Charleroi

3.3506172839153 (1620)
Posté par hal 02/03/2009 @ 13:00

Tags : charleroi, belgique, europe, international, sporting de charleroi, football, sport

Dernières actualités
André Antoine s'attaque à la polémique de l'aéroport de Charleroi - 7sur7
Edmée De Groeve, présidente du conseil d'administration de l'aéroport de Charleroi, est accusée par Marcel Buelens, l'ancien administrateur délégué de BSCA d'avoir réalisé une série de dépenses personnelles sur le compte de BSCA....
Cordaro n'est pas encore à Charleroi - 7sur7
Alessandro Cordaro ne sera pas à Charleroi pour la reprise des entraînements ce mercredi matin. Mons a levé une soi-disant option de deux ans figurant dans son contrat de quatre saisons. Une option que le Manageois conteste, mais qui l'empêche pour...
Le procès "La Carolorégienne" débute : rappel des faits - RTL Info.be
Le procès de "La Carolorégienne" débute mercredi devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Ce dossier avait été le point de départ de toutes les affaires politico-judiciaires carolorégiennes. Il avait, à l'époque, coûté leur carrière à trois...
Une opération anti-contrefaçons sur le marché de Charleroi - 7sur7
Une vaste opération de contrôle de marchandises contrefaites a été menée sur le marché dominical de Charleroi, at-on appris lundi de source policière. Elle visait des marques de vêtements ou de maroquinerie, mais aussi des DVD, des jouets et des...
Balog et Kage débarquent à Charleroi Charleroi s'offre une ... - Walfoot.be
Hervé Kage s'est engagé pour deux saisons en faveur du Sporting de Charleroi. Cet élément polyvalent, âgé de 20 ans, excelle en tant que médian défensif. Kage arrive en provenance du noyau espoir d'Anderlecht, club où il n'entrait plus dans les plans...
La page des affaires tournée à Charleroi ? - RTL Info.be
Le score du PS aux élections régionales à Charleroi démontre-t-il que la page des affaires est désormais tournée ? Le procès de "La Carolo" commence moins de deux semaines après les élections régionales qui ont finalement permis au PS carolo de...
Apaisement social chez EAT - Express.be
Paul Buelens va en justice contre son éviction de Charleroi Airport vendredi 12 juin 2009Marcel Buelens, aujourd'hui ex-CEO de Charleroi Airport, va aller en justice pour protester contre la procédure qu'il juge « irrégulière et inhumaine » qui a...
FC Metz - Enzo Scifo sur le banc ? - Tous Grenat
Il s'est reconverti entraîneur par la suite, en passant successivement par Charleroi (2001-2002), Tubize (2004-2006) et Mouscron (décembre 2007-2009). En fin de saison 2008-2009, d'un commun accord avec les dirigeants, il préfère partir de Mouscron....
Procès R. Wagner: jugement remis le 24 juin - RTBF
17.06.09 - 11:48 Le tribunal correctionnel de Charleroi a remis à huitaine le jugement qu'il devait rendre mercredi dans le dossier relatif à l'homme d'affaires carolorégien Robert Wagner et à Bernard Wang. Robert Wagner était poursuivi pour le...
Diogo : « Je n'ai plus joué au foot en prairie depuis 5 ans » - FootGoal.net
Arrivé au Sporting de Charleroi, le Soulier d'Or de Futsal, Diogo a marqué la saison passée 69 buts et débutera dans quelques heures une nouvelle aventure en Zèbre. Le Brésilien revient sur son incroyable aventure au Centre pour étrangers suite à un...

Charleroi

Localisation de Charleroi dans l'arrondissement de Charleroi et la Province de Hainaut

Charleroi (en wallon Chålerwè ou Tchålerwè) est une ville de Belgique, située en Région wallonne, province de Hainaut, sur la Sambre. C'est un chef-lieu d'arrondissement.

Elle compte 201 593 habitants (423 204 dans l'agglomération - la 5e de Belgique - qui s'étend de Thuin à Sambreville). Elle est ainsi la première ville wallonne en terme d'habitants et troisième commune belge. Ses habitants s'appellent les Carolorégiens ou plus couramment Carolos.

La petite section de Charleroi comptait 21 307 habitants en 1976 avant la création du « grand Charleroi ».

Centre industriel, sidérurgie, verreries, produits chimiques, constructions électriques. Charleroi est au centre d'un vaste bassin houiller, maintenant totalement abandonné, appelé Pays noir. Grand nœud routier et ferroviaire, Charleroi est l'une des grandes métropoles belges.

Charleroi a une dimension culturelle importante grâce à ses nombreux musées et salles de spectacles. Elle a vu éclore de nombreux talents de dessinateurs de bande dessinée sous la houlette de sa célèbre école de Marcinelle dont les statues des personnages ornent la ville. Charleroi est un important centre d'enseignement.

