Isère

3.3329870129986 (1925)
Posté par rachel 12/03/2009 @ 20:14

Tags : isère, rhône-alpes, france

Dernières actualités
Ballade : L'Isère en radeau - LyonGratuit.com
Retour dans le passé ce week-end sur l'Isère. Les Radeliers de la Durance sont des passionnés de l'eau et des rivières. Des nostalgiques de l'époque où l'on se déplacer en radeau pour aller chercher sa baguette de pain. Pour rendre hommage à l'Isère et...
L'Isère, terre de trekking... - Grenoble-montagne.com
Xavier Robin, 34 ans, s'est fixé pour objectif de relier, en 20 jours d'itinéraire montagnard de 150 kilomètres, le point le plus bas du département de l'Isère à son point le plus haut. Il utilisera la marche, l'alpinisme, l'escalade et le VTT....
A la découverte des Espaces Naturels Sensibles de l'Isère - Isere.fr
A travers des animations programmées chaque semaine, les guides nature vont vous faire découvrir le patrimoine naturel remarquable de chaque site. Pour y participer il suffit de vous inscrire en réservant par téléphone au numéro indiqué pour chaque...
Isère : le conducteur d'une benne à ordure renverse une cycliste - Le Parisien
Le conducteur d'une benne à ordures était activement recherché mardi par les autorités, après avoir mortellement percuté une cycliste septuagénaire à Echirolles (Isère), dans la banlieue grenobloise. Pour l'instant, la police ignore les circonstances...
Des buses attaquent en Loire Atlantique, en Isère, et ailleurs? - Le Post
"On ne nous a jamais rapporté ce type d'attaque en Isère mais il est évident que ce comportement relève de l'autodéfense à proximité d'une aire". "D'autres communes du département, comme Brains, ont été sujettes à ce phénomène ces dernières années....
Fumier et chariots renversés devant une quinzaine de supermarchés ... - Le Progrès
Par ailleurs, près d'une centaine d'agriculteurs bloquent toujours ce matin les plate-formes de distribution de Miribel (Ain) et Saint-Quentin-Fallavier (Isère) à l'appel de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) et des...
Mégantic et Nord-Isère tissent des liens - La Tribune
C'est la troisième fois qu'une délégation de la CCI Nord-Isère s'amène à Lac-Mégantic rencontrer des industriels québécois, sous la supervision du Centre local de développement (CLD) de la MRC du Granit. Six entreprises font partie de cette délégation,...
La Jeune Garde aux nationaux individuels de gymnastique en Isère - La Voix du Nord
Les gymnastes armentiéroises se sont déplacées à la Tour-du-Pin, en Isère, le week-end dernier. Sept gymnastes ont disputé une compétition, samedi, encadrées par Séverine, Émilie et Sandrine, leurs entraîneurs. Dalhia, Lauren, Hélène et Margot ont bien...
Où en est la grippe A? - L'Express
Le dernier cas recensé concerne une personne de l'Isère, contaminée aux Etats-Unis. Selon l'OMS, 27 autres cas seraient en cours d'investigation en France. Dans le monde, on compte à ce jour 26 563 cas de grippe A dans 73 pays et 140 décès liés à la...
Les syndicats empêchent-ils la grève générale ? - Grenews.com
Entre deux drapeaux, samedi, on a croisé Patrick Varela, secrétaire général de la CGT Isère. Du coup, on lui a demandé son avis. "C'est un vieux débat, que l'on a toujours entendu. D'un côté, il ya l'expression de la radicalité et de l'autre,...

Isère (département)

Localisation de l'Isère en France

L'Isère est un département français. Il porte le numéro 38 dans la numérotation départementale française.

Le département tire son nom de l'Isère, affluent de la rive gauche du Rhône. Le terme proviendrait du celtique Isar, c'est-à-dire « fer », minerai qui devait sans-doute être abondant le long des rives de l'Isère à l'époque protohistorique. Une autre source pourrait être serpent, en référence aux méandres de l'Isère dans la vallée du Grésivaudan.

Au sein de la région Rhône-Alpes, l'Isère est le département le plus vaste et le deuxième en termes de population.

