schwarzenegger investit une partie de ses profits et des gains gagnés lors de compétitions de musculation dans sa nouvelle entreprise immobilière, achète son premier immeuble pour 10 000 dollars et investit ensuite dans plusieurs entreprises. Il devient alors millionnaire. Son domicile se situe dans Brentwood, le quartier huppé de Los Angeles.

En 1992, Arnold Schwarzenegger et sa femme ont ouvert un restaurant autrichien à Santa Monica appelé Schatzi On Main. Schatzi signifie littéralement «petit trésor», terme familier pour dire "chéri" en allemand. Schwarzenegger n'a plus de parts dans ce restaurant depuis 1998.

Arnold Schwarzenegger est un des fondateurs de la chaîne de restaurants Planet Hollywood - créée en 1991 -, avec Bruce Willis, Sylvester Stallone et Demi Moore. En janvier 2000, suite aux difficultés financières rencontrées par Planet Hollywood, il a annoncé qu'il ne reconduirait pas sa collaboration avec la chaîne de restaurants, son contrat venant alors d'arriver à son terme. Il n'a plus de parts dans la société Planet Hollywood depuis cette date.

Le premier poste politique de Schwarzenegger a été celui de président ("chairman") du Conseil du Président sur le conditionnement physique et les sports ("President's Council on Physical Fitness and Sports"), fonction qu'il a occupé de 1990 à 1993. Il avait été nommé à ce poste par le président des États-Unis de l'époque George Herbert Walker Bush, qui l'a surnommé "Conan le républicain". Schwarzenegger a ensuite assumé, à partir de 1993, les fonctions de président ("chairman") du Conseil du Gouverneur de Californie sur le conditionnement physique et les sports ("California Governor's Council on Physical Fitness and Sports") durant la mandature de Pete Wilson, gouverneur républicain de Californie de 1991 à 1999.

Arnold Schwarzenegger est l'un des deux candidats issus du parti républicain au poste de gouverneur de Californie en 2003, après le déclenchement – à l'initiative du parlementaire républicain Darrell Issa – d'une procédure de destitution par rappel populaire (recall) de Gray Davis, le titulaire démocrate depuis 1999, réélu l'année précédente.

Le 7 octobre 2003, au terme d'une campagne électorale confuse et marquée par une forte agitation médiatique, Gray Davis est destitué par 55,4% des électeurs, et à la deuxième question se portant sur le choix d'un successeur, Schwarzenegger est élu Gouverneur de Californie en réunissant 48,6% des votes (environ 4,2 millions de voix) pour terminer le mandat. Il a notamment battu ainsi le candidat démocrate Cruz Bustamante, adjoint de Davis, qui n'a obtenu que 31,5% des suffrages. 135 candidats avaient rempli les conditions pour pouvoir postuler (rassembler 65 signatures de soutien, et déposer un chèque de 3 500 dollars) : parmi eux, l'indépendante Arianna Huffington, célèbre chroniqueuse de la vie politique, et des candidats fantaisistes, comme Larry Flynt, le magnat de la presse pornographique, Gary Coleman, l’ancienne jeune vedette de la série télévisée "Arnold et Willy", Mary Carey, star du film X, etc. La participation électorale s'est élevée à 60%, contre 51% en novembre 2002 pour le précédent scrutin. En dépit d'accusations de harcèlement sexuel et d'écarts de conduite misogynes formulées pendant la campagne, Schwarzenegger a réussi à convaincre 42% des femmes et 49% des hommes. Favori dans les sondages, à la suite du seul débat public de la campagne, le 24 septembre 2003, il a également surfé sur l’immense vague d’impopularité du gouverneur sortant, pourtant soutenu par l'ancien président Bill Clinton. Selon Alex Cooke, réalisatrice du documentaire franco-britannique Arnold à la conquête de l’Ouest (How Arnold won the West, 2004), consacré à cette élection, Schwarzenegger a transformé le scrutin qui l'a porté au pouvoir en spectacle entièrement basé sur son statut de star du cinéma hollywoodien. Argent, célébrité et marketing ont ainsi dominé la campagne électorale, au détriment des idées politiques, le programme de Schwarzenegger étant, du reste, essentiellement basé sur la dénonciation des excès de dépenses et de taxes attribués au gouvernement sortant. La procédure du "recall" est, par ailleurs, apparue comme une manœuvre des républicains pour prendre le contrôle du poste de gouverneur d'un des États les plus importants de l'Union, dans la perspective de l'élection présidentielle fédérale de 2004.

Schwarzenegger prend ses fonctions de gouverneur, au Capitole de l'État de Californie à Sacramento, le 17 novembre 2003. La cérémonie d'inauguration a été ouverte par Vanessa Lynn Williams, sa partenaire dans le film L'Effaceur, chantant l'hymne national américain. Parmi les autres stars invitées se trouvaient Danny DeVito, Rhea Perlman, Dennis Miller et Rob Lowe (seul Miller est républicain).

Dès ses premières heures de gouvernance, Schwarzenegger concrétise sa promesse électorale d'abaisser une augmentation de 200% de cotisations en matière automobile qui avait été mise en place pour renflouer les caisses de l'État. Le niveau est restauré à celui de 1998.

