Francesca Schiavone

3.4207240948754 (801)
Posté par seb 18/03/2009 @ 09:13

Tags : francesca schiavone, tenniswomen, tennis, sport

Dernières actualités
Tennis - WTA - s'Hertogenbosch Safina sortie - L'Equipe.fr
La finale se jouera donc entre Tanasugarn et la Belge qui monte Yanina Wickmayer, wild-card et tombeuse de Francesca Schiavone (7-6[3], 3-6, 6-3). Safina a surtout montré ses difficultés à ajuster ses déplacements et donc ses frappes sur le gazon,...
Wickmayer en finale - Eurosport
... Yanina Wickmayer fait aussi parler d'elle sur gazon : cette Belge de 19 ans, 72e mondiale, s'est qualifiée pour sa 2e finale WTA de la saison, sa 3e en carrière, à 's-Hertogenbosch en battant l'Italienne Francesca Schiavone 7-6, 2-6, 6-3....
Schiavone aime le gazon - France 2
L'Italienne Francesca Schiavone poursuit son bon parcours à s'Hertogenbosch avec un succès sur Olga Govortsova. La Biélorusse, tombeuse de Nathalie Dechy au tour précédent, n'a rien pu faire contre la petite transalpine, victorieuse 6-1, 6-3 sans coup...
Tennis: Sharapova sort Schiavone et va en quarts à Birmingham - nouvelobs.com
BIRMINGHAM (Reuters) - L'ancienne numéro un mondiale Maria Sharapova s'est qualifiée pour les quarts de finale du tournoi sur herbe de Birmingham en battant l'Italienne Francesca Schiavone, tête de série n°7. La Russe qui avait, tout comme son...
David Ferrer atteint facilement les quarts de finale aux Pays-Bas - La Presse Canadienne
Ce fut une mauvaise journée pour les soeurs Bondarenko, puisqu'Alona a également baissé pavillon, 4-6, 7-5, 6-3, face à l'Italienne Francesca Schiavone, cinquième tête de série. Schiavone fera face à la Bélarusse Olga Govortsova, tombeuse de la...
Dechy à la trappe - France 2
L'Ukrainienne Alona Bondarenko s'est, elle aussi, inclinée face à l'Italienne Francesca Schiavone (4-6, 7-5, 6-3). Même sanction pour sa petite soeur Kateryna qui est tombée sous les balles de la Slovaque Daniela Hantuchova (N.6) en trois sets 2-6,...
Tennis. Wimbledon : Federer a une nouvelle fois rendez-vous avec l ... - Ouest-France
Court N.3 : James Blake (USA/N.17) - Andreas Seppi (ITA) ; Victoria Azarenka (BLR/N.8) - Séverine Brémond (FRA) ; Aleksandra Wozniak (CAN/N.23) - Francesca Schiavone (ITA) ; Tommy Haas (GER/N.24) - Alexander Peya (AUT)....
RECHERCHER SUR WELOVETENNIS.FR : - We Love Tennis !
Chez les femmes, Yanina Wickmayer, auteur d'un très bon début de saison, affronte Francesca Schiavone, tandis que Tamarine Tanasugarn aura l'insigne honneur de défier la numéro une mondiale, Dinara Safina. Chez les hommes, se jouera un duel 100%...
Sharapova en quarts - L'Equipe.fr
Après avoir rapidement bouclé les derniers points de son deuxième tour contre Alexa Glatch (6-3, 6-4), Maria Sharapova a obtenu son ticket pour les quarts de finale en battant Francesca Schiavone (6-1, 6-3). La Russe, tête de série n°7,...
Les Françaises en demies - Le Figaro
Dans le bas de tableau, Francesca Schiavone s'est défait de la Bélarusse Olga Govortsova, tombeuse de Nathalie Dechy au tour précédent. L'Italienne sera opposée à la Belge Yanina Wickmayer. Elle n'a laissé aucune chance à l'Allemande Kristina Barrois...

Francesca Schiavone

Francesca schiavone medibank international 2006.jpg

Francesca Schiavone (née le 23 juin 1980 à Milan) est une joueuse de tennis italienne, professionnelle depuis 1998 sur le circuit WTA.

Très accrocheuse, puissante, et dotée d'un jeu complet, Francesca Schiavone s'est régulièrement classée parmi les vingt meilleures joueuses du monde entre 2003 et 2006. Pourtant, il lui a fallu patienter jusqu'à fin juillet 2007, et perdre huit finales de rang, pour remporter le premier titre en simple de sa carrière, fin juillet à l'Open d'Autriche.

Elle a été deux fois quart de finaliste en Grand Chelem, en 2001 à Roland-Garros et en 2003 à l'US Open, respectivement battue par Martina Hingis et Jennifer Capriati.

À l'occasion de l'Open de Dubaï en 2008, elle a réalisé l'une de ses plus belles performances en éliminant la numéro un mondiale Justine Henin, laquelle restait sur 17 succès consécutifs dans cette compétition.

Joueuse de double émérite, elle a gagné six tournois à ce jour, dont la Coupe du Kremlin en 2006 aux côtés de Květa Peschke.

C'est incontestablement en Fed Cup que Francesca Schiavone a obtenu ses résultats les plus remarquables. En septembre 2006, avec l'équipe italienne, elle créé la surprise en arrachant l'épreuve face à la Belgique favorite emmenée par Justine Henin. En juillet de l'année suivante à Castellaneta, elle qualifie son pays pour la finale grâce à ses trois matchs victorieux en demi face à la France. Mais en septembre, à Moscou, elle perd de justesse ses deux duels face à Anna Chakvetadze puis Svetlana Kuznetsova et n'empêche pas le triomphe attendu des Russes.

En haut



Tatiana Golovin

Tatianagol.jpg

Tatiana Golovin, née le 25 janvier 1988 à Moscou, est une joueuse de tennis française.

Bien que née à Moscou en Russie, elle déménage avec ses parents à Lyon et obtient la nationalité française. Elle a deux sœurs, Olga et Oxana. Elle fréquente durant six ans les courts de l'école de tennis de Nick Bollettieri à Bradenton, en Floride et parle couramment l'anglais.

Son nom de famille en langue russe devrait en toute logique être "Golovina" (Головина, de Golovin, suivi du a féminin), mais en tant que citoyenne française, elle porte le même nom que son père (lui-même d'origine français) : Головин. Les sources russes sont partagées entre ces deux options, mais la seconde semble prévaloir. Elle-même écrit son nom "Golovin", bien que la translittération française traditionnelle aurait donnée "Golovine" et malgré la différence de prononciation que cela peut occasionner pour un locuteur français. Ainsi, son nom a une consonance, une orthographe et une prononciation plus proches des noms français que des noms russes.

Tatiana est une joueuse plutôt appréciée par les autres joueuses de tennis et par le public de par sa gentillesse et son sens de l'humour. Elle entretient de bonnes relations avec la plupart des joueuses comme Svetlana Kuznetsova, Justine Henin ou encore Maria Sharapova qu'elle a rencontrée à l'académie Bollettieri.

Tatiana possède un jeu assez commun sur le circuit puisqu'elle a une très bonne frappe de balle. Néanmoins, son excellent coup droit, précis et puissant, que le journal L'Equipe qualifie de meilleur coup droit du monde lui permet de déborder facilement son adversaire et faire des points gagnants. Son service n'est cependant pas en reste, étant donné qu'elle l'utilise pour mettre en difficulté la joueuse en face et ainsi pouvoir contrôler l'échange et y imposer sa cadence. Son jeu de jambes est aussi un atout dans son jeu car, grâce à cette bonne mobilité, elle peut tenir un échange de fond de court et faire craquer son adversaire pour en reprendre le contrôle. Elle n'est cependant pas aussi performante en revers qu'en coup droit qui, bien que puissant, ne l'est pas assez pour que la joueuse possède un jeu complet. Elle n'est pas non plus une "volleyeuse née" et du coup s'y aventure rarement et se prend assez fréquemment des passings bien qu'elle travaille de plus en plus ce paramètre de jeu.

À seulement 16 ans, Tatiana parvient en huitièmes de finale de l'Open d'Australie. Elle profite de l'abandon de Marie-Gaiane Mikaelian (6-0, 4-1, ret.), élimine Anna Smashnova-Pistolesi (6-2, 6-3) puis efface Lina Krasnoroutskaya (6-2,7-6) avant de subir une sévère défaite contre Lisa Raymond (6-2, 6-0).

Deux semaines plus tard, Tatiana atteint la demi-finale de l'Open Gaz de France, sortant au passage Elena Dementieva (6-4, 6-4). Mary Pierce ne lui donne pas la moindre chance (6-4, 6-0). Elle échoue prématurément à Indian Wells au second tour, battue par Paola Suarez (1-6, 7-5, 6-2). "Tati" atteint les huitièmes de finale de Miami, vaincue par Eleni Daniilidou (7-6, 6-1). Sa saison sur terre battue n'est pas très fructueuse. Elle est éliminée au premier tour du tournoi de Berlin une nouvelle fois par Eleni Daniilidou (7-5, 3-6, 6-3) puis au second tour de Rome par Paola Suarez (6-2, 7-5). Elle cède au premier tour de Roland Garros contre Klára Zakopalová (7-6, 7-6). Néanmoins, Tatiana remporte le tournoi en double mixte associée au jeune Richard Gasquet en battant la paire Zimbabwéennes Cara Black/Wayne Black (6-3, 6-4) en finale.

Sa saison sur gazon est plus convaincante. En effet, elle arrive pour la première fois en finale d'un tournoi à Birmingham où elle est stoppée en finale par la Russe Maria Sharapova (4-6, 6-2, 6-1). Pour sa première participation à Wimbledon, elle parvient en huitièmes de finale en corrigeant notamment Francesca Schiavone (6-1, 6-0). Elle est impuissante face à Serena Williams qui l’élimine en deux sets secs 6-2, 6-1.

Elle va jusqu'aux quarts de finale de Montreal, barrée par Vera Zvonareva 6-3, 6-1. Au tournoi de New Haven, la Française est sortie au deuxième tour par l'Américaine Jennifer Capriati (6-3, 6-2). Tatiana survole les deux premiers tours de l’US Open face à Anca Barna (6-2, 6-4) et Akiko Morigami (6-4, 6-4). Comme à Wimbledon, Serena Williams l’empêche d’aller plus loin dans le tournoi (7-5, 6-4).

Tatiana se rend alors au tournoi de Tokyo où elle cède face à la jeune prodige Tchèque Nicole Vaidišová (6-4,3-6,6-4). Même refrain à Zurich où c’est un autre espoir du tennis, Ana Ivanović qui lui barre la route d’entrée (7-5, 6-7, 7-6). Elle se hisse en quart de finale du tournoi du Luxembourg (battue par Alicia Molik 3-6, 6-4, 6-4).

Elle est alors sélectionnée en simple pour la première fois en Fed Cup en compagnie de Nathalie Dechy, Émilie Loit et Marion Bartoli. Tatiana contribue largement à la victoire de la France face à l'Espagne (5-0) en gagnant ses deux matchs contre Anabel Medina Garrigues (6-3, 6-3) et contre Marta Marrero (6-3, 6-4).

Elle prend part à la finale de Fed Cup contre une Russie archi-favorite, emmenée par la lauréate de Roland Garros Anastasia Myskina, et de la tenante du titre de l'US Open Svetlana Kuznetsova. Elle perd son duel face à la première nommée (6-4, 7-6) mais bat la seconde (6-4, 6-1). Le double donne la victoire à la Russie.

A la fin de l'année, Tatiana occupe la 27e place mondiale mais n'a encore remporté aucun tournoi en simple. Elle est élue Newcomer of the Year 2004 par la WTA, première Française à recevoir cette distinction.

Elle attaque l’année avec espoir mais est diminuée par un zona. Elle atteint tout de même la demi-finale de Gold Coast où elle est battue par Patty Schnyder (3-6, 6-4, 6-3). Tatiana arrive alors à l'Open d'Australie en ayant comme objectif de rééditer sa performance de l'année précédente, c'est-à-dire un huitième de finale. Après un premier tour serré gagné en deux sets 6-3, 7-5 face à Ľudmila Cervanová, la Française se fait surprendre au deuxième tour face à Abigail Spears (7-5, 6-1).

Elle atteint une nouvelle fois la demi-finale de l’Open Gaz de France à Paris où elle est battue par la future lauréate de l’épreuve Dinara Safina au terme d'un superbe match (6-1, 4-6, 7-6). À Anvers, la jolie blonde prend sa revanche sur Dinara Safina au premier tour qu'elle bat en trois sets (6-4, 6-7, 6-3). Au deuxième tour, Tatiana est éliminée par Anastasia Myskina 6-3, 6-7, 6-4. Elle s'engage alors à Indian Wells et à Miami. Elle est sortie des deux tournois en huitièmes de finale par la même adversaire: Elena Dementieva. (2-6, 6-4, 6-4 à Indian Wells et 3-6, 6-2, 6-1 à Miami).

