Grigny

3.4907110826413 (1561)
Posté par rachel 11/03/2009 @ 23:11

Tags : grigny, essonne, île-de-france, france, rhône, rhône-alpes

Dernières actualités
Des pistes pour protéger salariés et employeurs - Le Télégramme
L'accident de bus survenu en février dernier à Grigny dans la région parisienne, qui avait fait cinq blessés, en apporte l'illustration. Le chauffeur avait omis de prévenir son employeur qu'il n'avait plus de permis depuis plusieurs mois....
Bagarre entre bandes à Evry : 5 gardes à vue prolongées - Europe1
Cinq jeunes du quartier des Epinettes, dont un mineur, âgés de 16 à 23 ans, interpellés jeudi soir à Evry lors d'une bagarre avec des jeunes de Grigny, dans l'Essonne, ont vu leur garde à vue prolongée de 24 heures. Les cinq jeunes interpellés jeudi...
Rixe d'Evry : trois peines de prison avec sursis - Le Parisien
Jeudi dernier dans la soirée, une soixantaine de jeunes gens de Grigny (Essonne), munis d'armes tirant des munitions en caoutchouc, de couteaux, de pierres ou bombes lacrymogènes, s'étaient rendus dans le quartier des Epinettes à Evry pour une...
Salah Hamouri, citoyen d'honneur de Grigny - SaphirNews.com
Face au silence assourdissant » des pouvoirs publics, la ville de Grigny (Essonne) a octroyé au jeune homme le titre de citoyen d'honneur, samedi 16 mai. Retour sur son histoire. La municipalité de Grigny déclare Salah Hamouri citoyen d'honneur....
Salah Hamouri, citoyen d'honneur de la ville de Grigny (69520) - Altermonde-sans-frontières
Le conseil municipal de Grigny, à l'unanimité, et c'est important de le souligner, a pris cette décision, sur proposition de la majorité municipale. C'est un acte politique fort qui fait suite à des prises de positions sans équivoque de ma part et de...
La mosquée de Grigny - Novopress
L'Union des musulmans de Grigny et la municipalité communiste avaient convié samedi les habitants à venir découvrir sur une pancarte la future mosquée de 1.800 places dont les travaux devraient commencer au début de l'année prochaine....
Dray, Bayrou, Kouchner, Debré : les informations confidentielles ... - Le Point
La montre (une Rolex de collection) fut offerte à sa suppléante, Fatima Ogbi - discrètement interrogée le 15 mai, celle-ci l'ayant confirmé aux policiers, invoquant une sorte de pari conclu avec son mentor avant les élections municipales à Grigny,...
Salah Hamouri : Lettre du directeur de "l'Humanité" à Mr Sarkozy - CCIPPP
... Mme Denise Hamouri, une femme remarquable, courageuse, posée, réfléchie, qui réside de temps en temps en France dans la région lyonnaise, participera à l'une de ces cérémonies le 16 mai prochain, initiée par le maire de Grigny, M. Balme....
Mariée à 14 ans, son père condamné - Le Figaro
Le tribunal a également délivré un mandat d'arrêt à l'encontre de cet homme considéré par les autorités comme un ancien imam de Grigny (Essonne) connu pour ses prêches radicaux, âgé de 66 ans, qui a été expulsé vers le Maroc en janvier 2007....

Grigny (Essonne)

Blason de Grigny

L'hôtel de ville.

Grigny est une commune française située dans le département de l'Essonne et la région Île-de-France.

La commune se situe à 25 kilomètres au sud de Paris, accessible par la RN 7, et par l'A6 ou par les transports SNCF (RER D, zone 5, station Grigny-Centre).

Grigny est assez bien desservie par de nombreux moyens de transports : le RER D , la ligne 402 (TICE) et les transports Daniel Meyer. De plus, elle bénéficie d'une entrée et d'une sortie de l'autoroute A6. La N7 traverse le bas de la ville et par ailleurs, bien qu'elle soit tournée vers le plateau, Grigny se situe le long de la Seine.

Grigny connaît un profond bouleversement à la fin des années 60, avec la construction de deux grands ensembles : la cité HLM la Grande Borne d'Émile Aillaud (1969) et Grigny 2, l'une des deux plus grandes copropriétés de France avec Parly 2.

D'un village de 2500 habitants, Grigny devient en moins de 10 ans une ville de plus de de 25000 habitants. Vu l'énorme investissement nécessaire à la création de nouvelles infrastructures communales et sans aide significative de l'État, Grigny connaît depuis un déficit structurel de son budget, parvenant difficilement à répondre aux missions de service public. En effet, elle est la ville la plus jeune, mais aussi la plus pauvre de l'Essonne. La réussite scolaire et le retour à l'emploi ont figuré et figurent toujours parmi les principales préoccupations du Grand Projet de Ville et du projet de renouvellement urbain signé avec l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) au titre de Grigny-2 et de la Grande Borne.

