France 2

3.3855157278492 (1367)
Posté par woody 24/02/2009 @ 23:37

Tags : france 2, chaînes de télévision, télévision, culture, france télévisions, industrie des médias, economie

Dernières actualités
Audiences prime : TF1 battue par France 2 et M6 - Le Blog de Jean-Marc Morandini
Hier soir en prime-time sur à 20h35 sur France 2, les enquêtes des inspecteurs de "FBI : portés disparus" dans "Alice" ont été suivies par 5.383.000 téléspectateurs soit 22.1 % de PDA. Pour M6 à 20h40, Alessandra Sublet était aux commandes de "L'amour...
19h58 : François Fillon invité du 20h00 de France 2 - Télé 7
Ce mercredi 24 juin, le 1er ministre François Fillon sera l'invité de David Pujadas dans le journal de 20h00 de France 2. Il reviendra sur le remaniement ministériel qui aura eu lieu dans la journée. Le premier ministre François Fillon a donc choisi...
17h25 : France 2 : Les jokers de l'info en ordre de bataille - Télé 7
France 2 vient d'annoncer officiellement qui sera aux commandes des différents JT pendant l'été. Outre les habituels Marie Drucker et Olivier Galzi, Nathanaël de Rincquesen et Sophie le Saint se frottent au 13h00 ! Comme chaque été, les stars de l'info...
Semaine 29/France 2 : Tour, Fort, 2 séries US, Opéra - OZAP
Voici en avant-première sur Ozap les programmes des soirées de France 2 entre les 11 et 17 juillet 2009. Mardi 14 juillet, France 2 inaugurera une nouvelle série canadienne intitulée "The Border : police des frontières". Sous le commandement du Major...
France 2: Les visages des JT de l'été - leJDD.fr
France 2 a fait connaître mardi par communiqué quels seront les visages de ses journaux télévisés de l'été. Sophie Le Saint et Nathanaël de Rincquesen prendront en alternance les commandes du 13h, tandis qu'Hélène Hug, Nabila Tabouri, Karine Comazzi,...
Les systèmes airless sur France 2 - Premium Beauty News
À l'initiative de AirlessPack Association, les systèmes airless et leurs avantages ont été cités le 18juin lors de l'émission matinale C'est au Programme animée par Sophie Davant sur France 2, dans le cadre de la rubrique beauté animée par Laurence...
Frédéric Mitterrand ministre de la Culture : ça se confirme - Télérama.fr
Mais elle semble se confirmer, notamment depuis l'entretien que l'intéressé a donné au JT de France 2. Le neveu de l'ancien président, ex-patron de TV5 Monde et depuis un an prince tout-puissant de la Villa Médicis, à Rome, remplacera Christine Albanel...
Programme TV cet été : vos émissions sur TF1 et France 2 - Staragora
Toujours dans le thème du sport, France 2 diffusera conjointement avec France 3 le Tour de France du 4 au 20 juillet. La chaîne s'appuiera aussi sur une mini-série de l'été intitulée Suite Noire, laquelle nous tiendra en haleine avec 8 téléfilms...
France 2 : La saison 2 de "Chante" à l'automne - OZAP
C'est ainsi que, l'an dernier, France 2 a donné le coup d'envoi de la série originale Chante, portée par la jeune chanteuse Priscilla. Et le succès du programme a convaincu la chaîne d'en commander une deuxième saison....
Fête de la musique sur France2, pour Lambroso, tapez 1 ! contre ... - Come4News
Pourquoi laisser Lambroso animer les concerts live qui passent à la télé, comme le grand concert de la fête de la musique du 21 juin 2009, sur les ondes de France 2? Je n'ai rien contre Daniela Lambroso. Elle a des qualités, trop peut-être pour animer...

France 2

Logo france2 2008.png

France 2 est une chaîne de télévision généraliste française de service public.

La deuxième chaîne de la Radiodiffusion-télévision française (RTF) émet pour la première fois de façon expérimentale le 21 décembre 1963. Son inauguration officielle a lieu le 18 avril 1964, moins de deux mois avant avant son intégration dans le nouvel office public rebaptisé ORTF. Elle n'est reçue que par 20% des Français. Au même moment, Denise Fabre est engagée comme speakerine de la deuxième chaîne. Le 15 septembre 1966, le journal télévisé fait son apparition sur la deuxième chaîne avec Vingt-quatre heures d'actualités présenté par Jean Lanzi sous la direction de Louis Roland Neil. Le 6 avril 1967 débutent les Dossiers de l'écran d’Armand Jammot.

Le codage couleur français au standard SECAM IIIB norme L à 625 lignes, inventé par l'ingénieur Henri de France, entre en vigueur en juin 1967 et le dimanche 1er octobre à 14h15, la deuxième chaîne passe à la couleur. Le 10, elle diffuse la série américaine Mission impossible. Les Shadoks, série animée de Jacques Rouxel et René Borg, commencent à pomper le 29 avril 1968. En avril 1970, les actualités régionales sont proposées simultanément sur la première et la deuxième chaîne, puis sur la deuxième et la troisième chaîne à partir de 1972. La publicité de marque est introduite sur la deuxième chaîne en janvier 1971.

