Hauts-de-Seine

3.3895184136341 (1412)
Posté par marvin 11/03/2009 @ 01:14

Tags : hauts-de-seine, île-de-france, france

Dernières actualités
20 projets soutenus par le Conseil général des Hauts-de-Seine - LeMoci.com
Les Hauts-de-Seine ont présenté le 18 juin les projets humanitaires sélectionnés dans le cadre du dispositif « Initiatives jeunes solidaires ». Ce dispositif met en valeur l'investissement des jeunes du département âgés de 18 à 30 ans dans des projets...
Jazz aux Puces et dans les Hauts-de-Seine - nouvelobs.com
AP | 13.06.2009 | 00:18 Le jazz prend ses quartiers ce week-end aux Puces de Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, et dans les Hauts-de-Seine, à travers deux festivals au succès grandissant. Samedi et dimanche, le Festival Jazz Musette des Puces créé en...
Fête de la musique 2009 : le programme dans les Hauts-de-Seine (92) - Le Figaro
Le programme de la 28ème édition de la fête de la musique dans les Hauts-de-Seine (92). » Tout le programme Paris/IDF Chope des Halles - 1 rue de Chanzy. 92000 NANTERREHoraires : entre 11:00 et 20:00 Parvis de la Maison de la Musique - 8 rue des...
Les arts du cirque dans les Hauts-de-Seine - Culture.fr
Du 19 au 28 juin, entre Antony et Châtenay-Malabry dans les Hauts-de-Seine, les artistes virevoltent, cabriolent, se contorsionnent sous les yeux admiratifs du public. Pas moins de cinq spectacles présentés sous chapiteau, à ciel ouvert ou dans les...
Hauts-de-Seine - Le Parisien
Avec « Gennevilliers de A à Z », Jocelyne Tourmet-Lammer propose un guide original sur l'histoire de la commune, avec notamment la construction automobile et aéronautique, les chantiers navals et le port autonome… L'écrivaine dédica çait son livre hier...
Hauts-de-Seine : le maire de La Garenne-Colombes au Parlement européen - Le Parisien
Encore une fois, les Hauts-de-Seine font figure de miroir grossissant. A droite, l'UMP caracole largement en tête avec 34,4 % des suffrages dans le fief de Nicolas Sarkozy et des résultats records dans les villes déjà bien ancrées à droite....
Sarkozy commémore l'Appel du 18 juin au Mont Valérien - AFP
PARIS (AFP) — Le président Nicolas Sarkozy a commémoré jeudi l'Appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle, au Mont Valérien (Hauts-de-Seine), une cérémonie en hommage à ceux qui avaient "refusé la défaite et poursuivi le combat contre l'ennemi",...
Fofana de retour à son procès de plein gré - nouvelobs.com
Ce jeune juif de 23 ans avait été enlevé dans le but d'obtenir une rançon, puis séquestré et torturé pendant trois semaines dans une cité HLM de Bagneux (Hauts-de-Seine). Découvert agonisant au bord d'une voie ferrée dans l'Essonne le 13 février 2006,...
Hauts-de-Seine : c'est l'Europe qui a embelli le Luth - Le Parisien
Les habitants de Gennevilliers l'ignoraient : ce sont des fonds de l'Union européenne qui ont permis d'opérer la spectaculaire métamorphose de la cité du Luth. Pour les gamins du quartier du Luth, l'Europe, c'est surtout la Ligue des champions,...
Marc Machin retourne en prison - Le Parisien
L'affaire n'a pas de rapport avec le combat qu'il mène depuis des mois pour prouver son innocence dans l'affaire de l'homicide commis en 2001 sur le pont de Neuilly, dans les Hauts-de-Seine. La commission de révision des condamnations pénales de la...

Hauts-de-Seine

Localisation des Hauts-de-Seine

Le département des Hauts-de-Seine (92) est un département français appartenant à la petite couronne de la région Île-de-France.

Le département des Hauts-de-Seine a été créé le 1er janvier 1968, en application de la loi du 10 juillet 1964, conformément au décret d'application du 25 février 1965, à partir de la partie ouest de l'ancien département de la Seine (27 communes) et d'une petite portion de celui de Seine-et-Oise (9 communes : Chaville, Garches, Marnes-la-Coquette, Meudon, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Sèvres, Vaucresson et Ville-d'Avray).