Schwarzenegger demande également aux députés californiens de se réunir en session extraordinaire pour obtenir une restriction des dépenses. Il initie cette idée en acceptant de remplir son mandat de gouverneur sans avoir de salaire, permettant ainsi l'économie de 175 000 dollars US par an.

Pour parvenir à atteindre ses deux premiers objectifs, Schwarzenegger soumet le 2 mars 2004 les propositions 57 et 58 au vote des députés californiens pour permettre un équilibre du budget. La proposition 57 a été adoptée avec 63,3% des votes et la proposition 58 avec 71% des votes. Le troisième objectif est, quant à lui, accompli avec l'adoption d'un décret du 19 avril 2004 réformant le système compensatoire des travailleurs californiens.

Le 20 avril 2004, Schwarzenegger signe un ordre d’application pour le développement d'un nouveau réseau californien d’autoroutes à l’hydrogène, d’ici 2010. Le but est d’accélérer la commercialisation des véhicules équipés de piles à combustible fonctionnant à l’hydrogène.

Selon une enquête de l'institut The Field Poll, en janvier 2004, après ses deux premiers mois de mandat, l'action du gouverneur Schwarzenegger était soutenue par 52% des électeurs inscrits. En comparaison, en mars 1999, après deux mois de mandat, l'action du gouverneur Davis était approuvée par 58% des Californiens. Selon les sondages d'opinion effectués ensuite par The Field Poll, le taux d'approbation de l'action de Schwarzenegger par les électeurs passe de 52% en janvier à 56% en février, puis à 65% en mai 2004.

Le 4 août 2004, Schwarzenegger s'est rendu à Las Vegas, dans l'État voisin du Nevada, pour lancer une campagne nationale de promotion, destinée à encourager les entreprises installées dans d'autres États à investir en Californie et à y créer des emplois, avec ce slogan : « Arnold Says: California Wants Your Business. (Actually, he says Kah-li-fornia.) ».

Le 29 septembre 2004, une loi interdit la production et la vente de foie gras en Californie à compter de 2012.

Au niveau national, Arnold Schwarzenegger soutient le président républicain sortant George W. Bush lors de sa campagne pour être réélu à la tête de l'État fédéral en novembre 2004 - son intervention en faveur de Bush lors de la Convention républicaine de New York, le 31 août, au Madison Square Garden devant plus de 22 000 spectateurs, est particulièrement remarquée.

En juin 2005, d'après des enquêtes de l'institut The Field Poll, l'action de Schwarzenegger en tant que gouverneur est soutenu par seulement 37% des électeurs inscrits. Ils étaient 65% à approuver son action en septembre 2004, et encore 55% en février de l'année suivante.

En septembre 2005, Arnold Schwarzenegger annonce qu'il mettra son veto suspensif au projet de loi de légalisation du mariage homosexuel, approuvé par le Parlement californien à majorité démocrate. Il estime que le texte contredit le vote des électeurs qui avaient approuvé en 2000 par référendum la proposition de loi empêchant la Californie de reconnaître les unions homosexuelles célébrées dans les autres États.

Voulant passer outre l'opposition démocrate, Schwarzenegger soumet à référendum plusieurs propositions de lois qu'il estime indispensables pour gouverner. Il se heurte alors aux infirmières, aux enseignants, aux policiers, aux pompiers, et à leurs syndicats, concernés par ces réformes mais aussi à Warren Beatty, son principal détracteur à Hollywood qui mène une campagne très active pour faire échouer le référendum. Le 8 novembre 2005, les électeurs rejettent finalement nettement les deux propositions de réforme les plus décisives concernant, d'une part, une limitation des dépenses budgétaires et un pouvoir accru au gouverneur dans ce domaine, et d'autre part, le transfert du pouvoir du redécoupage électoral des élus aux juges, ainsi qu'une proposition pour un allongement de la période nécessaire aux enseignants du public pour être titularisés, et celle concernant un contrôle des contributions syndicales aux partis politiques.

Cette défaite est alors considérée de mauvais augure pour le gouverneur qui brigue le renouvellement de son mandat, en 2006.

Selon le Public Policy Institute of California, en un an, sa cote de popularité auprès des électeurs est tombée de 69 % d'opinions favorables, en octobre 2004, à 38 % en octobre 2005.

Il est vivement critiqué pour avoir, le 12 décembre 2005, refusé sa grâce au condamné à mort Stanley Williams, exécuté le lendemain par injection intraveineuse létale à la prison d'État de Saint-Quentin. Des responsables politiques de sa ville natale de Graz ont exigé deux jours après ce refus de grâce que soit débaptisé le stade portant son nom, pour porter le nom du condamné à mort. Dans un communiqué du 20 décembre, Schwarzenegger se dit « déçu » et contre-attaque en retirant de lui-même le droit d'utiliser son nom qu'il avait accordé en 1997 et renonce à sa citoyenneté d'honneur. Le stade de Graz est finalement débaptisé dans la nuit du 26 au 27 décembre 2005.

