Cindy Fabre

3.3865006025962 (2489)
Posté par hal 19/03/2009 @ 15:11

Tags : cindy fabre, miss france, miss, people

Dernières actualités
Geneviève de Fontenay à la rescousse de Cindy Fabre, Miss France 2005 - Plurielles
Des photos sexy de Cindy Fabre, Miss France 2005, devaient être diffusées dans la presse. Geneviève de Fontenay est arrivée à temps pour empêcher cette parution gênante. Geneviève de Fontenay n'a décidément aucun moment de répit....
Cindy Fabre, Valérie Benaïm, Eva Jaerlhing et les autres : toutes ... - Pure People
Cindy Fabre, miss France 2005, en équipe avec Chris Mayne, une des soeurs du duo Native et une habituée du Rallye des gazelles, quant à elles, sont engagées dans la catégorie Modern et célèbrent les 20 ans de la MX-5 Mazda....
La plage des secrets : W9 rediffuse son émission de télé-réalité hot ! - Télé 7
La chaîne rediffusera sa télé-réalité mi-danoise mi-flamande à succès présentée l'année dernière par Cindy Fabre. Cindy Fabre , Miss France 2005 , sera de retour le 5 juin prochain dès 23h50 sur W9 avec ce même programme de télé-réalité venu de...
Rallye des princesses - 4e étape : Aix-les-Bains (Savoie) - Serre ... - France Soir
Dans la catégorie moderne , notre duo de charme Cindy Fabre et Chris Mayne et leur Mazda MX5 remporte la troisième victoire de ce rallye et devraient s'assurer une place sur le podium. Quant à Hermine de Clermont Tonnerre et Valérie Benaïm,...
Rallye des princesses - 1ère étape : Paris – Contrexéville - France Soir
La première étape du Rallye des princesses a été remporté par Nathalie Bourgitteau-Guiard et sa co-pilote Janie Juillet sur leur Alpha Roméo GTV 2000 Bertone pour la catégorie historique, Cindy Fabre et Chris Mayne sur une Mazda MX5 MK1 dans la...
La plage des secrets, épisode 4 sur W9 - melty.fr
Avec l'émission La plage des secrets vous allez sans aucun doute avoir envie de partir en vacance tous les vendredis, en attendant suivez dès ce soir le 4ème épisode de couples cachés sur W9 à partir de 23h40 avec Cindy Fabre....
Le roadster MX-5 au Rallye des Princesses - Web Car Center
L'équipage phare sera engagé sur un MX-5 de première génération (1991) et on retrouvera à son bord Cindy Fabre, Miss France 2005 et actuellement animatrice sur RTL9, et Chris Mayne, qui après avoir chanté dans le groupe Native, prépare une tournée...
Mazda : happy birthday, MX-5 ! - L'Entreprise
Elle est confiée, pour le rallye, à un équipage de charme : la chanteuse Chris Mayne, qui s'était fait connaître dans le groupe Naive, et Cindy Fabre, Miss France 2005. Et pour ceux qui ne pourront pas suivre la trace de ces Princesses ?...
Les Princesses sur la ligne de départ - Le Figaro
Parmi les femmes médiatiques inscrites à la 10ème édition du rallye , citons Luana Belmondo, Valérie Benaïm, Cindy Fabre (Miss France 2005), Hermine de Clermont Tonnerre Mayne Chris, et Florence Mikli Dehaine. Parmi les voitures engagées,...
Rallye des princesses - Qui a dit femmes au volant..... - France Soir
A signaler également, la participation de Cindy Fabre, Miss France 2005 et celle de la chanteuse Chris Mayne à bord d'une des Mazda MX-5 prêtée par le constructeur pour célébrer les 20 ans de son célèbre coupé. Cette année, les fonds récoltés par la...

Cindy Fabre

Cindy Fabre (née le 26 septembre 1985 à Cosne-Cours-sur-Loire dans la Nièvre) à été élue Miss France 2005 le 4 décembre 2004 à Tours, devenant ainsi la 58e Miss France.

