Formation

3.4248582230804 (2116)
Posté par seb 25/02/2009 @ 13:33

Tags : formation, société

Dernières actualités
Face à la crise, la Région répond emploi - l'Humanité
Le conseil régional de Midi-Pyrénées renforce tous ses dispositifs d'intervention en faveur de l'activité économique et de la formation professionnelle. Dossier. Si elles n'ont pas les moyens de faire face à la crise mondiale, les collectivités...
Valenciennes inaugure son centre de formation - Sports.fr
En présence de personnalités comme Bernard Laporte, Secrétaire d'État aux Sports, ou Valérie Létard, Présidente de Valenciennes Métropole et Secrétaire d'État à la Solidarité, le VAFC a inauguré vendredi son tout nouveau centre de formation....
Formation et promotion ne vont pas forcément de pair - Journal du Net
Les résultats de l'enquête "Formation et qualification professionnelle" de l'Insee remettent en cause l'idée que la formation professionnelle joue sur la promotion sociale : "si la formation accompagne fréquemment la promotion, elle ne semble pas,...
Formation continue : la crise fait bouger les lignes - Physical Supply ChainS
On pourrait croire le marché de la formation continue très impacté par la crise, en particulier dans le domaine logistique, ainsi que peut l'être celui du conseil opérationnel. Pourtant, il semble que c'est une croissance du secteur que le contexte...
"La formation et l'emploi" - Vosges Matin
Nicolas Sarkozy a beaucoup insisté sur l'emploi et la formation professionnelle ce qui me tient à cœur. Sa proposition que tout licencié économique garde son salaire pendant un an va déjà dans le sens de ce qui a été mis en place en Déodatie et dans...
Distinction / Centre de formation d'apprentis de l'industrie - DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace
Le Centre de formation d'apprentis de l'industrie Alsace a reçu récemment à Paris le trophée de «La nuit de la formation professionnelle» dans la catégorie Alternance. « On se serait cru pour l'ambiance aux Oscars ou aux Césars. Et on a été nominé !...
Ouverture des recrutements pour la nouvelle formation "Futur ... - L'Hotellerie
Ouverte en 2008, la toute nouvelle formation en alternance "Futur Manager Chef de Partie" mise au point par le Groupe Flo en partenariat avec l'école Guillaume Tirel et le CFA Paris Académie, vient de clôturer sa première session....
Serious game et e-learning: les nouvelles technologies pour la ... - AFP
De plus, 67% des entreprises concernées ont affecté seulement 5% de leur budget formation au e-learning, en majorité pour les cadres. Chez Axa France, il représentait 10% de l'effort de formation fin 2008, mais l'objectif est de passer à 30% d'ici 2012...
La Fosse 11 profite à Cofhys, organisme de formation - La Voix du Nord
Cette société de formation en logistique et aux risques liés au travail est arrivée de Lesquin en février. Son objectif est de se rapprocher de ses donneurs d'ordre dans le bassin minier. Depuis le départ de Mann-Hummel en 2006, la reconversion du site...
LE LYCÉE LOUIS-DELAGE DÉBALLE SON NOUVEAU PLAN DE FORMATION PACKAGING - Charente Libre
Une nouvelle étape qui confirme l'expertise de la formation La formation packaging du lycée professionnel Louis-Delage prend une nouvelle dimension. A la rentrée prochaine, elle sera certifiée «bac + 3», contre une simple attestation actuellement....

Formation continue

La formation continue est le secteur de la formation qui concerne ceux qui ont quitté la formation initiale.

Le domaine de la formation continue est trop souvent assimilé à la formation professionnelle continue (FPC) qui, bien qu'étant le secteur le plus visible de la formation continue, n'est pas le seul. La formation continue est aussi assurée par l'éducation populaire ou encore l'autoformation. Dans la mesure où la formation continue concerne des adultes et non plus des enfants, les chercheurs se sont demandés comment la pédagogie pouvait s'appliquer aux adultes. C'est ce qui a conduit certains penseurs à créer le terme contesté d'andragogie.

