Dillinger

3.4437819420748 (1174)
Posté par woody 30/04/2009 @ 02:11

Tags : dillinger, reggae, musique, culture

Dernières actualités
Critique BD : John Dillinger - Ennemi public n°1 - Le Vif/L'Express
Robin des bois moderne pour les uns, truand dépourvu de scrupule pour les autres (surtout quand ils avaient une plaque du FBI dans la poche), John Dillinger a marqué l'Amérique de la prohibition au point d'entrer dans la légende en compagnie de Bonnie...
••• Public Enemies : Le site Officiel - ÉcranLarge.com
Le film raconte l'histoire vraie de John Dillinger (Johnny Depp), un braqueur de banques hors pair qui a sévit à de nombreuses reprises dans l'Amérique des années 30. Proclamé comme "l'ennemi public numéro 1" par le patron du FBI, John Edgar Hoover,...
Un roman graphique sur John Dillinger, Mesrine avant l'heure - Rue89
Vous ne connaissez pas John Dillinger ? Celui pour qui le patron du FBI Hoover inventa le concept d'« ennemi public numéro 1 » est un Mesrine avant l'heure. Avant de voir le personnage à l'écran (incarné par Johnny Depp, en salles le 1er juillet),...
Entrée, Plat, Dessert pour les oreilles, Thé offert ! - Drum-Bass.net
... The Gordo's Ska Band // Murdock vs Urban Forms (System-D & Baz) // Spor // Boy 8 Bit // Selah Sue solo // Digitalism dj set // Meshuggah // Gong // Walls Of Jericho // The Dillinger Escape Plan // Chase & Status and Mc Rage et beaucoup d'autres....
Furia sound system - Annuaire-parisien
Tout aussi exceptionnel, le plateau post hardcore/métal très attendu avec la présence le même jour de Mogwai, Mono, Dillinger Escape Plan, Suicidal Tendencies, Torche et Kylesa. Depuis 2006 le festival propose une création originale qui cette année se...
Héros public - Marianne2.fr
John Dillinger incarna le diable pour l'élite de l'Amérique, un saint pour le peuple ruiné par la Grande Dépression. Robin des bois moderne, pourfendeur des ravages de la crise, Dillinger sera incarné par Johnny Depp au cinéma....
BD de voyous - nouvelobs.com
Avec «la Véritable Histoire de John Dillinger. Ennemi public n° 1», on plonge dans la vie du gangster mythique (1903-1934) qui défraya la chronique pendant la crise de 1929 et créa le mythe social et cinématographique du dandy des faubourgs....
Johnny Depp/Marion Cotillard : les premières images de leur film ! - Elle
Basé sur l'histoire vraie de John Dillinger, un célèbre braqueur de banque (incarné par le compagnon de Vanessa Paradis), ennemi numéro 1 des Etats-Unis, le film racontera sa traque par un agent du FBI, interprété par Christian Bale....
Johnny Depp : un crooner à la Sinatra ? - Masculin.com
Une image qui correspond bien au profil de Johnny Depp, surtout depuis qu'il a participé au tournage de « Public Enemies » de Michael Mann (« Heat »), où il incarne le gangster John Dillinger. C'est en effet ce rôle qui aurait convaincu les dirigeants...

Dillinger (reggae)

Dillinger, de son vrai nom Lester Bullock, est un toaster jamaïcain né le 25 juin 1953 à Kingston.

En 1971, il commence sa carrière comme DJ dans des sound systems (en particulier celui de Dennis Alcapone). Il est d'abord influencé par U-Roy ou Big Youth avant de trouver son propre style.

Son nom vient du célèbre gangster américain John Dillinger. Il se faisait appeler Alcapone Junior en hommage à son modèle Dennis Alcapone et c'est le célèbre producteur Lee 'Scratch' Perry qui l'a rebaptisé du nom d'un autre célèbre gangster. C’est Yabby You qui remarque le premier Dillinger et lui fait enregistrer en 1974 son premier single Freshly.

