France Inter

3.3564421190143 (1529)
Posté par hal 06/03/2009 @ 13:09

Tags : france inter, radio, culture

Dernières actualités
Philippe Val prend les commandes de France Inter, les syndicats s ... - La Tribune.fr
C'est bien la direction de France Inter qu'occupe dès ce jeudi l'ancien directeur de la publication et de la rédaction de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Il remplace donc Frédéric Schlesinger et rejoint Jean-Luc Hees, patron de Radio France...
Stéphane Guillon : dernière chronique sur France Inter ? - Voici
Stéphane Guillon a offert mercredi, sa dernière chronique humoristique sur France Inter avant un retour à l'antenne à la rentrée. Du moins on l'espère. Mercredi à l'antenne de France Inter, Stéphane Guillon, le bol de fraîcheur de cette matinale plutôt...
Mercato des médias: Claire Barsacq pour le JT de M6 - 20minutes.fr
Elle sera de retour sur France Inter à la rentrée, station qu'elle avait quitté en 2004, pour y animer une émission encore indéterminée le soir, après 20h. Pascale Clark sera remplacée par Agnès Bonfillon, 34 ans, qui présente actuellement les journaux...
Jean-Claude Dassier: TF1 ou l'OM ? - nouvelobs.com
Et selon Renaud Revel, ce matin sur France inter, sa décision serait déjà prise. Jean Claude Dassier, affirme le chroniqueur aurait d'ores et déjà “choisi sa villa et sa voiture de fonction”. Jean-Claude Dassier, qui est aussi “un proche de Vincent...
L'idée d'une interdiction du voile intégral progresse en France - L'Express
Moi, je suis pour l'interdiction", a dit sur France Inter Fadela Amara, ancienne présidente d'une association militant pour l'émancipation des femmes. Le ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, a abondé dans le même sens,...
Ruquier reste sur Europe 1 - leJDD.fr
Laurent Ruquier ne regrette pas d'avoir quitté France Inter. (Maxppp) A la sortie du studio, le public se dirige vers son équipe, demande un autographe, fait un compliment, accompagne certains de ses chroniqueurs jusqu'à la sortie d'Europe 1,...
Le Stéphanois Alain Maneval sur France Inter - Zoom42
Rendez-vous est pris chaque samedi cet été 2009, à 21h et en direct sur France Inter, pour une heure de rencontres, de musiques, d'imprévus avec Alain Maneval. "Bon esprit", titre de l'émission animée par Alain Maneval, donnera la parole à tous les...
Les réactions au dossier retraite - Challenges
(Déclaration sur France Inter, lundi) Le secrétaire général de Force Ouvrière (FO) Jean-Claude Mailly a estimé que "c'est un droit, la retraite à 60 ans. Repousser l'âge de départ en retraite est un recul pour les salariés....
Philippe Val.nommé directeur de france inter - Le Télégramme
[/--------]Philippe Val, ancien directeur de la publication de Charlie Hebdo, a été nommé officiellement directeur de France Inter hier par le nouveau P-DG de Radio France Jean-Luc Hees. Il prendra ses fonctions jeudi. Quant à Frédéric Schlesinger,...
France Inter, radio de l'année (Grand Prix CB News des médias 2009) - Le Zapping du PAF
Dans un communiqué, France Inter se félicite d'avoir reçu le lundi 15 juin, le Grand Prix des Medias CB News de la meilleure radio. Le jury a salué « le souci perpétuel de France Inter de proposer des programmes de qualité, très différents dans la...

France Inter

Logo France Inter

France Inter est une radio publique généraliste française qui a été créée le 16 février 1947 sous le nom de Paris Inter et qui a pris son nom actuel en 1963. Elle fait partie du groupe Radio France. Le slogan en 2006 de la radio est « France Inter : la différence ».

France Inter bénéficie d'une diffusion en ondes longues via l'émetteur d'Allouis sur 162 kHz, ainsi que d'une couverture très dense en bande FM sur l'ensemble du territoire. La station propose par ailleurs ses programmes sur Internet.

Le directeur de France Inter est Frédéric Schlesinger.

France Inter est la descendante de Paris Inter. Créée au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Paris Inter a utilisé au départ un émetteur radio laissé par l'armée américaine. Elle commence a émettre le 16 février 1947 sur la région parisienne. Le 29 décembre 1957, Paris Inter change de nom et devient France I, qui devient elle-même RTF Inter pendant les mois d'octobre et novembre 1963. C'est le 8 décembre 1963 que France Inter prend son nom actuel, suite à un concours auprès de ses auditeurs, nommé « RTF 64 ».

