Jérôme Pineau

3.3848505434347 (2944)
Posté par talos 04/05/2009 @ 12:16

Tags : jérôme pineau, cyclistes, cyclisme, sport

Dernières actualités
Championnats de France - L'air breton pour Chavanel - Le Temps (Abonnement)
La route de Chavanel, qui bénéficiera des temps de référence de son coéquipier Jérôme Pineau, est libérée par l'impossibilité pour Laszlo Bodrogi de concourir cette année bien que le Hongrois d'origine, qui vit depuis de longues années dans l'Hexagone,...
Championnats de France de Saint-Brieuc : présentation (24/6/2009) - Vélo 101
Vincent Jérôme, 30. Arnaud Labbe, 31. Laurent Lefèvre, 32. Guillaume Le Floch, 33. Rony Martias, 34. Alexandre Pichot, 35. Perrig Quémeneur, 36. Pierre Rolland, 37. Matthieu Sprick, 38. Sébastien Turgot, 39. Thomas Voeckler Française des Jeux : 40....
Cyclisme - Dauphiné Boonen leader de Quick Step - L'Equipe.fr
Sylvain Chavanel absent, Jérôme Pineau sera le seul Français, à faire partie de la sélection annoncée par Wilfried Peeters et Rik Van Slycke. Tom Boonen, Kevin De Weert, Stijn Devolder, Jérôme Pineau, Sébastien Rosseler, Jürgen Van De Walle,...
Cyclisme : Boonen ne gagne pas mais se montre - Ouest-France
Mais pour Jérôme Pineau, son coéquipier depuis cette année chez Quick Step, cela ne pose pas problème. « S'il avait été contrôlé positif après sa victoire à Paris-Roubaix, cela aurait totalement différent, explique le Nantais qui n'a pas ménagé ses...
Les invités radio du mardi 23 juin - Le Zapping du PAF
15h00 : Faustine Bollaert recevra Marie Deveau et Jean-Yves Pineau dans "Et si c'était ça le bonheur ?". 16h00 : Autour de Laurent Ruquier seront présents Pierre Bénichou, Jérome Bonaldi, Christine Bravo, Fabrice Eboué, Jérémy Michalak et Titoff dans...
Critérium du Dauphiné Libéré : présentation - Vélo 101
Jérôme Pineau (FRA), 82. Carlos Barredo (ESP), 83. Steven De Jongh (PBS), 84. Kelvin De Weert (BEL), 85. Stijn Devolder (BEL), 86. Sébastien Rosseler (BEL), 87. Marco Velo (ITA) Garmin-Slipstream (USA) : 91. David Millar (GBR), 92....
Le Marmandais Fédrigo régale à la Gargouille - Sud Ouest
Jérôme Pineau (Fra/QST) 17:56… 74. Benoît Vaugrenard (FRA/FDJ) 23:27_; 75. Matthieu Ladagnous (Fra/FDJ) 23:36… 112. Oscar Pereiro (Esp/GCE) 36:22… 128. Tom Boonen (Bel/QST) 44:49… 130. Stéphane Augé (Fra/COF) 46:45… Aujourd'hui, septième étape...
Pour Arras, un sceptre à défendre contre Roye - La Voix du Nord
PHOTO DELPHINE PINEAU Dernière rencontre de la saison 2008-2009 pour les hommes de Stéphane Tousart aujourd'hui contre Roye. Avec l'ambition de garder la troisième place et le souci de jouer le jeu jusqu'au bout. Depuis trois matches maintenant,...

Jérôme Pineau

Jérôme Pineau (2 janvier 1980 à Mont-Saint-Aignan) est un coureur cycliste français. Professionnel depuis 2002, il est membre de l'équipe Quick Step. Coureur complet, il a notamment remporté la Polynormande et le Tour de l'Ain, et terminé troisième du Grand Prix de Zurich en 2004.

Né dans la Seine-Maritime, Jérôme Pineau arrive très jeune dans la région nantaise où il pratique le football à l'espérance Saint-Yves de Nantes en rêvant de devenir professionnel. Mais en 1997, il se tourne vers le vélo. Après une saison à l'Union Sportive de Saint-Herblain et une autre dans l'équipe de l'Union Sportive Pontchâteau, il intègre en 1999 l'équipe Vendée U pays de la Loire. Il passe trois ans dans cette structure créée par Jean-René Bernaudeau pour devenir professionnel dans l'équipe de ce dernier, Bonjour, en 2002.

Au cours de ses deux premières années chez Bonjour, qui devient vite Brioches La Boulangère, Pineau s'illustre sur les courses de Coupe de France. Il termine quatrième de la Route Adélie en 2002, puis troisième du Tour de Vendée et du Trophée des Grimpeurs en 2003, avant de remporter la même année la Polynormande. Il termine quatrième de la Coupe de France en 2003. Il se fait aussi remarquer dans les courses par étapes. Battu par Patrice Halgand, il manque de remporter une étape à Pau pour sa première participation au Tour de France. L'année suivante, il termine troisième du Tour de l'Ain, dont il remporte la 1re étape.