En janvier 1972, Armand Jammot remplace Le mot le plus long par Des chiffres et des lettres et Jacques Chancel lance Le Grand Échiquier le 12 janvier. Le 3 juillet, la loi sur le statut de l'ORTF créé deux chaînes distinctes.

Les grandes séries en couleur de l'ORTF débarquent sur la deuxième chaîne au début des années 1970. Arsène Lupin ouvre le bal le 18 mars 1971, suivi des Rois maudits du 21 décembre 1972 au 24 janvier 1973 réalisé par Claude Barma et adapté de l'œuvre de Maurice Druon par Marcel Jullian, puis des Brigades du Tigre le 21 décembre 1974.

Suite au choc pétrolier de 1974, les émissions doivent s'arrêter à 23 heures pour cause d'économie d'énergie.

La société nationale de programmes de télévision Antenne 2 naît le 1er janvier 1975, date effective d’application de la loi du 7 août 1974. Selon cette loi, l’Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) est divisé en sept organismes autonomes dont trois sociétés nationales de programmes de télévision : Télévision Française 1 (TF1), Antenne 2 et France Régions 3 (FR3), la Société française de production (SFP), Télédiffusion de France (TDF), Radio France, et l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Le monopole d’État est maintenu. Les programmes débutent le 6 janvier 1975. Chacune des sociétés est placée sous la tutelle du Premier ministre. À la demande du gouvernement, la rédaction de la première chaîne, jugée trop « agitée » et irrévérencieuse, passe sur la deuxième chaîne dont l’audience plus confidentielle lui donnera moins d’importance. En fait, cette interversion a eu lieu en septembre 1972, sous Pompidou : 24 Heures sur la deux, le jt de la 2 est transféré avec son équipe sur la une (24 Heures sur la une) et information première perd la plus grosse partie de son équipe le reste partant sur la 2 : création d’INF2. Ces deux programmes d’information durent jusqu’au 6 janvier 1975.

Le 6 janvier 1975, Antenne 2 (dont le sigle est A2), dirigée par Marcel Jullian, commence ses programmes. Son audience reste plus confidentielle que sur TF1, ce qui lui permet de tenter des expériences et programmes nouveaux, tels Récré A2 ou Apostrophes ou d’user d’un ton moins conventionnel dans ses journaux télévisés. Le 5 mai 1981, le débat opposant Valéry Giscard d’Estaing à François Mitterrand pour le deuxième tour de l’élection présidentielle, arbitré par Jean Boissonnat et Michèle Cotta est diffusé simultanément sur TF1, Antenne 2 et FR3.

En 1983, grâce au ton nouveau de ses journaux télévisés (Christine Ockrent) et d’émissions de divertissement de qualité comme, Champs-Élysées , la Chasse aux trésors ou Récré A2, l’audience d’Antenne 2 finit par dépasser celle de TF1. Cette tendance perdure jusqu’à la privatisation de TF1 en 1987. Des formats nouveaux apparaissent, comme Châteauvallon le 4 janvier 1984, premier télé-roman français inspiré de Dallas qui sévit sur la chaîne concurrente, ou Maguy, premier sitcom français avec Rosy Varte et Jean-Marc Thibault lancé en février 1985. Antenne 2 est également la première chaîne française à proposer un programme le matin dès 6h30 avec Télématin à partir du 7 janvier 1985 alors que les programmes de ses deux concurrentes ne débutent que vers 10 ou 11 heures.

Antenne 2 ne voit pas venir la remontée en puissance de TF1 aidée par son nouveau PDG Hervé Bourges, qui lance Cocoricocoboy en access prime-time, le mini-journal de Patrice Drevet et redonne surtout à l’information de la Une une attitude de leader dès janvier 1985 avec l’arrivée de Bruno Masure et Claude Sérillon (remplacé ensuite par Marie-France Cubadda).

Septembre 1987 est marquée par les grilles de rentrée offensives et extrêmement commerciales de TF1 et de La Cinq. Antenne 2 commence alors un inexorable déclin qui la mène de 40 % d’audience en 1986 à 21 % en 1991, quand TF1 plafonne entre 40 et 45 % et La Cinq autour de 10 à 13 %.

Le 28 avril 1988, le débat entre les deux candidats au deuxième tour de l’élection présidentielle, Jacques Chirac et François Mitterrand, est retransmis en simultané sur Antenne 2 et TF1.

Dans un souci de renforcement de l’audiovisuel public face à la concurrence privée, le CSA réunit par la loi des 2 et 10 août 1989 Antenne 2 et FR3 sous une présidence commune en la personne de Philippe Guilhaume, contraint à la démission le 19 décembre 1990 par le ministre de la Culture Catherine Tasca et remplacé par Hervé Bourges.

