Dinan

3.3198420533177 (1013)
Posté par hal 22/04/2009 @ 10:09

Tags : dinan, côtes-d'armor, bretagne, france

Dernières actualités
Démographie. Le dynamisme de la Bretagne se confirme - Le Télégramme
Au sud, Vannes, Auray, Lorient et Cornouaille et au nord Dinan, Saint-Malo et le Centre-Bretagne. En revanche, et c'est, comme le note l'Insee, plutôt atypique, le pays du Centre-Ouest-Bretagne pourrait connaître un des vieillissements les plus faibles...
Un nouveau centre commercial à la Madeleine - maville.com
Notamment, « si l'on compare à Dinan et à la zone d'activité commerciale de Léhon. » Des travaux de voirie se déroulent en ce moment à la Madeleine pour permettre l'accès au nouveau centre commercial. Quatre points d'entrée sont prévus....
Stupéfiants. 1.500 € d'amende au fournisseur - Le Télégramme
Hier, quatre hommes, âgés de 28à 43 ans, comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Dinan, pour trafic de stupéfiants. Le plus âgé, résidant au Rheu (35), près de Rennes, était soupçonné de fournir en cocaïne les trois autres, qui consommaient...
Saint-Cast-le-Guildo. Condamnés pour 14 dégradations - Le Télégramme
Hier, cinq jeunes hommes ont comparu devant le tribunal correctionnel de Dinan, soupçonnés d'avoir commis 14 dégradations, dans la nuit du 28février au 1ermars, à Saint-Cast-le-Guildo. Ils auraient, entre autres, brisé des vitres et cassé des...
Passeport biométrique. 22 stations en Côtes-d'Armor - Le Télégramme
Lundi 22juin: Saint-Brieuc, Plérin, Ploufragan, Quintin, Paimpol, Binic, Broons, Dinan, Jugon-les-Lacs, Matignon, Merdrignac, Plancoët, Lannion, Perros-Guirec, Tréguier, Pontrieux, Saint-Nicolas-du-Pélem. Mardi 23juin: Guingamp....
Chèques volés. Prison ferme au fils - Le Télégramme
Hier comparaissait devant le tribunal correctionnel de Dinan un jeune homme de 20 ans, au casier judiciaire chargé, pour avoir dérobé une vingtaine de chèques à sa mère et à son frère, résidant à Trélivan. Incarcéré depuis trois mois pour une autre...
Lanrelas.Un accident de voiture faitunmortetunblessé - Le Télégramme
Vers 0h30, les gendarmes de Jugon-les-Lacs, les pompiers de Caulnes et le Smur de Dinan sont intervenus sur les lieux de l'accident. Le conducteur et le passager ont été retrouvés à l'arrière du véhicule. Le conducteur, Dylan Le Couster, 23 ans,...
Leclerc Dinan : bousculade entre vigiles et agriculteurs - Ouest-France
Les agriculteurs sont venus se servir en chariots dans les supermarchés de Dinan ce matin. Ils ont embarqué tous ceux du Carrefour de Dinan et une partie de ceux de l'Intermarché de Taden. L'opération s'est mal passée au Centre Leclerc, où les vigiles...
Dinan. Ivre, il frappe un policier au visage - Le Télégramme
Samedi, vers 22h, la police de Dinan a dû intervenir au domicile d'un couple résidant au centre-ville, pour une dispute conjugale. Un piéton, ivre, s'en serait alors mêlé, insultant l'un des policiers. Opposant une solide résistance aux forces de...
Social ou répressif: il faut choisir - Agence Bretagne Presse
DINAN — Voici le courrier que j'adresse à la presse, afin de l'informer du protectorat qu'elle instaur au profit d'un lobby qui ne mérite pas d'être aussi déresponsabilisé et sur-protégé. Dans mon courrier du 19 janvier (copie jointe) , courrier resté...

Dinan

Blason ville fr Dinan (Côtes-d'Armor).svg

Dinan est une commune française, située dans le département des Côtes-d'Armor et la région Bretagne.

La ville de Dinan est fortifiée par une ceinture de remparts. Point stratégique pour la circulation entre la Normandie et la côte nord de Bretagne, Dinan est construite principalement sur une colline. La cité domine de 75 m la Rance qui coule vers le nord pour se jeter dans la Manche entre Saint-Malo et Dinard. Dinan proposa longtemps le pont le plus au nord pour traverser la Rance et son large estuaire.

