Géolocalisation

3.4158527422794 (2662)
Posté par seb 13/04/2009 @ 08:15

Tags : géolocalisation, télécommunications, high-tech

Dernières actualités
Flickr ajoute la géolocalisation pour Android et l'iPhone - businessMOBILE.fr
Elle apporte notamment la géolocalisation des clichés mis en ligne. Flickr travaille d'arrache pied pour proposer une version mobile de son service aussi attractive que celle disponible sur ordinateur. Ainsi la dernière mise à jour pour Android et...
Autoapprentissage et horodatage arrivent dans la géolocalisation - L'Atelier
Pour proposer aux utilisateurs des recommandations de lieux pertinentes, Geodelic enregistre les endroits qu'ils fréquentent le plus, ainsi que les heures associées. Les applications qui localisent les services à proximité des usagers de smartphones ne...
iPhone OS 3.0 : la géolocalisation du téléphone par MobileMe - PC Inpact
Dans les nouveautés du firmware 3.0 pour l'iPhone, une nouveauté intéressante est apparue pour les possesseurs d'un compte MobileMe (79 euros par an) : la possibilité de localiser géographiquement son iPhone. Le résultat présent sur l'image est...
Géolocalisation : il n'y a pas que les GPS auto - 01net
Les assistants de navigation pour voiture ne sont pas la seule application de la géolocalisation. Tour d'horizon avec Nicolas Nova, auteur d'un livre sur le sujet. Chercheur et consultant en matière d'usages des nouvelles technologies, Nicolas Nova est...
Une géolocalisation encore plus précise sur votre .tel - ToutPointTel.fr
Dans le panneau de configuration TelHosting, vous pouvez mentionner votre géolocalisation en saisissant votre adresse complète, ou vos coordonnées de latitude et de longitude. Dans le premier cas, il peut être nécessaire d'affiner votre localisation,...
Giga-Concept miniaturise les boîtiers de géolocalisation - ITRmobiles.com (Abonnement)
Giga-Concept, fournisseur de solutions de connectique propose un nouveau boitier de géolocalisation. De la taille d'un timbre poste (24x24mm pour 4g), le HiLo est probablement le plus petit module GPRS du marché. Il est économe avec une alimentation...
Avec Ovi Maps, Nokia lance la géolocalisation sociale - Pocketgamer.fr
Nokia a présenté sa nouvelle innovation dans l'univers de la géolocalisation sociale avec l'annonce de la dernière version d'Ovi Maps. Celle-ci va rapidement devenir une plate-forme dynamique et personnalisée – synchronisée et partagée entre la version...
La pub cherche à imaginer la sortie de crise - Le Point
La publicité sur mobiles stimule l'imagination des créatifs, portée par les innovations technologiques comme les systèmes de géolocalisation permettant par exemple d'envoyer un message à un prospect au moment où il s'approche d'un magasin susceptible...
Giga-Concept miniaturise les boîtiers de géolocalisation pour le ... - Categorynet.com (Communiqué de presse)
Marcoussis, le 15 juin 2009 – Giga-Concept, fournisseur de solutions de connectique, de composants radiofréquence et d'accessoires de mobilité, aide à réduire les boîtiers de géolocalisation idéal pour les applications de suivi de colis....
TerraSAR-X : deux années de résultats concluants avec une ... - Edubourse.com (Communiqué de presse)
Citons en particulier l'exceptionnelle précision de la géolocalisation supérieure à 50 cm, permettant une superposition totalement automatique, au pixel près, de deux images d'une même zone saisies à des moments différents. Les autres spécificités du...

Géolocalisation

La géolocalisation est la localisation d'un objet sur une carte à l'aide de positions géographiques.

Les logiciels de géocodage permettent de calculer et d'attribuer à une adresse ou à un objet référencé dans une carte vecteur des positions X,Y avec une précision de quelques dizaines de mètres en moyenne.

On utilise la géolocalisation par GPS (Global Positionning System) pour localiser des mobiles en déplacement et fournir une assistance à la navigation. Le GPS est le système le plus répandu de localisation par satellite.

Cette technologie permet le géopositionnement à partir d'un terminal équipé de gsm (mobiles, smartphones...).

La géolocalistion sur internet, peut être effectuée grâce à l'adresse IP à l'aide de base de données de répartition de ces adresses.

La géolocalisation est aussi devenue une activité économique de plus en plus répandue.

Aujourd'hui ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de véhicules; en effet, ce système peut permettre à une entreprise de facilement gérer sa flotte, et ce grâce à un logiciel prévu à cet effet.

Une autre application de ce concept est la sécurisation de véhicules. Lorsque le système est installé dans le véhicule, on peut visualiser en temps réel la position du véhicule. De plus, avec l'aide de capteurs placés dans le véhicule, le propriétaire du véhicule peut être alerté à tout moment en cas de vol, d'effraction, ou encore de déplacement du véhicule.

