Donetsk

3.3752310536084 (541)
Posté par marvin 23/03/2009 @ 07:20

Tags : donetsk, ukraine, europe, international

Dernières actualités
Accident dans une mine : 12 hommes portés disparus - Le Point
Douze mineurs étaient toujours portés disparus lundi après-midi après un accident survenu dans la matinée dans une mine de charbon à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, tandis que 39 ouvriers ont pu être remontés à la surface, ont indiqué les autorités...
Coupe d'Europe. Le Shakhtar Donetsk veut aller plus haut - LaDépêche.fr
Après l'UEFA, Le Shaktar Donetsk vise la demi-finale de ligue des champions. Photo AFP Des mines de charbon de Donbass au sommet de l'Europe, c'est la trajectoire improbable du Shakhtar Donetsk vainqueur du Werder Brême en coupe de l'Uefa, mercredi....
Football: Martins prêté à Brême - nouvelobs.com
AP | 30.05.2009 | 15:57 L'attaquant de l'équipe de Bolivie Marcelo Moreno Martins a été prêté à Brême par le Chakthior Donetsk, a annoncé le club ukrainien. Donetsk a remporté la Coupe de l'UEFA en battant Brême en finale plus tôt ce mois-ci....
Barça : 30 M€ pour venir dépouiller le Shakhtar - Foot Mercato.net
Selon le journal espagnol Sport, c'est le club ukrainien du Shakhtar Donetsk qui pourrait faire les frais de la fièvre acheteuse du Barça. Le quotidien ibérique annonce en effet que le jeune défenseur axial de 22 ans, Dmytro Chygrynskiy, figurerait en...
Au Shakhtar la dernière - Europe1
Le Shakhtar Donetsk a remporté la dernière Coupe de l'UEFA de l'histoire après sa victoire sur la Werder Brême (2-1, ap). Grâce à des buts de Luiz Adriano et Jadson, ils deviennent le premier club ukrainien de l'ère post-soviétique à remporter un titre...
Deux grands clubs sur Srna - Foot01.com
Capitaine du Shakhtar Donetsk, récent vainqueur de la Coupe UEFA, Darijo Srna pourrait bien quitter le club ukrainien cet été. Le défenseur croate a révélé être suivi par deux grands clubs européens. « Je ne peux pas les citer, histoire de ne pas faire...
Euro 2012 : l'Ukraine reconnaît des difficultés financières - Le Monde
M. Chevliak a reconnu que les investisseurs privés auraient du mal à réunir les fonds pour construire les quinze cents chambres cinq-étoiles requises dans des villes comme Donetsk et Kharkov. Selon lui, l'investissement hôtelier doit représenter à lui...
Détails médias pour la phase finale M19 - uefa.com
Le tirage au sort de la phase finale a été effectué à Donetsk vendredi dernier sous la direction de Grigoriy Surkis, président de la Fédération ukrainienne de football (FFU) et récemment élu à la présidence de la Commission du football junior et...
Le journal du mercato - Le Figaro
11h35 : D'après la presse catalane, Barcelone pourrait faire une offre pour les deux joueurs du Shakhtar Donetsk Dmytro Chygrynskiy et Darijo Srna. On parle de 30 millions d'euros pour les deux joueurs. 11h10 : Selon Skysports, Everton s'intéresserait...

Donetsk (Russie)

Coat of Arms of Donetsk (Rostov oblast).png

Donetsk (en russe : Донецк) est une ville de l'oblast de Rostov, en Russie. Elle est arrosée par la rivière Severski Donets. La ville se trouve à 171 km au nord de Rostov-sur-le-Don et à 53 km à l'est de Louhansk (Ukraine), à la frontière russo-ukrainienne. Elle compte 50 847 habitants en 2008.

La ville fut d’abord, en 1681, la stanitsa Goundorovskaïa des Cosaques du Don. Elle devint en 1951 la ville de Goundorovka, renommée Donetsk en 1955. La ville se trouve à 8 km de la gare Sevastopol Izvarino.

