Courbevoie

3.3835341365387 (1494)
Posté par hal 01/04/2009 @ 16:14

Tags : courbevoie, hauts-de-seine, île-de-france, france

Dernières actualités
Rendez-vous en France à Courbevoie - La Defense dans 101 jours - viaFrance
Vous avez rendez-vous au Salon du mariage pour trouver, parmi 1 000 créations, la robe de mariée qui correspond le mieux à vos rêves. Un grand défilé vous propose de découvrir, en avant-première, les collections futures de 40 marques de créateurs et...
Un distributeur attaqué au camion-benne à Courbevoie: 67.000 euros ... - AFP
NANTERRE (AFP) — Deux malfaiteurs ont utilisé un camion-benne lundi matin pour percuter un distributeur automatique de billets (DAB) dans une agence bancaire de Courbevoie (Hauts-de-Seine), d'où ils sont repartis avec 67.000 euros en espèces,...
Esso : AG à Courbevoie - Boursier.com
(Boursier.com) -- L'Assemblée Générale Ordinaire des actionnaires d'Esso Société Anonyme Française se tiendra Tour Manhattan, à Courbevoie, le jeudi 25 juin 2009 à 15h00. L'avis de réunion valant avis de convocation a été publié au Bulletin des...
Deux histoires bien moches de double peine. - Mille Babords (Communiqué de presse)
M. Bandiagou Diarra a été placé en garde à vue puis en rétention à Nanterre, après avoir répondu à une convocation au commissariat de Courbevoie. Il risque d'être reconduit à la frontière d'un jour à l'autre. Cette mesure d'éloignement représenterait...
Conditions d'envoi d'échantillons de sang: l'INTS relaxé - AFP
Le 7 octobre 1998, ce colis, envoyé quelque temps plus tôt par l'INTS à la filiale française du laboratoire Orgenics PBS à Courbevoie (Hauts-de-Seine) avant sa réexpédition en Israël, où se trouve le siège du laboratoire, avait été écrasé par une...
Une garderie jusqu'à 18 h 45 pour tous - Le Parisien
A partir de la prochaine rentrée, un accueil postscolaire sera organisé jusqu'à 18 h 45 dans les écoles élémentaires de Courbevoie, comme dans les maternelles. Jusqu'à présent, les petits pouvaient rester à la garderie scolaire jusqu'à cette heure...
Vieilles gloires dorées : Léonie « Arletty » Bathiat - Come4News
Née des œuvres du chef de dépôt des tramways et de la blanchisseuse Marie Dautreix, à Courbevoie, en 1898, Léonie était au départ destinée à devenir sténographe de conférences et débats. Elle est bien mignonne, cette petite femme là, comme aurait pu le...
Juriste en droit des contrats - Village de la justice
Nous recrutons pour notre Direction Juridique basée à Courbevoie (92) un : ² Accompagner la vie administrative et juridique des sociétés et des filiales du groupe Belron en France. ² Evaluer les risques des opérations menées et imaginer les montages...
La gare de Bécon va être rénovée - Le Parisien
En visite lundi à la gare de Bécon-les-Bruyères à Courbevoie, Jean-Paul Huchon, président PS de la région Ile-de-France et du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), a promis une enveloppe « de 30 à 50 millions » pour les travaux de...
Quartier de La Défense (Hauts-de-Seine) : pour une ... - Mon92.Com
Sa suzeraineté est totale sur Puteaux et Courbevoie, dont les édiles doivent surtout leur « carrière » au respect de l'injonction « je te donne de l'argent et tu te tais ». En contrepartie, ils ont perdu la maîtrise du destin de leur ville : leurs PLU...

Courbevoie

Quais de la Seine

Courbevoie est une commune française, située dans le département des Hauts-de-Seine dans la banlieue ouest de Paris, sur la rive gauche de la Seine.

Le quartier de la Défense, principal quartier d'affaires de Paris, s'étend en partie sur Courbevoie (le reste étant partagé entre les communes de Puteaux et Nanterre).

Courbevoie, siège de la Société nautique de la basse Seine, a accueilli les épreuves d'aviron (sport), de natation et de water-polo des Jeux Olympiques d'été de 1900. Le crawl y fut nagé pour la première fois aux Jeux olympiques.