En 1947, Paris Inter est d'abord placée sous la tutelle de la Radiodiffusion française (RDF, devenue ensuite la RTF, puis l'ORTF) puis de Radio France, qui devient indépendante en 1975 après la partition en 7 sociétés de l'ORTF.

Frédéric Schlesinger est le directeur de France Inter depuis le 4 septembre 2006. Il remplace Gilles Schneider, directeur depuis juin 2004.

France Inter diffuse de nombreuses émissions dont les thèmes sont variés mais les formats assez semblables : quelques invités, parfois des chroniqueurs, pendant un peu moins d'une heure. La grille de la rentrée 2006 a été marquée par la généralisation d'une forme d'interactivité entre les auditeurs et leur radio. Ainsi, Isabelle Giordano, reprenant la tradition du Téléphone Sonne, invite le public à réagir en direct dans Service Public tous les matins à 10h, Eric Lange présente une émission où les auditeurs de toute la planète appellent pour discuter de leur voyage, faire connaître leur association, demander des conseils, etc., Colombe Schneck lit à l'antenne les mails des auditeurs dans son émission médias et Daniel Mermet met à disposition un répondeur avant son émission quotidienne Là-Bas Si J’y Suis. Ceux-ci sont également appelés à interpeller l'invité de Nicolas Demorand pour Inter-Activ', lors du Sept-Dix.

En haut



FIP (radio)

Logo Fip.jpg

FIP (initialement pour France Inter Paris) est un réseau radiophonique français créé en 1971. Il fait partie du groupe Radio France. Plus petit réseau des radios du groupe, c'est néanmoins celui qui assure le principal fil musical de secours du groupe Radio France, notamment en cas de panne ou de grève, voire pour certaines antennes nocturnes.

La directrice de Fip est Dominique Pensec.

La station repose sur un concept qui n'a quasiment pas varié depuis sa création : un programme musical entrecoupé d'informations routières et culturelles et d'un court bulletin d'informations toutes les heures à 50, et sans aucune publicité. Longtemps limitée à la tranche horaire 7h-21h, heure à laquelle son signal s'évanouissait pour la nuit, la station est désormais animée de 7 h à 23 h, puis un robot repasse de 23 h à 7 h des parties de la programmation musicale des jours précédents.

Le programme musical est complètement éclectique, mêlant tous les genres de musique : chanson, rock, world, classique, musique de films, jazz, etc. mais avec un sens consommé de l'enchaînement. Elle est une des très rares de son genre existant au monde. Deux programmeurs fameux en assumaient les choix musicaux, Patrick Tandin et Julien Delifiori.

Depuis sa création, la seule innovation a été la création fin 1981 d'une émission quotidienne consacrée au jazz : Jazz à FIP de 20 h à 21 h 30 (19 h 30 à 21 h jusqu'en octobre 2008), initialement la seule semaine puis étendue à tous les jours de la semaine. Le générique de cette émission fut longtemps un titre "live" de Randy et Michael Brecker (les "Brecker Brothers"), qui fut remplacé par un titre de Joe Zawinul composé spécialement pour l'émission et intitulé Slivofip, qui introduit cette heure et demi de Jazz.

Le programme musical et les flashes d'information sont communs à l'ensemble des FIP, ils sont diffusés depuis la Maison de Radio France à Paris.

L'animation est également nationale et diffusée depuis les studios de FIP à la Maison de Radio France à Paris pour l'Île-de-France ainsi que pour Marseille, Rennes, Montpellier et Toulouse ; elle est locale à Nantes pour Nantes et St-Nazaire, à Bordeaux pour Bordeaux et Arcachon, et à Strasbourg.

Simone Hérault, une des « voix » initiales de FIP, a mis celle-ci au service des annonces sonores de la SNCF.

Parmi les autres voix « célèbres » de FIP, on peut également citer Kriss, l'une des première speakerines de la chaîne, qui anime en 2008 une émission sur France Inter et Marie-Martine Bisson, désormais actrice de doublage, elle est la voix française de l'actrice anglo-américaine Nicollette Sheridan, (Edie Britt dans Desperate Housewives).

Outre la programmation, c'est le ton des animatrices qui frappe : sucré et annonçant les embarras de la circulation avec humour et ironie. À tel point que le duo d'humoristes Guy Bedos et Sophie Daumier consacre un sketch à ce ton, suivi une dizaine d'années plus tard par celui des Inconnus dans Les radios libres.

La diffusion de la station s'étend en province (Lyon, Marseille, etc.), le fil musical et le bulletin d'information étant repris avec une animation et des informations routières et culturelles locales. Le P final est alors décliné sur l'initiale locale : FIM, FIL, FIB, FIS, etc. FIP accompagne le développement technique de Radio France et passe successivement à la modulation de fréquence puis à la stéréophonie.