La principale entreprise de Donetsk est une usine d'excavateurs, OAO Donetski Ekskavatorny Zavod, en abrégé DEZ (ОАО Донецкий Экскаваторный Завод, ДЭЗ).

En haut



Ukraine

Drapeau de l'Ukraine

L'Ukraine est un pays d'Europe de l'Est, le deuxième plus grand d'Europe. Elle a un débouché sur la mer Noire au sud, et des frontières avec la Russie à l'est, la Biélorussie au nord et la Pologne, la Slovaquie, la Roumanie, la Hongrie et la Moldavie à l'ouest.

Le bleu signifie le ciel et le jaune signifie le blé, l'élément de base de l'Ukraine.

L'Ukraine fut le foyer du premier État slave oriental, fondé par des Scandinaves: la Rous' de Kiev (appelée dans les écrits occidentaux Ruthénie), qui durant les Xe et XIe siècles fut l'État le plus grand et le plus puissant d'Europe.

Au IXe siècle, Kiev fut prise aux Khazars par le Varègue (Viking oriental) Oleh le Sage. Située sur des routes marchandes lucratives, Kiev devint rapidement le centre d'un puissant État slave, appelé "Rous" ou Ruthénie . Au XIe siècle, la Ruthénie était géographiquement le plus vaste État d'Europe. En 988, sous le règne de Vladimir le Grand, un missionnaire chrétien, Cyrille, convertit l'aristocratie kiévienne et la majorité de la population. Sous le règne de Iaroslav le Sage, le prestige de l'État kiévien atteint son apogée : il s'étend de la Baltique à la mer Noire et du confluent de l'Oka avec la Volga jusqu'aux Carpates septentrionales. Iaroslav fut un grand bâtisseur, c'est lui qui fit construire la célèbre cathédrale Sainte-Sophie à Kiev, et un grand législateur. Le droit, l'éducation, l'architecture et l'art kiévien connaîtront un renouveau impressionnant sous son règne. Mais au XIIe siècle, des conflits parmi les seigneurs de la Ruthénie ont mené l'État kiévien au déclin: il se divise en différentes principautés. Kiev fut saccagée par la principauté de Vladimir (1169) durant la lutte pour le pouvoir entre les princes et plus tard par les Coumans et les Tatars Mongols aux XIIe et au XIIIe siècle. Par conséquent, les principautés ruthènes durent reconnaître la souveraineté des Mongols. L'autorité mongole était très cruelle, notamment en matière pénale, et le peuple a souvent fui vers d'autres pays comme la Pologne, la Hongrie ou la Moldavie.

Durant le XIVe siècle, les Polonais et les Lituaniens combattirent l'envahisseur mongol et finalement toute l'Ukraine septentrionale passa sous l'autorité de la Pologne et de la Lituanie. Les Tatars ne gardèrent que le littoral de la Mer Noire et la Crimée; toutefois, de 1412 à 1484, la Pologne atteignit la Mer Noire du côté d'Otchakiv (vers l'actuelle Odessa).

C'est durant cette domination lituano-polonaise, à partir du XVe siècle, que se formèrent les Cosaques, des paysans ruthènes orthodoxes qui refusaient la servitude et l'assimilation aux Polonais catholiques. Le royaume de Pologne les tolère et les utilise contre les Tatars, puis, à partir du XVIe siècle, contre les Turcs ottomans, devenus suzerains des Tatars de Crimée.

Affaiblie par des querelles internes et les invasions mongoles, la Ruthénie fut progressivement intégrée au Grand-Duché de Lituanie et finalement, au XVIe siècle, dans la Confédération lituano-polonaise.

Au milieu du XVIIe siècle, suite à une révolte populaire des Cosaques du Registre et de la Sich, ainsi que des paysans ukrainiens, un État autonome ukrainien, l'Hetmanat cosaque, fut établi et perdura pendant plus d'un siècle malgré la pression des envahisseurs moscovites attirés par les terres riches et fertiles. Suite au traité d'Androussovo, il fut partagé en deux, l'un sous protectorat Polonais, l'autre sous protectorat Moscovite qui perdura pendant plus d'un siècle. Le territoire des Cosaques Zaporogues de la Sich fut tout d'abord cogéré par les deux souverains.