Le 14 septembre 1991, Antenne 2 est la première chaîne française à diffuser un nouveau genre de programme importé des États-Unis, le reality show, avec La Nuit des héros tous les vendredis à 20h50.

Afin d'essayer de reconstruire un groupe public fort face aux télévisions commerciales et pour lui donner une cohésion, les chaînes de service public prennent le nom de France Télévision le 7 septembre 1992 : Antenne 2 devient France 2 vers 6 h 30 avant le Télématin et FR3 devient France 3.

Après la sortie du livre de Pierre Péan, Une jeunesse française, Jean-Pierre Elkabbach, PDG de France Télévision, interroge François Mitterrand sur France 2 le 12 septembre 1994. Le 3 novembre, le député Alain Griotteray dénonce à l’Assemblée nationale les contrats exorbitants consentis par Jean-Pierre Elkabbach aux animateurs-producteurs de France 2 (Jean-Luc Delarue, Nagui et Arthur), provoquant le remplacement du PDG par Xavier Gouyou-Beauchamps le 2 juin 1996 sans remettre en cause pour autant ces contrats.

Le 31 mars 1998, France Télécom et France 2, lancent Mezzo, chaîne thématique consacrée à la musique, à la danse et à l'opéra en remplacement de la chaîne France Supervision.

En août 2000, l’arrivée de La Cinquième transforme le groupe public en France Télévisions auquel s’est adjoint ensuite RFO (Réseau France Outremer depuis juillet 2004) et France 4 (ex-Festival) en mars 2005.

Selon le numéro 549 du magazine hebdomadaire Marianne (revue) paru le 27 octobre 2007, France 2 serait aujourd'hui le navire amiral du groupe France Télévisions et essaye tant bien que mal de respecter ses obligations de service public tout en affrontant sa principale concurrente, TF1.

France 2 est diffusé en HD sur la TNT et le cable satellite depuis le 30 octobre 2008.

À partir du 7 septembre 1992 (France 2), voir les dirigeants de France Télévisions.

Le capital de France 2 est détenu à 100 % par le groupe public France Télévisions SA.

Seule chaîne exclusivement généraliste du service public, France 2 offre une programmation diversifiée, destinée à atteindre un large public. Cette position lui « assigne l'ambition de jouer dans les domaines de l'information nationale et internationale, de la création, du divertissement et de l'événement, un rôle d'entraînement en matière de qualité et d'innovation pour l'ensemble du secteur audiovisuel ».

Le premier siège de la deuxième chaîne était situé au 13-15, rue Cognacq-Jay à Paris, qui regroupait tous les services de télévision de l'ORTF.

Conservé par TF1 après la scission de l'Office en 1975, Antenne 2 part s’installer au 22 avenue Montaigne dans le VIIIe arrondissement de Paris. Toutefois pendant quelques années (1975-1982 environ), TF1 et Antenne 2, chaînes publiques concurrentes, se partageaient le même bâtiment et des studios voisins pour leurs journaux télévisés retransmis depuis Cognacq-Jay jusqu'au déménagement complet d'Antenne 2 au 22 avenue Montaigne. À la même époque, l'adresse du 5/7 rue de Montessuy à Paris était aussi donnée aux téléspectateurs.

Le 15 août 1998, France 2 intègre le nouveau siège de France Télévision au 7, esplanade Henri de France dans le XVe arrondissement.

Voici une liste de séries emblématiques qui sont ou ont été diffusées sur la deuxième chaîne de l'ORTF, sur Antenne 2 puis France 2.

France 2 est diffusée par le réseau terrestre analogique et numérique français. Elle bénéficie en plus d'une couverture portée à 100 % par le biais de la diffusion analogique et numérique via le satellite Atlantic Bird 3. En tant que chaîne publique, tous les câblo-opérateurs, bouquettistes satellites et FAI ont obligation de la reprendre dans le service de base de leurs réseaux.

Le canal fut diffusé en Tunisie à la place de RTT 2 de juin 1989 à octobre 1999 et est également diffusé depuis 30 ans dans le nord de l'Italie. Ses émissions sont aussi largement relayées dans le monde entier par le biais de TV5Monde.

Depuis le 7 avril 2008, la chaîne est intégralement diffusée au format 14/9 sur le réseau terrestre analogique et en 16/9 sur la TNT et Numéricable.

Depuis le 27 juin 2008, France 2 est disponible en version haute définition sur les réseaux TV ADSL, le satellite sur CANALSAT et le câble sur Numéricable.

Selon Michel Bouvard, député UMP de Savoie, l'existence de France 2 en tant que chaîne de service public n'est pas justifiable. Un certain nombre de députés de l'actuelle majorité prône notamment la privatisation de la chaîne, au regard de ce qu'elle coûte aux Français en impôts (cf. article sur la redevance audiovisuelle) et de la similitude croissante de ses programmes avec ceux des autres chaînes privées. Selon d'autres opinions, la France, comme tous les pays européens se doit de conserver un service public ambitieux et de qualité. La BBC au Royaume-Uni demeure un service public fédérateur et produisant de nombreux programmes de bonne facture, dans un pays au demeurant très libéral.