En haut



Géolocalisation GSM

Le GPS n'est pas la seule manière de résoudre les problèmes de géolocalisation mobile, il est possible d'utiliser des technologies habituellement utilisées pour le transfert de données comme le GSM.

Cette technique est rapide et peu coûteuse: elle ne nécessite que d'être dans une zone couverte par le GSM. Pour obtenir la position, on récupère les identifiants de l'antenne GSM à laquelle le portable s'est connecté. La précision est donc très faible (100-800m en ville et jusqu'à 10km en campagne).

Cette fois, le portable calcule le temps écoulé entre l'émission et la réception de la requête envoyée à l'antenne. Il peut donc déterminer la distance de celle-ci.

Plutôt que de se limiter à une seule antenne, le portable va tenter de trouver les identifiants de 3 antennes pour avoir un meilleur aperçu de sa position. On y gagnera beaucoup de précision.

En haut



Hub télécom

Crée en 1945, la société Aéroports de Paris (ADP) a reçu pour mission de créer, aménager, exploiter et développer les aéroports et aérodromes civils de la région parisienne dans un rayon de 55 km du centre de Paris.

En 1961, les PTT ont donné une concession à Aéroports de Paris pour construire, sur ses aéroports, des réseaux de télécommunications pour ses propres besoins et ceux de la communauté aéroportuaire. Les clients sont multiples et hétérogènes : les compagnies aériennes, les transitaires, les administrations ainsi qu’une multitude de PME, PMI, travaillant pour le compte des grandes compagnies.

Le 1er août 1996, suite à une déréglementation des télécommunications, une licence expérimentale à été allouée à ADP, lui permettant ainsi de pouvoir opérer sur les communes sur lesquelles elle était implantée. La société ADP Télécom est créée le 1er août 2001 comme filiale à 100% d’Aéroports de Paris.

ADP Télécom a ainsi repris les activités télécom de sa maison-mère, véritable outil stratégique pour les acteurs du monde aéroportuaire. Ses missions ont pour but de concevoir, d’exploiter et de commercialiser des services de télécommunications sur les plateformes aéroportuaires en Ile-de-France pour le compte d’Aéroports de Paris.

En octobre 2005, ADP Télécom devient Hub télécom afin de pouvoir s’affranchir du nom aéroport et ainsi pouvoir s’ouvrir vers l’extérieur.

Hub télécom déploie un réseau sur les aéroports Roissy Charles de Gaulle, Orly et Le Bourget et relie les boucles locales de chaque plate-forme par des liaisons haut débit sécurisées.

Grâce à sa proximité avec ses clients et sa connaissance des besoins des zones aéroportuaires, Hub télécom a développé des solutions de télécommunications appropriées aux 1350 entreprises de Roissy Charles de Gaulle, Orly et Le Bourget. Ainsi, plus de 100 000 personnes utilisent quotidiennement ses services.

Le 25 mars 2009, Hub télécom acquiert la société masternaut, leader européen des services de géolocalisation.

Hub Télécom est à la fois installateur privé et opérateur de télécommunications spécialiste des services destinés aux entreprises. Actuellement présent sur 14 aéroports et aérodromes de la région parisienne, Hub télécom se positionne comme l’opérateur de référence sur les plateformes aéroportuaires.

L’axe majeur de la société aujourd’hui, est de suivre ces clients en dehors ce ces plateformes. C’est dans cette logique que Hub télécom est l’un des leaders du monde Wifi grand public, et travaille désormais au Parc des expositions de la porte de Versailles.

Forte de sa double compétence d’opérateur et d’intégrateur, Hub télécom conseille les gestionnaires de sites sur les solutions les plus adaptées pour optimiser les échanges d’informations et accélérer les process.

Opérateur de services, société du groupe Aéroports de Paris, Hub télécom développe des solutions innovantes, répondant aux exigences des entreprises avec une gamme de services de téléphonie, de transmissions de données, de mobilité, de services multimédia et d’ ingénierie.

Hub télécom développe également des offres pour le grand public et entreprises avec des services Wi-Fi. Hub télécom se positionne comme opérateur leader des hotspots Wi-Fi.

Grâce à sa connaissance des besoins des zones aéroportuaires, Hub télécom a développé des services de télécommunications en adéquation avec les besoins des 1350 entreprises de Roissy Charles de Gaulle et d’Orly.

La mobilité faisant partie intégrante de l’environnement aéroportuaire, Hub télécom se positionne donc également comme l'opérateur de mobilité pour les professionnels.

