Colas

3.4466911764721 (1088)
Posté par talos 01/04/2009 @ 15:07

Tags : colas, economie

Dernières actualités
Dans « l'enfer » du triathlon de Taden... - maville.com
Denis Colas est perdu dans la masse. Ils étaient plusieurs milliers autour de la Rance pour encourager les sportifs. Dont la famille Colas qui s'entraîne à Dinan. Hier, 14 h 30 sur la plaine de Taden. Le top départ du triathlon est donné....
SUSPENSE AU CIRQUE - Netboxe.com
C'est animé d'un esprit de revanche qu'il s'est présenté en demi finale contre Jimmy Colas, Bertu n'ayant jamais digéré sa défaite face à ce même homme en championnat de France des super-welters en 2007 à Martigues. La technique et la variété de sa...
Handball / N3M Battu à Panazol samedi soir pour la dernière journée - Midi Libre
Certains joueurs ont pourtant eu le courage de livrer ce match, preuve que le groupe a su rester soudé, malgré les remous de ces derniers jours » , estimait Colas au terme de la rencontre. Et de commenter : « On a fait ce qu'on a pu et on n'a rien à se...
Trop de cola est mauvais pour le coeur - Le Figaro
Les gens qui boivent plusieurs litres de colas par jour risquent de sérieux problèmes musculaires et même cardiaques en raison d'une chute de leurs niveaux de potassium sanguin, avertissent des médecins aujourd'hui. Les modifications des niveaux de...
COLAS : l'activité a été pénalisée par la rudesse de l'hiver - TF1
(AOF) - Colas a accusé au premier trimestre 2009 une baisse de 9,9% de son chiffre d'affaires. Le constructeur de routes, filiale à 96,7% de Bouygues a évoqué des "conditions hivernales rigoureuses, inconnues depuis de nombreuses années"....
Pierre Colas et Henriette Delgorge ont fêté leurs cinquante années ... - La Voix du Nord
De l'union de Pierre Colas et Henriette Delgorge sont nés deux filles (Sabine et Véronique) et cinq petits-enfants (Léonie, Lucie, Julien, Thomas et Guillaume). Cinquante ans après jour pour jour, Pierre Colas et Henriette Delgorge, ainsi que les...
La Bourse sanctionne les résultats de Bouygues - Le Figaro
Le groupe français est pénalisé par les mauvais résultats de TF1 et de sa filiale Colas, spécialisée dans la construction et l'entretien des routes. Les investisseurs désertent la valeur. Le groupe de Martin Bouygues enregistre un bilan de son activité...
Colas : BIEN PLACÉ POUR PROFITER DES PLANS DE RELANCE - Investir.fr
> Les faits. (investir.fr) Le leader mondial de la construction de routes, filiale de Bouygues à plus de 96 %, a dû faire face, au premier trimestre, à des conditions météorologiques très difficiles qui ont immédiatement pesé sur son chiffre d'affaires...
Trop de cola peut entraîner des problèmes de santé liés à une ... - PsychoMédia
Une consommation excessive de cola (plusieurs litres par jour) entraîne des risques de problèmes musculaires et cardiaques liés à une chute du niveau sanguin de potassium, mettent en garde des spécialistes dans un article paru dans l'International...
Théâtre Entre, c'est ouvert ! au Jardin de l'Évêché - Midi Libre
Alain Colas et sa troupe de comédiens amateurs reviennent, où plus exactement reprogramment à Uzès, demain, à 21 h 30, dans le Jardin de l'Évêché, leur spectacle Entre, c'est ouvert ! qu'ils n'avaient pu donner en septembre 2008, à cause du mauvais...

Colas

Colas est un prénom rare, masculin laïque d'origine rurale. Variante : Coliche, Colin Bien que de la même étymologie, Colas est un genre de négation de Nicolas (ni-colas).

En haut



Hervé Colas

Hervé Colas

Hervé Colas est né en 1963 à Soissons. C'est un universitaire français, actuel directeur de l'école de commerce Sup de Co Reims et directeur-adjoint du groupe Reims Management School.

Hervé Colas est diplômé d'HEC, titulaire d'un DEA d'économie mathématique et d'un doctorat en sciences de gestion. Dans le cadre de la nouvelle stratégie 2008-2015 du groupe Reims Management School, Hervé Colas a été nommé en 2008 directeur de l'École supérieure de commerce de Reims. Il succède ainsi à Marie-Noëlle Koebel.

