Frank Schleck

3.3085443037937 (632)
Posté par rachel 16/03/2009 @ 19:15

Tags : frank schleck, cyclistes, cyclisme, sport

Dernières actualités
Victoire finale de Frank Schleck - Le Parisien
Le Luxembourgeois Frank Schleck (Saxo Bank) a remporté, en 17 h 51 min 49 sec, le Tour du Luxembourg, à Luxembourg, au terme de la 4e et dernière étape enlevée par son équipier danois Matti Breschel. Au sommet de la côte de Clausen à Luxembourg-ville...
Dopage : Frank Schleck suspendu par son équipe - Le Parisien
Le coureur luxembourgeois Frank Schleck a été suspendu par son équipe CSC, après avoir admis qu'il avait rémunéré des "experts" pour suivre, en mars 2006, leur programme d'entraînement. «Je confirme que j'ai effectué en mars 2006, à partir de mon...
Tour de Suisse: Roman Kreuziger contre les frères Schleck - Tribune de Genève
Vainqueur sortant, le Tchèque Roman Kreuziger devra batailler contre les frères luxembourgeois Andy et Frank Schleck pour conserver son bien. Malgré la concurrence du Critérium du Dauphiné, le Tour de Suisse (13 au 21 juin) peut présenter un plateau de...
Tour du Luxembourg - #4 : Breschel & F. Schleck au top - CyclismeRevue.eu
... vit la victoire du Danois Matti Breschel (Saxo Bank) dans un sprint à neuf, prenant le meilleur sur Alexandre Usov (Cofidis) et Marco Marcato (Vacansoleil). Au général, après sa victoire de la veille, Frank Schleck remporte son Tour national,...
Tour de Luxembourg : présentation - Vélo 101
L'éclosion de champions comme les frères Andy et Frank Schleck ou les beaux résultats obtenus l'an dernier par Kim Kirchen ont renforcé le cyclisme luxembourgeois, dont l'histoire demeure profondément marquée par les exploits de Charly Gaul....
T. du Luxembourg: F. Schleck s'impose chez lui - Sports.fr
Frank Schleck a décroché la victoire ce dimanche sur le Tour du Luxembourg. Le coureur de la formation Saxo Bank, 8e de la 4e et dernière étape remportée par son coéquipier Matti Breschel, a devancé au classement général final l'Allemand Andreas Klöden...
Pronostic pour parier sur le vainqueur du Tour de France 2009 - Pronostics.fr
Bien épaulé par son frère Frank, Adny Schleck sera à surveiller de près, notamment dans les étapes des Alpes où il a été très performant l'an dernier. Meilleur jeune du Tour en 2008, il est en progression constante. Derrière les cadors du cyclisme...
Gerdemann et les Schleck repèrent - L'Equipe.fr
Seule déception pour Milram : les cols du Grand-Sain-Bernard (2.473 m) et du Petit-Saint-Bernard, sur le parcours de la 17e étape, étaient fermées en raison de la neige. Andy et Frank Schleck, les deux leaders de Saxo Bank, seront dès lundi prochain...
Napolitano en flèche - Eurosport
... le Français Nicolas Jalabert a ensuite pris seul la tête, avant d'être rejoint à 10 km de la ligne par le peloton emmené par les équipes Astana, du leader Rast, et Saxo Bank des frères Andy et Frank Schleck, candidats à la victoire finale dimanche....

Fränk Schleck

Schleck - Profronde Heerlen.jpg

Fränk Schleck est un coureur cycliste luxembourgeois, né le 15 avril 1980 à Luxembourg, et membre de l'équipe Saxo Bank.

Fränk Schleck est le fils Johny Schleck, ancien coureur professionnel et coéquipier de Jean-Marie Leblanc, Luis Ocana et de Jan Janssen et qui compte sept participations au Tour de France de 1965 à 1973. Son frère Andy appartient également à l'équipe CSC-Saxo Bank.