Dinan est le point d'axe de la Communauté de Communes de Dinan. Cette association de communes est le premier regroupement intercommunal de Bretagne.

La région de Dinan a pu être habitée depuis le Néolithique comme le laisse à penser la présence d'un dolmen en ruines à la sortie de la ville en direction de Lanvallay.

L’histoire de Dinan est connue à partir du XIe siècle, bien que le site ait sans sans doute été occupé depuis l'antiquité. C’est à l’époque une bourgade dans laquelle s’implante un couvent bénédictin. Un des fragments de la tapisserie de Bayeux évoque la destruction par Guillaume le Conquérant d’une palissade de bois.

Organisée autour des paroisses Saint-Malo et Saint-Sauveur, la moitié de Dinan est achetée en 1283 par le duc de Bretagne Jean le Roux. C’est à cette époque que la ville acquiert la ceinture de remparts qu’on lui connaît. Les tours de Beaumanoir, Vaucouleurs, Saint Julien, Beaufort, du Connétable, de Coëtquen, Penthièvre, Longue et Sainte Catherine entourent la vieille ville dans le sens trigonométrique. Ce chemin de ronde encore intact sur 2 600 m est percé par les portes du Jerzual, de Saint-Malo, de Brest, du Guichet et plus tard de Saint-Louis (1620). En 1357, lors de la guerre de succession du Duché de Bretagne, Bertrand du Guesclin défend avec succès la ville assiégée par les troupes anglaises et les bretons fidèles à Jean de Montfort. Il affronte Thomas de Cantorbery en combat singulier et en sort vainqueur. En 1364, après plusieurs tentatives infructeuses, le duc Jean IV parvient à reprendre le contrôle de la ville et y fait construire le donjon dit "de la duchesse Anne". Les fortifications de la ville sont modernisées dans la deuxième moitié du XVe siècle avec l'addition de plusieurs tours d'artillerie. Les canons ne tireront jamais : le gouverneur de la ville rend les clefs au représentant du roi de France après la bataille de Saint-Aubin du Cormier en 1488. Comme toutes les autres villes bretonnes, Dinan est définitivement rattachée au Royaume de France en août 1532.

La ville continue à prospérer, avec une activité artisanale soutenue intra-muros et la présence du port sur la Rance qui favorise le commerce. Dinan contrôle en effet la voie fluviale permettant de transporter les marchandises jusqu’à Saint-Malo. En 1598, Dinan choisit le camp du nouveau Roi de France, Henri IV, contre son gouverneur, le Duc de Mercœur qui s’y oppose lors des guerres de la Ligue. C’est à partir de cette époque que les fortifications perdent leur usage défensif et ne sont plus entretenues. Au XVIIe siècle, d’autres ordres religieux implantent de nouveaux couvents : Capucins, Ursulines, Bénédictines, Dominicaines, Clarisses s’ajoutent aux Cordeliers et aux Jacobins. Dinan est citée pour avoir participé à la Révolte du papier timbré survenue en 1675.

Au XVIIIe siècle, l’activité commerciale est stimulée par l’installation de nombreux tisserands, qui produisent notamment des toiles utilisées pour les voiles des navires, envoyées ensuite à Saint-Malo par la vallée de la Rance. Sous l’impulsion d’une bourgeoisie qui se développe, diverses mesures sont prises pour lutter contre l’insalubrité régnant dans la ville, parallèlement à son développement extra-muros.

Au XIXe siècle, le port perd progressivement de son importance, avec la construction d’un viaduc routier qui désenclave la ville, en 1852, et avec l’arrivée du chemin de fer en 1879. La ville voit se construire de nombreuses demeures cossues et se transforme peu à peu en destination de villégiature, particulièrement prisée par les Britanniques.

Malgré un incendie en 1907 qui a détruit cinq maisons en colombage, et un bombardement en août 1944, la ville est restée presqu'intacte depuis le début du XXe siècle. Dans la nuit du 6 au 7 juin 2007, une petite portion des remparts entourant la ville s'est effondrée et nécessitera des travaux de consolidation ultérieurs.

De nos jours, la ville a largement restauré son patrimoine. Des maisons à colombage bordent encore la place des Cordeliers, la rue de l'Horloge, la célèbre rue du Jerzual et d'autres voies pavées du centre. Les églises Saint-Sauveur et Saint-Malo s'élèvent au milieu des anciennes paroisses de la ville.