En 2004, Pineau s'exporte et confirme ses talents de sprinteur comme de puncheur. En France, il remporte Paris-Bourges et le Tour de l'Ain grâce à sa victoire dans la 1re étape, et termine troisième du Trophée des Grimpeurs. Mais il remporte aussi la Clasica de Almeria en Espagne et termine troisième du Tour de Hesse en Allemagne et du Grand Prix de Wallonie en Belgique. Surtout, Pineau réalise la meilleure performance de sa carrière en terminant troisième du Grand Prix de Zurich au sprint, derrière Paolo Bettini et Juan Antonio Flecha.

A partir de 2005, Pineau se concentre sur les courses de niveau international. Il termine neuvième de l'Amstel Gold Race en 2005, mais ne réalise pas pendant les trois années qui suivent les performances que ses premières saisons laissaient espérer. Tout au plus obtient-il quelques places sur les courses d'un jour françaises comme une troisième place sur la Route Adélie en 2005.

Il faut donc attendre 2008 pour voir Pineau retrouver son meilleur niveau. Septième du Tour de Valence, en vue sur Paris-Nice, puis deuxième de Paris-Camembert derrière Alejandro Valverde, il est en pleine forme à la veille des classiques ardennaises, ce qui lui vaut une 10e place sur l'Amstel Gold Race, puis une 11e sur la Flèche Wallonne. En juillet, après une nouvelle participation au Tour de France, il s'engage pour deux ans avec l'équipe Quick Step, où il rejoint son ancien coéquipier Sylvain Chavanel. Il obtient enconre plusieurs belles performances en fin de saison, terminant notamment deuxième de la Polynormande et troisième du Grand Prix de Wallonie.

La saison 2009 commence sous les meilleurs auspices pour Pineau, qui termine troisième du Trofeo Inca puis, le lendemain, du Trofeo Bunyola.

En haut



Cyclisme aux Jeux olympiques d'été de 2008 - Course en ligne masculine

2008 Olympic cycling road race men.JPG

La course en ligne masculine cycliste sur route, épreuve de cyclisme des Jeux olympiques d'été de 2008, a lieu le 9 août 2008 sur le « Vélodrome urbain sur route » (l'un des huit sites temporaires prévus pour ces Jeux). La course démarre à 11h00 du matin heure chinoise (UTC+8), avec une arrivée prévue au plus tard à 17h30. Le parcours de la course, d'une distance totale de 245,4 kilomètres (152,5 miles), s'étend au cœur de la métropole de Pékin, et passe à proximité de lieux historiques de la ville tels que le Temple du ciel, le Palais de l'Assemblée du Peuple, la place Tian'anmen et le Stade national de Pékin. Après avoir roulé sur un terrain relativement plat de 78,8 km (49,0 mi) au nord du centre-ville de Pékin, les coureurs rejoignent ensuite une boucle de 23,8 km (14,8 mi). Ce circuit, à parcourir sept fois contient des côtes avec des pourcentages allant jusqu'à 10 %, à proximité de la Grande Muraille.

La course a été remportée par le coureur espagnol Samuel Sánchez en 6 heures, 23 minutes et 49 secondes, après qu'il ait devancé au sprint cinq autres coureurs échappés. L'Italien Davide Rebellin et le Suisse Fabian Cancellara prennent respectivement la deuxième et la troisième place et reçoivent les médailles d'argent et de bronze. Le climat chaud et humide a fortement contrasté avec la forte et dense pluie du lendemain lors de la course féminine.

L'événement, qui a lieu le premier jour de la compétition, est l'une des premières épreuves achevées des Jeux olympiques de 2008. Des craintes ont été exprimées avant les Jeux olympiques sur les menaces de pollution et leur conséquences dans les sports d'endurance, mais aucun problème majeur n'a été ressenti au cours la course.

Le nombre de participants pour la course est limité par le Comité national olympique (CNO) à cinq athlètes maximum par pays. De plus, les athlètes doivent être classés par l'Union Cycliste Internationale (UCI), avec le classement UCI ProTour considéré comme supérieur aux circuits continentaux de cyclisme.

Le nombre de places de qualification allouées varie entre les différents circuits UCI, qui ont leur propre système de classement. Tous les CNO qui ne sont pas en mesure de remplir leur quota d'athlètes grâce aux coureurs ProTour, peuvent sélectionner des cyclistes de l'un des circuits continentaux, et si cela n'est toujours pas possible, à partir des derniers Championnats du monde UCI Élite B. Au final, le nombre de places attribué à chaque circuits est (dans l'ordre décroissant) : 70 coureurs pour l'UCI ProTour, 38 pour l'UCI Europe Tour, 15 pour l'UCI America Tour, 9 pour l'UCI Asia Tour, 5 pour l'UCI Africa Tour, et 3 pour l'UCI Oceania Tour. Cinq autres coureurs se sont qualifiés par le biais des Championnats du monde UCI « Élite B ».