Il débute le cyclisme à l'ACC Contern en 1992, comme Kim Kirchen. Il y reste jusqu'en 1995 et y obtient deux titres de champion du Luxembourg en catégorie débutants (1994 et 1995). L'année suivante, il rejoint le SAF Zéisseng avec lequel il glane trois nouveaux titres nationaux, en débutant (1996) puis en juniors (1997 et 1998). Il passe ensuite dans les rangs espoirs au sein du LC Tétange (1999) puis dans l'équipe De Nardi (2000 et 2001), où il retrouve Kirchen. Il participe trois fois aux championnats du monde de la catégorie et se classe 71e à Vérone et 17e à Plouay. Il effectue la fin de la saison 2001 au sein de l'équipe Festina en tant que stagiaire. Faute de décrocher un contrat professionnel, il rejoint en 2002 l'UC Châteauroux. Il réalise un doublé aux championnats du Luxembourg espoirs, remportant la course en ligne, qu'il avait déjà gagnée en 2001, et le contre-la-montre.

Par l'intermédiaire de Marcel Gilles, président de l'ACC Contern, il entre en contact avec Bjarne Riis, vainqueur du Tour de France 1996 et ancien membre du club, qui le recrute dans son équipe, la CSC.

Fränk Schleck appartient à l'équipe Team CSC-Saxo Bank. Sa progression régulière lui permet d'être désormais parmi les meilleurs coureurs, ainsi qu'un des favoris du Tour de France, il s'est illustré en 2006, en remporté la quinzième étape au terme des vingt-et-un mythiques lacets de l'Alpe d'Huez, il a également porté le maillot jaune durant deux journées en 2008, le cèdant à son coéquipier Carlos Sastre dans cette même Alpe d'Huez.

En septembre 2008, il a fait l'objet d'une perquisition dans son hôtel, à la veille des Championnats du monde de Varèse, suite à un versement d'une somme de près de sept-mille euros au docteur Fuentes, présumé être au centre de l'« affaire Puerto ».. Le 9 décembre 2008, l'affaire a été classée sans suite.

En haut



Kim Kirchen

Kim Kirchen (né le 3 juillet 1978 à Luxembourg) est un cycliste luxembourgeois. Professionnel depuis 1999, il est membre de l'équipe Columbia. Il a remporté la Flèche Wallonne 2008, le championnat du Luxembourg contre-la-montre la même année et a été champion national du Luxembourg à trois reprises. Il a également été élu cinq fois sportif luxembourgeois de l'année.

Kim Kirchen naît le 3 juillet 1978 à Luxembourg. Son père Erny Kirchen a été coureur cycliste, vainqueur notamment de la Flèche du Sud et vice-champion national en 1974. Celui-ci a pour oncles Jean et Jim Kirchen, tous deux anciens coureurs professionnels, Jean Kirchen ayant été champion du Luxembourg du contre-la-montre, de la course en ligne et de cyclo-cross, et 5e du Tour de France.

Jouant d'abord au football de 1985 à 1994 à l'US Hoster, Kim Kirchen débute le cyclisme à 13 ans, en 1992, aux Amis du Cyclisme de la Commune de Contern (ACC Contern). Pour sa première année, il se classe troisième du championnat du Luxembourg dans la catégorie cadets. Après d'autres podiums lors des championnats de 1994 et 1995, il devient champion national en junior en 1996.

En 1998, il intègre l'équipe semi-professionnelle italienne De Nardi. Il se classe cinquième de Paris-Tours Espoirs et de la course en ligne du championnat du Luxembourg cette année-là. En 1999, il est sacré champion du Luxembourg sur route et en cyclo-cross, et remporte la Flèche du Sud. En octobre, il termine quatrième de la course en ligne des championnats du monde espoirs à Vérone. L'année suivante, il obtient la même place aux championnats du monde de Plouay, après être monté sur les podiums du Tour de Slovaquie, du Grand Prix Guillaume Tell et du championnat du Luxembourg contre-la-montre. Il est élu sportif luxembourgeois de l'année.

En 2001, Kim Kirchen rejoint l'équipe italienne Fassa Bortolo. Sa première compétition majeure est Paris-Nice, où il prend la 70e tandis que ses coéquipiers Dario Frigo et Raimondas Rumsas réalisent un doublé. Il signe un premier succès en juin en remportant la 3e étape du Tour du Luxembourg.