L’année suivante Augustus Pablo le fait enregistrer sur Brace a Boy et Sir Coxsone produit Killer Man Jaro. C’est d’ailleurs le patron de Studio One qui produit son premier album Ready Natty Dreadie, en 1975, sur lequel il toaste sur une sélection de rythmes rocksteady et reggae.

En 1976, son deuxième album CB 200, produit par Jo Jo Hoo Kim, contient plusieurs singles dont le fameux Cocaine In My Brain. Ce titre rencontre un gros succès en Europe. Dillinger enregistrera, en 1979, la suite du morceau intitulée Marijuana In My Brain, qui sera numéro 1 en Hollande si bien qu'un album du même nom sort ensuite.

Dillinger travaille ensuite avec Bunny Lee qui produit les deux albums Talkin Blues, en 1977, et Top Ranking, en 1977. La même année il enregistre en Angleterre l’album Clash qu’il partage avec Trinity. Il fait en 1979 un duo avec Johnny Clarke, un autre sur le titre Lamb’s Bread avec Sugar Minott et un autre avec Delroy Wilson.

En haut



The Dillinger Escape Plan

The Dillinger Escape Plan en concert le 21 mai 2008

The Dillinger Escape Plan (DEP) est un groupe américain de post hardcore formé en 1997. Leur style, moderne et intégrant des éléments jazz et de metal progressif, est parfois qualifié de mathcore. Le nom du groupe (littéralement « Le plan d'évasion de Dillinger ») fait référence au gangster américain John Dillinger.

Ils sont réputés tant pour leur musique, caractérisée par des structures rythmiques souvent complexes, une violence exacerbée et des tempos très rapides, que pour l'intensité de leurs prestations scéniques. Leurs influences sont diverses; on peut notamment citer le Mahavishnu Orchestra, King Crimson, ainsi que Black Flag et Cynic.

Des premières parties sur des tournées d'envergure (Slayer, System of a Down, ...), et surtout la publication en 2002 d'un EP en collaboration avec Mike Patton, leur a permis d'acquérir une certaine notoriété. DEP a également été une source d'inspiration pour de nombreux groupes, tels que Sikth, Psyopus, ou encore Ion Dissonance.

C'est en mars 1997 que Ben Weinman et Derrick Brantley, guitaristes, Adam Doll, bassiste, et Chris Pennie, tous trois originaires du New Jersey et amis de lycée, forment la première mouture de The Dillinger Escape Plan, sur les cendres du groupe de hardcore Arcane. Le chanteur Dimitri Minakakis rejoint le trio, qui se lance dans l'écriture de compositions destinées, selon leurs dires, à satisfaire leurs plus impitoyables critiques : eux-mêmes.

Peu de temps après, ils enregistrent un premier mini-album éponyme de 6 titres, qui sortira sur Now or Never Records. Le quatuor fait alors ses premières armes sur scène dans divers endroits : magasins de musique, sous-sols, squats de punk, mais aussi petits et/ou moyens clubs dans de nombreux Etats du Nord-Est et du Middle-Ouest américains.

L'intensité de leurs concerts les fait rapidement gagner une certaine notoriété, ce qui attire l'attention de représentants du label Relapse records, qui assistent à l'un de leur concert en Pennsylvanie. Cette rencontre débouche finalement sur la signature d'un contrat de plusieurs albums.

Après l'arrivée de John Fulton à l'automne 97, le groupe sort un mini-album enregistré dans les studios TraxEast. Under the Running Board, un condensé de 8 minutes de musique complexe, aussi énergique que technique, trouve ses fans mais aussi ses critiques. De nombreux articles de la presse internationale musicale décrivent Under the Running Board comme l'une des meilleures sorties de l'année 1998. Une critique d'autant plus élogieuse pour cet ovni dans le paysage musical de l'époque. Le groupe continue alors ses tournées, propageant une énergie alors rarement vue.