Le département des Hauts-de-Seine fait partie de la région Île-de-France. Il est limitrophe des départements de la Seine-Saint-Denis au nord-est, du Val-d'Oise au nord, des Yvelines à l'ouest, de l'Essonne au sud, du Val-de-Marne au sud-est et de Paris à l'est.

Avec les départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine forment une ceinture autour de Paris, appelée la petite couronne.

Du fait de sa forme "englobante" et de sa position "centrale", c'est le département de la région parisienne qui touche le plus de départements franciliens, exactement six.

Les Hauts-de-Seine sont le plus petit département de la couronne parisienne, mais également le plus peuplé.

En dehors des parcs et bois, les Hauts-de-Seine sont entièrement urbanisés, ce qui en fait un département-ville.

Le climat des Hauts-de-Seine est très proche de celui du reste du Bassin Parisien avec un hiver doux, des pluies relativement fréquentes en automne, un printemps doux et des températures élevées en été. Il y règne un micro-climat de quelques degrés plus élevé que le reste de la partie nord de la France du fait de sa situation en cuvette et de l'effet d'îlot de chaleur urbain observé sur l'ensemble de l'agglomération parisienne.

La Seine borde 17 des 36 communes des Hauts-de-Seine.

Vingt-quatre ponts routiers permettent de la franchir, ainsi que quatre ponts ferroviaires. Parmi ces ponts, l'on trouve notamment le Pont de Neuilly qui est le plus important pont urbain d'Europe en termes de trafic routier, le pont ferroviaire d'Asnières qui, avec ses dix voies, est le pont ferroviaire le plus large d'Europe, et le pont de Saint-Cloud qui est le plus ancien des ponts des Hauts-de-Seine, la première version remonte en effet au IXe siècle.

La découverte d'un large espace d'urbanisation proto-urbain (15 hectares) sur le territoire de l'actuelle Nanterre laisse supposer que Lutèce se trouvait sur la boucle nord des Hauts-de-Seine et non sur l'Île de la Cité.

En effet, en 2003, a été découvert une importante nécropole gauloise datant de la fin du VIe siècle - début du IIIe siècle avant notre ère.

En 2004, le conseil général avait un budget de 1,7 milliard d'euros et employait 5 500 agents. Le PIB par habitant est trois fois plus élevé dans les Hauts-de-Seine que la moyenne nationale. Par ailleurs, le département accueille plus de 6 000 sièges sociaux d'entreprises.

Les Hauts-de-Seine sont la troisième région NUTS-2 de l'Union européenne en termes de PIB (PPA) par habitants, avec 62 374 € (source : Eurostat) par habitants en 2002, derrière Paris et Inner London mais devant Région de Bruxelles-Capitale et Luxembourg.

Selon l'INSEE, en 2000, les Hauts-de-Seine sont le département où le PIB/emplois est le plus élevé en France : 108 000 euros par emploi, devant Paris (86 000 euros) puis les Yvelines (70 000 euros) et le Rhône (66 000 euros). Les Hauts-de-Seine concentrent donc les emplois à hauts revenus.

Toujours selon l'INSEE, en 2000, le PIB des Hauts-de-Seine dépasse légèrement les 90 milliards d'euros, tandis qu'en 2000, le PIB conjoint de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, les deux autres départements de la petite couronne de Paris, est tout juste sous les 63 milliards d'euros.

Ce PIB de 90 milliards d'euros place les Hauts-de-Seine à eux seuls devant de grandes métropoles européennes telles que Bruxelles (57 millards d'euros) ou Barcelone (20 milliards d'euros).

Les Hauts-de-Seine possèdent également le deuxième port fluvial d'Europe (après Duisbourg en Allemagne) : le Port de Gennevilliers, dans le nord du département, avec un trafic de 3,3 millions de tonnes. Ce port est géré par le Port autonome de Paris.

Au sens de la CCIP, les villes de Colombes, Courbevoie, La Garenne, Levallois, Nanterre, Neuilly, Puteaux, Rueil et Suresnes font partie du pôle Paris-La Défense, véritable coeur économique du Grand Paris, incluant également les arrondissements 1, 2, 8, 9, 16 et 17 de Paris.

Au nord des Hauts-de-Seine a été aménagé le quartier d'affaires de La Défense, sur les communes de Puteaux, Courbevoie et Nanterre, où sont implantés les sièges sociaux de grandes entreprises françaises et étrangères.