Le 29 décembre 2008, France 2 diffuse lors de son journal de 13h un reportage lié à la situation des hôpitaux français. Lors de ce reportage, elle donne la parole à Philippe Juvin. Celui-ci est présenté en tant « chef de service des urgences à l’hopital Beaujon ». Il y explique alors que les problèmes rencontrés fin 2008 ne sont pas liés à des problèmes de moyens. Il semble que France 2 ait lors de ce reportage oublié de mentionner une partie importante du curriculum vitae de celui-ci.

En haut



France Télévisions

Logo de France Télévisions

Patrice Duhamel : Vice-président et directeur général de l'antenne.

France Télévisions est un groupe audiovisuel français, dont le capital est exclusivement détenu par l'État français.

Constitué à partir du rapprochement sous une présidence commune des chaînes télévisées publiques France 2 (ex-Antenne 2) et France 3 (ex-France Régions 3), il comprend notamment, France 5 (ex-La Cinquième) depuis le 2 août 2000, RFO (Réseau France Outre-mer) depuis le 9 juillet 2004, France Ô (ex RFO Sat) depuis le 25 février 2005 et France 4 (ex-Festival) depuis le 31 mars 2005. Ces sociétés nationales de programmes de télévision (et de radiodiffusion dans le cas de RFO), sont des filiales détenues en totalité par France Télévisions SA à l'exception de France 4 détenue par France Télévisions S.A. (89 %) et ARTE France (11 %).

En 2007, le périmètre économique du groupe comprend environ quarante sociétés et emploie près de 11 000 personnes.

Le service public audiovisuel français (dont France Télévisions est héritière avec Radio France) fait partie de l'Union européenne de radio-télévision (UER) depuis 1950.

La deuxième chaîne et la troisième chaîne de l'ORTF ont émis respectivement pour la première fois le 18 avril 1964 et le 31 décembre 1972. Le 6 janvier 1975, suite au démantèlement de l'ORTF prévu par la loi n° 1974-469 du 7 août 1974, la deuxième chaîne devient Antenne 2 (A2) et la troisième devient France Régions 3 (FR3).

Les décrets n° 1982-790 et 1982-791 du 17 septembre 1982 transforment Antenne 2 et France Régions 3 en sociétés nationales de programme de télévision. La loi n° 1989-532 du 2 août 1989, tout en dotant d'un président commun Antenne 2 et FR3 maintient la séparation juridique des deux chaînes.

Le 7 septembre 1992, Antenne 2 et FR3 changent de nom et deviennent respectivement France 2 et France 3. Elles sont désormais regroupées au sein de France Télévision. Toutefois, France Télévision (sans « s ») n'est qu'une dénomination commerciale ne correspondant à aucune entité juridique. Le rapprochement entre les deux chaînes suscite l'apparition progressive d'une « présidence commune » (favorisé par les très larges pouvoirs reconnus au président dans les statuts de chaque chaîne), groupant un état-major de plus en plus substantiel autour du président, et le recours à diverses formules pour assurer la coordination des chaînes. Des directions communes sont ainsi mises en place dans des domaines décisifs de la programmation et des services communs sont créés pour gérer des questions cruciales, comme la politique des sports ou la politique des programmes de divertissement. La politique de programmation des deux chaînes est harmonisée.

NB : Précédée brièvement par Télé emploi du 28 mars au 17 avril 1994, La Cinquième a diffusé ses premiers programmes le 13 décembre 1994. Société nationale de programme détenue également par l’État, elle restera néanmoins séparée totalement des deux autres chaînes du service public jusqu’à son intégration au groupe France Télévisions en 2000.

La loi n° 2000-719 du 1er août 2000 a permis, d'une part, de fixer le cadre juridique du groupe France Télévisions et, d'autre part, de créer la société holding France Télévisions S.A. permettant de regrouper les sociétés nationales de programme télévisé ainsi que toutes leurs filiales rattachées. Elle porte également le mandat du président de trois à cinq ans.

France Télévisions est une société anonyme soumise à la législation sur les sociétés anonymes (sous réserve des lois spécifiques la régissant) dont les statuts ont été approuvés par décret n° 2000-846 du 31 août 2000 (modifié par le décret n° 2001-1328 du 27 décembre 2001). Elle a été immatriculée au registre de commerce le 6 septembre 2000, mois où a eu lieu l’apport de l’intégralité des titres de France 2, France 3 et La Cinquième par l’État. Les transferts d’actifs à la société holding sont intervenus sur la période décembre 2000-mars 2001.