Courbevoie est une ville située en proche banlieue ouest de Paris, à deux kilomètres des limites de la capitale. Elle s'étend sur la rive gauche de la Seine, du quartier de la Défense au sud, qui occupe une partie de son territoire, à Asnières-sur-Seine, au nord.

Elle est également limitrophe des communes de La Garenne-Colombes et Bois-Colombes au nord, Levallois-Perret à l'est, Neuilly-sur-Seine au sud-est, Puteaux au sud-ouest et Nanterre à l'ouest.

L'origine du nom de la ville de Courbevoie provient du latin curva via. Le nom donné par les Gallo-Romains au territoire devenu Courbevoie (Curva via, voie courbe) est lié au fleuve : un tracé courbe, en lacet, était en effet nécessaire pour adoucir la pente du chemin qui menait au gué qui permettait de passer sur l'autre rive.

Ce terme se retrouve d'ailleurs dans la devise de la ville inscrite sur les armoiries de la ville : Curva via mens recta (« voie courbe, esprit droit ») dont l'empereur romain Antonin le Pieux serait l'auteur.

Au départ, Curva via était un petit hameau de pêcheurs et de vignerons. Au VIIIe siècle, le village dépendait de l'abbaye de Saint-Wandrille (près de Rouen) puis passa sous le contrôle du clergé de Saint-Denis au XIIe siècle. Par la suite, il dépendra de la paroisse de Colombes jusqu'en 1787.

En 1606, alors que le roi Henri IV et la reine Marie de Médicis revenaient de Saint-Germain-en-Laye, ils empruntèrent le bac permettant de traverser la Seine pour regagner Paris. Le carrosse royal tomba à l'eau. A la suite de ce « naufrage », Henri IV chargea Sully de construire un pont à l'emplacement de l'actuel pont de Neuilly. Le pont initialement en bois fut reconstruit en pierre au XVIIIe siècle par Jean-Rodolphe Perronet, ingénieur du roi. En 1938, il fut remplacé par un pont métallique achevé en 1946.

C'est par ce pont que passa le 14 décembre 1840 le cortège ramenant les cendres de Napoléon Ier depuis l'île Sainte-Hélène jusqu'aux Invalides. Par ailleurs, jusqu'en 1914, un tramway à vapeur passait sur le pont.

Jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, Courbevoie était un village de quelques centaines d'habitants. A la fin des années 1730, Courbevoie devient une ville de garnison. Le village voit alors sa population doubler. Des ouvriers, des artisans et de nombreuses petites entreprises s'y installent. Parallèlement, jusqu'à la fin du XIXe siècle, la culture des vignes restera une activité importante de Courbevoie.

La ville acquiert son autonomie en 1790 et devient un chef-lieu de canton en 1829. Alors que Courbevoie comptait moins de 1 500 habitants à la fin du XVIIIe siècle, la population va augmenter très rapidement au cours du siècle suivant, atteignant 25 000 habitants à la fin du XIXe siècle en raison du développement de l'artisanat, de l'industrie et des moyens de transports (notamment du chemin de fer).

Au cours du XXe siècle, la première et la Seconde Guerre mondiale vont profondément marquer la ville qui va connaître d'importants dégâts et de nombreuses victimes du fait des bombardements.

Après la guerre, avec l'aménagement du quartier de la Défense, l'activité économique de Courbevoie connaît un accroissement notable. Dans le même temps, une vaste opération d'urbanisme est engagée pour transformer la ville en quartiers modernes avec de nombreux logements, des commerces, des équipements publics, des infrastructures sportives et culturelles.

Peu à peu, Courbevoie est passée du statut de ville industrielle à celle de ville à vocation tertiaire.

« À l'écu antique de France portant d'azur qui est bleu de France fabriqué autrefois à Courbevoie en 1837. Au pont courbe à trois arches d'or maçonné de sable sur une rivière d'argent ombrée d'azur qui est du pont de Courbevoie. Au chef de gueules, à la tente d'argent qui est ville de garnison accompagné de deux ceps grappés d'or, souvenir du pays autrefois vignoble. L'écu posé sur un cartouche est accompagné à dextre et à sénestre de branches de chênes fruité au naturel (emblème de la force et arme du peuple) et d'olivier fruité au naturel (emblème de la paix et du travail). Les deux branches nouées aux couleurs tricolores de la France. La couronne murale à quatre tours représente le symbole d'une ville de deuxième classe ».

