Floride

3.3875790684187 (1739)
Posté par rachel 06/03/2009 @ 17:14

Tags : floride, etats-unis, amérique, international

Dernières actualités
La tempête Andres menace les côtes mexicaines - nouvelobs.com
La tempête tropicale Andres est devenue, mardi 23 juin, le premier ouragan de la saison dans le Pacifique, en se rapprochant de la côte ouest du Mexique, indique le Centre national des ouragans (NHC) situé à Miami (Floride). Avec des vents atteignant...
France : disparition de Visit Florida et départ de Philip Chryst - TourMaG.com
Philip Chryst, qui a la double nationalité française et américaine, représentait Visit Florida en France depuis 29 ans. Mais cet organisme qui vient de subir une coupe sombre de 30% de son budget supprime dès la fin juin sa représentation hexagonale....
Loïc Legallois, un breton en Floride… - Windsurfjournal.com
Windsurfjournal.com : Pourquoi choisir la Floride comme destination windsurf plutôt que Maui ou l'Egypte ? Loïc Legallois : Maui, non pas pour mon premier voyage, il me fallait des repaires et je suis plus à l'aise sur ma Formula qu'à Hookipa en...
La Floride renonce à Bouwmeester - RDS
Jay Bouwmeester (Photo Getty) Les Panthers de la Floride ont renoncé à l'idée de mettre sous contrat le défenseur Jay Bouwmeester qui pourrait devenir joueur autonome le 1er juillet. «Nous sommes rendus au point que des décisions doivent être prises et...
Une ancienne de la Star Ac mêlée à l'affaire Gasquet ! - Staragora
Il aurait ainsi même porté plainte contre X. L'enquête se concentre donc sur cette fameuse soirée de Floride et sur toutes les personnes qui s'y trouvaient. Et d'après les informations de Georges Brenier sur RTL, l'ancienne candidate de la Star Academy...
Roye a la Floride en tête - Sud Ouest
Lionel Roye devrait apprécier l'épreuve cycliste de Floride, qu'il juge « très roulante ». (photo J.-C. sounalet) Tout ce que Lionel Roye a récolté au pays du long nuage blanc en début d'année, c'est un épais brouillard au-dessus de la tête....
A Tampa en Floride, les guerres d'Irak et d'Afghanistan en temps réel - AFP
Mais si la frappe aérienne américaine risque de faire des victimes civiles, c'est en Floride, sur la base de Tampa, que la décision de tirer est prise. Les contingents américains à Kaboul et Bagdad ont bien sûr des postes de commandement et des centres...
Décollage en direct d'Endeavour - TF1
Après une annulation samedi pour un problème technique, le lancement d'Endeavour doit débuter ce mercredi à 10h40 heure de Paris - 5h40 près du Cap Canaveral, en Floride. La Nasa avait dû annuler le lancement samedi dans la nuit à quelques heures de la...
Info RTL : deux femmes qui accompagnaient Gasquet à Miami auditionnées - RTL.fr
Le parquet de Paris avait ouvert début juin une enquête préliminaire à la suite d'une plainte pour administration de substance nuisible déposée par Gasquet, contrôlé positif à la cocaïne le 28 mars dernier, à Miami, en Floride. L'ex-numéro 1 français,...

Floride

Carte avec la Floride en rouge.

La Floride est un État du sud-est des États-Unis, bordé à l'ouest par le golfe du Mexique, au nord par l'Alabama et la Géorgie et à l'est par l'océan Atlantique. Il est le quatrième État le plus peuplé avec une population de plus de 17 millions d'habitants. Son nom signifie « fleurie » en français.

La Floride est une péninsule au sud-est des États-Unis mesurant environ 700 km de long, qui s'avance vers le sud entre l'océan Atlantique à l'est et le golfe du Mexique à l'ouest. Elle s'étend entre 31°0' et 24°33' de latitude nord, et entre 80°03' et 87°50’ de longitude ouest D'une surface de 151 940 km², la Floride est le 22e état par la taille et le deuxième à l'est du Mississippi. Son extension maximale d'est en ouest est d'environ 580 km. Elle se prolonge au sud par un archipel d'îles, les Keys, et à l'ouest par le Panhandle de Floride. Elle se trouve dans le fuseau horaire des États de l'Atlantique (UTC-5).

La Floride est bordée au nord par les états américains de l'Alabama et de Géorgie. La longueur totale de ses frontières est d'environ 2 900 km. Elle est séparée des Bahamas et de Cuba par le détroit de Floride. Key West (24°33' N) est le point le plus au sud des États-Unis continentaux.

Le littoral de la Floride est très étendu 1 930 km,. Avec toutes les baies et les caps, on obtient une longueur cumulée d'environ 13 600 km. Aucun autre état américain, hormis l'Alaska, n'a de littoral plus long,. Cependant, en dehors des baies, la côte occidentale présente peu de sites portuaires favorables en raison de la présence de hauts-fonds. Les rivages orientaux offrent de faibles profondeurs. Son tracé est très irrégulier et bordé par des lagunes (Indian River, environ 200 km de longueur) et des lidos. Au sud, la navigation est rendue dangereuse par les récifs et de nombreuses épaves gisent au fond du golfe du Mexique.

Le littoral floridien compte plus de 4 500 îles,. L'archipel des Keys, à l'extrémité méridionale, forme un chapelet d'îles coralliennes de plus de 200 km de longueur. L'île la plus grande est Key Largo (47 km de long).

La côte orientale et du nord-ouest compte de nombreuses îles-barrières et bancs de sable qui s'étirent en longueur et forment des flèches, parfois sur plusieurs dizaines de kilomètres. La pointe sud de la péninsule est bordée par des marais salés et des mangroves, alors que les Keys sont réputées pour leurs récifs coralliens. On trouve des marécages et des vasières le long de la Big Bend Coast, entre le comté de Pasco et l'Ochlockonee River.

Le marnage est plus grand sur la côte orientale avec environ 1,8 mètre contre 0,6 mètre dans le golfe du Mexique. Le Gulf Stream est le courant marin qui naît au détroit de Floride de la rencontre entre les eaux du golfe du Mexique et de l'océan Atlantique. Pour certains spécialistes, le courant marin de Floride est la partie du Gulf Stream qui s'arrête au niveau du cap Hatteras. Les eaux du Gulf Stream sont plutôt chaudes et pauvres en éléments nutritifs. Un courant chaud, le Loop Current, parcourt le golfe du Mexique dans le sens des aiguilles du montre.

À seulement 105 mètres au-dessus du niveau de la mer, Britton Hill est le point culminant de la Floride,. Le littoral occidental appartient à l'ensemble topographique de la plaine atlantique (Atlantic Coastal Plain) qui s'étire jusqu'au Canada. Au centre et au nord se trouvent des collines (Florida Uplands) dont la taille moyenne varie entre 30 et 105 mètres. L'ouest fait partie de la plaine côtière du golfe du Mexique (Gulf Coastal Plain). En cas de hausse du niveau moyen des océans, une grande partie de la Floride disparaîtrait sous les eaux en raison de relief plat et des faibles altitudes.

Étant donné que la Floride se trouve éloignée des limites de plaques tectoniques, elle n'est pas affectée par le risque sismique et volcanique. Les tremblements de terre sont rares et de faible intensité : celui de janvier 1879, qui se déclencha dans la région de Saint Augustine, eut des effets qui se firent ressentir jusqu'à Daytona Beach, Tampa et Savannah. Le séisme de janvier 1880 à Cuba fut perçu à Key West, celui de 1886 à Charleston (Caroline du Sud) jusque dans le nord de la Floride. En 2006, les secousses d'un séisme de magnitude 6 qui se déclencha dans le golfe du Mexique à 420 km au sud-ouest de Tampa, furent ressenties au sud et au centre de l'état, sans provoquer de tsunami ni de dégâts importants.

