Estrela

3.4336661911772 (701)
Posté par hal 26/03/2009 @ 08:15

Tags : estrela, portugal, europe, international

Dernières actualités
L'Année sacerdotale selon le patriarche de Lisbonne - ZENIT.org
Le cardinal Policarpo donnera le coup d'envoi de cette Année par une messe, vendredi à 19h00, en la basilique d'Estrela. Tous les fidèles et le clergé sont invités à y participer. Pour souligner la signification et l'importance de cette nouvelle année...
Loin des stars, le football portugais crie misère - AFP
C'est Estrela da Amadora, 11e du championnat de D1, qui connaît la situation la plus critique. Son nom figure sur la liste des contribuables devant plus de 5 millions d'euros au fisc et, mercredi, le club dont les comptes ont été saisis n'avait plus...
Belenenses Lisbonne : 12 joueurs sur le départ... - SportVox
En attendant de savoir si le club évoluera en Liga Sagres (L1) si l'Estrela d'Amadora est rétrogradé,ou en Liga Vitalis (L2) la saison prochaine, les tractations sont en cours... La nouvelle direction du club a commencé le nettoyage du vestiaire....
Belenenses dans l'incertitude... - SportVox
La Seconde, comme prévu suite aux résultats sportifs, ou la Liga, si le club de Belém est repêché suite à l'insolvabilité de l'Estrela Amadora, qui serait lui relégué dans une division inférieure. Qui va arriver? Quelles seront les nouvelles recrues?...
"Ouvrez les portes", un appel de 58 Prix Nobel et 202 eurodéputés ... - nouvelobs.com
Portugal : Maria da Assunção Esteves, Edite Estrela, Armando França, Ana Maria Gomes, Ilda Figueiredo, Jamila Madeira, Miguel Portas. Grèce : Costas Botopoulos, Giorgios Dimitrakopoulos, Dimitris Papadimoulis, Antonios Trakatellis, Nikolaos Vakalis,...
Un week-end de Pentecôte cent pour cent football... - La Voix du Nord
... les Belges du Standard de Liège, les Polonais du Légia de Varsovie, les Suisses des Young Boys de Berne, les Serbes de l'Étoile rouge de Belgrade, les Portugais d'Estrela Amadora et les Français de l'Olympique de Marseille, du RC Lens et du LOSC....
Mondial-2014 au Brésil: la Fifa révèle les 12 villes hôtes - AFP
Les trois villes candidates aux stades encore à l'état de projet ont été retenues: Natal (Estrela dos Reis Magos), Recife-Olinda (Arena Recife-Olinda) et Salvador de Bahia (Arena da Bahia). Dans la compétition à deux pour représenter l'Amazonie,...
FOOTBALL - Les clubs de la métropole font la part belle aux ... - maville.com
On note par ailleurs le retour des Portugais de l'Estrela Amadora, la venue des Espagnols du FC Séville, des Hollandais de La Haye, des Polonais du Légia de Varsovie, des Suisses des Youg Boys de Berne, des Serbes de l'Étoile rouge de Belgrade,...
TOURNOIS DE PENTECÔTE - Sous un soleil mexicain, le Chivas de ... - maville.com
Auteur de deux nuls vierge, le Standard de Liège était à la merci d'un nul avec des buts entre Estrela Amadora et Lens. Portugais et Artésiens atteignaient d'ailleurs la pause sur le score de 1-1. Un second but Lensois permettait au Standard...
COMPLIQUÉ POUR NENÉ - Sport365.fr
Par ailleurs, le club breton aurait également profité de son récent déplacement au Portugal pour observer l'arrière droit Miguel Lopes (22 ans, Rio Ave) face à l'Estrela Amadora, samedi soir. L'international Espoirs portugais serait pisté en cas de...

Estrela

Au Portugal, on trouve également des Estrelas à poils courts. Ils sont très peu visibles en France. C'est une race de grande dimensions, dont les chiens restent très doux et très fidèles a leurs maîtres.

En haut



Parc naturel de la Serra da Estrela

Situé dans la serra da Estrela, la parc naturel de la Serra da Estrela couvre une partie significative de cette montagne, qui est la plus haute du Portugal continental. Le parc est situé au centre-nord du Portugal, sur les districts de Guarda et Castelo Branco. Composé de massifs rocheux de granit, de schiste, et marqué par l'érosion glaciaire, l'altitude élevée et la situation du prc naturel en font un des lieux les plus arrosés du pays.

Parmi les espèces naturelles notables, outre quelques espèces végétales uniques au Portugal, parmi la faune se détachent le loup (canis lupus), le sanglier, la loutre et le renard. Le parc entretient des parcours pédestres signalés.

En haut



Clube de Futbol Estrela da Amadora

Estrela-Amadora.png

Le Clube de Futbol Estrela da Amadora est un club de football portugais basé à Amadora, au nord ouest de Lisbonne. Le club a été fondé en 1932.

Estrela da Amadora (Étoile d'Amadora) a gagné une Coupe du Portugal en 1990. La meilleure saison de ce club reste la saison 1997-98 où il termina septième du championnat.

En haut



Serra da Estrela

Serra da Estrela III Portugal.jpg

La serra da Estrela (montagne de l'Étoile) est le point culminant du Portugal continental, à Beira, avec 1 993 mètres. Elle est couronnée par une tour de sept mètres de hauteur qui parfait les 2 000. La « chaîne de l'Étoile » possède le deuxième plus haut sommet sur le territoire du Portugal, juste après le Ponta do Pico (2 351 mètres), à l'île de Pico, aux Açores.

Les Romains la nommaient monts d'Hermine (Herminius Mons) au temps ou les Lusitaniens, ancêtres des Portugais, s'y étaient réfugiés pour leur faire une guerre implacable, qui a tellement retardé la conquête de la Lusitanie, qu'elle fut la toute dernière achevée par Rome pour l'Empire romain.

Le Mondego, le plus grand fleuve entièrement portugais, prend sa source à la châine d'Estrela et la traverse chemin faisant de Coïmbre et de Figueira da Foz, son embouchura à la mer.

En haut



Portugal

Drapeau du Portugal

Le Portugal (officiellement République portugaise) est un pays se situant dans l'Europe du sud, dans la zone occidentale de la péninsule ibérique, délimité au nord et à l'est par l'Espagne, et au sud et à l'ouest par l'océan Atlantique. Le Portugal est le pays le plus occidental de l'Europe continentale. Le Portugal comprend également les archipels des Açores et de Madère, situées dans l'hémisphère nord de l'océan Atlantique. De plus le Portugal est aussi un membre de l'Union européenne depuis 1986.