Charleroi est également présente sur le plan sportif. Riche en infrastructures et en clubs sportifs connus.

Charleroi est le siège des institutions sociales de la Région wallonne, comme le FOREM ou la SWCS.

L'origine de la ville est un petit village nommé Charnoy qui comptait une cinquantaine de maisons au XVIIe siècle. Sa situation de domination sur la Sambre face à la ville fortifiée de Châtelet (liée alors à la principauté de Liège) permettrait de se prémunir contre elle. Charleroi appartenait lui au comté de Namur, d'où la nécessité de la création d'une nouvelle forteresse, en 1666 par les Espagnols. Elle fut nommée Charleroy en l'honneur de l'enfant-roi Charles II.

Le chronogramme latin "FVNDATVR CAROLOREGIVM" est inscrit dans le registre des baptêmes de la paroisse du Charnoy à la date du 3 septembre 1666, c'est-à-dire le jour de l'ouverture des travaux de la forteresse.

La place encore en construction est prise l'année suivante, le 31 mai, par les Français, sous le commandement de Turenne. Les ouvrages d'art sont alors parfaits et agrandis par Vauban. Après la paix d'Aix-la-Chapelle attribuée à la France, Louis XIV accorde des privilèges aux habitants de la nouvelle ville (terrain offert gratuitement, primes à la construction, etc.) en vue de la développer.

En 1673, la ville s'étend sur la rive droite de la Sambre, qui deviendra la "ville basse", par opposition à la forteresse existante placée sur les hauteurs, portant logiquement le nom de "ville haute". Le lien actuel entre la ville haute et la ville basse est la rue de la Montagne, qui porte bien son nom puisqu'elle rejoint la ville haute en montant.

La ville est assiégée à plusieurs reprises avant d'être concédée à l'Espagne par le traité de Nimègue de 1678. En 1692, la ville est bombardée par les armées françaises, puis l'année suivante, elle est prise par Vauban, sous le regard de Louis XIV, en reprend le contrôle. Ce dernier ne se résout en effet pas à perdre la place qui verrouille Sambre et Meuse et représente un poste avancé vers Bruxelles.

Prise et reprise, elle passe aux Espagnols au Traité de Ryswick (1697), retourne à la France, est occupée par les Hollandais puis cédée à l'Autriche par le traité de Bade. Elle est reprise par le prince de Conti en 1745. Finalement elle est rendue à l'Autriche en 1748, à la condition que les forteresses soient démantelées. La ville connait alors 45 ans de prospérité, sous Joseph II.

La ville tire parti de très importants gisements de charbon à fleur de terre (d'où l'appellation de la ville : "Pays Noir"). Des verreries s'installent à Lodelinsart, des moulins, des houillères et des hauts-fourneaux à Charleroi. La production de verre, de charbon et de métallurgie bat son plein.

En décembre 1790 commence la révolution brabançonne et Charleroi connait une nouvelles période de troubles : les Autrichiens occupent la ville le 25 décembre ; ils cèdent la place aux vainqueurs français de Jemappes avant de la reprendre en mars 1793. Charleroi, dès l'arrivée des Français, proclame sa sécession du Comté de Namur. Elle demande plus tard, alors qu'il est question de créer les États-Unis de Belgique, d'être plutôt rattachée directement à la France. En 1794, le général Charbonnier met le siège devant la ville mais est repoussé. C'est Jourdan, qui après six jours d'un bombardement intensif, parviendra à prendre la place. C'est pendant cette double bataille qu'on eut recours pour la première fois à l'observation aérienne d'un champ de bataille.

La ville changera à plusieurs reprises de nom : Char-sur-Sambre, Charles-sur-Sambre ou encore Libre-sur-Sambre (elle gardera ce nom révolutionnaire jusqu'au 8 mars 1800).

Peu avant la bataille de Waterloo de 1815, les Carolorégiens très "francophiles" accueillent avec enthousiasme les troupes françaises qui récupèrent la cité jusque là aux mains des Hollandais. Mais Napoléon essuie une défaite plus au Nord, à la célèbre bataille de Waterloo. Quarante-huit heures plus tard, Charleroi recueille les débris de la Grande Armée ; le 19 à 5 heures, Napoléon lui-même est dans la ville avant de continuer vers Paris. Charleroi, après cette brève parenthèse française retombe sous le royaume des Pays-Bas. Pour se prémunir contre la France, la ville se verra dans l'obligation de construire de nouveaux murs. Pendant cinquante ans, elle en sera prisonnière, occupant une superficie très réduite.