Pour les échéances électorales de 2007, Courbevoie fait partie des 82 communes, de plus de 3500 habitants ayant utilisé les machines à voter électroniques.

Autrefois, la Halte de Courbevoie Sport permettait de desservir le cynodrome.

À en juger par son nom, la station de métro Pont de Levallois - Bécon, située de l'autre côté de la Seine, sur la commune de Levallois-Perret, a aussi pour vocation de desservir le quartier de Bécon de Courbevoie.

Courbevoie a servi de décors à de nombreux films.

En haut



Halte de Courbevoie Sport

La Halte de Courbevoie Sport était une halte ferroviaire de la commune française de Courbevoie (département des Hauts-de-Seine). Elle se trouve sur la ligne de Paris à Versailles Rive Droite entre les gares de Courbevoie et Bécon-les-Bruyères.

La Halte de Courbevoie desservait entre 1936 et 1951 le cynodrome de Courbevoie qui a été inauguré en 1935, puis fermé en 1951. Cette halte située au point kilométrique 6+600 comportait deux quais à voyageurs et des voies de garage. Elle n'était fréquentée que par des trains spéciaux pour les courses ; il y avait une possibilité d'acheter des billets combinés « train et entrée au cynodrome ». Aujourd'hui, le cynodrome a été démoli. La station a été fermée sans doute dès 1951 ; les quais subsistent encore, ainsi que les voies de garage.

En haut



Gare de Courbevoie

Gare Courbevoie.jpg

La gare de Courbevoie est une gare ferroviaire de la commune française de Courbevoie (département des Hauts-de-Seine).

Elle est desservie par les trains du Transilien Paris Saint-Lazare desservant les lignes de Versailles - Rive Droite et Saint-Nom-la-Bretèche.

La gare de Courbevoie est une des très rares (sept dans les Hauts-de-Seine et une à Paris) gares du transilien à apparaître sur le plan RATP métro RER tramway de Paris que l'on retrouve dans toutes les stations du métro parisien.

Pour la direction de La Verrière - Saint-Quentin-en-Yvelines, un changement de train est nécéssaire en gare de La Défense.

En haut



Hauts-de-Seine

Localisation des Hauts-de-Seine

Le département des Hauts-de-Seine (92) est un département français appartenant à la petite couronne de la région Île-de-France.

Le département des Hauts-de-Seine a été créé le 1er janvier 1968, en application de la loi du 10 juillet 1964, conformément au décret d'application du 25 février 1965, à partir de la partie ouest de l'ancien département de la Seine (27 communes) et d'une petite portion de celui de Seine-et-Oise (9 communes : Chaville, Garches, Marnes-la-Coquette, Meudon, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Sèvres, Vaucresson et Ville-d'Avray).

Le département des Hauts-de-Seine fait partie de la région Île-de-France. Il est limitrophe des départements de la Seine-Saint-Denis au nord-est, du Val-d'Oise au nord, des Yvelines à l'ouest, de l'Essonne au sud, du Val-de-Marne au sud-est et de Paris à l'est.

Avec les départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine forment une ceinture autour de Paris, appelée la petite couronne.

Du fait de sa forme "englobante" et de sa position "centrale", c'est le département de la région parisienne qui touche le plus de départements franciliens, exactement six.

Les Hauts-de-Seine sont le plus petit département de la couronne parisienne, mais également le plus peuplé.

En dehors des parcs et bois, les Hauts-de-Seine sont entièrement urbanisés, ce qui en fait un département-ville.

Le climat des Hauts-de-Seine est très proche de celui du reste du Bassin Parisien avec un hiver doux, des pluies relativement fréquentes en automne, un printemps doux et des températures élevées en été. Il y règne un micro-climat de quelques degrés plus élevé que le reste de la partie nord de la France du fait de sa situation en cuvette et de l'effet d'îlot de chaleur urbain observé sur l'ensemble de l'agglomération parisienne.

La Seine borde 17 des 36 communes des Hauts-de-Seine.

Vingt-quatre ponts routiers permettent de la franchir, ainsi que quatre ponts ferroviaires. Parmi ces ponts, l'on trouve notamment le Pont de Neuilly qui est le plus important pont urbain d'Europe en termes de trafic routier, le pont ferroviaire d'Asnières qui, avec ses dix voies, est le pont ferroviaire le plus large d'Europe, et le pont de Saint-Cloud qui est le plus ancien des ponts des Hauts-de-Seine, la première version remonte en effet au IXe siècle.