Ces différents types de FPC déterminent la carte des formations au sein de l'entreprise en France.

Si le Plan de formation n'est pas obligatoire, ces principes, eux, sont de la responsabilité de l'entreprise. La dimension sociale du PFE est acquise et inscrit l'entreprise dans le dispositif national de solidarité en participant à la lutte contre l'illetrisme ou au développement des compétences. On peut dire que le PFE procure à l'entreprise une véritable mission sociale qui reconnaît l'épanouissement au travail et l'évolution du salarié, mission qui se partage en collaboration avec les IRP qui doivent être consultés dans l'élaboration du PFE. Le PFE s'inscrit donc au coeur de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences.

Elles permettent au salarié d'assurer son adaptation ergonomique au poste de travail. Elles constituent un temps de travail qui maintient la rémunération et qui doit donc s'effectuer au sein du temps de travail normal. Elles se fondent sur l'article L. 932-1 du code du travail : l'employeur a l'obligation d'assurer l'adaptation des salariés à leur poste de travail » et il « veille au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l'évolution des emplois, des technologies et des organisations.

Elles ont été mises en oeuvre pendant le temps de travail, et ouvrent droit au maintien du salaire. Le temps de formation peut dépasser les heures légales de travail, dès lors les heures supplémentaires sont rémunérées au taux normal, sauf si elles dépassent 50 heures par an et par salarié (au-delà il s'agit d'heures supplémentaires prévues). Ces actions visent spécifiquement le maintien de l'employabilité du salarié, dans et hors entreprise.

Il a les mêmes modalités que les évolutions des emplois sauf que le volume horaire plafond hors temps de travail est de 80 heures. En dehors de ce temps de travail, le salarié bénéficie d'une allocation de formation d'un montant égal à 50 % du salaire horaire net de référence. Dès lors elle est exonérée de cotisations sociales et patronales (CSG, RDS) et pour les entreprises de moins de 10 salariés, elle est imputable sur sa participation fiscale au titre de la formation. Formellement, le développement des compétences requiert qu'employeur et salarié définissent par écrit leurs engagements respectifs. De même, un document récapitulatif doit être annexé à son bulletin de paie, retraçant les heures de formation. Enfin à l'issue de la formation l'employeur s'engage, dans un délai d'un an maximum, à faire accéder le salarié à une évolution correspondante aux compétences acquises avec majoration de salaire.

Il nécessite le consentement express du salarié ; un refus de sa part ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement. Après proposition par l'entreprise, le salarié a 10 jours pour accepter. Le bilan de compétences et la validation de l'expérience doivent dès lors faire l'objet d'une convention tripartite écrite et signée (avec mention pédagogiques pour la VE).

Il permet à tout employé de s'absenter pendant les heures de travail dans le but de suivre à titre individuel une action de formation de son choix,distincte donc de celles prévues si c'est le cas par le Plan de Formation de l'entreprise. Les motifs du CIF sont aussi variés que personnels citons: pour accéder à un niveau supérieur de qualification,pour changer d'activité ou de secteur (mobilité),pour s'ouvrir plus largemment à la culture à la vie sociale ou à l'activisme associatif bénévole,pour préparer un examen enfin.

Prise en charge: définie précisémeent par CT.Le salarié doit présenter sa demande de prise en charge à l'OPACIF/FONGECIF auquel son employeur verse sa contribution-formation.La prise en charge est calculée sur: la rémunération qu'il aurait perçu s'il avait continué à travailler(de 60 à 90% de celle-ci).L'entreprise ou le salarié peuvent être amenés à payer le ticket modérateur.Le refus par l'organisme paritaire est possible et le salarié peut faire un recours gracieux. Le salarié doit remettre à l'employeur à chaque fin de mois une attestation effective de stage.