Compte tenu de sa petite taille et de son absence de chaîne montagneuse, la Floride possède un climat relativement homogène marqué par l'humidité estivale. Il subit les influences maritimes et du Gulf Stream. La plus grande partie de l'état se trouve en climat subtropical selon la classification de Köppen. Seule l'extrémité méridionale connaît un climat tropical toujours chaud. Avec 240 jours de soleil par an, la Floride mérite son surnom de « Sunshine State ». Cependant, il est possible de distinguer une saison relativement sèche en automne et en hiver, et une saison humide le reste de l'année.

Le record de chaleur de la Floride est de 43°C mesurés à Monticello le 29 juin 1931 ; Key West possède la temperature moyenne annuelle la plus chaude des États-Unis et reste à l'abri du gel. Le record de froid est de –19°C relevés dans la région de Tallahassee le 13 février 1899. Les vagues de froid (cold waves) sont assez rares. Le 19 janvier 1977 une tempête de neige a touché Homestead et Miami Beach.

La Floride peut également subir des périodes de sécheresse accompagnées d'incendies, comme celle de 2000. L'état est également célèbre pour ses orages, particulièrement dans le centre, qui détient le record d'impacts de foudre aux États-Unis. Ces orages se manifestent par des pluies abondantes et parfois de tornades.

Mais les événements météorologiques les plus violents sont les cyclones tropicaux. La Floride se trouve en effet sur la trajectoire des ouragans capverdiens. La population est préparée à affronter les cyclones tropicaux, appelés « ouragans » dans la bassin de l'Atlantique. Les évacuations organisées par les autorités permettent de limiter le nombre de victimes. Miami abrite le Centre National des Ouragans (NHC) et donne l'alerte.

Officiellement, la saison cyclonique commence le 1er juin et s'achève le 30 novembre, même si des tempêtes peuvent survenir en dehors de cette période, comme celle de mars 1993. L'ouragan Andrew d'août 1992 fut le plus destructeur de l'histoire de l'état : il causa plus de 25 milliards de dollars de dégâts.

Les régions situées au nord du lac Okeechobee sont marquées par le climat subtropical humide. Les températures annuelles sont plus basses que dans les régions tropicales, en raison des hivers plus marqués et des vagues de froid qui arrivent du nord. La répartition des températures suit un gradient nord-sud. Les précipitations varient d’une région à l'autre : ainsi, le Panhandle de Floride est la région la plus arrosée sur l'année. La côte nord-est et les régions du centre (lac Okeechobee 1161 mm/an) reçoivent moins de pluie.

Le climat tropical n'est présent qu'au sud du lac Okeechobee. Il se caractérise par des températures douces ou chaudes toute l'année (environ 25°C) et les températures mensuelles sont toujours supérieures à 18°C. L'amplitude thermique est faible et les précipitations abondantes, avec un maximum en été. L'hiver est plus frais et plus sec que l'été. La région se trouve sur la trajectoire des ouragans pendant la saison estivale. Des fronts froids touchent rarement la région entre la fin octobre et le mois de mars.

Avec près de 18 % de sa superficie sous les eaux, la Floride est marquée par l'omniprésence des milieux aquatiques. Elle est le troisième état des États-Unis pour la surface en eau derrière l'Alaska et le Michigan. Elle compte près de 1 700 cours d'eau,, 7 800 lacs d'eau douce, 700 sources, 44 500 km2 de marécages. Le fleuve le plus long à l'intérieur des limites de la Floride est le Saint Johns qui se jette dans l'océan Atlantique. Le fleuve Suwannee prend sa source dans l'état voisin de Géorgie, traverse la Floride et se jette dans le golfe du Mexique.

La Floride possède la plus grande concentration de sources du monde. La plupart se trouvent au nord-ouest de l'état. Certaines sont très chaudes comme les Warm Mineral Springs dans le comté de Sarasota (30°C).

La Floride compte plus de 30 000 lacs,. Le lac Okeechobee est le plus étendu avec plus de 1 800 km2, ; il est peu profond (entre 4,5 et 6 mètres), comme la plupart des lacs floridiens. Le lac George, le lac Kissimmee et le lac Apopka sont plus petits. D'autres lacs sont artificiels comme le lac Séminole, créé en 1957 par le barrage Jim Woodruff sur le fleuve Apalachicola. La plupart des petits lacs du centre de la Floride occupent des dolines, c'est-à-dire des dépressions circulaires mesurant de quelques mètres à plusieurs centaines de mètres, et caractéristiques des régions karstiques.

Les pentes douces, le climat et la nature du sous-sol de la Floride expliquent la présence de marécages, dont de nombreux ont été drainés par l'homme. Le plus célèbre est celui des Everglades (voir la section « milieux naturels » plus bas).

Enfin, les eaux souterraines jouent un rôle important dans la géographie de la Floride : une partie des Everglades est un marais d'eau douce alimenté par un aquifère karstique. Les aquifères sont des couches géologiques poreuses et perméables qui emprisonnent des nappes d'eau souterraine. En Floride, ils sont rechargés pendant la saison humide. L'aquifère floridien fournit de l'eau à quelque 8,1 millions de personnes, celui de Biscayne à 4,5 millions d'habitants. Ils sont exploités pour les besoins de l'agriculture, des activités industrielles et touristiques.

La Floride appartient à la plaque nord-américaine. Par ses terrains sédimentaires, elle se rattache à d'autres régions des Caraïbes et d'Amérique centrale. Elle constitue la partie émergée d'un grand plateau sédimentaire appelé « plate-forme de Floride » ; seul le nord-ouest (Panhandle) appartient à la plaine côtière du golfe du Mexique. Cette plate-forme se poursuit sous les eaux du golfe du Mexique jusqu'à l'escarpement de Floride, derrière lequel le fond marin tombe brusquement à 1800 mètres de profondeur. Au sud, le talus de la plate-forme correspond aux Keys et limite le détroit de Floride. À l'est, dans l'océan Atlantique, elle est bordée par l'escarpement de Floride-Bahamas.

La plate-forme de Floride mesure 900 km de long sur 1000 km de large, dont une large partie se trouve sous les eaux du golfe du Mexique : il s'agit de terrains du Jurassique, du Crétacé et du Tertiaire mesurant entre 2,5 et 12 km d'épaisseur. Elle repose sur un socle plus ancien de roches ignées (Précambrien-Cambrien), sédimentaires (Ordovicien-Dévonien) et volcaniques (Trias-Jurassique) ; la plate-forme s'est progressivement formée au-dessus de ce substrat par des dépôts sédimentaires. Au cours de cours de son histoire géologique, vieille de plusieurs dizaines de millions d'années, elle a été successivement inondée et dégagée au gré des cycles de transgression-régression marines.

Le nord de l'état est constitué de couches sédimentaires formées à partir du matériel rocheux issu de l'érosion des Appalaches, la chaîne de montagne située plus au nord. Le système des collines au centre de la Floride correspond à d'anciennes dunes et dépôts sédimentaires autrefois modelés par l'érosion et le vent. Les calcaires sont les roches les plus fréquentes sous le sol floridien. Ils se sont formés à partir des dépôts de sédiments dans des mers épicontinentales pendant les interglaciaires, du milieu du Jurassique au milieu de l'Oligocène. Ils s'organisent en terrasses et en modelés karstiques : dolines, poljes, pertes, résurgences, grottes et cavernes. Enfin, les Keys sont des récifs coralliens.

En 2005, la Floride était le quatrième état des États-Unis pour la production de minerais. Les principales productions sont les phosphates, le sable et les graviers, l'ilménite, la rutile et le kaolin.

Deux types de sable sont présents sur les plages floridiennes : un sable blanc où domine le quartz, constitué par les sédiments arrachés aux Appalaches et transportés par les cours d'eau ; un sable d'origine carbonatée dans les Keys. C'est sur les côtes du golfe du Mexique que l'on trouve le sable le plus fin. Les plages du Panhandle ont les dunes les plus hautes, les plus petites sont dans les Keys.

La Floride est réputée pour l'abondance et la variété des fossiles de vertébrés datant de l'Éocène au Pléistocène,.