Pendant le XVe siècle et le XVIe siècle, le Portugal fut l'un des plus grands pouvoirs économiques, sociaux et culturels du monde, avec un vaste empire colonial en Afrique, en Asie et au Brésil. En 1916, le pays s'engage dans la Première Guerre mondiale, et mobilise pas moins de 100 000 hommes. En 1917, la flotte allemande attaque les navires de guerre portugais, français et britanniques à Madère. En 1974, la révolution des œillets met fin à l'empire colonial, en même temps qu'elle démocratise le pays. Aujourd'hui, le Portugal est un pays développé, économiquement prospère, socialement et politiquement stable. Membre fondateur de l'OTAN en 1949, membre de l'ONU depuis 1955, de l'Union européenne depuis 1986, il est aussi l'un des pays fondateurs de la zone euro en 1999.

Dans ce pays de relativement petite taille où la dictature instaurée en 1926 a duré jusqu'en 1974 et la perte de ses colonies, l'économie n'a pris son essor qu'après 1975, et c'est ainsi que près de 1,5 millions de Portugais ont dû aller travailler en dehors du pays pour fuir la misère et les guerres coloniales. Les fortes zones d'immigration sont le Brésil, la France, le Luxembourg (14,1 % de la population totale du pays), la Suisse, les États-Unis, l'Argentine, le Venezuela, le Canada et encore d'autres pays.

Aujourd'hui le thème du déclin devient de plus en plus présent même si l'entrée dans l'UE a permis de dynamiser l'économie (aide aux PME, aux agriculteurs, nouvelles technologies, structures routières), l'émigration s'est arrêtée et le pays tend à devenir un pays d'immigration à son tour. Le niveau de vie de la région de Lisbonne est devenu celui d'autres grandes villes de l'Europe de l'Ouest.

Le tourisme est une ressource très importante. Les belles plages, l'excellent climat, l'accueil y concourent. L'extrême sud, l'Algarve, est particulièrement prisé, outre la région de Lisbonne. Le Portugal est aussi un grand pays viticole, notamment pour le porto qui est produit dans la vallée du Douro et autour de la ville de Porto où le Douro se jette dans l'océan Atlantique. Il est aussi le premier producteur mondial de liège.

Le Portugal (par le biais de sa capitale Lisbonne) a accueilli l'Exposition universelle sur le thème des Océans en 1998 et il s'est porté candidat à l'organisation des Jeux olympiques d'été 2020. Le Portugal c'est également porter candidat, conjointement avec l'Espagne, à l'organisation de la Coupe du monde de football de 2018.

Dès cette époque apparaissent des caractéristiques qui vont amener le pouvoir romain et ses successeurs à distinguer les populations présentes sur la péninsule et donc à créer différentes divisions administratives.

Les plus anciennes traces de civilisation au Portugal datent du Paléolithique : peintures et gravures rupestres des grottes d'Escoural (Alentejo), de Mazouco (Tras-os-Montes) et surtout de Vale de Côa, datées entre 22 000 et 10 000 ans avant J-C. La majorité de ces traces se trouvent au nord du Tage et témoignent de l'existence de peuples vivant de chasse et de cueillette.

Environ 10 000 ans avant J.-C., la Péninsule ibérique est habitée par des peuples autochtones connus plus tard comme les Ibères. Ceux-ci occupent surtout l'intérieur des terres.

Entre 4000 et 2000 avant J.-C., les terres correspondant au Portugal et à la Galice voient se développer une culture mégalithique originale par rapport au reste de la péninsule: elle se caractérise par son architecture funéraire et religieuse particulière et par la pratique de l'inhumation collective. On peut encore trouver dans le pays de nombreuses traces de cette religiosité même si la plupart sont concentrées dans l'Alentejo : le cromlech d'Almendres près d'Evora, ceux de Vale Maria do Meio ou de Portela de Mogos ainsi que le dolmen de Zambujeiro.

L'âge de bronze voit se développer des contacts maritimes entre le littoral atlantique et celui de la Bretagne et des îles Britanniques alors que le sud de la péninsule entretient des liens commerciaux avec la Méditerranée : des Grecs et des Phéniciens venus de l'actuel Liban ainsi que leurs descendants carthaginois y installent de petits comptoirs commerciaux semi-permanents. Le moteur de ce commerce est la richesse de la péninsule en métaux (or, argent, fer et étain). Les Phéniciens auraient ainsi fondé Lisbonne autour de l'an 1000 avant J.-C. La légende veut même que ce soit Ulysse qui ait donné son nom à la ville. Mais seul le site d'Abul, près d'Alcácer do Sal, demeure incontestable.

L'âge du fer voit arriver dans la région un peuple indo-européen, les Celtes, occupant bientôt le centre et l'ouest de la péninsule. Ils restent les mieux connus: ils vivent regroupés en petits noyaux de population isolés, établis sur les hauteurs avec des habitations circulaires (castros) et pratiquant l'agriculture et l'élevage. Chaque maison (150 environ) est défendue par une enceinte (comme on peut en voir dans la Citânia de Briteiros). On trouve aussi dans ces regroupements un édifice funéraire. Comme ils maîtrisent le fer, le travail de la terre devient plus efficace, les cueillettes augmentent, améliorant par la même les conditions de vie et la démographie.

Les Lusitaniens occupent une partie du territoire actuel du Portugal. Possédant déjà une langue différente, ils s'émancipent peu à peu de la culture celte et s'étendent vers l'Estremadure.

Les Carthaginois ont débarqué dans la Péninsule au IIIe siècle av. J.-C. et en ont occupé la moitié sud. Ils sont venus attirés par ses ressources minières mais aussi par la réputation des guerriers ibères, un atout précieux face à Rome. Avec les Lusitaniens qui s'allient avec eux, ils formeront même la principale résistance à l'invasion romaine dans la péninsule.

Sous le règne de Alphonse Ier, les seigneurs d'Asturie s'emparent des territoires jusqu'au Douro.

Le royaume de León compte au début quatre divisions: les Asturies, le León, la Galice et la Castille. Chacune est dirigée par un comte. Au fur et à mesure des conquêtes, les terres sont divisées en comtés ou en duchés. En 868, Porto et Braga sont reprises. À partir du IXe siècle, le sud de la Galice forme un comté dynamique autour de sa métropole religieuse, Braga, et de son port Porto. Il porte le nom de Portucale ou Terra portucalensis (pays de Portucale), rappelant le nom latin de Porto (Portucale).

En 1095, Urbain II lance la première croisade pour libérer les lieux saints et surtout réagir à la menace que représentent les Turcs récemment convertis à l'Islam. Déjà, les réformes grégoriennes appellent à s'unir pour lutter contre toutes les croyances païennes et hérétiques. C'est dans ce cadre que, en 1095, Alphonse VI de Castille et de León, annexant la Galice et le comté de Portugal, réunifie le royaume. Alphonse VI, marié à Constance de Bourgogne, fait appel à sa belle famille bourguignonne pour l'aider à reconquérir la péninsule. Raymond et Henri de Bourgogne, de la famille royale de France, font partie d'une noblesse en quête de terre et de prestige et répondent favorablement à l'appel.