Un événement tragique précède l'enregistrement de leur premier album : Adam Doll est victime d'un accident de la route qui le paralyse. C'est Ben Weinman qui assure les parties de basses de cet album. Minakakis salua toutefois l'aide immense apportée par Doll. Brian Benoit, guitariste du groupe Jesuit, rejoint le groupe peu après pour prendre la place de Fulton et Liam Wilson est embauché pour remplacer Doll au poste de bassiste. C'est sous l'œil de Steve Evetts (Sepultura, Snapcase, Hatebreed, The Cure, Save The Day), que le groupe accouche de Calculating Infinity, album au style plus affirmé, mélangeant chaos métallique et accentuations jazz.

A peine plus d'un mois après cette sortie, le groupe fait les 45 premières parties de la tournée aux Etats-Unis du groupe Mr. Bungle dont le chanteur, Mike Patton, déclare avoir été très impressionné par TDEP. Gourmand de scène, le groupe tourne durant plus de 18 mois dans le monde entier.

La tempête DEP continue de s'étendre, Calculating Infinity reçoit un accueil très chaleureux des fans et de la critique.

Ne relâchant pas ses efforts, les tournées s'enchaînent lors de l'année 2000 : début février aux Etats-Unis, puis avec une tournée pendant l'été aux côtés de Papa Roach, Blink 182, AFI ou encore Pennywise sur le Warped Tour. La fin de l'année 2000 est marquée par le changement de bassiste : après plusieurs "intérimaires", c'est Liam Wilson, ancien membre de Starkweather, qui prend le relais. Deux tournées en Europe et au Japon suivent.

En 2001, c'est Minakakis qui quitte le groupe. De longues recherches conduisent à l'intégration d'un jeune fan aussi remarquable par ses cordes vocales que par son imposante musculature, Greg Puciato. Il accompagne le groupe sur de nombreuses dates aux Etats-Unis et lors de la tournée européenne de System of a Down, dont le groupe assure la première partie. Toujours plein d'une énergie aussi épileptique, ils continuent leurs shows en participant à plusieurs festivals.

Le groupe sort alors un nouvel EP, Irony Is a Dead Scene, en collaboration avec Mike Patton. C'est le premier enregistrement de TDEP auquel participe Liam Wilson. Greg Puciato, quant à lui, n'apparaît pas sur ce disque, toutes les parties vocales étant assurées par Mike Patton.

C'est en 2004 que le groupe sorte son deuxième album, pour la première fois avec Greg Puciato, pourtant membre du groupe depuis plus de deux ans. Miss Machine est plus diversifié que leurs précédentes productions : on y trouve notamment quelques morceaux très calmes, ce qui n'est pas du goût de certains fans de la première heure. L'accueil reçu est toutefois globalement bon.

Le groupe tourne énormément en 2004 et 2005.

Le 13 juin 2006 est sorti un mini-album, Plagiarism, exclusivement sur iTunes. On y trouve de nouvelles versions d'anciens titres, ainsi que des reprises. Toutefois, Brian Benoit ayant dû subir plusieurs opérations au bras, il est parfois remplacé par un ami du groupe et finit par quitter la formation, vraisemblablement suite à ses soucis de bras. D'autres tournées sont annulées en raison de problèmes de santé de Ben Weinman. Le batteur Chris Pennie, unique rescapé de la formation originelle avec le guitariste Ben Weinman, quitte le groupe début 2007 pour intégrer le groupe Coheed and Cambria et sera remplacé par Gil Sharone, du groupe Stolen Babies, pour assurer l'enregistrement du nouvel album, Ire Works, sorti le 13 novembre 2007. Ben Weinman y interprête toutes les parties de guitare mais un nouveau guitariste fait son apparition pour remplacer Brian Benoit sur la tournée qui suit : Jeff Tuttle.