Elle engrange des victoires à Charleston sur Venus Williams au troisième tour (7-5, 6-4) et sur Nadia Petrova en quart de finale (7-5, 6-3). "Tati" n’est pas loin de battre Justine Henin (7-6, 7-5) qui revient tout juste de blessure. Sa saison sur terre battue n’est pas un succès : elle est éliminée au premier tour de Rome par Ana Ivanović (6-3, 6-4) et par Shuai Peng à Strasbourg (6-4, 3-6, 7-5). Elle échoue à Roland Garros au troisième tour contre Elena Bovina en deux sets 6-3, 7-5.

Elle se hisse comme l’année précédente en demi-finale de Birmingham où elle est battue par Maria Sharapova (7-5, 6-1). À Wimbledon en revanche, Tatiana réalise une contre-performance, éliminée d’entrée par Alona Bondarenko (6-3, 3-6, 7-5).

La saison américaine ne sera pas mémorable : elle ne dépasse pas deux tours dans les tournois de San Diego (battue d’emblée par Anna Chakvetadze 6-4, 6-4), à Toronto (battue au deuxième tour par Gisela Dulko 2-6, 6-0, 6-1) et New Haven (défaite par Květa Peschke au premier tour 6-3, 6-4). Elle arrive donc à l'US Open sans beaucoup de repères et perd sans gloire contre sa compatriote Nathalie Dechy en trois sets 7-5, 2-6, 6-2.

Les affaires ne s’arrangent pas à Pékin où elle est eliminée dès le premier tour par Shinobu Asagoe 6-3, 6-4. À Séoul, son parcours est plus probant puisqu'elle atteint la demi-finale, battue de peu par Jelena Janković en 3 sets (6-4, 5-7, 6-4). À Tokyo, la Française passe très près d'un premier titre mais le sort s'acharne : elle abandonne en finale face à Nicole Vaidišová à 7-6,3-2 pour la Tchèque à cause d’une tendinite au tendon d'Achille droit. À Zurich, Tatiana est éliminée au premier tour par Ana Ivanović en trois sets 6-4, 5-7, 7-5. Bis repetita à Linz où la Croate la sort au second tour (7-5, 6-3). Tatiana termine ainsi une saison en demi-teinte sans aucun titre glané.

Tatiana commence sa saison 2006 par un quart de finale à Gold Coast où elle est battue par l'italienne Flavia Pennetta 6-2, 5-7, 6-1. Une cruelle désillusion l’attend au premier tour de l'Open d'Australie qui voit Mara Santangelo la vaincre 6-4, 4-6, 6-4.

À Tokyo, la Française chute une nouvelle fois dès le premier tour contre sa compatriote Marion Bartoli de manière très sèche 6-3, 6-0. À l'Open Gaz de France, elle se hisse en demi-finale, battant Nadia Petrova en quart de finale (3-6, 7-6, 6-3) et en résistant de très belle manière avant de sombrer face à Amélie Mauresmo (6-7, 7-5, 6-2). La semaine suivante à Anvers, Tatiana s’incline de justesse au deuxième tour contre Kim Clijsters (4-6, 7-6, 7-5).

Faisant l'impasse sur la saison au Moyen-Orient, "Tati" s'envole pour Indian Wells où elle est éliminée au troisième tour par Gisela Dulko (1-6, 7-5, 7-6). La semaine suivante, la jeune française impressionne en se qualifiant pour la finale de Miami après notamment avoir mis Elena Dementieva sous l'éteignoir (6-2, 6-1) en quart de finale. Le sort s'acharne encore une fois car elle doit abandonner face à Maria Sharapova après s'être tordue violemment la cheville alors qu'elle est menée (6-3, 6-7, 4-3 ret.). La Française était en train de réussir une remontée prodigieuse puisqu'elle était menée 6-3 5-1, elle sauva alors 4 balles de match avant de gagner le second set. Juste avant de se tordre la cheville, elle venait d'obtenir une balle de break pour revenir a 4-4 dans la dernière manche. C'est en larmes qu'elle quitta le court, sous l'ovation du public et les applaudissements de son adversaire. Cette entorse l'obligera a porter un plâtre durant 10 jours.

Cette entorse compromet la suite de sa saison mais elle reprend à Roland Garros, faisant l’impasse sur la Fed Cup. En manque de matchs et de repères sur la surface, elle cède logiquement au premier tour contre Jie Zheng (6-3, 7-6).

Tatiana joue les tournois de préparation de l'US Open. Elle est battue au premier tour à Cincinnati par Vera Zvonareva 6-3, 6-0. Elle réussit ensuite un beau parcours au tournoi de Stanford en allant jusqu'en demi-finale où elle est éliminée par la Suissesse Patty Schnyder 7-6, 6-1. À San Diego et à Montréal, elle est sortie dès le premier tour (respectivement par Amy Frazier 6-3, 7-6 et par Ana Ivanović 6-4, 6-2). À New Haven, la Française est battue au deuxième tour par Svetlana Kuznetsova 6-0, 2-6, 6-4.

Tatiana arrive à New York pour disputer l'US Open alors qu'elle est en plein doute sur sa capacité à bien jouer. Elle passe les deux premiers tours facilement 6-3, 7-5 face à Ashley Harkleroad et 6-4, 6-3 face à Agnieszka Radwańska. Elle se défait ensuite de Nadia Petrova (7-5, 6-7, 6-3) puis de Anna Chakvetadze (6-3, 6-2). Elle n'ira pas plus loin, battue par Maria Sharapova, future vainqueur du tournoi, en deux sets très serrés 7-6, 7-6.

Au Luxembourg, la Française est battue dès le premier tour par Daniela Hantuchová 7-6, 6-3. La semaine suivante, à Stuttgart, Tatiana atteint la 3e finale de sa carrière où elle s'incline face a Nadia Petrova 6-3, 7-6.En demi-finale, elle bat la numéro 9 mondiale Patty Schnyder 6-1, 5-7, 7-5. Sa saison se termine de manière malheureuse sur une nouvelle entorse à la cheville au deuxième tour du tournoi de Zurich face à Maria Kirilenko, "Tati" menait 4-2 dans la première manche. Au premier tour, elle avait écrasé Nicole Vaidišová 6-2, 6-0.

Tatiana participe pour la 1re fois à la Hopman Cup, tournoi exhibition par équipes mixtes à Perth en préparation de l'Open d'Australie, accompagnée de Jerome Haehnel pour représenter la France. Elle se retrouve dans un groupe redoutable composé des équipes Australiennes, Américaines et Russes. La France l'emporte sur les Etats Unis 2-1 grâce notamment à la victoire de "Tati" sur Ashley Harkleroad 6-3, 4-6, 6-2. Tatiana continue sa chasse aux succès en battant Alicia Molik 7-5, 6-2 pour disposer de l'équipe Australienne. Tatiana se fera ensuite sèchement battre par Nadia Petrova 7-6, 6-0 en simple. En double, associée à Jerome Haehnel, elle est également défaite par la paire Nadia Petrova/Dmitry Tursunov 6-4, 6-2, mettant un terme au parcours de la France dans la compétition.

Tatiana prend part au tournoi de Sydney où elle s'arrête au deuxième tour, battue par Amélie Mauresmo malgré une belle résistance (6-7, 7-5, 6-1). À l'Open d'Australie, après deux premiers tours passés facilement face à Anna Smashnova-Pistolesi (6-3, 6-1) et Zuzana Ondraskova (6-2, 6-0), elle perd au troisième tour face a l'Israélienne Shahar Peer 3-6, 7-5, 7-5 malgré 2 balles de match en sa faveur.

Tatiana se rend ensuite a l'Open Gaz de France où elle est stoppée en quart de finale par Justine Henin (6-2, 3-6, 6-3). Elle enchaîne ensuite avec le tournoi d'Anvers. Au deuxième tour, elle y réussit un match extraordinaire face a la Suissesse Patty Schnyder, menée 7-6, 3-0, La française sauve 4 balles de match pour finalement s'imposer 6-7, 7-6, 6-2. Sur cette lancée, elle bat la Russe Elena Likhovtseva en quart de finale (7-6, 7-5) mais ne peut pas grand chose en demi-finale contre Kim Clijsters qui joue l’un de ses tout derniers tournois (6-4, 6-3).

Tatiana participe à deux tournois de première catégorie : l'Open d'Indian Wells et l'Open de Miami. Elle parvient à atteindre un quart de finale au premier, s'inclinant face à l'Autrichienne et révélation du tournoi Sybille Bammer (6-2, 6-3). En revanche le résultat est moins convaincant à Miami où elle s’incline lourdement face à la Russe Anna Chakvetadze 6-1, 6-3 au troisième tour.

Elle démarre tambours battants sa saison sur la terre américaine en écartant Venus Williams (6-2, 6-3), Ana Ivanović (6-4, 3-6, 6-4) puis Nadia Petrova en finale d’ Tournoi d'Amelia Island (6-2, 6-1). C’est sa première victoire sur le circuit WTA. Sa cheville droite la trahit à nouveau à Charleston contre Dinara Safina (6-3, ret.). Tatiana ne préfère pas prendre de risque en vue du premièr tour de Fed Cup.

Un nouveau coup dur se profile pour Tatiana qui ne s'est pas suffisamment remise de la cheville qui la faisait souffrir à Charleston. Elle doit donc observer une période de repos avant Roland Garros pour ménager cette cheville. Mais la blessure est trop importante alors Tatiana est obligée de déclarer forfait pour Roland Garros.

Cette blessure la contraint à faire l’impasse sur les tournois de Birmingham et d'Eastbourne car sa cheville est encore très douloureuse. Elle participe tout de même au tournoi de Wimbledon avec une reprise difficile face à la Taiwanaise Su-Wei Hsieh qu'elle bat au finish (5-7, 6-3, 8-6) mais elle perd au second tour face à l'Autrichienne Tamira Paszek (6-2, 3-6, 6-1).

Sa saison estivale aux Etats-Unis débute mal : elle s'incline au deuxième tour du tournoi de Stanford contre Sania Mirza (6-4, 6-1), puis sèchement au troisième du tournoi de San Diego face à la tête de série numéro 1 du tableau Maria Sharapova (6-0, 6-3). À Los Angeles, Tatiana doit abandonner lors de son match face à Tamarine Tanasugarn alors que celle-ci avait remporté le premier set 7-5. Elle renoue avec le succès en vainquant la numéro 4 mondiale Svetlana Kuznetsova en quart de finale (2-6, 7-5, 6-1). Elle bute néanmoins en demi-finale contre la numéro 3 mondiale Jelena Janković (5-7, 6-3, 6-2). La désillusion est grande à l'US Open où "Tati" sort par la petite porte en échouant au premier tour face à la modeste américaine Ahsha Rolle (6-4, 1-6, 6-2).

Tête de série numéro 1, elle se relance au tournoi de Portoroz en disposant en finale de Katarina Srebotnik en trois sets serrés (2-6, 6-4, 6-4). Elle enchaîne avec le tournoi du Luxembourg mais elle subit la loi de la numéro 6 mondiale Ana Ivanović (6-1, 6-2). Elle réédite sa performance au tournoi de Stuttgart en se hissant en finale. Elle bat au passage la numéro 6 mondiale Anna Chakvetadze (7-6, 6-1), puis la numéro 2 Svetlana Kuznetsova (6-2, 6-4). Elle s’incline contre la numéro 1 Justine Henin (2-6, 6-2, 6-1) après avoir existé que le temps d’un set.

A Zurich, "Tati" arrive en finale en battant au second tour la numéro 4 mondiale Ana Ivanović très facilement sur le score de 6-3, 6-1. En quart de finale, elle bénéficie de l'abandon de sa compatriote Marion Bartoli, alors que cette dernière menait 5-4 dans le premier set. En demi-finale, elle dispose assez facilement de l'Italienne Francesca Schiavone (6-0, 6-4) mais bloque de nouveau sur Justine Henin (6-4, 6-4). On retrouve Tatiana au tournoi de Linz mais, victime d'une blessure au genou droit, elle abandonne au premier tour face à la grecque Eleni Daniilidou alors que celle-ci menait 6-4, 0-1. Ce coup d’arrêt est synonyme de fin de saison pour Tatiana Golovin qui se concentre déjà sur sa saison 2008.

Associée à Arnaud Clement à la Hopman Cup, elle participe à la victoire de la France contre l'équipe de l'Argentine (2-1) grâce notamment à la victoire de la Française sur Gisela Dulko en deux sets 6-4 6-3 et en double face à la paire Gisela Dulko/Juan Ignacio Chela 6-3 6-2. La France échoue contre la paire Serbe composée de Jelena Janković et de Novak Đoković (1-2), n’ayant pu faire la différence en double (5-7 6-4 10-4). La France relève la tête en disposant facilement de Taiwan (3-0). Tatiana remporte le simple contre Su-Wei Hsieh (6-1 6-1) et le double face à Su-Wei Hsieh/Yen-Hsun Lu. La performance est néanmoins insuffisante pour accéder à la finale.