Hub télécom est le partenaire de référence dans l'ingénierie des infrastructures télécoms de sites complexes. Ces sites sont composés d'une forte concentration d'entreprises, les flux logistiques et les contraintes de sécurité y occupent une place prépondérante.

Hub télécom propose une gamme de services de téléphonie, de transmissions de données, de mobilité, de services multimédia et d’ingénierie.

Les solutions développées par Hub télécom répondent ainsi à tous les besoins de communication, depuis la voix (DECT opéré, voix sur Wi-Fi, Centrex IP, téléphonie sur IP, réseau TETRA, solutions GSM), aux applicatifs (traitement des bagages, pré enregistrement des passagers, préparation des avions, informations sur les vols et géolocalisation) en passant par les transmissions de données fixes et mobiles (premier réseau Wi-Fi français, solutions Wi-Fi/GPRS, RFID).

En haut



E-venement

Il permet une gestion avancée des publics (CRM) ainsi qu'une gestion des évènements et de la billetterie afférente. L'adjonction de modules lui permettent d'étendre son champ d'action au travail en équipe, à la géolocalisation de ses données, à la gestion des scolaires et des groupes, à la gestion des invitations (journalistes, professionnels, etc...), le fonctionnement avec des partenaires... Son architecture client-serveur en client léger l'affranchit de toute limitation géographique (lieu d'utilisation) et permet un déploiement sur de nouveaux postes à la portée de tous.

Le concept de client léger est mis en oeuvre à travers le serveur web Apache et l'interpréteur PHP, en ajoutant côté client les technologies Javascript et Ajax, Google Maps*, ... S'appuyant sur le système des logiciels libres, il utilise les librairies jQuery* et Active Calendar.

Un serveur est déployé le plus souvent dans un datacenter sécurisé et positionné stratégiquement sur les réseaux nationaux. Les utilisateurs s'y connectent à travers leur système d'exploitation favoris (testé sous GNU/Linux, Microsoft Windows et MacOSX) et leur navigateur internet Mozilla ou Mozilla Firefox. Cette simplicité d'approche permet de s'affranchir de toute limitation géographique et de toute difficulté de déploiement.

Pour les postes dédiés à la billetterie pure (impression de billets), une ou plusieurs imprimante thermique sont alors connectées sur le réseau ou sur les postes. Des pilotes doivent être installés, et les utilisateurs sont prêts à éditer des billets.

L'accent a été porté sur la simplicité de déploiement de nouveaux postes dans de nouveaux lieux et sur l'indépendance technologique la plus souple possible pour les usagers. Ainsi les structures disposants de e-venement sont libres de penser et repenser leur organisation et d'y adapter leur outil de billetterie.

En haut



Téléphonie mobile

Antenne relais.

La téléphonie mobile est une infrastructure de télécommunication qui permet de communiquer par téléphone sans être relié par câble à un central. Le téléphone mobile en lui-même (parfois simplement appelé « mobile »), est également nommé « téléphone portable » ou « portable », « téléphone cellulaire » (en Amérique du Nord), « natel » (en Suisse), « GSM » (en Belgique).

Cette technologie s'est diffusée de manière extrêmement rapide dans les populations depuis le début des années 1990, supplantant même dans pratiquement tous les pays le téléphone fixe. Elle bénéficie des améliorations constantes apportées dans le domaine de la miniaturisation des composants électroniques et du développement d'usages variés.

La téléphonie mobile est fondée sur la radiotéléphonie, c'est-à-dire la transmission de la voix à l'aide d'onde radioélectrique (fréquences dans la bande des 900 et 1 800 MHz) entre une base relais qui couvre une zone de plusieurs dizaines de kilomètres de rayon et le téléphone mobile de l'utilisateur.

Les premiers systèmes mobiles fonctionnaient en mode analogique. Les terminaux étaient de taille importante, seulement utilisable dans les automobiles où ils occupaient une partie du coffre et profitaient de l'alimentation électrique du véhicule.

Les systèmes mobiles actuels fonctionnent en mode numérique : la voix est échantillonnée, numérisée et transmise sous forme de bits, puis re-synthétisée au niveau de la réception. Les progrès de la microélectronique ont permis de réduire la taille des téléphones mobiles à un format de poche. L'avantage des systèmes numériques sont la baisse du prix des terminaux, l'augmentation des services, l'augmentation du nombre d'abonnés et enfin une meilleure qualité de réception de la voix.

Les bases de transmission sont réparties sur le territoire selon un schéma de cellules. Chaque base utilise un groupe de fréquences différent de ses voisines. Les mêmes fréquences ne sont réutilisées qu'à une distance suffisante afin ne pas créer d'interférences.