Catherine la Grande, impératrice de Russie, supprima le Hetmanat au milieu du XVIIIe siècle et détruisit la Sich dans le dernier quart du XVIIIe siècle. Le partage de la Pologne lui permit de récupérer pratiquement toute l'Ukraine de la rive droite, à l'exception de la Galicie, passée sous contrôle de l'Empire Austro-hongrois.

La culture ukrainienne connut une renaissance au XIXe siècle. Moscou ne tarda pas à réagir et, en 1876, interdit la langue ukrainienne dans les écoles, les journaux et la littérature. En 1892, Kiev comptait près d'un demi-million d'habitants.

Après la Révolution d'octobre de 1917, l'Ukraine fut brièvement indépendante jusqu'en 1920. La Rada ukrainienne centrale proclama le 20 novembre 1917 la République Populaire d’Ukraine et le 25 janvier 1918 sa séparation d'avec la Russie. Le premier chef d’État ukrainien devint V.K. Vinnitchenko.

Pour combattre l'Armée rouge qui contrôlait alors une partie de l’Ukraine, la Rada centrale chercha le soutien des Allemands qui organisèrent un coup d’État et renversèrent le gouvernement de Vinnitchenko, mettant à sa place P.P. Skoropadski. Mais l’Allemagne perdit la Première Guerre mondiale et Skoropadski, dépourvu de tout soutien, fut renversé par le mouvement populaire, guidé par Simon Petlioura. Finalement, le 14 décembre 1918, la République populaire d’Ukraine fut rétablie avec V.K. Vinnitchenko.

L'Ukraine fut envahie par l'Armée rouge et ramenée dans le giron russe. L'ancien « grenier » de la Russie tsariste, devenu une république fantoche, continuait à ravitailler les centres urbains soviétiques. Le 30 décembre 1922, l'URSS naissait du traité qui réunissait la RSFSR, la Biélorussie, l'Ukraine et la Transcaucasie. Dans le conflit qui opposa les communistes du centre (Moscou) et les partis communistes nationaux, c'est le centre qui l'emporta et imposa une fédération.

Quand Staline déclencha sa révolution industrielle vers la fin des années 1920, l'Ukraine devint l'une des sources indispensables de son financement. Les années d'industrialisation furent marquées par la construction de ce qui était à l'époque la plus grande centrale hydraulique d'Europe sur le Dniepr (le DnieproGuES), ce qui contribua à l'électrification de la République, ainsi qu'une importante mise en valeur du grand bassin minier et métallurgique, le Donbass.

Après une brève période d'ukrainisation (campagne dite de « korenizatsiya ») dans les années 1920, se traduisant par le retour à la langue d'origine dans les publications, la réouverture des écoles et des universités avec un enseignement en ukrainien et la promotion des cadres nationaux, Staline ne ménagea pas les efforts pour réprimer le moindre signe d'un réveil national ukrainien, interprété comme un rejet du pouvoir bolchevik et une menace à l'intégrité de l'URSS.

Sous Staline et sous les ordres du Kremlin, une famine provoquée artificiellement par la collectivisation forcée des paysans et la réquisition de la majorité de leurs récoltes, aurait fait entre 3 et 7 millions de victimes en Ukraine de 1932-33, alors que cette région était la plus prolifique d'un point de vue agricole de toute l'URSS. Les Ukrainiens l'appellent « Holodomor » ou « l'extermination par la faim ». L'Union européenne reconnait l'Holodomor (famine provoquée artificiellement par le régime soviétique de 1932-1933 en Ukraine) comme un "crime effroyable perpétré contre le peuple ukrainien et contre l'humanité".

Des exécutions et des déportations de nationalistes ukrainiens sont orchestrées par son régime durant les purges de 1937-1939 : quelques millions d'Ukrainiens sont exécutés ou envoyés vers des camps de travail soviétiques. En outre, le Kremlin qui prônait l'athéisme d'état s'attaque aux symboles religieux, dont les églises et les cathédrales en détruisant plus de 250 édifices.

