Fun Radio

3.4180463576364 (1208)
Posté par hal 03/03/2009 @ 14:10

Tags : fun radio, radio, culture

Dernières actualités
RTL2 / Fun Radio - Audiences historiques sur Internet - Radio Actu (Abonnement)
Les sites Internet de RTL2 et Fun Radio enregistrent une hausse de leur audience et affichent des résultats historiques. D'après les résultats de l'enquête Médiamétrie/Netratings portant sur le mois de mars 2009, les audiences des sites Internet de Fun...
Audiences records pour les sites web de Fun Radio et RTL2 - Le Zapping du PAF
Dans un communiqué, Fun Radio et RTL 2 se félicitent dans un communiqué des audiences de leurs sites web qui ont affiché en mars des records historiques. Avec 513.000 visteurs uniques, Funradio.fr a ainsi vu son audience progresser de 18% en un mois et...
Britney Spears en concert à Paris avec Fun Radio - Le Zapping du PAF
C'est donc désormais officiel, Britney Spears offrira bel et bien au public français deux concerts exceptionnels à Paris-Bercy les 5 et 6 juillet prochains (mise en vente des billets le 6 mai) et dont Fun Radio sera le partenaire....
Fun Radio lance son application Iphone ! - Le Zapping du PAF
Alors que celle de NRJ connaît un très beau succès et que Radio France sortira la sienne fin mai comme nous l'a annoncé Jean-Paul Cluzel dans une interview (lire), Fun Radio a lancé hier son application Iphone qui a été développé par RTL NET,...
Fun Radio Premiere radio Musicale le samedi Soir ? - Radio Actu (Abonnement)
Re: Fun Radio Premiere radio Musicale le samedi Soir ? Re: Fun Radio Premiere radio Musicale le samedi Soir ? "PartyFun" serait la premiére emission musicale de france à partir de 21heure, l'info vient d'un commercial d'IP, j'ai entendu "Karel" y faire...
Fun Radio/RTL2 - Entretien avec Jérôme Fouqueray, directeur général - Radio Actu (Abonnement)
Jérôme Fouqueray, directeur général de Fun Radio et RTL2, est revenu pour RadioActu sur les résultats des stations musicales du groupe RTL. Il a notamment souligné les performances de la matinale de RTL2 et estime que Fun Radio est "en phase...
Fun Radio lance son application iPhone - LesMobiles.com
Après l'application de la radio NRJ, c'est au tour de Fun Radio de proposer une application dédiée à l'iPhone et permettant notamment l'écoute en live. Les applications pour iPhone fleurissent alors que le nombre de téléchargements depuis l'AppStore...
Le CSA bloque le rachat de la radio Parenthèse par Arthur - Les Échos
... désormais plusieurs offres de reprise et, si aucune ne convient, relance des appels à candidature dans chacune des villes concernées par l'ex-réseau Parenthèse", a réagi Jérôme Fouqueray, président du SRN et directeur général de RTL 2 et Fun Radio....
Le SRN s'oppose à la reprise par Arthur de Parenthèse Radio - Le Zapping du PAF
Dans un courrier adressé au CSA, le Syndicat National des Réseaux Radiophonique, qui rassemble les stations musicales des groupes NRJ (Chérie FM, Nostalgie, Rire & Chansons), Lagardère (Virgin, RFM), RTL (Fun Radio, RTL2) et Skyrock, indique que « la...
Virgin Radio et RFM débarquent sur l'Iphone et l'Ipod Touch ! - Le Zapping du PAF
Après le groupe NRJ qui a été précurseur en la matière il ya plusieurs semaines, Fun Radio qui a inauguré son application cette semaine et avant le groupe Radio France fin mai, c'est au tour de Virgin Radio et RFM de s'afficher sur l'Iphone et l'Ipod...

Libre antenne de Fun Radio

Libre antenne est une émission de radio, diffusée sur Fun Radio depuis le 25 août 2008. Elle remplace l'émission Le talk.