En 2003, il participe au Tour d'Italie, son premier grand tour. Il y travaille pour le sprinter Alessandro Petacchi, vainqueur de six étapes et porteur du maillot rose durant la première semaine. Il obtient également de bonnes places sur des étapes importantes : il est septième à Faenza, après la traversée des Apennins, dixième au sommet du Monte Zoncolan où il accompagne ses leaders Dario Frigo et Aitor Gonzalez et huitième du contre-la-montre de Bolzano. Il conclut ce Giro à la 29e place.

En août 2004, Son premier Tour de France, débute par la défense du maillot jaune conquis par Fabian Cancellara sur le prologue, ainsi que la préparation des sprints d'Alessandro Petacchi. Celui-ci ne remporte pas d'étapes et abandonne après six jours de courses. Kirchen, déjà cinquième de la troisième étape à Wasquehal, peut dès lors tenter sa chance. Lors de la huitième étape, il attaque dans dernier kilomètre à Quimper mais est dépassé par Thor Hushovd dans les derniers mètres. Il se classe ensuite huitième de la première étape de moyenne montagne à Figeac, puis s'échappe le surlendemain dans la première étape pyrénéenne en compagnie de trois coureurs jusqu'au début du col d'Aspin. Il termine l'étape dans le grupetto. Après trois semaines de courses, il arrive à Paris en 63e position, à près de deux heures du vainqueur Lance Armstrong. En août, Kim Kirchen participe jeux Olympiques d'Athènes où il représente le Luxembourg avec Frank Schleck et Benoît Joachim. Il se classe sixième de la course en ligne de 224 kilomètres, en prenant la troisième place du peloton arrivé 12 secondes après le vainqueur Paolo Bettini.

En septembre 2005, alors que l'équipe Fassa Bortolo disparaît, Kim Kirchen signe un contrat de deux ans avec la formation allemande T-Mobile. En juin 2007, il prolonge de deux ans son contrat avec T-Mobile, qui devient Team High Road puis Columbia en 2008.

En juillet 2007, Kirchen prend le départ de son troisième Tour avec un rôle de coéquipier du leader australien Michael Rogers. L'équipe T-Mobile s'empare du maillot jaune à l'issue de la première étape alpestre grâce à Linus Gerdemann. Cette satisfaction est suivie le lendemain de l'abandon de Rogers sur chute, tandis que Gerdemann abandonne le maillot jaune à Michael Rasmussen. À l'issue de la neuvième étape, Kirchen devient le premier T-Mobile au classement général (10e) parvenant à suivre les favoris jusqu'à l'arrivée à Briançon. Il conserve cette place après le contre-la-montre d'Albi (18e) puis lâche prise le lendemain dans l'ascension du Plateau de Beille (29e à 7 minutes et 35 secondes) et recule à la 14e place. Dans l'étape Foix-Loudenvielle, il s'échappe dès le col de Port dans un groupe de 25 coureurs. Distancé comme les autres par Alexandre Vinokourov dans le col de Peyresourde, il rejoint l'arrivée en deuxième place. Il se verra cependant attribuer la victoire d'étape en 2008, Vinokourov étant déclassé pour dopage. Il revient à la neuvième place, puis à la huitième après l'arrivée au col d'Aubisque, et septième suite à l'éviction de Rasmussen. Il parvient à conserver cette place jusqu'à Paris et signe ainsi un premier Top-10 sur un grand tour.

Sur le Tour de France 2008, Kim Kirchen obtient plusieurs bonnes places dans les premières étapes. Quatrième à Plumelec le premier jour, puis deuxième le lendemain à Saint-Brieuc, il s'empare du maillot vert. Il réalise ensuite un excellent contre-la-montre à Cholet (2e). Ce dernier résultat lui permet d'être deuxième du classement général, à 12 secondes du maillot jaune Stefan Schumacher. Lors de l'étape Aigurande-Super-Besse, il réussit à accompagner les meilleurs, ne concédant que trois secondes à Cadel Evans et Alejandro Valverde, et obtient pour la première fois de sa carrière le maillot jaune à la faveur d'une chute de Stefan Schumacher. Il garde ce maillot jaune lors des trois étapes suivantes, ainsi que le maillot vert, concédé entre-temps à Thor Hushovd.