Après l'invasion de la Pologne en 1939 par les troupes allemandes et soviétiques, certaines régions polonaises à forte minorité ukrainienne furent annexées par l'Union soviétique et incorporées au sein de l'Ukraine occidentale.

Au printemps 1941, l'Ukraine fut rapidement envahie par les armées allemandes. Durant deux ans, les exactions des nazis furent terribles. Massacres de milliers d'Ukrainiens, pillage systématique des ressources naturelles et agricoles, chasse aux partisans avec des centaines de villages brûlés qui voient leur population massacrée.

Le 28 avril 1943, le haut commandement de la Wehrmacht annonce la création de la division SS galicie constituée de volontaires Ukrainiens; les historiens estiment que plus de 220.000 Ukrainiens s'engagèrent aux côtés des forces allemandes durant la Seconde Guerre mondiale pour combattre le régime soviétique (Polizei, U.V.V, Hiwis ou Waffen-SS) et participer à l'épuration ethnique (massacres des Polonais en Volhynie).

En 1944, l'Armée rouge libéra des nazis et reconquit la plus grande partie de l'Ukraine. À la fin de la guerre, les pertes ukrainiennes s'élèvent à 8 millions de personnes dont 1,377 millions de militaires soviétiques de nationalité ukrainienne. Quant aux indépendantistes, ils continuèrent leur résistance armée contre l'URSS jusqu'en 1954.

Le 26 juin 1945, l’Ukraine fut l’un des membres fondateurs de l'Organisation des Nations unies.

En 1954, le 1er secrétaire du Parti communiste d'Union soviétique Nikita Khrouchtchev, qui avait été élevé en Ukraine, transféra la Crimée à la République soviétique socialiste d'Ukraine pour marquer le 300e anniversaire du Traité de Pereïaslav.

Ce n'est qu'en 1989 que la libéralisation du régime soviétique et la libération des détenus politiques permit aux Ukrainiens de s'organiser pour défendre leurs droits. En 1989, le Mouvement national ukrainien, Roukh, fut créé. Lors des élections de mars 1990, les partis ukrainiens du bloc démocratique ont alors obtenu environ 25 % des sièges au Parlement. Sous l'influence des députés démocrates, le Parlement adopta, le 16 juillet 1990, la Déclaration sur la souveraineté politique de l'Ukraine. Ce fut le premier pas vers l'indépendance complète de l'Ukraine. Celle-ci fut proclamée le 24 août 1991 et confirmée par le référendum du 1er décembre 1991 : 90,5 % d'électeurs votèrent pour l'indépendance. La semaine suivante, l'URSS cessa d'exister suite à la dissolution décidée lors de la réunion à Minsk des dirigeants russe, ukrainien et biélorusse.

L'Ukraine devint l'un des membres-fondateurs de la Communauté des États indépendants.

L'Ukraine est un pays d'Europe de l'Est. Elle partage ses frontières terrestres avec sept pays limitrophes : à l'ouest la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie ; au sud-ouest la Roumanie et la Moldavie ; à l'est et au nord-est la Russie ; au nord la Biélorussie. Le pays mesure 1 316 kilomètres d'est en ouest et 893 kilomètres du nord au sud, pour une superficie totale de 603 550 km².

C'est un pays relativement plat, avec des terres fertiles dans son centre, ce qui lui permet d'avoir une agriculture productive. Les montagnes de l'Ukraine sont en fait les parties terminales des reliefs d'Europe centrale et de la Méditerranée.

La montagne ukrainienne est composée des Carpates en Ukraine occidentale et des montagnes Criméennes/mont. Hoverla, le point culminant d'Ukraine, atteint 2 061 mètres. La majeure partie du centre du pays est une plaine fertile, partie de celle qui couvre l'Europe de l’Est.

L’Ukraine bénéficie également d'un réseau fluvial étendu, composé principalement par le Dniepr (Dnipro), le Dniester (Dnister), le Boug occidental, Boug méridional, et le Donets à l'est. Le Danube (Dounay) marque la frontière entre l'Ukraine et la Roumanie, à l'extrême sud-ouest.