L'émission dure trois heures, de 21 heures à minuit, mais la prise d'antenne se fait généralement vers 20 heures 50. Elle est diffusée du lundi au jeudi.

Depuis novembre 2008, Le jeu du patron a été remplacé par le jeu "Le Duel". Il consiste en un auditeur qui gagne des cadeaux à valeur croissante en gagnant chaque soir contre un autre auditeur, en répondant à des questions posées par l'équipe. Ces questions sont des questions de culture générale pour Sandra, sur les peoples pour Mélanie, des questions "pourries" pour Tony et des questions sur le sexe par Jeff. L'auditeur gagnant revient le soir suivant, et ainsi de suite jusqu'au jeudi, ou jusqu'à ce qu'il perde.

Le 21 novembre 2008, l'équipe a reçu la Secrétaire d'Etat chargée de la Famille, Nadine Morano.

Le 18 février 2009, Jack Lang était l'invité de l'équipe.

En haut



Fun Radio

Fun-radio-dancefloor.jpg

Fun Radio est une chaîne de radio musicale au format dancefloor privée française détenu par le groupe RTL .

Fun Radio a été créée le 2 octobre 1985, dans le sud de la France par Jean-Baptiste Blanchemain, Éric Pechadre et Pierre Lattès en fédérant 6 stations locales NRJ leur appartenant (Nancy, Montpellier, Bordeaux, Carcassonne, Toulouse, et Grenoble) et une station Chic FM (Nice) au sein de la société Cofirad SA. Cette sécession se préparera dans le plus grand secret à tel point que les animateurs de ces stations ne seront mis au courant que le jour même et que la direction parisienne de NRJ (franchiseur) ne comprend pas la situation. Des tracts sont distribués dans la nuit du 1er au 2 octobre pour annoncer la naissance de cette nouvelle radio aux auditeurs des villes où étaient présentes ces stations. Les premiers jours, les auditeurs ne comprennent rien et c'est la confusion la plus totale dans leurs esprits. Parmi les tout premiers animateurs de la station, on retrouve le DJ Didier Sinclair, qui officiera sur la station jusqu’en 1991, Jean-Luc Reichmann, Julien Courbet. Bernard Montiel faisait également partie des tout premiers animateurs de Fun Radio, où il a animé une émission sur le cinéma.

En proie à des difficultés financières en 1987, Robert Hersant rachète Cofirad (Fun Radio) et la fusionne avec son réseau Chic FM en septembre 1987 pour créer le réseau Fun Radio. La plupart des animateurs de Chic FM dont Nagui, et Laurent Boyer sont remerciés. Fun Radio s’installe dans les studios de Chic FM (anciens Studios d’Eddy Barclay), Avenue Charles de Gaulle, à Neuilly sur Seine. Cette fusion donne à Fun une véritable implantation nationale. La CNCL, autorité régulatrice de l’audiovisuel de l’époque, n’est même pas informée de cette fusion et s’en inquiétera plus tard. En 1988, Fun Radio est le réseau musical français qui compte le plus de stations : 97 contre 56 pour NRJ, 50 pour Kiss FM, 16 pour Skyrock et 7 pour Hit FM. La station n’a pas de véritable concept et est une copie conforme de NRJ. De 1987 à 1989 la radio est dirigée par Daniel Vaucamp.