La découverte d'un large espace d'urbanisation proto-urbain (15 hectares) sur le territoire de l'actuelle Nanterre laisse supposer que Lutèce se trouvait sur la boucle nord des Hauts-de-Seine et non sur l'Île de la Cité.

En effet, en 2003, a été découvert une importante nécropole gauloise datant de la fin du VIe siècle - début du IIIe siècle avant notre ère.

En 2004, le conseil général avait un budget de 1,7 milliard d'euros et employait 5 500 agents. Le PIB par habitant est trois fois plus élevé dans les Hauts-de-Seine que la moyenne nationale. Par ailleurs, le département accueille plus de 6 000 sièges sociaux d'entreprises.

Les Hauts-de-Seine sont la troisième région NUTS-2 de l'Union européenne en termes de PIB (PPA) par habitants, avec 62 374 € (source : Eurostat) par habitants en 2002, derrière Paris et Inner London mais devant Région de Bruxelles-Capitale et Luxembourg.

Selon l'INSEE, en 2000, les Hauts-de-Seine sont le département où le PIB/emplois est le plus élevé en France : 108 000 euros par emploi, devant Paris (86 000 euros) puis les Yvelines (70 000 euros) et le Rhône (66 000 euros). Les Hauts-de-Seine concentrent donc les emplois à hauts revenus.

Toujours selon l'INSEE, en 2000, le PIB des Hauts-de-Seine dépasse légèrement les 90 milliards d'euros, tandis qu'en 2000, le PIB conjoint de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, les deux autres départements de la petite couronne de Paris, est tout juste sous les 63 milliards d'euros.

Ce PIB de 90 milliards d'euros place les Hauts-de-Seine à eux seuls devant de grandes métropoles européennes telles que Bruxelles (57 millards d'euros) ou Barcelone (20 milliards d'euros).

Les Hauts-de-Seine possèdent également le deuxième port fluvial d'Europe (après Duisbourg en Allemagne) : le Port de Gennevilliers, dans le nord du département, avec un trafic de 3,3 millions de tonnes. Ce port est géré par le Port autonome de Paris.

Au sens de la CCIP, les villes de Colombes, Courbevoie, La Garenne, Levallois, Nanterre, Neuilly, Puteaux, Rueil et Suresnes font partie du pôle Paris-La Défense, véritable coeur économique du Grand Paris, incluant également les arrondissements 1, 2, 8, 9, 16 et 17 de Paris.

Au nord des Hauts-de-Seine a été aménagé le quartier d'affaires de La Défense, sur les communes de Puteaux, Courbevoie et Nanterre, où sont implantés les sièges sociaux de grandes entreprises françaises et étrangères.

Le sud-est du département accueille les sièges de trois chaînes de télévision françaises : TF1 (à Boulogne-Billancourt), Canal+ (à Issy-les-Moulineaux) et France 5 (à Issy-les-Moulineaux), et le reste du département accueille également les sièges des chaînes M6, Direct 8, W9 (Commune de Neuilly-sur-Seine) et le bureau parisien de la chaîne TMC.

Au classement du Fortune Global 500, en 2008, 10 entreprises sont basées dans les Hauts-de-Seine : Total (8ème position mondiale), Carrefour (33), Saint-Gobain (110), Renault (119), Vinci (169), Alstom (338), Schneider Electric (342), L'Oréal (355), Sodexo (473), Eiffage (488) et enfin Thales Group (498), ce qui donne aux Hauts-de-Seine une importance décisionnelle majeure.

Les habitants des Hauts-de-Seine sont les Altoséquanais.

Les estimations de l'INSEE au 1er janvier 2006 portent la population des Hauts-de-Seine à 1 532 000 habitants, soit une densité de 8 705 hab/km².

Sans compter les 1 550 hectares de bois (Forêt de Fausses-Reposes, Forêt de Meudon, Parc de Sceaux, etc.) que contient le département, la densité est de 9 545 hab/km². Pour comparaison, la densité à Londres est de 4 700 hab/km², à Tokyo de 5 796 hab/km² et à New York de 10 292 hab/km².