Les systèmes mobiles sont standardisés pour être compatibles entre les réseaux des différents pays et s'interconnecter avec les réseaux de téléphonie fixe. Il existe dans le monde deux grands standards de systèmes mobiles, le standard IS41 d'origine américaine (norme ANSI-41) et le standard GSM, défini dans l'Europe par l'ETSI, le plus répandu.

Pour savoir sur quelle base diriger un appel entrant, le réseau mobile échange périodiquement avec les téléphones mobiles des informations sous forme de messages de signalisation.

Un code allant de quatre à huit chiffres (stocké dans la carte SIM) protège l'utilisateur d'une utilisation frauduleuse de son abonnement, c'est le NIP (plus connu sous l'appellation franglaise code PIN). L'appareil est identifié sur le réseau grâce à un numéro unique, ce numéro IMEI pour International Mobile Equipment Identity est à donner à votre opérateur dans le cas de perte ou de vol de votre téléphone, cela lui permettra de bloquer l'utilisation de ce dernier au niveau national et international. Malheureusement, en général, les opérateurs ne peuvent bloquer que son utilisation sur le réseau national, faute de pouvoir le faire à l'échelle internationale.

Des accessoires peuvent venir en complément des téléphones mobiles : housses, coques interchangeables, cordons décoratifs, etc.

L'une des tendances est celle des accessoires sans fil, comme les oreillettes ou les kits mains-libres de voiture. Le téléchargement de « logos » et de sonneries par le biais de numéros ou SMS ou encore les MMS surtaxés représentent également un marché lucratif.

L'utilisation du téléphone mobile a connu une augmentation brutale dans les années 1990, et est devenu un phénomène de société. D'abord réservé à une élite sociale pour une utilisation professionnelle, il s'est répandu jusqu'à devenir le moyen de communication privilégié d'un grand nombre de personnes.

L'usage de base du téléphone mobile est la téléphonie.

Le téléphone mobile semble réussir là où ont échoué des technologies antérieures : devenir un couteau suisse numérique. Comme ce dernier, le téléphone mobile tient dans la poche, est relativement simple à utiliser et recouvre une multitude de fonctions liés au nomadisme : de simple téléphone à l'origine, il permet désormais d'envoyer des messages textuels (SMS, MMS, courriel), il sert de montre/chronomètre/minuteur, de télécommande (s'il est équipé de Bluetooth) et il remplace de plus en plus les PDA (c'est alors un smartphone) ou même l'appareil photo (c'est alors un photophone). Des modèles faisant office de caméscope numérique ou de console de jeu 3D mobile sont également disponibles depuis 2006. Il semble que la voie tracée par la plupart des producteurs soit une convergence des technologies et des concepts vers un seul appareil multimédia. Ainsi, les téléphones mobiles se sont vu ajouter, ces dernières années, des fonctions agenda, lecteur multimédia, appareil photo numérique et autres chronomètre ou dictaphone.

L'augmentation de l'aptitude des téléphones mobiles à transmettre des données numériques est à prévoir. De même que sur le marché résidentiel (ADSL, fibre optique, etc...), la course au débit est lancée dans le monde mobile. Ainsi en quelques années, le débit offert par le téléphone mobile a progressé de 9,6 kbits/s (en GSM) à plusieurs Mbits/s (en HSDPA en 2008). D'autres normes et technologies viendront améliorer encore davantage cette offre, comme par exemple la 4G.

Du point de vue de la distribution et de la vente de contenu sous forme numérique, comme la musique, le marché devrait grandir et proposer de nouveaux produits. Les MVNO, NRJ Mobile et M6 Mobile en font même leur principal produit d'appel. Il s'agit en fait d'un système de radio personnalisée, qui après inscription et définition des goûts n'envoie que les morceaux qui sont le plus susceptible de plaire à l'utilisateur. Cette technologie fonctionnerait sur le même principe que les PodCasts, avec des morceaux téléchargés précédemment et que l'on peut écouter à son gré.

Le téléphone mobile est également amené à évoluer vers les systèmes de paiement : porte-monnaie électronique. Par exemple, au Japon, l'opérateur de téléphonie mobile japonais NTT DoCoMo et l'établissement de crédit JCB déploient en 2005 un téléphone mobile équipé du système de paiement QuicPay qui communique par radio, sans contact, avec le terminal du commerçant (opération pilote en 2005 avec les taxis de Yokohama près de Tōkyō). Actuellement Sagem, Nokia, Toro-Asia, ING, le Crédit Mutuel et NRJ mobile intègrent la technologie NFC pour permettre également le paiement sans contact.

Les portables devraient permettre la localisation automatique (ou géolocalisation) : comme la couverture des antennes relais est réduite et que celles-ci se recoupent (il y en a environ 35 000 en France), il est facile, par triangulation, de localiser assez précisément la position du téléphone mobile. Les opérateurs vont mettre cela à profit pour offrir des services de guidage automatique pour piétons ou des informations locales. En France, ce service est disponible pour les mobiles équipés d'i-mode de Bouygues Telecom depuis novembre 2003.