Robert Hersant nomme Benoît Sillard, directeur général de la station en 1989, après le départ de Pierre Lattes, l'un des fondateurs de la station. Plusieurs solutions se présentent à lui : liquider la station, la revendre, la fusionner avec Maxximum, station jeune du groupe RTL (refus du CSA) ou la relancer. C’est cette dernière solution qui sera choisie. Fun Radio connaîtra alors son premier plan social. Quelques mois plus tard, Benoît Sillard deviendra PDG de Fun Radio et développera Fun Radio à l’étranger en lançant Fun Radio Roumanie, Fun Radio Pologne et Fun Radio Slovaquie, qui seront les 1re radios libres dans chacun de ces trois pays de l’Est, puis Fun Radio Belgique. On retrouve à l'antenne Alexandra Toucourt (Alexandra Dayan) qui sera entre autres plus tard une des voix d'Europe 1 ou du Hit Machine sur M6, Isabelle (ou Jessy Ernut) devenue plus tard la voix du Juste Prix sur TF1. L'équipe se compose également de Bill Codebar, Eddy, Elton Djoovy (Frédéric Jouve), Sam Choko (Philippe Sage), Stef Le Maniac (Stéphane Blanc), Marc Potain, Captain Transistor, Cookie, Mandrak, Jean François M, Le Gaucher (Bruno Chevalier)...À cette époque, sur proposition d'Éric Péchadre, Robert Hersant, homme de presse lance même une déclinaison magazine de Fun Radio avec Maxi Fun La programmation musicale de Fun Radio est alors orientée autour des hits du moment (premiers tests musicaux par tél.) avec le célèbre 6 Tops d’un Block(88/89 voix antenne Patrick Kuban, réalisateur Patrick Baudu). Au début des années 1990, Zorglub puis Pascal Sellem animent les matinales de la station. Bruno Treize, Bill, Difool et Alexandre Debanne font alors partie de l'équipe d'animateurs de la station. Tout comme Laurent Baffie qui anime une émission d'humour (Vas-y fait nous rire) de 1990 à 1992.

L'ère Sillard se révèlera catastrophique pour la stratégie du Groupe Hersant dans la radio. C'est notamment lui qui a eu l'idée d'abandonner des fréquences aux directeurs salariés en province… avant que le groupe Fun doive les racheter une à une à prix d'or quelques années plus tard…

Pour dynamiser l’antenne, il recrute en 1991 Bruno Witek comme Directeur des Programmes ce dernier recrute Arthur de Skyrock, alors inconnu du grand public. Arthur prend dans son équipe Alexandre Devoise et Manu Levy, le standardiste d'Eddy. L’audience de la matinale explose et la station affiche 5% d’audience cumulée avec des jeux et des délires alors très originaux et impertinents sur un grand réseau (l'Orgasmotron…). Fun devance alors sur cette tranche horaire toutes les autres ‘’radios jeunes’’. Arthur s’autoproclame ‘’l’animateur le plus con de la bande FM’’, mais lâche Fun Radio pour Europe 1 un an plus tard en 1992. Pour succéder à Arthur, la station fera appel à Laurence Boccolini, qui ne restera que quelques semaines à l’antenne. En octobre 1992, face au succès de ‘’Bonsoir la Planète’’ sur Skyrock, Benoît Sillard met à l’antenne une émission sulfureuse Lovin'Fun animée par "Le Doc" (Christian Spitz, pédiatre), et Difool. Fun Radio devient la radio la plus écoutée après 20h avec cette émission de libre antenne et de prévention sur l’amour et la sexualité destinée aux adolescents et jeunes adultes. Difool va également tenter l'aventure du Difooloir durant l'été, mais le CSA va vite interdire l'émission.

En 1993, Éric Pechadre réussit à convaincre Robert Hersant que l'équilibre financier de la radio ne sera trouvé qu'avec l'appui d'un grand groupe. RTL, RMC et Europe 1 sont alors approchés et c'est la CLT (RTL Group) qui rentre dans le capital de la station. (60% Hersant, 30% CLT, 10% M6). La part de la CLT ne cessera de croître les années suivantes.

Fun Radio adopte une programmation musicale majoritairement rock-grunge, les émissions de libre antenne occupent la majorité des tranches horaires et des animateurs avec une forte personnalité : Max, Cauet, Arnold, Difool, Le Doc, Bill, Genie Godula, Julia, Miguel…

Au printemps 1994, la radio bat ses records d'audience avec 8,7 points d'audience (contre 10 pour NRJ) grâce à Lovin'Fun et à la polémique née autour de cette émission où les propos crus fusent.