En haut



Andy Schleck

Andy Schleck, né le 10 juin 1985 à Luxembourg, est un coureur cycliste professionnel luxembourgeois, membre de l'équipe danoise Saxo Bank. Son frère, Fränk, court dans la même équipe.

Andy Schleck est issu d'une famille célèbre du cyclisme professionnel. Son père, Johny, était le coéquipier de Jean-Marie Leblanc, Luis Ocaña et Jan Janssen, et compte sept participations au Tour de France, de 1965 à 1973. Son frère, Fränk, appartient lui aussi au Team CSC, et a remporté en 2006 l'Amstel Gold Race et une étape du Tour de France 2006 à l'Alpe d'Huez.

À 21 ans, Schleck a terminé second du Tour d'Italie 2007 à 1'55" de Danilo Di Luca, remportant par la même occasion le classement du meilleur jeune. Cela faisait 46 ans qu'un Luxembourgeois n'avait plus fini sur le podium d'un Grand Tour.

En 2008, il arrive au Tour de France pointé parmi les favoris. Pourtant, sa défaillance dans les Pyrénées, à Hautacam, le contraint à se mettre définitivement au service de son équipe, puisqu'il perd près de 9 minutes. Dans les Alpes, il impressionne alors, répondant à toutes les attaques pour protéger ses leaders, Fränk Schleck et surtout Carlos Sastre. C'est ce dernier qui finalement remporte le Tour, grâce à une attaque dans l'Alpe d'Huez (où Andy termine troisième) et un dernier contre-la-montre très honorable. Andy Schleck finit à la douzième place du classement général et est meilleur jeune du Tour, 1'27" devant Roman Kreuziger.

En haut



Tour de France 2006

Dispositif place Kléber à Strasbourg indiquant le nombre de jours avant le départ du Tour de France 2006

Le 93e Tour de France, long de 3657,1 km, a débuté le samedi 1er juillet 2006 par un prologue de 7 km dans la ville de Strasbourg et s'est terminé le 23 juillet à Paris.

Il s'agit là du premier Tour post-Lance Armstrong qui, après 7 ans d'hégémonie, ne prendra pas le départ d'un Tour qui s'annonce très ouvert, d'autant plus que l'affaire Puerto a contraint les principaux favoris Jan Ullrich, Ivan Basso et Francisco Mancebo, respectivement deuxième, troisième et quatrième lors du Tour de France 2005, à ne pas se présenter au départ à la veille du prologue. De plus, Alexandre Vinokourov, le leader de l'équipe Astana-Würth a été contraint également de se retirer. Cela est dû au fait que cinq coureurs de son équipe étaient impliqués dans cette affaire de dopage, or Vinokourov (sur la troisième marche du Tour en 2003) n'était pas directement impliqué, mais le règlement de l'UCI concernant les Grands Tours interdit à une équipe de prendre le départ avec seulement quatre coureurs, comme cela aurait été le cas sans les coureurs mis en cause dans l'affaire Puerto.

Le dopage, qui a entraîné la disqualification de neuf coureurs l'avant veille du départ, rattrape le tour le 27 juillet 2006, par l'annonce de la présomption de dopage du maillot jaune Floyd Landis à la testostérone lors de la 17e étape du Tour de France 2006, confirmée le 5 août après la contre-expertise. Suivant ses règles, qui prévoient que seule la fédération nationale dont dépend un coureur est habilitée à prendre des sanctions contre lui, l'UCI a annoncé qu'elle demanderait à la Fédération américaine de cyclisme (USA Cycling) d'ouvrir une procédure disciplinaire contre le coureur américain. L'USA Cycling fit appel aux conclusions de l'USADA (agence anti-dopage des États-Unis) pour trancher le litige. Le 20 septembre 2007, la Cour d'Arbitrage Américaine a reconnu Floyd Landis coupable de dopage et l'a condamné à 2 ans de suspension sans appel possible de la décision. Cette sentence devrait faire disparaître Floyd Landis du palmarès de l'édition du Tour de France 2006 et permettre à Oscar Pereiro Sio d'être déclaré vainqueur de l'épreuve.