Elle succède à Lætitia Bléger qui à été remplacée par Lucie Degletagne.

Originaire de la Guadeloupe par sa mère, elle est métisse et mesure 1,78 m. Elle est étudiante en marketing et passionnée de danse. Elle vit en Normandie, à Falaise, depuis l'an 2000.

En haut



Stade Malherbe Caen Calvados Basse-Normandie

Logo SM Caen

Le Stade Malherbe de Caen (SM Caen) est un club de football français fondé en 1913. Le club caennais est présidé par Jean-François Fortin. L'équipe première est dirigée par Patrick Parizon et par Franck Dumas.

Le SM Caen évolue au stade Michel-d'Ornano depuis 1993. Il a remporté un championnat de France de Ligue 2 en 1996 et a atteint la finale de la coupe de la Ligue en 2005.

L'équipe première participe au Championnat de France de Ligue 1 depuis 2007.

Le Stade Malherbe doit son nom au poète François de Malherbe (1555-1628), natif de Caen.

L'Union Athlétique du Lycée Malherbe est fondée en 1892 (1897 selon certaines sources) par des étudiants et lycéens. Citons parmi eux Detolle, Berger, Gouville et Mériel. Le football est l'activité majeure de ce club, mais il semble que sa pratique officielle ne débute qu'en 1899. Les premiers maillots sont rayés verticalement noir et blanc. Champion USFSA de Basse-Normandie dès sa première édition en 1903, l'UAL écarte le FC Rennais en quart de finale du Championnat de France (4-1), mais tombe en demi-finale contre les Parisiens du RC France (5-1). L'UAL devient Club Malherbe Caennais en 1908 et décroche trois nouveaux titres de champion de Basse-Normandie en 1909, 1910 et 1912.

Le 17 novembre 1913, le Club Malherbe Caennais fusionne avec le club omnisports du Club Sportif Caennais, fondé en 1898, champion USFSA de Basse-Normandie en 1907. Ils donnent naissance au Stade Malherbe Caennais. Le club est omnisports et adopte les couleurs rouge et bleu du CSC. Sous ce nouveau label, les caennais enlèvent six titres de champion de Division Honneur Basse-Normandie entre 1920 et 1928. En 1934, le club acquiert brièvement le statut professionnel, qu'il abandonne dès 1938.

Après guerre, le Stade Malherbe Caennais est une équipe évoluant en Championnat de France Amateurs. En 1970 le club intègre une première fois la Division 2, lorsque celle-ci est élargie, mais ce n'est qu'en 1984 qu'il y met pied pour de bon, en adoptant dans la foulée le statut professionnel.

En 1988 le club découvre enfin la Division 1. Un an plus tard, après un maintien obtenu in extremis, il est rebaptisé Stade Malherbe Caen Calvados Basse Normandie. Le club s'ancre en Division 1, mais à l'automne 1991 on apprend que le club est proche du dépôt de bilan. Finalement le club est sauvé financièrement grâce à la participation d'entreprises et de collectivités locales, et l'équipe de réalise une saison exceptionnelle : le Stade Malherbe termine 5e de Division 1, et obtient sa première, et à ce jour unique, qualification pour la Coupe de l'UEFA.

En 1993 l'équipe quitte l'emblématique Stade de Venoix pour le stade Michel-d'Ornano. Malheureusement elle n'est pas à la hauteur sportivement : en 1995 le club est relégué. Champions de Division 2 en 1996, les caennais ne retrouvent l'élite qu'une seule saison. Le Stade Malherbe devient un club ordinaire de Division 2. En 2003-2004, il est promu pour la 3ème fois en Ligue 1. Le dénouement de la saison est cruel : les caennais atteignent la finale de Coupe de la Ligue mais sont battus par le RC Strasbourg (2-1), et sont relégués suite à une ultime défaite à Istres (3-2).

Après deux saisons en Ligue 2, le Stade Malherbe est de retour en Ligue 1 en 2007, et obtient son maintien dans l'élite pour la première fois depuis 1994.