Le département comprend une commune de plus de 100 000 habitants : Boulogne-Billancourt. La taille des villes en termes de population dépend grandement des limites géographiques des villes, donc de leur histoire, puisque le département est dans sa grande majorité bâti. La séparation de Colombes il y a un siècle en trois villes (Colombes, Bois-Colombes et La Garenne-Colombes) illustre bien cette idée ; en effet, sans cette séparation, Colombes aurait pesé en 2005 (INSEE) 138 100 habitants. De même pour Neuilly qui a cédé des terres à Paris et Levallois-Perret. La population des villes a donc un sens assez limité. Les densités sont plus pertinentes.

Un parallèle serait à faire entre cette répartition et le fait que Sèvres, Chaville, Ville-d'Avray, Saint-Cloud, Meudon, Marnes-la-Coquette, Vaucresson, Garches et Rueil-Malmaison faisaient partie du département Seine-et-Oise (78) tandis que le reste des communes faisait partie du département Seine (anciennement Paris) (75) avant 1968.

On aperçoit ici tout ou partie de Colombes, Nanterre, La Garenne-Colombes, Courbevoie, Puteaux et La Défense pour la partie urbaine, et Saint-Cloud, Suresnes et Rueil-Malmaison pour le Mont Valérien sur la droite.

Selon les chiffres de l'INSEE, l'évolution de la population entre le recensement de 1999 et les estimations de 2005 n'est pas uniforme sur le département, mais connait une tendance haussière sur la totalité des communes, à l'exception de Ville-d'Avray (-0,3%) et d'Antony (stable). A l'autre bout de la fourchette, cinq communes connaissent des taux de croissance supérieurs à 2% : Courbevoie (+2,9%), Issy-les-Moulineaux (+2,7%), Montrouge (+2,4%), La Garenne-Colombes (+2,1%) et Levallois-Perret (+2,1%). Ces dernières communes ont la particularité d'être à proximité immédiate soit de Paris intramuros, soit de La Défense.

Les communes à plus de 15 000 hab/km² représentent moins de 17% du territoire altoséquanais, mais plus de 35% de la population altoséquanaise. De cette densité, couplée à une activité économique élevée, résulte un encombrement des transports en commun et du réseau routier fréquent, d'où un nécessaire développement du réseau RATP/SNCF, actuellement bien moins dense que dans Paris intra-muros pour une activité et une densité parfois grandement supérieures.

Avec 41 gares de transilien, 21 stations de métro, 13 stations de tramway et 19 stations de RER, les Hauts-de-Seine comptent 94 stations de transport lourd.

Cela fait seulement 0,53 station par kilomètre carré, ou une station pour 16 298 habitants.

Les extensions en cours et nouvelles lignes devraient porter le nombre de stations à 134 d'ici 2012 (source RATP), soit en moyenne 0,76 station par kilomètre carré.

Les Hauts-de-Seine (territoire actuel) sont un des lieux de naissance du transport en commun, avec la première ligne de transport en commun en train qui les traversait dès 1837, sous le règne du Roi Louis-Philippe Ier (monarchie de juillet) : la ligne Paris - Saint-Germain-en-Laye, inaugurée par la reine Marie-Amélie le 26 août 1837, s'arrêtant dans les gares des villes actuelles de Clichy-la-Garenne et Levallois-Perret, Asnières-sur-Seine, La Garenne-Colombes et Nanterre.

Suite à l'annulation d'une décision du Tribunal des référés par le Conseil d'État le 11 juillet 2008, le système de vélos en libre-service Vélib' a pu être étendu aux 11 communes des Hauts-de-Seine qui bordent Paris intramuros.

Le département des Hauts-de-Seine a été l'objet d'un récit autobiographique de Peter Handke, qui l'a surnommé "la baie de personne". ("Mon année dans la baie de personne"). L'écrivain habitait Chaville, et décrit le département dans une prose poétique.

Le département comprend des musées, des cinémas et des théâtres souvent mis entre parenthèses du fait du nombre et du prestige des musées, des cinémas et des théâtres de Paris accessibles par la habitants altoséquanais.

Cependant, quelques lieux se détachent tels que l'UGC Ciné Cité de La Défense (Les Quatre Temps) ou le théâtre des Amandiers de Nanterre.

Les Hauts-de-Seine sont partiellement traversés par l'Axe historique de Paris.