La population floridienne est devenue majoritairement urbaine en 1930. Aujourd'hui, plus de 85 % des Floridiens vivent dans une ville de plus de 2 500 habitants. Jacksonville est la commune la plus peuplée ; la plus grande agglomération est celle de Miami (5,4 millions d'habitants), qui se classe au onzième rang des métropoles américaines et au 61e rang mondial.

Les quatre premières agglomérations de Floride regroupent plus de 11 millions de personnes soit 62 % de la population de l'état. Cette tendance est représentative de la métropolisation du territoire américain. La plupart des communes les plus peuplées se trouvent sur le littoral. Le réseau urbain est relativement équilibré, même si Miami domine. Deux grands axes urbains se dessinent : l'un sur le littoral sud-est (de Homestead à Jupiter), l'autre entre St. Petersburg et Daytona Beach, en passant par Orlando, le long de l'Interstate 4. Enfin, il faut noter que la capitale de la Floride n’est pas la ville la plus peuplée, une situation que l’on rencontre dans de nombreux états américains. Comme ailleurs dans la Sun Belt, les villes de Floride connaissent une croissance démographique soutenue depuis les années 1960. L'exode rural, la croissance démographique et l'immigration ont pour conséquence une augmentation du nombre de citadins et l'étalement des villes.

Les métropoles de Floride ressemblent aux autres grandes villes américaines : elles comportent un centre des affaires avec des gratte-ciel, entouré par des ghettos, des entrepôts et des zones industrialo-portuaires. Les banlieues, dans lesquelles résident les classes moyennes blanches, sont reliées au centre par des autoroutes et des voies ferrées. Les municipalités tentent de faire revenir les classes moyennes dans les centres-villes. Cette gentrification passe par la réhabilitation de quartiers historiques (Ybor City à Tampa, Art Deco District de Miami) et la réalisation d'infrastructures de loisir et de culture (Museum of Contemporary Art Jacksonville).

Bien que le relief et le climat de la Floride soient relativement homogènes, l’état possède une importante diversité de milieux naturels. Ces derniers sont fragilisés par le changement climatique, la pression démographique et la pollution.

Les forêts couvrent près de la moitié de l'État. Les pins sont les arbres les plus fréquents et sept espèces différentes sont présentes en Floride. Les sous-bois sont formés d'arbustes à baies, de petits chênes et de palmiers des sables. Les pinèdes poussent généralement sur des sols sableux et acides. En raison des faibles pentes et de la nature des terrains, la Floride compte de nombreuses régions de marécages, dont la plus célèbre est celle des Everglades. Les marais sont le domaine des emblématiques alligators, tortues de Floride et cyprès chauves. Ils représentent des zones de frai pour les poissons dont se nourrissent les échassiers. La mangrove, dans le sud de la péninsule, et les dunes de sable figurent parmi les écosystèmes les plus fragiles : ils protègent la côte contre les assauts des vagues et sont des lieux de reproduction. Les milieux marins offrent une biodiversité importante : ils sont dominés par les herbiers de Thalassia testudinum, qui pousse sur les hauts-fonds. Ceux du sud sont les plus étendus de la planète (5500 km²). Le Floride est par ailleurs la seule région des États-Unis continentaux à posséder près de 6000 récifs coralliens. Enfin, le Floride possède un vaste réseau de grottes et de cavernes où vivent des animaux adaptés à l'obscurité.

On dénombre 4 200 espèces de plantes et de fougères en Floride. La forêt subtropicale humide est le milieu naturel typique du centre et du nord. Au sud de la péninsule, la végétation ressemble davantage à celle des Caraïbes. Les végétaux symboles de l'État sont l'Oranger, le Palmier des sables et le Coreopsis.

La Floride compte 250 espèces de poissons, 498 espèces d'oiseaux, dont 179 espèces qui nichent en Floride et 1500 espèces de vertébrés. Parmi les animaux les plus menacés, on peut citer le Crocodile américain, la Tortue verte, le Tantale d'Amérique, le Pic à bec ivoire, la Panthère de Floride, le Cerf des Keys ou encore le Lamantin de Floride. L'alligator d'Amérique fréquente les eaux douces marécageuses mais on le rencontre aussi dans les rivières ou les lacs. Les milieux humides abritent de nombreuses espèces aquacoles (pélicans, aigle à tête blanche, balbuzard pêcheur, chouette des marais, gallinule violette d'Amérique) et d'échassiers (aigrettes neigeuses, héron cendré et grand héron, flamants roses). Les animaux symboles de l'État sont la Panthère de Floride, le Moqueur polyglotte, l' Heliconius charithonia, l'Achigan à grande bouche, l'Istiopharus albicans, le Lamantin de Floride, le Marsouin et le Pleuroploca gigantea.

La Floride est particulièrement menacée par le changement climatique : des ouragans plus fréquents et plus intenses entraîne la destruction des récifs, des forêts, et l'érosion des littoraux. Une élévation de six mètres du niveau des océans provoquerait la submersion du tiers de la Floride. Les sécheresses à répétition augmenteraient les incendies de forêts et les pénuries en eau. La pression démographique et l'urbanisation ont conduit au drainage des zones humides et à la baisse des nappes phréatiques. Les effondrements de terrain se multiplient et les milieux aquatiques se dégradent. L'étalement urbain est à l'origine de la disparition des milieux naturels et de la hausse des incidents entre hommes et alligators. Le développement économique est la cause des pollutions, des concurrences sur les ressources en eau, de la destruction des coraux. Les loisirs maritimes (sports nautiques, pêche) portent atteinte à la faune sous-marine.

L'état de Floride cherche à préserver la nature par l'intermédiaire du Florida Department of Environmental Protection. En 2004, la législature de Floride a voté un budget de 98,4 millions de dollars pour la restauration des plages. En 2005, 40 % des prélèvements en eau sont destinés à l'agriculture. L'État impose des restrictions d'eau et une usine de dessalement de l'eau de mer a été construite en 1993 dans la baie de Tampa pour pallier le manque d'eau. Certains voulaient transférer l’eau du nord de la Floride vers le sud plus peuplé.

Le système des parcs d'État regroupe quelque 158 lieux préservés. La Floride est le seul état à l'ouest du Mississippi qui possède trois parcs nationaux : les Everglades, Biscayne et Dry Tortugas. Ces derniers se concentrent dans le sud de la péninsule et présentent la particularité de protéger des milieux humides et maritimes.

Les Paléoaméricains entrèrent sur le territoire actuel de la Floride, il y a au moins 12 000 ans,,, pendant la glaciation du Wisconsin. À cette époque, le niveau des mers était inférieur d'une centaine de mètres à celui d'aujourd'hui. La péninsule de Floride était deux fois plus étendue, et connaissait un climat plus sec et plus frais. Une mégafaune aujourd'hui disparue peuplait la région : tigres à dent de sabre, tatous géants, chameaux, etc. Compte-tenu du manque d'eau potable, les Amérindiens vivaient à proximité des dolines et des bassins calcaires. Par exemple, le site préhistorique de Page-Ladson a révélé aux archéologues des objets amérindiens parmi lesquels des pointes de la culture Clovis.

Les glaciers commencèrent à refluer vers 8000 avant J.-C. sous l'effet du réchauffement climatique ce qui provoqua une élévation du niveau moyen des mers. Le climat de la Floride devint plus chaud et plus humide. Ces changements provoquèrent l'émergence de nouvelles cultures améridiennes fondées sur la cueillette et la pêche (période archaïque). Les premières communautés se sédentarisèrent près des littoraux à partir de 5000 avant J.-C. Les Amérindiens créèrent des sambaquis, des grands dépôts de coquillages qui subissent une fossilisation chimique par l'action de l'eau de pluie. Ils édifièrent des tertres comme ceux de Horr's Island ou de Crystal River. La poterie cuite fit son apparition vers 2000 avant J.-C. La culture archaïque se diversifia vers 500 avant J.-C. pour donner naissance à des cultures régionales. Les peuples présents dans le nord-ouest de la Floride actuelle furent influencés par la civilisation mississippienne, alors que ceux qui vivaient au sud et à l'est conservèrent des caractéristiques héritées de la période archaïque. La culture du maïs se diffusa au nord d'une ligne allant de Daytona Beach à la baie de Tampa. Elle arriva au sud de la péninsule vers le Ve siècle avant J.-C. Les échanges de produits et de nourriture se développèrent avec les autres peuples du Sud-Est des États-Unis actuels.