En remerciement et pour consolider ses liens avec les autres monarchies, il donne à Raymond sa fille Urraque et en fait donc le futur roi de León et de Galice. À Henri, il donne la main de sa fille bâtarde, Thérèse de León et le comté de Portugal. Dès lors, celui-ci installe sa cour près de Braga, à Guimarães (considéré depuis comme « berceau » du Portugal). Il continue à prêter serment à Alphonse VI tout en bénéficiant d'une certaine autonomie, et poursuit la reconquête jusqu'au fleuve Mondego.

En 1139, Afonso Henriques remporte sur les musulmans une bataille historique à Ourique et est proclamé roi par ses troupes sur le champ de bataille. La légende veut que le Christ lui soit apparu pendant la bataille. Cette situation est officialisée par le traité de Zamora (1143) par lequel Alphonse VII reconnaît le royaume du Portugal et son roi Alphonse Ier. Grâce à son habilité politique et guerrière, ce dernier a réussi là où d'autres comtés échouent, et gagne ainsi son indépendance.

Avec la fin de la guerre, le Portugal a donner le lancement du processus d'exploration et de l'expansion des découvertes, entre outre grâce à Henri le Navigateur et le roi Jean II de Portugal. Ceuta fut conquise par le Portugal en 1415. En 1474, João Vaz Corte-Real et Alvaro Martins Homem découvrent le Groenland et Terre-Neuve.

Devenu roi, sous le nom de Jean II (1481-1495), il centralise le pouvoir et continue de planifier les grandes expéditions. Jean II est le roi de la Renaissance par excellence: il met fin à certains privilèges, oblige la noblesse à lui prêter serment, se débarrasse des traîtres (le duc Ferdinand II de Bragance conspire avec les Rois catholiques, il le fait arrêter et exécuter en 1483 ; en 1484, c'est le duc de Beja et de Viseu Diogo qu'il assassine lui-même pour les mêmes raisons). Le pouvoir et le domaine royal s'en trouvent agrandis, au prix de la haine de la grande noblesse. Ce ressentiment est d'autant plus vif que le roi privilégie désormais la poursuite des découvertes de nouvelles terres et surtout de la route des Indes. L'Afrique n'est plus l'enjeu ; il s'agit de la contourner.

La mission en est confiée à Diogo Cão, qui, en 1481 emporte le premier padrão (borne de pierre avec les symboles du Portugal plantée dans les terres découvertes). Il remonte le fleuve Zaïre, débarque au Congo, au Gabon, en Angola et en Afrique du Sud enfin en 1486.

Ces coûteuses expéditions sont financées par l'exploitation des terres conquises et par l'établissement de São Jorge da Mina, dans le golfe de Guinée, qui voit converger l'or de la région; construit en 1482, il vise aussi à interdire aux navires étrangers l'accès aux eaux portugaises. Le traité de Tolède (6 mars 1480) instaure un partage de l'Atlantique avec la Castille, lui abandonnant les découvertes à l'ouest des Canaries et assurant au Portugal le monopole en Afrique. Madère devient un point d'escale. Le vin, la canne à sucre et l'élevage s'y développent grâce à l'arrivée de migrants et d'esclaves. Le blé des Açores sert à ravitailler le pays. Cap-Vert, les îles de São Tomé et de Principe fournissent du sucre et du bétail. Le Portugal passe une alliance avec le Congo qui se laisse christianiser. Le commerce avec les Africains rapporte aussi de l’ivoire et des fruits tropicaux.

C'est ensuite Bartolomeu Dias qui est envoyé en 1487. Il double le cap de Bonne-Espérance (qu'il avait nommé cap des Tempêtes avant que le roi ne lui donne ce nom prophétique) le 6 janvier 1488, par hasard, emporté par une tempête. Il atteint l'actuelle Namibie mais une mutinerie l'empêche d'aller plus loin.

Dans le but de préparer le voyage vers les Indes, Jean II envoie en 1488 des émissaires par voie de terre. C'est un moyen de recueillir des informations sur les courants dans l’océan Indien, peut-être même de trouver une trace du Royaume du prêtre Jean. C'est d'abord Pedro de Montanoio et Pedro de Lisboa qui partent. Ils sont suivis de Pêro da Covilhã et d'Afonso de Paiva qui apportent de précieux renseignements pour le voyage de Vasco de Gama.

Ils partent vers Jérusalem, accèdent au Golfe Arabique, à Aden à l'embouchure de la mer Rouge. Ils se séparent ensuite. Paiva part vers l'Abyssinie à la recherche du prêtre Jean. Covilhã part vers les Indes. Il passe par Calicut, puis Sofala, Madagascar, revient au Caire où il apprend la mort de son compagnon. Il envoie ses informations au roi et part pour Ormuz. Il parvient à la cour du roi chrétien Négus, s'y marie et y finit ses jours. Grâce à lui, on fait construire des navires spéciaux: la caravelle va être remplacée par la caraque permettant d'emporter plus d'équipage, d'armes et de ravitaillement.

Pendant ce temps là, les Rois catholiques prennent Grenade et mettent fin à la reconquête (1492). Cette victoire leur laisse les mains libres pour entreprendre des expéditions. Christophe Colomb embarque en leur nom pour atteindre les Indes par l'ouest. Jean II, à qui il s'adresse auparavant, refuse de financer ce voyage, privilégiant la route découverte par Vasco de Gama et estimant, à juste titre, que Colomb se trompe.

En 1493, Christophe Colomb revient d'Amérique et c'est à Lisbonne qu'il débarque en premier. Il annonce au roi que les terres découvertes lui appartiennent en vertu du traité d'Alcaçovas. Jean II les revendique donc auprès du pape Alexandre IV. Une bulle papale établit alors une division des terres qui passe à 100 lieues à l'ouest du Cap-Vert. Jean II exige un autre accord : le 7 juin 1494, Espagnols et Portugais signent le traité de Tordesillas qui fixe la limite à 370 lieues. Ce nouvel accord permet au Brésil qui n'a pas encore été découvert d'être portugais tout en abandonnant à l'Espagne les nouvelles terres d'Amérique.

C'est le nouveau roi Manuel Ier (1495-1520) qui tire profit de la politique intelligente de Jean II. Celui-ci, très impopulaire auprès de la noblesse, meurt probablement empoisonné en 1495.

Vasco de Gama arrive aux Indes le 20 mai 1498, ouvrant la voie au commerce très fructueux des épices contrôlé jusque là par les Vénitiens. Son voyage a été minutieusement préparé. Mais à son arrivée à Calicut, il est mal accueilli par le Samorim. En 1499, une deuxième expédition, commandée par Pedro Alvares Cabral est envoyée avec l'objectif de s'imposer, par la force si nécessaire.