En décembre 2005, avec un taux d'approbation de 34% (contre 63% d'opinions négatives), il n'arrive qu'en 46e position en termes de popularité parmi les 50 gouverneurs du pays.

Le 13 janvier 2006, Schwarzenegger refuse une nouvelle grâce au prisonnier le plus vieux de Californie, Clarence Ray Allen, qui avait commandité le meurtre de trois personnes à Fresno en 1980.

Le 13 juillet 2006, il approuve une loi pour le développement des carburants verts dans son État où roulent près de 33 millions de véhicules. La Californie devra produire elle-même quarante pour cent de ses besoins en biocarburants d'ici à 2020.

Le 20 juillet 2006, Schwarzenegger demande à son administration de fournir un prêt allant jusqu'à 150 millions de dollars pour renforcer un programme de recherche sur les cellules souches, approuvé par les électeurs californiens lors d'un référendum en 2004. Cette décision intervient en réaction au veto mis la veille par le président George W. Bush à un projet de loi visant à lever les limites posées en août 2001 au financement fédéral de la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

En août 2006, selon une enquête du Public Policy Institute of California, dans la perspective des prochaines échéances électorales, Schwarzenegger est crédité de 45% des intentions de vote, contre 32% pour le trésorier d'État - ou secrétaire au Trésor de l'État - Phil Angelides, son principal adversaire - démocrate - dans la course au poste de gouverneur de Californie. Les autres candidats recueillent seulement 6% des intentions de vote, 17% des électeurs potentiels restant indécis. Parmi ceux qui affirment alors vouloir voter pour le gouverneur sortant, figurent 51% des électeurs blancs ("Whites") et seulement 25% des électeurs d'origine hispanique ("Latinos").

Le 30 août 2006, Arnold Schwarzenegger signe un accord avec le Parlement de Californie - en majorité démocrate - pour diminuer la production de gaz à effet de serre, mettant l’État en conformité avec le protocole de Kyoto. La décision AB32 (Assembly Bill 32) prévoit de réduire d’un quart les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020. Des sanctions financières seront prises contre les industries qui ne respectent pas cet engagement. Un marché de permis d’émissions sera créé et contrôlé par l’Air Resources Board. Avec ce "Global Warming Solutions Act", le gouverneur de Californie a pris ainsi officiellement la décision d’aller, une nouvelle fois, à l’encontre de la politique du président George W. Bush, ici en matière d'écologie, en appliquant au niveau local une politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Schwarzenegger a même signé un partenariat inédit avec le Premier ministre britannique Tony Blair, qui s'est rendu à Los Angeles le 31 juillet 2006, afin de partager leurs connaissances sur la lutte contre les gaz à effet de serre et à promouvoir ensemble les technologies les moins polluantes. Le "Global Warming Solutions Act of 2006" (décision AB 32) a été officiellement signé par le gouverneur, lors de cérémonies à San Francisco et Los Angeles, le 27 septembre 2006.

Schwarzenegger a fait de la lutte contre le réchauffement climatique un élément central de sa campagne pour être réélu.

En septembre 2006, selon une nouvelle enquête du Public Policy Institute of California, Schwarzenegger est crédité de 48% des intentions de vote, contre 31% pour le démocrate Phil Angelides. Les autres candidats recueillent toujours 6% des intentions de vote, les indécis représentant 15% des électeurs potentiels. 56% des électeurs blancs et 30% des électeurs "latinos" affirment vouloir voter pour Schwarzenegger. Toutefois, fin septembre 2006, selon une autre enquête du service d'information The Field Poll, Schwarzenegger est crédité de seulement 44% des intentions de vote, contre 34% pour Angelides et avec 15% d'électeurs indécis…

Le 10 octobre 2006, à l'occasion de la présentation, à San Francisco, du premier avion de Virgin America, nouvelle compagnie aérienne à bas coûts ("low cost") ayant installé sa principale plateforme de correspondance sur l'aéroport international de cette ville, Schwarzenegger s'est félicité de la création de 1.700 nouveaux emplois du fait de la présence de la compagnie à San Francisco, et a rappelé que depuis son élection en 2003, la Californie a crée plus de 635 000 nouveaux emplois. Selon le Bureau du Gouverneur, le taux de chômage en Californie est passé, depuis novembre 2003, de 6,8% à 4,9%. Toujours selon le même Bureau, outre la campagne de promotion "Arnold Says: California Wants Your Business" évoquée plus haut, et entre autres initiatives, le gouverneur Schwarzenegger est allé en Chine, au Japon et en Israël, pour inviter les touristes à visiter la Californie et à y dépenser leur argent, pour encourager les entreprises à y investir et y créer des emplois, et pour vanter les mérites, auprès de ses « voisins du monde » (« global neighbours »), des produits agricoles californiens.

Le 15 octobre 2006, ainsi que le veut l'usage aux États-Unis, Schwarzenegger reçoit le soutien d'un journal pour sa réélection : il s'agit du quotidien de centre-gauche Los Angeles Times qui, tout en notant que sa première année de gouverneur fut « décevante », souligne que par la suite Schwarzenegger a amélioré sa gestion. Le journal salue en outre ses prises de positions « qui se sont distinguées de celles de l'administration Bush ». Un autre quotidien de centre-gauche, le San Francisco Chronicle apporte son soutien au gouverneur sortant le 19 octobre 2006, affirmant que Schwarzenegger, qui se définit lui-même comme « conservateur sur le plan fiscal, modéré sur le plan social, et progressiste sur le plan environnemental » (« fiscally conservative, socially moderate, environmentally progressive »), mérite d'être reconduit dans ses fonctions par les électeurs.