Très touristique, la ville a servi de décor dans plusieurs scènes du film Armageddon de Michael Bay (1998), lors du passage de l'astéroïde au-dessus de la France juste avant de s'écraser sur Paris.

Dinan déborde aujourd'hui de ses remparts et s'étend jusqu'aux communes de Léhon, Quévert, Taden et Lanvallay.

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie des Côtes-d'Armor.

Dinan est classée ville d'art et d'histoire.

Le temps d'un week-end et une fois tous les deux ans, Dinan redevient une ville médiévale, avec ses tournois, ses tavernes, ses dresseurs d'ours. L'accès à la ville est gratuit pour les personnes costumées.

Pendant deux jours, Dinan se transforme en gigantesque kermesse gratuite dans laquelle on peut retrouver des démonstrations de pompiers, du karting, de l'escalade, des concerts.

Le festival Les Fennecs, qui a lieu traditionnellement à Ploubalay, a organisé le bal du 14 juillet 2007 au Stade Maurice Benoist.

Les Barocks est un festival rock, dont les concerts se passent dans les bars. La première édition a eu lieu en 1993. Le festival n'a pas eu lieu en 2004, 2005 et 2006. La dernière édition s'est déroulée le 11 et 14 avril 2007.

Tous les ans, en décembre, parution de la revue Le Pays de Dinan : histoire, littérature, art et ethnographie. En 2006, est paru le tome XXVI.

Patrimoine architectural, port de la Rance : Dinan s'affirme comme l'un des principaux sites touristiques du Nord de la Bretagne et des Côtes-d'Armor.

Un timbre postal, d'une valeur de 0,65 franc, représentant la ville et la vallée de la Rance a été émis le 7 octobre 1961.

En haut



Arrondissement de Dinan

Arrondissement de Dinan.PNG

L'arrondissement de Dinan est une division administrative française, située dans le département des Côtes-d'Armor et la région Bretagne.

En haut



Françoise de Dinan

Françoise de Dinan, née le 20 novembre 1436 au manoir de la Roche-Suhart en Trémuson et morte le 4 janvier 1500 à Châteaubriant, est la gouvernante d’Anne de Bretagne.

Elle est la fille de Jacques de Dinan Chambellan de Bretagne, seigneur de Beaumanoir et de Catherine de Rohan. Elle perdit son père le 30 avril 1444, à l'âge de 8 ans, et devint la plus riche héritière du duché de Bretagne après la mort, sans héritier, le 21 mai 1444, de son oncle Bertrand de Dinan Maréchal de Bretagne, seigneur de Montafilant, de Châteaubriant et des Huguetières.

Convoitée et enlevée en 1444 par Gilles de Bretagne, frère cadet des ducs François Ier de Bretagne et Pierre II de Bretagne, qui se marie ensuite avec elle, Françoise de Dinan est la cause indirecte des malheurs de ce jeune prince, assassiné en 1450, sans postérité.

On sait qu'après avoir, moyennant finances, laissé rompre en faveur de Gilles de Bretagne les fiançailles de son fils Guy XV avec Françoise de Dinan, en 1440. Guy XIV de Laval abusa de nouveau du jeune âge de ce même fils, pour lui enlever une seconde fois, sa fiancée, alors veuve de Gilles de Bretagne , et l'épouser à 45 ans en février 1451 à Vitré. Guy XIV n’a aucun droit sur la baronnie de Châteaubriant.

Les archives du Vatican nous donnent même les deux actes sollicités à cette occasion du Saint-Siège par Guy XIV et par son fils. L'enquête concernant François-Guy de Laval, fils aîné de Guy, comte de Laval, seigneur du Gavre est du 23 juillet 1450 et adressée à l'évêque de Nantes. On y allègue pour raison canonique d'une dispense de parenté du 3 au 3 que le mariage a été traité pour mettre de la paix entre les parents des fiancés. Le mandat pour dispenser du 2 au 3 Guy XIV et Françoise de Dinan, dite de Thouars du nom de sa mère, et pour l'absoudre de certaines censures, est du 17 décembre 1450 et adressée à l'évêque de Vannes.

En mai 1451, Châteaubriant fut consacrée comme une des neuf anciennes baronnies de Bretagne créées par le duc Pierre II de Bretagne. Les archives du Vatican nous apprennent encore que le comte de Laval et Françoise de Dinan sa femme, fondèrent une psalette à la Madeleine de Vitré, le 19 mai 1453 .