Dotée d’un capital social de 197 540 M€ réparti en 12 958 173 actions, elle est soumise au contrôle économique et financier de l’État avec qui elle a conclu, le 20 décembre 2001, un premier contrat d’objectif set de moyens (COM) pluriannuel. Ce contrat, qui arrivait à terme en 2006, a été renouvelé le 30 avril 2007 seulement, mais couvre la période 2006-2011.

France Télévisions S.A. a la responsabilité d'harmoniser la stratégie globale du groupe. Le conseil d'administration de la société holding répartit les moyens financiers publics entre les filiales du groupe et en assure son équilibre financier. Le Conseil d'administration nomme également les directeurs généraux des chaînes de programmes. Cette société holding n'est pas une société tête de groupe qui définirait et conduirait la stratégie de ses filiales : les directeurs généraux des chaînes de programme restent les vrais mandataires sociaux de leurs sociétés.

La société holding suggère également la conduite des actions de développement ou de diversification, et harmonise la politique globale en matière de programmes : politiques de production, coproductions, acquisitions, harmonisation des grilles ainsi que l'adaptation aux nouvelles technologies. La charte d'organisation du groupe mise en place en 2000 repose sur les principes de l'autonomie des sociétés filiales, d'une harmonisation renforcée et d'une collégialité dans le pilotage de la gestion du groupe.

France Télévisions S.A. s'articule autour de sept directions spécifiques : stratégie des programmes, diversification, finances, ressources humaines, communication, relations institutionnelles et audit interne. Cinq directions sont communes à France Télévisions et aux chaînes : études, sports, juridique, relations internationales et achats de programmes.

Le lundi 7 janvier 2002, un nouvel habillage homogène des chaînes du groupe France Télévisions apparaît à l’antenne. Conçue par la société Gédéon pour un coût de près de 2,3 millions d’euros, la nouvelle identité visuelle se veut proche des déclinaisons de la télévision publique britannique.

À la demande de Patrick de Carolis, élu PDG de France Télévisions en juillet 2005, un audit du groupe est mené de septembre à décembre 2005 grâce aux moyens internes du groupe (DRH, Direction financière et autres). Il débouche le 25 janvier 2006 sur un état des lieux sévère contesté tant par Marc Tessier, précédent PDG de France Télévisions, que par les organisations professionnelles de salariés du groupe (SNRT-CGT, SNJ-CGT). Evoqué pour la première fois lors de la présentation par Patrick de Carolis de son projet au CSA, l’audit interne présente la situation du groupe public en scindant ses conclusions en “points préoccupants” et “points positifs”.

En septembre 2007, le groupe public étudie l'hypothèse d'une réforme en profondeur, avec notamment la fusion - par voie législative - de France Télévisions SA, holding du groupe, et des chaînes de service public (France 2, France 3, France 4, France 5 et RFO) au sein d'une même société à l'horizon 2012, époque à laquelle France Télévisions, en raison du basculement au tout numérique, sera plongé dans un univers de concurrence renforcé, avec la montée en puissance de médias non traditionnels. L'une des pistes de réflexion est de faire évoluer les statuts de France Télévisions afin qu'ils s'apparentent à ceux de la BBC.

Le 7 avril 2008, les antennes du groupe France Télévisions évoluent, le groupe audiovisuel public souhaitant renforcer l'identité de ses chaînes et améliorer la cohérence de ses antennes : les formes du logo France Télévisions sont mises en volume et chaque fenêtre, qui symbolise une des cinq chaînes publiques, adopte sa couleur. Rouge pour France 2, bleu pour France 3, violet pour France 4, vert pour France 5, et orange pour France Ô. Le slogan du groupe reste inchangé : « France Télévisions : vous avez tous les choix. » Le précédent logo ne contenait que quatre fenêtres. En outre, le 16/9e va s'imposer sur France Télévisions progressivement. Les antennes de France 2 et France 5 basculent le même jour dans ce format. France 3, en raison des multiples régies qui diffusent la chaîne, passe progressivement au 16/9e et France 4 le 5 juillet 2008.

Le 25 juin 2008 Nicolas Sarkozy annonce qu'il souhaite que le président de France Télévision ne soit plus nommé par le CSA mais directement par le chef de l'État. Il a aussi annoncé que la fin de la publicité sera compensée par deux taxes, l'une de 3% sur les recettes publicitaires des chaînes privées, rapportant 80 millions d'euros, et l'autre de 0,9% sur les chiffres d'affaires des opérateurs télécoms, rapportant 400 millions d'euros.

Ce total s'élève à 480 millions d'euros alors que la publicité rapportait jusque là 800 millions d'euros par an à France Télévision.

Le PDG de l'entreprise Patrick de Carolis a déclaré le 2 juillet sur RTL que « le compte n'y était pas » concernant le financement de la suppression de la publicité dans l'audiovisuel public.

Le PDG de France Télévision a estimé a cette occasion que sa chaîne ne devrait pas accepter d'émission imposée de l'extérieur et insisté sur la notion d'indépendance des rédactions de France 2, France 3, France 4, France 5 et RFO.