Une cérémonie officielle a eu lieu le 15 octobre 2007 à Madrid pour déclarer le nouveau champion Oscar Pereiro Sio.

Tout commence par le prologue dans la ville de Strasbourg avant d'attaquer une étape sur un parcours en boucle autour de Strasbourg, en Alsace et en Allemagne puis de rejoindre les Pays-Bas avec une arrivée à Valkenburg et un passage par les Ardennes belges, peu après le sommet du Cauberg, puis suivent des étapes de plaine. L'absence de contre-la-montre par équipes profitera sans doute aux sprinters qui auront l'occasion de prendre le maillot jaune en première semaine (sauf échappée victorieuse) et aux leaders qui n'ont pas une équipe de rouleurs. Ensuite viendra le premier grand rendez-vous de ce Tour de France avec le premier grand contre-la-montre individuel puis les Pyrénées dans lesquels aucun coureur ne gagnera le Tour mais où certains le perdront déjà. Ensuite les journées des échappées avec les étapes de transition puis les Alpes avec pour première grande étape l'Izoard, le Lautaret puis la montée finale vers L'Alpe d'Huez et le lendemain, entre autres, le Galibier et ses 2 645 mètres d'altitude mais qui sera grimpé par son versant le moins difficile : le Lautaret. Avant une dernière étape de montagne qui ressemble fort à celle de 2000 avec la victoire de Richard Virenque et la légère défaillance de Lance Armstrong avec les Saisies, les Aravis, la Colombière puis pour finir Joux-Plane puis une descente vers Morzine puis 2 jours plus tard, l'avant dernière étape : un contre-la-montre individuel entre Le Creusot et Montceau-les-Mines, soit la réplique du dernier contre-la-montre de 1998 remporté par Jan Ullrich qui en cas de nouveau podium égalerait le record de Raymond Poulidor avec 8 et en cas de 2e place celui de Joop Zoetemelk avec 6. Et enfin le dernier jour, l'étape prestigieuse des Champs-Élysées où Alexandre Vinokourov nous a montré l'année dernière que les sprinters n'étaient pas imbattables mais où ils se disputeront les derniers points pour la conquête du maillot vert.

Cette édition du Tour de France fait parler d'elle déjà avant le départ. En effet, l'affaire Puerto qui éclabousse le cyclisme espagnol empêche de sérieux candidats à la victoire finale, comme les favoris Jan Ullrich, Alexandre Vinokourov et Ivan Basso, de prendre le départ. L'équipe Astana-Würth ayant beaucoup de coureurs impliqués dans cette affaire se retrouve contrainte de ne pas prendre le départ par manque d'effectif, le règlement stipulant qu'il faut un minimum de 5 coureurs pour prendre le grand départ, et qu'un coureur écarté pour suspicion de dopage ne peut être remplacé.

La première semaine contenant les étapes de plat, c'est sans surprise qu'elles ont été remportées par des sprinteurs. Néanmoins, le champion du monde Tom Boonen n'est pas parvenu à s'imposer, Robbie McEwen gagnant trois étapes. En outre, un autre favori du Tour, Alejandro Valverde, disparaît sur chute lors de la 3e étape.

Le 12 juillet arrive la première étape de montagne dans les Pyrénées, c'est le coureur Espagnol Juan Miguel Mercado rescapé de l'échappée avec la révélation française de ce tour Cyril Dessel qui s'impose. Cyril Dessel est leader du classement général ainsi que de la montagne provisoire.

Le lendemain, l'échappée du jour est rattrapée dans le dernier col, le Russe Denis Menchov s'impose au sprint devant les Américain Levi Leipheimer et Floyd Landis. Ce dernier récupère le maillot jaune pour 8 secondes, aux dépens de Cyril Dessel.