En tant que département, l'Isère a été créée à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d'une partie de l'ancienne province de Dauphiné.

Ses limites avec le département du Rhône furent plusieurs fois modifiées, notamment en 1852 (4 communes), en 1967 (23 communes) et en 1971 (1 commune), amputant l'Isère (qui s'étendait initialement jusqu'à Villeurbanne) de 421 km² et 466 000 habitants (1999).

Le département a manifesté, à de maintes reprises, une personnalité politique originale, marquée notamment par l'influence des forces progressistes, puis de la gauche, dès la fin du XIXe siècle. On ne peut oublier que, quelque part, la Révolution française a un peu commencé avec la Journée des Tuiles où les envoyés du Roi de France se firent faire une ' conduite de Grenoble ' par les Dauphinois en colère...

Plus récemment, les rapports de forces politiques isérois ont connu une progressive inflexion vers la gauche, notamment à partir de l'expérimentation de la concertation locale à Grenoble, pendant le long mandat municipal de Hubert Dubedout. La représentation parlementaire du département est plus équilibrée que ne le sont les rapports de forces nationaux, avec 2 sénateurs de gauche sur 4 et une majorité de députés de gauche dans la représentation à l'Assemblée nationale. Cette situation n'est pas nouvelle. En 1967, sur les 7 députés représentant alors le département, 2 étaient des élus du PCF, 3 représentaient la FGDS (dont Pierre Mendès France), 2 seulement la majorité parlementaire d'alors. Lors des consultations présidentielles de 1974, 1981 et 1988, le candidat de la gauche (François Mitterrand) est toujours arrivé en tête au premier comme au second tour, passant même à deux reprises la barre des 55 % en 1981 et 1988. En 1995, Lionel Jospin est arrivé en tête au premier comme au second tour, mais avec une majorité plus faible (50,2 % seulement). Lors de la dernière élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy est arrivé en tête au second tour, obtenant en effet 335 314 voix et 52,1 % des suffrages contre 308 072 et 47,9 % à son adversaire Ségolène Royal. Celle ci est toutefois arrivée en tête à Grenoble avec plus de 58 % des suffrages. Cette situation inédite depuis trente ans pour les partis de droite n'a cependant pas empêché l'élection de 6 députés socialistes sur 9 lors des législatives de juin 2007. Les trois élus UMP du département le sont dans les arrondissements du Nord Isère (Vienne et La Tour-du-Pin) tandis que les députés PS sont élus dans les six circonscriptions issues du découpage de l'arrondissement de Grenoble.

Cette situation politique se retrouve d'ailleurs dans la répartition des sièges au conseil général puisqu'avant le renouvellement cantonal de 2008, les élus UMP et divers droite sont plus influents sur les deux arrondissements du Nord Isère. En effet, 6 des 11 cantons de l'arrondissement de la Tour-du-Pin et 5 des 8 cantons de l'arrondissement de Vienne sont détenus par l'UMP et ses alliés. Au contraire de l'arrondissement de Grenoble, où 25 des 39 cantons sont détenus par le PS, le PCF ou les Verts.

Dans un autre ordre d'idées, le département a connu une évolution sensible de son comportement lors des deux referenda européens de 1992 et 2005. Pour le traité de Maastricht, les Isérois avaient en effet dit Oui à 55,6 %. Lors de la consultation sur le Traité Constitutionnel Européen, ils ont par contre voté Non à 53,6 %, avec une majorité de près de 36 000 voix. Sur le plan local, outre le fait que la Gauche dispose de la majorité des élus du conseil général (33 sièges sur 58), elle a également obtenu la majorité des suffrages des Isérois lors des élections régionales de 2004 avec 235 719 voix et 52 % des votes.

Le département de l'Isère fait partie de la région Rhône-Alpes. Il est limitrophe des départements du Rhône, de l'Ain, de la Savoie, des Hautes-Alpes, de la Drôme, de l'Ardèche et de la Loire.

La ville principale du département est Grenoble, préfecture de 155 100 habitants (2005).

Un fleuve coule en Isère : Le Rhône délimite au nord la frontière naturelle avec l'Ain, à l'ouest avec le Rhône et l'Ardèche. Une rivière importante, l'Isère, qui a donné le nom au département, le traverse en sa partie centrale, notamment via la vallée du Grésivaudan (ou Graisivaudan).