À Sydney, Tatiana est sortie par Jelena Janković (6-1 2-6 6-3). Cette préparation ne suffit pas à la Française pour franchir un palier à l’Open d'Australie. Après un premier tour difficilement remporté aux dépens de Stéphanie Cohen-Aloro 6-1 4-6 6-3, elle tombe au second tour sur Aravane Rezai qui la défait en trois sets (6-3 3-6 6-3). Elle révèle alors avoir été gênée par une douleur au dos qui la contraint d'ailleurs à ne pas participer à la Fed Cup, l'Open Gaz de France à Paris qu'elle affectionne particulièrement car il se joue dans son pays et au tournoi d'Anvers.

Absente des courts depuis sa défaite à l’Open d'Australie contre Aravane Rezai, Tatiana fait son retour au Tournoi de Memphis. Malheureusement, elle chute d'entrée face à l'Américaine Bethanie Mattek, n°114 mondiale (6-4, 6-4). Début mars, elle apprend la raison de sa douleur récurrente au dos : un kyste de 6 cm dans la hanche. Elle se fait opérer dans la foulée et doit se tenir éloignée des courts pour une durée indéterminée. La jeune française, en plus de son opération à la hanche, se fait opérer de l'appendicite tout comme sa compatriote Amélie Mauresmo l'an passé.

Elle prévoit son retour lors d'un tournoi ITF à Cagnes-sur-mer où elle y est éliminée par l'Estonienne Maret Ani au 3ème tour 5-7 7-6 6-2. Elle a pu constater son niveau de jeu actuel et avoue souffrir encore un peu au moment de servir. A Berlin, la jeune Française est battue dès le 1er tour par la danoise Caroline Wozniacki 7-6 6-2. Estimant que sa blessure n'est pas assez guérie, elle décide de ne pas jouer les tournois de Rome, Strasbourg et surtout Roland Garros. La jeune Française prévoit de revenir lors du tournoi de Birmingham mais elle décide de ne pas jouer toute la saison sur gazon y compris le tournoi de Wimbledon, 3ème Grand Chelem de l'année, préférant se concentrer sur les Jeux olympiques où elle est sélectionnée en simple comme en double. Cependant, insuffisamment remise de sa blessure, elle se voit contrainte de déclarer forfait pour les deux épreuves.

Ces nombreuses contre-performances et ces forfaits font dégringoler la joueuse dans le classement WTA. Classée 12e mondiale en février, elle est tombée à la 47e place fin septembre, à la 82e place au 6 octobre, et chute encore à la 252e place, le 20 octobre. C'est 239 places de moins qu'à l'issue de la saison 2007, sa meilleure saison (13e au classement WTA). Elle est ainsi désormais 18e joueuse française.

Toujours pas rétablie Tatiana ne participe pas aux Internationaux d'Australie.

En haut



Nathalie Dechy

Nathalie Dechy 2006 Australian Open.JPG

Nathalie Dechy (née le 21 février 1979 aux Abymes, Guadeloupe) est une joueuse de tennis française, professionnelle depuis 1994.

Née en Guadeloupe dans une famille passionnée de tennis, Nathalie Dechy débute sa carrière en 1994. Quoique rarement victorieuse, elle devient à partir du début des années 2000, l'une des joueuses les plus régulières du circuit.

Elle vit sa plus grande saison en 2005. Elle atteint les demi-finales de l'Open d'Australie où elle s'incline 2-6 7-6 6-4 face à la numéro un mondiale Lindsay Davenport après être passée à deux points de la victoire. Jouant son meilleur tennis, elle élimine au passage la numéro 3 mondiale Anastasia Myskina 6-4 6-2 en huitième de finale, puis la suissesse Patty Schnyder 6-1 5-7 7-5 en quart de finale. Nathalie Dechy atteint alors le meilleur classement de sa carrière: 13e mondiale. Elle est ensuite quart de finaliste au tournoi d'Indian Wells, battue 7-6 6-0 par Lindsay Davenport. Pas très heureuse sur terre battue, elle est tout de même quart de finaliste à Varsovie (battue par Ana Ivanović 7-6 6-4 et demi-finaliste à Strasbourg (défaite 6-4 6-1 face à la future vainqueure Guarrigues). A Roland Garros elle est éliminée au troisième tour par l'espagnole Garrigues 7-6 6-2. La saison sur gazon est plutôt réussie avec un quart de finale à Eastbourne (battue par la russe Kuznetsova 6-4 7-5) puis un huitième de finale à Wimbledon où elle s'incline 6-4 6-2 face à Maria Sharapova. A l'US Open elle va jusqu'en huitième de finale, battue par Davenport 6-0 6-3. Elle est ensuite demi-finaliste au tournoi de Luxembourg, s'incline face à Kim Clijsters en demi (6-3 6-1) après une victoire sur la slovaque Daniela Hantuchová en quart. A Filderstadt elle perd de justesse en huitième de finale face à la russe Elena Dementieva 5-7 6-3 6-4. A Zurich elle bat Svetlana Kuznetsova au premier tour à l'issue d'un match fabuleux 6-4 4-6 7-6 et près de trois heures de jeu. En huitième de finale elle est une nouvelle fois battue par Elena Dementieva 5-7 6-2 6-4. Elle finit sa saison par une demi-finale à Québec battue par l'américaine Amy Frazier 6-4 7-5.

2006 est une saison décevante pour Nathalie Dechy qui perd au premier tour de l'Open d'Australie, de Wimbledon et l'US Open. Elle atteint néanmoins le troisième tour de Roland Garros où elle est battue 6-3 3-6 10-8 par Daniela Hantuchova après avoir servi pour le gain du match à 7-6 dans la dernière manche. Nathalie Dechy atteint les quarts de finale sur le gazon de Eastbourne, battue 6-4 6-4 par Myskina. En huitième de finale, elle réussit la performance de battre la numéro un mondiale Amélie Mauresmo 3-6 6-2 6-3. Elle est aussi quart de finaliste à Luxembourg s'inclinant 5-7 6-4 6-0 face a la future vainqueure Alona Bondarenko. En huitième de finale elle obtient une victoire de prestige sur la russe Nadia Petrova 6-4 6-3. Au premier tour de la Fed Cup face à l'Italie, elle perd ses deux matchs face à Francesca Schiavone (6-7 6-3 6-3) et Flavia Pennetta (6-3 6-1). En match de barrage contre la République tchèque elle bat néanmoins Lucie Šafářová au terme d'un match de trois heures: 5-7 6-3 10-8. Elle remporte Flushing Meadows en double dames aux côté de Vera Zvonareva.

2007 commence mal avec une nouvelle défaite au premier tour de l'Open d'Australie, 6-0 6-2 face à Martina Hingis.Elle est ensuite huitième de finaliste à L'Open Gaz de France (battue 6-3 6-2 contre Mauresmo) et à Anvers (défaite 6-3 6-7 6-2 face à Ivanovic). Nathalie est éliminée au troisième tour à Indian Wells (face à Sharapova), Miami( Face à Petrova), à Amelia Island (face à Ivanovic) et Rome (défaite face à Fedak). Au premier tour de Fed Cup contre le Japon, elle gagne son match de simple face à Ai Sugiyama 7-5 6-1. A Roland Garros elle s'incline au deuxième tour face à sa compatriote Amélie Mauresmo sur le score de 6-3 6-7 6-1 avant toutefois de remporter, quelques jours plus tard, l'épreuve de double mixte associée à l'Israélien Andy Ram contre la paire Srebotnik-Zimonjic, 7-5 6-3. Elle parvient à garder son titre à Flushing Meadows en double dames aux côtés de Dinara Safina en battant en deux sets secs en finale la paire taïwanaise composée de Yung-Jan Chan et Chia-Jung Chuang (6-4, 6-2).

Le premier tournoi du Grand Chelem de 2008 se solde comme l’année précédente par un échec. Nathalie Dechy est en effet défaite sèchement au premier tour de l’Open d'Australie, cette fois par la numéro 2 mondiale Svetlana Kuznetsova (6-3 6-1). Elle prend part au premier tour de la Fed Cup disputé en Chine. Evincée du premier simple au profit de la jeune Alizé Cornet, elle prend sa chance face à Zi Yan qu’elle défait 6-3 6-2 avant de s’incliner dans le double décisif associée à Virginie Razzano face à la redoutable paire Zi Yan/Jie Zheng. Dans la foulée, elle atteint le second tour de l'Open Gaz de France, surclassée par la tête de série numéro 1 et future lauréate du tournoi Anna Chakvetadze sur le score de 6-1 6-3.

Mariée à Antoine Maître-Devallon depuis septembre 2004, Nathalie Dechy vit actuellement à Villeneuve-d'Ascq.

À ce jour, elle a gagné un titre WTA en simple et six en double.

De mai 1996 à janvier 2009, elle a participé, avec des succès divers mais sans exception, à tous les tournois du Grand Chelem du calendrier, soit 52 éditions consécutives : une performance rare.

En haut



Mary Pierce

Mary Pierce.jpg

Mary Caroline Pierce, née le 15 janvier 1975 à Montréal au Québec d’une mère française et d’un père américain, est une joueuse de tennis professionnelle de 1989 à 2006. Détentrice de la double nationalité, elle défend les couleurs tricolores en compétition, notamment en Fed Cup.

Mary Pierce a gagné deux tournois du Grand Chelem en simple dames au cours de sa carrière : l'Open d'Australie en 1995 et Roland-Garros en 2000.

Mary Pierce découvre le tennis à l'âge de 10 ans en Floride, en accompagnant une copine à un entraînement. Rapidement passionnée, la jeune fille convainc son père, Jim, de l'inscrire à l'académie de Harry Hopman, où elle va se forger un style fondé sur la puissance et les qualités physiques. En 1987, elle remporte le Championnat des États-Unis des moins de douze ans ; son père abandonne alors son métier pour s'improviser entraîneur de tennis.

Ne passant pas par le circuit junior, Mary commence sa carrière professionnelle en 1989 par le tournoi WTA Tiers II de Hilton Head. Elle devient alors la plus jeune joueuse à entrer sur le circuit (14 ans et 2 mois) jusqu'à ce que Jennifer Capriati ne lui prenne ce record l'année suivante.

1991-1992 voient Mary Pierce percer au plus haut niveau. Avec quatre succès dans des épreuves secondaires (Palerme en 1991 en simple comme en double, puis Cesena, Palerme et Porto Rico en 1992), elle gravit rapidement les échelons de la hiérarchie mondiale, passant du 236e rang en 1989, au 13e rang en 1992 à la WTA.

1993 est sa première grande année. La Française atteint en effet pour la première fois les quarts de finale dans un tournoi du Grand Chelem à l'Open d'Australie. Opposée à l'argentine Gabriela Sabatini, elle obtient quatre balles de match dans le jeu décisif du deuxième set qu'elle perd 14 points à 12. Elle n'oppose ensuite plus aucune résistance dans le dernier set et s'incline 4-6, 7-6, 6-0 en presque trois heures de jeu. Mary atteint les 8èmes de finale à Roland Garros s'inclinant face à la n°8 mondiale Jennifer Capriati au terme d'un match trés disputé 6-4, 7-6. Elle est également 8ème de finaliste à l'US Open vaincue 6-1, 6-0 par la n°1 Steffi Graf. Au mois d'octobre, elle remporte le Grand Prix de Filderstadt face à Natasha Zvereva 6-3, 6-3. Participant au Masters pour la première fois, Mary y atteint les demi-finales en battant deux top 10 : la n°5 Gabriela Sabatini (7-6, 6-3) au premier tour puis Martina Navrátilová n°3 mondiale (6-1, 3-6, 6-4) en quart. Elle est stoppée en demi par Arantxa Sánchez Vicario 6-2, 5-7, 6-2 puis finit l'année à la 12è place mondiale.

Ses premiers pas sont toutefois marqués par l'omniprésence bruyante de son père et entraîneur, Jim Pierce, qui finit par être exclu des courts de tennis. L'émancipation de Mary Pierce et son travail avec Nick Bollettieri, son nouvel entraîneur, lui permettent de changer totalement son approche du jeu et contribuent à sa progression.

1994 est l'année de sa confirmation. Sous l'égide de Sven Gröneveld, Mary est 8e de finaliste à l'Open d'Australie, battue, encore une fois, par Sabatini (6-3, 6-3). Surtout, elle se hisse en finale à Roland-Garros à l'issue d'un parcours impressionnant, ne perdant que dix jeux pour arriver en finale et en laminant au passage la numéro un mondiale et tenante du titre Steffi Graf en demi (6-2, 6-2). Mais elle s'incline 6-4, 6-4 en finale face à Sánchez Vicario. Elle atteint quatre autres finales cette même année à Houston, Leipzig, Filderstadt et Philadelphie. En septembre elle est pour la première fois quart de finaliste à l'US Open, battue par Jana Novotná 6-4, 6-0. Elle est ensuite une nouvelle fois demi-finaliste au Masters, battue par Lindsay Davenport 6-2, 6-3 après avoir vaincu Steffi Graf en quart de finale 6-4, 6-4.