Le nombre final de concurrents est fixé à 145, mais seulement 143 athlètes ont débuté la course. En effet, quatre cyclistes ont dû, pour diverses raisons, annuler leurs participations. C'est le cas de l'Italien Damiano Cunego, remplacé par Vincenzo Nibali, qui est insuffisamment remis de ses blessures contractées lors du dernier Tour de France. Le Russe Vladimir Gusev a également été remplacé par Denis Menchov, pour avoir manqué un contrôle anti-dopage avec son équipe Astana. Le vice-champion olympique portugais Sérgio Paulinho (en manque de compétition) et le Suisse Michael Albasini (clavicule cassée) ont déclaré forfait sans être remplacés.

Avant l'ouverture des Jeux, le Comité international olympique a tenu à minimiser le risque de la pollution pour les athlètes, tout en se réservant la possibilité de changer le programme des épreuves d'endurance, comme le cyclisme sur route, si le niveau de pollution est trop élevé. Les athlètes participant à ces événements peuvent consommer jusqu'à vingt fois plus que la quantité d'oxygène d'une personne normale. Un niveau élevé de pollution dans l'air peut nuire à la performance, il peut également endommager ou irriter les poumons d'un athlète, voire aggraver certains problèmes respiratoires comme l'asthme.

Des sources indépendantes ont montré que le niveau de pollution est au-dessus de la limite jugée sûre par l'Organisation Mondiale de la Santé. Toutefois, la course cycliste a bien eu lieu, comme prévu, sans aucune objection de la part des athlètes. Sur les 143 cyclistes engagés, 53 ont abandonnés durant la course. Par comparaison, en 2004 plus de la moitié des coureurs ont abandonné à Athènes. Après la course, plusieurs cyclistes se sont plaints de la châleur (26 °C) et de l'humidité (90 %), qui sont beaucoup plus élevés qu'en Europe, où ont lieu la majorité des course de l'UCI ProTour. La pollution n'a donc pas été citée comme un problème majeur sauf pour l'Allemand Stefan Schumacher qui a déclaré que la pollution a joué un rôle dans son abandon. Le 29 avril 2009, le CIO révèle que Schumacher a été contrôlé positif lors de l'épreuve.

Parmi les favoris désignés avant la course, on retrouve les coureurs de l'effectif espagnol. Celui-ci inclut deux lauréats de Grand Tour, Alberto Contador et Carlos Sastre, accompagnés d'Alejandro Valverde, futur vainqueur du ProTour, de Samuel Sánchez, vainqueur de trois étapes sur le Tour d'Espagne 2007 et du sprinteur trois fois champion du monde Oscar Freire, également lauréat du maillot vert sur le dernier Tour de France. Valverde est considéré comme le plus apte à remporter la course sur ce genre de parcours. Parmi les autres candidats aux médailles, l'Italien tenant du titre Paolo Bettini, l'Allemand Stefan Schumacher et l'Australien Cadel Evans (deuxième des deux derniers Tour de France). Les équipes allemande et luxembourgoise peuvent peser sur la course et prétendre à la victoire. L'équipe allemande, outre Schumacher, peut compter sur Jens Voigt, tandis que les Luxembourgeois envisagent une bonne course des frères Andy et Frank Schleck, ainsi que de Kim Kirchen, porteur du maillot jaune sur le dernier Tour de France.

Le Vélodrome urbain sur route (l'un des huit sites temporaires de ces Jeux) est d'une distance de 102,6 km, tandis que la course longue de 245,4 km au total, est la plus longue de l'histoire olympique. La ligne de départ est situé vers le Yongdingmen Gate, un vestige de la vieille ville de Pékin, qui est une partie du District de Chongwen situé au nord de Pékin. La course s'est terminé sur le Juyong Pass dans le District de Changping.

La route passe sur un total de huit districts : Chongwen, Xuanwu, Dongcheng, Xicheng, Chaoyang, Haidian, Changping, et Yanqing. Le décor de la course est décrit par le quotidien britannique The Guardian comme "visuellement somptueux". En effet, le paysage inclue le Temple du ciel, le Palais de l'Assemblée du Peuple, la place Tian'anmen, le Temple de Yonghe et la Grande Muraille de Chine. On peut également apercevoir les œuvres architecturales construites spécialement pour ces J.O. telles que le Stade national de Pékin et le Centre national de natation (familièrement appelé le « Cube d'eau »).