Le sud-est du département accueille les sièges de trois chaînes de télévision françaises : TF1 (à Boulogne-Billancourt), Canal+ (à Issy-les-Moulineaux) et France 5 (à Issy-les-Moulineaux), et le reste du département accueille également les sièges des chaînes M6, Direct 8, W9 (Commune de Neuilly-sur-Seine) et le bureau parisien de la chaîne TMC.

Au classement du Fortune Global 500, en 2008, 10 entreprises sont basées dans les Hauts-de-Seine : Total (8ème position mondiale), Carrefour (33), Saint-Gobain (110), Renault (119), Vinci (169), Alstom (338), Schneider Electric (342), L'Oréal (355), Sodexo (473), Eiffage (488) et enfin Thales Group (498), ce qui donne aux Hauts-de-Seine une importance décisionnelle majeure.

Les habitants des Hauts-de-Seine sont les Altoséquanais.

Les estimations de l'INSEE au 1er janvier 2006 portent la population des Hauts-de-Seine à 1 532 000 habitants, soit une densité de 8 705 hab/km².

Sans compter les 1 550 hectares de bois (Forêt de Fausses-Reposes, Forêt de Meudon, Parc de Sceaux, etc.) que contient le département, la densité est de 9 545 hab/km². Pour comparaison, la densité à Londres est de 4 700 hab/km², à Tokyo de 5 796 hab/km² et à New York de 10 292 hab/km².

Le département comprend une commune de plus de 100 000 habitants : Boulogne-Billancourt. La taille des villes en termes de population dépend grandement des limites géographiques des villes, donc de leur histoire, puisque le département est dans sa grande majorité bâti. La séparation de Colombes il y a un siècle en trois villes (Colombes, Bois-Colombes et La Garenne-Colombes) illustre bien cette idée ; en effet, sans cette séparation, Colombes aurait pesé en 2005 (INSEE) 138 100 habitants. De même pour Neuilly qui a cédé des terres à Paris et Levallois-Perret. La population des villes a donc un sens assez limité. Les densités sont plus pertinentes.

Un parallèle serait à faire entre cette répartition et le fait que Sèvres, Chaville, Ville-d'Avray, Saint-Cloud, Meudon, Marnes-la-Coquette, Vaucresson, Garches et Rueil-Malmaison faisaient partie du département Seine-et-Oise (78) tandis que le reste des communes faisait partie du département Seine (anciennement Paris) (75) avant 1968.

On aperçoit ici tout ou partie de Colombes, Nanterre, La Garenne-Colombes, Courbevoie, Puteaux et La Défense pour la partie urbaine, et Saint-Cloud, Suresnes et Rueil-Malmaison pour le Mont Valérien sur la droite.

Selon les chiffres de l'INSEE, l'évolution de la population entre le recensement de 1999 et les estimations de 2005 n'est pas uniforme sur le département, mais connait une tendance haussière sur la totalité des communes, à l'exception de Ville-d'Avray (-0,3%) et d'Antony (stable). A l'autre bout de la fourchette, cinq communes connaissent des taux de croissance supérieurs à 2% : Courbevoie (+2,9%), Issy-les-Moulineaux (+2,7%), Montrouge (+2,4%), La Garenne-Colombes (+2,1%) et Levallois-Perret (+2,1%). Ces dernières communes ont la particularité d'être à proximité immédiate soit de Paris intramuros, soit de La Défense.

Les communes à plus de 15 000 hab/km² représentent moins de 17% du territoire altoséquanais, mais plus de 35% de la population altoséquanaise. De cette densité, couplée à une activité économique élevée, résulte un encombrement des transports en commun et du réseau routier fréquent, d'où un nécessaire développement du réseau RATP/SNCF, actuellement bien moins dense que dans Paris intra-muros pour une activité et une densité parfois grandement supérieures.

Avec 41 gares de transilien, 21 stations de métro, 13 stations de tramway et 19 stations de RER, les Hauts-de-Seine comptent 94 stations de transport lourd.

Cela fait seulement 0,53 station par kilomètre carré, ou une station pour 16 298 habitants.

Les extensions en cours et nouvelles lignes devraient porter le nombre de stations à 134 d'ici 2012 (source RATP), soit en moyenne 0,76 station par kilomètre carré.