Le Stade Malherbe de Caen n'a participé qu'une seule fois à la coupe d'Europe : en terminant à la 5e place du championnat 1991-1992, Caen se qualifie pour le 1er tour de la Coupe UEFA 1992-1993, face au prestigieux Real Saragosse, où évoluent entre autres le champion du monde Andreas Brehme et Gustavo Poyet.

Le match aller est désigné match de l'année 1992 par France Football. Lors du match retour en Espagne, l'arbitrage, dirigé par le sulfureux arbitre gallois Howard King, est objet à polémique, Thierry Roland s'exclamant en direct sur TF1 : « Ah j'ai rarement vu un trio de nulos pareil... Faudrait les empailler ceux là ».

L'Union Athlétique du Lycée Malherbe (UALM) portait un maillot composé de rayures verticales noires et blanches, tandis que le Club Sportif caennais (CSC) utilisait des rayures horizontales bleues et rouges. Suite à la fusion des deux clubs en 1913, les deux présidents décidèrent de mêler les couleurs et les sigles en adoptant les rayures verticales de l'UALM et les couleurs du CSC.

Plus tard, au gré des saisons, les rayures sont ou non utilisées, mais le maillot reste généralement bleu et rouge. En 1991-1992, le Stade Malherbe de Caen, équipé par Puma, retrouve son maillot d'origine, à rayures verticales bleues et rouges. Les résultats historiques obtenus cette saison (5e de Division 1, le club se qualifie à la Coupe UEFA) expliquent probablement que que le club y soit depuis resté fidèle.

En 2000-2001, le nouvel équipementier Le Coq Sportif propose un maillot sans rayure. Le club termine 17e de Division 2, pire classement depuis l'adoption du statut professionnel. La saison suivante, le maillot est de nouveau rayé, à la grande joie des supporters.

Lors la saison 2008-2009, Nike, l'équipementier du club depuis une saison, décide à son tour de supprimer les rayures verticales, et les remplace par deux grandes bandes verticales rouge et bleue.

Les supporters du Malherbe Normandy Kop, militent pour un retour au logo précédent et ont lancé une pétition en ligne à ce sujet.

L'actionnariat se veut régional. Le Crédit agricole, le groupe Batteur, le groupe Hamelin, Eurologistic, les Maîtres laitiers du Cotentin, Frial, la société de placements financiers ASM et des actionnaires du groupe Accor détiennent 70 % du capital du club. Le reste est la propriété d'une SAS de 46 actionnaires normands.

Lors de la saison 2006-2007, le budget de fonctionnement du club se montait à 17,7 M€ .

En 2007-2008, suite à la promotion en Ligue 1, le budget est estimé à 27 M€ . Pour la saison 2008-2009, le budget prévisionnel se monte à 32 M€ , ce qui ferait du Stade Malherbe le 13e club de l'élite en la matière.

S'il ne fallait en choisir qu'un, ce serait peut être Pascal Théault, né à Caen, entré au club en 1964 (à 8 ans !), joueur jusqu'en 1986 (élu joueur de l'année de division 2 en 1984 par France Football), responsable au sein du club de 1976 à 1997, et enfin entraîneur de l'équipe première de 1997 à 2000. Il aura tout connu de l'ascension du club de son coeur, du monde amateur à la coupe d'Europe.

Deux des joueurs les plus emblématiques du Stade Malherbe “amateur” sont Alain Douville, gardien de but caennais de 1973 à 1985, et Jean-Paul Bouffandeau, élu meilleur joueur amateur français en 1976.

Au cours des années 1980, les défenseurs Yvan Lebourgeois (de 1984 à 1996) et Christophe Point (de 1976 à 1995) marquent le club de leur fidélité. C'est aussi l'époque des premiers exploits de Pierre Mankowski sur le banc : arrivé en temps qu'entraîneur-joueur en 1983, il est élu entraîneur de l'année de Division 2 trois fois (1984, 1987, 1988) avant de mener le Stade Malherbe en Division 1 (1988). Il reviendra en 1995 après la redescente du club en Division 2 : en 1996 le club est champion de France de D2 (c'est à ce jour le seul titre national du Stade Malherbe) et retrouve sa place dans l'élite.