Effet sur le contrat: le CIF entraine la supension du CT,autrement dit la période de formation est assimilée à un temps de travail qui vaut pour congés payés et calcul d'ancienneté. Par contre le salarié perd son poste de travail et il ne peut,de retour de CIF,exiger sa réintégration à la même place.L'entreprise lui propose souvent un poste de plus faible qualification à titre transitoire (dans l'attente de fin de contrat du CDD de remplacement),s'il le refuse il y a alors motif de rupture de CT.

Durée: Il est cumulable sur 6 ans maximum.Il reste plafonné à 120 heures,qu'il soit utilisé ou non (les accords interprofessionnels peuvent aménager cette durée) Chaque année l'employeur doit informer les salariés par écrit du total de leurs droits acquis au titre du DIF.Le DIF se déroule en dehors du temps de travail (sauf accord et alors le salaire est maintenu).l'information se fait par une lettre distribuée à chaque date anniversaire ou par un compteur sur la feuille de salaire.

Formulation: le salarié doit d'abord requérir l'avis de l'employeur quant au choix de la formation.Il dispose alors d' 1 mois pour le donner.Leur accord doit être formalisé par écrit.Il constitue le thème particulier de discussion lors de l'entretien professionnel.

Prise en charge: versement de l'Allocation de formation par l'employeur imputables sur sa contribution-formation s'il occupe moins de 10 salariés.Il peut par ailleurs payer le salarié via le titre spécial de paiement (sorte de chèque sur le modèle du titre-restaurant).

Spécificité du DIF: en cas de licenciement seulement (excepté pour faute grave ou lourde) le salarié peut utiliser les heures cumulées au titre du DIF.il est toutefois exigé de l'employeur que ce droit soit notifié au salarié licencié dans sa lettre de licenciement.Par ailleurs l'employeur a obligation alors de financer ce DIF même apres le départ du salarié.En cas de démission le salarié doit obligatoirement commencer la formation avant la fin du préavis.Enfin le départ à la retraite n'ouvre pas au DIF.On peut dire que le DIF est un droit social acquis formant le socle de tous les dispositifs de formation PC.

Evolution: Enfin avec la réforme du Contrat de Travail (accord du 11 janvier 08) un salarié qui quitte l'entreprise conserve son contingent d'heures non utilisées.En période de chômage les sessions seront dispensées par l'ANPE.Et en cas d'embauche ces heures seront encore valides les deux premières années,en accord avec le nouvel employeur.

Les formations concernées sont dans ce cas énumérées précisément par une liste visée par le RNCP et reconnue par la branche ou la convention.

Formulation: la loi ne précise pas nommément l'initiative du salarié dans ce cas.L'employeur peut différer la demande s'il est en sous-effectif (si les absences dépassent 2% en entreprise).Elle se déroule pendant ou hors du temps de travail.L'accord entre l'employeur et le salarié doit être formulé par écrit,avec mention des engagements mutuels.

Prise en charge: elle donne lieu au maintien du salaire si elle a lieu dans le temps de travail,sinon elle ouvre le droit à l'Allocation de Formation.

Spécificités de la PDP: le salarié peut être suivi par un tuteur.Par ailleurs,le parcours que constitue la PDP doit être personnalisé en fonction des connaissances et expériences de celui-ci et doit se terminer par une évaluation des compétences acquises.Enfin la VAE peut être envisagée pendant la PDP.

Dans les entreprises d'au moins 200 salariés le CE doit constituer en son sein une Commission de Formation spécifique à la FPC (si l'entreprise possède plusieurs établissements chacun subit une délibération). Dès lors formellement,l'employeur doit communiquer aux RP le procès-verbal de la réunion 3 semaines avant celle-ci. Les RP ont enfin en charge les conditions d'accueil des jeunes en première formation technologique et des étudiants en stage pratique (renseignez-vous donc auprès des RP lors de votre PAE!),de l'apprentissage enfin.