La procédure pour déclarer La Défense zone touristique est en cours, ce qui permettra aux magasins d'ouvrir le dimanche. On y trouve notamment un petit-train, le musée de La Défense, de multiples tours et commerces, des structures artistiques à grande échelle, et la Grande Arche (siège de la fondation des Droits de l'Homme) sur l'axe historique, au bout de l'esplanade Charles-de-Gaulle, accessible en  ,  ,  ,   .

Soit un total d'environ 12 400 pieds.

Ainsi, treize communes des Hauts-de-Seine (sur 36) font partie d'une communauté d'agglomération regroupant uniquement des communes alto-séquanaises, totalisant 492 000 habitants, soit seulement 32% de la population, et ce malgré le continu du bâti sur l'intégralité du département.

Cependant, les cinq communes d'Antony, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson et Sceaux, dans le sud du département, font partie de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, une communauté d'agglomération interdépartementale avec deux autres communes de l'Essonne (Verrières-le-Buisson et Wissous).

Les communautés d'agglomération n'intéressent donc pour le moment que les communes de la moitié sud du département.

La présidence du Conseil général des Hauts-de-Seine est actuellement occupée par Patrick Devedjian (UMP), qui a succédé à Nicolas Sarkozy (UMP). Nicolas Sarkozy ayant été élu président de la République française le 6 mai 2007, il a dû démissionner de la présidence du conseil général.

Les résultats aux élections législatives de 2007 révèlent un département à la composition politique particulière. Sur les 13 circonscriptions législatives que comptent les Hauts-de-Seine, 10 sont détenues par l'UMP et 3 sont détenues par le PCF. Ainsi, le PS et le FN sont les grands absents des législatives.

La préfecture des Hauts-de-Seine se situe à Nanterre. Le département se subdivise en deux sous-préfectures, l'une à Antony l'autre à Boulogne-Billancourt.

Le département est composé de 3 arrondissements (Nanterre, Antony et Boulogne-Billancourt), 45 cantons et 13 circonscriptions législatives.

Tout comme pour Paris, mais aussi pour la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, la sécurité et la police ne dépendent pas dans les Hauts-de-Seine des maires ou du préfet, mais de la Préfecture de police de Paris.

En 2005, le taux de criminalité pour le département est de 70,9 crimes et délits pour 1 000 habitants, pour une moyenne nationale de 83. Certaines villes avaient en 2005 un taux inférieur à 50 (49,9 à La Garenne-Colombes).

Les Hauts-de-Seine abritent la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur), regroupement de la DST et de la grande majorité des RG. Le bâtiment se trouve plus précisément sur le sol de la commune de Levallois-Perret.

Le centre opérationnel de gestion interministérielle des crises de la Sécurité civile (Ministère de l'Intérieur) se trouve à Asnières-sur-Seine.

Une partie significative du Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire se trouve dans la Grande Arche de La Défense.

La fondation internationale des Droits de l'homme se trouve dans la Grande Arche de La Défense.

Dans le Parc de Saint-Cloud se trouve le Bureau international des poids et mesures, qui a notamment pour mission d'assurer l'uniformité mondiale des mesures, de maintenir le Temps atomique international (TAI) et le Temps universel coordonné (UTC). Ce site jouit d'un statut extraterritorial.

Six Hôpitaux de Paris (AP-HP) se trouvent dans le département, à Boulogne-Billancourt, Clamart, Clichy, Colombes, Garches et Issy-les-Moulineaux.

Les Hauts-de-Seine font partie de l'Académie de Versailles.

Plusieurs centres d'enseignement supérieur se trouvent dans le département, tels que l'Université de Paris Ouest - Nanterre La Défense (Paris-X, 33 000 étudiants), le Pôle d'enseignement supérieur Léonard-de-Vinci (La Défense), mais aussi l'École centrale Paris (Châtenay-Malabry) et les universités Paris Descartes et Paris XI.

Ces cinq centres supérieurs comptent à eux seuls près de 100 000 étudiants.

971 Guadeloupe · 972 Martinique · 973 Guyane · 974 La Réunion Les départements d’outre-mer ont également le statut de région (à département unique).

976 Mayotte Suite au résultat favorable du référendum du 29 mars 2009, Mayotte deviendra un département d'outre-mer en 2011.

En haut



Source : Wikipedia