Investissements

3.4426727411051 (1317)
Posté par marvin 02/03/2009 @ 04:05

Tags : investissements, patrimoine, finance, economie

Dernières actualités
Forte chute de l'investissement immobilier en Europe - Challenges
Le montant global des investissements sur le marché de l'immobilier d'entreprise a chuté de - 74 % au premier trimestre 2009. Le montant global des investissements sur le marché de l'immobilier d'entreprise (bureaux, commerces, locaux d'activité,...
Congrès: un côté archéo-gaullo-coco - Slate.fr
Nicolas Sarkozy veut lancer la France dans l'avenir et financer des investissements et des réformes qui, demain, porteront leurs fruits. On devrait applaudir et pourtant un mauvais pressentiment m'envahit et, pour tout dire, une crainte d'entourloupe....
Des investissements informatiques - La Voix du Nord
Voici les principaux points adoptés lors de la dernière séance du conseil municipal réuni sous la présidence de Marcel Eeckeman, maire. Informatique à l'école.- Suite à la dernière réunion du conseil municipal, un contact a été pris pour obtenir un...
Michelin confirme un projet d'investissements en Inde - nouvelobs.com
Prié de confirmer la somme d'un milliard d'euros d'investissements, il a dit qu'une grosse usine, ce n'était pas loin de ça" et a évoqué environ 1.500 emplois créés, "chiffre à confirmer". En octobre 2008, le groupe avait indiqué qu'il était en...
Faire de la France « une économie de production » - Les Échos
Critiquant la « compétitivité à tout prix » qui passe par le « dumping », le chef de l'Etat a insisté sur les investissements à mener pour éviter une « France sans usines ». Alarmiste en septembre à Toulon, Nicolas Sarkozy n'a pas sur-joué l'optimisme...
Budget : le cap des investissements maintenu - DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace
Dans ce budget additif, les crédits destinés aux investissements augmentent globalement de 8,9 millions d'euros. Les interventions, investissements et fonctionnement confondus, sont en hausse de 4 M € pour les transports, de 1 M € pour les équipements...
Bourse : un gérant nous livre ses pistes d'investissement - Boursier.com
Les investissements dans la transmission-distribution d'électricité vont être importants afin de densifier le réseau. Cela aura un impact positif sur la demande en matière de câbles. La valorisation de Nexans est actuellement assez réduite"....
La Chine reste une destination de choix pour les investissements ... - Radio Chine Internationale
Selon les dernières statistiques du ministère chinois du Commerce, de janvier au mois de mai, l'utilisation réelle des investissements directs s'est réduite de 20,4% en base annuelle. Pourtant, une écrasante majorité d'entreprises étrangères ont choisi...
Investissements de 2,2M$ chez Olymel - LesAffaires.com
La société soutient que c'est la forte demande pour ses produits qui l'incite à procéder aux travaux. Photo : Bloomberg L'entreprise québécoise Olymel investira 2,2 millions de dollars dans la modernisation et l'agrandissement de ses établissements de...
Les investissements en équipements pour SC ont fini de baisser - VIPress.net
Gartner vient de réviser à la hausse ses prévisions d'investissements dans l'industrie du semiconducteur pour 2009, dépenses qui devraient commencer à renouer avec la croissance dès le troisième trimestre et progresser graduellement de trimestre en...

Investissements chinois en Corée du Nord

Les investissements chinois en Corée du Nord, dont le montant a atteint 14,37 millions d'euros en 2005, traduisent la volonté des entreprises chinoises d'exploiter le riche potentiel minier et industriel de la Corée du Nord, dans un contexte d'ouverture économique accrue de la République populaire démocratique de Corée aux investissements étrangers depuis 2002.

Pour sa part, la Corée du Nord bénéficie, grâce aux investissements chinois, d'un apport de devises étrangères et peut moderniser ses outils de production.

En revanche, l'intégration croissante de la Corée du Nord à l'économie chinoise suscite des inquiétudes en Corée du Sud, où il est souligné qu'elle pourrait constituer un obstacle à la Réunification de la Corée.

Toujours selon la KDB, 70 % des investissements chinois se concentrent sur le riche potentiel minier de la Corée du Nord : le fer, le cuivre et le molybdène.

Des entrepreneurs chinois ont acheté, pour une durée de cinquante ans, les droits de la mine de fer de Musan, la plus grande mine de fer à ciel ouvert en Asie, dont les réserves s'élèvent à 7 milliards de tonnes. Il est estimé que la production de minerai pourrait atteindre 10 millions de tonnes par an.