Les Hauts-de-Seine (territoire actuel) sont un des lieux de naissance du transport en commun, avec la première ligne de transport en commun en train qui les traversait dès 1837, sous le règne du Roi Louis-Philippe Ier (monarchie de juillet) : la ligne Paris - Saint-Germain-en-Laye, inaugurée par la reine Marie-Amélie le 26 août 1837, s'arrêtant dans les gares des villes actuelles de Clichy-la-Garenne et Levallois-Perret, Asnières-sur-Seine, La Garenne-Colombes et Nanterre.

Suite à l'annulation d'une décision du Tribunal des référés par le Conseil d'État le 11 juillet 2008, le système de vélos en libre-service Vélib' a pu être étendu aux 11 communes des Hauts-de-Seine qui bordent Paris intramuros.

Le département des Hauts-de-Seine a été l'objet d'un récit autobiographique de Peter Handke, qui l'a surnommé "la baie de personne". ("Mon année dans la baie de personne"). L'écrivain habitait Chaville, et décrit le département dans une prose poétique.

Le département comprend des musées, des cinémas et des théâtres souvent mis entre parenthèses du fait du nombre et du prestige des musées, des cinémas et des théâtres de Paris accessibles par la habitants altoséquanais.

Cependant, quelques lieux se détachent tels que l'UGC Ciné Cité de La Défense (Les Quatre Temps) ou le théâtre des Amandiers de Nanterre.

Les Hauts-de-Seine sont partiellement traversés par l'Axe historique de Paris.

La procédure pour déclarer La Défense zone touristique est en cours, ce qui permettra aux magasins d'ouvrir le dimanche. On y trouve notamment un petit-train, le musée de La Défense, de multiples tours et commerces, des structures artistiques à grande échelle, et la Grande Arche (siège de la fondation des Droits de l'Homme) sur l'axe historique, au bout de l'esplanade Charles-de-Gaulle, accessible en  ,  ,  ,   .

Soit un total d'environ 12 400 pieds.

Ainsi, treize communes des Hauts-de-Seine (sur 36) font partie d'une communauté d'agglomération regroupant uniquement des communes alto-séquanaises, totalisant 492 000 habitants, soit seulement 32% de la population, et ce malgré le continu du bâti sur l'intégralité du département.

Cependant, les cinq communes d'Antony, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson et Sceaux, dans le sud du département, font partie de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, une communauté d'agglomération interdépartementale avec deux autres communes de l'Essonne (Verrières-le-Buisson et Wissous).

Les communautés d'agglomération n'intéressent donc pour le moment que les communes de la moitié sud du département.

La présidence du Conseil général des Hauts-de-Seine est actuellement occupée par Patrick Devedjian (UMP), qui a succédé à Nicolas Sarkozy (UMP). Nicolas Sarkozy ayant été élu président de la République française le 6 mai 2007, il a dû démissionner de la présidence du conseil général.

Les résultats aux élections législatives de 2007 révèlent un département à la composition politique particulière. Sur les 13 circonscriptions législatives que comptent les Hauts-de-Seine, 10 sont détenues par l'UMP et 3 sont détenues par le PCF. Ainsi, le PS et le FN sont les grands absents des législatives.

La préfecture des Hauts-de-Seine se situe à Nanterre. Le département se subdivise en deux sous-préfectures, l'une à Antony l'autre à Boulogne-Billancourt.

Le département est composé de 3 arrondissements (Nanterre, Antony et Boulogne-Billancourt), 45 cantons et 13 circonscriptions législatives.

Tout comme pour Paris, mais aussi pour la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, la sécurité et la police ne dépendent pas dans les Hauts-de-Seine des maires ou du préfet, mais de la Préfecture de police de Paris.

En 2005, le taux de criminalité pour le département est de 70,9 crimes et délits pour 1 000 habitants, pour une moyenne nationale de 83. Certaines villes avaient en 2005 un taux inférieur à 50 (49,9 à La Garenne-Colombes).

Les Hauts-de-Seine abritent la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur), regroupement de la DST et de la grande majorité des RG. Le bâtiment se trouve plus précisément sur le sol de la commune de Levallois-Perret.

Le centre opérationnel de gestion interministérielle des crises de la Sécurité civile (Ministère de l'Intérieur) se trouve à Asnières-sur-Seine.