Le Forum des sociétés de journalistes, qui rassemble 25 SDJ, s'est de son côté inquiété d'une « incroyable régression dans la vie démocratique et médiatique », après l'annonce de la nomination du président de France Télévisions par l'exécutif.

Dans une tribune au quotidien Libération intitulée "Ni pub mais soumise", les sociétés des journalistes de France 2 et de la rédaction nationale de France 3 ont dénoncé le 1er juillet "un projet de financement bâti sur du sable".

Le 5 janvier 2009, la publicité est supprimée du service public entre 20h et 06h par décision du conseil d'administration du groupe. Le projet de loi a été adopté par les députés le 17 décembre 2008 après 80 heures de débats, mais la loi n'a pourtant encore été ni examinée ni votée par le sénat. Le Sénat en débute l'examen le 7 janvier 2009.

Logo du 7 septembre 1992 au 7 janvier 2002.

Logo du 7 janvier 2002 au 7 avril 2008.

Logo multicolore depuis le 7 avril 2008.

Le siège de France Télévisions S.A. se trouve 7, esplanade Henri de France à Paris XVe, dans un bâtiment conçu par l'architecte Jean-Paul Viguier. Édifié de 1994 à 1998, il développe 57 100 m² de superficie et atteint 35 mètres de hauteur. Entre mai et septembre 1998, France Télévision s'y est installée après avoir quitté l'avenue Montaigne (Antenne 2, France 2) et le cour la Reine (FR3, France 3) dans le VIIIe.

La gare du RER C, Boulevard Victor - Pont du Garigliano se trouve sous l'esplanade. La station du tramway T3 est située devant l'entrée du siège boulevard Valin.

Un deuxième bâtiment est actuellement en construction sur une parcelle adjacente au sud. Il est destiné à abriter les sièges de France 4 et France 5. Les travaux de ce dernier ont été récemment suspendus car des ruines gallo-romaines ont été découvertes.

Toutes les sociétés significatives dans lesquelles France Télévisions S.A. exerce, directement ou indirectement, un contrôle exclusif sont consolidées par intégration globale. Les sociétés significatives dans lesquelles le groupe exerce une influence notable sont consolidées par équivalence. Cette méthode consiste à retenir dans les comptes consolidés la part de capitaux propres et de résultat correspondant au pourcentage d’intérêt direct ou indirect détenus par la société mère. Le principe de l’intégration fiscale consiste à faire reprendre par la société tête du groupe fiscal France Télévisions SA, les produits et les charges d’impôt transférés par les filiales intégrées. L’intégration fiscale est neutre pour les filiales concernées. Les déficits des filiales, mis en regard de profits d’autres filiales dans le processus d’intégration fiscale, font l’objet d’une provision couvrant le risque de la holding de devoir ultérieurement payer de l’impôt à la hauteur des déficits utilisés. Au 31 décembre 2006, il n’existe pas de filiales étrangères dans le périmètre du groupe France Télévisions.

Chaînes nationales de service public : France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô. Chaînes thématiques françaises : Gulli, Planète Juniors, Planète Thalassa, Planète Justice et Mezzo; RFO (Le Réseau France Outre-mer) : RFO Guadeloupe, RFO Guyane, RFO Martinique, RFO Mayotte, RFO Réunion, RFO Saint-Pierre et Miquelon, RFO Polynésie, RFO Nouvelle Calédonie, RFO Wallis-et-Futuna; Chacun diffusant une chaîne propre à sa collectivité (Télé Pays) et une chaîne reprenant les programmes des chaînes nationales (Tempo) sauf à Mayotte et Wallis; Productions cinématographique : France 2 cinéma, France 3 cinéma, MFP (Multimédia France Productions); Publicité : France Télévisions Publicité, Médi@exchange; International : EuroNews (chaîne d'information européenne), TV5MONDE (chaîne francophone internationale), ARTE (chaîne culturelle franco-allemande), CFI (Canal France International), France 24 (chaîne d'information internationale française); Internet : France Télévisions Interactive; Édition/Distribution : France Télévisions Distribution.

Le montant du produit de la redevance audiovisuelle (ressources publiques) est réparti par l’État entre France Télévisions, Radio France, Radio France Internationale, ARTE France et l'Institut National de l'Audiovisuel (INA).

Aux termes du IV de l’article 53 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 modifiée, “le montant des ressources publiques allouées à la société France Télévisions est versé à cette société qui l'affecte intégralement, dans les conditions définies par le contrat d'objectifs et de moyens, aux sociétés France 2, France 3 et France 5 et Réseau France Outre-mer ainsi qu'aux filiales mentionnées au dernier alinéa du I de l'article 44 ”, c’est-à-dire aux sociétés “ayant pour objet d’éditer des services de télévision diffusés en mode numérique ne donnant pas lieu au paiement d’une rémunération de la part des usagers et répondant à des missions de service public définies à l’article 43-11 et par leurs cahiers des charges’’.