Le changement d’opérateurs est facilité par la Portabilité.

Le Bi-Bop a été le premier mobile en France.

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) est chargé de veiller au maintien de la concurrence dans ce secteur d'activité propice à un monopole naturel (coûts fixes liés aux réseaux élevés, coût marginal faible).

Il y a cinq opérateurs sur le marché français, trois en métropole (Orange, Bouygues Telecom, SFR) et deux spécifiquement en France d'outre-mer (Only, Digicel). Depuis 2005, les trois réseaux physiques français sont également utilisés par des opérateurs de réseau mobile virtuel (MVNO) ; leur nombre est en forte augmentation (une douzaine en mai 2007). Aux Antilles et en Guyane sont présents trois opérateurs (Orange Caraïbe, Digicel et Only) et un opérateur de réseau mobile virtuel (Trace Mobile) utilisant le réseau de Digicel.

En mai 2008, la chambre commerciale de la Cour de cassation a confirmé une condamnation des trois opérateurs de métropole à l'amende record de 442 millions d'euros pour « entente illicite » sur les prix de 2000 à 2002. En 2002, l'Union fédérale des consommateurs - Que choisir avait initié une procédure devant le Conseil de la concurrence qui avait abouti à un procès en novembre 2005.

Orange, Neuf Télécom et Only (dans les DROM) proposent des offres globales (Téléphonie fixe, mobile, Accès Internet, et TV).

Selon l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), fin décembre 2008 pour la France entière il y avait 39,3 millions de lignes à facturation récurrente post-payée (essentiellement des forfaits) et 18,8 millions de lignes à facturation prépayée (carte,...). En mars 2008, les opérateurs de réseau mobile virtuel (MVNO) représentaient 4,98 % des parts de marché.

Au vu des données disponibles début avril 2009, la France détenait plusieurs records en matière de téléphonie mobile parmi les 27 Etats membres de l’Union européenne (UE27).

En 1995, le taux de pénétration du téléphone mobile en France était de 3 % et a connu, comme tous les pays (Corée du Nord exclue), une très forte croissance (voir tableau). La France avait cependant en octobre 2008 le taux de pénétration le plus bas de l'UE27, soit 88%, contre 119% pour la moyenne de l’EU27, 129% en Allemagne et 152% en Italie.

Le prix moyen de la minute de communication orale par mobile en 2007 en France (0,15 €) n'était que légèrement supérieure à la moyenne de l’UE27 (0,14 €), mais les coûts de divers abonnements mensuels standards étaient parmi les plus élevés de l’UE27. En 2007, le revenu moyen par utilisateur de communication mobile en France (427 € ) était d'ailleurs le plus élevé de tous les Etats membres (moyenne UE27 : 282 €), 85% plus élevé qu’en Allemagne (231 €) et près de 4 fois plus qu’en Bulgarie (110 €).

La procédure de portabilité des numéros entre opérateurs, destinée à renforcer la concurrence, a été simplifiée et raccourcie le 21 mai 2007, permettant un changement d'opérateur en 10 jours. Le relevé d'identité opérateur imposé par la règlementation facilite la portabilité.

Les relations entre la téléphonie mobile et la pauvreté font l'objet de nombreuses études nationales et internationales.

Les analyses sponsorisées par les compagnies de téléphone sont souvent euphoriques, En 2005, une étude de la London Business School affirmait aussi que, chaque fois que le taux d'équipement en mobiles d'un pays augmente de 10 %, le PIB croît de 0,5 %. Une étude tout aussi peu scientifique de la GSM Association propose 0,6% pour le Bangladeh..

Les autres études sont en général positives, mais plus modérées ou même négatives.

Les données sur les dépenses de téléphonie de différents types de ménages sont rares, principalement parce qu'il est difficile de les isoler des autres dépenses de télécommunication. En France, plus l'âge de la personne de référence d'un ménage est élevée, moins la part de ses dépenses de consommation pour la téléphonie est importante ; plus un ménage est pauvre, plus la part des dépenses de téléphonie est élevée (voir graphique). C'est le cas des pays développés pour lesquels les données sont disponibles, mais non dans les pays du Tiers Monde.

Enfin, le système des abonnements de téléphonie mobile contribue à la croissance des dépenses pré-engagées ou dépenses contraintes, accroissant le sentiment de pauvreté et la vulnérabilité des ménages aux revenus les plus modestes.