En haut



Formation aux prompts secours

Une formation aux prompts secours est une formation destinée à permettre à une personne d'intervenir en équipe et avec du matériel sur un malaise ou un accident, en effectuant des actes de prompt secours, c'est-à-dire ne comprenant pas d'administration de médicament ni de geste invasif (pas de piqûre ni d'introduction de dispositif dans la bouche, sauf exception).

Les anglophones ainsi que certains pays non-anglophones (comme par exemple l'Italie) utilisent le terme basic life support (BLS), du nom de la formation aux États-Unis.

Durée : 160h (120h de cours + 40h de stages). Validité : 5 ans (moyennant 24h de recyclage annuelles) renouvelables après un examen de revalidation. Public ciblé : personnel ambulancier participant à l'aide médicale urgente officielle (Service 100). Prérequis : aucun.

Cette formation définie par le Service public fédéral Santé publique est dispensée par les Ecoles Provinciales d'Aide Médicale Urgente.

Aux États-Unis, la formation de secourisme sans geste paramédical est le basic life support (BLS).

Initialement, le Brevet national de secourisme (BNS, 30 h) contenait des notions de secourisme en équipe et avec matériel (pose d'attelle, brancardage), et était complété par la mention Ranimation (30 h), terme introduit pour distinguer les manœuvres des secouristes de la ré-animation médicale.

Le 19 octobre 1988, la Commission nationale du secourisme valide la réforme issue des travaux de sa sous-commission pédagogique. Cela aboutit en 1991 à la suppression du BNS et de sa mention Ranimation, remplacés par l'Attestation de formation aux premiers secours (AFPS), l'Attestation de formation complémentaire aux premiers secours avec matériel (AFCPSAM) et le Certificat de formation aux activités des premiers secours en équipe (CFAPSE). Le BNS donne l'équivalence de l'AFPS (formation de base de 12 h) et le BNS mention Ranimation donne l'équivalence du CFAPSE (50 h). L'obtention du CFAPSE est obligatoire pour les personnes admises dans une équipe appelée a participer aux secours organisés sous le contrôle des autorités publiques (maire, préfet). Le CFAPSE est également requis pour pouvoir devenir instructeur national de secourisme (INS), excepté à l'Éducation nationale qui dispose d'une dérogation. L'AFCPSAM est le prérequis pour passer le brevet de sauvetage aquatique (BNSSA), même si de nombreux organismes demandent d'avoir le CFAPSE.

Outre l'actualisation des techniques, la nouvelle formation est centrée sur les gestes et ne comprend plus de notion théorique ni d'anatomie. L'AFCPSAM est en fait composée de certains modules du CFAPSE. On peut donc passer l'AFCPSAM, puis le compléter par le CFAPSE, ou bien passer directement le CFAPSE. Pour passer l'AFCPSAM et le CFAPSE, il faut avoir 16 ans et être titulaire du brevet national de premiers secours (BNPS, examen « officialisant » l'obtention de l'AFPS), puis simplement de l'AFPS après la suppression du BNPS en 1997. La formation est assurée par deux moniteurs, titulaires du BNMPS et du CFAPSE.

L'AFCPSAM est délivrée en contrôle continu par les moniteurs, tandis que le CFAPSE fait l'objet d'un examen organisé par la préfecture, et dont le jury comprend entre autres un représentant de la préfecture et un médecin. La référence officielle, utilisée par le moniteur, est un ensemble de fiches cartonnées (14,7×22,8 cm² recto-verso), les « Fiches pédagogiques et techniques » éditées par un éditeur privé, France-Sélection, et dont la reproduction est interdite.

