FO

3.4094775212553 (823)
Posté par seb 10/03/2009 @ 07:11

Tags : fo, syndicats, société

Dernières actualités
L'Italien Dario Fo entrera au répertoire de la Comédie-Française ... - AFP
PARIS (AFP) — La saison 2009-2010 de la Comédie-Française comportera 10 reprises et 15 créations, dont l'entrée au répertoire de l'homme de théâtre italien Dario Fo, prix Nobel de littérature 1997, at-on appris mardi auprès de l'institution....
Rencontre avec Natacha Bouchart : FO, CFTC et CFDT satisfaits, la ... - La Voix du Nord
Les représentants syndicats FO, CFTC et CFDT ont été reçus par Natacha Bouchart, hier, afin d'évoquer les sujets d'actualité calaisiens. Les représentants de la CGT, censés être reçus à 15 heures, ont quitté l'hôtel de ville furieux, après une attente...
Journée du 26 mai : les appels à la mobilisation secteur par secteur - Les Échos
POSTE : le syndicat Sud-PTT a appelé à la grève, les autres fédérations (CGT, CFDT, FO, CFTC) ont appelé leurs organisations "à se réunir localement avec l'ensemble des postiers pour décider avec eux de leur participation massive aux mobilisations,...
USAP-CGT, FO, CFTC, SUD SANTE de l'Assistance Publique Hôpitaux de ... - Médias Libres (Communiqué de presse)
de l'appel à la grève nationale le 14 mai 2009 des fédérations syndicales CGT, FO, CFTC, SUD SANTE, CFE-CGC , en convergence avec les syndicats de médecins hospitaliers, internes, libéraux, psychiatres, ... • du succès de la manifestation qui a...
Conseil d'administration d'EDF: FO perd son siège, au profit de la CGT - Romandie.com
PARIS - Les élections des administrateurs salariés au conseil d'administration d'EDF SA ont vu le syndicat FO perdre son siège, au profit de la CGT qui en a désormais quatre, at-on appris mardi de source syndicale et auprès de la direction....
L'UNSA et la CFE-CGC progressent chez AXA France, FO et la CFTC ... - WK-CE
La surprise vient de l'UNSA et de la CFE-CGC qui réalisent de très bons scores, alors que FO et la CFTC ne sont plus représentatives. Jeudi 14 mai 2009, les 16 000 salariés d'Axa France ont été 63 % à participer au vote des élections professionnelles...
Dépenses publiques : FO condamne une logique de régression sociale - Indice RH
Pour Force Ouvrière, la morale républicaine devrait conduire à sanctionner les responsables de cet énorme fiasco qui d'un côté nourrit le déficit public et de l'autre commande les destructions d'emplois et l'appauvrissement du pouvoir d'achat....
La fermeture d'EDA-Liévin désormais une certitude pour FO - La Voix du Nord
Cette crainte est aujourd'hui devenue une certitude pour le syndicat FO du grossiste alimentaire placé en redressement judiciaire fin mars. Un repreneur existe, mais sur les 716 emplois d'EDA en France, il n'en conserverait que 97. Et aucun à Liévin....
SNCF : les "gros" syndicats étouffent les "petits" - Le Monde
FO et la CFTC n'ont pas franchi les 10 % au niveau national mais FO dépasse les 10 % dans neuf régions et la CFTC dans cinq. Depuis quelques semaines, les accrochages entre syndicalistes de la SNCF se multiplient. Ces tensions sont la conséquence...
Agriculture et forêt. FO s'inquiète de la suppression de missions - Le Télégramme
«Les différents besoins ne sont plus assurés par le secteur public», souligne FO, mentionnant la révision générale des politiques publiques et les créations des nouvelles directions départementales et régionales. Selon Anne Baltazar, Jean-Claude...

Fo Niemi

Fo Niemi est directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales. Il est détenteur d'un baccalauréat en travail social de l'Université McGill, il a fait également des études en sciences politiques à l'Université Concordia.

En haut



Dario Fo

Dario Fo

Connu pour ses engagements politiques, Dario Fo est l'un des dramaturges italiens les plus représentés dans le monde avec Goldoni.