En 1995 elle connaît la consécration en remportant son premier tournoi du grand chelem à l'Open d'Australie. Impressionante, elle ne perd aucun set et bat successivement 4 joueuses du top 10 : Anke Huber(n°10)6-2, 6-4, Natasha Zvereva(n°8) en quart de finale 6-1, 6-4, Conchita Martinez (n°3) en demi-finale 6-3, 6-1, puis Arantxa Sánchez Vicario en finale 6-3, 6-2. À l'issue du tournoi Mary atteint son meilleur classement à savoir numéro 3 mondiale. En février elle est finaliste à l'Open Gaz de France battue par Steffi Graf 6-2, 6-2 et finaliste à Zurich en octobre, battue par Iva Majoli 6-4, 6-4. Elle remporte en septembre le tournoi de Tokyo face à Sanchez-Vicario 6-3, 6-3. En grand chelem elle est 8ème de finaliste à Roland Garros, 2ème tour à Wimbledon et 3ème tour à l'US Open. Elle est battue au premier tour du Masters par Anke Huber 6-2, 6-3.

1996 est une mauvaise saison pour Mary Pierce qui blessée, enchaîne les contre performances : elle perd son titre en Australie dès le deuxième tour, battue par Elena Likhovtseva 6-4, 6-4, ne dépasse pas le troisième tour à Roland Garros et finit la saison numéro 22 mondiale. Néanmoins elle atteint tout de même la finale du tournoi d'Amelia Island où elle est battue 6-7, 6-4, 6-3 par Irina Spirlea ainsi que, pour la toute première fois les quarts de finale à Wimbledon perdant en trois set 3-6, 6-3, 6-1 face à la japonaise Kimiko Date.

En 1997 Mary revient trés fort. Non tête de série à l'Open d'Australie, elle y atteint la finale en battant Anke Huber en 8ème de finale 6-2, 6-3, Sabine Appelmans en quart 1-6, 6-4, 6-4 et Amanda Coetzer (tombeuse de Steffi Graf) en demi-finale 7-5, 6-1. Elle échoue en finale face à la prodige suisse Martina Hingis sur le score de 6-2, 6-2. Remise en confiance Mary est finaliste à Amelia Island ainsi qu'à Berlin et remporte le tournoi de Rome 6-4, 6-0 face à Conchita Martinez. Battue par Monica Seles en 8ème de finale de Roland Garros et de l'US Open, Mary est également 8ème de finaliste à Wimbledon. Elle remporte la Fed Cup contre les Pays-Bas avec Sandrine Testud et Nathalie Tauziat sous le capitannat de Yannick Noah. En novembre elle est pour la première fois finaliste au Masters, vaincue par Jana Novotná 7-6, 6-2, 6-3 après avoir battu Martina Hingis en quart de finale 6-3, 2-6, 7-5.

1998 est une année prolifique pour Mary qui remporte 4 tournois : l'Open Gaz de France, Amelia Island, Moscou, Luxembourg et est finaliste à San Diego. En Grand Chelem elle est quart de finaliste à l'Open d'Australie battue 6-3, 6-2 par Martina Hingis, 8ème de finale à l'US Open, 1er tour à Wimbledon et 3ème tour à Roland Garros. Elle est quart de finaliste au Masters battue par Martina Hingis 7-6, 6-3.

1999 est aussi une trés belle saison pour la Française qui atteint 4 finales à Gold Coast, Hambourg, Rome, Filderstadt et remporte le tournoi de Linz 7-6, 6-1 face à sa compatriote Sandrine Testud. Elle est quart de finaliste à l'Open d'Australie, battue pour la troisième fois consécutive par Martina Hingis. Elle perd en quart de finale de l'US Open à l'issue d'un match de trés grande qualité face à Lindsay Davenport 2-6, 6-3, 7-5 après avoir eu 2 balles de match. Elle finit l'année par un quart de finale au Masters, battue une fois encore par Hingis 6-1, 6-2.

En 2000,jouant un tennis de grande qualité, Mary, entraînée par son frère David, est demi-finaliste à Indian Wells en battant Serena Williams 6-1, 6-2. Elle remporte le tournoi de Hilton Head face à Sanchez-Vicario 6-1, 6-0, en demi-finale elle bat 6-1, 6-1 Monica Seles. À Roland Garros elle remporte son deuxième tournoi du Grand Chelem 6-2, 7-5 face à Conchita Martinez. En quart de finale elle bat Monica Seles 4-6, 6-3, 6-4 en réalisant un trés célèbre point gagnant joué entre les jambes. En demi-finale elle bat la numéro un mondiale Martina Hingis 6-4, 5-7, 6-2. Associée à Martina Hingis elle gagne également le double. La Française redevient alors numéro 3 mondiale. Atteignant le 2ème tour à Wimbledon, elle finit sa saison par un huitième de finale à l'US Open où blessée, elle doit abandonner face à Anke Huber alors qu'elle avait perdu la première manche 6-4.

Les pépins physiques vont alors se multipler pour la Française qui ne jouera que trés peu en 2001. Elle dégringole au classement WTA. De retour en 2002, alors classée aux alentours de la 130ème place mondiale, elle réussit l'exploit d'atteindre en tant que wild card les quarts de finale à Roland Garros battue 6-1 6-1 par la future vainqueur Serena Williams.

En 2003 elle obtient des résultats encourageants avec un 8ème de finale à Wimbledon battue 6-3, 6-3 par Justine Hénin-Hardenne et un autre 8ème de finale à l'US Open battue par Anastasia Myskina 7-6, 6-1. En outre à Filderstadt Mary bat pour la première fois une joueuse du top 5 depuis Roland Garros 2000, il s'agit de Jennifer Capriati(5ème mondiale) vaincue 6-4, 6-2 au 2ème tour. Avec Amélie Mauresmo elle remporte pour la deuxième fois la Fed Cup face aux USA.

En 2004 Mary obtient de solides résultats : finaliste à l'Open Gaz de France, elle remporte ensuite son premier tournoi depuis Roland Garros 2000 sur le gazon de s'Hertogenbosch 7-6, 6-2 face à Klára Zakopalová. Elle entre ainsi dans le cercle prestigieux des joueuses ayant remporté au moins un tournoi sur chacune des surfaces existantes (synthétique, terre battue, gazon et ciment).Elle est ensuite quart de finaliste aux Jeux olympiques d'Athènes, s'inclinant 6-4, 6-4 face à Justine Hénin-Hardenne après avoir battu sur le même score la tenante du titre Venus Williams au tour précédent. À l'US Open elle réalise une grande performance en battant au troisième tour la toute récente vainqueur de Wimbledon et n°7 mondiale Maria Sharapova sur le score de 4-6, 6-2, 6-3. En huitième de finale Mary s'incline 7-6, 6-2 face à la future vainqueur Svetlana Kuznetsova.

2005 est sa plus grande saison, marquée aussi par le retour à ses côtés de son frère David. Aprés une défaite au premier tour de l'Open d'Australie face à Stephanie Cohen-Aloro, Mary est quart de finaliste au tournoi d'Indian Wells, s'inclinant 6-4, 6-2 face à Maria Sharapova à l'issue d'un match spectaculaire où la française réussit un coup joué dans son dos mais perd finalement le point.

8ème de finaliste dans plusieurs tournois de préparation à Roland Garros, elle entame les Internationaux de France en tant que tête de série n°22. Elle va y effectuer un parcours exceptionnel. Elle bat la numéro 11 mondiale Vera Zvonareva au troisième tour sur le score de 7-6, 7-5 après avoir été menée 5-2 et avoir sauvé une balle de set dans la première manche. En huitième de finale elle bat la numèro 10 mondiale (et alors considérée comme n°2 sur terre battue) Patty Schnyder en trois sets : 6-1, 1-6, 6-4 dans un match qui vaut pour l'intensité de sa troisième manche épique où Mary a besoin de 11 balles de matches pour conclure. En quart de finale la française bat la numéro un mondiale Lindsay Davenport 6-3, 6-2. Le rêve continu pour Mary Pierce qui bat la russe Elena Likhovtseva 6-1, 6-1 en demi-finale. Mais ratant complètement son match elle est battue 6-1, 6-1 en finale par Justine Hénin-Hardenne.

Mary est ensuite quart de finaliste à Wimbledon, battant Ana Ivanovic au passage, mais s'inclinant face à la future gagnante Venus Williams 6-0, 7-6. Après un premier set raté perdu 6-0, la française hisse son niveau de jeu dans une seconde manche acharnée qu'elle perd 12 points à 10 au tie-break aprés avoir eu 5 balles de set. Elle remporte toutefois un titre à Wimbledon : le double mixte associée à l'indien Mahesh Bhupathi.

Mary est alors numéro 12 mondiale. Elle remporte en août le 17ème titre de sa carrière à San Diego, battant en finale la japonaise Ai Sugiyama 6-0, 6-3.

Elle réalise alors un US Open formidable en battant coup sur coup Justine Hénin-Hardenne (n°8) en huitième de finale 6-3, 6-4, Amélie Mauresmo (n°3) 6-4, 6-1 en quart de finale et Elena Dementieva (n°7) 3-6, 6-2, 6-2 en demi-finale. Elle devient alors la première française à atteindre la finale de l'US Open. Mais en finale elle ne peut rien faire face à Kim Clijsters qui la bat 6-3, 6-1. Mary est alors n°6 mondiale.

Lors de la finale de la Fed Cup qui se dispute à Roland Garros face à la Russie, Mary perd son premier match 7-6, 2-6, 6-1 face à Elena Dementieva. Elle remporte son second match à l'issue d'un époustouflant retour face à Anastasya Myskina, en effet dans ce match Mary à été menée 6-4, 4-1 service à suivre. Elle remporta finalement le macth 4-6 6-4 6-2. Elle perd le double décisif et donc la Fed Cup avec Amélie Mauresmo face à la paire Elena Dementieva-Dinara Safina 6-4, 1-6, 6-3.

Elle remporte à Moscou le 18ème titre de sa carrière face à Francesca Schiavone 6-4, 6-3. En quarts de finale, elle dut sauver, lors du tie break du troisième set, 6 balles de match contre Elena Likhovtseva. Menée 6-0 au tie break, elle le remporta finalement 8-6, empochant le match au passage! La régularité dans l'excellence devient alors la grande force de Mary, qu'elle n'a que peu connue dans sa carrière.

Mary devient ainsi numéro 5 mondiale et se qualifie pour le Masters.

Au Masters elle gagne tous ses matches de poules successivement face à Kim Clijsters 6-1, 4-6, 7-6, Elena Dementieva 6-2, 6-3 et Amélie Mauresmo 2-6, 6-4, 6-2. En demi-finale elle bat Lindsay Davenport 7-6, 7-6. En finale Mary est cependant battue 5-7, 7-6, 6-4 par Amélie Mauresmo en 3h07 de jeu à l'issue d'un match fabuleux et de très grande qualité, considéré comme l'un des meilleurs matches de 2005.

Mary commence l'année avec l'objectif de devenir numéro 1 mondiale. Elle débute sa saison 2006 à l'Open d'Australie où elle bat Nicole Pratt 6-1, 6-1 au premier tour. C'est l'accident au deuxième tour où Mary est battue 6-3, 7-5 par Iveta Benešová.

La française est ensuite finaliste à l'Open Gaz de France, battue 6-1, 7-6 par Amélie Mauresmo après avoir battu Patty Schnyder en demi-finale 6-4, 6-2.

Mais une blessure à la cheville, contractée lors de la finale en France, gâche ensuite sa saison et l'empêche de défendre ses chances à Roland Garros et à Wimbledon. Elle pointe tout de même, au 8 Mai 2006, au 4ème rang mondial.

Après quasiment six mois de patience pour soigner une tendinite au pied, Mary effectue son retour sur le circuit à San Diego, tournoi dont elle est la tenante du titre. Elle y bat tout d'abord Sybille Bammer 6-1, 6-7, 7-6 puis Emma Laine 6-1, 6-2. Elle est battue en quart de finale par la future vainqueur Maria Sharapova 6-2, 6-3.

A l'US Open elle bat au premier tour Elena Vesnina 7-5, 6-1, puis Eva Birnerova 6-3, 6-4 au deuxième tour. Au troisième tour elle est battue 4-6, 6-0, 6-0 par la chinoise Na Li. Mary Pierce a ensuite beaucoup de mal à confirmer son retour. Elle perd au premier tour de Stuttgart, Luxembourg et Zurich.

A Linz, revenant sur de bonnes bases, Mary bat Ai Sugiyama 7-6, 7-6. Mais ensuite, alors qu'elle menait 6-4, 6-5 contre la russe Vera Zvonareva en 1/8e de finale elle se tord très violemment le genou gauche et est contrainte à l'abandon. Elle souffre alors d'une déchirure des ligaments croisés du genou gauche, qui lui vaut une opération. En dépit d'une convalescence plus longue que prévue, elle souhaite reprendre à tout prix le tennis avec pour principal objectif de briller aux Jeux olympiques de Pékin en 2008.

Contre toute attente, la Fédération française de tennis a annoncé le 23 juin 2008 que Mary ferait partie de la liste des 4 joueuses sélectionnées pour les Jeux olympiques de Pékin en simple du fait de son classement protégé (27è). Mais pas encore prête physiquement, elle renonce à cet objectif. La même année, elle joue à une exhibition caritative aux côtés de son modèle Chris Evert. On apprend par la même occasion que son genou lui fait encore mal, deux ans après l'accident.