Le parcours de la course masculine différe sensiblement de la course féminine qui est deux fois plus courte. La course messieurs débute dans le centre de Pékin, par conséquent la route est relativement plate. Aux environs du kilomètre 78,8, les coureurs atteignent la section de Badaling de la Grande Muraille, pour débuter leur première des sept boucles de 23,8 km. Les cyclistes ont rencontré une première augmentation du pourcentage de la pente lors du passage du col de Badaling. Ils gangent ainsi 338,2 mètres d'altitude sur une distance de 12,4 km entre le début du circuit et le point culminant de la montée. De là, les cyclistes roulent sur un faux plat avant de descendre sur une autoroute en direction du Juyongguan. Les derniers 350 m de la course, conduisent les coureurs à franchir une montée un peu raide, qui doit assurer une course intéressante jusqu'au bout.

En raison des règles de sécurité mises en place par les organisateurs, les spectateurs ne sont pas autorisés à suivre la course au bord de la route. Cette décision s'est avéré être très controversée : plusieurs personnalités du cyclisme, y compris le président de l'UCI Pat McQuaid et les coureurs australiens Stuart O'Grady et Cadel Evans, ont vivement critiqué cette position. Ils ont estimé que l'absence de personnes le long du parcours privent la course d'une atmosphère comparable aux épreuves cyclistes. Malgré ces protestations, la course se déroule sans spectateur.

La course en ligne masculine débute à 11h00 heure locale (UTC+8). Dès les trois premiers kilomètres, Horacio Gallardo (Bolivie) et Patricio Almonacid (Chili) forment une échappée. Le duo compte jusqu'à qunize minutes d'avance, mais il n'est jamais considéré comme une menace par le peloton. Après 60 km, comme aucune équipe n'a pris ses responsabilités, un groupe formé de vingt-six coureurs s'échappe. Parmi eux, on retrouve Carlos Sastre (Espagne), Kim Kirchen (Luxembourg), Jens Voigt (Allemagne), Roman Kreuziger (République tchèque) ou Simon Gerrans (Australie). Peu de temps après, les deux coureurs de tête franchissent la ligne d'arrivée pour entamer la première des sept boucles de 23,8 km au programme. Le Chilien Almonacid en profite pour lâcher son compagnon d'échappé Gallardo. L'unique représentant chilien a ensuite été rejoint par le groupe de poursuivants réduit à vingt-quatre coureurs, après avoir mené la course durant plus d'une heure et demie.

Sous l'impulsion de Sastre et Kreuziger en particulier, le groupe de vingt-quatre construit petit à petit une avance atteignant les six minutes à la mi-parcours de la course, après quatre des sept boucles. À partir de ce moment-là, les Italiens prennent les choses en main pour revenir sur ce groupe dangereux. Aliaksandr Kuschynski (Belarus) et Ruslan Pidgornyy (Ukraine) réussisent à s'échapper du groupe de tête et à gagner un avantage d'une minute et quarante secondes sur le groupe de Sastre et de deux minutes quarante-cinq secondes sur le peloton, au début du cinquième tour du circuit. Le groupe Sastre est absorbé par le peloton à 60 km de l'arivée, ne laissant que Kuschynski et Pidgornyy en tête. Peu de temps après, juste avant la fin du cinquième tour, Marcus Ljungqvist (Suède), Rigoberto Uran (Colombie) et Johan Van Summeren (Belgique) tentent leurs chances et quittent le peloton pour revenir sur Kuschynski et Pidgornyy. Les cinq coureurs sont repris.

Puis, c'est l'Autrichien Christian Pfannberger qui sort du peloton. Son attaque vers la fin du sixième tour ne peut lui permettre de dépasser la minute d'avance. Il est repris à 20 km de l'arrivée, soit dans le septième et dernier tour. Dans les cinq minutes suivant le regroupement, les attaques se succèdent et un groupe de vingt coureurs se projette à l'avant. Il comprend entre autres Cadel Evans (Australie), Levi Leipheimer (États-Unis), Santiago Botero (Colombie), et Jérôme Pineau (France). Cinq coureurs, Samuel Sánchez (Espagne), Michael Rogers (Australie), Davide Rebellin (Italie), Andy Schleck (Luxembourg), et Alexandr Kolobnev (Russie), rejoignent le groupe qui est alors composé de treize coureurs en raison d'attaques répétées de Schleck. Sanchez, Rebellin et Schleck atteignent le sommet de la montée de Badaling, à 12,7 km de l'arrivée, avec dix secondes d'avance sur Rogers et Kolobnev et vingt-six secondes d'avance sur le groupe Evans. Bettini, Valverde et Fabian Cancellara (Suisse) sont à leurs tours sortis du peloton principal et ont rejoint le groupe d'Evans dans le haut de la montée. Le groupe de tête (Sanchez, Rebellin et Schleck) possède un avantage sur les deux poursuivants (Rogers et Kolobnev) de quinze secondes à 10 km de la ligne d'arrivée.