En Juin 2006, la Cité de la Grande Borne est le témoin de nombreuses expulsions de locataires en difficultés de la part de la Préfecture de l'Essonne. Les associations locales dénoncent ces expulsions, contraires aux engagements au plan national du Ministre Jean-Louis Borloo.

Grigny comprend deux paroisses : Grigny II-Village et Grigny Grande-Borne.

Elle est rattachée au Secteur Pastoral de Ris-Orangis-Grigny et au Diocèse d'Evry-Corbeil Ce secteur pastoral et ses paroisses ont été confiés au Fils de la Charité, une congrégation religieuse spécialisée dans l'apostolat en milieu populaire. Deux communautés de religieuses sont aussi présentes sur ce secteur. Les paroisses de Grigny sont à l'image de la sociologie de la ville : Elles comprennent une très forte proportion de membres issus de l'immigration : antillaise, africaines, portugaise, tamoul, h'mongs, ... Les communautés portugaise et h'mongs disposent d'une organisation spécifique leur permettant de suivre les liturgies dans leur langue d'origine.

Écartelé : au premier et au quatrième de sinople aux trois chardons d'argent, au deuxième et au troisième de gueules aux trois besants d'or.

Jennifer Schwartz, La campagne présidentielle n'a pas eu lieu - La politique vue de l'autre côté du périph, Robert Laffont, 2007.

En haut



Canton de Grigny

Le canton de Grigny est une division administrative française située dans le département de l'Essonne et la région Île-de-France.

Ce canton est organisé autour de Grigny dans l'arrondissement d'Évry. Son altitude varie de 32 m (Grigny) à 84 m (Grigny) pour une altitude moyenne de 80 m.

Le canton de Grigny groupe une commune et compte 25 981 habitants.

En haut



Gare de Grigny - Centre

Gare de Grigny 1.JPG

La gare de Grigny - Centre est une gare ferroviaire de la commune française de Grigny (département de l'Essonne).

La gare est desservie par les trains de la ligne D du RER. Elle est semi-enterrée.

En haut



Grigny (Rhône)

Carte de localisation de Grigny

Grigny est une commune française, située dans le département du Rhône et la région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Grignerots.

Commune située au sud de Lyon et au bord du Rhône .

L'administration se veut participative, comme en témoigne la construction et le vote du budget participatif 2008 : sept heures de délibérations pour retenir 121 projets parmi les 203 propositions de citoyens.

La ville de Grigny s'est placée « Zone hors AGCS ».

En novembre 2005, les communes de Givors et de Grigny ont soumis leur candidature à l'adhésion au Grand Lyon après consultation de la population. Le conseil communautaire a voté son accord à ces candidatures. Les deux villes ont rejoint le Grand Lyon au 1er janvier 2007.

En haut



Nicolas de Grigny

Nicolas de Grigny est issu d'une famille de musiciens. Il est élève de Nicolas Lebègue, et tient les orgues de Saint-Denis. Marié en 1695 (il aura sept enfants), il retourne en 1696 dans sa ville natale et est nommé titulaire des orgues de la Cathédrale Notre-Dame, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort prématurée.

Il publie un seul livre d'orgue (1699) consistant en une messe et cinq hymnes pour différentes fêtes de l'Église (Veni creator, Pange lingua, Verbum supernum, Ave maris stella, A solis ortus).

Le volume réduit de cette œuvre n'empêche pas Nicolas de Grigny d'être généralement considéré comme un des grands maîtres de l'orgue français, il est mort jeune sans avoir pu léguer tout ce que son génie laissait espérer. Il y montre, non sans une certaine austérité, une science du contrepoint , un sens de l'harmonie et une profondeur d'inspiration religieuse qui l'égalent aux plus grands, François Couperin et Louis Marchand, ses exacts contemporains.

Jean-Sébastien Bach fut un admirateur fervent de Nicolas de Grigny : il découvrit sa musique pendant sa jeunesse, lors du séjour à Lüneburg et recopia à la main l'intégralité de ce livre, qui devait l'influencer, à l'égal de Buxtehude et, plus tard, de Frescobaldi, dans l'élaboration de son œuvre pour orgue.

En haut



Grigny (Pas-de-Calais)

Carte de localisation de Grigny

Grigny est une commune française, située dans le département du Pas-de-Calais et la région Nord-Pas-de-Calais.