Son retour, qu'elle souhaite profondément, ne se fera que si le physique le lui permet. Très libre lorsqu'elle parle de sa foi chrétienne, elle affirme que Dieu est son plus grand soutien. Depuis 2005 déjà, mais surtout depuis sa blessure, Mary a trouvé son havre de paix à l'île Maurice où elle passe le plus clair de son temps.

Mary Pierce est connue pour sa générosité, sa sérénité et son sourire qu'elle affiche sur le court comme à la vie. Elle fait partie du cercle fermé des joueuses comptabilisant plus de 500 victoires.

En haut



Nicole Vaidišová

Nicole Vaidisova medibank international 2006 01.jpg

Nicole Vaidišová, née le 23 avril 1989 à Nuremberg (Allemagne), est une joueuse de tennis tchèque.

Nicole Vaidišová a découvert le tennis en Allemagne à l'âge de six ans grâce à sa maman avant de repartir vivre en Tchécoslovaquie puis d'aller développer son jeu à l'Académie Bollettieri en Floride. Professionnelle depuis 2004, elle a commencé à construire son palmarès cette même année lorsqu'elle a remporté son premier titre à Vancouver en sortant des qualifications à l'âge de 15 ans.

Droitière avec un revers à deux mains, Nicole Vaidišová possède un jeu ressemblant beaucoup à celui de Maria Sharapova et qui est en train de se développer très vite sur le circuit féminin. En effet, la jeune joueuse possède une réelle capacité à frapper fort ses balles. Ces frappes sont lourdes et précises et mettent très facilement son adversaire en difficulté. Nicole est tout de même meilleure en coup droit mais sa meilleure arme est son service qui peut très facilement atteindre les 180 km/h. Elle peut mettre n'importe quelle joueuse en difficulté. Elle peut ainsi remporter des points en 2 ou 3 coups de raquettes. C'est une joueuse de fond de court qui ne s'aventure pas énormément au filet alors qu'elle le pourrait vu sa qualité de service. Ce paramètre de jeu constitue d'ailleurs le gros point faible de son jeu. La jeune tchèque possède un jeu qui s'adapte à toutes les surfaces mais sa surface de prédilection reste le dur.

Nicole Vaidišová attaque l'année 2005 avec pour ambition de venir titiller le haut du classement. Au début de cette année, la Tchèque est encore très loin des meilleures (77e mondiale). Mais à 15 ans, Nicole a déjà remporté deux tournois, Vancouver et Tashkent. L'élève de Bollettieri commence par le tournoi d'Hobart pour se mettre en jambes. La Tchèque connaît beaucoup de mal puisqu'elle passera les deux premiers tours dans la douleur (3/6, 7/5, 6/4 face à Tatiana Pereybinis et 6/1, 4/6, 6/3 face à Dinara Safina). Malgré cela, Nicole arrive en quarts mais elle est battue par sa compatriote Iveta Benešová en trois sets 2/6, 6/4, 6/4.

La jeune joueuse accède directement au tableau final de l'Open d'Australie. Après un premier tour accroché face à Maria Vento-Kabchi gagné en trois sets 6/7, 6/4, 6/2 et un deuxième tour gagné 6/0,7/5 face à Jelena Kostanić, Nicole accède au troisième tour où elle est battue par la N°1 mondiale Lindsay Davenport en deux sets secs 6/2, 6/4. Ainsi se termine l'aventure australienne de Nicole.

La jeune joueuse tchèque s'inscrira au tournoi de Memphis où elle atteindra les demi-finales battue par l'américaine Meghann Shaughnessy en deux sets 7/6, 7/6. Nicole attendra un peu avant de rejouer à Indian Wells où elle passera deux tours avant d'être éliminée au troisième tour par la française Mary Pierce 6/4,6/4. La semaine suivante, au tournoi de Miami, elle ira aussi jusqu'au troisième tour, mais elle sera battue par Ana Ivanović en deux sets 6/2, 7/6.

Nicole jouera aussi à Charleston où elle connaîtra sa première victoire face à Anastasia Myskina au deuxième tour (6/3, 5/7, 6/4). Nicole sera battue en quarts par la suissesse Patty Schnyder 6/3, 6/2. La native de Nuremberg en Allemagne observera un temps de repos avant de revenir au tournoi d'Istanbul où elle ira jusqu'en finale. Elle ne gagnera cependant pas le titre puisqu'elle sera battue par l'américaine Venus Williams 6/3, 6/2. La Tchèque arrive à Roland Garros avec beaucoup d'espoir au vu de ses performances. Au premier tour, elle bat sa compatriote Lucie Šafářová qui est aussi un espoir du tennis mondial. Elle la bat en trois sets 4/6, 6/0 ,6/4. Le deuxième tour ne lui sera pas favorable puisqu'elle sera battue par une experte de la terre battue Francesca Schiavone en deux sets 6/2, 7/6.

C'est alors que commence la saison sur herbe pour Nicole. Ces deux tournois de préparation à Wimbledon ne seront pas très fructueux puisqu'elle sera battue au deuxième tour de Birmingham par Eleni Daniilidou (6/4, 6/2) et elle sera éliminée au premier tour du tournoi d'Eastbourne par Vera Zvonareva (6/3, 6/2). Elle arrive donc à Wimbledon sans grosses références. Elle gagne ses deux premiers tours avec quelques petites difficultés (6/3, 3/6, 6/3 face à Jelena Kostanić au premier tour et 7/5, 6/3 face à Michaela Paštiková au second tour). Au troisième tour, elle passe près de la victoire face à la russe Svetlana Kuznetsova, mais elle échoue au moment de conclure, laissant la russe remporter une victoire en trois sets, 7/5, 6/7, 6/2.

Après cela, Nicole attendra le tournoi de Toronto pour rejouer. La jeune Tchèque expédiera ses adversaires jusqu'en quart de finale où elle sera battue par l'une des revenantes du circuit de cette année 2005, Justine Henin-Hardenne. La belge la battra après un match disputé en deux sets 7/5, 7/6. La jeune joueuse ira directement à l'US Open, dernière levée du Grand Chelem de l'année. Nicole expédiera là encore ses adversaires. Elle gagnera facilement son premier tour face à sa compatriote Květa Peschke 6/3, 6/1 puis elle enchaînera sur une victoire sur la chinoise Jie Zheng 6/3, 6/0 puis sur la croate Ivana Lisjak en deux sets 6/1, 7/6. Nicole Vaidišová accède pour la première fois aux huitièmes de finale d'un tournoi du Grand Chelem. Son parcours s'arrêtera à ce stade puisqu'elle sera battue par la russe Nadia Petrova après un match serré 7/6, 7/5.

S'en suit alors une excellente fin d'année pour elle puisque Nicole remportera trois tournois consécutifs. Tout d'abord, à Séoul, elle remporte le 3e titre de sa carrière en battant en finale Jelena Janković en deux sets 7/5, 6/3 et aura le mérite de n'avoir cédé aucun set pendant le tournoi. La semaine suivante, elle glane le 4e titre de sa jeune carrière face à Tatiana Golovin qui a dû abandonner alors qu'elle était menée 7/6, 3/2. A Bangkok, la jeune Tchèque remporte le 5e tournoi de sa carrière après avoir battu au terme d'un match âprement disputé Nadia Petrova en trois sets 6/1, 6/7, 7/5. La Tchèque attaque son dernier tournoi de l'année à Philadelphie où elle ira jusqu'en demi-finale où elle se fera éliminer par la française Amélie Mauresmo en deux sets serrés 7/5, 7/5. A la fin de l'année 2005, Nicole pointe à la 15e place mondiale et a 5 titres à son compteur à seulement 16 ans. Avec ses performances, le tennis commence à retenir son nom.

Nicole Vaidišová attaque sa saison par le tournoi de Sydney. Elle commence bien en atteignant les demi-finales où elle sera battue par Francesca Schiavone 6/4, 6/3. Avec une telle performance, Nicole arrive à l'Open d'Australie avec beaucoup de confiance. Cette confiance se ressent dès ses premiers matchs car elle écrasera ses adversaires des premiers tours face à Anastasiya Yakimova au premier tour (6/1, 6/3) puis face à Anna Chakvetadze au second (6/2, 6/1) et enfin Flavia Pennetta au troisième tour (6/4, 6/2). La Tchèque atteint donc les huitièmes de finale de cet Open d'Australie pour la première fois et elle doit y affronter la française Amélie Mauresmo. L'aventure s'arrêtera là pour Nicole qui se fera éliminer par la française en 47 minutes et deux petits sets, 6/1, 6/1.

Après cette défaite, Nicole traversera une longue période sans résultats concluants. En effet, à part un quart de finale à Tokyo où elle est battue par Elena Dementieva 3/6, 6/2, 6/1, elle n'arrivera plus à passer trois tours dans un tournoi. Tout d'abord, à Memphis, elle est surprise dès le premier tour par Viktoria Azarenka qui la bat en trois sets 7/6, 2/6, 6/4. Ensuite, à Amelia Island la Tchèque est sortie dès les huitièmes de finale par sa compatriote Lucie Šafářová 6/1, 4/6, 6/4. A Charleston, Vaidisova est sortie dès son premier match par la Colombienne Catalina Castaño en deux sets 7/5, 6/2. Enfin à Rome, la Tchèque est battue au deuxième tour par la revenante Martina Hingis 7/5, 6/3.

Nicole s'inscrira au tournoi de Strasbourg dans l'espoir de retrouver ses sensations. Nicole remportera le tournoi en battant en finale Shuai Peng en deux sets 7/6, 6/3. Cela lui permettra d'accumuler un peu de confiance en vue de l'échéance de la saison sur terre battue: Roland Garros. Nicole arrivera donc à Paris pour y disputer ce tournoi du Grand Chelem. La Tchèque passera les deux premiers tours très facilement face à Marta Domachowska au premier 6/1, 6/3 et face à Tian Tian Sun au second sur le même score. Le troisième tour sera plus ardu pour Nicole face à Aravane Rezai. Alors que la Tchèque a le match en main et qu'elle menait 6/1, 5/3 balle de match, Nicole connaît un gros passage à vide, ce qui lui vaudra de perdre le deuxième set. La jeune Tchèque se reprendra dans le troisième set pour remporter le match 6/1, 6/7, 6/0. Nicole égale sa meilleure performance en Grand Chelem mais espère cette fois aller plus loin. La tâche s'annonce pourtant difficile car elle doit affronter Amélie Mauresmo qui l'avait vaincue nettement en huitièmes de finale de l'Open d'Australie et qui est devenue N°1 mondiale. La tâche s'annonce d'autant plus difficile que la française joue dans son pays et que le public est avec elle. Pourtant, alors que Nicole semble se diriger vers une nouvelle défaite après la perte du premier set, elle relâche ses coups et crée l'exploit de s'imposer face à Amélie Mauresmo en trois sets 6/7, 6/1, 6/2. Nicole Vaidisova se qualifie pour les quarts de finale où elle doit affronter l'américaine Venus Williams. Nicole parvient de nouveau à remonter un déficit d'un set pour aller s'imposer en trois sets 6/7, 6/1, 6/3. Pour la première fois, Nicole se qualifie pour les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem. C'est à ce stade que s'arrête ses victoires : opposée à la russe Svetlana Kuznetsova, Nicole avait pourtant le match en main puisqu'elle menait d'un set et dominait la deuxième manche avant de connaître un passage à vide qui a permis à la russe de revenir. La Tchèque ne se relèvera pas de ce passage à vide et perdra finalement 5/7, 7/6, 6/2. C'est une cruelle désillusion pour Nicole.

La Tchèque ne jouera aucun tournoi de préparation et ira directement jouer à Wimbledon. D'ailleurs, cela lui vaudra un premier tour serré face à sa compatriote Klára Zakopalová qu'elle battra finalement 7/5, 7/5. Son deuxième tour sera, au contraire, très facilement gagné face à Kateryna Bondarenko 6/1, 6/1. Au troisième tour, elle battra la croate Karolina Šprem, là encore difficilement en deux sets, 7/5, 7/5. La jeune Tchèque arrive alors en huitièmes de finale qu'elle doit jouer face à la chinoise Na Li. Nicole se fera surprendre par la chinoise puisqu'elle sera battue en trois sets 4/6, 6/1, 6/3.

Nicole Vaidisova prendra quelques jours de repos, puis elle attaquera la saison d'été américaine. A Stanford, Nicole ira jusqu'en demi-finale, mais elle sera battue par la belge Kim Clijsters (7/5,6/2). La semaine suivante, à San Diego, la jeune joueuse tchèque ira là encore jusqu'en demi-finales mais sera de nouveau battue par Kim Clijsters (6/2,7/6). A Toronto, afin de se préserver pour l'US Open, Nicole renonce à disputer son huitième de finale face à Nicole Pratt. La native de Nuremberg arrive alors à l'US Open. La Tchèque passera facilement le premier tour aux dépens de Chanda Rubin, ex-n°6 mondiale, mais elle s'en sortira finalement en trois sets 6/2,3/6,6/3. C'est à ce stade que s'arrêtera l'US Open pour elle puisqu'elle sera éliminée par la serbe Jelena Janković en trois sets 5/7,6/3,6/2.

