Dollar

3.4079754601217 (1304)
Posté par marvin 16/03/2009 @ 02:10

Tags : dollar, monnaies, finance, economie

Dernières actualités
L'euro recule face au dollar, le marché peine à trouver sa direction - AFP
LONDRES (AFP) — L'euro déclinait face au dollar vendredi en début d'échanges européens, sur un marché des changes peinant à trouver sa direction alors que l'aversion au risque, qui avait diminué en fin de semaine, continuait de jouer un rôle de soutien...
Le monde s'inquiète du dollar et des déficits - Le Monde
L'ampleur des déficits américains et le risque d'un effondrement du dollar continuent de susciter l'inquiétude de la communauté économique et financière internationale. L'euro s'est échangé durant la semaine entre 1,3708 et 1,4002 dollar,...
EADS : 12,9 milliards de dollars de contrats décrochés au Bourget - TF1
(AOF) - Au cours du Salon aéronautique du Bourget, Airbus a enregistré des contrats portant sur 127 appareils au total, estimés à 12,9 milliards de dollars. Ils comprennent des commandes fermes pour 58 appareils, d'une valeur de près de 6,4 milliards...
Provision de 1,1 milliard de dollars pour JPMorgan - La Tribune.fr
JPMorgan Chase va passer une provision de plus d'1 milliard de dollars dans ses comptes du deuxième trimestre. Les analystes tablent sur un bénéfice courant, hors éléments exceptionnels, de 37 cents par action. JPMorgan va passer une provision de plus...
DEVISES/L'euro finit la semaine au-dessus d'1,40 dollar, GBP en hausse - Romandie.com
Londres (awp/afp) - L'euro a fini les échanges européens en nette hausse face au billet vert vendredi, repassant 1,40 dollar, soutenue par la persistance du goût du risque qui a caractérisé les échanges cette semaine, tandis que la livre sterling...
Le pétrole sous les 70 dollars - Le Figaro
Les cours du pétrole passaient sous les 70 dollars jeudi en fin d'échanges européens, légèrement affectés par l'annonce d'un rebond inattendu des réserves d'essence aux Etats-Unis, sur un marché néanmoins soutenu par la faiblesse du dollar et les...
Une fin de semaine calme, sauf pour le dollar canadien - La Tribune.fr
Par ailleurs, la journée a profité à la livre sterling qui s'apprécie face au dollar, le "cable" progressant de plus de 90 "pips" à 1,64500 après avoir testé la résistance des 1,64700. En ce qui concerne le "cross" euro/dollar,...
Pétrole : le baril repasse les 72 Dollars - Boursier.com
(Boursier.com) -- Le baril de pétrole progresse pour la deuxième journée consécutive ce jeudi et repasse au dessus de la barre des 72 Dollars à New York, soutenu par l'annonce d'une nouvelle baisse des stocks américains. Le "light sweet crude" pour...
Wall Street clôture sans direction - La Tribune.fr
Le chiffre d'affaires a bondi à 3,42 milliards de dollars. Mais les prévisions du groupe ont déçu les investisseurs. Pour le trimestre en cours, RIM table sur un bénéfice par action compris entre 94 cents et 1,03 dollar, et un chiffre d'affaires allant...

Dollar

Billet d'un dollar des États-Unis

Le mot « dollar » trouve son origine dans le village de Bohême de Sankt-Joachimsthal. Vers la fin du Moyen Âge, on y découvrit une mine d'argent, ce qui permit de frapper, vers 1486 ou 1518, une monnaie de ce métal, le joachimsthaler, vite abrégé en thaler.

Cette monnaie se répandit dans l'empire des Habsbourg. Les thalers furent utilisés dans de nombreux États allemands (Brême, Brunswick, Hanovre, Mecklembourg-Schwerin, Mecklembourg-Strelitz, Oldenbourg, Prusse, Saxe), ainsi qu'en de nombreux cantons suisses. Ce nom est également à l'origine du nom du tolar slovène. À la mort de l'impératrice Marie-Thérèse en 1780, un très important stock de thalers autrichiens, qui venaient d'être frappés, a été vendu à de petites monarchies de la région du Yémen, et furent utilisées comme monnaie d'échange jusqu'à une période récente.

Cette monnaie se répandit aussi en Amérique latine, où elle devint le dólar.

Au Québec, le dollar est appelé populairement « piastre » (prononcer piasse). La piastre (et le sou) était l'unité monétaire qui avait cours au Canada avant l'arrivée des Britanniques.

En haut



Dollar américain

Billet d'un dollar des États-Unis (1957)

Le dollar des États-Unis, dollar américain ou dollar US est la monnaie nationale des États-Unis et de leurs territoires d'outre-mer (comme Porto Rico), mais aussi de l'Équateur, de la Micronésie, des Îles Marshall, des Palaos, du Salvador, du Timor oriental, des Îles Turques-et-Caïques et des Îles Vierges britanniques. Le symbole du dollar des États-Unis est $ US (ISO 3166-1), $ USA (ISO 3166-1) ou simplement $ (caractère Unicode U+0024).