Fils de Felice Fo et de Pina Rota, connus pour leurs activités antifascistes, il se dit contraint de devancer l'appel, après avoir essayé de s'y soustraire, et de s'engager volontaire à 17 ans, en 1943, comme parachutiste de l'aventureuse République de Salò, sachant que c'était le seul moyen d'éviter d'éventuelles représailles sur sa famille. Une longue polémique l'a opposé sur ce point à un journaliste en 1975.

Il sort en 1950 de l'académie des beaux-arts de Brera de Milan, où il a étudié l'architecture, et notamment la mise en scène, obsédé particulièrement par les grandes machineries de la Renaissance. Il y cultive aussi son talent de peintre.

Il débute à la radio (Sette Giorni a Milano et Rosso e Nero) et à la télévision, où il joue, avec son accent lombard, les monologues satiriques qu'il écrit, fresques délirantes le plus souvent.

A partir de 1952, avec Parenti et Durano, il s'essaye comme acteur dans des pièces comiques à sketches, présentant des situations absurdes, au texte rapide, joué avec une précision millimétrique : "Il dito nell'occhio". Il y rencontre Franca Rame qu'il épouse à Milan à la basilique Sant'Ambrogio, le 24 juin 1954.

Avec elle, il part pour Rome, où il est embauché pour collaborer à la mise en scène de plusieurs films de 1955 à 1958: Svitato (1956), Souvenir d'Italie (1957), Nata di Marzo (1958).

Parallèlement, il fonde avec Franca Rame leur compagnie théâtrale, et crée des pièces courtes, qui s'inspirent de Feydeau ou Labiche pour la mécanique de scène et de Tati ou Chaplin pour les personnages. Il joue aussi Shakespeare et Molière, ainsi que des farces traditionnelles, régionales, du répertoire de Franca Rame.

En 1959, sa pièce de théâtre Les archanges ne jouent pas au flipper (Gli arcangeli non giocano a flipper), écrite en une vingtaine de jours, le propulse dans une carrière internationale, à raison d'une pièce nouvelle chaque automne, jusqu'en 1967.

Quant au style, l'improvisation et la logorrhée verbale, les gags, des performances physiques, une logique populaire et des accents régionaux sont la marque de fabrique de son théâtre et un clin d'œil certain à la commedia dell'arte. À noter aussi un remarquable sens de l'économie et d'invention dans l'utilisation de rares accessoires. Souvent chez Fo, qui met en scène ses propres pièces, un même acteur interprète plusieurs personnages (référence au théâtre grec antique) mais avec un masque, un accoutrement ou un maquillage délibérément artificiel, volontairement simple, trivial et bouffon.

Quant au fond, le comique et la satire, la charge sociale sont toujours présents, entrainant fréquemment la censure, qui se révéla particulièrement féroce en 1962 pour une émission télévisée, Canzonissima, où le couple Fo-Rame est médiatiquement lynché, car on tolérait encore qu'ils fassent rire de petites salles de théâtre, mais on s'effrayait du message corrosif qu'ils pourraient faire passer avec les médias.

Par conviction "anti-bourgeoise", refusant de poursuivre son rôle de bouffon de la bourgeoisie, ils amènent le théâtre dans les usines et les maisons du peuple, s'inspirant de l'idée du TNP Théâtre National Populaire et des pièces de Brecht. Les spectateurs viennent souvent pour la première fois voir une pièce.

Après 1968, la compagnie est organisée en coopérative pour éviter les contrôles aussi bien économiques que de la censure. Les spectateurs deviennent des adhérents et chaque pièce est suivie d'un débat. Les thèmes sont plus explicitement politiques, plus provocateurs. Grande pantomima con bandiere e pupazzi piccoli e medi est une des pièces emblématiques de cette période.

En 1969, Mystère bouffe est un one-man-show inspiré des mystères médiévaux. La pièce utilise fréquemment le Grammelot, un langage peu compréhensible et véhément, dont seuls certains passages, parfois dialectaux, sont vaguement compréhensibles et qui prend les personnages soumis à de fortes émotions. Le Grammelot suscite immanquablement le rire du public et sa complicité. Fo réinvestit ainsi la tradition italienne de la commedia dell'arte.