En haut



Ligne Grigny - Corbeil-Essonnes

CAB RER D - Viry-Chatillon - Grigny - Centre.ogg

La ligne de Grigny à Corbeil-Essonnes par Évry ville nouvelle ou ligne du plateau d'Évry est une ligne de chemin de fer de dix kilomètres de longueur, située dans l'Essonne, en Île-de-France. Elle dessert les différents quartiers de la ville nouvelle d'Évry. Elle est la première ligne nouvelle pour voyageurs construite par la société nationale des chemins de fer français (SNCF) depuis sa création en 1938.

Ouverte en deux étapes en 1974 et 1975, la ligne constitue un itinéraire parallèle, bien que plus long car plus sinueux, au tracé de la ligne de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis par Corbeil, ou ligne de la vallée, sur laquelle elle est raccordée à ses deux extrémités. Elle constitue l'une des principales branches sud de la ligne D du RER et supporte exclusivement un trafic de banlieue assez intense. Bien que théoriquement équivalent à l'itinéraire historique par la vallée de la Seine, des restrictions de circulations appliquées à certains types d'engins moteurs limitent à quelques détournements exceptionnels son emprunt par d'autres circulations que celles du RER. Elle ne comporte aucun passage à niveau.

Longue de dix kilomètres, la ligne du plateau se débranche de la ligne de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis par Corbeil, dite ligne de la vallée, à hauteur de l'ancienne gare de Grigny - Val de Seine, aujourd'hui abandonnée. Un saut-de-mouton permet à la voie 1 de la ligne de franchir sans cisaillement la voie 2 provenant de Corbeil par la vallée.

Après avoir franchi la route nationale 7, elle rejoint, par un remblai en rampe, la gare de Grigny - Centre. Cette gare est à demi à l'air libre, à demi enterrée. La ligne quitte la gare par le tunnel de Grigny, toujours en rampe, qui débouche dans une tranchée à proximité de l'autoroute A6. Elle reste en tranchée sur presque tout le reste du parcours. Cette disposition a été choisie lors de sa construction en prévision de l'urbanisation à venir.

Si la gare d'Orangis - Bois de l'Épine est à l'air libre, celles d'Évry - Courcouronnes puis du Bras de Fer, en revanche, sont établies en tranchée couverte et prennent l'aspect de gares souterraines. Arrivée en limite sud du plateau d'Évry, la ligne redescend vers la gare de Corbeil-Essonnes par un long viaduc enjambant la Francilienne avant de se joindre à la ligne de la vallée.

Les principaux ouvrages d'art du tracé sont constitués par le tunnel de Grigny (805 m), le pont sur la RN7 (59 m), le pont sur la Francilienne (133 m) et le viaduc de Corbeil (395 m).

La ligne à double voie est équipée d'installations permanentes de contre-sens (IPCS). Elle est électrifiée comme tout le réseau de banlieue de Paris-Lyon en courant continu 1,5 kV avec une sous-station implantée au point kilométrique 3,6 (sous-station de Pilatre) et une autre à Corbeil-Tarterets ; elle est équipée du block automatique lumineux, du contrôle de vitesse par balises (KVB) et d'une liaison radio sol-train sans transmission de données.

La ligne Grigny - Corbeil-Essonnes est la première ligne nouvelle pour voyageurs construite par la société nationale des chemins de fer français (SNCF). En effet, depuis sa création en 1938, les travaux neufs de la société nationale n'avaient jusque-là concerné que des adaptations, des reconstructions ou la création de grands triages, mais pas de section de ligne nouvelle.

La construction de la ligne du « Plateau » est décidée à la fin des années 1960 afin d'accompagner le développement de la ville nouvelle d'Évry, établie sur un plateau dominant la rive gauche de la Seine. Elle est en effet choisie pour devenir la préfecture du nouveau département de l'Essonne, issu du démantèlement des anciens départements de la Seine et de la Seine-et-Oise. L'importance du programme immobilier prévu sur le territoire des communes de Grigny, Ris-Orangis, Courcouronnes et Évry impose une desserte ferroviaire efficace.

Première opération du programme spécial SNCF, l'avant-projet est pris en compte par le syndicat des transports parisiens en janvier 1970. Mais sans attendre la déclaration d'utilité publique, qui est signée le 16 mai 1972, le ministre des Transports autorise une exécution d'urgence dès le 7 septembre 1971. Le chantier démarre aussitôt, sous le contrôle d'un groupe d'études travaux (GET) relevant de la division de l'Équipement de la région de Paris-Sud-Est.

La ligne est conçue de façon à éviter toute nuisance aux futurs riverains, avec un tracé pour l'essentiel en tranchée, en partie couverte sur plusieurs points du parcours. Elle nécessite la confection de vingt-huit ponts routiers au-dessus de la tranchée, certains rétablissant des itinéraires existants, d'autres établissant de nouvelles liaisons liées au projet de la ville nouvelle. Certains des ponts réalisés à l'époque n'ont toujours pas reçu d'usage trente ans plus tard, les projets d'origine ayant évolué depuis.