Possédant une niche en tant que radio de service au sein du service public, FIP est peu touchée par la révolution du paysage radiophonique français à partir de 1981.Dans les années 1980, la station et son réseau sont dirigés par François Jouffa. En 1999 le plan Bleu lancé par Jean-Marie Cavada, PDG de Radio France, cherche à réattribuer les fréquences disponibles entre les radios locales (réseau France Bleu), Urgences, FIP et Le Mouv'. En ce qui concerne FIP, seules les stations faisant de l'audience sont conservées, tandis que celles de Metz et de Nice intègrent le réseau France Bleu. Cette mesure mécontente les fidèles qui créent des associations pour protester, et reçoivent le soutien d'élus locaux. Plusieurs manifestations ont même lieu. Pour leur part les syndicats s'inquiètent des conséquences sur les personnels et font grève le 24 mai 2000, jour de l'adoption du plan Bleu par le conseil d'administration de Radio France.

Selon un journal de Brighton, The Argus, un habitant de Brighton, une ville du Sussex, dans le sud-est de l'Angleterre, a rediffusé FIP sur la bande FM (91.0 et 98.5) durant dix années. Les deux signaux, qui relayaient FIP depuis le satellite pouvaient être écoutés dans de nombreuses parties de la ville. Les deux transmetteurs servaient à couvrir plusieurs parties de la commune, l’un d’eux étant parait-il dans la partie de la ville nommée Bohemian Hanover. La station y est devenue très populaire.

Les deux signaux fonctionnaient dans des fréquences utilisés à l’origine par FIP à Lille et à Metz inutilisés dans la région de Brighton et ne provoquaient donc pas d’interférence avec des stations existantes. La qualité technique du signal était très élevée et le système RDS affichait FIP.

La rediffusion était illégale et violait les lois britanniques appliquées par UK telecom et le régulateur des médias britanniques Ofcom. Les officiels de l’Ofcom ont visité l’adresse de l’opérateur pirate de la station en avril 2007 et confisqué le matériel, interrompant la diffusion de la radio pirate.

Une association pour les fans de FIP, nommée Vive la FIP a été créée et se réunit régulièrement à Brighton ; certains de ses membres ont même visité les studios de la station à Paris.

En avril 2008, les émissions pirates semblent avoir repris. Cette fois-ci, le responsable du piratage déclare avoir pris toutes les précautions utiles pour ne pas perturber les autres émissions radio. Plus étonnant, devant le succès de ses programmes, Radio France semble en négociation pour une diffusion légale de FIP dans la région.

En haut



Rue des Entrepreneurs (France Inter)

Rue des Entrepreneurs est une émission radiophonique hebdomadaire française, diffusée sur France Inter chaque samedi matin. Présentée par Didier Adès et Dominique Dambert, l'émission présente l'actualité économique et celle du monde des entreprises.

En haut



Là-bas si j'y suis

Là-bas si j'y suis est une émission de radio crée en 1989, produite et animée par Daniel Mermet, diffusée quotidiennement (du lundi au vendredi entre 15 h et 16 h) sur France Inter.

Cette émission est principalement constituée de reportages. Abordant de nombreux thèmes (société, voyages, luttes, média, etc.), cette émission tente de donner un éclairage différent à l'actualité, tant locale qu' internationale en donnant la parole à ceux qui ont moins d'exposition médiatique. Elle est qualifiée par son animateur de « modeste et géniale ». Sa partialité, assumée par son équipe, donne à écouter quotidiennement une émission atypique dans le paysage radiophonique français. Un autre élément non négligeable de cette émission est, dans les premières minutes, la diffusion d'une sélection de messages laissés par des auditeurs sur répondeur de l'émission, qui donnent entre autres des informations sur la vie sociale locale, ainsi que les dates et lieux des "repères de là-bas", débats réunissant des amateurs de l'émission.

Le site « non-officiel » là-bas.org regroupe les archives sonores, téléchargeables sous différents formats audio (ogg, real ou mp3), remontant jusqu'au 3 septembre 2001.

À la rentrée 2006, la direction de France Inter a décalé l'émission à la plage 15h - 16h (au lieu de 17h - 18h). Cette disposition a été combattue par Daniel Mermet car elle entrainerait une perte d'auditoire d'environ 50 %. Les auditeurs se sont mobilisés pour soutenir l'émission et une pétition en ligne a été lancée le 16 juin 2006 contre le déplacement, interprété comme une reprise en main politique à la veille des élections de 2007. Le cap des 200 000 signatures a été dépassé, le 9 juillet.