La téléphonie mobile, rapidement et largement diffusée, a engendré de nouveaux comportements qui peuvent déboucher sur divers types d'accidents liés à la réduction de l’attention des individus, effet statistiquement établi. L’existence de risques d’interférence électromagnétique à proximité de certains appareils médicaux est prouvé. Enfin, les conséquences sanitaires éventuelles des émissions électromagnétiques des téléphones portables ou des antennes relais, qui participent du phénomène de pollution électromagnétique, sont sujettes à débat : les études scientifiques d'impact sur les populations n’aboutissent pas à une conclusion unique et, dans la mesure où il s'agit d'un phénomène récent, manquent de recul temporel pour évaluer d'éventuels effets à long terme.

Le fait de téléphoner, et de tenir une conversation, mobilise une partie de l'attention qui détourne l’utilisateur des autres tâches en cours. La réactivité est diminuée. Son utilisation, « mains libres ou pas » augmente donc les risques d'accidents (accident du travail, accident domestique, accident de la route lorsque le téléphone est utilisé au volant,…).

L’OMS relève que les risques d’accident de la circulation sont multipliés par 3 ou 4 lors de l’utilisation de mobiles (que le conducteur utilise ou non un kit « mains libres »).

Une étude de l'administration américaine pour la sécurité sur les autoroutes, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), a relevé qu'aux États-Unis en 2005, à un instant donné, environ 6 % des conducteurs utilisaient un téléphone tenu en main en conduisant (soit 974 000 véhicules à un moment donné), et que 0,7 % des conducteurs téléphonaient avec un écouteur/microphone déporté, et que 0,2 % des conducteurs étaient en train de composer un numéro.

L'utilisation des téléphones mobiles est interdite dans les hôpitaux. En avion elle peut perturber les liaisons radio pour la navigation sauf si une antenne-relais dédiée est installée.

Malgré les croyances répandues, le risque d'explosion dans les stations services due à un téléphone portable est extrêmement faible.

En ce qui concerne les incidents rapportés d'explosions spontanées de batteries, elles sont attribuables exclusivement à l'utilisation de batterie d'accumulateurs de mauvaise qualité (ou des contrefaçons de modèle standard) ou au rechargement par un système non adapté.

Diverses études scientifiques et médicales portent sur les risques potentiels de cancers engendrés sur le long terme par les champs électromagnétiques générés par les mobiles et les antennes relais. L'interprétation de ces études fait l'objet de controverses régulièrement relayées par les médias.

En se basant sur une revue de littérature d’études épidémiologiques, l’OMS a conclu en 2005 qu’il est peu probable que l'exposition aux ondes électromagnétiques des téléphones mobiles ait des conséquences néfastes sur la santé des usagers. Elle estime qu’« aucune étude nationale ou internationale récente n'a permis de conclure que l'exposition aux champs émis par les téléphones portables ou leurs stations de base a des conséquences néfastes sur la santé » et que les études épidémiologiques « n'ont pas permis d'établir de manière convaincante un lien entre l'utilisation du téléphone portable est un risque accru de cancer ou d'autre maladie ». Concernant les stations relais (ou antennes relais), l’OMS constatant que l'exposition aux champs de radiofréquence provoqués par ces stations est généralement plus de mille fois inférieure à l'exposition aux champs de radiofréquence émis par les téléphones portables, il est peu probable qu'elles aient des effets indésirables.

L’Agence française de sécurité sanitaire a publié en juin 2005 un avis sur les mobiles, dans lequel elle conclut elle aussi à une absence de preuve de nocivité en l’état actuel des connaissances mais appelle à la vigilance et à la poursuite de travaux scientifiques. Ce rapport fut cependant dénoncé en 2006 par l'inspection générale des affaires sociales en raison des liens entre les indusriels de la téléphonie mobile et les auteurs de l'étude. Le Canard Enchaîné du 4 mars 2009 rapporte notamment que Bernard Veyret (directeur de recherche au CNRS), qui a signé le rapport de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement publié en 2005, siège au conseil scientifique de Bouygues Télécom.

Le ministère français en charge de la Santé a publié un document d’information « Téléphones mobiles : santé et sécurité », évoquant le principe de précaution.

L'Office fédéral de l'environnement suisse, dans une étude sur l'impact sanitaire des rayonnements haute fréquence, ceux émis par des appareils comme les téléphones mobiles ou les terminaux Wi-fi ou Bluetooth, fondée « sur les recherches présentées dans près de 150 publications scientifiques parues entre 2003 et 2006 », conclut à l'absence de preuve d'effets sanitaires (aux intensités utilisées en Suisse), mais ajoute que « certains effets associés à l’exposition de l’homme aux téléphones mobiles sont à considérer comme probables », souligne l'insuffisance des données scientifiques, tant épidémiologiques, qu'expérimentales, en particulier sur une longue durée. Il note également l'existence d'effets physiologiques sur l’activité électrique du cerveau (gêne possible de la qualité du sommeil).