Les tracasseries administratives attirent un public toujours plus grand. Fo crée le groupe Nuova Scena dans un hangar et a plus d'abonnés, dès la première saison, que le Piccolo Teatro de Milan. L'endroit est aussi un lieu de discussions animées. Il fonde aussi le collectif la Comune pour développer le théâtre de rue, se démarquant ainsi du parti communiste.

Inspiré d'un réel fait divers, en 1970, Morte accidentale di un anarchico donne avec humour et brio, sa version abracadabrante du cas de l'anarchiste Giuseppe Pinelli, dont la garde à vue, à la questura de Milan, s'était soldée par une défenestration mal expliquée. L'anarchiste serait un de ces personnages de soi-disant "fous" ou "bouffons", que Dario Fo affectionne et qu'il utilise fréquemment dans ses pièces pour les effets comiques absurdes qu'il peut créer avec et pour pouvoir contourner la censure.

Dario Fo réussit à se débattre aussi bien avec les pressions extérieures, que les dissensions internes au collectif, (qui se sépare en 1972), tout en réussissant à écrire plusieurs pièces par an. Franca Rame sera même enlevée par des extrémistes de droite.

En 1974, il inaugure son propre théâtre avec sa pièce à succès Faut pas payer.

En 1977, ses principales pièces passent finalement à la télévision dans un cycle intitulé "le théâtre de Dario Fo", qui le fait connaître du grand public. Il est même quelque temps présent dans le hit parade comme parolier. D'ailleurs, nombreuses sont ses pièces accompagnées de chansons.

Anticonformiste, provocateur, engagé politiquement à l'extrême-gauche, il a de nombreux démêlés avec la justice italienne et le Vatican tout comme le Parti communiste italien. Interdit de séjour aux États-Unis en 1980, il reçoit le prix Sonning en 1981, et met en scène Molière à la Comédie française.

Si la tolérance s'est accrue, Dario Fo continue ses charges en s'inspirant aujourd'hui toujours plus de l'actualité. En 1989, Il papa e la strega est une charge anticléricale basée sur une loi anti-drogue répressive. Avant la commémoration de 1992, il donne une nouvelle fois sa vision de l'aventure de Christophe Colomb avec Joan Padan a la descoverta delle Americhe.

Il obtient la consécration internationale pour son abondante production théâtrale en se voyant attribuer le prix Nobel de littérature en 1997, récompense surprise qui partage la presse et les critiques.

Il devient aussi un des premiers Satrape étrangers du Collège de ’Pataphysique en 2001 avec notamment Umberto Eco.

Dans les années 2000, il écrit des charges contre Silvio Berlusconi et ses démêlées judiciaires dans Ubu roi, Ubu bass, et L'anomalo bicephale.

Engagé politiquement depuis longtemps, il se présente aux élections du 29 janvier 2006 à la mairie de Milan et obtient plus de 23% des voix, contre Bruno Ferrante. Il est aujourd'hui conseiller municipal.

En 2006, il est nommé docteur honoris causa de la prestigieuse Université La Sapienza de Rome, comme seulement Luigi Pirandello et Eduardo De Filippo avant lui.

En haut



Jin Fo

Jin Fo Oolong tea leaf.jpg

Le Jin Fo est un thé relativement nouvellement créé, de type Oolong du mont Wuyi. Il fut développé à la fin des années 1990 au Centre de Recherche Wuyi Shan Tea. C'est un Oolong du mont Wuyi relativement standard, avec à la fois un goût crêmeux et un arrière-goût floral. Ses feuilles présentent une couleur vert émeraude uniforme.

En haut



Confédération générale du travail - Force ouvrière

Logo-force-ouvriere.jpg

Force ouvrière (FO) est une confédération syndicale française, créée en 1947. Elle est la troisième en importance, derrière la CGT et la CFDT. Force ouvrière est le nom usuel de la « Confédération générale du travail-Force ouvrière (CGT-FO) », qui témoigne de ses origines. FO est membre de la Confédération syndicale internationale (CSI).

La participation aux élections professionnelles, qui s'est élevée à 63,8% sur les années 2005-2006, est un indicateur de l'audience syndicale en France et la CGT y a devancé d'une courte tête la CFDT, FO arrivant troisième.

