Fortis

3.3504775900721 (1361)
Posté par talos 14/03/2009 @ 13:08

Tags : fortis, banques, economie

Dernières actualités
Fortis:jugement 25/06 sur paiement actionnaires préférentiels - EasyBourse.com
AMSTERDAM (Dow Jones)--Un tribunal d'Amsterdam décidera le 25 juin à 17h00 qui, de Fortis Holding (FORB.BT) ou de Fortis Bank Nederland, devra verser 362,5 millions d'euros à un groupe d'actionnaires préférentiels, a déclaré vendredi un porte-parole de...
LEAD 1 Fortis - Bart de Smelt va devenir administrateur délégué - Reuters
BRUXELLES, 15 juin (Reuters) - Fortis Holding (FOR.BR: Cotation) a nommé au poste d'administrateur délégué le responsable de son coeur de métier, Fortis Insurance Belgium (FIB), pour mener à bien la transformation du groupe belge de services financiers...
FORTIS : Une consolidation vers les supports est probable - TF1
Le MACD est positif mais inférieur à sa ligne de signal. La dynamique en cours est interrompue. Dans le cas où le MACD deviendrait négatif, le repli des cours pourrait se poursuivre. La valeur du RSI est inférieure à 50 : cela confirme la faiblesse des...
Des renforts au comité exécutif de Fortis Investments : - Boursorama
(Newsmanagers.com) - L'integration Management Committee de Fortis Investments imaginé par BNP Paribas Investment Partners devrait se compléter de quatre personnes issues de Fortis Investments dont Keith Rake (COO, informatique), Stewart Edgar pour...
Fortis s'attend à des marchés plus difficiles après le rebond - nouvelobs.com
PARIS (Reuters) - "Une belle floraison n'est pas le gage d'une vendange réussie", prophétise William De Vijlder, responsable de l'investissement chez Fortis Investments (groupe BNP Paribas), pour souligner que malgré les récents signes de reprise,...
Le Conseil de la concurrence fait une exception pour Fortis - 7sur7
Au cours du démantèlement de Fortis fin 2008, le conseil de la concurrence a exempté par deux fois, le groupe financier et la SFPI d'obtenir sa bénédiction à leurs opérations, rapportent ce mercredi De Tijd et L'Echo. La reprise de Fortis Banque aurait...
L'action Club Med dopée par prise de participation de Tapie - EasyBourse.com
"Aujourd'hui, le titre monte comme lors de l'annonce de l'intérêt de B.Tapie pour le groupe", commente Thomas Alzuyetta, analyste chez Fortis. "Mais cette hausse risque d'être ponctuelle, l'intention affichée par B.Tapie de ne pas agir avant la fin de...
Euronext: le BEL 20 trébuche sur les 2.000 points - RTL Info.be
Dexia (5,65) se distinguait en progressant de 2,90 pc en compagnie de Fortis (2,39) qui était revenue à son point de départ. AB InBev (24,50) hésitait avant de conclure sur un écart ramené à zéro. Belgacom (21,92) reculait par contre de 0,95 pc....
Les actionnaires de Fortis ne désarment pas - Challenges
Les actionnaires de Fortis bougent encore. Deux associations en effet écrit, jeudi 4 juin, au ministre néerlandais des Finances, Wouter Bos, pour se plaindre de la vente annoncée la veille de la branche d'assurances pour entreprises de Fortis Pays-Bas...
Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris - Le Point
Tous les analystes ont maintenant des objectifs de cours inférieurs à 6 euros, donc il est logique qu'il y ait des prises de bénéfices", indique un analyste de Fortis. * STMICROELECTRONICS a chuté de 6,34% à 5,47 euros. L'italien Finmeccanica a annoncé...

Fortis

Né en 1990 de la fusion de AMEV, un assureur néerlandais, VSB Groep, un groupe bancaire néerlandais et Groupe AG, un assureur belge, Fortis a grandi par acquisitions successives de sociétés d'assurance et de banques jusqu'à devenir un acteur essentiel de sa base géographique (le Bénélux).

En 2005, suite à la désignation de Jean-Paul Votron comme CEO, le groupe mène une politique d'internationalisation volontariste avec un objectif double : accroitre le bénéfice par action d'au moins de 10 % par an en moyenne durant la période 2005-2009, et porter à 30 % en 2009 la part du bénéfice généré hors Benelux (15 % en 2004).

En 2007, Fortis forme avec Royal Bank of Scotland Group et Banco Santander un consortium pour lancer une Offre publique d'achat sur ABN AMRO et démanteler cette dernière en partageant ses actifs parmi les membres du consortium. A partir de fin 2007, la crise des subprimes, et les perturbations de marché, mettent Fortis dans des difficultés de plus en plus graves qui aboutissent à son démantèlement de fait en octobre 2008, les actifs de la société étant partagés pour l'essentiel entre le gouvernement des Pays-Bas et BNP Paribas.