Selon une enquête du Public Policy Institute of California réalisée dans la troisième semaine du mois d'octobre 2006, Schwarzenegger est crédité de 48% des intentions de vote, contre 30% pour son principal adversaire Phil Angelides. Les autres candidats recueillent 9% des intentions de vote, 13% des électeurs potentiels restant indécis. Le gouverneur sortant est soutenu par 56% des électeurs blancs ("Whites") et seulement 25% des électeurs d'origine hispanique ("Latinos"). L'immigration et l'éducation sont les principaux sujets de préoccupation des électeurs. Selon cette même enquête, l'action de Schwarzenegger en tant que gouverneur est soutenue par 52% des électeurs et par 47% des Californiens en général. 81% des Républicains approuvent sa politique, 60% des Démocrates la désapprouvent, les Indépendants étant pour leur part assez divisés (45% approuvent, 47% désapprouvent). Son action est désapprouvée par une majorité des résidents du comté de Los Angeles (54%) et de la région de la Baie de San Francisco (San Francisco Bay Area, 51%), Schwarzenegger étant davantage populaire dans le sud de la Californie, en dehors de L.A. (Other Southern California), où 53% des résidents approuvent son action, et surtout dans Central Valley, où 57% des résidents soutiennent sa politique. On retrouve une répartition géographique similaire en ce qui concerne les intentions de vote pour l'élection du gouverneur : 63% des électeurs de la région Other Southern California et 56% des électeurs de la région de Central Valley affirment vouloir voter pour Schwarzenegger, contre 38% dans le comté de Los Angeles et 40% dans la San Francisco Bay Area.

Le 27 octobre 2006, Schwarzenegger signe un ordre exécutif pour aider la Californie à devenir le chef de file de la révolution des télécommunications, en favorisant le développement de réseaux Internet à haut-débit dans l'État, ainsi que l'utilisation par les organismes gouvernementaux des meilleures technologies pour servir le peuple, et en créant un groupe de travail, réunissant des experts du gouvernement et du monde des affaires, chargé d'aider le gouverneur à identifier et à surmonter les obstacles susceptibles d'empêcher le développement général de l'accès à l'Internet haut-débit en Californie.

Le 30 octobre 2006, Schwarzenegger participe à la célébration du quarantième anniversaire de l'élection de Ronald Reagan au poste de gouverneur de Californie, à la Bibliothèque présidentielle Ronald Reagan de Simi Valley : lors de son discours, prononcé notamment devant la veuve de Reagan, il rappelle son admiration pour la personnalité et l'œuvre de l'ancien acteur devenu gouverneur républicain de Californie - élu en 1966 - puis président des États-Unis de 1981 à 1989, et s'engage à essayer de suivre son exemple.

Candidat déclaré à sa propre succession dès le 16 septembre 2005, Arnold Schwarzenegger met en valeur, à l'occasion de la campagne électorale en 2006, le bilan de son premier mandat : redémarrage de l'économie californienne, réduction du déficit budgétaire de l'État, baisse des taxes, création de plus de 500 000 nouveaux emplois, etc.

Le trésorier d'État de Californie Phil Angelides, concurrent démocrate de Schwarzenegger, met en évidence la part négative du bilan du gouverneur sortant. Angelides signale notamment la situation préoccupante dans laquelle se trouve le système carcéral californien, qui est, selon lui, sur le plan national, le plus coûteux, le plus violent, le plus surchargé, le moins efficace pour préparer la réinsertion des détenus, et pour l'amélioration duquel Schwarzenegger n'a rien fait, le personnel des prisons étant pourtant en sous-effectif. Cinq ans après les grandes coupures électriques tournantes de 2001, qui avaient frappées la Californie après l'effondrement du système déréglementé mis en place en 1998, Angelides dénonce également l'inaction du gouverneur sortant concernant la gestion de l'énergie : pendant trois ans, Schwarzenegger n'a rien fait pour prévenir une nouvelle crise de l'énergie électrique, bien qu'il ait promis en 2004 que la situation serait mise sous contrôle. Selon son concurrent démocrate, Schwarzenegger sert de puissants intérêts privés et a tourné le dos aux Californiens travailleurs de la classe moyenne. Angelides évoque l'augmentation, sous Schwarzenegger, des frais de scolarité dans les universités publiques de Californie, critique également le fait que Schwarzenegger a soutenu la politique menée par le président George W. Bush en Irak, et dénonce la manœuvre électoraliste que constitue selon lui la politique environnementale du gouverneur sortant, particulièrement mise en avant dans les dernières semaines précédant l'élection, alors que Schwarzenegger a été soutenu financièrement par des entreprises des secteurs pétrolier et automobile. La campagne d'Angelides, toutefois, tire très mal parti d'un enregistrement où l'on entend le gouverneur tenir des propos à caractère raciste et qualifier une députée d'origine cubaine de « chaude ». Schwarzenegger, du reste, en se montrant modéré et favorable à un certain consensus bipartisan, laisse peu de possibilités d'attaques à son adversaire.