FO est l'héritier de la branche réformiste de la CGT, syndicat qui a été, dès sa création en 1895, tiraillé entre une tendance réformiste et une tendance révolutionnaire puis communiste. Cette dernière, minoritaire jusqu'à la Libération, a fait scission en 1921 (création de la CGTU) avant de renforcer ses positions au sein de la CGT réunifiée au moment du Front populaire, mais l'échec des grèves de 1938 contre Daladier affaiblit l'aile communiste de la CGT, finalement exclue en 1939 au moment de la signature du pacte germano-soviétique. Après la seconde guerre mondiale, c'est la tendance réformiste (non communiste) qui se trouve en minorité et crée, en 1947, la confédération générale du travail Force Ouvrière (CGT-FO).

La Guerre de 1914-1918 montre les premières divergences : la CGT est divisée entre une majorité (dont la direction) ralliée à l'Union Sacrée et à l'effort de guerre, et une minorité, pacifiste, dénonçant la guerre et soulignant la nécessité de maintenir l'activité revendicative.

En 1945, le rapport des forces est nettement favorable aux ex-unitaires ; ils contrôlent 21 fédérations sur 30.

Les ex-confédérés sont regroupés autour du journal clandestin Résistance Ouvrière, créé en 1943, et autour de Léon Jouhaux, rentré de déportation le 8 mai 1945. Le journal Résistance Ouvrière devient Force Ouvrière.

Dans un premier temps, et pendant plus d'un an, la perspective des confédérés consiste à obtenir ce qu'ils appellent le redressement interne de la CGT, sur les principes de la vieille CGT ; il n'est donc pas question d'une scission.

En septembre 1945, lors du premier comité confédéral national (CCN) depuis la Libération, les ex-unitaires obtiennent la majorité au Bureau Confédéral et désignent Benoît Frachon second secrétaire général. Certains ex-confédérés y voient une politique de prise de contrôle par l'appareil communiste et refusent l'étouffement des revendications.

En août 1946 une scission se produit dans la Fédération des PTT. En septembre, prenant acte de l'échec de la tactique dite du redressement interne, les confédérés constituent les groupes d'amis de Force Ouvrière, amorce d'une organisation syndicale parallèle à la CGT.

En mai 1947, suite au conflit de Renault, les ministres communistes sont exclus du gouvernement. En septembre, Moscou condamne le Plan Marshall et exige de tous les PC qu'ils suivent cette condamnation et rompent avec les gouvernements en place. La CGT se range lors de ces conflits du côté du PCF.

La tension consécutive à ces événements précipite la scission, qui se produit lors de la seconde conférence nationale des groupes FO les 18 et 19 décembre 1947. Le 19 décembre, Léon Jouhaux et quatre secrétaires confédéraux quittent la CGT.

Le Congrès constitutif a lieu le 12 avril 1948. FO devient parallèlement une des chevilles ouvrières de la confédération internationale des syndicats libres (CISL), scission de la fédération syndicale mondiale rejetant l'influence communiste.

FO revendique le principe de l'indépendance syndicale. Cette indépendance vaut à l'égard des partis politiques, des gouvernements, de l'État, du patronat et des églises. Dans les faits, FO a rassemblé tous ceux qui s'opposaient aux communistes. Pendant longtemps la centrale a été dominée par les socialistes mais elle accueillait aussi des militants anarchistes et trotskystes, en particulier proches de l'OCI ou de Lutte ouvrière (Arlette Laguiller) et même des gaullistes. FO reçoit le soutien logistique et financier de syndicats belges, allemands, et de l'AFL-CIO américaine sous l'égide de son tout récent FTUC (Free Trade Union Committee) et d'Irving Brown,, membre éminent de la CIA qui souhaite « créer en France et en Italie des syndicats non communistes pour affaiblir la CGT et son homologue italienne, la CGIL ». Le ministère du Travail verse également des subsides, pris sur les fonds de l'ex Charte du travail (extorqués aux travailleurs par le gouvernement de Pétain).