La fin de saison sera en demi teinte pour Nicole Vaidišová. En effet, à Pékin, la Tchèque est éliminée dès le deuxième tour par la japonaise Ai Sugiyama en trois sets 6/4,1/6,6/3. Quelques semaines plus tard, Vaidisova atteint les demi-finales du tournoi de Moscou en battant au passage Amélie Mauresmo (1/6,7/5,7/6). En demi-finale, Nicole est éliminée par la russe Nadia Petrova 6/0,4/6,7/6. La semaine suivante, la native de Nuremberg est sèchement éliminée au premier tour du tournoi de Zurich 6/2,6/0 par la française Tatiana Golovin. A Linz, la Tchèque conclut sa saison par une demi-finale où elle sera battue par Nadia Petrova en deux sets secs 6/1,6/2.

Nicole termine sa saison à la 10e place mondiale après avoir atteint son meilleur classement (9e mondiale) en août. Elle n'a remporté qu'un titre, mais ses performances lors de tournois importants lui ont permis de se hisser dans le top 10. Après une superbe saison 2006, Nicole va devoir confirmer les espoirs placés en elle en 2007.

Nicole participe aux Internationaux de Sydney en préparation de l'Open d'Australie. Elle y fait un beau parcours en éliminant successivement Daniela Hantuchová (6/1 6/4), Yuliana Fedak (6-3 6-1) et Ana Ivanović (6/4 6/2) avant de s'incliner 6/4,4/6,6/4 face à Jelena Janković.

A l'Open d'Australie, elle réalise un excellent parcours avant de tomber en 1/2 finale face à la revenante et future gagnante Serena Williams après avoir aligné les victoires contre Jill Craybas (6/4 5/7 6/1), Milagros Sequera (6-2 6-1), Katarina Srebotnik (6-4 6-4) et Elena Dementieva 6/3 6/3. En quarts, elle sort Lucie Šafářová 6/1 6/4 avant de s'incliner devant Serena Williams sur le score de 7/6 6/4. C'est son service qui lui aura manqué, son point fort dans les tours précédents. A l'issue de ce premier Grand Chelem de l'année, Nicole revient à la 9e place au classement WTA. A l'Open Gaz de France à Paris, la Tchèque sera battue par sa compatriote Lucie Šafářová en deux sets secs 6/4,6/2 au deuxième tour.

La jeune Tchèque observera un temps d'arrêt avant de reprendre aux Etats Unis à Indian Wells où elle va jusqu'en quarts de finale où elle est éliminée par Svetlana Kuznetsova 4/6,6/3,6/4 au terme d'un match disputé. A Miami, Nicole s'arrête au même stade des quarts de finale, battue cette fois-ci par l'Américaine Serena Williams en deux petits sets 6/1,6/4.

La jeune joueuse commence alors sa saison sur terre battue au tournoi de Charleston où elle est désignée pour la deuxième fois de sa carrière tète de série n°1 après le tournoi de Memphis en 2006. Comme à ce tournoi, Nicole chute dès son premier match face à Michaella Krajicek en 3 sets 4/6,6/4,6/3. La jeune joueuse tchèque effacera cette contre-performance en permettant à son pays de disputer les barrages pour aller dans le groupe mondial en disposant lors de ses deux simples de Dominika Cibulková 3/6,6/4,7/5 et de Daniela Hantuchová 6/2,6/7,6/3. Nicole Vaidisova doit déclarer forfait au tournoi de Berlin, qu'elle affectionne particulièrement car elle est née en Allemagne et au tournoi de Rome la semaine suivante. La Tchèque évoque une blessure à la main qui l'empêche de jouer. Cette blessure l'empêche aussi de défendre son titre au tournoi de Strasbourg et elle s'aligne donc sans beaucoup de préparation à Roland Garros où la Tchèque à une demi-finale à défendre. A Roland Garros, la jeune Tchèque impressionne dès le 1er tour face à Emmanuelle Gagliardi 6/4,6/3 et au 2e tour, elle élimine Akgul Amanmuradova 6/2,6/4. Face à Samantha Stosur, ce qui était considéré comme un match piège pour Nicole, elle impressionne une nouvelle fois en gagnant 6/4,6/4 et en huitièmes de finale, elle écrase l'italienne Tathiana Garbin en 2 sets 6/3,6/1. Son parcours s'arrête en quarts de finale battue par la serbe Jelena Janković en 2 sets 6/3,7/5.

La Tchèque commence sa saison sur gazon à Eastbourne pour préparer le tournoi du Grand Chelem de Wimbledon. La jeune native de Nuremberg sera battue en quarts de finale d'Eastbourne par la tenante du titre et N°1 mondiale Justine Henin en 2 petits sets 6/2,6/2. A Wimbledon, Nicole passe les 1ers tours assez facilement (7/6,6/2 face à Karin Knapp au 1er tour, 6/3,6/2 face à Nicole Pratt au 2nd tour et 6/4,6/2 face à Viktoria Azarenka au 3e tour. En huitièmes de finale, elle réalise l'exploit d'éliminer la tenante du titre française Amélie Mauresmo en 3 sets 7/6,4/6,6/1. Malheureusement pour elle son parcours s'arrête en quarts battue par Ana Ivanović 4/6,6/2,7/5 non sans avoir eu des balles de match ce qui constitue une grosse déception pour elle.

La jeune Tchèque jouera alors de malchance puisqu'un mauvais virus l'empêchera de jouer tous les tournois préparatoires à l'US Open. Elle parvient pourtant à se rétablir pour la dernière levée du Grand Chelem où elle ne brillera puisqu'après avoir passé les 1ers tours face à Alla Kudryavtseva (6/1,6/2 au 1er tour) et Flavia Pennetta (6/2,7/6 au 2nd tour), Nicole est sortie dès le 3e tour par l'israélienne Shahar Peer non sans avoir lutté jusqu'au bout. Score final: 6/4,3/6,7/6 pour son adversaire du jour.

Nicole observera une longue période de repos pour reprendre au tournoi de Moscou où elle est battue en quarts de finale par l'américaine Serena Williams en deux sets accrochés 6/4,7/6. Elle continue à Zürich où elle arrive en demi-finale face à la numéro 1 mondiale Justine Henin, après avoir éliminé Jelena Janković en huitième de finale en deux sets 6/4, 6/4, elle arrive presque à créer l'exploit de battre la belge mais finira par céder en trois sets 3/6, 6/3, 7/5. A Linz, la jeune native de Nuremberg atteindra les demi-finales du tournoi où elle est malheureusement éliminée par la slovaque Daniela Hantuchová, particulièrement en forme en cette fin de saison. Elle chutera seulement en 3 sets 2/6,6/2,7/6.

Nicole n'a pas réussi une très bonne saison bien qu'elle ait intégré le Top 10 pendant un moment. Elle n'a malheureusement pas remporté de tournoi et n'a pas réussi à se qualifier pour les Masters de Madrid bien qu'elle en avait les moyens. Cependant, elle aura à coeur de faire beaucoup mieux en 2008, année olympique.

Nicole Vaidisova commence l'année au tournoi de Gold Coast. Elle est tête de série n°1 et affronte l'australienne Casey Dellacqua au premier tour. Nicole peine à rentrer dans le match mais se reprend dans la manche décisive, score final: 5-7 7-5 6-0. Au tour suivant elle affronte Tatjana Malek qu'elle bat aussi mais plus facilement en 2 sets 6-4 6-2. Elle est cependant sèchement éliminée, en quarts de finale, par la Chinoise Na Li en 2 petits sets 6-3 6-3. A Sydney, elle jouera beaucoup mieux en éliminant au premier tour la Française Camille Pin 6-1 2-6 6-2, puis Daniela Hantuchová 6-4 6-2 et en quarts de finale Jelena Janković 6-4 4-6 6-4 mais n'arrive pas à passer le cap des demies, battue par la Russe Svetlana Kuznetsova en 2 sets serrés 7-5 7-6. Nicole arrive alors à l'Open d'Australie avec de la confiance emmagasinée et cela se voit lors de son 1er tour où elle expédie la Roumaine Ioana Raluca Olaru 6-3 6-0. Toujours aussi impressionnante, elle bat l'Australienne Alicia Molik 6-2 6-3 au second tour et élimine Ai Sugiyama 6-3 6-4 avant de céder face à l'Américaine Serena Williams 6-3 6-4 en huitièmes de finale. Elle remporte ensuite avec l'équipe de Fed Cup le premier tour face à la Slovaquie 3-2 pour gagner le droit de disputer les barrages et entrer dans le groupe mondial.

Nicole reprendra ensuite au tournoi de Dubaï où elle n'a aucun points à défendre puisqu'elle en était absente en 2007. Après un 1er tour facilement remporté, elle s'incline face à Ana Ivanovic en 2 sets 6-4 6-0 au 2eme tour. La série noire continue à Indian Wells et à Miami où elle est éliminée dès le 2nd tour par respectivement Casey Dellacqua 6-1 3-6 6-4 et Alisa Kleybanova 6-4 6-0.

La saison sur terre battue commence à Berlin pour Nicole où elle n'arrive pas à rebondir et est éliminée dès son premier match par l'argentine Gisela Dulko 4-6 6-1 6-2. A Rome, c'est cette fois par la Russe Ekaterina Makarova que Nicole est battue, une nouvelle fois au 1er tour et en trois sets 6-4 4-6 6-2. A Roland-Garros, elle chute dès le 1er tour face à Iveta Benesova sa compatriote sur le score sévère de 7-6 6-1. En 2008, Nicole n'aura remporté aucun match sur terre battue et commence à descendre dans les profondeurs du classement WTA.

Début de la tournée sur gazon qui n'est pas la surface préférée de Nicole. A Birmingham, exemptée du 1er tour, elle remporte facilement son billet pour les huitièmes de finale en disposant de Nathalie Dechy en 2 sets 6-1 6-3. Après six défaites consécutives, Nicole renoue enfin avec la victoire mais est arrêtée en quart de finale par Bethanie Mattek sur le score de 6-3 6-0. C'est à Wimbledon qu'elle semble enfin renaître et retrouver son tennis après des mois bien difficiles. Après des premiers tours facilement gagnés, elle bat Anna Chakvetadze en 1/8 de finale. Son parcours londonien s'arrête en 1/4 de finale face à la surprenante Jie Zheng qui la bat 6-2 5-7 6-1.

La jeune Tchèque reprend au tournoi de Los Angeles où elle s'incline lourdement au 2e tour face à Bethanie Mattek en deux petits sets 6-4 6-0.

Nicole Vaidišová est éliminée au premier tour de l' Open d'Australie par Séverine Brémond. En Février, elle se fait éliminer également au premier tour par Émilie Loit à l'Open de Paris.

En haut



Justine Henin

Justine Henin.JPG

Justine Henin est une joueuse de tennis belge née à Liège (Belgique) le 1er juin 1982.

Malgré un relatif handicap de taille et de poids (petit gabarit), elle est l'une des joueuses dominantes des années 2003 à 2008 et se construit un palmarès riche de 41 titres grâce à la variété de son jeu dont John McEnroe qualifia le revers à une main de « meilleur revers du monde ».

Lors d'une conférence de presse du 14 mai 2008, alors dans sa 117e semaine au sommet de la hiérarchie, elle annonce à la surprise générale mettre un terme immédiat à sa carrière sportive.

Justine Henin grandit dans la commune de Rochefort. Elle a deux frères aînés (David et Thomas) et une sœur cadette (Sarah). Alors qu'elle n'a que quatre ans, elle s'initie au ping-pong dans la salle de jeu de la maison de La Poste. L'année suivante, elle fait ses premiers pas sur un court de tennis, à proximité de la maison familiale.

L'entraîneur (Gabriel Gonzalez) remarque immédiatement le potentiel de la jeune fille qui, déjà dotée d'une technique perfectionnée, surclasse ses partenaires d'entraînement. Très vite, il entame avec elle des cours particuliers.

Justine Henin passe son premier test officiel en compétition alors qu'elle n'a que six ans et demi.

Formée pendant plus de sept ans par Gabriel Gonzalez, Justine Henin est entraînée, à partir de ses quatorze ans, par le Belgo-Argentin Carlos Rodriguez dont elle ne se séparera plus.

En 1994, elle remporte le Championnat de Belgique dans la catégorie cadets. L'année suivante, le décès de sa mère lui fait traverser une période difficile qu'il lui arrivera, plus tard, d'évoquer régulièrement dans la presse. Elle remporte cependant l'Orange Bowl en 1996 (moins de quatorze ans).

À quinze ans et deux mois, elle gagne Roland-Garros junior en 1997, battant Cara Black en finale. Elle est la première Belge depuis 1947 à décrocher l'épreuve. Ce tournoi et la terre battue deviennent définitivement sa surface de prédilection.

1999 marque les débuts de Justine Henin dans le grand bain des joueuses professionnelles.

Sa toute première expérience sur le circuit WTA, dans un tier IV d'Anvers disputé sur terre battue, est un coup de maître : alors classée 178e mondiale et issue des qualifications, elle remporte l'épreuve en battant la Française Sarah Pitkowski (35e) en finale. Au bénéfice de cette victoire, elle bondit à la 106e place.