Au XVIe siècle, la population de Floride devait être comprise comprise entre 100 000 et 350 000 habitants répartis en de nombreux villages et tribus. Les conquistadores espagnols ont recensé une centaine de noms de peuples amérindiens : les mieux organisés étaient les Apalachees. Les Timucuas vivaient dans des villages séparés dans le nord-est et le centre. Les Calusas occupaient le sud de la péninsule.

Selon une légende populaire, l'Espagnol Juan Ponce de León aurait découvert la Floride en cherchant la fontaine de Jouvence. Il débarqua sur la côte orientale de la péninsule entre le 2 et le 8 avril 1513, sans doute près de l'actuelle ville de St. Augustine,. Il baptisa l'endroit « La Pascua Florida », ce qui signifie « la Pâque fleurie » en référence au dimanche des Rameaux. Il fit route ensuite vers le sud où il fut blessé dans un affrontement contre les Calusas. Nommé gouverneur de Puerto Rico, il revint en 1521 afin de trouver de l'or et d'évangéliser les Amérindiens. L'établissement qu'il fonda avec environ 200 colons ne dura pas à cause des attaques répétées des Amérindiens dans lequelles Ponce de Léon laissa sa vie.

L'expédition de Pánfilo de Narváez reconnut la côte occidentale de la Floride, mais l'Espagnol trouva la mort dans une attaque amérindienne en 1528. Le 30 mai 1539, Hernando de Soto débarqua près de l'actuel Bradenton (Floride) dans la baie de Tampa et explora l'intérieur des terres. Une tentative de colonisation à Pensacola menée par Tristán de Luna y Arellano en 1559 fut finalement abandonnée en 1561,.

Dans la course aux colonies, la France s'intéressa à l'Amérique du Nord dès le XVIe siècle. Le huguenot français Jean Ribault aborda la côte orientale de Floride le 30 avril 1562 et construisit le Fort Charlesfort. Le 30 juin 1564, René de Laudonnière fonda la colonie de Fort Caroline (Jacksonville),.

Le 8 septembre 1565, la colonie espagnole de Saint Augustine fut fondée par Pedro Menéndez de Avilés : elle devint ainsi la plus ancienne colonie des États-Unis occupée en continu par des Européens,. Les Espagnols, en particulier des Jésuites puis des Franciscains, commencèrent à édifier des missions pour évangéliser et encadrer les Amérindiens. Les établissements espagnols de Floride furent attaqués par les Français puis par les Anglais du XVIe au XVIIIe siècle. La fondation de la Géorgie en 1733, l'effondrement du système missionnaire et les défaites des Apalachees, alliés des Espagnols, ouvrirent la région aux raids anglais jusqu'aux Keys. Durant l'époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle), les navires européens utilisaient le courant du Gulf Stream pour retourner en Europe, si bien que le détroit de Floride devint un lieu de passage stratégique. Plusieurs s'échouèrent sur les récifs au large de la Floride. Certaines îles servirent de refuge aux pirates et aux esclaves en fuite.

Le traité de Paris (1763), mit fin à la guerre de Sept Ans et modifia considérablement la carte des colonies d'Amérique du Nord : l'Espagne dut céder la Floride aux Anglais. La plupart des habitants, qu'ils furent colons ou amérindiens, quittèrent la région. La métropole britannique divisa le territoire en deux entités : la Floride Orientale, avec pour capitale St. Augustine, et la Floride Occidentale avec pour principale ville Pensacola ; elle encouragea l'installation de nouveaux colons, en particulier dans la partie orientale, en leur offrant de privilèges commerciaux et des terres. Durant cette période, les Amérindiens creeks immigrèrent en Floride pour former la tribu des Séminoles.

La Floride fut un enjeu de la guerre d'indépendance américaine (1775-1783). Contrairement aux Treize colonies, elle resta fidèle à la couronne anglaise et accueillit même des réfugiés loyalistes. Les Espagnols s'emparèrent de Pensacola en 1781 et d'une grande partie de la Floride Occidentale. Le traité de Paris (1783) redonna la Floride à l'Espagne, sans en préciser les frontières. Les États-Unis souhaitaient que fût reprise l'ancienne limite d'avant 1767. Le traité de San Lorenzo entérina ce choix en 1795.

La Floride devint un territoire américain le 30 mars 1822. La capitale fut installée à Tallahassee, à mi-chemin entre St Augustin et Pensacola. Le premier gouverneur fut Andrew Jackson auquel succéda William Duval en 1822,.

Les colons américains développèrent une économie de plantation similaire à celle du Sud profond. Après la Première Guerre séminole (1814-1819), ils firent pression sur le gouvernement américain pour qu'il déplaçât les Amérindiens qui peuplaient la Floride. En 1832, le gouvernement des États-Unis signa le traité de Payne's Landing avec certains des chefs séminoles, en leur promettant des terres à l'ouest du Mississippi s'ils acceptaient de quitter la Floride. De nombreux Séminoles partirent à cette époque, alors que ceux qui restaient se préparaient à défendre leur terre. En 1835 l'armée américaine arriva pour faire respecter le traité signé trois ans plus tôt, ce qui déclencha la Seconde Guerre séminole menée par Osceola. Après son arrestation, des négociations de cessez-le-le feu furent lancées en 1837. Il mourut en captivité moins d'un an plus tard. La guerre s'éternisa jusqu'en 1842 et devint la plus coûteuse des guerres indiennes du XIXe siècle. Après la guerre, les Séminoles furent déportés à l'ouest du Mississippi et 300 d'entre eux furent autorisés à rester dans les Everglades.

Le 3 mars 1845, la Floride devint le 27e État des États-Unis avec pour premier gouverneur William Dunn Moseley. Elle se dota d'un sceau en 1847 et de deux écoles en 1851. La Troisième Guerre séminole (1855-1858) fut menée pour vaincre la résistance des derniers Amérindiens. À l'issue du conflit, il ne restait plus qu'une centaine de Séminoles en Floride. À la suite d'une insurrection en 1859, 75 d'entre eux furent déportés vers l'ouest. Les autres, dont le chef Ar-pi-uck-i (Sam Jones) restèrent dans les Everglades, refusant de quitter la terre de leurs ancêtres. De nos jours, leurs descendants sont encore présents dans la région.

À la veille de la Guerre de Sécession, la Floride était l'État le moins peuplé du Sud des États-Unis, avec environ 140 400 habitants en 1860, dont 44 % étaient des esclaves. L'esclavage devint une question politique et économique majeure pour les planteurs floridiens. Ces derniers s'opposaient au parti républicain et aux idées abolitionnistes des États du Nord. Au cours de l'élection présidentielle américaine de 1860, ils refusèrent de voter pour Abraham Lincoln et la Floride finit par se séparer de l'Union en signant l'ordonnance du 10 janvier 1861,. Elle rejoignit les États confédérés d'Amérique quelques semaines plus tard et s'engagea dans la Guerre de Sécession.

Compte-tenu de son faible poids démographique, la Floride contribua à l'effort de guerre plus par son économie que par sa main d'œuvre ou ses soldats. Elle fournit notamment de la viande, du poisson, du coton et du sel à ses alliés. La Floride ne fut pas un enjeu stratégique majeur du fait de sa situation géographique périphérique et de sa faible industrialisation, si bien qu'elle connut moins de destructions que les autres États sudistes. Dans les secteurs contrôlés par les Nordistes, c'est-à-dire le littoral, les esclaves profitèrent de la guerre civile pour fuir leur plantation. Certains s’engagèrent comme marins ou soldats.