Pendant la tournée, le groupe propose à ses fans de se procurer des t-shirts en édition limitée, chaque modèle correspondant à un morceau de Ire Works. Celle ci achevée, le batteur Gil Sharone décide de quitter le groupe pour se consacrer aux Stolen Babies. C'est début 2009 que le groupe annonce officiellement via son forum officiel l'arrivée de Billy Rymer, batteur du groupe The Rivalry, notamment en postant son numéro de téléphone portable et en encourageant les fans à l'appeler pour lui "souhaiter la bienvenue". Jeff Tuttle avait subi le même traitement lors de son arrivée deux ans auparavant. Le groupe travaille actuellement à l'écriture du prochain album qui devrait voir le jour début 2010.

En haut



Dillinger est mort

Dillinger est mort (Dillinger è morto) est un film italien réalisé par Marco Ferreri en 1969.

Glauco (Michel Piccoli), concepteur de masques à gaz, rentre chez lui dîner, après avoir écouté, non sans un certain ennui, un discours subversif d'un de ses collègues. Il trouve sa femme (Anita Pallenberg) déjà couchée (elle est souffrante). Il décide de dîner seul en regardant la télévision, notamment un reportage à la gloire de Fausto Coppi. Ensuite il se projette différents films de vacances et fait l'idiot devant l'écran. Après quelques jeux érotiques avec sa bonne (Annie Girardot), il finit par tuer sa femme au moyen d'un revolver qu'il a trouvé par hasard enveloppé dans un vieux journal annonçant la mort du gangster américain John Dillinger. Auparavant, il avait remis le révolver en marche et s'était amusé à le peindre en couleurs clownesques. À la fin du film, il embarque sur un yacht dont la jeune propriétaire (Carole André) l'embauche comme cuisinier.

Prise de conscience par un bourgeois de l'absurdité de la vie dans la société de consommation, ce film est une sorte de fable absurde et cynique, genre dans lequel excellait Marco Ferreri, dont c'est peut-être le chef-d'œuvre.

En haut



Dillinger Hütte

Dillinger Hütte est au premier rang des producteurs de tôles fortes européens. Les plaques de Dilling se tendent dans les airs sous forme de ponts, résistent à la puissance de l’eau dans les plates-formes pétrolières, forment les gratte-ciels de l’architecture moderne. Dillinger Hütte doit sa position dans le monde de l’acier notamment à son art du laminage. Les brames ne sont pas seulement aplaties, un processus technique complexe leur donne des caractéristiques internes particulières. Chaque plaque quitte la cage quarto munie d’une combinaison de caractéristiques, unique comme une empreinte digitale ; ce n’est pas un produit de masse, mais une exécution sur mesure. Dillinger Hütte a une expérience de 200 ans de technologie dans le laminage.

1685 Fondation de Dillinger Hütte. Premiers produits : clous, faux et pots en fonte.

1804 Après deux ans de construction, le premier laminoir à tôles est mis en marche. C’est le premier laminoir sur le continent européen.

1815 Dillinger Hütte est le fournisseur de tôles le plus important de Prusse.

1835 Une machine à vapeur remplace les propulsions à eau du laminoir. La « Dillinger Blechlehre » avec 24 niveaux d’épaisseur sert de norme dans toute l’Allemagne.

1877 Le premier train de laminoir pour plaques de blindage entre en service. C’est le premier du monde.

1954 La cage quarto la plus moderne d’Europe avec des cylindres de travail de 3 000 mm et une puissance de 7000 CV est installée au laminoir.

1971 Le nouveau laminoir 2 d’une longueur de 1 200 m est construit à Dilling. Le train quarto de 4,3 m a un rendement de 75 000 t par mois.

1976 Dillinger Hütte perfectionne la technique de laminage thermomécanique.

1984 La première tôle profilée en long du monde est laminée.

1985 La cage quarto la plus moderne et la plus puissante d’une longueur de 5,5m est mise en service.

2000 La tôle thermomécanique (TMCP) la plus épaisse du monde quitte la tôlerie (120 mm pour le pont « Les Garrigues » en France).