S'en suivent deux étapes de transition dont la 13e étape qui verra l'Espagnol Oscar Pereiro Sio alors 46e du classement général à près de 29 minutes et son compagnon d'échappée Jens Voigt, vainqueur de l'étape, terminer à près de 30 minutes du peloton. Pereiro s'empare, par conséquent du maillot jaune.

La première étape alpine entre Gap et L'Alpe d'Huez verra le Luxembourgeois Frank Schleck dernier rescapé de l'échappée avec l'Italien Damiano Cunego s'imposer. Au classement général Oscar Pereiro qui a moins bien monté que Floyd Landis perd son maillot jaune pour 10 secondes.

Le 19 juillet a lieu la seconde étape alpine. Lors la montée finale sur La Toussuire, Floyd Landis est victime d'une terrible défaillance et terminera à 10 minutes du vainqueur Mickael Rasmussen auteur d'une longue échappée. L'américain plonge au classement et se retrouve onzième à 8'08" de Oscar Pereiro qui récupère le maillot jaune.

Le lendemain, Floyd Landis dans une réaction d'orgueil tente le tout pour le tout et sort du peloton dès la première ascension. Il rattrape dans un premier temps un petit groupe de coureurs échappés à plus de 6 minutes puis creuse l'écart jusqu'à 9 minutes 30 secondes. Dans la seule portion plate le peloton pourra revenir au mieux à 6 minutes, c'est aussi l'écart final qui le séparera du second Carlos Sastre désormais 2e du général, et de 7 minutes sur Oscar Pereiro toujours leader. Landis réalise une bonne opération et remonte à la 3e place du classement général à 30" seulement et redevient le grand favori.

Lors de l'avant-dernière étape, le contre-la-montre entre Le Creusot et Montceau-les-Mines joue le rôle de juge de paix entre les favoris pour la victoire finale. Landis, le plus rouleur des trois premiers, parvient à réaliser un bon contre-la-montre et redevient leader du classement général, Oscar Pereiro qui s'est donné au maximum parvient à limiter les dégats et se retrouve 2e à 59 secondes. Carlos Sastre n'a pas supporté la pression et réalise un temps très médiocre au contre-la-montre, étant relégué à la 4e place, Andreas Klöden, auteur du 2nd temps de l'étape derrière le chrono explosif de son coéquipier Serhiy Honchar accède à la 3e place. Damiano Cunego réalise, lui aussi, un excellent temps, lui permettant de garder le maillot de meilleur jeune conquis la veille à l'Allemand Markus Fothen qui l'avait depuis la première semaine du Tour.

Le 23 juillet, sur les Champs Élysées, c'est le sprinteur norvégien Thor Hushovd qui avait remporté le prologue qui remporte l'étape. Dans les classements annexes, pas de changement. C'est donc Floyd Landis qui succède à son compatriote Lance Armstrong et monte sur la 1re marche du podium. Mais à l'issue d'une procédure judiciaire de 14 mois le reconnaissant coupable d'usage de produits dopants, le coureur américain sera déchu de son titre au profit de son dauphin, Oscar Pereiro Sio. McEwen, très largement, remporte le Maillot Vert.

NP : Non-partant ; C : abandon sur chute ; A : abandon en cours d'étape ; HD : hors délai.

En haut



Amstel Gold Race 2008

La 43e édition de l'Amstel Gold Race a eu lieu le 20 avril 2008. Disputée sur 257.4 kilomètres, elle est parti de Maastricht pour se conclure au sommet du Cauberg à Valkenburg. Elle été remportée par l'Italien Damiano Cunego, devant le Luxembourgeois Frank Schleck et l'Espagnol Alejandro Valverde. Il s'agit de la cinquième épreuve de l'UCI ProTour 2008.

Le départ de la course est donné sur la Grand place de Maastricht. Le parcours de 257.4 kilomètres est jalonné de 31 difficultés.

Huitième épreuve du ProTour en 2007, l'Amstel Gold Race en est la cinquième manche en 2008 en raison du retrait des courses organisées par les sociétés Amaury Sport Organisation, Unipublic et RCS Sport.