En novembre 2006, l’OMS a publié un nouveau rapport, basé sur une revue de littérature, selon lequel « les études n’apportent pas de résultats clairs appuyant l’existence d’une association entre émissions électromagnétiques des téléphones mobiles et effets directs sur la santé », tout en rappelant que cette absence d’éléments « ne doit pas être interprétée comme la preuve de l’absence de tels effets ».

À l'été 2007 le groupe international de recherche BioInitiative, soutenu par l'Agence européenne pour l'environnement, a publié un rapport sur les risques sanitaires liés aux champs électromagnétiques dans lequel il recommande de revoir les mesures de protection des utilisateurs de mobiles car, selon lui, « les personnes qui ont utilisé un téléphone portable dix ans présentent un plus grand risque de développer une tumeur au cerveau ».

Les centres de recherche et organismes internationaux, comme l’OMS et l’AFSSA en 2005, l'Office fédéral de l'environnement suisse en 2006, et le groupe de recherche BioInitiative en 2007, soulignent le faible recul dont dispose la science et la médecine concernant les téléphones mobiles, et recommandent de poursuivre les recherches notamment sur des populations plus sensibles comme les enfants.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) coordonne l'étude internationale « Interphone » qui vise à préciser les liens éventuels entre l'utilisation des mobiles et le cancer. Il s'agit de la plus grande enquête épidémiologique menée sur le sujet. Le rapport définitif est attendu pour 2008.

« S'agissant du problème général de la cause des cancers, à l'exception de quelques rapports isolés, aucune corrélation significative n'a été démontrée », a déclaré en novembre 2006 le médecin Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences et de l'Académie de médecine.

Le 4 mars 2009, l'Académie de médecine, réagissant à la décision de la cour d'appel de Versailles du 4 février 2009 (condamnant Bouygues à démonter une antenne-relais dans le Rhône) défend le caractère inoffensif des antennes. Selon l'Académie de médecine, la cour d'appel de Versailles a fait une « erreur scientifique ». Selon Le Canard Enchaîné du 4 mars 2009, l'Académie de médecine « a agi avec une célérité inhabituelle. Elle s'est auto saisie après la décision de Versailles. Sans même convoquer l'une de ses commissions. Elle a seulement monté, pour l'occasion, un "groupe de travail", qui ne s'est réuni qu'une fois pour auditionner un juriste, un seul... "C'est une procédure complètement inhabituelle", convient-on à l'Académie de médecine. ». De plus, l'auteur du communiqué de l'Académie de médecine est membre du conseil scientifique de Bouygues Télécom.

Opérateurs et industriels déclarent prendre en compte les risques lors de l'installation des antennes relais. Certaines règlementations (en France par exemple) obligent les constructeurs de téléphones à afficher dans la notice le rayonnement émis par leurs téléphones (évalué par l’indicateur Débit d'absorption spécifique ou « DAS »).

Selon plusieurs observateurs les enjeux économiques du secteur sont tels que les opérateurs de téléphonie mobile créeraient des conflits d'intérêt en finançant partiellement les recherches sur la question pour mieux en contrôler les résultats.

Les chercheurs Heny Lai et Ross Adey ont tout deux renoncé à continuer à travailler respectivement pour le Wireless Technology Research Center et Motorola qui souhaitaient orienter ou censurer les résultats de leurs expériences,,.

Dans le même esprit, quatre scientifiques français, membres de l'association Comité scientifique sur les champs électromagnétiques, ont publié en 2004 un livre blanc intitulé Votre GSM, votre santé : On vous ment !.

Les avis des scientifiques au sujet des téléphones portables ont longtemps été divergents et le restent encore à la mi-2008. Par conséquent, dans le doute, le débat s'est partiellement reporté sur sur la nécessité de mettre en garde ou non les usagers du téléphone portable selon le principe de précaution.

Le 4 février 2009, la cour d'appel de Versailles a condamné « l'entreprise Bouygues Telecom à démonter sous quatre mois ses antennes relais installées à Tassin-la-Demi-Lune, près de Lyon » en reconnaissant « l'exposition à un risque sanitaire » et en invoquant le principe de précaution. Le 16 février de la même année, SFR a également été condamné à démonter une antenne relais par le tribunal de Carpentras, mais a fait appel de la décision.

La secrétaire d'État à l'Ecologie, Chantal Jouanno, s'est déclarée le 27 février 2009 favorable à l'interdiction de l'utilisation du mobile par les enfants, le risque zéro n'existant pas. Elle précise « Sans être catastrophistes, peut-être devrons-nous un jour rendre l'oreillette obligatoire pour tout le monde ».