Selon une ultime enquête de l'institut The Field Poll avant l'élection, fin octobre 2006, Schwarzenegger est crédité de 49% des intentions de vote, contre 33% pour Phil Angelides. Les autres candidats recueillent 6% des intentions de vote, 12% des électeurs potentiels restant indécis. Le gouverneur sortant est soutenu par 85% des électeurs républicains, seulement 21% des électeurs démocrates (59% d'entre eux soutiennent Angelides), et 39% des indépendants ("Non-partisans"). Au niveau des communautés, Schwarzenegger est soutenu par 55% des électeurs blancs ("White non-Hispanics"), et 36% des électeurs d'origine hispanique ("Latinos"). Selon cette même enquête, 78% des électeurs pensent que Schwarzenegger sera réélu.

L'élection pour le poste de gouverneur de Californie a lieu le 7 novembre 2006. Elle coïncide avec des élections parlementaires nationales devant renouveler l'ensemble des sièges de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat des États-Unis, ainsi qu'avec des élections de gouverneurs dans 35 autres États. Sans surprise, Arnold Schwarzenegger est réélu pour quatre ans, avec 55,8% des suffrages (environ 3,8 millions de voix) contre 39,2% au candidat démocrate Angelides. Dans un contexte de défaite nationale du parti républicain aux élections parlementaires - les démocrates devenant majoritaires à la Chambre des représentants, pour la première fois depuis 1994, ainsi qu'au Sénat - et alors que les démocrates, au niveau des États, remportent six sièges de gouverneurs jusqu'à présent détenus par des républicains, le gouverneur sortant de Californie a réussi à ne pas être emporté par la vague démocrate. Depuis l'échec de son référendum sur son programme de réforme en 2005, Schwarzenegger a su habilement recentrer son image et lui donner un caractère plus consensuel de nature à séduire sinon l'ensemble des démocrates, du moins certains d'entre eux - notamment à Hollywood -, ainsi que les indépendants ; par ailleurs, s'il a pris ses distances avec la politique du président Bush dans certains domaines, notamment l'environnement, il a su cependant ménager son électorat républicain par ses actes et ses prises de position en matière, par exemple, de sécurité publique, de gestion des dépenses de l'État, de croissance économique, et d'immigration.

Dès le lendemain de sa réélection, le gouverneur Schwarzenegger part effectuer, avec son épouse, un voyage officiel de deux jours à Mexico, capitale fédérale du Mexique, et à Monterrey, capitale de l'État mexicain du Nuevo Leon. Il s'agit d'un voyage principalement à but commercial : le gouverneur est accompagné de 65 responsables californiens du monde des affaires, de l'agriculture, du tourisme et des transports. Schwarzenegger vient notamment promouvoir les produits agricoles cultivés en Californie (épinards, cerises, raisins, vins, etc.). Sur place, il rencontre le président mexicain sortant Vicente Fox, qui est venu en Californie durant l'été 2006, ainsi que son successeur Felipe Calderon. Le 9 novembre 2006, il annonce la création d'un nouvel Office du tourisme californien à Mexico, des offices similaires ayant déjà été créés au Royaume-Uni, en Allemagne, en Australie et au Japon. Le 10 novembre, il signe avec son homologue mexicain de l'État du Nuevo Leon, un accord ("Memorandum of Understanding") visant à développer la coopération entre les deux États dans les domaines de l'économie, de la technologie, de l'éducation et de la culture. Le Mexique est l'un des principaux partenaires commerciaux de la Californie à l'étranger.

Schwarzenegger signe, le 14 novembre, un autre accord "Memorandum of Understanding", cette fois-ci avec le ministre israëlien du tourisme Isaac Herzog. Cet accord vise à promouvoir le tourisme entre la Californie et Israël.

Le 21 décembre 2006, Schwarzenegger dévoile sa proposition de réforme du système pénitentiaire californien, pour faire face au problème de la surpopulation carcérale et pour réduire le taux élevé de récidive. Il propose notamment de consacrer 10,9 milliards de dollars au financement de l'augmentation des places dans les prisons d'État et les prisons locales - 78 000 lits supplémentaires sont prévus au total - et au financement d'équipements médicaux, afin d'anticiper l'augmentation de la population et d'apporter aux détenus et au personnel pénitentiaire des conditions de détention et de travail plus sûres. Des mesures pour protéger les enfants contre les délinquants sexuels, développer des programmes destinés à lutter contre la récidive, et réformer le régime de la liberté conditionnelle pour permettre une meilleure application de la loi, sont également proposées.

Le 5 janvier 2007, le gouverneur Schwarzenegger prête serment pour son second mandat, lors d'une cérémonie officielle au Memorial Auditorium de Sacramento.