Après la mort de Guy XIV, la baronne, habile intrigante, alliée aux plus grands seigneurs bretons, s'oppose au duc François II de Bretagne en mars 1487. Ainsi fut signé le traité de Châteaubriant par lequel des barons de Bretagne faisaient appel à au roi de France pour régler une querelle interne aux Bretons. Après la mort du duc François II, les armées royales attaquent le duché de Bretagne (voir Guerre franco-bretonne (1489-1491)). En avril 1488, Châteaubriant, une des portes forteresses de la province, subit un siège pendant une semaine.

En 1488, Françoise de Dinan est en charge de l’éducation de la jeune Anne de Bretagne, alors âgée de 11 ans, celle qui est devenue la Bonne duchesse Anne, et de sa sœur Isabeau. Elle joue un rôle important dans les manœuvres matrimoniales touchant la jeune duchesse, qui épouse finalement le jeune roi de France.

Elle même se remarie en mars 1494 avec Jean de Proisy, un noble de Picardie.

Morte le 3 janvier 1500, elle est inhumée dans le chœur de l'église des Dominicains de Nantes, prés d'Isabelle de Bretagne, la première épouse de Guy XIV. Elle est la dernière représentante de la famille de Dinan.

« Françoise de Dinan », dans Alphonse-Victor Angot, Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Goupil, 1900-1910 , t. IV, p. 528.

En haut



Jacques de Dinan

Armes supposées[1] de Jacques de Dinan : Ecartelé : 1 et 4, de gueules, à la fasce de quatre fusées d'hermine, accompagnée de six tourteaux du même (3 et 3) (Dinan) ; 2 et 3, d'azur à onze billettes d argent posées 4.3.4 (Beaumanoir). Cimier : peut-être, comme son père et son frère, un chapeau de gueules rebrassé d hermine et sommé d un vol d hermine doublé de gueules. Lambrequins de gueules doublés d hermine.

Jacques de Dinan, chevalier banneret, seigneur de Beaumanoir, de Montafilant, et du Bodister, capitaine de Josselin, gouverneur des ville et Château de Sablé, grand bouteiller de France, Chambellan de Bretagne mort le 30 avril 1444.

Jacques de Dinan était le cinquième fils de Charles de Dinan seigneur de Montafilant (mort en 1418) et de Jeanne de Beaumanoir.

Il fut Chambellan du duc de Bretagne lors de ses voyages en France. Capitaine de 300 hommes d'armes, 170 archers et 47 arbalétriers en 1420, il fit partie en 1421, des troupes que le duc envoya au Dauphin futur Charles VII de France, et, en 1429 avec le Connétable de Richemont, il rejoignit Jeanne d'Arc à Orléans.

Jacques de Dinan épousa le 22 février 1429 Catherine de Rohan, fille d'Alain IX de Rohan et de Marguerite de Bretagne, elle-même fille du duc Jean V de Bretagne et de Jeanne de Navarre.

Ce mariage fit que Jacques de Dinan et sa fille unique Françoise de Dinan se trouvèrent tenir de près à la maison ducale.

En haut



Charles de Dinan

Armes de Charles de Dinan, Seigneur de Chateaubriant.

Charles de Dinan seigneur de Montafilant & seigneur de Châteaubriant, en 1383, mort en 1418.

Charles de Dinan était le fils de Rolland IV de Dinan seigneur de Montafilant et de Jeanne de Craon, il fut le membre le plus illustre de ce rameau cadet de la maison de Dinan. Son activité s'étend sur plus de 60 ans...

Dès 1356 il fait partie des défenseurs de Rennes assiègée par le duc de Lancastre. Il est à la tête d'un corps de bataille lors de la Bataille d'Auray où Il sauve la vie de Bertrand Du Guesclin. En 1367 il contribue au paiement de la rançon du futur Connétable de France. Bien que fidèle de la Maison de Blois, en 1379 il participe à la ligue des seigneurs bretons pour le rappel du duc Jean IV de Bretagne et il va l'accueillir à Saint Malo lors de son retour d'Angleterre.

Par suite de son patrimoine personnel et de ses alliances Charles de Dinan possédait : Montafilant, Châteaubriant, Le Guildo, La Hardouinaye, les Huguetières, Runefau en Tréguier, Le Bodister, Candé, La Roche-sur-Yon, Chantoceaux.

3) Jeanne de Beaumanoir fille de Jean de Beaumanoir et de Marguerite de Rohan.

4) Jeanne Raguenel morte en 1448.

En haut



Source : Wikipedia