Les Nordistes organisèrent un blocus maritime pour empêcher le ravitaillement des États sécessionnistes. Ils occupèrent les ports de Cedar Key, Jacksonville, Key West et Pensacola. Les Sudistes contrôlèrent la plupart des forts à l'exception du Fort Zachary Taylor et du Fort Pickens. John Milton, le gouverneur de la Floride de l'époque, organisa une milice et renforça la défense de son État. Le contingent floridien comptait environ 15 000 soldats, répartis en douze régiments d'infanterie et deux régiments de cavalerie. La plupart de ces troupes combattirent en Virginie. D'autre part, la brigade de Floride (Florida Brigade) se distingua dans plusieurs campagnes militaires menées par Robert E. Lee, notamment pendant la bataille de Gettysburg.

Au début de l'année 1862, le gouvernement sudiste demanda à l'armée du général Braxton Bragg stationnée à Pensacola de partir pour le front occidental. Il ne restait alors que plusieurs compagnies indépendantes et quelques bataillons d'infanterie qui reçurent des renforts venus de Georgie en 1864. La Floride fut le théâtre de plusieurs affrontements sans importance décisive (bataille de Natural Bridge qui sauva Tallahassee, bataille de Gainesville, bataille de Marianna) ; la principale bataille fut celle d'Olustee près de Lake City.

Plus le conflit durait, plus le mécontentement des Floridiens grandit contre la conscription et les réquisitions. Les déserteurs furent de plus en plus nombreux et s'organisèrent même pour attaquer les patrouilles confédérées, lancer des raids contre les plantations ou encore renseigner les Nordistes. Environ 2 000 Floridiens, opposés à la sécession, rejoignirent même les rangs de l'armée ennemie.

En mai 1865, le général nordiste Edward M. McCook fut chargé de reprendre le contrôle de la Floride. Il défit le colonel George Washington Scott puis il fit hisser le drapeau des États-Unis sur le capitole de l'état à Tallahassee et lut la proclamation d'émancipation des esclaves le 12 mai. La Guerre de Sécession était terminée en Floride, qui fut officiellement réintégrée dans l'Union le 25 juillet 1868. La Reconstruction pouvait commencer : elle s'acheva en 1877.

La Floride se dota d'une nouvelle constitution en 1868, qui sera réformée en 1885. L'élite démocrate reprit le pouvoir en 1877 après plusieurs années de lutte politique et de violences des groupes paramilitaires visant à intimider ses adversaires ainsi que les Noirs. Entre 1885 et 1889, le corps législatif de l'État vota des lois destinées à empêcher les petits Blancs et les Afro-Américains à exercer leur droit de vote et d'éligibilité, comme le prévoyait la constitution américaine. Les conditions pour l'attribution du droit de vote comprenaient un impôt sur le suffrage, des examens d'alphabétisation et l'obligation de fournir des preuves de domiciliation. Comme dans les autres États sudistes, le Congrès de la Floride resta longtemps dominé par le parti démocrate. Ce dernier instaura un régime de ségrégation raciale en adoptant les lois Jim Crow : les Noirs étaient privés de leur citoyenneté et séparés des Blancs dans les lieux publics.

Le tourisme devint une activité majeure de la Floride et fut favorisé par la construction de voies ferrées dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Le secteur primaire connut également un essor important dans le dernier quart du XIXe siècle : la Floride se spécialisa dans l'élevage, la culture des agrumes, la production de bois, de cigares et de phosphates. Ces produits étaient acheminés vers les centres de consommation du nord-est grâce au chemin de fer et aux navires marchands. Pendant la guerre hispano-américaine de 1898, Tampa, Miami et Jacksonville servirent de lieux d'embarquement pour attaquer Cuba. Après le conflit, des milliers de soldats rentrés au pays s'installèrent en Floride.

Les lynchages et les violences racistes dirigées contre les Noirs se multiplièrent après la Première Guerre mondiale. Ces tensions prirent des formes radicales (émeutes d'Ocoee en 1920, de Perry et de Rosewood en 1922-1923). En 1935, le lynchage de Claude Neal à Marianna provoqua une vague d'indignation dans tout le pays. Au tournant du siècle, le Charançon du coton dévasta les plantations de coton. Pour échapper aux persécutions et aux discriminations, près de 40 000 Afro-Américains quittèrent la Floride pour s'installer dans les villes du Nord-Est des États-Unis. Cette « Grande Migration » des années 1910-1940 qui concernait tous les États sudistes, eut également des causes économiques, car beaucoup de Noirs espéraient obtenir des emplois mieux payés.

Le boom ferroviaire et foncier des années 1920 résulta de l'afflux d'investissements extérieurs et bénéficia à des villes comme Palm Beach et Miami. Cet élan fut brisé par les ouragans de 1926 et 1928, par l’éclatement de la bulle spéculative,, et surtout par la Grande Dépression à partir de 1929. Pourtant, c'est dans les années 1930 que furent aménagés les premiers parcs d'attraction qui font la réputation de la Floride : Cypress Gardens (1936) près de Winter Haven, Marineland (1938) près de St. Augustine.

Dès 1933, le président américain Franklin Delano Roosevelt, qui subit une tentative d'assassinat à Miami, mit en place le New Deal pour sortir le pays de la crise. En Floride, ce programme prit des formes multiples comme la construction du Cross-Florida Barge Canal. De grands travaux de drainage des marécages furent entrepris pour mettre en valeur de nouvelles terres agricoles dans le Sud de la péninsule. Cette région connut alors une importante croissance démographique en attirant des Américains mais aussi des Canadiens. Il faut attendre l'avènement de la société des loisirs dans les années 1960 pour voir s'installer le Walt Disney World Resort à Orlando.

La Seconde Guerre mondiale marqua un tournant dans l'économie de la Floride : plus de cent Liberty Ships sortirent des chantiers navals Wainwright à Panama City. L'État fédéral créa ou renforça les bases militaires : Naval Air Station Pensacola, Naval Air Station Jacksonville, Naval Station Mayport, Naval Air Station Cecil Field, Naval Air Station Whiting Field, Homestead Air Force Base, Eglin Air Force Base, MacDill Air Force Base. Puis la Guerre froide (1947-1991) accentua l'essor du complexe militaro-industriel ; la Floride devint un enjeu majeur du fait de sa proximité avec l'île communiste de Cuba. Elle accueillit des milliers de réfugiés cubains. Miami devint progressivement l'un des principaux centres économiques de l'Amérique latine. L'immigration vint également d'Haïti et d'autres états des Caraïbes. Au cours de la crise de 1962, la région pouvait être directement menacée par les missiles nucléaires soviétiques. Dans le cadre de la compétition avec l'URSS et à cause de sa situation géographique, la Floride accueillit la Patrick Air Force Base et la base de lancement spatial de Cap Canaveral. Dans les années 1960, l'État vécut au rythme de la conquête de l'espace qui participa à sa renommée et créa de nombreux emplois. La mission Apollo 11, lancée depuis le Kennedy Space Center en juillet 1969, fut suivie par des millions de personnes dans le monde. Le ciel de Floride vit également l'explosion de la navette Challenger en 1986 et Columbia en 2003. Avec la fin de l'affrontement des deux blocs, plusieurs bases militaires ont été fermées (Homestead et Cecil Field), mais le complexe militaro-industriel reste important pour l'économie floridienne.

Les deux décennies qui suivirent la Seconde Guerre mondiale furent marquées par la lutte pour l'égalité des Afro-Américains dans le Sud des États-Unis. En 1944, la cour suprême des États-Unis interdit le système des primaires blanches qui limitait le droit de vote des Noirs. Le leader Harry Moore fonda une branche de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) pour la Floride. En 1951, il mourut dans l'explosion d’une bombe posée par des activistes du Ku Klux Klan. D'autres attentats contre des Noirs marquèrent les années 1951-1952 en Floride. En 1954, l'arrêt de la cour suprême des États-Unis interdisant la ségrégation dans les écoles ne fut pas respecté partout. Des émeutes raciales eurent lieu à Jacksonville en 1960 et à St. Augustine la même année. Le boycott des bus de Tallahassee fut organisé par le révérend Charles Kenzie Steele en 1956-1958 en prenant modèle sur les événements d'Alabama. Le mouvement contre la ségrégation eut de nombreux partisans parmi la population blanche de l'État, au premier rang desquels se trouvait Thomas LeRoy Collins, gouverneur de la Floride entre 1955 et 1961. Jusqu'au début des années 1960, les plages du comté de Dade étaient interdites aux Noirs. Il fallut attendre le Civil Rights Act de 1964 et le Voting Rights Act de 1965 pour que fût reconnue l'égalité des droits entre Noirs et Blancs dans le Sud. Cependant, les inégalités et les tensions demeurèrent jusque dans les années 1980 : plusieurs quartiers noirs de Miami connurent des émeutes raciales à Liberty City (1980) et Overtown (1982 et 1989).