Le 22 avril 1500, Cabral aborde au Brésil et en prend possession. Il envoie un messager à Lisbonne et poursuit sa route.

Arrivé à Calicut, il reçoit meilleur accueil mais très vite les Portugais doivent affronter la concurrence des Vénitiens, des Turcs et des Égyptiens. C'est la fin des voyages pacifiques. Les Portugais tirent parti des divisions entre les hindous et les musulmans de la région. Une factorerie est créée à Cochim puis à Cananor, Sofala, Quiloa et Malacca (1511). Elles sont protégées par des forteresses et une armada. On finit par installer une administration et créer un poste de vice-roi des Indes pour maintenir l'ordre dans l’océan Indien : Francisco de Almeida sera le premier, suivi d'Afonso de Albuquerque qui installe de solides forts aux points stratégiques (Malacca, Siam, Goa qui devient la capitale de cet empire, Moluques, Timor, Socotra, Ormuz) et consolide cet empire naissant. Tout l'océan Indien est bientôt sous contrôle.

Amerigo Vespucci fait partie du premier voyage officiel au Brésil (1501). La découverte du Brésil permet aux commerçants portugais de s’approprier le pau-brasil, un bois de teinture et de construction très recherché. Mais le pays semble peu intéressant au départ jusqu'à ce que la concurrence espagnole et française se fasse sentir. On y envoie des colons, on crée des factoreries. Les Indiens du Brésil puis de nombreux Africains sont mis en esclavage pour la culture du sucre. En 1600, le Brésil est le premier producteur mondial de sucre et le principal fournisseur de ressources du Portugal. Au XVIIe siècle les Bandeirantes découvrent également au sud de la colonie des mines d’or et de diamants qui sont exploités grâce à une même main d’œuvre servile. Les découvertes se poursuivent par ailleurs : en 1495, Pêro de Barcelos et João Fernandes Lavrador explorent les côtes du Canada et du Groenland (donnant son nom au Labrador). En 1500, Gaspar Corte Real arrive à Terre-Neuve. En 1513, Jorge Álvares arrive en Chine et Tomé Pires à Pékin.

C'est un véritable empire qui naît reposant sur les comptoirs. La Casa da India à Lisbonne contrôle et vérifie les marchandises importées d'Orient. Les richesses venues des colonies (épices, or, pierres...) affluent pendant les siècles suivants. Jamais le pouvoir royal n'a été aussi grand. Manuel Ier réforme d'ailleurs l'administration avec un nouveau code législatif afin de renforcer encore ce pouvoir (les ordonnances Manuelines de 1521). Mais il sait aussi ménager la noblesse (contrairement à son prédécesseur) qui, grâce aux nouvelles colonies, finit par y trouver son compte. En 1555, le pays est compté comme le plus riche d'Europe.

C'est un période de croissance démographique. Le Portugal compte alors à peu près 1,5 million d'habitants. Tout un peuple vit alors impliqué dans le colonialisme. Beaucoup partent vers les colonies. L'esclavage fait que le travail devient une valeur dénigrée.

Il s'agit également d'une période de développement culturel avec le début des grandes constructions influencées par la Renaissance, avec l'installation définitive de l'université à Coimbra. Le style manuélin, gothique propre au pays, se propage sous l'influence de grands architectes (Mateus Fernandes, Diogo de Arruda, Francisco de Arruda et les Français Diogo de Boytac ou Nicolas Chanterène).

La littérature connaît aussi une époque faste avec les œuvres de João de Barros, Damião de Góis ou Gil Vicente. Le tableau de Nuno Gonçalves résume à lui seul toute cette époque. Les Portugais inventent une science basée sur l'expérience.

Outre la crise politique et économique, c'est une crise morale que connaît le pays: une Couronne endettée, des milliers de morts et des prisonniers dont il faut payer la rançon. C'est dans cette atmosphère que vont surgir et prospérer de nombreuses prophéties évoquant le retour du jeune roi: le sébastianisme. Pas moins de quatre imposteurs cherchent à se faire passer pour le roi au cours de cette période.

Le vieux cardinal Henri, dernier fils de Manuel Ier, monte sur le trône le 28 août 1578. Il est chargé de se trouver un successeur. De nombreux prétendants existent dont Philippe II d'Espagne, qui apparaît comme le seul capable d'assurer la conservation de l'Empire portugais. Cette solution a les faveurs de la noblesse et du clergé. Le peuple, lui, favorise un Portugais (dom Antoine, prieur de Crato) mais les Cortes n'arrivent pas à trancher. La grande bourgeoisie penche du côté espagnol pour des raisons économiques. Elle entend profiter des marchés offerts par l'Espagne et ses colonies.

Henri Ier meurt sans les départager. Philippe II s'impose avec une démonstration de force face au prieur de Crato lors de la bataille d'Alcántara (25 août 1580). Celle-ci marque la fin de la dynastie d'Aviz et le début de celle des Habsbourg. Les accords de Tomar signés entre les Cortes et le roi permettent au Portugal de garder une certaine autonomie mais le pays appartient désormais à la Couronne d'Espagne.

Il retrouve une certaine stabilité économique mais perd ses places au profit de la Hollande et de la France. Le conflit entre l'Espagne et l'Angleterre (1588), qui aboutit à l'épisode de l'Invincible Armada, vient à bout de ce qui reste de la flotte portugaise. Les premiers accrocs surgissent à la fin du règne de Philippe II et se poursuivent avec son successeur, Philippe III, qui se désintéresse du Portugal et de l'administration en général. Il délègue ses pouvoirs au vice-roi qui cherche à centraliser le pouvoir et à remettre en cause l'autonomie du Portugal. Le nouveau roi se rend impopulaire en augmentant les impôts, en affichant une certaine tolérance envers les nouveaux chrétiens et en signant une trêve avec la Hollande qui en profite pour conforter sa place dans les colonies portugaises.

Philippe IV bafoue les accords sur l'autonomie du pays et alourdit encore la pression fiscale. Des troubles éclatent. Face à la concurrence des Anglais et des Hollandais, les places portugaises tombent une à une: Ormuz en 1622, Bahia en 1624, Arguin en 1633, São Jorge da Mina en 1637. Dès lors, le Portugal se tourne essentiellement vers le Brésil déjà menacé par les Hollandais et les Français. L'Espagne devient la cause de tous les maux du pays. Des révoltes éclatent. L'unité nationale en sort renforcée. Les opposants soutiennent le duc Jean de Bragance.

Après la restauration de l'indépendance du Portugal, il s'est suivie une guerre contre l'Espagne qui finira seulement en 1668 par la signature d'un traité de paix où Espagne reconnaissait définitivement la restauration du Portugal.