L'Isère est soumise à un climat très diversifié selon l'altitude et l'exposition, se mêlent les influences atlantique, continentale, alpine et aussi méditerranéenne dans le Sud du département. Une partie du département connaît un climat montagnard marqué en raison de l'altitude élevée, jusqu'à plus de 4000 mètres d'altitude dans le massif des Écrins.

Département très urbanisé, l'Isère est également un département dont les activités économiques sont diverses, et présentent des caractéristiques pour le moins variées. Ces activités ont notamment tiré parti, dans le passé, de l'existence d'une ressource énergétique disponible et renouvelable : la houille blanche qui a permis de développer de nombreuses activités industrielles.

Ce qui n'empêche que les activités économiques ont aussi été développées à partir de l'exploitation des ressources forestières comme des ressources agricoles, et de l'exploitation du gisement houiller de La Mure à partir du Premier Empire et plus encore au tournant du XIXe siècle et du XXe siècle.

Mais la qualité des réseaux de communication, le niveau élevé de qualification des salariés, la réalité d'une immigration de travail ancienne et importante, notamment venue d'Italie, sont autant d'autres éléments ayant conduit au développement de l'activité et à ses mutations les plus récentes.

De fait, les grandes entreprises iséroises sont présentes dans bien des domaines : industrie du papier, métallurgie, composants électroniques, biens d'équipement, chimie, agroalimentaire, etc. Peu de secteurs d'activité manquent à l'appel.

La vocation administrative de la préfecture, centre administratif et universitaire important, a motivé également l'émergence d'emplois liés au commerce et aux services, avec un impact particulier de l'économie de matière grise, autour des activités informatiques, d'ingénierie et de conseil qui constituent ici de véritables filières d'activité.

L'Isère abrite la deuxième communauté anglo-saxonne de France (après Paris). Il s'agit souvent de cadres travaillant pour des entreprises internationales comme HP, Caterpillar ou STMicroelectronics. Originaires d'Angleterre ou des États-Unis, ils sont attirés par la qualité de vie et en particulier par les activités qu'offre la montagne toute proche. Ils sont principalement installés en vallée du Grésivaudan. Depuis quelques années, un magazine isérois bilingue leur est dédié. Une partie de cette population n'est que de passage dans la région, de l'ordre de 2 ou 3 ans. Le flux de nouveaux arrivants est aujourd'hui encore important.

Arrivés souvent au lendemain de la seconde guerre mondiale, les Italiens se sont installés en Isère pour y trouver du travail et gagner leur vie. Le quartier Saint-Laurent et la ribambelle de pizzeria sur les quais de l'Isère à Grenoble en sont les témoins. À l'époque, ils se sont souvent vus confier les terres réputées infertiles des coteaux de la Chartreuse (Meylan, Saint-Ismier...). De nombreux Isèrois portent aujourd'hui un nom italien, sans compter les originaires du Val d'Aoste qui en ont français. Le flux de nouveaux arrivants est aujourd'hui quasiment tari.

Arrivés en deuxième vague après les Italiens, plutôt dans les années 1970, les Maghrébins se sont installés en Isère à la recherche de meilleures conditions de vie et de travail. Elle est à l'origine du 'quartier maghrébin' de Grenoble et des restaurants algériens et marocains.

C'est par l'arrivée des immigrés polonais que Pomagalski a vu le jour.

L'Isère comporte beaucoup de stations de sports d'hiver, dont l'Alpe d'Huez, Chamrousse station olympique, les Deux Alpes, Villard-de-Lans, Les 7 laux, Autrans célèbre pour la Foulée Blanche, ainsi que d'authentiques villages-stations tel que Venosc, Villard-Reculas, etc. Ce département accueille également des festivals de renommée mondiale comme la Coupe Icare, qui est un festival de vol libre, comprenant des parapentistes, parachutistes, etc. Et toute une journée dédiée spécialement à des sauts en costumes plus ou moins farfelus. Le festival de la magie de l'eau d'olle à Allemond et environ.