Deux semaines plus tard, Henin participe à son premier Grand Chelem, à Roland-Garros. Après s'être extirpée des qualifications sans perdre un set, elle passe le premier tour, puis tombe logiquement face à Lindsay Davenport (numéro deux mondiale), non sans enlever le deuxième set.

La suite de la saison, sur des surfaces plus rapides, s'avère plus difficile. Absente à Wimbledon, elle ne franchit pas le premier tour à l'US Open, battue par Amélie Mauresmo (déjà finaliste cette année-là à l'Open d'Australie). Elle réalise sa meilleure performance en septembre, à l'occasion du tournoi de Luxembourg, où elle s'incline en quarts contre sa compatriote Sabine Appelmans.

À l'issue de l'année, Justine Henin pointe au 69e rang du classement WTA.

2000 voit Justine Henin poursuivre son apprentissage et se forger de l'expérience.

À Open d'Australie, elle perd au deuxième tour contre la numéro un mondiale, Martina Hingis. Des problèmes physiques, récurrents dans sa carrière, l'écartent des terrains pendant la saison de terre battue. Forfait à Roland-Garros, elle échoue au premier tour de Wimbledon contre Arantxa Sánchez, pourtant peu à l'aise sur gazon.

En août, elle franchit une nouvelle étape : pendant la tournée américaine sur dur, elle se qualifie pour le deuxième tour de l'Open du Canada et de New Haven. Ces bons résultats lui permettent d'aborder l'US Open avec confiance. Elle réussit en effet à se hisser en huitièmes de finale (le premier de sa carrière) ; là, elle retrouve Davenport qui la balaye en deux sets.

Bien que n'ayant gagné aucune épreuve, Justine Henin termine 48e mondiale.

Les efforts sur le dur en 2000 payent enfin avec les premiers tournois de l'année gagnés en Australie, Canberra et Gold Coast. Cependant il s'agit de Tiers III, et à l'Open d'Australie, elle échoue à nouveau en huitième face à une autre grande joueuse, Seles, 10e mondiale, au cours d'un match en trois sets serrés. Le reste de sa saison sur dur sera décevant, puisqu'elle sera notamment battue au deuxième tour d'Indian Wells, Tiers 1, par sa compatriote Kim Clijsters.

La saison de terre battue débute également mal, Justine n'arrivant pas même pas en finale sur trois tournois. Mais à Roland-Garros, un tableau dégagé permet à Justine d'arriver en demi-finale. À nouveau face à Kim, elle gagne le premier set puis craque mentalement. Justine enchaine cependant immédiatement avec le tournoi sur herbe de Bois-le-Duc, qu'elle remporte face à Clijsters.

Revigorée, son tableau à Wimbledon est encore une fois favorable jusqu'en demi mais moins à l'aise elle devra quand même batailler deux fois en trois sets, notamment contre Anke Huber. En demi-finale, elle bat Jennifer Capriati, vainqueur des deux premiers tournois du Grand Chelem. En finale, elle se retrouve contre Vénus Williams, la spécialiste du gazon des années 2000: elle perd avec les honneurs en trois sets.

Après ces succès, l'US Open la voit échouer à nouveau sur cette surface en huitième, contre la redoutable Serena Williams, qui ira jusqu'en finale. Elle finit la saison avec deux autres finales sur dur, dont à Filderstadt, un Tiers 2, où Davenport la bat en deux sets.

Au terme de la saison, Justine a gagné des tournois sur toutes les surfaces sauf la terre battue, et elle a atteint la septième place mondiale. Par ailleurs, avec Kim Clijsters, Laurence Courtois et Els Callens, elle offre également la Fed Cup, l'équivalent féminin de la Coupe Davis de tennis, à la Belgique.

La saison sur dur en début de l'année commence par son premier quart de finale à l'Open d'Australie, battue une nouvelle fois par Clijsters. Au Tournoi d'Anvers chez elle, un Tiers 2, bien que sur dur, elle réussit à faire jouer trois sets à Venus Williams.

La saison de terre battue se résume d'abord à des finales Williams- Hénin.En finale de Amelia Island, sur terre battue, elle perd 6-2, 7-6, 7-5, et ce n'est que à l'Open d'Allemagne, un Tiers 1, qu'elle bat Séréna Williams pour la première fois. Elle enchaîne immédiatement sur un troisième tournoi en trois semaines où elle est battue par Séréna en deux sets. Est- ce lié? Souffrante, elle décide en tout cas de participer à Roland-Garros. C'est un désastre: elle perd au premier tour face à Aniko Kapros sur le score de 6-4, 1-6, 0-6.

Mais comme en 2001, elle est rapidement remise pour le gazon et est double demi- finaliste à Bois-le-Duc et Wimbledon, battue ici encore par une Williams en deux sets, après avoir battu Seles pour la première fois en quart de finale.

À l'US Open, elle déçoit en étant éliminée en huitièmes contre Daniela Hantuchová et ne gagnera qu'un deuxième tournoi en fin d'année, le Tournoi de Leipzig, mais sans tête d'affiche.

L'année, peu brillante, se termine cependant avec une nouvelle progression, la cinquième place, dû à sa régularité.

Consciente de sa stagnation, Justine décide pendant l'hiver de se muscler afin de franchir un nouveau cap, sous la direction d'un coach sportif renommé, Pat Etcheberry. Dans un cadre paradisiaque en Floride, Justine subit donc une véritable torture physique pour arriver à ses fins.

En 2003, Justine se révèle réellement et impose sa domination sur le circuit WTA.

En janvier, lors des huitièmes de finale de l'Open d'Australie, elle s'impose face à Lindsay Davenport en trois sets au terme d'un match épique (7-5, 5-7, 9-7). Bien que leur affrontement ait duré 3h13 dans la fournaise de la Rod Laver Arena, elles n'ont pas battu le record du match le plus long de l'histoire du tennis féminin. C'est la première fois que Justine arrive à prendre l'avantage sur une joueuse qui jusque là avait pu tabler sur son expérience dans les cinq rencontres qui les avaient opposées. L'accès à la finale lui sera cependant barré par Venus Williams.

Le 7 juin 2003, elle soulève son premier trophée du Grand Chelem à la Porte d'Auteuil, le tournoi qui lui tient le plus à cœur, en battant sa compatriote Kim Clijsters. À ses yeux, cette victoire n'est toutefois pas un aboutissement mais une simple étape.

À New York, le 25 août 2003, Justine remporte son deuxième tournoi en Grand Chelem grâce à une nouvelle victoire en finale face à Kim Clijsters. Pour arriver à ce stade, elle a été contrainte de livrer en demi-finale un éprouvant combat à l'Américaine Jennifer Capriati. Elle a fini par s'imposer dans la douleur et en 3h13 lors du troisième set 7-6 (7 points à 4 au tie-break). Dans ce match, qui s'est terminé un peu plus tard que minuit à New York, Capriati s'est retrouvée pas moins de onze fois à 2 points de la victoire. Bien que prise de crampes, Justine ne baissa jamais les bras et refusa de s'incliner. Dans la nuit qui suivit le match, Justine dut être mise sous perfusion. Le 20 elle ponctue sa saison en supplantant Kim Clijsters au rang de numéro un mondiale.

Le 31 janvier 2004, elle ajoute un troisième tournoi du Grand Chelem à son palmarès en remportant l'Open d'Australie, toujours face à Kim Clijsters, en 3 sets. Elle confirme ensuite son statut de numéro un mondiale en s'adjugeant deux autres tournois en février et mars 2004. Lors du tournoi d'Amelia Island, Justine découvre qu'elle souffre d'hypoglycémie et s'incline en demi-finale face à Amélie Mauresmo après s'être battue pendant 3 sets. Des examens médicaux réalisés en Belgique montreront qu'elle a contracté un cytomégalovirus, dont les conséquences feront qu'elle sera écartée des courts pendant plusieurs mois.

Justine a confié qu'il lui arrivait pendant cette période de dormir 18 heures par jour et d'être dénuée de toute force physique. Désignée première tête de série pour le tournoi de Roland-Garros, alors qu'elle n'est pas entièrement guérie, elle se défait de son amie Sandrine Testud au premier tour mais chute face à l'Italienne Tathiana Garbin. Elle décide ensuite de déclarer forfait pour le tournoi de Wimbledon.

Justine décide de revenir sur le circuit au moins d'août, à l'occasion des jeux Olympiques d'été de 2004 et ne rate pas son retour : le 21 août 2004, elle remporte la médaille d'or face à Amélie Mauresmo en finale après avoir remporté une demi-finale difficile - elle était menée 5-1 dans le troisième set - contre la Russe Anastasia Myskina.

Le reste de sa saison sera terne. Toujours minée par la maladie, Justine ne peut éviter au quatrième tour une élimination des mains de Nadia Petrova à l'US Open. Sur les conseils de ses médecins, elle va renoncer à jouer au tennis pour la suite de la saison, en attendant de récupérer entièrement de la maladie qui l'a frappée. Le 12 septembre, elle perd donc sa place de numéro un mondiale.

La saison commence mal, puisque blessée au genou (tendinite), Henin est contrainte à déclarer forfait pour le tournoi de Sydney et l'Open d'Australie.

Ce n'est donc que le 25 mars 2005 que Justine retourne sur le circuit lors du NASDAQ-100 open de Miami. Malgré plus de 6 mois d'inactivité, elle ne s'incline qu'en quarts de finale face à la numéro deux mondiale,Maria Sharapova.

Lors de son deuxième tournoi de l'année, un Tiers 1 à Charleston, elle s'impose sur sa surface la terre battue, grâce notamment à des succès face à la numéro un mondiale Lindsay Davenport, et la tête de série n° 2 et finaliste de Roland-Garros 2004 Elena Dementieva. De fait elle rafle tout sur cette surface, à Varsovie, l'Open d'Allemagne, malgré de nombreux matchs en trois sets (8 matchs sur 17). Mais cette année Justine a eu l'intelligence d'espacer ses tournois : c'en est terminé des années marathons, une philosophie qu'elle gardera sienne pour se préserver de ses trop nombreux pépins.

À Roland-Garros, tête de série n° 10, Justine hérite d'un tableau délicat, où elle est notamment opposée aux espagnoles spécialistes de la terre battue Conchita Martinez, Virginia Ruano Pascual, Anabel Medina Garrigues. Cela donne deux nouveaux matchs en trois sets. Face à Svetlana Kuznetsova, sa plus dangereuse rivale sur cette surface, Justine sauve deux balles de match et finit par s'imposer en 3 manches après 3h15. Mise en confiance, elle bat facilement Nadia Petrova en demi-finale et le 4 juin 2005, elle ajoute une deuxième fois son nom au palmarès des vainqueurs de Roland-Garros en battant Mary Pierce en finale par un score sans appel de 6-1, 6-1.

Blessée depuis plusieurs mois aux ischio-jambiers, elle fait l'impasse sur le tournoi de gazon préparatoire d'Eastbourne, puis est battue au premier tour du Wimbledon, sa série de 24 matches sans défaite prenant face à la Grecque Eleni Daniilidou (6-7, 6-2, 5-7). Elle décide ensuite de déclarer forfait pour le tournoi de San Diego.

En août, elle retourne sur le circuit à Toronto, un Tiers 1, en tant que quatrième tête de série de l'épreuve, et atteint la finale mais devra s'incliner face à la future vainqueur de l'US Open, Kim Clijsters (5-7, 1-6).

En septembre, Justine est désignée tête de série n° 7 à l'US Open. Tout va bien jusqu'en huitième de finale de l'US Open où elle retrouve celle qu'elle avait battu à Rolland, Mary Pierce, qui la domine (3-6, 4-6). Toujours en septembre, elle est contrainte de déclarer forfait pour le tournoi de Luxembourg, souffrant toujours des ischio-jambiers.

S'ensuit une période de repos et d'entraînement, suivie par une reprise de la compétition en octobre, au tournoi indoor allemand de Filderstadt où elle perd au second tour face à Flavia Pennetta (4-6 3-6). Après cette contre-performance, elle jette l'éponge sur les tournois de Zurich et de Linz et met un terme à sa saison 2005 le 31 octobre sans participer (bien que mathématiquement qualifiée) aux Masters, épreuve finale ponctuant le calendrier féminin où les 8 meilleures du monde s'affrontent pour le titre.

Le bilan de l'année 2005 est de 34 victoires pour 5 défaites, un tournoi du Grand Chelem, une médaille d'or aux JO, deux tournois Tiers 1 et une huitième place mondiale, un bon bilan malgré des blessures. Les journalistes américains de Tennis Magazine ont élu Justine Henin au 31e rang des "quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années" (hommes & femmes confondus), derrière Arthur Ashe (30e) et devant Tracy Austin (32e).

Justine débute la saison à Sydney, tournoi préparatoire au cours duquel elle élimine successivement Martina Hingis au premier tour (6-3, 6-3) et Vera Dushevina au second, bénéficie du forfait de Nadia Petrova au 3e et bat Svetlana Kuznetsova en demi-finale. Elle remporte le tournoi après un match de près de 3 heures contre l'Italienne Francesca Schiavone.