La Floride connaît la troisième croissance démographique du pays en valeur absolue et la septième en pourcentage. Entre 2000 et 2006, la population floridienne a augmenté de 13,2 % contre 6,4 % pour la population américaine. Cette augmentation de la population entraîne des problèmes écologiques : pression urbaine, déficit en eau, appauvrissement des écosystèmes, bétonnage des côtes, etc. La croissance démographique est due pour 12,5 % au solde naturel, alors que les migrations y contribuent pour 87,5%. En effet, la Floride appartient à la Sun Belt qui attire les Américains et représente un important foyer d'immigration. Elle comptait en 2000 16,7 % d'immigrés et 23,1 % de personnes parlant une autre langue que l'anglais à leur domicile.

La Floride possède la huitième densité des États-Unis avec 116 hab./km², un chiffre très supérieur à la moyenne nationale, même s'il cache d'importantes disparités. La population se concentre sur le littoral atlantique et sud-ouest autour de Tampa : 90 % de sa population vit à moins de 30 km du rivage. L'intérieur est moins peuplé sauf dans des villes comme Tallahassee et Gainesville, ainsi que quelques comtés comme Seminole, Orange et Polk. Les régions dont les densités sont très faibles correspondent à des milieux naturels protégés (Parc national des Everglades, forêts nationales d'Apalachicola et d'Osceola par exemple). Le littoral situé entre Clearwater et Panama City est également peu occupé par les Hommes.

La part des plus de 65 ans 16,8 % soit 4,4 points de plus que la moyenne nationale. La croissance de ce groupe tend néanmoins à diminuer depuis la fin du XXe siècle. La Floride possède la plus grande concentration américaine de retraités qui sont attirés par le climat. Plusieurs milliers de ces personnes âgées se regroupent dans des retirement communities, c'est-à-dire des quartiers exclusivement aménagés pour les retraités : Sun City près de Tampa en est un exemple. Elle fut construite par Del Webb, un promoteur arizonien à partir de 1960 et compte aujourd'hui quelque 9300 habitants. La proportion des moins de 19 ans diminue : elle était de 27,6 % en 1980 et de 25,3% en 2000. Ce phénomène démographique aura des conséquences sur la population active de l'état dans l'avenir.

Le taux de mortalité en Floride (9,6 pour mille habitants en 2005) est supérieur à la moyenne nationale (8,2 pour mille habitants). Les Hispaniques ont un taux de fécondité supérieur au reste de la population. Le taux de fécondité est de pour 64,1 enfants pour mille femmes en âge de procréer en 2004 (66,3 pour les États-Unis).

La majorité de la population floridienne est blanche (les Hispaniques sont comptés comme Blancs dans les recensements) mais la part des Blancs tend à diminuer lentement (85,3 % en 1980 ; 82,2 % en 2000), comme dans le reste des États-Unis.

Il existe une forte proportion d'Hispaniques (20,2 % en Floride, 14,8 % en moyenne nationale). Avec 3,6 millions de personnes, la communauté hispanique de Floride est la troisième du pays derrière celle de Californie et du Texas. La part des Hispaniques dans la population floridienne augmente (8,8 % en 1980, 16,8 % en 2000). Les Hispaniques se concentrent dans le Sud de la péninsule ; ils représentent plus de 25 % de la population dans les comtés de Miami-Dade, Collier, Hendry, De Soto, Hardee et Osceola. Avec plus de 1,4 millions de personnes (soit 61,9 % des habitants), le comté de Miami-Dade abrite le plus grand groupe d'Hispaniques en Floride.

Contrairement aux États du Sud-Ouest des États-Unis, la communauté hispanique se compose majoritairement de Cubains (833 000 en 2000), et non de Mexicains (364 000). Il s'agit d'immigrés ayant fui le régime castriste à partir de 1959. Ils se concentrent dans l'agglomération de Miami, en particulier dans les quartiers de la Petite Havane, Calle Ocho et Hialeah.

Les Amérindiens ne représentent qu'une infime partie de la population floridienne et se répartissent en deux tribus principales : les Séminoles et les Miccosukees. Ils travaillent dans les réserves et les casinos de l'état. Il existe six réserves amérindiennes dont les trois principales sont Immokalee, Hollywood, Brighton.

Vers 1960, les Afro-Américains représentaient 18 % de la population floridienne (880 186 personnes). Leur proportion a diminué (voir la partie Historique plus haut). Aujourd'hui, de nombreux Noirs sont d'origine haïtienne. Il existe une Little Haiti, ghetto noir au nord de Miami.

La population floridienne suit la moyenne nationale dans le taux de diplômés de l'enseignement secondaire (79,9 %), du PIB par habitant (21 557$) et du taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (11,9 %). Le revenu médian est sensiblement inférieur à celui des États-Unis (40 900 $ contre 44 334 $). Le taux de divorce de la Floride (3,6 pour mille habitants) est légèrement supérieur à la moyenne nationale (3,5 pour mille habitants) et a tendance à diminuer depuis les années 1990. La communauté gay est présente dans les quartiers de South Beach (Miami), Wilton Manors (Floride), dans la banlieue de Fort Lauderdale, mais surtout à Key West, réputée pour son libéralisme et sa tolérance. En 2000, les protestants étaient les plus nombreux en Floride. En valeur absolue, l'Église la plus importante est celle des catholiques (2,6 millions), suivie par la Convention des Baptistes du Sud (1,3 millions). On dénombre par ailleurs quelque 628 485 juifs qui se concentrent à Miami Beach, Boca Raton et Fort Lauderdale, et 31 661 musulmans.

Avec 6,2 meurtres pour 100 000 habitants (5,6 de moyenne nationale), la Floride n'est pas l'état le plus violent du pays. West Palm Beach (22,6 pour 100 000 habitants) et Miami (13,9 pour 100 000 habitants) sont les deux communes les plus touchées par les meurtres. À Miami, la criminalité et la délinquance ont diminué depuis les années 1990, grâce aux efforts de la municipalité.

La Floride est l'un des cinquante États des États-Unis et exerce à ce titre sa souveraineté sur de nombreux domaines comme la police, l'éducation ou les affaires civiles. L'organisation des institutions et les droits des citoyens sont définis par la Constitution de la Floride rédigée en 1821 et amendées à plusieurs reprises. Comme à l'échelon national, les pouvoirs sont séparés en trois branches exécutive, législative et judiciaire.

La législature est bicamérale, avec un Sénat de 40 membres et une Chambre des Représentants de 120 membres. Elle est chargée de voter les lois qui, après avoir été signées par le gouverneur, deviennent des statuts (Florida Statutes). Elle siège au capitole de l'État de Floride, à Tallahassee.

Le gouverneur est élu par le peuple pour quatre ans et ne peut exercer plus de deux mandats successifs. Son rôle est d'appliquer la loi. Il est le porte-parole de l'État ainsi que le commandant en chef de la Garde nationale de Floride. Il gouverne en cooperation avec un lieutenant-gouverneur et un cabinet composé de l'Attorney General, du Commissioner of Agriculture et du Chief Financial Officer, tous élus pour quatre ans. L' attorney general est chargé de conseiller le gouverneur et la législature pour les affaires juridiques. Le gouvernement comprend de nombreuses agences et organisations spécialisées dans des domaines précis (environnement, transport, éducation, etc.). Les taxes sur les ventes représentent la principale recette de l'État de Floride.