Fortis naît en 1990 de l'intégration des compagnie d'assurances AMEV (Pays-Bas), AG Group (Belgique) et la banque VSB (Pays-Bas).

Au cours des années 1990, le groupe fait l'acquisition du bancassureur belge CGER (acronyme de Caisse générale d'épargne et de retraite) entre 1993 (50 %) et 1997 (100 %), du Crédit à l'Industrie en 1995, de MeesPierson en 1997 et de la Générale de Banque en 1999.

En 1999, les entreprises du groupe sont fusionnées en deux pôles (banque et assurances) détenus à parts égales par deux holding faitiers, un belge et un néerlandais cotés distinctement.

Afin de finaliser opérationnellement les diverses fusions et de pallier les lenteurs générées par sa structure bicéphale, Fortis nomme son premier CEO, Anton van Rossum, en 2000. Sous son impulsion, les diverses activités acquises sont intégrées dans le groupe. Afin de pallier les problèmes de liquidité provoqués par cette structure bicéphale, le groupe crée en 2001 l'action Fortis, titre synthétique qui rassemble une action néerlandaise et une action belge. L'action Fortis est alors cotée aussi bien en Bourse d'Amsterdam que de Bruxelles.

En 2005, Anton van Rossum est remplacé par Jean-Paul Votron. Le nouveau CEO hérite d'un groupe intégré et décide de lui faire mener une politique d'internationalisation volontariste avec un objectif double : accroitre le bénéfice par action d'au moins de 10 % par an en moyenne durant la période 2005-2009, et porter à 30 % en 2009 la part du bénéfice généré hors Benelux (15 % en 2004).

Fortis est alors à son sommet: 23eme groupe financier mondial en terme d'actif, il a une position dominante sur les marchés belges et luxembourgeois.

En 2007, Fortis forme avec Royal Bank of Scotland Group et Banco Santander un consortium pour lancer une Offre publique d'achat sur ABN AMRO et démanteler cette dernière en partageant ses actifs parmi les membres du consortium. Après avoir du faire une contre-offre suite à un accord entre ABN Amro et Barclays , l'acquisition est finalisée en septembre 2007, et Fortis lance une augmentation de capital de 13,2 milliards d'euros afin de financer partiellement l'acquisition qui se monte à 24 milliards.

En novembre 2007, le groupe d'assurance chinois Ping'an annonce une prise de participation dans l'actionnariat du groupe à hauteur d'environ 4 % .

Toutefois, à partir de fin 2007, la crise des subprimes et les perturbations de marché provoquent une remise en question de la capacité de Fortis à financer l'acquisition de ABN Amro. L'action qui est déjà passée de 30 euros en avril 2007 à 18 euros en novembre, baisse régulièrement tandis que le marché s'interroge sur la solvabilité et la position de liquidité du groupe.

En juin 2008, alors que l'action vaut 12,50 euros, Fortis annonce une nouvelle augmentation de capital de 1,5 milliards réservée à des investisseurs institutionnels, la suppression du dividende intérimaire traditionnellement payé en septembre de chaque année et le probable paiement d'un dividende en nature sous forme d'actions en 2009 .

Ces décisions provoquent une levée de bouclier, et tandis que le cours tombe sous 10 euros, Jean-Paul Votron est remplacé par Herman Verwilst , un vieux routier du groupe censé rétablir la confiance.

En septembre 2008, les effets de la crise des subprimes s'accentuent, ainsi que les défauts bancaires. La position de liquidité du groupe devient critique et l'action continue à s'enfoncer, jusqu'à ce que le 26 septembre, l'action s'effondre de 21%, à 5,20 euros, en un jour. Filip Dierckx succède alors à Herman Verwilst, et Maurice Lippens, Président du Conseil d’administration de Fortis Banque, démissionne, mais le groupe est en grave danger, le marché des prêts interbancaires lui étant dorénavant fermé du fait du manque de confiance.

Lors du week-end du 27 au 28 septembre, les États néerlandais et luxembourgeois acquièrent chacun 49% du Fortis Bank Nederland et Fortis Banque Luxembourg, quand l'État belge acquiert 49% de Fortis Bank (le groupe bancaire total), pour un total de 11,2 milliards. Parmi les conditions de ce plan de sauvetage, la revente des parts de Fortis dans ABN Amro est imposée, et est supposée rapporter une dizaine de milliards d'euros à Fortis. Dans ce scénario, Fortis utiliserait alors le produit de la vente d'ABN pour racheter les parts cédées aux États, le résultat recherché étant un groupe assaini et revenu sur ses "frontières" d'avant l'aventure ABN.