En janvier 2006 à l'Open d'Australie Justine, tête de série numéro 8, s’incline en finale face à Amélie Mauresmo: elle abandonne dans le deuxième set alors qu’elle était menée 6-1, 2-0, se plaignant de problèmes gastriques, probablement causés par la prise trop importante d'anti-inflammatoires pour lutter contre des douleurs récurrentes à l'épaule droite. Cet abandon a été l'objet de controverses, notamment dans la presse anglo-saxonne, et en particulier australienne. Il s’agit par ailleurs là de la première défaite de Justine en finale d’un tournoi du Grand Chelem depuis Wimbledon 2001, où elle s’était inclinée face à Venus Williams.

Trois semaines après, elle est à Dubaï et pour la 3e fois en autant de participations, Justine le remporte face à Maria Sharapova et s'adjuge ainsi le 25e titre de sa carrière. Cette nouvelle victoire lui permet de grimper d'une place au classement WTA lors de sa parution le lundi 27 février. Justine compte désormais 12 victoires consécutives à Dubaï. Désignée tête de série numéro un à Indian Wells, Justine élimine aisément la Bulgare Tszvetana Pironkova (qui avait vaincu Venus Williams à l'Open d'Australie), Ai Sugiyama et Gisela Dulko, mais est battue en trois sets par Elena Dementieva en demi-finale.

Malgré une gêne au genou et des douleurs dorsales, elle participe à l'Open de Miami, mais est battue au deuxième tour par Meghann Shaughnessy. À Charleston, Justine s'incline en demi-finale du tournoi qu'elle avait remporté en 2003 et 2005. Alors 3e joueuse mondiale et 1re tête de série, « Juju » s'est inclinée 2-6, 6-3, 6-2 en 1h46 face à Patty Schnyder, qui a ainsi mis un terme à une série de 27 succès d'affilée de Justine sur terre battue.

Pour son retour en Fed Cup à Liège, Justine s'impose face à Nadia Petrova au cours d’un match de près de trois heures (6-7, 6-4, 6-3) et remporte le tournoi le lendemain, en battant Elena Dementieva (6-2, 6-0 en 1 heure et 11 minutes de jeu).

Justine décide ensuite de ne pas aller à Varsovie et reprend la compétition à Berlin où elle échoue en finale face à Nadia Petrova en 3 sets.

C'est en tant que 5e tête de série que Justine aborde Roland-Garros. Elle passe sans encombre les 3 premiers tours, se défait d'Anastasia Myskina en 2 sets puis de Anna-Lena Groenefeld. En demi-finale, elle affronte Kim Clijsters. Présenté comme une finale avant la lettre, le match déçoit quelque peu et Justine l'emporte 6-3, 6-2. Le samedi 10 juin 2006, Justine remporte son troisième titre à Roland-Garros en battant la Russe Svetlana Kuznetsova 6-4, 6-4. Le 24 juin 2006, Justine décroche le 27e titre de sa carrière en battant Anastasia Myskina en finale du tournoi de Eastbourne sur le score de 4-6, 6-1 et 7-6 (5).

Tête de série numéro 3 à Wimbledon, elle s'incline en finale face à Amélie Mauresmo 6-2, 3-6, 4-6. Justine déclare ensuite forfait pour les demi-finales de la Fed Cup contre les États-Unis et pour le tournoi de Montréal en raison d'une blessure au genou. Elle reprend la compétition à New Haven où elle bat Garrigues, Santangelo, Kuznetsova pour atteindre la finale. Elle y affronte l'Américaine Lindsay Davenport, contrainte d'abandonner à cause de douleurs persistantes à l'épaule droite. Grâce à ce 5e titre de la saison, Justine gagne une place au classement WTA et occupe la deuxième place derrière Amélie Mauresmo.

Désignée tête de série n° 2 à l'US Open, Justine arrive pour la quatrième fois de l'année en finale d'un Grand Chelem grâce à des victoires sur Camerin, King, Sugiyama, Peer, Davenport et Jelena Janković. Elle est battue en finale par Maria Sharapova (4-6, 6-4, 6-4).

Aux Masters, à Madrid, malgré des soucis physiques, Justine termine néanmoins deuxième de son groupe qualificatif et bat Maria Sharapova en demi-finale (6-2, 7-6). En finale, elle s'impose face à Amélie Mauresmo (6-4, 6-3) et remporte pour la première fois les Masters. Elle termine la saison en retrouvant le titre de n° 1 mondiale qu'elle avait abandonnée en septembre 2004. Seul le titre à Wimbledon manque encore à son palmarès. Lors de cette saison 2006, Justine a engrangé 4 204 810 de dollars en prize money.

Le 14 décembre 2006, Justine a reçu à Roland-Garros une nouvelle distinction, celle de championne de l'Unesco, qui lui a été remise des mains de Koïchiro Matsuura, directeur général de l'organisation. Justine est la première femme à être ainsi distinguée, elle rejoint des sportifs prestigieux, tels que le judoka David Douillet, le pilote de Formule Un Michael Schumacher ou le perchiste Sergueï Boubka.

Sa saison 2007 commence par un forfait pour sa tournée australienne, justifié dans un communiqué de presse laconique, faisant état de « raisons familiales et personnelles » (ce faisant, la joueuse Belge renonce aux points WTA acquis à Sydney et Melbourne l'année précédente, mettant ainsi sérieusement en péril son rang de numéro un).

La presse évoque immédiatement des problèmes conjugaux, ce qui sera confirmé le 23 janvier 2007, lorsque Justine annonce sa séparation d'avec son mari (Pierre-Yves Hardenne). Ce forfait lui vaut la perte de la place de n° 1 mondiale au profit de Maria Sharapova.

Justine reprend la compétition à l'Open Gaz de France à Paris où elle atteint les demi-finales où elle est battue par Lucie Šafářová 7-6, 6-4. Durant ce tournoi, elle pratique un jeu au filet qui déstabilise ses adversaires. La semaine suivante, Justine a décroché la 30e victoire de sa carrière (en 45 finales) en remportant le tournoi de tennis de Dubaï aux Émirats arabes unis. Numéro 2 mondiale et première tête de série, elle y a battu en finale la Française Amélie Mauresmo en deux manches et 1 heure 41 de jeu. Déjà victorieuse en 2003, 2004 et 2006, Justine remporte ainsi le tournoi de Dubaï pour la quatrième fois où elle y est invaincue en 16 rencontres. La semaine suivante, Justine enchaîne avec le tournoi de Doha, où elle remporte la finale du tournoi face à Svetlana Kuznetsova. Ce succès lui rapporte quelque 222 000 dollars US. Elle dépasse désormais la barre des 14 millions de dollars de gain en carrière. La Belge qui disputait sa 46e finale décroche son 2e titre en 2007, une semaine après son succès à Dubaï.

Justine reprend la place de n°1 mondiale à la russe Maria Sharapova à l'issue du tournoi d'Indian Wells. A Miami, épreuve sur surface dure dotée de 3,45 millions de dollars, elle s'incline en finale et en trois sets (0-6, 7-5, 6-3) face à Serena Williams en 3 sets, alors qu'elle a disposé de deux balles de match en menant 6-0, 5-4, 40-15. Souffrant de problèmes respiratoires depuis son arrivée à Miami, elle ne participe pas au tournoi de Charleston et rentre en Europe pour se soigner.

Elle effectue sa rentrée sur terre battue au tournoi de Varsovie, dont elle remporte la finale face à l'Ukrainienne Alona Bondarenko (6-1 et 6-3, en 1 heure de jeu). À Berlin par contre, elle est éliminée en demi-finale (3 sets 6-4, 5-7, 6-4) par Svetlana Kuznetsova, joueuse qu'elle a déjà battu 14 fois en 15 confrontations.

Favorite à Roland-Garros, Justine élimine successivement Elena Vesnina (6-4, 6-3), Tamira Paszek (7-5, 6-1) et Mara Santangelo (6-2, 6-3), puis Sybille Bammer (6-2, 6-4) en huitièmes de finale, Serena Williams (6-4, 6-3) en quart de finale, la Serbe Jelena Janković en demi-finale (6-2, 6-2) et la Serbe Ana Ivanović en finale (6-1, 6-2), au terme d'un match qui a à peine dépassé une heure de jeu.

Elle remporte ainsi ce tournoi pour la quatrième fois et pour la troisième fois d'affilée; performance seulement égalée sous l'ère Open par Monica Seles en 1990-1992. Henin devient ainsi la 5e joueuse depuis 1925 à décrocher 4 victoires ou plus à Roland-Garros, restant toutefois à bonne distance de l'Américaine Chris Evert, qui en compte sept à son actif.

À Wimbledon, Henin passe aisément la première semaine de tournoi, et bat en quart de finale Serena Williams (6-4, 3-6, 6-3), mais échoue à nouveau à remporter le seul tournoi du Grand Chelem qui manque encore à son palmarès en se faisant battre par la Française Marion Bartoli, 19e mondiale, en trois sets (1-6, 7-5 et 6-1).

Forfait pour le tournoi de San Diego en raison d'une entorse au poignet, elle remporte le sixième titre de sa saison et le 35e de sa carrière au tournoi de Toronto, en battant pour la septième fois sur sept Jelena Janković (7-6, 7-5) en 2 h 18.

Elle remporte ensuite l'US Open contre Svetlana Kuznetsova (6-1, 6-3) sans avoir perdu un seul set, et en ayant battu les soeurs Williams, respectivement en quart (Serena) et en demi-finale (Venus).

Un mois plus tard, Justine remporte le tournoi de Stuttgart face à Tatiana Golovin, et deux semaines plus tard, le tournoi de Zurich face à la Française Tatiana Golovin, 18e mondiale.

En novembre, à l'issue du tirage au sort des Masters de tennis féminin, Justine, tenante du titre, est placée dans le groupe jaune aux côtés de la lauréate de l'Open d'Australie Serena Williams, de la numéro 3 mondiale Jelena Janković et de la jeune Anna Chakvetadze. Elle ne perd aucun de ses matchs de poules, battant notamment Marion Bartoli (6-0, 6-0), 9ème mondiale, qui avait battu Justine, à Wimbledon. En demi-finales, Justine bat Ana Ivanović en deux sets, et remporte son deuxième Masters consécutif au terme d’un match de 3 heures et 25 minutes face à Maria Sharapova. Cette finale contre Maria Sharapova est considérée comme l'un des plus beaux matchs de l'histoire du tennis féminin.

Le bilan de la saison 2007 est de dix tournois gagnés sur quatorze disputés, dont deux Grand Chelem, à Roland-Garros et à l’US Open, avec 63 victoires, dont les 25 dernières consécutives, et en totalisant 39 titres sur le circuit professionnel. Comme en 2006 et 2003, elle termine l'année avec le statut de meilleure joueuse mondiale, et devient la 6ème joueuse qui règne le plus longtemps à la place de numéro 1 mondiale.

Enfin, le 16 décembre 2007, Justine termine sa saison en remportant la sixième édition du Women Tennis Trophy, un tournoi exhibition organisé autour d'elle, au Spiroudôme de Charleroi. Pour son dernier match de l'année, la Belge s'est imposée en deux manches (6-4, 6-2) face à la Russe Anna Chakvetadze, classée 7ème à la WTA.

La championne belge débute l'année en remportant pour la troisième fois de sa carrière les internationaux de Sydney au terme d'une finale de 2h18 de jeu contre Svetlana Kuznetsova décrochant ainsi le 40e titre de sa carrière et le sixième d'affilée sur le circuit.

À l'Open d'Australie, elle s'incline en quart de finale devant Maria Sharapova interrompant une série de 32 matches sans défaite.

Elle remporte le 17 février 2008 le Tournoi d'Anvers contre Karin Knapp sans parvenir à développer son meilleur tennis.

À Dubaï, elle entame son tournoi par une victoire très difficile face à la Slovène Katarina Srebotnik. Fatiguée par ce match, elle est éliminée en 1/4 de finale, 6-7, 6-7 par une Francesca Schiavone en état de grâce.

Au tournoi de Miami, après un début sans problème, Justine subit la loi de Serena Williams sur un score sans appel : 0-6, 2-6.

Au tournoi de Berlin, elle remporte le 2ème tour sans problème, 6-0, 6-2 contre la 93ème joueuse mondiale avant de s'incliner au 3ème, 7-5, 3-6, 1-6 contre Dinara Safina, 17ème joueuse mondiale.

Le 14 mai 2008, à la surprise générale, Justine Henin annonce lors d'une conférence de presse qu'elle met fin à sa carrière. Depuis la création des classements professionnels, jamais un numéro un mondial en exercice (homme ou femme) n'avait quitté la scène au sommet de la hiérarchie.

En 2004, Justine a lancé la fondation « Les 20 Cœurs de Justine » dans le but d'aider financièrement les familles confrontées au cancer des enfants, réaliser les rêves des enfants malades, mettre sur pied des vacances thérapeutiques et organiser des rencontres avec les enfants.

Le 30 novembre 2007, en présence de sa famille et de Rudy Demotte, Justine Henin a inauguré à Limelette, en Brabant wallon, son nouveau club de tennis, ouvert à des joueurs de tous niveaux.

En haut



Source : Wikipedia