Son code ISO 4217 est USD, avec le nom « dollar des États-Unis ». Il est divisé en 100 cents.

Le dollar des États-Unis est la monnaie la plus utilisée au monde pour les transactions et, depuis décembre 2006, la deuxième derrière l'euro en termes de monnaie en circulation.

Selon le Fonds monétaire international, le dollar comptait à hauteur de 72 % en 2002 dans les réserves des banques centrales à travers le monde avant de décliner par la suite pour s’établir à 64 % de ces réserves mondiales en septembre 2007.

Enfin, certes pour des montants beaucoup moins importants, c'est une monnaie fiduciaire d'un usage très répandu dans le monde, et plus de la moitié de son encours en billets est en fait détenu hors de son pays d'origine.

La valeur externe du dollar est du ressort exclusif du gouvernement fédéral américain, et c'est le Secrétaire au Trésor qui en a la responsabilité. La banque centrale américaine, la Réserve fédérale des États-Unis, en particulier, ne jouit d'aucun mandat pour communiquer sur la valeur de la devise et se garde soigneusement de le faire.

Le premier dollar apparut sous forme de papier-monnaie en 1690 dans la colonie du Massachusetts, mais son design était très différent car il ressemblait aux assignats révolutionnaires.

La célèbre maxime « In God We Trust » (En Dieu nous croyons) apparut en 1864 sur la pièce de 2 cents. Approuvée en 1955 par un acte du Congrès, elle est depuis systématiquement imprimée sur tous les billets américains.

Si le système fonctionne correctement dans les années 1950, l’accumulation dans les années 1960 des déficits américains encore accrus par les dépenses afférentes à la guerre du Viêt Nam entraînait au tout début de la décennie 1970 de très fortes pressions sur la monnaie américaine. Or sa fonction de monnaie de réserve mondiale gênait fort peu les États-Unis et ne les incitait pas à mieux contrôler leurs déficits.

C’est le 15 août 1971 que le président Richard Nixon décide l’inconvertibilité du dollar par rapport à l’or, suite aux tensions permanentes sur cette monnaie. Cette décision est prise sans consulter les partenaires (autres pays occidentaux et Japon). Elle s'explique par le danger sérieux et croissant que les autres pays exigent la conversion en or de leurs excédents de dollars, puisque le dollar était convertible en or, tout au moins dans les échanges entre banques centrales.

Avec ce diktat américain le système de Bretton Woods entrait en agonie, puisque la valeur de chacune des monnaies y était déterminée par référence à un poids d'or. Les pressions sur le dollar ne pouvaient qu’empirer, ce qui se produisit.

Plusieurs réunions eurent lieu pour s’accorder sur une dévaluation de la devise américaine et tenter un replâtrage du système. Elles débouchèrent sur les « accords de Washington », dits aussi « accords du Smithsonian Institute », conclus le 18 décembre 1971 par les ministres des finances et banquiers centraux du « Groupe des Dix » (la CEE, la Suède, les États-Unis, le Canada et le Japon) qui établirent des parités centrales et des marges de fluctuation de 2,25 % (texte du communiqué final).

C'est de cette époque que date la formule attribuée au secrétaire américain au Trésor, John Connally : "The dollar is our currency and your problem", « Le dollar est notre devise et votre problème ».

Le 13 février 1973, la faiblesse de la monnaie américaine conduisait à un réajustement des parités, le dollar étant dévalué de 10 %, mais cela se révéla immédiatement insuffisant.

Le 19 mars 1973, le « Groupe des Dix » décidait l’abandon de la fixité des taux de change des diverses monnaies par rapport à l’étalon dollar, ce qui permettait aux banques centrales des autres pays de cesser d’acheter du dollar pour maintenir sa parité, selon les règles du jeu du système en vigueur. Un nouveau système monétaire international dit de « changes flottants » voyait donc le jour. Il est toujours en vigueur.

Les accords de la Jamaïque entérineront formellement cette situation le 8 janvier 1976.

De 1973 à 1979, le dollar continue sur sa lancée et se déprécie régulièrement et considérablement par rapport au Deutsche Mark, perdant près de 50 % de sa valeur (cf graphique supra).

La violente remontée des taux d'intérêt décidée à la fin de 1979 par le nouveau gouverneur de la banque centrale américaine, Paul Volcker, pour combattre - avec succès - l'inflation, inverse la tendance. Le remède est sévère : pour une inflation de l'ordre de 9 % en taux annuel en 1980, les taux d'intérêt à court terme montent jusqu'à 19 %. Les taux d'intérêt réels atteignent des sommets sans précédent et, au prix d'une sévère récession, l'inflation disparaît : en 1983, elle n'est plus qu'à 3,2 %.

Ces taux d'intérêt réels provoquent un afflux de capitaux aux États-Unis, et le dollar s'apprécie pendant cinq ans, jusqu'à revenir, en mars 1985, à son niveau d'avant 1973, ce qui est manifestement exagéré.