En janvier 1995, Cauet, aux commandes de la matinale fait une mauvaise blague à propos des camps de concentration, ce qui conduira Fun Radio à le licencier. De cet épisode, naîtra une inimitié immense avec Arthur.

Au mois de juin 1996, Difool alors directeur d’antenne de la station, démissionne suite à un désaccord avec Benoît Sillard. En effet, avec l’érosion de l’audience des émissions de libre-antenne, Benoit Sillard désirait modifier le concept de la station en mettant plus de musique et en lançant Fun TV. Le refus de Fun Radio de le libérer de sa clause d'exclusivité et le fait que Difool soit une marque déposée par Fun Radio l'empêchent de reprendre l'antenne sur une radio concurrente pendant un an.

A la rentrée 1996, Fun Radio lance son site internet et réoriente sa programmation vers une programmation musicale nommé le ‘’Meilleur Mix’, mélangeant RnB/Techno/Dance/Rap . Des émissions thématiques ou d’humour font leur apparition comme Eric et Ramzy Show, Fun Voyages ou Ciné Fun avec Arnold et Laurent Weil. Lovin'Fun perdure avec une nouvelle coanimatrice. L’équipe de Fun se constitue toujours de Max, Le Doc, Genie, Arnold, Bill, Miguel auquel s’ajoutent de nouveaux animateurs comme Lorenzo Pancino, Emmanuelle Gaume, Florian Gazan, Yannick, Morgan, David. Le 10 février 1997, Fun Radio lance sa chaîne de télévision Fun TV sur le câble et le satellite avec un concept de radio filmée, concept qui sera abandonné moins d’un an plus tard.

Fun Radio continue à connaître des problèmes d’audience. Le 3 novembre 1997, Benoit Sillard quitte Fun Radio et est remplacé par Axel Duroux, alors PDG de RTL2. Près d'un tiers des 120 salariés de la radio quitte la station ou est licencié. De nombreux services (technique, commercial, programmation) sont mutualisés avec ceux de RTL2, qui avait failli fusionner avec Fun, du temps où elle s'appelait Maxximum. Ces mutualisations avaient pour but de faire des économies et d’assainir les finances de la station.

Axel Duroux abandonne le concept des Fun Music Systems, chaîne de cafés développée avec Kronenbourg, et la Fondation Fun Radio (prévention des MST, lutte contre la violence…) est délaissée. Il reformate Fun Radio et Fun TV avec l’aide de Sam Zniber (Sam Z), venu de NRJ. Les libres-antennes sont de moins en moins nombreuses, la programmation musicale devient ‘’hits’’ . En avril 1998, Max succède à Lorenzo au Morning. En juin, Lovin'Fun disparaît de l’antenne. La plupart des animateurs emblématiques de la station, hormis Max sont licenciés. De nouvelles voix comme Barth, Léo , Mickael Quiroga font leur apparition. Jusqu’à cette date, l’audience se maintien au niveau des audiences constatées à l’époque du départ de Benoît Sillard.

Entre 1997 et 2002, Gérard de Suresnes, au départ simple auditeur découvert par Max, anime des débats, sur de multiples sujets plus ou moins sérieux, tard dans la nuit. Les « Débats de Gérard » étaient présentés comme « l'émission la plus trash de la bande FM ».

À la rentrée 1998, la station est complètement reformatée. Emmanuel Curtil, voix de Jim Carrey ou de Chandler dans Friends, qui faisait la voix-off de la station (habillage et jingles) depuis plusieurs années, est remplacé. Le logo change complètement et devient rose et de forme carrée. Sa ressemblance avec les logos de RTL et RTL2 fait craindre que Fun Radio devienne RTL3. La programmation devient rock et techno, la station accueille de nouveaux animateurs : Bob, Victor, Kash, Barth. Max continue l’émission du matin, Bob le cinglé débauché à Skyrock présente la Fun List, Morgan reprend les Dédi’Fun animées par Difool au début des années 1990. L’audience s’écroule et atteint des niveaux historiquement bas. Fin septembre, Mickaël est remercié après un dérapage, Max reprend les commandes des soirées. Barth le remplace pour le ‘’Morning Bio’’.