L'Allemand André Greipel (Team High Road), est en tête du classement individuel de ce circuit grâce à sa victoire au Tour Down Under en janvier. Il devance les vainqueurs du Tour du Pays basque et du Tour des Flandres, Alberto Contador (Astana) et Stijn Devolder (Quick Step).

L'Amstel Gold Race ouvre la semaine des classiques ardennaises. La Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège ont lieu respectivement le mercredi et le dimanche suivant.

Outre les dix-huit équipes ProTour, cinq équipes continentales professionnelles ont été invitées à participer à cette édition : Barloworld, Landbouwkrediet-Tönissteiner, Skil-Shimano, Slipstream Chipotle, Topsport Vlaanderen.

Quatre anciens vainqueurs de l'Amstel Gold Race sont au départ. L'équipe allemande Gerolsteiner en compte deux dans son effectif, qui avaient en outre réalisé le doublé en 2007 : le tenant du titre Stefan Schumacher et l'Italien Davide Rebellin. Ce dernier s'est montré en forme en fin d'hiver en remportant notamment Paris-Nice. La Team CSC sera emmenée par le Luxembourgeois Frank Schleck, lauréat de l'édition 2006. Enfin, la Team Milram compte dans ses rangs Erik Zabel, vainqueur en 2000, à l'époque où l'arrivée n'était pas située au sommet du Cauberg.

L'équipe locale Rabobank se présente pour la première fois sans son ancien leader Michael Boogerd. Le coureur néerlandais, présent à sept reprises sur le podium et vainqueur en 1999, a achevé sa carrière à la fin de la saison 2007. L'équipe garde cependant un effectif solide : Oscar Freire s'est imposé sur Gand-Wevelgem, Juan Antonio Flecha a été troisième du Tour des Flandres deux semaines plus tôt, Joost Posthuma a remporté les Trois Jours de La Panne, Thomas Dekker a fini troisième du Tour du Pays basque. Enfin, le jeune Robert Gesink a été la révélation de Paris-Nice.

Leader de la Caisse d'Épargne, Alejandro Valverde a remporté Paris-Camembert quelques jours auparavant et s'était imposé sur la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège en 2006. Il compte à ses côtés notamment le lauréat du Tour de France 2006 Oscar Pereiro.

Les espoirs de l'équipe Saunier Duval-Scott reposent sur Riccardo Ricco, neuvième en 2007, et qui a fait des classiques ardennaises l'un des objectifs de saison.

Le double champion du monde Paolo Bettini (Quick Step) sera absent, souffrant d'une côte fracturée contractée sur chute au Tour du Pays basque. Troisième en 2007 et premier en 2005, Danilo Di Luca n'est pas présent, son équipe LPR Brakes n'étant pas invitée.

La grande échappée du jour se forme au 35e kilomètres. Yuriy Krivtsov (AG2R La Mondiale), Albert Timmer (Skil-Shimano) et Kristof Vandewalle (Topsport Vlaanderen) font la course en tête pendant plus de 180 kilomètres, comptant jusqu'à près de 13 minutes d'avance. Ils sont repris à une quarantaine de kilomètres de l'arrivée, peu avant le Loorberg.

Malgré les attaques répétées des coureurs de la CSC, le peloton est resté dense. Après le regroupement, un groupe de cinq coureurs se portent en tête. Composé de Robert Gesink (Rabobank), Philippe Gilbert (La Française des Jeux), Kim Kirchen (Team High Road), Igor Astarloa (Team Milram) et Mario Aerts (Silence-Lotto), il reste peu de temps à l'avant. Après deux tentatives vaines des Italiens Carlo Scognamiglio (Barloworld) puis Dario Cataldo (Liquigas) dans le Kruisberg, Kim Kirchen attaque dans l'Eyserbosweg, suivi par Johan Van Summeren (Silence-Lotto). Cette initiative ne porte pas fruit, mais opère une sélection à l'avant de la course.