Le climat de la majeure partie de l'Ukraine est continental avec des hivers froids et des étés chauds (méditerranéen seulement sur la côte sud de la Crimée). Les températures moyennes à Kharkov en Ukraine orientale sont d'environ 7°C en janvier et 20°C en juillet. Les précipitations vont d'environ 750 mm par an dans le nord à environ 250 mm dans le sud.

Villes principales : Kiev (Kyiv; 2,6 millions d'hab.), Kharkiv (1,5 million), Dnipropetrovsk (1,2 million), Odessa (1,2 million), Donetsk (1,1 million), Lviv (0,8 million), Zaporijjya (0,7 million).

Autres villes : Vinnitsa (335 000 habitants) Kherson (303 900 habitants), Stakhanov (120 000 habitants).

L'Ukraine est divisée en 24 régions (oblasti, singulier - oblast), une république autonome (avtonomna respublika) en Crimée, et deux municipalités (mista, singulier - misto) avec un statut juridique particulier, Kiev et Sébastopol.

La République d'Ukraine est une démocratie parlementaire où les pouvoirs présidentiels sont étendus (quoique réduits récemment au profit du parlement). Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois. Il nomme le Premier ministre avec l'accord de la Verkhovna Rada.

Le Parlement (Verkhovna Rada ou plus simplement Rada) est composé de 450 députés élus au suffrage universel direct pour un mandat de quatre ans.

Alors que la présidence était assuré par Leonid Koutchma, un ancien apparatchik du Parti communiste, considéré comme corrompu et lié aux groupes mafieux, la dernière élection présidentielle a eu lieu le 31 octobre et 21 novembre 2004. Suite à des soupçons de fraude et à la pression populaire, plus ou moins spontanée, de la Révolution orange, la Cour suprême a annulé le résultat du second qui donnait vainqueur l'ancien Premier ministre Viktor Ianoukovytch sur Viktor Iouchtchenko. Finalement, c'est ce dernier, jouant la carte de l'Europe et du libéralisme, qui l'a emporté bien que son challenger ait maintenu ses solides positions dans l'est et le sud du pays russophones et russophiles. Viktor Iouchtchenko prête serment en janvier 2005.

Il désigne alors comme Premier ministre la controversée héroïne populaire Ioulia Tymochenko, femme d'affaires entrée en politique du temps du président Koutchma. Sur fond d'accusations réciproques de corruption, le 8 septembre 2005 le président Viktor Iouchtchenko limogea le gouvernement du Premier ministre Ioulia Tymochenko, nommant à sa place Iouriï Iekhanourov, gouverneur de l'oblast de Dnipropetrovsk.

Les autres partis n'ont pu obtenir les 3 % minimum de voix garantissant des sièges à la Rada.

La coalition parlementaire « orange » (Notre Ukraine — Bloc de Ioulia Tymochenko (BIT) — Parti socialiste) difficilement constituée après plus de deux mois de débats, a éclaté le 7 juillet 2006, suite à la défection surprise du socialiste Alexandre Moroz élu président du Parlement avec le soutien de l'opposition pro-russe. Cette défection a entraîné le ralliement des socialistes à la formation Parti des Régions – Communistes et à la création d'une nouvelle alliance majoritaire (240 sièges sur 450), cette fois dirigée par l'ex-premier ministre Viktor Ianoukovytch.

Suite aux pourparlers entre Iouchtchenko et Ianoukovytch entamés le 20 juillet 2006, les deux anciens rivaux se sont mis d'accord sur la signature du pacte de l'unité nationale (Universal), qui marque les concessions politiques des deux côtés (entre autres, la soumission au référendum de la question de l'entrée du pays dans l'OTAN). Le groupe du Bloc Ioulia Tymochenko, jadis un allié de « Notre Ukraine », qui a quitté le siège de la Verkhovna Rada le 20 juillet en exigeant la tenue des législatives anticipées, n'a pas signé l'Universal. Il devient donc l'opposition officielle.

Le 4 août 2006 le parlement ukrainien a nommé le leader du Parti des régions Viktor Ianoukovytch au poste de Premier ministre ukrainien. La candidature de M. Ianoukovytch a été appuyée par 271 voix, pour 226 requises.