Dans les cinq derniers kilomètres, Cancellara s'échappe du groupe Evans pour rapidement rejoindre le groupe de chasse et combler l'écart avec les trois hommes de tête, ce qu'il réussit à faire dans le dernier kilomètre. La victoire se joue donc à six. Sánchez remporte la médaille d'or, Rebellin l'argent et Cancellara le bronze.

Beaucoup de coureurs n'ont pas terminé cette course, c'est ainsi qu'après avoir bien travaillé pour leur équipe (donc leur pays), certains ont décidé d'abandonner. D'autres ont voulu conserver leurs forces en vue de l'épreuve du contre-la-montre qui a eu lieu 4 jours plus tard. De plus, les cyclistes qui ont perdus un tour sur les leaders de la course ont été disqualifiés.

En haut



Coupe de France de cyclisme sur route 2008

La Coupe de France de cyclisme sur route 2008 est la 17e édition de la Coupe de France de cyclisme sur route. Elle a débutée le 24 février avec le Tour du Haut-Var et s'est finit le 9 octobre avec Paris-Bourges. Sébastien Chavanel de La Française des Jeux est le champion sortant. Pour cette nouvelle édition, la Route Adélie disparait de la Coupe de France.

Le vainqueur de cette édition est le français Jérôme Pineau de Bouygues Telecom.

En haut



1re étape du Tour de France 2008

La 1re étape du Tour de France 2008 s'est déroulée le 5 juillet. Le parcours de 197 kilomètres reliait Brest à Plumelec.

Pour la première fois depuis 1966, le Tour de France ne débute pas par un prologue ou un court contre-la-montre individuel, mais par une étape de 197,5 kilomètres entre Brest (Finistère) et Plumelec (Morbihan).

Quatre côtes de quatrième catégorie jalonnent le parcours. Les deux premières, les côtes de Ty-Jopic (30e km, à Pont-de-Buis-lès-Quimerc'h) et de Kerivarc'h (49e km, à Brasparts), se situent au sud des monts d'Arrée. Le col de Toullaëron, dans les montagnes Noires, marque le passage entre les départements du Finistère et du Morbihan au 86e kilomètre et constitue le point culminant de l'étape (266 m). Enfin, la côte de Guenervé se situe au 147e kilomètre.

L'étape comprend également trois sprints intermédiaires, à Plonévez-du-Faou, Gourin et Remungol.

L'arrivée à Plumelec se trouve au sommet de la côte de Cadoudal, surnommée « l'Alpe-d'Huez bretonne». Cette côte, qui est le cadre de l'arrivée du Grand Prix de Plumelec-Morbihan, présente une pente ascendante de 6,2% sur les 1700 derniers mètres,.

Line Renaud donne le départ de cette étape et du Tour 2008 à Brest, 50 ans après avoir lancé le Tour de France 1958 à Bruxelles,.

Une échappée de huit coureurs (Lilian Jegou, Geoffroy Lequatre, Thomas Voeckler, Stéphane Augé, José Luis Arrieta, Ruben Perez, David De La Fuente et Björn Schröder) se détache dès les premiers kilomètres. L'écart grandit rapidement, il atteint 6 minutes après 25 kilomètres et monte à 8 minutes et quinze secondes au sommet de la côte de Ty-Jopic (30e km). Au premier sprint intermédiaire (km 62), l'écart est descendu à 5 minutes et 35 secondes sous l'impulsion des Crédit agricole, rejoints ensuite par des équipiesrs des Liquigas, Rabobank et Caisse d'Épargne.

Les premières côtes voient Voeckler et Schröder se disputer les points du maillot à pois. À égalité après avoir pris les deux premières places des côtes de Ty-Jopic et Kerivarc’h, ils prennent ensuite les deuxièmes et troisième places du col de Toullaëron et côte de Guenervé remportés par Lilian Jegou et David De La Fuente.

Peu après le sprint de Remungol, à 36 kilomètres de l'arrivée, alors que l'écart est inférieur à deux minutes, Stéphane Augé lance la première attaque dans le groupe de tête. Il est repris, avant que De La Fuente n'attaque à son tour. Il distance les autres, seul Jegou parvient à le rejoindre. Tandis que leurs poursuivants sont repris par le peloton à 26 kilomètres de Plumelec, les deux hommes de tête conservent 30 secondes d'avance à 15 kilomètres. Ils sont rattrapés par le peloton à 7 kilomètres de la ligne.

Romain Feillu (Agritubel) est le premier attaquant dans la côte finale de Cadoudal, contré par Stefan Schumacher (Gerolsteiner). Tous deux sont repris et Kim Kirchen (Columbia) accélère à son tour mais ne peut résister à l'accélération d'Alejandro Valverde (Caisse d'Épargne) à 250 mètres de la ligne. Il s'impose avec quelques longueurs d'avance sur Philippe Gilbert (La Française des Jeux) et Jérôme Pineau (Bouygues Telecom).