Conformément aux orientations définies dans son cahier des charges, la chaîne France 4, que France Télévisions contrôle à 93,95 % par ses participations directes et indirectes (via ARTE France), est diffusée sur la TNT. C’est dans ce cadre que la nouvelle chaîne publique est financée par la redevance depuis 2005.

Au sein du périmètre France Télévisions, les sommes versées par l’État au titre de la redevance audiovisuelle bénéficient donc uniquement aux sociétés nationales de programme et à la filiale France 4 (ex Festival), à l’exclusion de toute autre société du groupe.

Le COM conclu le 2 mars 2007 prévoit une augmentation de 3 % en moyenne par an du budget alloué par l'État à France Télévisions. En 2008, première année du contrat, ce pourcentage sera même de 3,5 % permettant de compenser les dépenses qui atteindront un pic pour assurer le passage de l'analogique au numérique d'ici à 2011. En 2009 et 2010, cette augmentation sera respectivement de 2,9 et 2,6 %.

La convention collective de la communication et de la production audiovisuelles (CCCPA) signée le 31 mars 1984, qui concerne les personnels techniques et administratifs (PTA) ne s’applique pas à l’ensemble du groupe, contrairement à une convention de branche. Elle touche les salariés de France 2, France 3 et RFO mais pas ceux de France 5, ni ceux de la holding France Télévisions et, semble-t-il, pas d’avantage ceux de France 4.

L’avenant audiovisuel à la convention collective nationale du travail des journalistes (CCNTJ), signé le 9 juillet 1983 touche l’ensemble des journalistes du groupe, cette dernière étant, pour sa part, une convention de branche étendue.

La Cinquième a, dès l’origine, adopté un système original, caractérisé par une grande souplesse : absence de grilles, absence d’automatismes, carte des métiers. Malgré son intégration dans le groupe France Télévisions, France 5 continue d’appliquer son propre accord d’entreprise.

Dès lors que le législateur se prononçait clairement pour la constitution d'un groupe public de télévision et dotait France Télévisions de la personnalité morale et de pouvoirs étendus de direction sur les sociétés du groupe, l’éventualité d’une négociation sociale se situant au niveau du groupe, et non plus au niveau de chacune des sociétés le composant, devait être envisagée. À l’heure actuelle, cette question n’a pas reçu de réponse concrète. Elle se heurte aux fortes particularités qui caractérisent chacune des sociétés. Le risque d’un alignement systématique des dispositions sur les plus coûteuses d’entre elles demeure suffisamment important pour que cette question soit traitée avec une grande prudence.

Néanmoins, l’harmonisation des usages qui ne relèvent pas des conventions collectives et des systèmes de prévoyance a été entreprise par la direction financière au cours de la première année d’exercice de l’équipe de Carolis.

Dans le cadre de la TNT, France 2, France 3, France 4, France 5 ont été groupées en mars 2005 sur un même multiplex au sein de la Société de Gestion du Réseau 1 (GR1) avec ARTE et La Chaîne parlementaire. Société par action simplifiée créée le 22 septembre 2004, GR1 finalise les contrats cadres de diffusion avec les opérateurs techniques du réseau, assure la répartition de la ressource radioélectrique entre les chaînes ainsi que la répartition des charges financières et de facturation. Le 19 décembre 2006, le CSA a décidé, en application de l'article 22 de la loi du 30 septembre 1986 modifiée, de réorganiser les multiplex utilisés pour la diffusion de la télévision numérique terrestre conformément au souhait du ministre de la Culture et de la Communication, en déplaçant France 4 du R1 vers le R2 (Société des Nouvelles télévisions numériques), dans l'intérêt d'une utilisation rationnelle du domaine public et de la nécessité d'assurer le développement des télévisions locales sur la TNT qui trouveront ainsi une place sur le R1 ; Dans les faits, France 4 a basculé du R1 vers le R2 le 13 septembre 2007 à 6 heures cédant la place, d’une part, à 18 chaînes locales ou à un second décrochage régional de France 3 en province et, d’autre part, à France Ô (qui inaugure sa diffusion TNT le 24 septembre suivant) en Île-de-France.

Les bouquets commerciaux privés de télévision de diffusion et de distribution ont une obligation de reprise des chaînes télévisées du service public, mais sans gratuité assurée.

En haut



France 2 foot

France 2 foot est une émission de télévision française diffusée sur France 2 entre le 29 juillet 2007 et le 25 mai 2008.

Ce magazine dominical consacré au football est présenté par Denis Balbir .

La création de l'émission fait suite à l'attribution par la Ligue de football professionnel des droits de diffusion d'un magazine dominical à France Télévisions. Le projet a été jugé meilleur que celui de TF1 qui détenait les droits depuis 1977 pour Téléfoot. Cette dernière émission perdure, mais sous une autre forme : elle ne traite plus des ligues 1 et 2.