Les autres partis n'ont pas franchi le seuil des 3 % nécessaires pour être représentés au parlement.

Nommé premier ministre par le président Iouchtchenko, elle ne réussit pas à obtenir la majorité le 11 décembre, en obtenant seulement 225 voix sur les 226 requises.

À nouveau proposée au poste de premier ministre, la Rada entérine sa nomination à la tête du gouvernement le 18 décembre lors d'un deuxième vote par 226 voix sur les 450.

La Rada est dissoute par le président Iouchtchenko le 8 octobre 2008 suite à la crise parlementaire de septembre 2008 en Ukraine, une élection anticipée d'abord prévue pour le 7 décembre 2008 puis le 14 décembre, a été reportée pour début 2009, à une date encore indéterminée, en raison de la crise financière.

L'Ukraine a une économie diversifiée, mais encore tributaire des industries établies à l'époque soviétique. C'est un marché libre émergent, où la croissance fut à 2 chiffres durant ces dernières années, jusqu'à la Révolution Orange. Ses ressources naturelles tournent beaucoup autour de l'agriculture (tournesol, noix, betteraves sucrières ...) et les ressources minières (fer, acier, uranium, potasse...). L'économie est caractérisée par une hyperinflation et des rendements économiques encore un peu faibles.

Du point de vue commercial, son principal partenaire économique reste la Russie (économie de la Russie), même si l'Ukraine s'efforce de se tourner vers les pays de l'Union européenne géographiquement proches d'elle. Le pays joue un rôle important dans la distribution gazière européenne.

La monnaie nationale, la hryvnia, a été introduite en 1996 et a permis de réduire l'hyperinflation qui régnait alors, permettant au pays de finalement retourner dans une phase de croissance du PIB dans les années 2000, après 8 années consécutives de déclin suivant l'éclatement de l'URSS.

En 2001, le gouvernement prit la décision d'accélérer le processus d'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), cependant les résultats ne furent pas aussi bons que prévus. L'objectif était d'entrer dans l'OMC en février 2007 (le seul pays s'y opposant étant le Kirghizistan), entrée qui fut effective le 5 février 2008.

La crise politique de 2006, suite à la longue désignation du premier ministre, aurait pu affecter l'économie ukrainienne. Les investisseurs ne furent pas vraiment effrayés et l'économie résista bien. La croissance du PIB en juillet 2006 était de 9 % comparé à juillet 2005, la production industrielle a augmenté, le secteur bancaire s'est étendu, grâce à l'arrivée de banques européennes.

Le pays a été marqué par la catastrophe de Tchernobyl, même si les retombées ont essentiellement concerné la Biélorussie.

En tant que centre nodal énergétique pour l'Europe de l'Est, le risque d'accident lié à une infrastructure énergétique reste élevé.

Les Ruthènes sont en Ukraine considérés comme Ukrainiens, et ne sont par conséquent pas répertoriés comme une nationalité séparée. Il y aurait donc 75,8 % d'Ukrainiens et environ 2 % de Ruthènes, selon les estimations. Plus d'un million d'Ukrainiens ont quitté leur pays depuis 1991 avec pour destinations privilégiées : États-Unis, Canada, Israël, Union européenne (notamment Portugal). Le pays compte aussi une importante communauté musulmane estimée à 1,5 million de personnes. L'ukrainien est la langue officielle mais treize autres langues minoritaires sont reconnues — dont le russe dominant à l'est du pays, à Odessa et en Crimée et compris par la plupart des Ukrainiens. L'Université d'État Tarass-Chevtchenko est la principale université du pays.

Les deux grandes religions du pays sont l'orthodoxie (60%) et l'Église catholique orientale et catholique (11%, aussi appelée Églises orientales uniates). Les musulmans ukrainiens représentent environ 3,5% de la population ukrainienne, Les protestants et juifs sont aussi représentés. L'orthodoxisme est la religion la plus pratiquée dans le pays.