Une partie significative du Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire se trouve dans la Grande Arche de La Défense.

La fondation internationale des Droits de l'homme se trouve dans la Grande Arche de La Défense.

Dans le Parc de Saint-Cloud se trouve le Bureau international des poids et mesures, qui a notamment pour mission d'assurer l'uniformité mondiale des mesures, de maintenir le Temps atomique international (TAI) et le Temps universel coordonné (UTC). Ce site jouit d'un statut extraterritorial.

Six Hôpitaux de Paris (AP-HP) se trouvent dans le département, à Boulogne-Billancourt, Clamart, Clichy, Colombes, Garches et Issy-les-Moulineaux.

Les Hauts-de-Seine font partie de l'Académie de Versailles.

Plusieurs centres d'enseignement supérieur se trouvent dans le département, tels que l'Université de Paris Ouest - Nanterre La Défense (Paris-X, 33 000 étudiants), le Pôle d'enseignement supérieur Léonard-de-Vinci (La Défense), mais aussi l'École centrale Paris (Châtenay-Malabry) et les universités Paris Descartes et Paris XI.

Ces cinq centres supérieurs comptent à eux seuls près de 100 000 étudiants.

971 Guadeloupe · 972 Martinique · 973 Guyane · 974 La Réunion Les départements d’outre-mer ont également le statut de région (à département unique).

En haut



Malakoff (Hauts-de-Seine)

Vue de la commune de Malakoff en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France

Malakoff est une commune française, du département des Hauts-de-Seine de la région Île-de-France, dans l'arrondissement d'Antony, au sud de Paris, et fait partie de la communauté d’agglomération Sud de Seine créée en 2005.

Malakoff est traversée par la Coulée verte du sud parisien au-dessus de laquelle passe la ligne du TGV Atlantique.

C'est en 1868 qu'est apparu le nom de Malakoff. Un décret signé le 8 novembre 1883 par le président de la république Jules Grévy officialise la séparation avec Vanves.

Le nom de Malakoff provient du nom d'une tour défensive près de Sébastopol. La prise de cette tour par les armées de Napoléon III commandées par Patrice de Mac Mahon a permis la prise de la ville de Sébastopol pendant la guerre de Crimée en 1855.

L'exploit fut célébré dans toute l'Europe et, en France, Alexandre Chauvelot reconstitua la tour au sud de Paris.

En 1870, en pleine guerre franco-prussienne, la tour de Malakoff édifiée par Chauvelot est démolie du fait de son usage comme point de mire par les canonniers ennemis aux portes de Paris.

De gueules au chef d'azur, à la tour pyramidale balconnée d'argent, posée à senestre, pavillonnée de tricolore, le faîte brochant, reliée par un pont à une redoute aussi d'argent posée à dextre, le tout issant d'une muraille crénelée de huit pièces du même, maçonnée de sable.

La commune de Malakoff est l'une des plus jeunes du département. Son territoire, longtemps champêtre et forestier, n'abrite que peu de maisons jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, juste des chemins transversaux et quelques remises à gibier. Ce territoire peu peuplé dépend de la paroisse de Vanves, sous le nom de « Petit-Vanves ».

Au début du XIXe siècle, sur les lieux où se développera bientôt Malakoff, les carrières ont fourni des pierres en abondance pour la croissance de Paris.

En 1845 naît une agglomération sous l'impulsion d'Alexandre Chauvelot, ancien rôtisseur fortuné qui se lance dans des opérations immobilières. Des terrains en friche sont alors vendus, par lots, à des ouvriers et employés qui y construisent des maisons. La zone urbaine achevée vers 1850, constituée de petites maisons individuelles, est baptisée "La Nouvelle-Californie".

A partir de 1920, les rues de Malakoff ont été pavées, équipées de l'éclairage public et des égouts. Des logements sociaux, des écoles, des crèches, et une poste ont été construits à partir de 1930.

En 1971, a été inauguré le Théatre 71 dont le nom rend hommage à la Commune de Paris. En 1972, a été créé le stade nautique intercommunal Châtillon-Malakoff.

Depuis les années 1980, l'activité industrielle basée à Malakoff et aux alentours a décliné. Le site Thomson-CSF de Malakoff et de Montrouge a été fermé en 1993.

Aujourd'hui, Malakoff se caractérise par la présence d'une trame urbaine mixte (pavillonnaire / collectif) et l'implantation du fort de Vanves.