En janvier 1999, Fun connaît de nouveaux bouleversements. Le logo change pour la deuxième fois en 6 mois, la station déménage pour s’installer dans les locaux de RTL, rue Bayard à Paris. Le format change à nouveau pour devenir ‘’Groove’n’dance’’, Sam Z fait son retour à l’antenne. David change de nom pour devenir Dario, Barth est remplacé par Bob, Gwen et Martin animent l’émission matinale Fun Tonic. En juin 1999, l’audience a remonté spectaculairement, bien que certains regrettent le formatage musical et le ton plus lisse et moins personnel des animateurs. Cette même année, Fun Radio revend à M6 les 50% de Fun TV, que la station détenait encore. M6 cède les 10% du capital qu'il possédait à RTL Group (ex CLT-UFA), qui devient actionnaire à 100% de Fun Radio.

En janvier 2000, Axel Duroux quitte le Groupe RTL pour prendre la direction d’Endemol France. Il est remplacé par le PDG de RTL, Stéphane Duhamel, qui sera remplacé la même année par Robin Leproux nommé PDG du groupe après les déboires de Stéphane Duhamel et de sa politique de rajeunissement de l’antenne de RTL.

Le succès de Fun Radio se confirme, elle bénéficie de retombées énormes grâce aux partenariats passés avec M6 et ses émissions de télé réalité. En septembre 2000, Arthur, devenu très connu, fait son come-back sur l’antenne avec un show quotidien en fin d’après midi avec Manu Levy et Myriam. La station lance le Mix Suprême, jeu qui permet à un auditeur de gagner 1 million de francs.

Sam Z quitte Fun Radio en 2001 pour diriger des stations FM étrangères, Victor (Xavier Laissus) le remplace à la direction d’antenne. Olivier Jacobs succède à Jean-Baptiste Jouy à la direction générale. La station souhaite élargir son audience, rappelle en 2002 Emmanuel Curtil et lance le format ‘’Des hits et du Fun’’, Max co-anime l’émission du soir avec Mélanie. Bob, Isa et Martin animent le morning. Arthur multiplie les événements à l’antenne (émission depuis le porte-avions Charles de Gaulle, plusieurs émissions dans une journée depuis différentes régions de France). La station lance Fun MP3, une webradio aujourd’hui disparue.La station bat alors son deuxième record historique d'audience avec 8.1 % d'audience cumulée.

En 2004, Fun Radio fait appel à Cauet, devenu très connu, pour animer le morning de Fun Radio. Arthur, avec qui il a eu un différent suite à une mauvaise blague sur les camps de concentration, refuse d’animer sur Fun Radio bien que son contrat le lie à la station jusqu’en juin 2005. Arthur ‘’prend en otage’’ l’antenne avec le soutien de personnalités du show-biz pour demander sa liberté. Fun Radio l’interdit d’antenne et l’affaire se termine devant les tribunaux. L’arrivée de Cauet aux matinales permet de maintenir l’audience après le départ d’Arthur. Les 2 animateurs tentent de réaliser à la même période l’émission la plus longue au monde sur leurs antennes respectives.

En juin 2005, le PDG de RTL/RTL2/Fun Radio est remercié et remplacé par Axel Duroux, qui nomme le tandem Claude Sertorio (Directeur Général) et Sam Zniber (Directeur Général Adjoint) à la tête de la station. À la rentrée, la station fait évoluer son offre musicale vers le format ‘’Soul & Dance’’, elle fait évoluer son logo et son habillage. En décembre 2005, Xavier Laissus est remplacé par Davy Seranno (Morgan) à la direction d’antenne après avoir dirigé l’antenne d’Europe 2 pendant quelques mois. Max animateur emblématique de la station depuis 12 ans quitte l’antenne et est remplacé par Sophie Gaillard, l'émission citoyenne de Loubna disparaît également.