Après diverses expériences au sein de directions financières de grands groupes et d'un cabinet de conseil. Il se consacre à la recherche et à l'enseignement à Reims Management School à partir de 1996.

Hervé Colas est professeur et prend part à l'activité de recherche à Reims Management School depuis 1996. L'essentiel de son travail s'articule autours des problématiques des représentations manageriales et de l'entrepreneuriat (aspects financiers, psycho-sociaux, analyse des économies d'échelles et des transitions de structures). En 2005, le conseil d'administration de Reims Management School lui avait confié la direction de la recherche de l'ensemble du groupe.

Son objectif est aujourd'hui de positionner Sup de Co Reims parmi les 15 meilleures écoles de management européennes : l'école est actuellement 26e au classement européen du Financial Times.

Il intervient également à l'Ecole des Mines de Paris, Ecole Centrale de Paris, Groupe HEC, IAE Tours, Université de Reims.

En haut



Colas Ricard

Colas Ricard est un cinéaste et vidéaste français né le 8 mars 1971.

Il à réalisé une cinquantaine de films, vidéos ou impros.

Il a suivi une triple formation : École supérieure d'audiovisuel (Toulouse), Beaux-Arts (Institut d'Art Visuel d'Orléans, puis École de l'image d'Épinal), suivi d’une formation au cinéma artisanal en autodidacte et auprès de plusieurs associations.

Il est lauréat de la Fondation de France 2001.

Il est également programmateur, intervenant labo, intervenant en milieu scolaire, rédacteur, initiateur du projet exprmntl.net dédié aux pratiques audiovisuelles alternatives et de contraintes.net dédié aux contraintes artistiques volontaires.

Il vit et travaille en Bretagne.

En haut



Colas Rail

Logo de Colas Rail

Colas Rail est une entreprise française de travaux publics filiale du groupe Colas (groupe Bouygues), spécialisée dans les travaux ferroviaires.

Son chiffre d'affaires s'élève à 174 millions d'euros (2005). Elle comprend 3300 collaborateurs.

Colas Rail est née de la fusion, au 31 janvier 2008, de Seco Rail et de Spie Rail, suite de l'acquisition de Spie Rail par COLAS en mai 2007.

SECO, Société d'Etudes et de Construction d'Outillage, a été fondée en 1931 pour construire et exploiter la première dégarnisseuse-cribleuse française de ballast à grand rendement conçue par Maurice Lemaire, ingénieur de la voie à la Compagnie des Chemins de fer du Nord, puis Ministre de la Construction et du Logement de 1953 à 1955. De principal entrepreneur de travaux de dégarnissage mécanique en France, la société SECO évolue dans les années 1950 vers la pratique de l’ensemble de travaux de pose, de renouvellement et d’entretien de voies ferrées. Au début des années 1970, l’entreprise connaît quelques difficultés financières. Elle est alors vendue en 1975 à l'entreprise Desquenne et Giral, la totalité des parts des actionnaires étant cédée en 1977.

Albert Giral, employé depuis 1933 de l'entreprise Dehé spécialisée dans les travaux ferroviaires, souhaite créer sa propre entreprise afin de mieux mettre en œuvre ses idées. Exempté de mobilisation pour raison de santé en 1939, il réunit en 1944 ses économies, emprunte à sa famille et à des amis et décide de se lancer. Mais, à cette époque, il n’est pas possible de créer de nouvelles sociétés, cette mesure provisoire ayant été prise pour ne pas désavantager les prisonniers de guerre. Un ami commun, Robert Moinon, lui fait rencontrer Pierre Desquenne, entrepreneur de maçonnerie. Au départ, la société à responsabilité limitée Pierre Desquenne, qui avait été créée en 1936 et qui employait une dizaine d'ouvriers, va ouvrir un secteur d’entretien de voies ferrées très modeste ; mais c’est l’époque de la reconstruction et le travail ne manque pas. L’entreprise se développe assez rapidement, elle recrute d'anciens collaborateurs de chez Déhé. En 1946, la société Pierre Desquenne devient l’entreprise Desquenne et Giral. Albert Giral et Pierre Desquenne sont cogérants. Desquenne et Giral va connaître une grande expansion dans les années 1950 : c'est l'époque de la reconstruction, et les chantiers de voies ferrées se multiplient. Plusieurs secteurs sont créés, à Nantes, Bordeaux, Le Havre, etc. Durant ces mêmes années, l’entreprise s’exporte à l’étranger et réalise d’importants travaux. En 1958, Desquenne et Giral devient une société anonyme au capital de 1 500 000 Francs. Albert Giral est nommé Président Directeur Général et Pierre Desquenne Directeur Général Adjoint. Desquenne et Giral est alors la troisième entreprise de voies, derrière les entreprises familiales Dehé et Drouard. Les suites rapides se développeront à la fin des années 1960 dans le but d’augmenter les cadences d’exécution des renouvellements de voies. Trois suites rapides seront créées : la première sera confiée à la société Drouard, la seconde à Dehé et la troisième à l’association Desquenne et Giral et Montcocol, qui créeront la société Pluto pour réaliser ces travaux. En 1965, Pierre Desquenne prend sa retraite, et le 5 septembre 1971 Albert Giral meurt. Son fils, Jean-Louis Giral, entré dans l’entreprise depuis déjà plusieurs années, prend sa succession. En 1975, prenant tous ses concurrents de vitesse, Desquenne et Giral rachète l’entreprise Seco en proie à des difficultés financières. En 1977, elle prendra également le contrôle d’une autre entreprise de travaux ferroviaires, Verstraeten, qui intervenait principalement dans la région parisienne, la RATP (Régie Autonome des Transports Parisiens) et dans le Sud-Est.