Lors de sa création, en 1947, Léon Jouhaux et Robert Bothereau n'ont pas réussi à attirer la majorité du syndicat. La nouvelle organisation est particulièrement peu représentée dans le secteur privé. La seconde époque de FO est marquée par le long mandat d'André Bergeron, qui érige en pratique constante la négociation contractuelle, marquant une grande défiance envers la CGT. Bien que membre du Parti socialiste, André Bergeron entretient des rapports cordiaux avec les gouvernements gaullistes. Interlocuteur privilégié du pouvoir exécutif et des employeurs, FO joue un rôle modérateur pendant la crise de Mai 68. Elle s'oppose aux communistes comme au projet d'autogestion porté par la CFDT. Elle se montre également sceptique par rapport à l'Union de la gauche et à son Programme commun.

Concernant l'indépendance à l'égard du politique, il est clair qu'il y avait un danger qui guettait FO dès sa naissance, à savoir sa dépendance à l'égard du parti socialiste (SFIO). Il aurait pu se faire en effet qu'à la fin des années quarante et dans les années cinquante, FO tombe sous la coupe de la SFIO, comme la CGT était sous la coupe du PCF, c'est-à-dire de Moscou, et la CFTC sous la coupe du MRP, c'est-à-dire du Vatican. Même s'il y a eu des ambiguïtés et d'inévitables compromissions, cela ne s'est pas réalisé. La tradition de la Charte d'Amiens et de la vieille CGT comptait énormément dans l'esprit des militants qui ont fondé FO.

Deux autres facteurs ont compté. D'abord le gaullisme, qui, installé au pouvoir, a annihilé la SFIO. Ensuite le Congrès socialiste d'Epinay, en 1971, qui a mis fin à la SFIO, fondé le "PS", et a amené à la direction du PS "modernisé" un certain nombre de militants partageant plutôt les valeurs de la CFTC, devenue CFDT en 1964.

A la fin des années soixante et dans les années soixante-dix FO prend plusieurs positions qui se veulent des manifestations de son indépendance et de son originalité dans le "paysage" syndical français et européen.

En 1969 FO appelle à voter "non" au référendum proposé par de Gaulle. Ce référendum avait un double objectif : la mise en œuvre de la régionalisation et la création d'un Sénat corporatiste, associant dans une même Chambre les représentants des "intérêts économiques", c'est-à-dire patronat et syndicats. FO fait le rapprochement avec la "Charte du Travail" du régime de Vichy.

En 1972 FO refuse d'entrer, comme le font la CGT et la CFDT, dans le cadre de l'Union de la Gauche, scellée autour du fameux "Programme commun". La confédération considère que cette association fait dépendre le syndicat de considérations politiques.

En 1984, le syndicalisme enseignant à FO, jusqu'alors quasiment inexistant depuis 1948, se développe après le passage de militants venus de syndicats de la FEN qui appartiennent notamment à la tendance EE-FUO, réputée proche du parti des travailleurs, et dont le plus connu est Jean-Jacques Marie.

Lorsque Bergeron se retire en 1989, son dauphin Claude Pitous est battu par Marc Blondel qui devient le nouveau secrétaire général.

Blondel engage FO sur une voie plus combative, marquée notamment par le conflit de 1995 contre le plan Juppé et une symbolique poignée de main avec Louis Viannet, secrétaire général de la CGT.

À l'origine, au plan syndical, de la création de nombreuses structures de protection sociale collective (UNEDIC - Retraites complémentaires notamment), Force ouvrière, a toujours considéré que la pratique contractuelle était un outil important pour construire et développer des droits collectifs à tous les niveaux (interprofessionnel - branches d'activité - entreprises). En ce sens, elle revendique avoir toujours combattu le tout État comme le tout marché.

Son objectif est de défendre le service public et la sécurité sociale comme des structures assurant des droits égaux aux citoyens en cohérence avec les valeurs républicaines (liberté, égalité, fraternité, laïcité). Cela explique le combat mené en 1995 contre l'étatisation de la sécurité sociale ou les conflits avec le patronat sur la refondation sociale, qui était considéré comme la livraison au marché de toutes les structures collectives et solidaires.

FO perd, suite à ce conflit, la présidence de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM), après avoir déjà perdue celle de l'UNEDIC, dont hérite la CFDT. En 1998, Jacques Mairé et Jean Grosset, respectivement secrétaire général et secrétaire général adjoint de l'union départementale de Paris, en désaccord avec la ligne radicale suivie par la confédération, décident de rejoindre l'UNSA.

FO s'engage en 2003 contre la loi Fillon sur les retraites et propose aux organisations syndicales la grève générale, proposition non reprise et ignorée par les médias de masse.