Néanmoins, à partir de la saison 2008-2009, l'émission dominicale ne sera plus diffusé sur France Télévisions. En effet, début février 2008, la Ligue a attribué les droits du magazine du dimanche à Canal + pour la période 2008-2012, qui crée pour l'occasion l'émission Canal Football Club.

France 2 foot compte deux parties, diffusées avant et après le JT de 13h et présenté par Denis Balbir, transfuge de Canal+. Pendant la première partie, il commente l'actualité de la Ligue 1 et de la Ligue 2 avec des reportages et montre tous les buts. Pendant la deuxième partie c'est un debat avec les analyses de Roland Courbis, de Philippe Lucas et le billet d'humeur de Guy Carlier.

Cependant, cette émission rencontre un succès mitigé, peut-être en raison de sa programmation à la suite de Téléfoot, et à sa division en deux par le journal de 13h00. La deuxième partie, qui se voulait consacrée au débat (à l'instar des émissions On refait le match sur LCI ou 100 % Foot sur M6), a été jugée inintéressante par de nombreux téléspectateurs, notamment en raison du manque de légitimité de certains débatteurs, comme Philippe Lucas ou Guy Carlier.

A la fin de la saison 2007-2008, France 2 Foot est arrêtée suite au rachat par Canal + des droits du magazine. La première partie de l'émission est remplacée par Tout le monde veut prendre sa place, le jeu de Nagui, tandis que la deuxième partie est remplacée par un magazine d'information, 13 h 15, le dimanche, présenté par Laurent Delahousse.

Le générique est « parlé » par Pascal Obispo sur l'air de sa chanson Zinedine.

En haut



Liste des émissions littéraires de France 2

Cette page dresse la liste des émissions littéraires de France 2 (Antenne 2 avant 1992).

En haut



Journal de 20 heures

Le journal de 20 heures est une émission de télévision d'information diffusé sur plusieurs chaînes de télévision dans différents pays.

Il est présenté par Laurence Ferrari depuis le 25 août 2008 (joker : Harry Roselmack). Il a été présenté par Patrick Poivre d'Arvor pendant 21 ans, du 31 août 1987 au 10 juillet 2008.

Pendant le week-end, c'est Claire Chazal depuis 1991 qui en prend les commandes (joker : Julien Arnaud).

Le journal de 20 heures de France 2 est présenté du lundi au jeudi par David Pujadas depuis septembre 2001 et du vendredi au dimanche par Laurent Delahousse depuis 2007.

Canal + n'a pas de Journal de 20 heures à proprement parlé, mais une version courte et satirique d'un journal télévisé. Ainsi, depuis 1988, la chaîne cryptée propose en clair sa propre version du Journal de 20 heures dans l'émission des Guignols de l'Info. Il est présenté par PPD, marionette parodiant Patrick Poivre d'Arvor.

Depuis quasiment la création de la chaine, M6 diffusé un journal court et tout en images, présenté par une voix off, le Six', à 19h55. La chaîne devrait prochainement le remplacer au profit d'un journal plus traditionnel, avec présentateur et en plateau.

Le journal de 20 heure (20h00-20h30) : Journal d'information nationale et internationale quotidiennement présenté pendant environs 30 minutes à partir de 20 heure par : Pierre Amessan Brou (jeudi), Habiba Dembélé, Awa Ehoura, Alberic Niango, Pascal Aka Brou, David Mobio, Lanciné Fofana, Viviane Ahimain et Amidou Doukouré. Il peut recevoir sur son plateau un invité.

En haut



On a tout essayé

On a tout essayé était une émission de télévision française présentée par Laurent Ruquier sur France 2 du 19 septembre 2000 au 29 juin 2007.

Cette émission a pour but de commenter de manière tantôt humoristique tantôt plus sérieuse l'actualité.

L’émission fut également diffusée le samedi durant la saison 2005-2006 sous le nom On a tout essayé même le samedi puis On a tout essayé... sans le patron présentée par Christine Bravo en 2006-2007.

À la rentrée de septembre 2007, On a tout essayé est remplacée par On n'a pas tout dit, la nouvelle émission de Laurent Ruquier.

En haut



Rayons X (France 2)

Rayons X est une émission de télévision française, diffusée depuis le 1er octobre 2002 sur France 2. Elle vise à présenter la recherche scientifique en lui donnant une apparence de merveilleux, quitte parfois à sacrifier la rigueur.

Les répliques 3D d'Igor et Grichka Bogdanoff exposent quelques informations succinctes sur le sujet scientifique du jour, en alternance avec des images (souvent des images de synthèse, mais parfois aussi des extraits de films) en rapport avec ce sujet.

Les personnages 3D évoluent dans un vaisseau spatial de science-fiction en image de synthèse également, les hublots et parfois même l'intérieur du vaisseau représentant souvent le thème abordé.

En haut



Source : Wikipedia