En 1988 le club est en première division : les anglais Graham Rix et Brian Stein marquent de leur empreinte le club qui se maintient à l'arrachée. Fabrice Divert devient la première star nationale issue du club. Avant de quitter le club en 1991, il sera le premier joueur du SM Caen à connaître une sélection en équipe de France.

Le début des années 1990 voit le Stade Malherbe décoller sous la houlette de Daniel Jeandupeux : le gardien Philippe Montanier, les défenseurs Franck Dumas et Hippolyte Dangbeto, les milieux de terrain Michel Rio, Willy Görter et Benoît Cauet, l'ailier Jesper Olsen, les attaquants Xavier Gravelaine (le second joueur du club à connaître une sélection en équipe de France) et Stéphane Paille (ancien international français) brillent parmi cette formidable équipe.

En 1992, le champion du monde argentin Gabriel Calderon est recruté : il reviendra en 1997 en tant qu'entraîneur puis en tant que responsable du centre de formation. Le milieu de terrain Stéphane Dedebant va mener le jeu caennais pendant 5 ans et frôle l'équipe de France, avant de se blesser.

En 1994, les étoiles Alexander Mostovoi et Kennet Andersson passent furtivement mais n'empêchent pas le club de sombrer en Division 2. Luc Borrelli, Franck Priou et l'ancien international Pascal Vahirua aident le club à retrouver sa place en Division 1, mais le club redescendra.

A partir de 1996, le Stade Malherbe va avant tout briller par la qualité des produits de son centre de formation, qui rejoignent régulièrement des clubs de Division 1 : William Gallas (parti en 1997 à Marseille), Frédéric Née (parti en 1998 à Bastia), Jérôme Rothen, Bernard Mendy (partis en 2000 à Troyes et Paris), Grégory Tafforeau (parti en 2001 à Lille), Mathieu Bodmer (parti en 2003 à Lille), Ronald Zubar (parti en 2006 à Marseille), etc.

Les passages sur le banc de Patrick Remy de 2002 à 2005, puis de Franck Dumas depuis 2005, coïncident avec le retour au premier plan du club. Cyrille Watier devient le meilleur buteur caennais de l'ère professionnelle (57 buts en 6 saisons). En 2004-2005, Sébastien Mazure termine quatrième meilleur buteur et premier buteur français de Ligue 1 (13 buts) mais ne peut empêcher le club de redescendre en Ligue 2.

Le meneur de jeu Anthony Deroin, au club depuis 1997, et le latéral Nicolas Seube, au club depuis 2001, deviennent les patrons de l'équipe, dont le joyau est Yoan Gouffran. Le jeune attaquant rejoint après trois saisons pleines les Bordeaux !Girondins de Bordeaux, ce qui permet au Stade Malherbe de recruter Steve Savidan. Ce dernier devient en novembre 2008 le troisième joueur de l'histoire du club à connaître une sélection en équipe de France.

Jusqu'au milieu des années 1980, le Stade Malherbe attire un public modeste et tranquille au stade de Venoix. En 1988, le club découvre l'élite. Les bons résultats du Stade Malherbe de Caen (particulièrement à domicile) et la générosité de l'équipe contribuent à faire du vétuste stade de Venoix une enceinte à l’ambiance particulièrement « chaude ».

En 1989, la Brigade Viking, considérée comme proche des South Winners (un groupe de supporters de l’Olympique de Marseille), fait son apparition dans le virage Venoix. En 1991, alors que le club va connaître sa première qualification à la coupe d'Europe, deux nouveaux groupes sont créés : les Gunners 91 (d’inspiration britannique, le club compte alors dans ses rangs deux joueurs britanniques : Brian Stein et Graham Rix) et le Kop Of Hund Boys (considéré comme proche des supporters du Paris Saint-Germain).