En février 2004, Jean-Claude Mailly, succède à Marc Blondel au poste de secrétaire général.

En 2008, FO n'est pas signataire du texte du 9 avril (appelé position commune) sur la représentativité syndicale. Texte qui (par son article n°17) permet la dérogation du temps de travail et donc la remise en cause des 35 heures.

Force ouvrière revendique 15 000 implantations syndicales réparties sur tout le territoire (métropole et DOM-TOM avec 103 Unions Départementales), dans tous les secteurs d'activité avec 33 Fédérations nationales et regroupés au sein de la Confédération Force Ouvrière.

Force Ouvrière ne communique pas le nombre de ses adhérents, mais la CSI indique 800 000 adhérents pour FO. La CIA évalue ce nombre à 300 000. Au plan européen et mondial, Force Ouvrière est membre de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) et de la Confédération syndicale internationale (CSI). FO participe aux travaux du Comité syndical consultatif auprès de l'OCDE (TUAC). Elle est également impliquée dans les « activités pour les travailleurs » de l'Organisation internationale du travail à Genève.

En haut



Fédération nationale de l'enseignement, de la culture et de la formation professionnelle - FO

La Fédération nationale de l'enseignement, de la culture et de la formation professionnelle (FNEC FP-FO) regroupe les syndicats Force ouvrière des personnels de l'Éducation nationale, de la Culture et de la Recherche.

Le FNEC FP est affilié à la Fédération générale des fonctionnaires (FGF-FO), elle même membre de la centrale syndicale Force ouvrière.

Lors des Élections professionnelles enseignantes de 2005, les syndicats de la FNEC FP-FO ont obtenu 30269 voix soit 6,66% en baisse de 0,4% par rapport aux élections précédentes.

La FNEC FP-FO est créée en 1948. Elle est issué de la Fédération de l'enseignement laïque CGT de 1919 et de la Fédération générale de l'enseignement CGT de Léon Jouhaux de 1929. Elle est membre fondateur de la Confédération internationale des syndicats libres (CISL), puis de l'Internationale de l'éducation.

En haut



Matterhorn-Gotthard-Bahn

Logo de Matterhorn-Gotthard-Bahn

La Matterhorn-Gotthard-Bahn est née de la fusion de la FO (Furka-Oberalp Bahn) et de BVZ (Brig-Visp-Zermatt Bahn). Son réseau est à voie métrique.

Le réseau totalise une longueur de 144 km dont 31,9 km équipés d'une crémaillère. Il comporte 29 tunnels, 20 galeries et plus de 60 ponts.

En haut



Fish only

Le bac fish only (FO) (de l'anglais fish , poisson et only , uniquement = un aquarium ne comportant que des poissons ) est un bac d'eau de mer, destiné à accueillir des poissons aux conditions de vie semblables. Il est à mettre en opposition avec le bac récifal, qui accueille des coraux mais des poissons en moindre concentration qu'un fish only.

Les bacs fish only se caractérisent par des filtres rapides aérobies, chargés de transformer rapidement les déchets en composés de moins en moins toxiques (ammonium -> nitrites -> nitrates). Les nitrates qui s'accumulent dans le système sont extraits essentiellement par changements d'eau ou dénitrateur par exemple sur soufre (DAS) auquel cas les nitrates sont transformés en diazote (qui s'échappe de l'aquarium) et sulfates par des bactéries spécialisées et anaérobies (Thiobacillus denitrificans), lesquels sulfates sont beaucoup moins toxiques que les nitrates du fait de leur plus forte concentration dans l'eau de mer naturelle.

Le taux de nitrates d'un bac FO peut atteindre 200 mg/l voire plus ce qui est acceptable pour les poissons sans pour autant être à conseiller, mais rédhibitoire pour les coraux, ce qui empêche toute maintenance de coraux dans un bac FO. Par extension, un bac FO est souvent destiné à accueillir de gros poissons pollueurs, qui ne peuvent être accueillis dans d'autres types de bac en raison de leur régime alimentaire - certains sont prédateurs - et de la dégradation de la qualité de l'eau que les déchets qu'ils produisent entraînent.