Dans la fin du XVIIe siècle et dans la première moitié du XVIIIe siècle, ces deux siècles ont permis la floraison de l'exploration minière du Brésil, où il fut découverts de l'or et pierres précieuses. Ces richesses servaient aussi pour payer des produits importés, majoritairement d'Angleterre (il n'existait presque pas industrie textile dans le royaume portugais et tous les tissus étaient importés d'Angleterre). Le commerce externe se basait sur l'industrie du vin et le développement économique du royaume fut impulsé, déjà dans le règne de José I, par les efforts du Marquis de Pombal (ministre entre 1750 et 1777), pour inverser la situation avec de grandes réformes mercantilistes. Ce règne fut marquer par un violent séisme qui a dévasté le Portugal (Lisbonne Madère et l'Algarve), le Maroc, le Royaume-Uni et d'autres pays le 1 novembre de 1755.

Pour ne pas briser l'alliance avec l'Angleterre, le Portugal a refuser d'adhérer au Blocus Continental, en conséquence il fut envahi par les armées napoléoniennes en 1807.La cour et la famille royale portugaise se sont réfugiées au Brésil. Lisbonne n'est plus la capitale du Royaume-Uni portugais, la capitale fut transférée à Rio de Janeiro, où il reste jusqu'en 1821, quand Jean VI est retourné à Lisbonne pour la première Constitution. Dans l'année suivante, le 7 septembre 1822, son fils Pedro IV c'était proclamé empereur du Brésil.

Pendant le XIXe siècle, le Portugal a vécu des périodes d'énormes perturbations politiques et sociales (une guerre civile et des révoltes ainsi que des soulèvements militaires, comme la Révolution de Septembre, la Révolution du Minho, celle de Patuleia, ...). Dans la fin du XIXe siècle, les ambitions coloniales portugaises choquent avec celles des Anglaises, ce qui est à l'origine de l'Ultimatum britannique de 1890. La cession aux exigences britanniques et la croissance des problèmes économiques lancent la monarchie dans un discrédit croissant, et Charles Ier et le prince héritier Louis Philippe de Brangance sont assassinés le 1er février 1908. La monarchie est rester au pouvoir pendant deux ans de plus, commandée par Manuel II, mais la monarchie est abolie le 5 octobre 1910, puis le Portugal est devenue une République.

Peu après la République instaurée, le 5 octobre 1910, le jeune roi Manuel II part pour l'exil en Angleterre. Après plusieurs années d'instabilité politique, avec des luttes de travailleurs, des tumultes, des homicides politiques et des crises financières, l'armée prend le pouvoir, en 1926. Le régime militaire a nommé le ministre des finances António de Oliveira Salazar, un enseignant de l'Université de Coimbra, qui peu après a été nommée Président du Conseil des Ministres.

En même temps que les finances furent restaurées, il y a eu la naissance d'un nouveau régime politique en 1932, l'Estado Novo avec un seul parti et avec des affinités bien marquées pour le fascisme pour le moins jusqu'en 1945. En 1968, António de Oliveira Salazar éloigne du pouvoir à cause de sa maladie, il donne le pouvoir à Marcelo Caetano.

Le refus du régime dictatoriale portugais de décoloniser les provinces d'outre-mer a fini par un début de guerre coloniale, en premier ce fut l'Angola (1961) et ensuite en Guinée-Bissau (1963) et enfin par le Mozambique (1964). Entre 1974 et 1975, le Portugal doit donner l'indépendance à toutes ses colonies, seules deux régions n'ont pas pris l'indépendance, Madère et Açores. Le 10 septembre 1974, les deux premières colonies qui ont pris leurs indépendances vis-à-vis du Portugal sont le Cap-Vert et Guinée-Bissau. Le Timor oriental fut aussi une colonie portugaise jusqu'au 28 novembre 1975, où il acquière son indépendance. Mais neuf jours plus tard, l'Indonésie annexe militairement le Timor oriental.

Avec un Coup d'Etat militaire, le 25 avril 1974, le gouvernement instaurer par António de Oliveira Salazar et suivi par Marcelo Caetano est renversé. La foule manifeste dans la capitale portugaise pour soutenir les militaires dirigés par le général António Spínola. Les jours suivants, les prisonniers politiques seront libérés, la censure de la presse fut enlevée et le secrétaire général du parti socialiste, Mario Soares, part en exil en France. Il fut aussi élue deux fois comme Présidents de la République portugaise, la première fois en 1986 et la deuxième en 1991.

Entre les années 1940-1960, le Portugal fut un co-fondateur de l'OTAN, OCDE et à l'AELE, ne faisant plus partie depuis 1986, pour entrée dans l'Union Européenne. En 1999, le Portugal adhère à la zone euro et le 20 décembre de la même année le gouvernement portugais rend le territoire de Macao à la Chine. Depuis son entrée dans l'Union Européenne, le pays a présider au Conseil Européen trois fois et en 2007, la capitale Lisboète reçoit la cérémonie de la signature du traité de Lisbonne.

Les principales divisions administratives portugaises sont les 18 districts du continent et de ses régions autonomes des Açores et de Madère, que se subdivise en 308 municipalité et 4257 paroisses. Les districts, sont comme la plus importante subdivision du pays, ils servent de base pour une série d'utilisations administratives, comme par exemple, du cercles électoraux.

Après 1976, les Açores et Madère passent au statut de région autonome, en étant à remplacer le statut politico-administratif et agences du gouvernement propres.Article 6.º, paragraphe 2, de la Constitution de la République Portugaise. Actuellement, la division administrative se traduit comme le tableau suivant.

Le Portugal est aussi divisé en trois NUTS. Cette division a été élaboré pour des fins statistiques, cette division est rentrée en vigueur dans tout les pays de l'union européenne.

Le Portugal est une république unitaire parlementaire qui se base sur la Constitution portugaise du 2 avril 1976 (constitution modifiée en 1982, 1989, 1992, 1997, 2001 et 2004). Les quatre principaux composants du pouvoir sont le président de la République, l'Assemblée de la République, le gouvernement, et le pouvoir judiciaire. La Constitution accorde la division ou la séparation des pouvoirs entre les branches législatives, exécutives, et juridiques. Le Portugal comme la plupart des pays européens n'a aucune religion d'état, ce qui en fait un état séculier.

Le président de la République, qui est élu pour un terme de cinq ans, a un rôle de supervision, non exécutif. L'actuel président est Aníbal Cavaco Silva, élu en février 2007.

Le pouvoir législatif est détenu par l'Assemblée de la République (Assembleia da República) est un parlement unicaméral composée de 230 députés élus pour 4 ans (dont 4 représentent les portugais de l'étranger).

Le gouvernement est dirigé par le Premier ministre qui est depuis les élections de mars 2005 José Sócrates, secrétaire général du parti socialiste portugais. Le Premier ministre choisit le Conseil des ministres, comportant tous les ministres et secrétaires d'État respectifs.