Pour pouvoir participer aux opérations de secours, le titulaire du CFAPSE doit être recyclé tous les trois ans, le recyclage ayant pour objet la révision des techniques, l'actualisation des connaissances et, le cas échéant, l'assimilation des nouvelles techniques. Pour ce qui est des postes de secours associatifs, s'il s'agit d'un poste découlant d'une convention avec l'organisateur et dans l'organisation duquel les autorités publiques n'interviennent pas, les titulaires du CFAPSE à jour de leur recyclage doivent constituer au moins la moitié de l'effectif.

En 1999, les secouristes titulaire de l'AFCPSAM ou du du CFAPSE et à jour de leur recyclage sont autorisé, après formation de 8 h, à utiliser un défibrillateur semi-automatique (DSA) ; les secouristes doivent suivre un recyclage annuel de 4 h. La formation au DSA est sanctionnée par la délivrance de l'Attestation de formation (AFUDSA) ; le contenu de la formation est décrit dans un Guide national de référence (GNR), téléchargeable gratuitement sur le site du ministère de l'Intérieur qui en autorise la reproduction. Ce GNR vaut mise à jour de la section E9 des fiches pédagogiques et techniques du CFAPSE, mais celles-ci restent inchangées.

À partir de 2003, les moniteurs, pour pouvoir enseigner l'AFCPSAM et le CFAPSE, doivent avoir suivi un module de pédagogie appliquée à la formation à enseigner, dispensé sous la responsabilité de l'organisme habilité ou de l'association agréée (arrêté du 22 octobre).

À partir de 2007, l'AFCPSAM est remplacé par l'unité de formation Premiers secours en équipe de niveau 1 (PSE1) et le CFAPSE est remplacé par l'unité de formation Premiers secours en équipe de niveau 2 (PSE2). Le détenteur du PSE1 est appelé « secouriste » (au lieu de sauveteur qualifié) et le détenteur du PSE2 est appelé « équipier secouriste ». Les référentiels nationaux de formation (RN) sont diffusés à partir de 2006 afin de permettre la formation des moniteurs. Ils sont téléchargeables gratuitement sur le site du ministère de l'Intérieur, qui en autorise la reproduction (4 fichiers pour un total de 584 page A4). Il n'y a plus de prérequis pour le PSE1 (on peut passer le PSE1 sans avoir le PSC1).

Pour pouvoir enseigner les PSE1 et 2, le moniteurs doit être titulaire des unités d'enseignement « Pédagogie initiale commune de niveau 2 » (PIC2, équivalent du BNMPS) et « Pédagogie appliquée aux emplois/activités de niveau 1 » (PAE1, remplace le module de pédagogie appliquée).

L'organisation des formations de 2007 fait bien la distinctions entre les formations grand public (prévention et secours civiques, PSC), les formations sur les lieu de travail (prévention et secours au travail, PST), les formations à destination des secouristes bénévoles et sapeurs-pompiers (premiers secours en équipe, PSE) et les formations à destination des personnels travaillant dans les établissements sanitaires et médicaux-sociaux (attestations de formation aux gestes et soins d’urgence, AFGSU).

Les formations de secouriste permettent d'effectuer du secours à personne dans un cadre règlementé (surveillance de plage ou de piscine, poste de secours bénévole, sapeur-pompier, participation à des plans d'urgence…).

Anciennement Attestation de formation complémentaire aux premiers secours avec matériel (AFCPSAM) : savoir se servir du matériel de secourisme : ventilation artificielle avec un masque (ou un embout buccal) et un ballon auto-remplisseur, aspiration des mucosités (liquides pouvant gêner la respiration d'une personne inconsciente), utilisation de l'oxygène, pose d'un collier cervical, mise en œuvre du défibrillateur automatique externe (DAE), d'un CHU,… Le PSE 1 dure 35 heures et représente le premier niveau de formation des secouristes bénévoles.