Fin 2006, Samuel Zniber quitte ses fonctions.Claude Sertorio - Directeur général - est nommé adjoint à la Direction générale et le poste de Directeur général est confié à Jérôme Fouqueray, en provenance de NRJ et M6.

En septembre 2007, Cauet est toujours l'animateur de la tranche matinale, tandis qu'une nouvelle équipe s'installe le soir en semaine (Le Talk, avec Clément, Jeff, Mélanie et Sandra), succédant ainsi à Sophie qui anime la tranche matinale du week-end. Un classement des 10 titres préférés des auditeurs est désormais diffusé en fin de journée (FUN LIST) et PARTY FUN (tranches 100% dance des vendredis et samedis soirs réalisent des records d'audience). Un nouveau logo est dévoilé fun août 2007 -pour adopter sa forme actuelle- et un nouveau claim « LE SON DANCEFLOOR » est mis à l'antenne le 14 décembre. Le 15 novembre 2007, les sondages Médiamétrie avaient placé Fun Radio devant Skyrock (Skyrock était devant depuis fin 2002)avec un gain en un an de 500.000 auditeurs. FUN RADIO conclut des partenariats avec I-TUNES (dans le téléchargement musical) et MYSPACE (pour développer des contenus communautaires).

Le 25 Août 2008, Morgan et son équipe remplace le Talk, il reste les anciens comme Mélanie, Sandra ou encore Jeff et un nouveau, Tony. Morgan qui s'occupait du 16h-19h est remplacé par Karel. Fini Cauet 6h-10h, c'est finalement Manu et son équipe qui le remplace avec une demi-heure en moins (6h-9h30).

La Société d’Exploitation Radio Chic (SERC) dont le nom commercial est Fun Radio est détenue à 100% depuis 1999 par le groupe français RTL, filiale à 100% de RTL Group.

Max, Arthur, Gérard de Suresnes, Difool, Le Doc, Arnold, Bill, Bob, Didier Sinclair, Éric et Ramzy, Genie, Miguel, Lorenzo, Karel (anciennement Olivier), Cauet, Morgan.

Jay Style, Mico, Robbie Rivera, Alex Gaudino, Didier Sinclair, Mathieu Bouthier, Antoine Clamaran, Tom Snare, David Vendetta, Martin Solveig, Laurent Wolf, Morgan, Venus Kaly, David Guetta, DJ Assad, Dj Milouz, Dario, Cauet, Maxime Torres, David Milles.

Kylian Mash, Miss Sin, Carl Cox, Laurent Garnier, DJ Abdel, DJ Getdown, Dj Fozzie Bear, Sebastien Drum's, Kevin Tandarsen, Pink Star's.

En haut



Fun Radio Belgique

Fun-radio-dancefloor.jpg

Fun Radio est une radio musicale dance d'origine française qui émet en Belgique depuis 1989.

En haut



Gérard de Suresnes

Gérard Cousin, alias Gérard de Suresnes (né le 17 juin 1961 à Puteaux et décédé le 10 mai 2005 à Montluçon), était un animateur de radio français, qui travailla sur Fun Radio entre 1996 et 2002. Son émission Les Débats de Gérard était caractérisée par son esprit décalé : l'animateur semblait en effet ignorer l'esprit de dérision qui était de mise lors des débats et la moquerie qui sévissait à son encontre. Ancien routier, il était considéré comme l'archétype du beauf, ce qui permettait aux participants de l'émission de construire leurs interventions comiques sur ce fait, ainsi que sur certains détails de sa vie privée.