Plusieurs associations affirment que les systèmes de téléphonie mobile posent des problèmes pour la santé de certains groupes d'individus, qui souffrent de sensibilité électromagnétique. À Prague en 2004 le congrès de l'OMS concluait que la notion de sensibilité aux champs électromagnétiques ne reposait pas sur des fondements scientifiques ; les causes de ces maux sont plutôt liés à l'environnement des individus, ainsi qu'à la peur liée à l'installation de nouvelles antennes relais qui pourrait provoquer des pathologies d'ordre psychosomatiques.

Selon une équipe de chercheurs de l'Université de Coblence, les champs électromagnétiques perturberaient les abeilles dont le sens de l'orientation est basé sur les champs magnétiques terrestres et qui émettent des signaux de 180 à 250 hertz dans leurs danses de communication.

Un téléphone mobile contient de nombreux polluants, qui pourraient être recyclés, mai selon une étude faite en 2008 par Nokia, dans le monde, seuls 3 % des propriétaires recyclent leurs téléphone mobile usagé. Sur 6500 personnes interrogées (en Finlande, Allemagne, Italie, Russie, Suède, Royaume-Uni, Emirats Arabes Unis, Etats-Unis, Niger, Inde, Chine, Indonésie du Brésil) 44 % dont dit avoir conservé leurs anciens mobiles sans savoir qu'en faire et 4 % ont avoué s'en être débarrassé dans la nature. Chaque personne interviewée a été propriétaire en moyenne de 5 mobiles. Selon Nokia, ce sont 240 000 t de matières premières qui auraient pu être économisées et l'équivalent de 4 millions de voitures sur les routes en terme d'émission de gaz à effet de serre.

En Europe, les téléphones mobiles font théoriquement l'objet d'une collecte sélective. Ils ne doivent pas être jetés (ce qui est rappelé par un sigle sur la batterie par exemple). La directive européenne 2002/96/CE relative aux déchets d'équipements électriques et électroniques impose (en France via un décret du 20 juillet 2005 aux fabricants et vendeurs de mobiles d'organiser leur collecte. Lors de la vente d'un téléphone mobile, un distributeur doit désormais reprendre gratuitement tout téléphone mobile usagé remis par le client. Il existe aussi des centres de collecte.

Les déchets électroniques sont dans leur ensemble ceux dont le volume croît le plus rapidement. Ils nécessitent une filière de collecte et de recyclage spécialisée. Un téléphone mobile contient des métaux lourds, notamment sa batterie, qui ne sont pas traités dans les filières classiques car très toxiques (ce sont des déchets spéciaux et/ou dangereux). Une grande partie du recyclage est sous-traitée en Afrique ou en Asie dans des conditions sanitaires précaires,,.

Certains téléphones sont remis en service dans des pays plus pauvres sous l'égide d'organisations humanitaires ou de développement.

Le téléphone mobile, objet de prestige technologique et de curiosité à ses débuts est devenu un bien de consommation courant. Ses conséquences sur la vie quotidienne et le fonctionnement de la société sont nombreux et commencent à être étudiées par les chercheurs.

L'utilisation du mobile a entraîné dés le début des critiques portant notamment sur la question de la gène sonore occasionnée aux autres. D'où la mise en place progressive d'interdictions dans certains lieux et de nouvelles règles de savoir-vivre. L’utilisation de mobiles est ainsi interdite dans certains lieux (spectacles, cours, etc.). Les salles de spectacle mettent en place des systèmes de brouillage.

Le mobile brouille notamment les repères entre vie privée et lieux publics : des conversations auparavant privées sont désormais échangées dans des lieux publics.

Le téléphone portable permet un assouplissement de certaines contraintes, tels les rendez-vous, qu'il est plus aisé de modifier ou décaler peu de temps à l'avance. Certains y voient au contraire un instrument de facilité et de mépris d'autrui.

Le téléphone portable brouille la limite, auparavant assez imperméable, entre vie professionnelle et vie privée, notamment en période de vacances.

Le téléphone portable, devenu objet multimédia généraliste, provoque des phénomènes de dépendance psychologique personnelle. Certains intellectuels lui reprochent de supprimer les "temps morts", désormais consacrés à des conversations, des SMS ou des jeux, et qui permettaient notamment l'observation, la réflexion, etc.

Le mobile a habitué le citoyen du début du XXIe siècle à pouvoir joindre n'importe qui n'importe quand. Ce qui constitue notamment un élément de sécurité important en cas par exemple d'accident dans un lieu isolé. Certains lui reprochent de créer un sentiment d'urgence et d'impatience artificiel, brouillant la hiérarchie entre ce qui est important et ce qui ne l'est pas.

Des études sociologiques en Angleterre ont montré que le téléphone mobile avait supplanté la cigarette en tant que symbole du passage à l'âge adulte pour les jeunes adolescents.

En haut



Source : Wikipedia