Sceaux est située dans l'académie de Versailles.

La ville administre 8 écoles maternelles (1 250 enfants) et 7 écoles élémentaires communales (1 650 enfants).

Le département gère 2 collèges (1 020 élèves) et la région Île-de-France 1 lycée professionnel (250 élèves).

En haut



Géographie des Hauts-de-Seine

nothumb

La géographie des Hauts-de-Seine ne se distingue pas fondamentalement de celle de l'Île-de-France et plus largement du bassin parisien, qui est une vaste plaine sédimentaire.

Le département des Hauts-de-Seine fait partie de la région Île-de-France. Il est limitrophe des départements de la Seine-Saint-Denis au nord-est, du Val-d'Oise au nord, des Yvelines à l'ouest, de l'Essonne au sud, du Val-de-Marne au sud-est et de Paris à l'est.

Le département des Hauts-de-Seine a la forme d'un croissant qui entoure tout l'ouest de Paris, allant de la plaine Saint-Denis au nord et l'autoroute A6 au sud.

Au nord, le département se compose de plaines alluviales, alors que le sud est est formé d'un plateau calcaire d'où, pendant des siècles, ont été extraites des pierres pour la construction. Les carrières de Châtillon, Bagneux, Clamart ont donné naissance à la plupart des monuments de Paris, et il reste aujourd'hui encore de nombreux souterrains. Le plateau calcaire est entaillé, à l'est, par la vallée de la Bièvre qui délimite par endroits le département.

Le département est traversé par de nombreuses rivières qui affluent de toutes parts : Seine, Aube, Marne et Oise.

En haut



Châtillon (Hauts-de-Seine)

Vue de la commune de Châtillon en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France

Châtillon est une commune française, du département des Hauts-de-Seine de la région Île-de-France, dans l'arrondissement d'Antony, au sud-ouest de Paris, et fait partie de la Communauté de Communes de Châtillon-Montrouge créée en 2004.

Châtillon borde notamment les communes de Bagneux (à l'est), de Clamart (à l'ouest), de Malakoff (au nord-ouest), de Montrouge (au nord-est), et de Fontenay-aux-Roses (au sud).

La ville est traversée d'une part par un axe routier (la D906, anciennement N306) qui mène à la porte de Châtillon et donne accès au boulevard périphérique de Paris, et d'autre part par un axe piéton, la Coulée verte du sud parisien qui continue à l'ouest via Malakoff et au sud via Fontenay-aux-Roses.

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : D'azur au château d'une échaugette à dextre et d'une tour à senestre, le tout d'argent, ouvert, ajouré et maçonné de sable, posé sur une terrasse aussi d'argent. Ornements extérieurs : L'écu sur un cartouche encadré de 2 branches, l'une d'olivier à droite, l'autre de chêne à gauche se réunissant au bas pour soutenir un médaillon en pointe de diamant. Le haut du cartouche est surmonté par une couronne murale.

D’après les archives de l’abbaye de Saint-Martin-des-Champs à Paris, c’est en 1192 sous le règne de Philippe Auguste, qu’apparaît pour la première fois le nom de Châtillon, « Castellio » qui veut dire petit château en latin. Les historiens ignorent toujours où se trouvait le château, peut-être sur les hauteurs de Châtillon, peut-être à l’emplacement du vieux bourg où était la ferme seigneuriale. Ce bourg se développa petit à petit. Au XIVe siècle une chapelle y fut construite, dédiée à Saint-Eutrope, et des congrégations religieuses s’y installèrent, formant une paroisse. Tout au long des siècles suivants, la vocation agricole et horticole de Châtillon s’est affirmée. Des champs, des cultures, mais aussi l’exploitation de la pierre des carrières, ont permis à la ville un développement constant.

Châtillon est située dans l'académie de Versailles.

La ville administre 7 écoles maternelles et 5 écoles élémentaires communales.

Châtillon dispose d'un stade municipal et d'un stade nautique en partenariat avec Malakoff.

Châtillon est le siège de l'Office national d'études et de recherches aérospatiales.

Châtillon dispose de nombreux parcs et jardins, dont le parc Henri Matisse et la Folie Desmares près du marché.

Châtillon dispose d'un conservatoire, d'une maison des enfants, d'un théâtre et d'un cinéma.

En haut



Source : Wikipedia