L’usine de Dilling en Allemagne forme ce que l’on appelle une « usine intégrée ». C’est à dire que tout est produit chez eux : de la fonte jusqu’à la tôle en passant par l’acier liquide. L’usine de Dilling dispose de hauts-fourneaux, d’une aciérie et d’un laminoir contrairement à celle de Dunkerque qui ne dispose que d’un laminoir.

La cokerie (1) produit le coke qui est nécessaire pour la fabrication de la fonte brute. La houille est échauffée sous vide pendant 24 heures à 1200°C. Ce qui reste c’est le coke dur et poreux. Le goudron et le benzène sont, entre autres, les sous-produits de ce processus, le premier étant utilisé dans l’industrie chimique. Le coke lui-même fournit la chaleur au haut-fourneau et retire l’oxygène du minerai de fer (réduction).

L’unité d’agglomération (2) : Les fines de minerai qui sont nécessaires à la production de fer doivent être agglomérées avant d’être utilisées dans le haut-fourneau. Ce processus est effectué dans l’unité d’agglomération. Pendant l’agglomération, les minerais de fer à grains fins sont cuits en pièces compactes avec du coke fin et des liants. La matière première qui est produite ainsi est prête pour être utilisée dans le haut-fourneau et garantit une bonne réductibilité ainsi qu’une haute teneur en fer à cause de ses caractéristiques chimiques et mécaniques.

C’est dans les hauts-fourneaux (3) qu’est produite la fonte brute liquide. La scorie et le gaz de gueulard sont les sous-produits de ce processus. On injecte de l’air chaud par des tuyères pour brûler le coke. Les gaz de réaction qui se produisent et qui montent vers le haut chauffent le chargement (minerais en morceaux, agglomérés, pellets) et déclenchent des vastes réactions chimiques. Ainsi, les oxydes de fer sont réduits. À des températures excédant 1500°C, la fonte brute et le laitier sont liquides. Le contenu liquide du haut fourneau est tronçonné et transformé à des intervalles courts et réguliers.

C’est dans l’aciérie (4 à 11) que la fonte brute est transformée en acier. Pour cela deux opérations sont nécessaires : l’affinage et la métallurgie secondaire. L’affinage est le terme technique pour la combustion ou l’oxydation. Dans ce processus, des hautes teneurs en oligo-éléments dans la fonte brute doivent être brûlées dans le convertisseur ou être agglutinées dans le laitier. Le but de l’affinage est la réduction de la teneur en carbone et d’autres oligo-éléments jusqu’aux valeurs demandées ou l’enlèvement total des éléments indésirables. Aujourd’hui la production moderne d’acier est notamment caractérisée par le traitement ultérieur de la coulée en dehors du convertisseur par l’alliage, le lavage et le dégazage. Cette métallurgie secondaire vise à obtenir une qualité d’acier encore meilleure et une stabilisation du processus de production.

C’est au laminoir (12) que l’acier fondu et coulé dans l’aciérie (soit par coulée continue (10) soit par coulée en lingotière (11)) est transformé en plaques que le consommateur peut utiliser. Dans ce processus, les propriétés technologiques de l’acier sont aussi changées. Pour obtenir ces changements, il faut continuer de traiter l’acier. La première opération est le laminage. Le laminage de l’acier est une transformation continue ou graduelle à l’aide de plusieurs cylindres tournants. La pression qui en résulte mène à des déformations plastiques, c’est à dire que les atomes glissent tellement que la structure de la tôle change et ainsi ses propriétés mécaniques.

En 2006, l’usine de Dilling aura produit 1,5 millions de tonnes de tôles d’acier entraînant un chiffre d’affaire de 2 265 639 K€ et un résultat net de 420 millions d’€uros.

En haut



Source : Wikipedia