Le 8 janvier, il propose un plan visant à donner une assurance médicale universelle à l'ensemble de la population de l'État, en faisant partager le coût aux entreprises, aux citoyens, aux hôpitaux, aux assureurs et au gouvernement. Ce plan, selon lui, doit permettre d'économiser 10 milliards de dollars par an, en réduisant les coûts et en redéployant l'argent qui se trouve déjà dans le système de santé. Il n'existe pas, aux États-Unis, de couverture santé universelle au niveau national.

Le gouverneur répond à ceux qu'il le considère comme étant devenu un indépendant, qu'il n'en est pas moins « fier d'être un républicain » et qu'il n'a « aucune intention de remplacer les partis ». La veille, il a cependant une nouvelle fois appelé, lors de son discours annuel sur l'état de l'État, devant le Parlement californien, à un consensus bipartisan des républicains et des démocrates au service de la Californie, qui est, selon lui, « l'équivalent moderne des anciennes cités-États » de la Grèce antique, Schwarzenegger précisant qu'elle a, selon lui, « les idées d'Athènes et la force de Sparte ».

Lors d'un entretien accordé à la chaîne de télévision ABC, diffusé quelques jours après l'annonce, le 10 janvier, par le président George W. Bush, du déploiement de 21 500 soldats supplémentaires en Irak pour tenter d’enrayer la violence dans le pays, où plus de 3 000 soldats américains ont trouvé la mort depuis mars 2003, Arnold Schwarzenegger, qui a toujours approuvé l'intervention américaine en Irak, déclare soutenir l'envoi de ces troupes supplémentaires, déclarant qu’il faut "tout donner pour être vainqueurs" et qu'il ne veut pas voir les États-Unis "se retirer en perdants" car cela serait "désastreux" pour le Proche-Orient. Cependant, il affirme également soutenir l’idée d’un calendrier pour un retrait américain par étapes, position défendue par les démocrates.

Le 18 janvier, Schwarzenegger signe un ordre exécutif établissant une norme à faible teneur en carbone pour les carburants de transport vendus en Californie ("Low Carbon Fuel Standard"). La norme, qui doit permettre de réduire l'intensité de carbone des carburants, pour les véhicules à passager californiens, d'au moins 10% d'ici 2020, est présentée comme la première norme mondiale de limitation des gaz à effet de serre dans le domaine des carburants de transport. Elle doit permettre de réduire à la fois la dépendance au pétrole, qui représente, selon le gouverneur, 96% du carburant utilisé pour le transport en Californie, et les émissions de ces gaz à effet de serre dont plus de 40%, dans l'État, sont précisément dues aux carburants de transport.

Le 26 février, Schwarzenegger signe un protocole d'accord avec les gouverneurs des États de Washington, de l'Oregon, de l'Arizona et du Nouveau-Mexique, créant l'Initiative des États de l'Ouest pour une action sur le climat, et mettant ainsi en place les conditions nécessaires pour un programme régional de limitation des émissions de gaz à effet de serre et une bourse d'échange des quotas de gaz polluants.

Le 15 mars, le gouverneur Schwarzenegger signe un ordre exécutif entérinant la décision SB 113 (Senate Bill 113) qui prévoit le déplacement des élections primaires pour désigner, en Californie, les candidats à la prochaine élection présidentielle des États-Unis : ces élections primaires auront désormais lieu au mois février, au lieu du mois de juin, les années d'élection présidentielle, cette dernière ayant traditionnellement lieu en novembre. Il s'agit d'encourager les candidats à l'investiture officielle pour se présenter à l'élection présidentielle à venir faire véritablement campagne en Californie - qui est l'État le plus peuplé des États-Unis, et le plus représenté au Congrès -, bien avant les Conventions nationales des principaux partis politiques désignant les candidatures définitives, afin de permettre aux électeurs californiens de peser davantage dans la désignation des candidats de ces grands partis, engagés dans la course à la Maison Blanche, et donc dans la campagne électorale nationale.

Le 3 mai, Schwarzenegger signe le texte législatif AB 900 (Assembly Bill 900, dit aussi "Public Safety and Offender Rehabilitation Services Act of 2007") concernant la réforme des prisons californiennes : 7,7 milliards de dollars, destinés à financer l'ajout de 53 000 lits supplémentaires dans les prisons, sont ainsi consacrés au règlement du problème de la surpopulation carcérale en Californie. Le montant du budget consenti et le nombre de lits finalement prévus ont été revus à la baisse, en comparaison de ce que le gouverneur avait proposé en décembre 2006.

Les 29, 30 et 31 mai, Schwarzenegger effectue un voyage officiel au Canada, avec une délégation de dirigeants d'affaires californiens l'accompagnant pour examiner des possibilités de collaboration en matière de commerce, de recherche et d'innovation. À Toronto, le 30 mai, il signe avec le premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, une entente visant à coordonner les politiques respectives de la Californie et de l'Ontario en vue de réduire les gaz à effets de serre provenant d'automobiles et de camions - des ententes du même type existant déjà entre la Californie et les provinces canadiennes du Manitoba et de la Colombie-Britannique -, ainsi qu'un autre accord visant à soutenir la recherche sur les cellules souches dans le but de trouver des traitements contre le cancer et la maladie d'Alzheimer. Le même jour, Schwarzenegger rencontre le Premier ministre fédéral Stephen Harper à Ottawa, puis, le lendemain, s'entretient à Vancouver avec Gordon Campbell, premier ministre de la Colombie-Britannique.