Lors du déménagement de l’équipe première au stade Michel-d'Ornano en 1993, les trois groupes, aux mentalités assez différentes, s’installent en tribune Populaire B. En 1995, le Kop Of Hund Boys disparaît. En mars 1996, les Gunners et ce qui reste de la Brigade Viking fondent le Malherbe Normandy Kop (ou MNK 96). Certains anciens membres Gunners, déçus par cette fusion, fondent le Drakkar Side, qui tente de s’installer en Populaire E, sans succès. Ce groupe disparait en 2000.

Depuis sa création, le MNK 96 est donc le principal, voire le seul, groupe de supporters du Stade Malherbe de Caen. Pendant plusieurs années, alors que le club est enlisé en deuxième division, le groupe peine à prendre son envol. Mais à partir de 2001, ses activités deviennent plus visibles et plus « ultra ». En 2002 le groupe déménage au centre de la tribune Populaire B, derrière les buts. Le renouveau sportif que connaît le club à partir de l’hiver 2003 va être accompagné par le développement du MNK 96, qui construit une identité, et parvient à entraîner le reste des spectateurs certains soirs de match. Dix ans après le déménagement au stade Michel-d'Ornano, l’ambiance y est enfin au rendez vous.

Depuis 2007, les Fans Caen tentent d'animer un deuxième kop en tribune Populaire E, à l'opposé de la populaire B, avec plus ou moins de succès. Enfin, une association regroupant des supporters exilés, les Paris Drakkars, suit l'équipe, en particulier lors des déplacements, depuis 2005.

Il fut longtemps difficile de trouver des supporters célèbres du Stade Malherbe. Suite aux bons résultats récents, certains se sont déclarés. Citons Denis Brogniart , Flavie Flament , Michel Drucker , Nelly Viennot (première femme arbitre à avoir officié en Ligue 1) , Cindy Fabre (Miss France 2005), Olivier Barroux de Kad et Olivier, Henri Sannier, Daniel Mangeas.

En haut



Alexandra Rosenfeld

Alexandra Rosenfeld (juin 2007)

Alexandra Rosenfeld (née le 23 novembre 1986) a été élue Miss France 2006 et Miss Europe 2006.

Alexandra a été élue Miss France 2006, le samedi 3 décembre 2005 au Palais des festivals de Cannes lors d'une émission de télévision retransmise sur TF1, présentée par Jean-Pierre Foucault. La présidente du jury était Læticia Hallyday, épouse de Johnny Hallyday, ce dernier étant également membre du jury. Elle succède à Cindy Fabre et devient la 59e Miss France. Elle représente la France lors de l'élection de Miss Univers le 23 juillet 2006.

Alexandra Rosenfeld est née le 23 novembre 1986 à Béziers dans l'Hérault. Elle vit actuellement à Boulogne-Billancourt. Elle mesure 1,73 mètre, blonde aux yeux noisettes. Ses origines sont espagnole et hongroise. Elle pratique l'athlétisme depuis l'âge de 10 ans au club d'athlétisme de Pézenas. Elle était étudiante au Lycée Jean-Moulin de Pézenas, où elle prépare un BTS tourisme (poursuite en 2e année en 2005). Ses loisirs sont le sport et le shopping. Elle est actuellement la compagne du joueur de rugby Sergio Parisse.

Elle a été et est toujours une des imitations de Nicolas Canteloup, qu'elle ne supporte plus.

En haut



Miss France

Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007

Miss France est un concours annuel de beauté, diffusé à la télévision et organisé par la société Miss France, Miss Europe, Miss Univers, présidé par Geneviève Mulmann dite « de Fontenay », et qui détient la marque Miss France.

La finale consiste à élire, avec les voix du public français et d’un jury composé de personnalités artistiques aux horizons variés, celle qui, pendant une année entière, portera le titre de « Miss France ». Les candidates sont les jeunes « Miss régionales », choisies pour représenter les diverses régions de France métropolitaine et d’outre-mer.

Depuis 2005 l’élection est produite par la société Endemol, qui a racheté les droits de Miss France.