En janvier 2006, le groupe industriel Hebei, basé à Luanhe, a acheté (pour un montant de 2,8 millions de dollars) 51 % des parts de la mine de cuivre "Jeunesse de Hyesan", dont les réservés sont évaluées à 1,5 million de tonnes de cuivre et 16.000 tonnes d'argent.

Deux groupes chinois, Wookwang et l'entreprise de production d'or Guoda de San-doong, ont acquis, pour une durée de cinquante ans, les droits d'exploitation de la mine de charbon de Ryongdong, dont la production s'annuelle s'élève à 1 million de tonnes.

Il est prévu une exploitation en commun, par la Chine et la Corée du Nord, du pétrole off-shore de la baie de Bohai, situé de part et d'autre de la frontière maritime sino - nord-coréenne. Ces réserves de pétrole sont évaluées à au moins 5 milliards de barils.

La Chine envisage de construire une centrale hydro-électrique sur le fleuve Yalu, à la frontière sino - nord-coréenne, pour un montant de 45 millions de dollars.

L'achat de la mine de fer de Musan inclut les droits de transformation du minerai en acier (au sein du groupe Tonghua), pendant cinquante ans, pour un montant global de 909 millions de dollars.

L'usine de verre de Daean a été construite par la Chine pour l'anniversaire du dirigeant Kim Jong-il.

Par ailleurs, des équipements chinois sont utilisés par de nombreuses entreprises nord-coréennes, notamment l'usine de câbles du 26 mars à Pyongyang et l'usine de cosmétiques de Pyongyang.

La Chine a acheté, pour un montant de 41 millions de dollars, les droits exclusifs d'utilisation et de développement du port nord-coréen de Rasŏn, en vue du transport en Chine des minerais et des produits industriels fabriqués en Corée du Nord.

En haut



Agence française des investissements internationaux

L’Agence française des investissements internationaux (AFII) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) créée par l'article 144 de la loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques. Elle a pour mission « la promotion, la prospection et l'accueil des investissements internationaux en France », en partenariat avec les collectivités territoriales.

L'AFII est placée sous sous la tutelle du ministre chargé de l'économie et des finances et du ministre chargé de l'aménagement du territoire. Elle est administrée par un conseil d'administration présidé par l'ambassadeur délégué aux investissements internationaux. Depuis 2006, il s'agit de Philippe Favre.

L'AFII dispose de services centraux et de 21 bureaux à l'étranger, qui dépendent de la Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT). L'AFII est également représentée dans une trentaine d'autres pays par la Direction générale du Trésor et de la Politique économique (DGTPE).

Elle est dirigée depuis 2008 par David Appia.

En haut



Conseil du commerce et Agence de promotion des investissements

Le Conseil du commerce et agence de promotion des investissements (en croate : Agencija za promicanje izvoza i ulaganja, en anglais : Trade and Investment Promotion Agency) est une agence du gouvernement de la Croatie dont l'objectif est d'offrir un service aux investisseurs pendant et après la mise en œuvre de leurs projets d'investissement en Croatie.

L'agence est situé à Zagreb.

En haut



Mesures concernant les investissements et liées au commerce

Les Mesures concernant les investissements et liées au commerce (MIC), (qui correspondent aux TRIM'S ou Trade related Investment Measures) sont des mesures de limitation imposées par les états dans le cadre de la mondialisation. Les TRIMs, qui avaient été instaurés dans le cadre de la configuration multi-nationale de la mondialisation (années 60 à 80) ont été abolis par l'Organisation mondiale du commerce, en raison de la mutation progressive vers la configuration globale, que nous connaissons actuellement.

Les TRIMs correspondaient à des mesures prises par les États pour protéger leur marché intérieur des investissements étrangers (IDE). On retrouvait ainsi parmi ces Trims l'obligation de compensation des importations par des exportations, l'obligation pour les entreprises étrangères d'acheter à des entreprises locales, ainsi que des exigences en matière de formation de la main d'œuvre, et de transfert de technologie.

Ces mesures, plus ou moins protectionnistes selon les États qui les ont adoptées, ont été progressivement abolies, notamment dans le cadre du GATT, et des mesures prises par l'OMC depuis sa création en 1995. Les MIC ont ainsi amené aux “Accords sur les mesures concernant les investissements et liées au commerce”.

En haut



Source : Wikipedia