En haut



ANFO

L'ANFO ou AN/FO, sigle pour (en) « ammonium nitrate/fuel oil », est un mélange hautement explosif composé de nitrate d'ammonium et de gazole (qui peut être remplacé par du kérosène ou de la mélasse). À cause de sa relative facilité à fabriquer, de son coût inférieur à d'autres types d'explosifs du même genre, ainsi que de la stabilité de ses deux composants à TPN, il est largement utilisé de par le monde.

La plupart du temps, l'ANFO se décompose lors d'une détonation, plutôt qu'une déflagration. Explosif tertiaire à haute vélocité, sa détonation se fait en deux phases : combustion et oxydation. Pour une efficacité maximale lors de la détonation, il doit être confiné (dans une canette, par exemple). Sa sensibilité est relativement basse : il faut généralement utiliser un booster explosif pour assurer sa détonation. Son efficacité explosive est approximativement 80 % du TNT, soit équivalent à 0 .8 TNT. Lorsque préparé avec certains carburants autres que le gasole, l'ANFO peut atteindre 1.6 TNT.

La détonation de l'ANFO est principalement causée par la réaction chimique du NA (NH4NO3) avec une longue chaîne carbonée (CnH2n+2), laquelle forme de l'azote, du dioxyde de carbone et de l'eau. Lorsque les conditions de détonation sont idéales, ce sont les seuls gaz dégagés. En pratique, ces conditions sont impossibles à atteindre, et les détonations produisent de petites quantités de gaz toxiques, tels le monoxyde de carbone, le sulfite d'hydrogène et des NOx.

Pour assurer une réaction idéale, il faut utiliser 94,3 % de NA et 5.7 % de FO au poids. En pratique, un léger surplus de gasole est ajouté, car une sous-dose diminue l'efficacité alors qu'une surdose amène la formation de fumées après la détonation.

Le nitrate d'ammonium (NA) est largement utilisé comme fertilisant en agriculture. Dans plusieurs pays, sa possession et son utilisation sont restreintes à quelques corps de métier, car il est facile à obtenir et se retrouve souvent dans les explosifs artisanaux (notamment ceux fabriqués par des terroristes). Dans la plupart des pays, le NA n'est pas classé comme explosif lors de son transport, il est vu comme un oxydant.

Dans l'industrie minière, le terme ANFO désigne spécialement un mélange de prills de NA et de gasole. Sous cette forme, l'ANFO a une densité moyenne d'approximativement 840 kg/m3. La densité des prills est d'environ 1 300 kg/m3, alors que la densité moyenne des cristaux de NA pur est d'environ 1 700 kg/m3. Les prills de NA miniers sont physiquement différents des prills de fertilisants, les premiers contiennent des micro-cavités d'air, comptant jusqu'à 20% du volume total. Ils augmentent notablement la réactivité de l'ANFO : les micro-cavités sont des lieux qui favorisent la concentration d'énergie lors de la détonation. Les prills de qualité minière mesurent habituellement entre 0.9 et 3.0 mm en diamètre.

L'ANFO minier est souvent préparé sur place en utilisant le diesel no 2, le même que celui qui alimente la machinerie lourde. Différents gasoles peuvent être utilisés, mais le coût et la faible volatilité du diesel no 2 le rendent idéal.

Le NA est très hygroscopique, il absorbe l'eau qui se trouve dans l'air. Cette absorption interfère avec sa capacité d'eploser, il faut donc le stocker dans un endroit sec. Il est aussi soluble dans l'eau. La popularité de l'ANFO est largement causée par son faible coût et sa grande stabilité.

Plusieurs explosifs dérivés de l'ANFO existent, les plus communs sont des émulsions. En plus d'être physiquement différents, ils sont hydrofuges et ont une densité moyenne plus élevée.

ANFO a été utilisé à l'occasion lors d'attentats terroristes. Improvisé pour la première fois en 1970 par des protestataires étudiants de l'Université du Wisconsin-Madison, la bombe automobile à l'ANFO a été rapidement adoptée par l'IRA. Elle a aussi été utilisée par le FARC, l'ETA et des groupes terroristes palestiniens. Une variante plus complexe, faite à partir de nitrométhane comme gasole, a été utilisé lors de l'attentat d'Oklahoma City.

En haut



Source : Wikipedia