L'expression « Miss France » est née dans les tranchées de la Somme en 1914. Le titre de « Miss France » fut tout d’abord boudé par la presse parisienne, farouchement anti-américaine à l’époque, même si le terme correspondait à la réponse faite à un soldat anglais. L’expression La plus belle femme de France lui fut donc préféré et c’est sous ce titre francisé que fut élue Agnès Souret en 1920.

« Miss France » fut officiellement inventée en 1927 par Jean-Jules et Gustave Cousin. La première élection de Miss France eut lieu cette année-là et couronna Roberte Cusey, première Miss France. Lui succédèrent Raymonde Allain (1928), Germaine Laborde (1929), Yvette Labrousse (1930), qui devint La Begum en épousant quelques années plus tard l’Aga Khan III.

En 1945, c’est Christian Dior qui relança les Miss d’après Guerre en inventant Miss Dior en hommage à sa sœur.

À partir de cette année là, un certain nombre d’organisations plus ou moins informelles se créèrent jusqu'à la création d' associations: le Comité de Jean Raibaut dit Charly’s (1951), l’association Comité Miss France, Miss Europe, Miss Univers (1954) fondé par Guy Lévy dit Rinaldo et dont la secrétaire administrative était Geneviève Mulmann.

En dépit de ce qui est parfois écrit dans les journaux, il y a déjà eu une miss France arabe, Suzanne Iskandar, née de parents libanais. Dans une interview, Geneviève de Fontenay témoigna des difficultés et réticences rencontrées à l'époque face à l'élection d'une jeune femme d'origine arabe. De même, Geneviève a rappelé que Paris-Match refusa de faire sa une avec Corinne Coman, nouvellement élue miss France 2003 parce que certaines personnes de la rédaction disaient "qu'une black en couverture ce n'était pas vendeur" ; finalement Corinne fit la une de l'hebdomadaire mais seulement dans l'édition d'Outre-Mer et dans l'édition francophone pour les pays étrangers. Pendant l'élection de miss France 2009, Geneviève de Fontenay a dit que les 36 candidates étaient la vitrine de la France multiraciale. Des candidates maghrébines ont déjà représenté leur région à miss France, l'une d'elles fut élue 3ème dauphine en 2001 et représenta la France à un concours international la même année.

Depuis 2001, le pendant masculin du concours Miss France est Mister France.

Le titre « Miss France » est utilisé officiellement et très largement répandu depuis 1927. Guy Lévy dit Rinaldo a donné le titre de « Comité Miss France » à l'association qu'il a créé en 1954.

Geneviève de Fontenay et Louis Poirot ont été condamnés pour diffamation à l’encontre de Jean Raibaut dit « Charly’s ». Par arrêt du 6 décembre 1972, Geneviève de Fontenay a été condamnée à 100 francs d’amende et à des dommages-intérêts pour diffamation.

En 1976, le TGI de Versailles permit à Guy Levy de retrouver son poste de Président du Comité Miss France alors qu’il en avait été exclu en 1956 sur des documents falsifiés par Geneviève Mulmann et Louis Poirot. Le Comité Miss France décida de l’exclusion de la secrétaire Geneviève Mulmann le 30 juillet 1976. Déjà, en 1958, Fernand Véran lui-même écrivait : « dans les années 1950, le trio vola en éclats, chacun souhaitant fonder sa propre organisation ». Une avalanche de procès s’abattit alors sur les frêles épaules de Miss France et ainsi débuta la Guerre des Miss.

La difficulté vient de ce que la justice ne considère pas l'organisation de concours de beauté comme étant une entreprise intellectuelle. Seule la marque « Miss France » peut être déposée ou cédée. Le concours aujourd'hui diffusé par TF1 n'est pas protégeable. On peut d'ailleurs noter que Jean-Pierre Foucault a reçu en 1984 une Miss France issue du Comité Rinaldo 1954, V. Griffet et sa dauphine F. Valy. Le départ de Geneviève de Fontenay Mulmann était déjà « définitif » !