Le lendemain, 26 juin, Arnold Schwarzenegger est à Londres pour un entretien sur les questions climatiques avec le Premier ministre du Royaume-Uni Tony Blair, la veille de son départ de Downing Street. Cette rencontre fait suite à la visite de Tony Blair en Californie l'été précédent, lors de laquelle il avait annoncé la mise en place d'une coopération transatlantique destinée à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le 24 août, Arnold Schwarzenegger signe l'acte du budget d'État de la Californie, pour 2007-2008, qui crée un fonds de réserve de 4.1 milliards de dollars, assure entièrement le financement des dépenses concernant l'éducation et la sécurité publique, et règle la dette de l'État, la réduisant à zéro, le tout sans augmenter les impôts pour la quatrième année consécutive. Le gouverneur se félicite publiquement à cette occasion qu'un compromis ait pu être trouvé entre républicains et démocrates, pour aboutir à ce budget, au terme d'un processus difficile.

Le 8 janvier 2008, Arnold Schwarzenegger, annonce, dans son discours annuel sur l’état de l’État, devant le Parlement californien, son intention de lancer une importante réforme budgétaire censée assurer à la Californie une plus grande stabilité financière dans l'avenir. Anticipant une baisse sensible des recettes fiscales en 2008 - la Californie étant durement touchée par la crise immobilière -, le gouverneur envisage de réduire substantiellement les dépenses publiques, notamment en fermant plusieurs dizaines de parcs publics gérés par l'État de Californie, et en libérant de manière anticipée plus de 20 000 prisonniers représentant un danger faible. A l'occasion de son discours, Schwarzenegger demande l'adoption d'une loi de stabilisation budgétaire - amendement constitutionnel destiné à réformer fondamentalement le budget de l'État, et soumis à un vote du peuple -, le gouverneur affirmant vouloir également continuer à soutenir la croissance économique, l'éducation et la réforme du système de santé. Le mois précédent, une enquête du Los Angeles Times a montré que les activités et les déplacements du gouverneur de Californie sont financés en partie par des intérêts privés désireux de rester anonymes. Schwarzenegger, depuis son arrivée au pouvoir en 2003, aurait accepté des cadeaux d'une valeur de 1,7 million de dollars, payés par des intérêts privés agissant par le truchement d'un organisme à but non lucratif créé pour financer ses activités, appelé Protocol Foundation et lié à la chambre de commerce de Californie. Le gouverneur, lors de ses voyages, aurait ainsi notamment bénéficié de jets privés dont la location est particulièrement coûteuse, jusqu'à 10 000 dollars de l'heure et de suites de luxe, à plusieurs milliers de dollars la nuit, qui lui ont été accordées dans plusieurs grands hôtels du monde.

Le 31 janvier, Arnold Schwarzenegger apporte publiquement son soutien au sénateur John McCain dans sa course à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle fédérale du mois de novembre. Cette déclaration de soutien du gouverneur de Californie, faite lors d'une conférence de presse commune avec McCain, intervient cinq jours avant le Super Tuesday, au cours duquel une vingtaine d'États, dont la Californie, doivent choisir leurs candidats à l'élection présidentielle lors de primaires.

Le 13 février, le gouverneur Schwarzenegger rencontre le président du Mexique, Felipe Calderón au Capitole d'État de Sacramento pour renforcer encore son partenariat transfrontalier et à la collaboration entre la Californie et le Mexique. Au cours de cette réunion, le gouverneur discute de nombreux sujets de préoccupation commune, notamment la sécurité des citoyens, la protection de l'environnement et le maintien d'une bonne santé économique pour les deux États. Les deux dirigeants examinent également ensemble les moyens de renforcer davantage les liens entre la Californie et le Mexique, et de formaliser les partenariats entre eux en matière d'échange d'informations, d'expertise et de technologie. Dans ce contexte, les deux représentants de la Californie et du Mexique signent un accord ("Memorandum of Understanding") consacrant l'association des deux États dans la lutte contre le changement climatique, la protection de l'environnement et la préservation des ressources naturelles.

Le 16 février, Schwarzenegger signe les textes législatifs relatifs au budget de l'État, issus d'une session parlementaire extraordinaire. Ces textes confirment les coupes drastiques effectuées dans les dépenses publiques, qui ont été annoncées le mois précédent.

Le candidat John McCain s'étant finalement assuré, dès le mois de mars 2008, l'obtention de l'investiture du Parti Républicain pour la course à La Maison Blanche, Arnold Schwarzenegger continue logiquement à le soutenir, participant discrètement à de nombreuses collectes de fonds pour McCain, tandis que l'épouse du gouverneur de Californie, Maria Shriver, fidèle au camp démocrate auquel elle est liée par ses origines, soutient ouvertement, pour sa part, le sénateur Barack Obama, candidat démocrate à l'élection présidentielle fédérale. Du reste, Schwarzenegger et son épouse soutiennent chacun leur candidat respectif aussi bien dans le cadre public de la campagne électorale que dans le cadre privé de leur résidence de Brentwood, dont la pelouse, ainsi que l'écrit une journaliste du New York Times, est "hérissée de panneaux de campagne des deux bords".