La relégation de l’émission a fait perdre 200 000 auditeurs par rapport à l’audience qu’avait « Là-bas » à 17 heures soit 500 000 auditeurs.

De son côté, la direction de France Inter a nié une telle volonté. Dans une émission diffusée le samedi 15 juillet 2006 dans l'émission « Le Premier Pouvoir » sur France Culture (une autre station de Radio France), le directeur des programmes de France Inter, Frédéric Schlesinger, confirme le déplacement de l'émission tout en déniant à cette initiative tout caractère politique.

Daniel Mermet fait de nombreuses allusions et railleries en commentaire des reportages sur cette décision, notamment lors de la série d'émission sur l'Afghanistan.

Les mouvements sociaux, les menaces sur les services publics, les malades, les prostituées, la vie en prison, en asile psychiatrique, l'altermondialisme, les OGM, les nanotechnologies sont quelques thèmes abordés par l'émission. Elle s’ouvre habituellement par une diffusion des messages reçus sur le répondeur téléphonique, où les auditeurs expriment leurs opinions, leurs désaccords sur les sujets passés au cours des émissions précédentes, leurs colères ou leur enthousiasme, ou réagissent à l'actualité.

L'émission accueille mensuellement des journalistes du Monde diplomatique qui viennent parler des sujets abordés dans le numéro en cours de publication. Daniel Mermet réalise également des émissions à l'étranger, en Amérique du Sud, à Dubaï, etc. Il ne dédaigne pas changer de thème et lit parfois des textes érotiques.

L'équipe de Là-bas si j’y suis n'est pas exempte de conflits, en attestent les accusations rapportées par Acrimed portées contre son animateur et producteur Daniel Mermet par Joëlle Levert et les syndicats de France-Inter en novembre-décembre 2003 puis par Thierry Scharf et Claire Hauter accompagnés des même syndicats en septembre 2004.

Les auditeurs forment une véritable communauté autour de l'émission et de son animateur.

L'émission possède un répondeur téléphonique sur lequel les auditeurs peuvent laisser leurs messages : impressions à la suite des dernières émission, soutiens ou reproches, appels citoyens ou sociaux... L'animateur laisse une grande place à ces interventions en début d'émission, qu'elles soient positives ou négatives. Régulièrement, une émission est consacrée dans son intégralité au « répondeur ».

En 2005, Daniel Mermet propose que ses auditeurs se réunissent localement pour discuter de façon conviviale. Les « Repaires des Amis de Là-bas si j'y suis » permettent aux auditeurs de se rencontrer, un peu partout en France. Ils sont régulièrement annoncés à l'antenne, par le répondeur ou par Daniel Mermet lui-même. La liste est aussi disponible sur internet.

En haut



Stéphane Paoli

Stéphane Paoli lors de La Folle Journée 2009.

Stéphane Paoli (de nationalité française, né le 19 novembre 1948 à Rabat, Maroc) est un journaliste de radio française, exerçant sur France Inter. Il est le fils de Jacques Paoli, qui (entre autres) fut lui aussi journaliste. Stéphane Paoli débute sa carrière en 1969, travaille pour Europe 1 avant de rejoindre France Inter.

Entre 1999 et 2006, il anime sur France Inter le 7/9 dont deux des temps forts sont l'interview du matin Questions directes, à 8h20, et Radiocom, c'est vous, entre 8h45 et 9h, où les auditeurs posent leurs questions à l'invité. Il présente également avec Jean-Michel Ribes une émission mensuelle de débats de société le dimanche soir : Baobab. Le 25 mars 2006, il est victime d'un accident vasculaire cérébral et quitte momentanément l'antenne.

Suite à son accident, il décide alors de ne plus présenter l'émission matinale : « Mon accident a précipité les choses, mais j'avais déjà décidé d'arrêter de me lever le matin à 4 heures ». Il prend en charge à partir de la rentrée 2006, une émission politique hebdomadaire, le lundi soir de 19h20 à 20h00.

Depuis septembre 2007, Stéphane Paoli présente également la matinale (7/9) du week end sur France Inter en duo avec Sandra Freeman.

Stéphane Paoli a aussi présenté tous les lundis de 19h30 à 20h15 avec Raphaëlle Bacqué et Thomas Hugues Le franc parler, diffusé en simultané sur France Inter et I>Télé. À la rentrée de septembre 2008, Le franc parler est remplacé par Le RV politique, diffusé le dimanche entre 17h05 et 17h45. Jean-François Achilli succède à Stéphane Paoli comme intervieweur de la station publique, Michel Dumoret à Thomas Hugues comme intervieweur de la chaîne d'information en continu.

En haut



Source : Wikipedia