À l'hôtel Plaza de New York, le 22 septembre 1985, les pays dits du G5 (c'est-à-dire ceux du G7 moins le Canada et l'Italie) s'entendent publiquement pour intervenir sur le marché des changes et organiser un repli du dollar. 10 milliards de dollars sont ainsi dépensés, avec un effet immédiat et spectaculaire. En à peine quinze mois, le dollar efface tous ses gains par rapport au Deutsche Mark et, fin 1986, il se retrouve à son plus bas niveau historique, celui de 1979.

Désireux de stopper la machine infernale qu'ils ont mise en route, les pays du G5, rejoints par le Canada, signent à Paris le 22 février 1987 les accords du Louvre, destinés à enrayer la baisse du dollar. Seulement, cette fois-ci, cela ne marche pas et, après une pause dans le courant de l'année 1987, le dollar va continuer pendant dix ans, tendanciellement, à se déprécier.

De façon fort visible et assez rapide, les déséquilibres nés de la cacophonie des accords du Plaza et du Louvre vont conduire à une forte hausse des taux d'intérêt à long terme et au krach conjoint le 19 octobre 1987 des marchés obligataires et des marchés d'actions.

À plus long terme, les conséquences les plus importantes des accords du Plaza ont lieu sur l'économie japonaise : très dépendante des exportations, celle-ci est immédiatement et particulièrement sensible à la baisse du dollar et, pour lutter contre une récession qu'elle juge inévitable, la Banque du Japon baisse 5 fois son taux d'escompte entre janvier 1986 et février 1987, le ramenant de 5,0 % à 2,5 %.

Mais l'économie japonaise est également sensible aux modalités de la baisse du dollar : le pays a accumulé une épargne extérieure importante, principalement en dollars, justement, et son rapatriement tout au long de 1986 alors que les taux d'intérêt domestiques baissent amène une augmentation importante du prix des autres placements disponibles : actions et immobilier. La "bulle financière japonaise" de la fin des années 1980 est en train de naître.

Depuis l'épisode malheureux et surtout mal maîtrisé de 1986-87, le G7 est devenu prudent et une intervention concertée sur le marché des changes n'est plus concevable que pour assurer la « stabilité du marché », selon la formule consacrée, et non pour tenter d'inverser une tendance.

En raison de la crise des subprimes, du double déficit des États-Unis , ainsi que de la baisse des taux de la FED, le dollar a baissé au point où 1 euro vaut 1,45 dollar américain, le 1er novembre 2007.

En raison de la persistance des troubles conjoncturels cités précédemment, le dollar atteint son record historique face à l'Euro le 15 juillet 2008 1 € = 1,6038 $ . Depuis cette date, le dollar remonte et le taux de change euro/dollar se stabilise autour de 1 € = 1,45 $ vers la fin de l'année.

Du 18 décembre 1934 au 9 janvier 1935, des billets de 100 000 $ ont été émis. Ils furent utilisés par les banques de la réserve fédérale pour les transactions entre elles.

En haut



Dollar des îles Salomon

Le dollar des îles Salomon est la monnaie des îles Salomon depuis 1975. La monnaie est généralement représentée par le symbole du dollar $ , et parfos par le symbole SI$ pour la distinguer des autres monnaies libélées en dollar. Le dollar des îles Salomon est divisé en 100 cents.

En haut



Dollar de Singapour

Ancien billet d'un dollar de Singapour (Recto)

Le dollar de Singapour est une monnaie fondée sur le dollar qui a cours à Singapour, dont le code est SGD. Il est généralement abrégé par le symbole $, ou par S$ pour éviter des confusions avec d'autres monnaies portant le nom de dollar. Il est divisé en 100 cents.

Les billets circulant actuellement ont des valeurs s'échelonnant de 1 à 10 000 dollars. Les billets d’un dollar ne sont plus produits et sont devenus assez rares. La série actuelle (portraits) est caractérisée par le portrait de Yusuf Ishak sur le côté face de chaque billet.

Récemment, les autorités monétaires de Singapour ont émis des billets en polypropylène de deux, cinq et dix dollars, toujours dans la même série. Ces billets sont non poreux, non fibreux.

En haut



Dollar de Fidji

Le dollar de Fidji (ISO 4217 : FJD) est la devise des Fidji depuis 1969. Il est normalement écrit avec le signe du dollar “$”, ou alternativement FJ$ pour le distinguer d'autres devises qui sont dénommées en dollar. Le dollar de Fidji est divisé en 100 cents.

Tous les billets de banque et les monnaies de Fidji sont imprimés avec le portrait de la reine Elisabeth II sur la face. Bien que les Fidji soient une république aujourd'hui, Elisabeth II fut reine des Fidji jusqu'en 1987, et demeure Chef Suprême des Fidji à ce jour.

Le 16 août 2005, le ministre des finances Ratu Jone Kubuabola a annoncé que le Cabinet avait approuvé l'introduction d'un billet de $100 et le retrait de la pièce de monnaie de deux cents.

En haut



Source : Wikipedia