Les problèmes ne se résolvent pourtant pas, et notamment suite au désistement du groupe ING auparavant intéressé par ABN , les Pays-Bas imposent, le 3 octobre, que Fortis leur vende la totalité de ses activités aux Pays-Bas, c'est-à-dire ABN Amro mais aussi Fortis Bank Nederland et Fortis Insurance Nederland, pour 16,8 Milliards d'euros . Le dimanche 5 octobre, le démantèlement de Fortis est finalisé par le rachat, par BNP Paribas, de l'essentiel des activités bancaires et d'assurance de Fortis en Belgique et au Luxembourg .

Pour éviter une survente des actions Fortis, le titre a été suspendu en Bourse entre le 4 octobre (inclus) et le 14 octobre (jour de la reprise). Quand l'action a repris sa cotation, l'annonce du démantèlement faite pendant la suspension a fait s'effondrer le cours de 77% en une seule journée. L'action, qui cotait 5,41€ à la clôture du 3 octobre, est passée à 1,21€ à la clôture du 14 octobre. La dégringolade boursière s'est poursuivie les semaines suivantes, et le 21 novembre 2008, l'action Fortis valait 0,57€ à la clôture.

Fortis n'est alors plus qu'une coquille ne contenant que quelques actifs épars, tel que Fortis Insurance International . Tandis que la Commission bancaire, financière et des assurances suspend la cotation de l'action Fortis jusqu'à ce que soient connus les détails de l'opération, les actionnaires envisagent diverses actions pour défendre leurs intérêts, à la fois contre la société, ses administrateurs, et les gouvernements concernés . Déboutés en première instance, la procédure d'appel favorable aux actionnaires, débouche le 19 décembre 2008 à la démission du gouvernement Leterme suite à une immixion supposée de l'exécutif dans le cours de la justice. Le 11 février 2009, l'Assemblée générale des actionnaires de Fortis a voté, à Bruxelles, contre la vente à BNP Paribas à 50,27 % et à 57 % contre la nationalisation par l'Etat néerlandais des services bancaires et d'assurances de Fortis Bank Nederland.

En haut



Fortis Inc.

Fortis Inc. (TSX : FTS) est une compagnie basée à St. John's, Terre-Neuve et Labrador, qui est dans le secteur de l'électricité, principalement, mais aussi dans celui du gaz naturel, depuis 2003. Elle opère principalement au Canada et dans les Caraïbes.

En haut



Luigi Fortis

Luigi Fortis (26 février 1748, Vérone, Italie - 27 janvier 1829, Rome) était un prêtre jésuite italien, élu en 1820 le 20e Supérieur Général de la Compagnie de Jésus.

Né dans une famille de classe moyenne commerçante, Fortis étudie au collège Saint Sébastien de Vérone avant d’entrer au noviciat de la Compagnie de Jésus, le 12 octobre 1762, à Bologne. A la fin de trois années d’études philosophiques (1767-1770) à Bologne il est envoyé enseigner les ‘humanités’ au collège de Ferrare. C’est là que le surprend le décret de suppression de la Compagnie (21 juillet 1773).

Comme beaucoup d’autres ex-jésuites commence alors pour lui une vie d’errance apostolique. Il retourne d’abord dans sa ville natale où il trouve un emploi comme précepteur particulier. Il obtient d’être ordonné prêtre en 1778. Dès 1784 il nourrit l’espoir de se rendre en Russie pour s’affilier à la Compagnie qui y survit discrètement. On lui répond que de meilleurs services peuvent être rendus à l’Église en Italie même. Toujours fidèle à sa vocation jésuite, Fortis renouvelle en privé ses vœux de religion. En 1793 il enseigne la physique et l’histoire naturelle au collège des nobles, à Parme. Ensuite, à partir de 1799, il enseigne les langues à un groupe de jeunes qui se préparent à devenir jésuites. En 1804 les troupes françaises sont à Parme. Fortis doit quitter le duché et se réfugie à Naples où les jésuites, approuvés localement, viennent de reprendre solennellement possession de leur église du Gesù, en présence du roi même qui les avait expulsés 37 ans plus tôt! Cela ne dure pas longtemps. Le collège rouvert en 1805, est fermé en 1806 : Fortis est expulsé avec Joseph Pignatelli et les autres jésuites lorsque Joseph Bonaparte arrive au pouvoir. Il est alors à Orvieto puis à Vérone (1810) - toujours comme enseignant - au séminaire ainsi que dans son ancien collège de Saint-Sébastien : lettres, philosophie, philologie et poésie. Il est également fort demandé comme prédicateur.