Anciennement Certificat de formation aux activités de premiers secours en équipe (CFAPSE) : c'est le diplôme d'équipier secouriste, celui qui permet d'intégrer une équipe (secouriste bénévole ou sapeur-pompier), de participer au secours à victime dans un plan d'urgence ou de diriger un binôme sur un poste de secours. Il faut être titulaire du PSE 1 et avoir 16 ans ; le programme comprend une formation de 35 heures avec le brancardage, la pose d'attelles, les emballages (pansements, bandages) et du matériel spécifique à différentes détresses (comme par exemple les coussins hémostatiques).

Le PSE2 (et auparavant le CFAPSE) et le DSR font partie de la formation initiale du sapeur-pompier. Cette formation est complétée par des modules de secours à personne (SAP) : SAP1, SAP2 et SAP3.

Avant 2007, ces modules comprennent une formation à l'anatomie, ainsi que des gestes complémentaires comme la prise de pression, l'oxymétrie… Un certain nombre de ces notions sot maintenant incluses dans les PSE1 et 2.

Depuis 2007, le module SAP 1 comprend une formation au risque routier : identification des matières dangereuses, prise en charge des polytraumatisés, évacués d'une victime de son véhicule (hors désincarcération), … Il dure 28 h. Le SAP2 est destiné aux chefs d'agrès et dure 17 h ; le SAP3 a été supprimé.

À la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), la formation complémentaire s'appelle le BSPP 200.2 (« deux cents point deux »).

En haut



Formation professionnelle

La formation professionnelle est le processus d'apprentissage qui permet à un individu d'acquérir le savoir et les savoir-faire (habiletés et compétences) nécessaires à l'exercice d'un métier ou d'une activité professionnelle. Historiquement liée aux organisations du monde du travail, la formation professionnelle participe étroitement à la création des identités professionnelles.

Intégrée dans le système éducatif, la formation professionnelle est encore traditionnellement associée à la pratique et à la technique des niveaux post-secondaire et/ou tertiaires non-universitaire plutôt qu'à la théorie et à l'abstraction conceptuelle qui caractérisent le niveau tertiaire universitaire.

S'adressant à des adolescents et à des adultes, développant des savoir-faire et des connaissances spécifiques, mobilisant des ressources en constante évolution, la formation professionnelle fait partie de l'éducation des adultes et occupe un champ de recherche et de développement à part entière dans les sciences de l'éducation (pédagogie pour la formation professionnelle).

En haut



Centre de formation (football)

Un centre de formation est un complexe¹ appartenant à un club de football professionnel où les jeunes joueurs sont formés afin d'intégrer l'équipe première. Les centres de formation furent mis en place en France durant les années 1970 suite aux directives fédérales de Georges Boulogne. Le premier, en France, est créé à Nancy en 1973, on l’appelle alors conservatoire du Football. Aldo Platini, dont le fils évolue déjà à l’AS Nancy Lorraine, est contacté pour en prendre la direction. Avant cette décennie, il existait bien des écoles de football, mais les centres de formation pronés par Boulogne sont beaucoup plus complets. Des systèmes similaires sont notamment en place en Angleterre avec les Football Academy.

Les clubs professionnels trainèrent des pieds pour ne pas suivre ces directives, et obligation fut alors faite pour tout club professionnel de posséder un centre de formation, sous peine de perdre son statut pro. Sous la présidence de Thiriez, la Ligue est moins rigide sur ce thème et laisse le statut professionnel à des clubs ne possédant pourtant pas de centre de formation. On citera pour l'exemple le cas de l'US Créteil.

Quelques clubs jouèrent à fond la carte de la formation, avec succès. On citera ici FC Nantes, FC Sochaux et AJ Auxerre dont les centres de formations furent longtemps les plus efficaces. D'autres clubs se dotèrent bien d'un centre de formation pour répondre à l'obligation, mais ces centres ne produisirent que peu de joueurs de talent.

Le financement de ces centres est généralement effectué par les collectivités locales qui n'ont plus le droit depuis la fin des années 1990 de financer directement la section professionnelle d'un club de football.

En haut



Source : Wikipedia