Plusieurs chutes sont intervenues durant l'étape. L'une d'entre elles a causé la fracture du poignet gauche d'Hervé Duclos-Lassalle (Cofidis), contraint à l'abandon. Le meilleur grimpeur du Tour 2007 Mauricio Soler est également tombé à neuf kilomètres de l'arrivée. Il gagne l'arrivée avec plus de trois minutes de retard, souffrant du poignet droit comme sur le dernier Tour d'Italie.

Le coureur espagnol Manuel Beltran fait l'objet d'un contrôle anti-dopage positif à l'EPO à l'issue de cette étape. Ce résultat annoncé le 11 juillet 2008 entraîne l'exclusion de Beltran par son équipe.

Thomas Voeckler et Björn Schröder sont départagés selon leur classement à l'arrivée de l'étape.

Hervé Duclos-Lassalle (Cofidis) : sur chute, fracture du poignet.

En haut



Tour de France 2008

Carte des étapes du Tour 2008

La 95e édition du Tour de France a eu lieu du 5 au 27 juillet 2008. La course est partie de Brest. Elle comprenait 21 étapes pour une longueur totale de 3 559,5 km.

Cette édition s'est caractérisée par l'absence de prologue au départ, remplacé par une 1re étape en ligne, et par la suppression des bonifications de temps aussi bien aux sprints intermédiaires qu'à l'arrivée de chaque étape.

La société Amaury Sport Organisation (ASO), qui organise le Tour de France (parmi 11 courses cyclistes dont Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Paris-Nice), a décidé en 2008 de retirer ses épreuves de l'UCI ProTour. Les courses concernées ont été versées soit au calendrier de l'UCI Europe Tour (la Flèche wallonne), soit au « calendrier historique » proposé par l'Union cycliste internationale en janvier (Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège). ASO a écarté ces solutions pour le Tour de France qui, comme Paris-Nice, est organisé sous l'égide de la Fédération française de cyclisme. En réaction à ce choix, l'UCI a suspendu la FFC de ses instances.

Le Tour de France 2008 ne figurant dans aucun calendrier de l'UCI, les coureurs n'y marqueront aucun point pour le ProTour. Ce retrait a également des conséquences sur la sélection des équipes et les contrôles antidopage.

En retirant ses épreuves du ProTour, ASO s'est soustraite à l'obligation d'inviter toutes les équipes ProTour à chaque compétition. La société avait déjà pris ses libertés avec le règlement en 2007 en refusant d'inviter l'équipe Unibet.com. En 2008, c'est l'équipe Astana qui fait face au refus d'ASO. En février, la société a annoncé la liste des équipes conviées à ses épreuves, et l'exclusion d'Astana en raison « des dommages causés par cette équipe au Tour de France et au cyclisme en général, tant en 2006 qu'en 2007 ». L'équipe avait en effet quitté le Tour 2007 suite au contrôle anti-dopage positif de son leader Alexandre Vinokourov. De plus, Astana prenait la succession de l'équipe Liberty Seguros/Astana-Würth, dont le dirigeant Manolo Saiz et plusieurs coureurs avaient été impliqués à divers degrés dans l'affaire Puerto.

Cette éviction écarte trois favoris potentiels du Tour : le vainqueur et le troisième de l'édition précédente Alberto Contador et Levi Leipheimer, et Andreas Klöden, deuxième en 2004 et 2006. Le manager d'Astana Johan Bruyneel, arrivé à l'intersaison en provenance de l'équipe Discovery Channel en compagnie de plusieurs coureurs dont Contador et Leipheimer, a déploré cette décision et estimé que « le Tour beaucoup de sa crédibilité en laissant de côté quelques-uns des meilleurs coureurs du monde, qui n'ont jamais été impliqués dans des affaires de dopage ». Il a ajouté qu'Astana dépenserait 460 000 euros en 2008 pour la lutte antidopage et que d'autres protagonistes avaient un passé suspect.

La sélection complète pour le Tour, annoncée en mars, comprend 17 équipes ProTour et trois équipes continentales : Agritubel et Barloworld, déjà présentes en 2007, et Slipstream Chipotle, qui prend le nom de Garmin Chipotle en juin. L'invitation de ces équipes est justifiée par ASO par l'« aspect préférence nationale » pour la première, avec la présence en son sein de Christophe Moreau, pour la seconde par ses résultats convaincants sur le Tour 2007 (deux victoires d'étapes et le maillot à pois). S'agissant de Garmin-Chipotle, les organisateurs ont déclaré que la « philosophie » de l'équipe américaine, fondée sur la lutte antidopage, leur convenait.