Selon le recensement général de la population du 8 mars 1999, 10.2 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes de l'Isère dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10% des logements totaux.

971 Guadeloupe · 972 Martinique · 973 Guyane · 974 La Réunion Les départements d’outre-mer ont également le statut de région (à département unique).

En haut



Vienne (Isère)

Image-Vienne-Cropped.jpg

Vienne est une commune française, située dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Viennois.

Au Moyen Age et jusqu'en 1887, la devise de Vienne est « Vienna civitas sancta », Vienne, cité sainte, allusion à l'antiquité de la christianisation de la ville et à son rôle religieux (rang primatial des archevêques, nombreux établissements religieux et importances des reliques conservées dans la cité). La devise actuelle, « Vienna, urbs senatoria », Vienne, ville sénatoriale, apparaît officieusement dès le XVIe siècle, mais n'est adoptée officiellement qu'en 1887 sous l'impulsion du maire Camille Jouffray. Elle évoque l'histoire antique de la ville : elle a fourni des sénateurs au Sénat de Rome et l'activité de son sénat municipal est mentionnée jusqu'au VIIe siècle. Ce changement de devise découle de la déchristianisation de la république.

Vienne, ville gallo-romaine, classée Ville d'Art et d'Histoire, est située dans le département de l'Isère au bord du Rhône à 30 km au sud de Lyon. Elle s'étend sur la rive gauche (à l'est) du fleuve, en face de Saint-Romain-en-Gal et de Sainte-Colombe, au confluent du Rhône et de la Gère.

Les premiers hommes semblent être apparus sur le site de Vienne à l'époque néolithique (3000-2500 av. J.-C. environ). Un premier habitat fut ainsi découvert au côteau Sainte-Hélène, dans le quartier d'Estressin. Un autre habitat datant vraisemblablement de la même période fut mis au jour dans le quartier des Charavel, non loin de là. L'âge du Bronze a lui aussi été témoin d'une forte activité humaine dans ce qui deviendra la ville de Vienne comme nous le montrent les très nombreux objets datant de cette époque découverts dans la région viennoise (épées et céramiques notamment).

Capitale du peuple allobroge autour du IIe siècle av. J.-C., elle fut promue dès -50, colonie latine par Jules César sous le nom de Colonia Julia Vienna . En -44, une révolte gauloise chassa ses premiers habitants qui fondèrent une autre colonie à proximité, à Lugdunum. Elle fut un centre important durant la période romaine, rivalisant avec sa puissante voisine Lugdunum (Lyon), puis une ville importante de la chrétienté au Moyen Âge, avant de commencer à décliner. Un concile a eu lieu en 1311 et son évêque a porté le titre de Primat des Gaules jusqu'en 1802.

Elle profite au XIXe siècle de la révolution industrielle et devient une ville ouvrière, avec notamment de nombreuses usines de textile, qui accueillent après la première Guerre mondiale une forte communauté arménienne.

Après avoir souffert de la désindustrialisation depuis la fin des années 1950, Vienne est aujourd'hui une ville touristique à l'activité culturelle riche et variée. Vienne est surtout connue désormais pour son festival annuel de Jazz en juillet (Jazz à Vienne), créé en 1981 (en 1980, il n'y avait eu qu'une nuit du blues), qui se déroule notamment dans le cadre majestueux du théâtre antique.

Jusqu'en 1887, Vienne porte : d’or à un arbre arraché de sinople, chargé d'un calice et d'une hostie d'or, avec un écriteau d’argent voltigeant et brochant sur le tronc de l’arbre et portant ces trois mots Vienna civitas sancta. Cela signifie Vienne ville Sainte car beaucoup de martyrs sont issus de Vienne. En 1887, un délibération du conseil municipal supprime toute référence religieuse dans les armes de la ville qui deviennent : d’or à un arbre arraché de sinople avec un écriteau d’argent voltigeant et brochant sur le tronc de l’arbre et portant ces trois mots Vienna urbs senatoria . L'arbre serait le symbole des libertés accordées par l'archevêque Jean de Bernin (1217-1266) aux bourgeois de la ville : élection des consuls et perception de certains droits. Un orme sous lequel se trouvait une table ronde était un des lieux de rassemblement des consuls qui en auraient fait leur symbole et qui a donné son nom à l'actuelle place de la Table-Ronde. Le calice et l'hostie sont une trace de l'importance de la dévotion viennoise au Saint-Sacrement. Les premiers historiens de la ville considéraient en effet que la procession de la Fête-Dieu avait été instituée à Vienne lors du concile de 1311.