Lorsque la Compagnie de Jésus est universellement rétablie par Pie VII (1814), Fortis est nommé provincial d’Italie (1815). Peu après le Supérieur Général, Tadeusz Brzozowski - que le czar empêche de quitter la Russie - le nomme son Vicaire à Rome (1818). Les problèmes sont considérables car il faut amalgamer en un seul groupe des ‘ex-jésuites’ qui demandent à être réintégrés, et les membres de deux groupes indépendants créés spécifiquement pour préparer la restauration de la Compagnie : les Pères du Sacré-Coeur (1794, avec Joseph Varin) et les Pères de la Sainte Foi (1797, de Paccanari), tout cela sous la direction lointaine et peu accessible du Supérieur Général Brzozowski, qui de plus remplaça Fortis par un autre Vicaire en 1819. Incompréhensions et graves tensions furent le lot de Fortis.

Fortis fut Général durant 8 ans. Il mourut à Rome le 27 janvier 1829 à l’âge de 81 ans.

En haut



ABN AMRO

ABN AMRO4.jpg

ABN AMRO était une banque commerciale et d'investissement néerlandaise qui faisait partie de l'indice AEX avant son rachat le 10 octobre 2007 par un consortium composé des banques Fortis, RBS et Santander. Le rachat d'ABN AMRO constitue la plus grande acquisition jamais réalisée dans le secteur bancaire avec un montant de 70 milliards d'euros.

ABN reprend les initiales de Algemene Bank Nederland qui signifie « Banque générale des Pays-Bas ». Cette banque existait depuis 1964, née de la fusion de la Nederlandsche Handelmaatschappij (NHM) et de la Twentsche Bank, deux banques néerlandaises crées au XIXe siècle.

AMRO est l'acronyme de Amsterdam et de Rotterdam. L'Amro Bank est aussi née en 1964 d'une fusion entre l'Amsterdamsche Bank et la Rotterdamsche Bank, portant le nom des deux plus grandes villes du pays, Amsterdam et Rotterdam.

C'est en 1991 que ABN et AMRO Bank ont fusionné pour former ABN AMRO, la première banque des Pays-Bas.

Le groupe a été acheté le 10 octobre 2007 par un consortium composé des banques Fortis, Royal Bank of Scotland (RBS) et Banco Santander Central Hispano.

À cause de la piètre qualité de plusieurs prêts et de la crise économique de 2008-2009, le gouvernement néerlandais a nationalisé la portion d'ABN AMRO qui opérait sur son territoire. Au Royaume-Uni, le gouvernement britannique détient une large part de RBS, ce qui en fait de facto une nationalisation.

Outre les Pays-Bas, ABN AMRO détient de fortes positions dans le centre des États-Unis en banque de détail et au Brésil. Le siège social du groupe se situe dans le quartier Zuidas à Amsterdam.

Par le volume de transactions, ABN AMRO est la 11e en Europe et la 20e dans le monde, avec plus de 3 000 branches dans plus de 60 pays.

Flottant 90,8%, ING 8,3%, Fortis 0,5%, Aegon 0,4%.

Siège social d'ABN AMRO à Zuidas, Amsterdam, Pays-Bas.

Bureaux de la branche Assurance dans la IJsseltoren à Zwolle, Pays-Bas.

En haut



Georges Ugeux

Georges Ugeux est un homme d'affaires belge, né en 1945.

Docteur en droit et licencié en économie de l'UCL à Louvain, il commence sa carrière en 1970 à la Generale de Banque (devenue Fortis) et devient responsable du département corporate.

En 1985 il est "Managing Director" du département "Mergers and Acquisitions" de la Morgan Stanley Europe. En 1988, il devient directeur financier de la Société Générale de Belgique. En 1992, il est PDG de la banque d’affaires américaine Kidder, Peabody Europe. En 1995, il préside le "European investment Fund" et la commission d’évaluation des actifs de l’Etat.

De 1996 à 2003, il est vice-président du New York Stock Exchange, en charge de l’international, puis fonde sa société de consultance : Galileo Global Advisors.

Le 8 janvier 2009, l’association de défense des actionnaires de Fortis (prise dans la tourmente du Fortisgate) décide de soutenir les candidatures proposées par Deminor et le Vereniging van Effectenbezitters lors de la prochaine assemblée générale extraordinaire. Il s'agit de Georges Ugeux pour le poste de président et de Philippe Casier, Dirk van Daele et Jan Zegering Hadders pour les postes de directeurs.

Le 11 février, Georges Ugeux et Jan Zegering Hadders sont élus par les actionnaires pour siéger au conseil d'administration de Fortis holding, avec respectivement 56,75 % et 93,08 % des voix.

En haut



Source : Wikipedia