Autre conséquence de la sortie du Tour du giron de l'UCI : les contrôles antidopage ne sont pas effectués par cette dernière mais par l'Agence française de lutte contre le dopage. En outre, celle-ci ne bénéficie pas des données du passeport biologique mis en place en début de saison, l'UCI refusant de les communiquer,.

Au départ de Brest, les 3 et 4 juillet, l'AFLD a effectué des prélèvements sanguins sur les 180 coureurs afin de permettre un ciblage des contrôle durant la compétition. Les résultats de ces prélèvement sont remis aux coureurs et transmis à l'UCI en vue d'être intégrés au passeport sanguin des coureurs.

Avant la deuxième étape, 36 coureurs subissent un contrôle sanguin. Tous sont autorisés à prendre le départ.

En l'espace de quelques jours, trois coureurs sont contrôlés positifs à l'EPO. L'Espagnol Manuel Beltran, coureur de l'équipe italienne Liquigas, est contrôlé positif à l'issue de la première étape. Il est mis hors-course par son équipe après la 7e étape et le soir, des perquisitions sont menées dans son hôtel par la police. L'Espagnol Moisés Dueñas est également contrôlé positif à l'EPO à l'issue de l'étape de contre-la-montre disputée à Cholet le 8 juillet. Le coureur de l'équipe Barloworld, premier de son équipe au classement général est mis hors course le 16 juillet par son équipe dès l'annonce de ce résultat. Enfin l'Italien Riccardo Ricco est controlé positif au CERA, une EPO de troisième génération. Le coureur de l'équipe Saunier Duval-Scott, porteur du maillot à pois ainsi que du maillot blanc de meilleur jeune, 9e au classement général, et victorieux des 6e et 9e étapes de montagne, est mis hors course le 17 juillet par son équipe dès l'annonce de ce résultat. Celle-ci a décidé dans la foulée de se retirer de la compétition puis de licencier Ricco et son compatriote Leonardo Piepoli, vainqueur d'étape à Hautacam.

Le Kazakh Dimitri Fofonov a été contrôlé positif à l'heptaminol à l'issue de la 18e étape et exclu quelques heures après l'arrivée de la dernière étape.

Le 9 août est révélé que des traces de glucocorticoïdes ont été retrouvées dans les urines du coureur français Jimmy Casper (Agritubel). Le cycliste en a imputé la faute à un problème de prescription de médicaments lors du renouvellement d'une autorisation à usage thérapeutique. Il est blanchi par la Ligue nationale de cyclisme le 15 septembre.

En septembre, l'AFLD a décidé d'effectuer de nouvelles analyses sur les échantillons de 10 coureurs en utilisant un nouveau test de dépistage de la CERA. Ces contrôles révèlent une positivité au CERA des échantillons de Stefan Schumacher, vainqueur de deux contre la montre, Leonardo Piepoli, vainqueur d'étape, et Bernhard Kohl, vainqueur du maillot à pois et troisième au classement général.

Deux coureurs sont considérés comme les principaux favoris : Cadel Evans et Alejandro Valverde. Deuxième en 2007, Evans est le seul coureur du podium de l'édition précédente au départ à Brest. Il s'est montré régulièrement en forme depuis le début de saison, de sa victoire d'étape à Paris-Nice sur les pentes du mont Ventoux à sa deuxième place au Critérium du Dauphiné Libéré. Le vainqueur sortant Alberto Contador en a fait son favori. Alejandro Valverde a remporté cette saison le Tour de Murcie, Liège-Bastogne-Liège, et, en juin, le Dauphiné Libéré et le championnat d'Espagne.

Plusieurs autres participants sont considérés comme des vainqueurs potentiels. Il s'agit notamment de Denis Menchov (Rabobank), double vainqueur du Tour d'Espagne (2005 et 2007), de Damiano Cunego (Lampre), vainqueur du Tour d'Italie 2004 et de l'Amstel Gold Race 2008, et de Carlos Sastre, leader du Team CSC, et quatrième en 2007. Il compte à ses côtés deux outsiders, les Luxembourgeois Andy et Frank Schleck. Le premier s'est révélé en terminant deuxième du Tour d'Italie 2007 ; le second s'est imposé à l'Alpe d'Huez lors du Tour de France 2006.

Un troisième Luxembourgeois, Kim Kirchen, a des ambitions au classement général après sa septième place en 2007. La formation Euskaltel-Euskadi se présente avec trois coureurs ayant terminé parmi les dix premiers de grands tours en 2007 : Haimar Zubeldia, Samuel Sanchez et Mikel Astarloza. La Barloworld est emmenée par le précédent lauréat du maillot à pois Mauricio Soler. Le jeune Roman Kreuziger (Liquigas) s'est ajouté à la liste des outsiders en gagnant le Tour de Suisse, même s'il déclare s'y présenter pour apprendre. Le leader de l'équipe Saunier Duval et dauphin de Contador sur le dernier Giro Riccardo Riccò dit viser les étapes de Super Besse et de l'Alpe d'Huez plutôt que le classement général.