Suite au rachat de Seco et de Verstraeten, Desquenne et Giral devient une holding en 1978 et prend le nom de « Gestion Desquenne et Giral ». Elle rassemble l'ensemble de ses activités ferroviaires sous l’enseigne « Seco Desquenne et Giral », qui deviendra très vite SECO/DG. SECO change par la même occasion de désignation et devient « Société d’Entretien et de Construction ». SECO/DG est alors la première entreprise de travaux ferroviaires de France. Le groupe Desquenne et Giral procède à de nombreuses acquisitions d'entreprises au cours des années 1980 et 1990 dans différents secteurs : bâtiment, travaux publics, forages, réseaux, automatismes, électricité, informatique industrielle et même d’éditions. Les activités ferroviaires des sociétés rachetées sont progressivement fusionnées avec SECO/DG : il en est ainsi de Pressiat et RCFC. GITAR, VFRP, EFAC (entreprise belge) voient cependant leurs entités conservées. En décembre 1992, lors d'une restructuration du groupe Desquenne et Giral, plusieurs entreprises précédemment acquises sont regroupées sous la société « DG Construction ». SECO/DG, autonome fonctionnellement, est relié juridiquement à DG Construction. En mai 1997, lors d’une nouvelle restructuration du groupe, « DG Construction » est intégrée à SECO/DG qui devient SECO/DGC (SECO Desquenne et Giral Construction). Cette société se décompose en quatre départements : Voies ferrées, Génie Civil, Réseaux, Travaux souterrains. Toutefois, la fin des années 1990 sera difficile pour le groupe Desquenne et Giral. A l’exception des travaux ferroviaires qui représentent environ 35 % de l’activité, l’ensemble des activités est déficitaire et l’investissement devient quasi nul.

Au début des années 2000, Jean-Louis Giral, proche de la retraite, recherche un repreneur pour son groupe. Compte tenu des difficultés financières évoquées ci-dessus, aucune entreprise n'est intéressée. C'est alors que le groupe Colas décide de racheter en octobre 2000 l'ensemble des activités ferroviaires de Desquenne et Giral (Département Voies ferrées de SECO/DGC, VFRP, GITAR, EFAC, DG UK Limited). La société Seco-Rail est alors créée telle qu’elle existe actuellement.

La société Seco (Société d'études et de construction d'outillage) a été rachetée en octobre 2000 par le groupe Colas, prenant alors le nom de Seco-Rail. Elle est spécialisée dans les travaux de voie : renouvellement de voies, construction de lignes nouvelles... Elle est devenue, depuis la fin de l'année 2006, une entreprise ferroviaire disposant d'une licence européenne et d'un certificat de sécurité pour circuler sur le réseau français.

Elle a commencé le 7 janvier 2007 un trafic régulier de granulats entre les carrières Roy à Saint-Varent (Deux-Sèvres) et la centrale d'enrobage de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), pour le compte de Colas. Selon sa présentation, Seco-Rail dispose de 24 (G1206) et 2 (G1000).

En haut



Source : Wikipedia