Le dépôt de la marque date du 23 mai 1986 par Geneviève de Fontenay Mulmann. Elle a depuis été cédée à la société Miss France en 2002, qui elle-même à concédé une licence d’exploitation de la marque à l’association Comité Miss France, Miss Europe, Miss Univers. Cependant Guy Lévy attaque le Comité Miss France, Miss Europe, Miss Univers pour contrefaçon. Il récuse le dépôt. En effet, il est précisé dans les documents de l'INPI de faire des recherches d'antériorité ou de payer pour ces recherches pour s'assurer que le nom que l'on souhaite protégé n'a jamais été utilisé. Dans le cas de « Miss France », les articles de presse antérieurs à 1986 ou les extraits d'émissions de télévision présentant les « Miss France » du Comité Rinaldo 1954 sont des preuves que le nom « Miss France » était utilisé avant le dépot INPI.

Un autre « combat » célèbre fut le procès intenté par le Comité Miss France de Geneviève de Fontenay, qui se revendiquait du Comité de 1954, à Jean-Louis Giordano, qui avait fondé en 1989 le "Comité Miss France - Jean-Louis Giordano" et dont l’association qu’il présidait avait déposé la marque Comité Miss France — marque qui appartient aujourd’hui à l’association Amicalement Vôtre, dépendant aussi de M. Giordano. La demande a été rejetée, au motif que le Comité Miss France de Geneviève de Fontenay n’établissait pas avoir de capacité juridique à agir en justice, et n’établissait pas être la même personnalité morale que l’association Comité Miss France, Miss Europe, Miss Univers de Guy Lévy dit Rinaldo déclarée le 21 octobre 1954. Il n’a donc pas été statué sur le fond du dossier .

Enfin, des contentieux opposent régulièrement le Comité Miss France de Geneviève de Fontenay à des tiers s’appropriant la marque « Miss France », notamment pour des noms de domaine internet. Depuis, la justice s'est prononcé en 2002 en faveur d'Endemol au sujet de l'utilisation de divers noms de domaines contenant les termes « Miss » et « France » déposés par Michel Le Parmentier.

En haut



Miss Réunion

Miss Réunion est un concours de beauté annuel réservé aux jeunes femmes de l'île de La Réunion, département d'outre-mer français dans l'océan Indien.

Couronnée durant le milieu de l'année, la lauréate accède automatiquement en décembre suivant au concours national désignant la Miss France de l'année suivante, et c'est ainsi que Monique Uldaric et Valérie Bègue, respectivement Miss Réunion 1975 et 2007, ont été élues Miss France 1976 et 2008. Par ailleurs, le concours a été considéré comme national pendant quelques années, et plusieurs gagnantes ont donc pu accéder à Miss Univers sans franchir d'autres étapes intermédiaires.

Créée en 1957, l'élection est télévisée depuis 1994 et est actuellement diffusée sur Télé Réunion. Les présentateurs de Miss France font souvent le déplacement pour assurer l'animation de la soirée, comme cela a été le cas en 2007 avec Jean-Pierre Foucault, qui était accompagné d'Alexandra Rosenfeld.

Delphine Courteaud, qui a été élue Miss Réunion 2008 et a succédé à Valérie Bègue, est originaire de La Possession. Elle est brune et mesure 1,72 m. Elle est gérante dans le cadre d'une entreprise de cosmétiques. Elle avait déjà tenté sa chance lors de l'élection de Miss Réunion 2004, mais n'avait remporté que l'écharpe de première dauphine. C'est en août 2008 que la jeune femme, candidate n°5, a remporté l'élection de Miss Réunion 2008, au cours d'une soirée présentée par Bernard Montiel et présidée par Sylvie Tellier et Valérie Bègue, Miss France 2008. Delphine Ognard, candidate n°7, est sa première dauphine ; Laura Ratane, candidate n°1, sa seconde dauphine. Le 6 décembre 2008, au Puy du Fou, elle est classée demi-finaliste lors de l'élection de Miss France 2009.

En haut



Source : Wikipedia