Le pouvoir judiciaire est organisé en catégories : juridique, administratif, et fiscal. Le Tribunal Suprême est la cour de dernier appel.

Une Cour constitutionnelle de treize membres surveille la constitutionnalité de la législation.

L'âge minimum requis est de 18 ans. Les femmes ont obtenu le droit de vote en 1931 par un décret-loi (Decreto-lei 19694 de 5 de Maio de 1931).

La peine de mort a été abolie en 1867, la dernière exécution eut lieu en 1849.

Le référendum sur la ratification du projet de Constitution européenne était prévu en avril 2005 mais le premier ministre José Socrates a suspendu ce scrutin.

Le Portugal est membre fondateur de l'OTAN et membre de l'Union de l'Europe occidentale.

Fin 2001, les forces armées étaient au nombre de 40 312 (22 074 dans l'armée de terre, 10 847 dans la marine et 7 391 dans l'armée de l'air).

Deux conflits territoriaux opposent encore actuellement le Portugal et l'Espagne. le Portugal ne reconnaît pas la municipalité d'Olivença comme territoire espagnol. Suite au traité de Vienne, l'Espagne a manifesté la volonté de faire rétrocession de ses territoires occupés. Olivenza est un territoire portugais administré par l'Espagne. Les droits de souveraineté que le Portugal possède sur Olivenza sont intangibles et aucun expert en Droit International ne peut les remettre en cause.

La constitution portugaise dans son article 5, alinéa 3, rend impossible que ce territoire soit reconnu comme espagnol.

Il existe également un conflit non clarifié au sujet de la Zone Économique Exclusive du Portugal dans les eaux territoriales des Îles Selvagens (un petit archipel au nord des îles Canaries), sous autorité portugaise.

L'Espagne les réclame au titre que ces dernières ne se trouvent pas sur une plaque continentale distincte, en accord avec l'article 121 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. Le statut des Iles Salvagens en tant que simples rochers ou au contraire d'îles est donc au cœur du débat. Ces îles constituent aujourd'hui une réserve naturelle dont les seuls résidents sont deux gardes du Parc Naturel de Madère. Année après année, les autorités portugaises ont saisi des bateaux de pêche espagnols naviguant dans ces zones pour cause de pêche illégale et plusieurs survols non autorisés des forces aériennes espagnoles ont été dénoncés aux gouvernements concernés.

Dans le Nord du pays, le paysage est plutôt montagneux dans les zones intérieurs avec des plateaux, intercalés par des secteurs qui permettent le développement de l'agriculture.

Dans le Sud, jusqu'à l'Algarve, le relief est plutôt caractérisé par des plaines. Le Portugal est traversé par plusieurs fleuves certains naissants d'Espagne comme le Douro, le Minho, Guadiana et le plus célèbre le Tage. D'autre fleuve important naissent eux du Portugal comme le Mondego, le Sado et Mira naissent tous dans le territoire Portugais. Le pays compte plusieurs écorégions dont la Forêt sclérophyle et semi-caduque ibérique.

Les îles des Açores sont localisés sur un rift au milieu de l'océan atlantique, quelques îles sont rentrées dans une réaction volcanique récemment comme à São Miguel en 1563 et Capelinhos en 1957, ce qui a permis un agrandissement de la superficie de l'île de Faial. Avec toutes les éruptions volcaniques une nouvelle île pourrais venir dans un futur proche. Le point le plus haut du Portugal est le Ponta do Pico dans l'île du Pico, c'est un ancien volcan qui est rentré la dernière fois en éruption en 1720, il atteint les 2 351 m mètres d'altitude. Mais sur le Portugal continental le plus haut sommet est situé dans le district de Guarda, plus précisément c'est la Serra da Estrela avec 1 993 m.

Les îles de Madère, au contraire des Açores qui est localisée sur un rift au milieu de l'océan atlantique, les îles des Madères sont situées sur une plaque africaine.

La côte maritimes du Portugal continental possède en tout 1230 kilomètres, les Açores possède 667 kilomètres, Madère en possède 250 kilomètres (incluant les îles Desertas, Selvagens et celle de Porto Santo. Une caractéristique importante dans la côte portugaise c'est Ria de Aveiro, l'estuaire du fleuve Vouga, près de la ville d'Aveiro, avec environ 45 kilomètres de longueur et d'un maximum de 11 kilomètres de largeur, avec une grande richesse de poissons et oiseaux marins.

Le pays possède une superficie de 92 906 km² pour le Portugal continental, 2 355 km² pour la région des Açores et 741 km² pour la région de Madère. Le Portugal possède une des plus grandes zones économiques exclusives (ZEE) d'Europe, qui recouvre une surface d'environ 1 683 000 km².

Lisbonne (avec environ 500 000 habitants – 3 millions d'habitants dans la région de Lisbonne) est la capitale du Portugal depuis le XIIe siècle. C'est la plus grande ville du pays, le principal pôle économique, possédant le principal port maritime et aéroport du pays. C'est aussi la ville la plus riche du Portugal avec un PIB supérieur à la moyenne Européenne. Il y a d'autres villes importantes comme celle de Porto (avec environ 240 000 habitants – 1,5 millions dans le Grand Porto) est la seconde ville du Portugal. Il y a aussi d'autres grandes villes comme celles d'Aveiro (considérée comme le Venise portugais), Braga (la ville des Archevêques), Chaves (ville historique et millénaire), Coimbra (avec son université, la plus vielle du pays et une des premières en Europe), Guimarães (Ville Berceau), Évora (Ville musée), Faro, Setúbal ou encore Viseu.

Dans l'aire métropolitaine de Lisbonne, il existe des villes avec de grandes densités comme celles de Agualva-Cacém et Queluz (municipalité de Sintra), Amadora, Almada, Amora, Seixal, Barreiro, Montijo et Odivelas. Dans l'aire métropolitaine de Porto les plus grandes municipalités sont Vila Nova de Gaia, Maia, Matosinhos et Gondomar. Dans la région autonome de Madère, la principale ville est Funchal, c'est la capitale de l'île. Dans la région autonome des Açores il existe trois grandes villes Ponta Delgada, dans l'île de São Miguel, Angra do Heroísmo dans l'île Terceira et Horta dans l'île de Faial.

Le climat du Portugal est un climat plutôt méditerranéen et aussi tempéré par l'influence de l'Océan Atlantique. En dehors de quelques régions dans l'intérieur du pays, les grands froids et les chaleurs écrasantes sont rares ; les hivers sont doux et les étés très ensoleillés et cela presque partout. Les mois les plus froids dans le pays sont généralement en janvier et en février, les mois les plus chauds et les plus secs sont juillet et août. La neige est souvent présente dans trois districts du nord du pays (Guarda, Bragance et Vila Real) et plus on va vers le sud, plus elle se fait rare voire inexistante dans la région de l'Algarve. En hiver la température peut descendre en dessous de -10 ℃ dans la Serra da Estrela, Serra de Montesinho et dans la Serra do Gerês.