La Cour Suprême de Floride est présidée par un juge en chef (Chief Justice) à côté de six autres juges (Justices). Elle est la gardienne de la Constitution de l'État, vérifie la constitutionnalité des lois et agit comme une cour d'appel.

La Floride est subdivisée en 67 comtés qui exercent des prérogatives locales diverses (police, justice, travaux publics, hygiène, assistance publique, etc). Enfin, les municipalités sont le dernier échelon administratif. Elles ont souvent les mêmes attributions que le comté, la justice en moins. Elles sont généralement dirigées par un conseil municipal élu et un maire. Elles prennent des décisions appelées ordinances et lèvent des taxes. Leur principal source de revenus provient des impôts sur les propriétés.

La Floride fait partie des Swing states, c'est-à-dire un État américain où aucun des deux partis politiques américains, le Parti démocrate et le Parti républicain, ne domine le vote populaire. Elle représente un enjeu important lors des élections présidentielles avec son nombre important de grands électeurs. L'élection de 2000 a été l'objet d'un imbroglio électoral et judiciaire sans précédent entre les partisans du démocrate Al Gore et du républicain George W. Bush, frère du gouverneur de Floride, Jeb Bush. L'élection s'est jouée à quelques centaines de voix au bénéfice de George W. Bush, lui donnant ainsi la victoire au niveau national, par Cour Suprême des États-Unis interposée. En 2004, George W. Bush y a été réélu avec 52,10 % des voix contre 47,09 % pour John Kerry. Lors de l'élection présidentielle américaine de 2008, Barack Obama a remporté cet État-clef avec 51% des voix face à John McCain (48,4%), les Hispaniques ayant voté majoritairement démocrate alors qu'ils votaient traditionnellement républicain.

Après plusieurs décennies de domination démocrate, la Floride a basculé très nettement du côté des républicains au cours des années 1980. Depuis 1994, les gouverneurs de Floride ont toujours été des républicains. C'est le cas du gouverneur actuel, Charlie Crist, qui a été élu contre son adversaire démocrate Jim Davis le 7 novembre 2006. Il a succédé à Jeb Bush, frère de George W. Bush, qui fit deux mandats de gouverneur. Aujourd'hui, tous les postes élus de l'exécutif de Floride sont détenus par des républicains. Seule la cour suprême locale, dont la majorité des juges a été nommé par des gouverneurs démocrates échappe, à la domination républicaine.

Depuis 1994, les deux chambres de Floride sont majoritairement républicaines. Lors de la session 2008-2010, le Sénat est dominé par 26 républicains contre 14 démocrates alors que 76 élus républicains contre 44 démocrates siègent à la Chambre des Représentants.

Les villes du sud de la Floride sont plutôt démocrates (Miami, West Palm Beach, Fort Lauderdale, les Keys) et celles du centre plutôt républicaines (Orlando). À Miami par exemple, les libéraux démocrates côtoient des ultra-conservateurs républicains d'origine cubaine. En dehors des comtés libéraux de Miami-Dade, Broward et Palm Beach, au centre de la bataille électorale de 2000, le parti démocrate de Floride doit gérer une base sociale conservatrice captée par le parti républicain. Tampa, autrefois fief démocrate, compte aujourd'hui autant d'électeurs républicains que démocrates.

Entre 1877 et 1948, les électeurs votèrent toujours majoritairement pour le candidat démocrate à toutes les élections présidentielles sauf celle de 1928 (Herbert Hoover). Puis, entre 1952 et 2008, ils choisirent le candidat républicain sauf en 1964, 1976, 1996 et 2008. Au niveau national, pour 111e Congrès des États-Unis (2009), les deux sénateurs de Floride sont le démocrate Bill Nelson et le républicain Mel Martinez ; 15 des 25 élus de Floride à la Chambre des Représentants des États-Unis sont républicains.

Le système judiciaire est composé d'une Cour Suprême qui siège à Tallahassee, de cinq cours d'appel de district (District Courts of Appeals), de cours de circuit (Circuit Courts) et de 67 cours de comtés. La Floride est l'un des 36 États américains où la peine de mort est en vigueur. Elle a procédé à 66 exécutions depuis le rétablissement de la peine de mort dans cet État en 1979. Les exécutions ont lieu par injection léthale à la prison d'État de Floride (Starke).

La Floride vit surtout du tourisme. Ses atouts sont le climat subtropical et des centaines de kilomètres de plages de sable fin. Les parcs d'attractions Walt Disney World Resort et Universal attirent également des touristes du monde entier. Les parcs naturels de Dry Tortugas et des Everglades sont aussi des lieux très visités.

Les plages de Floride, comme Ormond Beach, Daytona Beach ou les plages de West Palm Beach et du comté de Broward, sont très accueillantes l'hiver. Le ciel est d'azur grâce à la dominante des vents du nord qui balaient les nuages.

La Floride a son semblant de Venise, situé sur la côte est à Fort Lauderdale : 5 km² de canaux et d'îlots artificiels.

Le climat chaud de la Floride autorise la culture des agrumes (les oranges et les pamplemousses sont les deux mamelles de la Floride après le tourisme). Néanmoins, la région subit parfois des vagues de froid qui ruinent les récoltes (cold waves).

Des gisements de phosphate sont aussi exploités et la production est exportée par le port de Tampa. Dans les années 1960, la construction du Kennedy Space Center attira de nombreuses industries aérospatiales et militaires dans la région. La Floride fait partie de la Sun Belt, région dynamique du sud et qui attire les ingénieurs et les hommes d'affaires américains.

En 2005, 69,9 % des habitants de la Floride âgés de 5 ans et plus parlent uniquement l'anglais à la maison, 26,9 % parlent espagnol. Le français est la troisième langue de l'État avec 2,2 %, puis l'allemand avec 0,6 % et l'italien avec 0,4 %.

L'Article II, Section 9, de la Constitution de la Floride établit que « l'Anglais est la langue officielle de l'État de Floride ».

Les écoles publiques primaires et secondaires sont administrées par le Florida Department of Education. L'État accueille de nombreuses institutions réputées dont l'Université de Floride, l'Université de Miami, Florida International University et l'Université d'État de Floride.

En haut



Pensacola (Floride)

Le réservoir symbole de la ville dans le quartier historique

Pensacola est la ville la plus occidentale de la Panhandle de Floride et le siège du comté d'Escambia.

Sa population était de 54 734 habitants en 2004, 412 153 pour l’agglomération (Pensacola–Ferry Pass–Brent Metropolitan Statistical Area). Port maritime de la baie de Pensacola qui ouvre sur le golfe du Mexique, sa banlieue sud-ouest abrite la plus grande base aéronavale de la marine américaine où s'entraine les Blue Angels et où se trouve le Musée national de l’aéronavale (National Museum of Naval Aviation).

Le surnom de Pensacola est « la ville aux cinq drapeaux », à cause des cinq pays qui comme pour comme le reste de l’État, exercèrent leur souveraineté sur la ville (Espagne, France, Grande-Bretagne, États confédérés d'Amérique et États-Unis).

Pensacola est également la ville natale d'un célèbre boxeur, Roy Jones Jr.

La baie de Pensacola fut reconnue par Don Diego Miruelo en 1516, mais ce dernier ne s’y installa pas. Pensacola est néanmoins considérée comme le premier établissement temporaire européen aux États-Unis : elle fut en effet fondée en 1559 par le conquistador Don Tristan de Luna sur le site de Santa Rosa Island ; il lui donna le nom de « Bahía Santa María de Filipina ». La colonie accueillait alors environ 1 400 Espagnols mais fut abandonnée deux ans plus tard à cause d'un ouragan. C’est pour cette raison que Saint Augustine se targue d'être le plus ancien établissement européen permanent du pays. Les Espagnols revinrent en 1698 pour s'établir de façon permanente cette fois-ci, sous la direction du gouverneur Andrés de Arriola. Pensacola devint même la capitale de la Floride occidentale. Elle se dota du fort Barrancas. Les Espagnols importèrent des esclaves noirs et évangélisèrent les Amérindiens (notamment la tribu des Panzacola).