Le Tour 2008 se caractérise par l'absence de prologue, remplacé par une première étape en ligne entre Brest et Plumelec. Un premier contre-la-montre intervient lors de la 4e étape autour de Cholet (29,5 km). La course se dirige ensuite vers le massif central pour deux étapes de moyenne montagne, la sixième et la septième. Les Pyrénées sont ensuite franchies avec des arrivées à Bagnères-de-Bigorre et Hautacam. Plusieurs étapes de transition mènent les coureurs jusqu'aux Alpes, pour une arrivée au sommet à Prato Nevoso, en Italie, lors de la 15e étape. Deux jours plus tard, l'Alpe d'Huez est le cadre de la dernière arrivée en altitude du Tour 2008.

Les coureurs effectuent un contre-la-montre de 53 kilomètres entre Cérilly et Saint-Amand-Montrond la veille de la traditionnelle arrivée à Paris, sur les Champs-Élysées.

Toutes les régions du Nord et de l'Est de la France sont évitées dans cette édition, et les seules incursions en territoire étranger se font en Italie, lors de l'arrivée à Prato Nevoso, le 20 juillet, et lors du départ de Cuneo, le 22 juillet.

Les points attribués dans les côtes hors-catégorie, 1re et 2e catégories sont doublés lorsqu'il s'agit d'arrivée en altitude.

Le compte rendu détaillé de chaque étape est obtenu en cliquant dans la colonne de gauche, à la ligne appropriée.

En haut



Équipe cycliste BBox Bouygues Telecom

BT-logo-equipe-pant-court.jpg

L'équipe cycliste BBox Bouygues Telecom est une équipe française de cyclisme professionnel sur route. Créée en 2000 sous le nom de « Bonjour », elle s'est appelée « Brioches La Boulangère » en 2003 et 2004, puis « Bouygues Telecom » à partir de 2005, elle porte son nom actuel depuis 2008. Elle participe au ProTour depuis 2005. Elle a été créée et est dirigée par Jean-René Bernaudeau, également fondateur de l'équipe Vendée U dont sont issus plusieurs coureurs de l'équipe. Bouygues Telecom a notamment compté dans ses rangs Didier Rous, double champion de France et vainqueur du Grand Prix du Midi Libre et du Grand Prix de Plouay, Sylvain Chavanel, Jérôme Pineau, François Simon, sixième du Tour de France 2001, et Xavier Florencio Cabre, lauréat de Classique de San Sebastian 2006. Elle est emmenée en 2009 par Thomas Voeckler et Pierrick Fedrigo, tous deux anciens champions de France et vainqueurs du Grand Prix de Plouay.

Jean-René Bernaudeau met en place en 1991 une structure de formation en Vendée, nommée Vendée U, qui évolue en Nationale 1 française (élite amateurs). En 2000, afin de permettre à ses coureurs de devenir professionnels, il crée une équipe professionnelle qui prend le nom de Bonjour. En 2003, l'équipe devient Brioches La Boulangère, puis Bouygues Telecom en 2005. L'équipe amateur Vendée U forme de jeunes coureurs et sert de centre de formation à l'équipe professionnelle. L'ensemble des deux équipes fait partie de la structure Vendée Cyclisme SA.

À sa création, l'équipe Bonjour est principalement composée de jeunes (8 néo-professionnels, dont Sylvain Chavanel, Sébastien Joly, Fabrice Salanson) et de coureurs ayant évolué dans l'ancienne équipe Castorama dont Jean-René Bernaudeau était directeur sportif : Franck Bouyer, Damien Nazon, François Simon, Jean-Cyril Robin. On y trouve également Didier Rous, issu de l'équipe Festina.

L'équipe Bonjour remporte le classement par équipes de la Coupe de France en 2002. En 2003, c'est Brioches la Boulangère qui remporte ce classement, puis Bouygues Telecom en 2006.

En mai 2005, la société Brioches la Boulangère annonce que son partenariat avec l'équipe s'achève à la fin de la saison. En août, un nouveau sponsor est trouvé : il s'agit de Bouygues Telecom, troisième entreprise de téléphonie française.

En 2000 et 2001, l'équipe Bonjour est classée parmi les Groupes Sportifs II (GSII), la deuxième catégorie des équipes cyclistes professionnelles. De 2002 à 2004, elle est parmi les Groupes Sportifs I (GSI), en ayant changé de nom en 2003. Les classements donnés ci-dessous pour cette période sont ceux de l'équipe en fin de saison.

À compter de 2005, l'équipe Bouygues Telecom intègre le ProTour. Le tableau ci-dessous présente les classements de l'équipe sur ce circuit, ainsi que son meilleur coureur au classement individuel.

En haut



Source : Wikipedia