Le 12 juin, Arnold Schwarzenegger rencontre la présidente du Chili, Michelle Bachelet, venu effectuer une visite en Californie. A l'occasion de cette rencontre, sont signés une série d'accords ("Memorandums of Understanding") visant notamment à accroître la collaboration entre les États du Chili et de la Californie dans les domaines de l'enseignement supérieur, et à créer des programmes de recherche et de développement dans les domaines de la biotechnologie et de la viticulture.

Le 31 août, la session ordinaire du Parlement californien se termine sur un constat de blocage, sur fond de crise budgétaire majeure, le gouverneur Schwarzenegger, et le Congrès californien, à majorité démocrate, ne trouvant pas d'accord sur l’exercice 2008-2009. Schwarzenegger refuse de signer plusieurs lois impliquant des financements tant qu'un consensus entre les deux partis ne sera pas trouvé. La crise politique se poursuit durant les semaines qui suivent : le 16 septembre, le gouverneur Schwarzenegger annonce son intention d'opposer son veto au projet de budget que le parlement californien a difficilement élaboré durant l'été, avec 78 jours de retard sur la date butoir du 1er juillet. Reprochant à ce projet de ne pas prendre de mesures susceptibles d'assurer l'équilibre des finances à long terme, Schwarzenegger souhaitait que les parlementaires acceptent des mesures strictes, comprenant notamment une hausse temporaire des contributions, afin d'assainir la situation. Le gouverneur de Californie menace de se mettre en grève des promulgations si les élus décident de passer en force. Cependant, le 19 septembre, Arnold Schwarzenegger annonce être finalement parvenu à un accord de compromis avec les parlementaires de Californie sur le projet de budget. Des amendes renforcées pour les mauvais payeurs sont prévues, ainsi que des réductions budgétaires supplémentaires, mais pas de hausses des impôts. Le 23 septembre, Schwarzenegger promulgue enfin la loi budgétaire 2008-2009, avec 85 jours de retard sur la date butoir. Cependant, le gouverneur réaffirme, dans un même temps, sa volonté de mener à bien, à l'avenir, des «réformes budgétaires, qui lorsqu'elles seront approuvées par les électeurs, mettront enfin la Californie sur le chemin d'une stabilité fiscale à long terme» .

De fait, la Californie, qui souffre en 2008 d'un déficit budgétaire de plus de 15 milliards de dollars, a pour projet d'émettre pour sept milliards de dollars d'obligations, mais ce projet est mis en péril par la crise des marchés du crédit. L'Etat de Californie n'aurait plus accès aux liquidités nécessaires pour payer ses fonctionnaires. Schwarzenegger prévient donc, dans sa lettre, qu'il risque de devoir se tourner vers le gouvernement fédéral pour obtenir un financement à court terme de sept milliards de dollars, les réserves de liquidités de l'État californien risquant d'être épuisées dès la fin du mois d'octobre, et le paiement de fonctionnaires ainsi que le financement d'un millier d'écoles en Californie pouvant dès lors se retrouver compromis.

Le 9 octobre, Arnold Schwarzenegger écrit une nouvelle lettre au secrétaire d'État au Trésor, dans laquelle il le félicite pour l'adoption, le 3 octobre, du plan de sauvetage financier - dit "plan Paulson" - par le Congrès américain, et l'informe du début du lancement du plan d'émission de sept milliards de dollars d'obligations prévu par la Californie. Il ajoute, se voulant optimiste, qu'il est convaincu que les efforts entrepris mènent le pays vers une situation économique plus stable, "bien que la Californie ressente les énormes effets de notre actuelle crise économique".

Quatre gouverneurs américains conviés par leur homologue de Californie, ainsi que des représentants des Nations unies, de l'Union européenne, de la Chine, du Brésil, du Canada, de l'Indonésie et du Mexique, participent à cette rencontre de deux jours, à l'occasion de laquelle le gouverneur Schwarzenegger signe, le 19 novembre, une déclaration finale de coopération avec les gouverneurs de l'Illinois, de la Floride, du Wisconsin et du Kansas.

Le 19 décembre, Arnold Schwarzenegger déclare que l'Etat de Californie se trouve en état d'urgence fiscale, ce qui lui permet de convoquer les parlementaires californiens pour une nouvelle session extraordinaire afin de débattre des finances précaires de l'Etat, au budget duquel il manque 40 milliards de dollars pour l'année fiscale en cours et celle à venir, la Californie risquant de manquer de liquidités dès le mois de février 2009, si Arnold Schwarzenegger et le Parlement californien ne parviennent pas à s'entendre sur un programme de réduction du déficit budgétaire.

NY : David Paterson OH : Ted Strickland OK : Brad Henry OR : Ted Kulongoski PA : Ed Rendell RI : Donald Carcieri SC : Mark Sanford SD : Mike Rounds TN : Phil Bredesen TX : Rick Perry UT : Jon Huntsman, Jr.

En haut



Source : Wikipedia