Vienne est classée ville d'art et d'histoire.

Vienne est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie Nord-Isère. Elle gère le port fluvial commercial de Vienne Sud ainsi que l'Aéroport de Vienne Reventin.

Vienne a été désignée comme la Ville la plus sportive de France en 1967.

En haut



Isère (rivière)

Moûtiers : L'Isère et la cathédrale

Carte de la rivière.

L'Isère est une rivière du sud-est de la France. Elle prend sa source au glacier des sources de l'Isère sous la Grande Aiguille Rousse, près du col de la Vache, en Savoie (73), et se jette dans le Rhône à quelques kilomètres au nord de Valence.

Le nom Isère provient de l'antique vocable Izara ou Vizara, formé de deux racines ligures accolées. La première, iz ou viz, et la seconde ara. Iz ou viz signifiant vallée creuse, et ara voulant dire cours d'eau, le mot Isère signifie donc cours d'eau dans la vallée creuse.

Les deux racines se rencontrent dans bien d'autres noms de cours d'eau, tant dans l'ancienne Gaule que dans les régions avoisinantes. On reconnait aisément iz-ara dans le nom de la rivière Isar qui arrose Munich en Bavière et dans celui du petit fleuve franco-belge Yser, tous deux provenant de izara, ou encore dans le nom que les romains donnaient à l'Oise : Isara c'est-à-dire iz-ara (l'adjectif isarien a subsisté en français pour qualifier ce qui se rapporte à l'Oise).

La forme Viz-ara se retrouve bien sûr dans Vézère et Auvézère, tous deux cours d'eau du Limousin et d'Aquitaine. Mais elle constitue aussi l'origine du nom du fleuve du nord de l'Allemagne arrosant Brême et qui s'appelle Weser (prononcez véz-er), ainsi que celle du nom de la rivière wallonne arrosant Liège et Verviers et appelée Vesdre, qui d'ailleurs se dit également Weser en langue allemande, là où elle prend naissance.

La basse vallée de l'Isère est une unités de paysage du Valentinois caractérisée par un un chenal sinueux s’enfonçant dans son lit au lieu de déblayer ses rives, formant ainsi des terrasses alluviales étagées. Cette basse vallée, aux bordures nettes, est relativement étroite, excepté au niveau de son confluent où la largeur atteint deux kilomètres.

Le fond molassique miocène du nord de la plaine de Valence fut recouvert par les alluvions fluvio-glaciaires de l’Isère, dont les terrasses marquent aujourd’hui encore la forme du Valentinois.

La longueur de son cours d'eau est de 286,1 km.

Le débit de l'Isère a été observé sur une période de 50 ans (1956-2005), à Beaumont-Monteux, localité du département de la Drôme, située à peu de distance de son confluent avec le Rhône. Le bassin versant de la rivière est de 10 800 km².

Le débit moyen interannuel ou module de la rivière à Beaumont-Monteux est de 333 m³ par seconde.

L'Isère présente les fluctuations saisonnières de débit assez importantes et typiques d'une alimentation en grande partie nivale, avec des crues de printemps (fonte des neiges) portant le débit mensuel moyen entre 385 et 500 m³ par seconde, d'avril à juillet inclus (maximum en mai et juin), et des basses eaux d'automne-hiver, d'août à février, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 251 m³ au mois de septembre. Celà fait de lui un cours d'eau en règle générale très abondant toute l'année.

Le VCN3 peut cependant chuter jusque 15 m³, en cas de période quinquennale sèche, ce qui est très bas. Le VCN3 est la quantité minimale écoulée ou débit minimal sur trois jours consécutifs.