Les Français étaient présents en Louisiane plus à l’ouest, notamment à Mobile et Biloxi. Ils vainquirent les Espagnols et s’installèrent à Pensacola. Ils en profitèrent pour massacrer les Indiens Natchez et Tanesas. Mais leur présence fut éphémère et ils brûlèrent leurs installations avant de s'enfuir.

Le retour des Espagnols ne s’accompagna pas d'un essor démographique : la population de Pensacola restait modeste. Les colons fortifièrent cette place stratégique et les escarmouches furent fréquentes avec les voisins français et britanniques.

À la fin de la guerre de Sept Ans, en 1763, les Britanniques chassent les Français de Louisiane et s'emparent de Pensacola, qui débute son décollage. Elle devint la capitale de la Floride Occidentale (British West Florida) et se développa autour du quartier de Seville Square grâce à l’action d’Elias Durnford. L’économie de plantation (coton) se développe et l’immigration britannique s'intensifie. Pendant la guerre d'indépendance américaine, la Floride resta fidèle à la couronne britannique. En 1780, la bataille de Pensacola est favorable aux Espagnols (qui soutiennent les insurgés américains) : ils s’emparent à nouveau de la région.

1814 : bataille de Pensacola En 1821, le traité Adams-Onís cède la Floride au gouvernement américain.

En 1825, le congrès américain fit construire le premier phare. La première congrégation méthodiste s’installa en 1827. Les fortifications furent étendues : Fort Pickens (1829-1834), Fort Barrancas et Fort McRee. Le premier gouverneur fut Andrew Jackson, qui persécuta les Indiens et les créoles hispaniques. Tallahassee remplaça bientôt Pensacola comme capitale d’État. Le 3 mars 1845, la Floride devient les 27e État des États-Unis. Elle avait été retardée par la résistance des Indiens Seminole.

Aujourd'hui, la base militaire de Pensacola, NAS Pensacola (Naval Air Station) est l'un des principaux atouts de la ville. C'est ici que s'entraînent les Blue Angels, escadron de démonstration de la Navy, ambassadeurs de la US Navy et du corps des Marines. Les Blue Angels assurent plus d'une cinquantaine de représentations sur une trentaine de sites à travers les États-Unis.

Ville ayant pour elle même un aéroport en liaison avec les grands villes américaines telles que New York ou Atlanta, elle est un point central dans le tourisme international.

Au bout de Santa Rosa Island se trouve un parc fédéral qui protège l'endroit de toute nouvelle construction. Elle fait partie du Gulf Islands National Seashore.

La ville peut être divisée en trois secteurs : downtown, Old Pensacola et Pensacola Beach. Old Pensacola présente des vestiges du passé et des différentes influences étrangères. Les maisons de bois adoptent le style créole (Charles Lavalle House, 1805) ou néogrec (Dorr House, 1871). Les immeubles sont parés de balcons en fer forgé (conch style).

Pensacola Beach est une langue de sable blanc exposée au vent, rattaché par un pont à péage à la presqu'île de Gulf Breeze, elle-même rattachée au continent par un long pont que survolent avions militaires, mouettes et pélicans. Aujourd'hui, Pensacola Beach renaît après avoir était dévastée en 2004 par l'ouragan Ivan. Hôtels et maisons luxueuses se bâtissent en nombre.

En haut



Floride Occidentale

Le territoire de Floride Occidentale en 1767.

La Floride Occidentale (en anglais: West Florida) était une région de la côte septentrionale du Golfe du Mexique, qui connut plusieurs changement de frontières et de souveraineté au cours de son histoire. Ce territoire fut administré tour à tour par la France, l'Espagne, le Royaume de Grande-Bretagne et les États-Unis (ainsi que par les éphémères République de Floride-Occidentale et les États confédérés d'Amérique). Finalement, ce sont les États-Unis qui en prirent le contrôle. Elle fait aujourd'hui partie des États de Louisiane, Mississippi, Alabama et Floride.

La Floride Occidentale était, entre 1682 et 1763, partagée entre les Espagnols qui tenaient la place forte de Pensacola dans leur colonie de Florida et la France, dont la principale garnison était stationnée à Mobile dans leur colonie de Louisiane, une partie de la Nouvelle-France. Suite aux négociations du traité qui conclut la Guerre de Sept ans en 1763, le Britanniques reçurent la colonie espagnole de Florida et la partie de la colonie française de Louisiane située entre le Mississippi, la Perdido et le nord du lac Pontchartrain. (Les Français transférèrent le reste de la Louisiane aux Espagnols par un traité séparé.) Les Britanniques organisèrent leur nouveau territoire en deux provinces, la Floride Orientale (en anglais: East Florida), qui correspondait, à peu près, à l'actuel État de Floride, et la Floride occidentale, délimitée par le Mississippi et le lac Pontchartrain à l'ouest, le 31e parallèle au nord et l'Apalachicola River à l'est. La capitale de ce nouveau territoire britannique était Pensacola et son gouverneur, nommé en novembre 1763, George Johnstone.

En 1764, les Britanniques déplacèrent la frontière nord vers une ligne s'étendant du confluent du Mississipi et de la Yazoo River, jusqu'à l'est de la Chattahoochee River (latitude 32° 22′ Nord). Lors de la Guerre d'indépendance, le gouverneur de Floride Occidentale était Peter Chester et son commandant des forces britanniques, le général John Campbell of Strachur.

Par le Traité de Paris de 1783, qui mit fin à la Guerre d'indépendance américaine, la Grande-Bretagne accepta que la frontière entre États-Unis et Floride Occidentale soit fixée sur 31° de latitude nord entre le Mississippi et l'Apalachicola River. Elle rétrocéda aussi les deux provinces de Floride à l'Espagne, sans en spécifier les frontières. L'Espagne revendiquait celles de 1764, alors que les américains demandaient qu'elle soit fixée au 31e parallèle comme le stipulait le Traité de Paris. Les négociations entre le diplomate américain John Jay et son homologue espagnol Diego de Gardoqui de 1785-1786, n'apportèrent pas de conclusion satisfaisante. La frontière fut définitement fixée par le Traité de San Lorenzo, en 1795, par lequel l'Espagne reconnaissait la frontière du 31e parallèle.

Par le traité secret de San Ildefonso de 1800, l'Espagne rendait à la France sa colonie de Louisiane, sans, cependant, en spécifier les frontières. Après la vente de la Louisiane aux États-Unis en 1803, une autre dispute frontalière naquit. Les États-Unis réclamait le territoire compris entre la Perdido River et le Mississippi, qui avait fait partie de l'ancienne province de Louisiane lorsque les Français l'avait cédée en 1763. Les Espagnols insistaient sur le fait qu'ils administraient cette portion de la Floride Occidentale et qu'elle ne faisait pas partie du territoire restituer à la France en 1800.

Les États-Unis et l'Espagne tinrent de longues et infructueuses négociations concernant le statut de la Floride Occidentale. Entre temps, les colons américains s'étaient installés dans la région et défiaient le pouvoir espagnol. Les colons britanniques, restés dans la région, s'accommodaient mal également du règne espagnol, ce qui mena à une rébellion en 1810 et à l'établissement de la République de Floride-Occidentale, le 23 septembre.

Cependant, le 27 octobre 1810, déjà, cette partie de la Floride-Occidentale fut annexée par une proclamation du président des États-Unis James Madison. Les Américains prirent ensuite possession de St. Francisville le 6 décembre 1810 et de Bâton Rouge le 10 décembre, 1810. Ce nouveau territoire fut incorporé dans le tout récent Territoire d'Orléans. Les Américains annexèrent le district de Mobile de Floride Occidentale au Territoire du Mississippi en 1812. L'Espagne continua la dispute territoriale avec les États-Unis mais, finalement, elle leur céda les deux provinces de Floride, par le Traité d'Adams-Onís de 1819. Les États-Unis organisèrent, le 30 mars 1822, le Territoire de Floride, composé de la majeure partie de la Floride Orientale et d'une petite partie de la Floride Occidentale.

En haut



Source : Wikipedia