À 17 kilomètres de l'arrivée, c'est au tour du Russe Serguei Ivanov (Astana) de se porter en tête, rattrapé par le champion d'Autriche Christian Pfannberger (Barloworld). Leur duo compte 12 secondes d'avance avant de susciter une vive réaction de ses poursuivants. Sept coureurs les rejoignent à douze kilomètres : Davide Rebellin (Gerolsteiner), Joaquin Rodriguez, Alejandro Valverde (Caisse d'Épargne), Fränk Schleck , Karsten Kroon (Team CSC) et Damiano Cunego (Lampre). Rodriguez roule en tête du groupe, empêchant le retour des poursuivants emmenés par Gesink pour ramener Oscar Freire à l'avant de la course.

Les neuf coureurs arrivent au pied du Cauberg pour se disputer la victoire. Après un relais de Kroon, Schleck est en tête à 500 mètres de l'arrivée et décroche Rebellin et Valverde. Cunego le suit, puis le passe au sprint dans les derniers hectomètres. Valverde complète le podium avec deux secondes de retard.

Damiano Cunego, qui participait pour la première fois à l'Amstel Gold Race, remporte sa troisième victoire sur une grande classique après ses deux succès au Tour de Lombardie. Elle lui permet de détroner André Greipel en tête du classement du ProTour.

En haut



Carlos Sastre

Carlos Sastre Candil est un coureur cycliste espagnol né le 22 avril 1975 à Leganés. Il a notamment remporté le Tour de France 2008 avec l'équipe CSC-Saxo Bank.

Carlos Sastre passe professionnel en 1997 dans l'équipe ONCE et il fait partie de la Team CSC depuis 2002. Régulièrement considéré comme un outsider, il a emmené, en tant qu'équipier, des coureurs comme Laurent Jalabert, Joseba Beloki et Ivan Basso dans sa carrière. Il est bon grimpeur et s'est toujours distingué dans les courses par étapes comme le Tour de France ou le Tour d'Espagne.

En mai 1999, Carlos Sastre participe au Tour d'Italie, son premier grand tour, aux côtés de Laurent Jalabert, quatrième au classement final et maillot rose pendant huit jours. Sastre termine à la 101e place, à trois heures du vainqueur Ivan Gotti.

En septembre 2001, il s'engage avec l'équipe danoise CSC-Tiscali. Il y retrouve plusieurs anciens coéquipiers de la Once : Nicolas et Laurent Jalabert, Marcelino Garcia et Andrea Peron.

En 2006, il participe aux trois grands tours et se classe notamment troisième du Tour de France et quatrième de la Vuelta. Il est le 29e coureur parvenu à terminer les trois grands tours la même année.

Lors du Tour de France 2008, annoncé comme favori avec Cadel Evans, Denis Menchov, Alejandro Valverde, ses coéquipiers Andy et Fränk Schleck, Carlos Sastre fait un début de parcours discret en se hissant dans les 15 premiers du classement général. Durant les étapes des Pyrénées, il se montre prudent, accompagnant les leaders sans passer à l'attaque, tandis que plusieurs favoris comme Damiano Cunego et Alejandro Valverde craquent. Après les étapes pyrénéennes, Cadel Evans se saisit du maillot jaune qu'il garde pendant 5 jours puis cède à Fränk Schleck, coéquipier de Sastre, dès la première étape alpestre. Lors de l'étape menant à l'Alpe d'Huez, l'équipe CSC-Saxo Bank prend la course en main. Sastre attaque dès les premiers lacets de l'ascension finale. Aucun des favoris ne le suit. Sastre passe la ligne d'arrivée en solitaire et s'empare du maillot jaune avec 1'24" d'avance sur Fränk Schleck et 1'34" d'avance sur Cadel Evans. Lors de l'avant-dernière étape, un contre-la-montre de 53 km, il se classe douzième, à 2'34" du vainqueur Stefan Schumacher et à 29 secondes de Cadel Evans, et conserve la tête du classement général. Le 27 juillet 2008, il remporte le Tour de France.

En 2009, il rejoint Cervélo Test Team en compagnie de Volodymir Gustov et Inigo Cuesta.

En haut



Source : Wikipedia