Gérard Cousin est né le 17 juin 1961 à Puteaux dans les Hauts-de-Seine. Orphelin, il grandit à la DDASS. Il effectue plus tard son service militaire (en Allemagne) puis suit une formation et devient routier. Il se met en concubinage et aura une petite fille : Roseline. Quatre ans après ses débuts de chauffeur, Gérard est victime d'un accident de la route et doit par la suite porter une prothèse à la jambe droite, ce qui le rend inapte à continuer son métier de routier.

Comme Gérard, déprimé depuis son accident, est de plus en plus porté sur la boisson, la mère de sa fille décide de le quitter et le tribunal lui refuse le droit de visite de l'enfant. Livré à lui-même, Gérard s’installe Cité Carnot à Suresnes (92) où il parvient à vivre grâce à ses indemnités de santé ainsi qu’aux aides sociales auxquelles un demandeur d'emploi peut prétendre.

C'est en écoutant la radio qu'il découvre l'émission phare Lovin' Fun et par là même Fun Radio. Il décide d’appeler Max, animateur de radio libre nocturne sur Fun Radio. Depuis la cabine téléphonique de sa cité, il récite des poèmes de sa composition, les fameux « Poèmes de Gérard » aux titres aussi évocateurs que « Mon papillon », « Mon croûton » ou encore « Ma bibi », qui touchent et amusent Max qui décide de l’inviter dans les studios.

En 1996, il se voit « offrir » sa propre émission de radio libre : les fameux Débats de Gérard mais n'a pas de contrat de travail,rien ne prouve donc qu'il était rémunéré pour « son émission ». Même si Gérard était officiellement l'animateur de l'émission, son déroulement était assuré dans les faits par l'équipe de Max et le Star System, qui tournait constamment en dérision l'animateur (ce dernier ne semblait pas conscient des moqueries à son égard). L'émission rencontre un vif succès et devient emblématique d'une certaine partie de la jeunesse française des années 1990 découvrant la radio libre.

Par la suite, Gérard s’installe avec sa compagne Sandy à Nanterre. Cette relation donnera des idées à Max qui créera une émission parallèle « Les Conseils de Gérard et Sandy », censée apporter aux auditeurs (qui s'avèrent être les intervenants habituels des débats), des réponses pertinentes à leurs problèmes personnels.

Le 14 juillet 2001, Gérard et Sandy sont victimes d'un accident de la route tandis que Gérard conduisait ivre, à la suite de quoi le couple se sépare.

Le 30 octobre 2002, pendant un débat, Gérard se laisse emporter et prononce à l'antenne Heil Hitler ! à la stupéfaction des membres de l'équipe technique. Celle-ci réprimande Gérard et l'enjoint à s'excuser auprès des auditeurs, ce qu'il fait dans la seconde mais à quoi il ajoute l'énigmatique « à bon entendeur salut, pour ceux qui n'ont pas compris ce que cela voulait dire... ». Manu, le réalisateur, coupe l'émission à l'instant même, alors qu'un autre débat devait se dérouler et que celui en cours touchait à sa fin. La sanction est immédiate et sans appel, l'animateur est définitivement évincé de Fun Radio et Max ne parlera plus jamais de Gérard à l'antenne, à l'exception d'un rapide hommage au lendemain de son décès. D'après Gérard, lors de ce dernier débat il s'était cogné le genou sur la table de la radio, d'où le jeu de mot : « Aïe Hitler ». Ceci est confirmé sur l'enregistrement de l'émission par un silence à l'antenne, quelques secondes avant l'incident, puis on entend l'équipe rigoler car Gérard se fait mal en essayant de se lever de sa chaise.

Sans emploi ni perspective de reconversion établie, Gérard décide de quitter la banlieue parisienne et de s’installer dans un HLM de Montluçon dans l’Allier en juillet 2003.

Le 10 mai 2005 Gérard Cousin s'éteint au centre hospitalier de Montluçon, suite à un cancer des poumons diagnostiqué seulement un mois auparavant. Sa dépouille repose aujourd'hui dans un terrain commun du cimetière de Désertines.

En haut



Source : Wikipedia