La palette de plages disponible est variée, si l'on trouve de petites criques aux eaux calmes qui rappellent la Corse, la plupart des plages sont, au contraire, longues et bordées de dunes, avec des vagues parfois impressionnantes.

Depuis 1985, le pays est entré dans un processus de modernisation et il rejoint aussi l'Union Européenne en 1986. Les gouvernements successifs ont fait plusieurs réformes, qui ont privatisé beaucoup de sociétés contrôlées par l'État et qui ont libéralisé les espaces-clefs de l'économie, y compris les secteurs de la télécommunication et des financiers. L'économie du Portugal est basée sur un système capitaliste, le pays a développé une économie de plus en plus basée dans des services. C'est aussi un des onze membres fondateurs de la monnaie européenne, l'Euro, en 1999. Le pays commence à faire circuler sa nouvelle monnaie le 1er janvier 2002 avec 11 autres états membres de l'Union européenne.

Le pays fait ainsi disparaître l'ancienne monnaie nationale, l'escudo portugais. (1 euro = 200,482 escudos portugais). La croissance économique portugaise a été au-dessus de celle de la moyenne de la croissance des pays de l'Union européenne dont la majeure partie dans la décennie de 1990.

En partie avec des fonds de l'Union européenne, le pays a fait dans les deux dernières décennies des investissements importants dans plusieurs infrastructures, en disposant aujourd'hui de nouvelles autoroutes et en bénéficiant de bonnes accessibilités routières et ferroviaires.

Le Portugal possédais un taux de chômage global de 7,7 % (janvier 2006), les femmes possédaient un taux de chômage de 8,7 % et les jeunes de moins de 25 ans possédaient un taux de chômage allant jusqu'à 16,2 %. Mais le Portugal possède aussi deux régions qui font partie des régions européennes les moins touchées par le chômage : les Açores et les Madères avec un taux de 2,5 %.

Avec un passé majoritairement agricole, et après les évolutions de ces dernières années, l'économie est fondée actuellement sur les services et sur l'industrie, qui représentent 67 8% et 28,2 % du secteur économique portugais. L'agriculture portugaise bénéficie du climat, du relief portugais et de sols fertiles.

Les dernières décennies ont permis d'intensifier la modernisation de l'agriculture et de la pêche, bien qu'encore 13 % de la population active y travaille toujours. Les oliviers (qui s'étendent sur 4 000 km2), les vignobles (qui occupent 3 750 km2), le blé (sur 3 000 km2) et le maïs (qui représentent 2 680 km2) occupent une grande surface.

Les vins (les plus célèbres étant le vin de Porto, le vin de Madère et le Vinho Verde) et les huiles portugaises sont beaucoup appréciés grâce à leur qualité. Le Portugal est aussi un pays producteur de fruits de qualité, notamment les oranges algarviennes, la pêra-rocha de la région Ouest, la cerise du Gardunha et la banane de Madère. Il y a aussi d'autres productions d'horticulture ou de floriculture, comme la betterave rouge, l'huile de tournesol et le tabac. Le Portugal est un pays qui produit 52,5% de la production mondiale de liège, des eucalyptus, du vin, du cuivre... C'est aussi un important importateur de produits alimentaires. Les importations proviennent de l'Union européenne à 76 %, 4 % de l'Amérique du Nord et 1 % des pays lusophones. Le secteur primaire (agriculture) représente 2,8 %, du PIB portugais le secteur secondaire (industrie) 24,8 % et le secteur tertiaire (services) 72,4 %.

Le tourisme est un secteur très important comptant pour 8 % du PNB. Les espagnols (49 %) constituent la principale origine des touristes, suivis des Britanniques (14 %).

Les principales exportations portugaises sont le textile, les voitures, les produits manufacturés, des composants (pièces) informatiques et électroniques et des matériaux de construction.

Le commerce extérieur du Portugal se concentre essentiellement dans l'Union européenne. Aujourd'hui, 80 % des exportations portugaises sont à destination des pays de l'Union européenne, 5 % pour l'Amérique du Nord, les pays lusophones représentant 4 % des exports.

Les exportations de biens manufacturés comme le textile, les vêtements, les chaussures, le liège (le Portugal produit à lui tout seul un peu plus de la moitié du liège commercialisé dans le monde), les machineries, les équipements de transports, la pâte à papier, les dérivés du papier et les produits chimiques représentent 70 % des exportations totales.

Le Portugal est un pays hautement déficitaire dans les termes énergétiques, en important actuellement la totalité des combustibles fossiles consommés dans le pays.

Le gouvernement portugais prétend pour 2010, que 45 % de l'électricité produite soit obtenu à partir des sources renouvelables. Le barrage d'Alqueva, dans l'Alentejo (servant à irrigation des champs et à produire de l'Énergie hydroélectrique, ce qui a crée le plus grand lac artificiel d'Europe de l'Ouest et ce fut un des plus grand investissements du pays.

En 2007, il fut aussi inauguré une des plus grande centrale solaire photovoltaïque du monde , elle est située à Brinches, municipalité de Serpa. Mais de nos jours la plus grande centrale solaire photovoltaïque est située dans le village d'Amareleja, commune de Moura, elle devrait être complètement achevée en 2010.

Os transportes foram encarados como uma prioridade na década de 1990, sobretudo devido ao aumento da utilização de veículos automóveis e à industrialização.

Portugal foi um dos primeiros países do Mundo a ter uma auto-estrada, inaugurada em 1944, ligando Lisboa ao Estádio Nacional, a futura Auto-Estrada Lisboa-Cascais (actual A5). No entanto, apesar de terem sido posteriormente construídos alguns outros troços nas décadas de 1960 e 1970, só no final da década de 1980 foi iniciada a construção de auto-estradas em grande escala. Hoje em dia a rede de auto-estradas portuguesas é bastante desenvolvida e percorre quase todo o território, ligando todo o litoral e as principais cidades do interior, numa extensão total de aproximadamente 3000 km.

Há ainda os Itinerários Principais (IP's) e os Itinerários Complementares (IC's) que podem ser constituídos por auto-estradas, vias rápidas (estrada destinada apenas a tráfego motorizado, com cruzamentos desnivelados e de acesso restrito a nós de ligação) e estradas nacionais. O país tem 68.732 km de rede de estradas, dos quais cerca de 2600 km fazem parte de um sistema de auto-estradas. Destes, cerca de 900 km não requerem o pagamento de portagens. Até 2012, a extensão da rede de auto-estradas deverá aumentar até aos 3187 km.

As duas principais áreas metropolitanas têm sistemas de metropolitano: o Metro de Lisboa e o Metro Sul do Tejo na Área Metropolitana de Lisboa; e no Porto, o Metro do Porto, cada uma com mais de 35 km de linhas.