La cuisine ukrainienne est une part importante de la culture nationale. Des plats spéciaux sont préparés à Pâques ou à Noël. Les Ukrainiens utilisent diverses sortes de sauces, de poissons et de fromages. Le pain est un élément essentiel à tout repas. Le bortsch est une soupe traditionnelle servie en entrée. Elle est à base de betteraves et de légumes (haricots, chou, carottes, concombres, pommes de terre, oignons ou tomates) et de viande (poulet, porc ou bœuf).

Le varenyky (Вареники) est un plat ukrainien traditionnel populaire et très ancré dans la cuisine ukrainienne. Ressemblant à des Raviolis, ils sont cependant plus volumineux et très similaires aux vareniki russes, au pierogi polonais voire au buuz mongols. Leur farce est constituée généralement de pommes de terre, mais il y a de nombreuses déclinaisons : fromage, champignon, chou, voire plusieurs combinaisons entre elles.

La plupart des compagnies aériennes ukrainiennes, agréées par l'IATA, secteur en plein développement, figurent dans la liste suivante : Liste des compagnies ukrainiennes.

En haut



Équipe cycliste ISD-Sport Donetsk

L'équipe cycliste ISD-Sport Donetsk est une équipe cycliste ukrainienne participant aux circuits continentaux de cyclisme et en particulier l'UCI Europe Tour.

En haut



FC Chakhtior Donetsk

Logo

Le FC Chakhtior Donetsk est un club de football ukrainien basé à Donetsk.

Rinat Akhmetov, homme le plus riche d'Europe, est devenu président du Shakhtar en 1996. Depuis qu'il est à la tête du club, celui-ci n'a jamais été en-dessous de la deuxième place du championnat national. Son objectif est maintenant de devenir un grand club européen. Le club ambitionne de remporter la Ligue des champions, grâce notamment à des transferts comme celui de Marcelo Moreno pour 9 M€, Ilsinho (10 M€) ou Willian Borges pour 15 M€.

Actuellement un nouveau stade est en construction et sera classé stade 5 étoiles UEFA. Il aura une capacité de 50 000 places pour un budget de 250 millions de dollars.

En haut



Oblast de Donetsk

blason de Oblast de Donetsk

L'oblast de Donetsk (en russe : Донецкая область, en ukrainien : Донецька область) est l'un des oblasts les plus importants de l'Ukraine. Il s'étend sur 26 500 km², ce qui représente 4.4% du territoire total ukrainien. Sa population, de 4,7 millions d'habitants en 2004, représente quant à elle plus de 10% de la population totale ukrainienne, ce qui en fait donc l'un des oblasts les plus denses du pays. Son chef-lieu est Donetsk.

La houille et divers autres minerais ont fait la fortune de l'oblast de Donetsk. C'est en effet sur le site d'un village de mineurs (Yuzovka) que s'est développée la ville de Donetsk, qui compte désormais plus d'un million d'habitants.

L'industrie lourde est très présente dans la région: en effet, en raison de la proximité des matières premières et de la houille, de multiples secteurs d'industrie lourde se sont créés au tour de Donetsk. La région est très active dans la métallurgie, l'industrie chimique, les matériaux de construction ainsi que les constructions mécaniques. L'industrie métallurgique est extrêmement importante pour l'Ukraine, car elle est l'une des plus rentables, grâce à des exportations importantes, dues à une très bonne compétitivité internationale.

Marioupol, au sud, possède un port maritime qui permet d'expédier les produits manufacturés de l'industrie de Donetsk et de ses environs. L'oblast possède le réseau ferroviaire le plus dense de toute l'ex-URSS.

L'oblast compte aussi de nombreux sanatoriums, des camps de vacances pour les enfants (les célèbres camps de pionniers) ainsi que nombres de résidences secondaires au bord de la mer.

Selon un recensement de 2001, la population de l'oblast serait composée à 56.9% d'Ukrainiens, et à 38.2% de Russes. Cependant, la langue maternelle la plus parlée serait le russe, pour 74.9% des habitants. On compte aussi de nombreuses minorités grecques, bulgares et tatares.

En haut



Source : Wikipedia