D'autre part les crues peuvent être fort importantes en cas de dégel rapide ou de pluies d'automne torrentielles. En effet, le QIX 2 ou débit calculé de crue biennal et le QIX 5 ou débit calculé pour une crue quinquennale valent respectivement 1 200 et 1 500 m³ par seconde. Le QIX 10, ou débit calculé de crue décennale, est de 1 700 m³ par seconde. Quant au QIX 20, il se monte à 1 900 m³ par seconde, tandis que le QIX 50 vaut 2 200 m³, ce qui par rapport aux grandes rivières du sud de France - le Tarn par exemple - est encore modéré (voir note ).

Le débit instantané maximal enregistré a été de 2 050 m³ par seconde le 15 septembre 1960, tandis que la valeur journalière maximale était de 1 510 m³ par seconde le 16 octobre de la même année.

La lame d'eau écoulée dans le bassin de l'Isère est de 892 millimètres annuellement, ce qui est élevé, très supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, mais également nettement supérieur à celle de l'ensemble du bassin versant du Rhône (670 millimètres à Valence pour une superficie de bassin de 66 450 km²). Le débit spécifique (ou Qsp) se monte à 28,2 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

L'isère depuis La Daille, près de Val-d'Isère.

En haut



Fontaine (Isère)

Carte de localisation de Fontaine

Fontaine est une commune française, située dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes. La commune qui se situe situe à l'ouest de Grenoble fait partie de la Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole. Ses habitants sont appelés les Fontainois.

Le quartier de La Poya est le quartier le plus ancien de la commune. Il est le seul à être situé sur une hauteur à l'abri des crues dévastatrices du Drac, gros torrent alpin qui, au Moyen-âge, débordait régulièrement dans la cuvette grenobloise.

Le quartier de Saveuil, construit surtout au XIXe siècle doit son existence à l'endiguement du Drac. C'était auparavant un gigantesque bassin alluvionnaire servant de déversoir au torrent au point de confluence avec l’Isère. Il est contigu à la ville de Grenoble et de ses deux quartiers occidentaux : Europole (ui comprend le centre de recherche nucléaire (CEA de Grenoble), Minatec (centre de nanotechnologie) et la cité internationale de Grenoble,) et Chorier-Berriat. il est également limitrophe de l'échangeur de l'autoroute A480 qui relie l'agglomération grenobloise à son aéroport et à l'agglomération lyonnaise.

Fontaine est reliée au réseau de transports en commun de l'agglomération de Grenoble (réseau TAG), notamment par le tramway (ligne A).

De par ses nombreux sites archéologiques, Fontaine a une relative importance dans la Préhistoire des Alpes. En effet, à l'époque du Magdalénien (15 000 à 13 000 ans av. J.-C.), la grotte de Glos a abrité des chasseurs de bouquetins, de rennes et de castors : au-dessus des couches de silex a été découverte une sépulture datant du Néolithique, ornée d'une défense de sanglier. L'abri de Barne-Bigou, situé au pied des falaises, a également été habité au Néolithique, à l'Âge du Bronze et à l'Âge du Fer. Sur le plateau des Vouillants, dans un scialet situé à 22 mètres de profondeur, des corps inhumés datant de la fin de l'Âge du Bronze (XIIIe ou XIIe siècle av. J.-C.) ont été découverts. Ils étaient accompagnés de splendides vases, conservés au Musée dauphinois depuis 1967. Enfin, à l'Échelette, une sépulture de femme datant du VIe ou Ve siècle av. J.-C. a été exhumée.

Par la suite, Fontaine est longtemps demeuré un petit village adossé aux derniers contreforts du Vercors à l'abri des crues dévastatrices du Drac, affluent de l'Isère. Le village n'a connu son essor qu'après l'endiguement de cet important torrent alpin et la construction, au milieu du XIXe siècle, d'un premier pont le reliant à Grenoble. De nouvelles constructions font alors leur apparition dans la plaine alluvionnaire.

Dès la fin du XIXe siècle, Fontaine devient une banlieue industrielle (tannerie, ganterie) et voit sa population croitre rapidement. Coincée entre le Drac et le Vercors, la ville ne s'étend aujourd'hui quasiment plus et sa population reste constante depuis la fin des années 1960.

Une courte scène du film César et Rosalie montre le quartier de La Poya.

En haut



Source : Wikipedia