Le tracé entraîne le percement d'un tunnel à Grigny, la réalisation des rampes d'accès aux deux extrémités, en remblai au nord et en viaduc au sud et le déblaiement d'une longue tranchée traversant le plateau où devait s'étendre la ville nouvelle. Quatre gares sont édifiées « ex-nihilo » : trois d'entre elles sont semi-enterrées, et une, Orangis - Bois de l'Épine, est à l'air libre. Elles sont dotées de parcs de stationnement, et d'équipements modernes, comme le télépancartage et des escaliers mécaniques.

Le projet impose par ailleurs d'importants remaniements sur la ligne de la vallée à laquelle elle se raccorde à ses deux extrémités. Au nord, une nouvelle bifurcation est créée à la naissance de la ligne à Grigny - Val de Seine et plusieurs modifications sont apportées en gare de Juvisy-sur-Orge, point majeur de correspondance de la banlieue sud. Une voie et un quai sont supprimés afin d'allonger une voie à 315 mètres pour des rames de douze voitures, un passage souterrain est aménagé, et un petit poste d'aiguillage tout relais à transit souple (PRS) est installé au sein du poste 1, pour télécommander la nouvelle bifurcation. Au sud, la ligne nouvelle impose des remaniements de grande ampleur aux installations de la gare de Corbeil-Essonnes. Un plateau de remisage des rames est aménagé et un PRS unique est mis en service le 19 octobre 1975.

Les travaux sont ralentis par un terrain d'une nature difficile ainsi que des contraintes d'urbanisme, mais s'effectuent néanmoins très rapidement. La ligne est mise en service en deux temps. Le 16 février 1974, un premier tronçon est ouvert jusqu'à la gare de Grigny - Centre, exploité en antenne avec un terminus provisoire sur la voie 2. Le 28 novembre 1975, le restant de la ligne est mis sous tension, puis ouvert au public le 6 décembre 1975. La nouvelle ligne connaît d'emblée une importante fréquentation.

La ligne est exploitée par la SNCF comme tronçon de la ligne D du RER et sous le label Transilien.

Son profil en long assez difficile, ne favorise pas les circulations de marchandises qui y demeurent interdites. On y trouve des courbes de 600 mètres de rayon minimal et des rampes importantes, de 15 ‰ dans le sens nord-sud, et de 20 ‰ dans l'autre sens, dans la longue montée en viaduc à partir de Corbeil. Ces caractéristiques limitent la vitesse à 100 km/h (120 km/h à l'origine),. Trois types de matériels voyageurs y circulent : des automotrices Z 5300 dès l'origine, des Z 5600, et plus généralement depuis, des Z 20500.

En 1974, la desserte en antenne de Grigny est assurée, au quart d'heure aux heures de pointes et à la demi-heure en heures creuses, par une rame Z 5300 scindée et regroupée à Juvisy avec les trains reliant Paris à Melun par Corbeil. À l'ouverture complète du tronçon en 1975, la ligne est desservie par des trains la reliant directement à Paris-Lyon à raison d'un train par quart d'heure aux heures de pointes et un train à la demi-heure en heures creuses. Depuis le 14 décembre 2008, les trains sont en provenance ou à destination de Malesherbes, La Ferté-Alais, Melun, Corbeil-Essonnes, Juvisy-sur-Orge, Paris-Gare de Lyon, Châtelet - Les Halles, Stade-de-France - Saint-Denis, Villiers-le-Bel - Gonesse - Arnouville, Goussainville ou Orry-la-Ville - Coye. Toutes les circulations sont omnibus sur la ligne du plateau, certains trains étant directs entre Villeneuve-Saint-Georges et Paris-Gare de Lyon.

Le temps de parcours moyen Viry-Châtillon - Corbeil-Essonnes est de seize minutes, le temps de parcours moyen de Paris-Lyon à Corbeil par le plateau étant de trente-sept à quarante-quatre minutes selon les trains, semi-directs ou omnibus. La ligne est intégralement située dans la zone 5 de la carte orange, la gare de Viry-Châtillon étant la dernière gare située en zone 4.

Le nombre de voyageurs quotidiens se situe entre 2 500 et 15 000 selon les points d'arrêt en 2003. Le plus important est la gare d'Évry - Courcouronnes, pôle majeur de correspondance avec environ 15 000 voyageurs quotidiens, suivi par la gare de Corbeil-Essonnes qui accueille entre 7 500 et 15 000 voyageurs par jour. Les trois autres gares du parcours voient transiter chacune de 7 500 à 15 000 voyageurs par jour.

En haut



Source : Wikipedia