O transporte ferroviário de passageiros e mercadorias é feito utilizando os 2791 km de linhas ferroviárias actualmente em serviço, dos quais 1430 encontram-se electrificados e aproximadamente 900 permitem velocidades de circulação superiores aos 120 km/h. A rede ferroviária é gerida pela REFER enquanto que os transportes de passageiros e mercadorias são da responsabilidade da Caminhos de Ferro Portugueses (CP), ambas empresas públicas. Em 2006 a CP transportou 133 milhões de passageiros e 9,75 milhões de toneladas de mercadorias.

A fase de concurso para a construção e exploração de uma rede ferroviária de alta velocidade, com as ligações Lisboa–Madrid, Lisboa–Porto e Porto–Vigo, terá início em 2008 para a primeira, enquanto que os concursos para as ligações Lisboa–Porto e Porto–Vigo deverão ser lançados em 2009. A exploração deverá começar em 2013 nas ligações Lisboa–Madrid e Porto–Vigo e em 2015 na ligação Lisboa–Porto. O investimento previsto para estas três ligações é de 7790 milhões de euros. Em estudo estão mais duas linhas de alta velocidade: Aveiro–Salamanca e Évora–Faro.

Lisboa tem uma posição geográfica que a torna num ponto de escala para muitas companhias aéreas estrangeiras nos aeroportos em todo o país. O Governo está actualmente a estudar o projecto para a construção de um novo Aeroporto Internacional em Alcochete, para substituir o actual aeroporto da Portela, em Lisboa. Actualmente, os aeroportos mais importantes são os aeroportos de Lisboa (Portela), Faro, Porto (Francisco Sá Carneiro), Funchal (Madeira) e Ponta Delgada (João Paulo II - Açores).

Les Portugais sont, dans leur origine, composés de Celtes et d'Ibères, de Celtibères et, majoritairement, par les Lusitaniens. Le Gallaeci sont d'origines celte et germaniques. D'autres influences importantes ont été les Romains (la Langue portugaise dérive du Latin), les Wisigoths et les Suèves ; tous ont peuplé ce qui est aujourd'hui le territoire portugais. D'autres influences, mais moindres ont été les Grecs et les Phéniciens-Carthaginois, les Vandales (Sillings et Asdingos), l'Alains (tous deux expulsés ou partiellement laissant la place aux Wisigoths) et les Berbères du nord Africain.

La population portugaise est composée par 16,4 % de personnes ayant entre 0 et 14 ans, 66,2 % entre 15 et 64 ans et enfin 17,4 % pour les plus de 65 ans. L'espérance de vie est de 78,04 ans. 93,3 % des Portugais savent lire et écrire, le taux d'analphabétisme diminuant au long des années. La croissance de la population se situe dans les 0,305 %. On compte 10,45 naissances pour 1000 habitants et 10,62 décès pour mille habitants. La population du pays n'est pas donc renouvelée, car le taux de fertilité au Portugal est de 1,49. Le Portugal est un des pays où le taux de mortalité enfantine est le plus bas du monde (5 pour mille).

Même si le Portugal est un pays développé, il existe encore des populations qui n'ont pas accès à l'eau et à l'électricité, même si le nombre de personnes concernées a beaucoup baissé de nos jours. L'assainissement de base n'inclut encore pas tout le territoire, étant particulièrement développé dans les régions de l'Alentejo et de Lisbonne, ainsi que la vallée du Tage où se concentre la plus grande partie de la population bénéficiant d'un accès. À l'heure actuelle, il existe encore un grand nombre d'habitations avec des fosses septiques, en dépit du fait que quelques-unes n'ont pas d'assainissement. L'accès à la santé est garanti pour toute la population, l'accès aux médicaments étant garanti à 95 - 100% de la population.

Près de 550 000 immigrés vivent au Portugal, ce qui représente environ 5 % de la population portugaise, une grande partie étant issue du Brésil (66 700). Vient ensuite l'Ukraine (65 800) et ensuite le Cap-Vert (64 300). On trouve aussi d'autres personnes de nationalité différente, venant par exemple de Moldavie, de Roumanie, de Guinée-Bissau, d'Angola, du Timor-Leste, de Mozambique, de São Tomé e Príncipe et enfin de Russie.

Les empreintes de l'art et de l'histoire portugaise apparaissent un peu partout, témoins d'un passé glorieux préservé grâce aux nombreux monuments, vestiges de l'art romain - le temple de Diane à Évora ; exemples de l'art gothique - monastère de Batalha ; expressions de la Renaissance - le couvent du Christ à Tomar - ou illustrations du baroque comme c'est le cas de l'église et de la tour des Clérigos, ex-libris de la ville de Porto (Portugal), Catedral de Braga, Torre de Belem, Castelo de São Jorge...

Mais c'est dans le style architectural «manuelin » que le Portugal a trouvé un style qui lui est très propre et qui traduit la passion portugaise pour les choses de la mer.

De tous côtés apparaissent des édifices décorés de cordages, de nœuds, d'ancres, de globes et de sphères armillaires, de perles, de coquilles, de feuilles d'arbres, de roses, de pavots et les croix ubiquistes de l'ordre du Christ. Les colonnes manuélines cessent d'avoir cette apparence statique que le gothique leur avait imprimée pour se dresser en spirale, comme la vigne grimpante.

Le monument représentatif du style manuélin est le mosteiro dos Jeronimos, l'un des monuments religieux les plus notoires où se trouvent les tombeaux de Luís de Camões et de Vasco de Gama.

Mais au XVIIIe siècle de grande réalisations baroques surgissent un peu partout dans le pays. On peut détacher le palais et la basilique de Mafra, le pèlerinage du Bom Jesus à Braga ou l'extraordinaire aqueduc qui desservait Lisbonne en eau potable.

En ce qui concerne les arts décoratifs, de la « talha dourada » (sculpture sur bois doré) à la marqueterie, de la tapisserie à la sculpture ou de l'orfèvrerie à la peinture, l’azulejaria (l'art des carreaux de faïence émaillée), présents du Nord au Sud du Portugal, représentent un style bien spécifique de l'art portugais, recouvrant diverses époques, sur les palais, dans les impasses pauvres, dans un coin caché d'une rue, de chaque côté des marches usées d'une fontaine publique.

Le Portugal, pays au patrimoine très vaste possède notamment les plus grands centres commerciaux d'Europe comme le Colombo ou encore Amoreiras, mais aussi le plus grand pont d'Europe Pont Vasco de Gama long de 18 km.

En haut



Estrela do Norte Futebol Clube

logo

L'Estrela do Norte Futebol Clube est un club brésilien de football basé à Cachoeiro de Itapemirim dans l'État de l'Espírito Santo.

En haut



Source : Wikipedia