Après la révolution de 1830, à laquelle la population prend une part active, l'activité économique se développe grâce l'essor des industries anciennes et à l'installation de nouvelles productions ainsi qu'à la multiplication des voies de communication. La ville devenant trop étroite, la démolition des remparts est décidée en 1867 ; elle s'achèvera en 1871. L'activité économique de Charleroi est en plein essor. Elle est alors la deuxième ville la plus riche du pays.

Malheureusement, la révolution industrielle s'essouffle, et la découverte d'un combustible nouveau (le pétrole), plus performant et moins cher met définitivement fin à la carrière des villes minières de Belgique et du Nord de la France. Les mines se ferment alors les unes après les autres. À l'heure actuelle, seule la sidérurgie a été maintenue en se modernisant considérablement ( coulée continue, aciers spéciaux et inoxydables ), mais elle éprouve de grandes difficultés à rester compétitive, au même titre que toute l'industrie européenne.

Première guerre mondiale : En 1914, Charleroi correspond à la défaite des armées françaises par les armées allemandes (21, 22 et 23 août).

Seconde guerre mondiale :En 1945, Charleroi sera encore largement convoitée par les protagonistes des deux camps : alliés et pays de l'axe, pour la possession des ponts sur la Sambre. Après la Seconde Guerre mondiale, ce sera le déclin économique lié à la chute de l'industrie lourde (voir précédemment).

L'histoire du Grand Charleroi commence le 1er janvier 1977 suite à l'entrée en vigueur de la loi sur la fusion des communes. Charleroi devient alors la ville wallonne la plus peuplée.

Le premier bourgmestre de la nouvelle entité sera Lucien Harmegnies, ancien ministre et jusqu'alors bourgmestre de Marcinelle.

Les communes limitrophes de Charleroi sont Les Bons Villers, Fleurus, Châtelet, Gerpinnes, Ham-sur-Heure-Nalinnes, Montigny-le-Tilleul, Fontaine-l'Évêque, Courcelles et Pont-à-Celles.

Le climat de la région de Charleroi est un climat tempéré océanique comme pour l'ensemble de la partie occidentale de la Belgique, cela grâce à la proximité de l'océan Atlantique qui régule le temps grâce à l'inertie calorifique de ses eaux. Le climat peut être influencé par des zones humides et douces en provenance de l'océan, mais aussi par des zones sèches (chaudes en été et froides en hiver) en provenance de l'intérieur du continent européen. En moyenne (moyenne faite sur une période couvrant les 100 dernières années), on observe environ 200 jours de pluie par an dans la région de Charleroi.

Charleroi compte 201 550 habitants, soit une densité de 1 973 habitants/km².

Parmi les 69 communes de la province de Hainaut, elle se situe à la 7e place par rapport à sa surface, à la 1re par rapport à son nombre d'habitants et à la 1re place par rapport à sa densité. Parmi les 262 communes de la région wallonne, elle se situe à la 51e place par rapport à sa surface, à la 1re place par rapport à son nombre d'habitants et à la 3e place par rapport à sa densité. Parmi les 589 communes belges, elle se situe à la 64e place par rapport à sa surface, à la 3e place par rapport à son nombre d'habitants et à la 28e place par rapport à sa densité.

La population étrangère est très importante à Charleroi, elle a permis d'augmenter la démographie de la ville tout au long du XXe siècle et est principalement composée d'Italiens, de Turcs et de Marocains. Statistiquement la ville de Charleroi est la ville ou l'on trouve la plus importante communauté italienne du pays avec environ 50 000 ressortissants (+- 25% de la population). Mais proportionnellement, c'est la ville de La Louvière qui possède le plus haut taux de population d'origine italienne. À l'échelle nationale, la communauté marocaine à supplanté en 2006 la communauté italienne qui était la plus grande communauté étrangère de Belgique depuis l'après Guerre.

Les sections de commune les plus peuplées de Charleroi sont Jumet et Marcinelle.

Note : En 1977, on assista à la fusion des communes.

Deuxième agglomération wallonne et première commune, Charleroi est un pôle économique important. Traditionnellement, trois secteurs constituaient l'essentiel de l'activité économique : le charbon, la sidérurgie et le verre. Si le charbon a définitivement disparu, les industries sidérurgique et verrière se sont restructurées et modernisées et occupent toujours une place importante. Ainsi, Industeel, filiale d'Arcelor est un leader mondial dans les aciers spéciaux et inoxydables, AGC Automotive, filiale de Asahi Glass, est active dans le secteur du vitrage automobile, et les Laminoirs du Ruau, filiale des Laminés Marchands Européens, produisent toujours des laminés marchands destinés majoritairement à l'export.

De nombreux navetteurs quittent chaque matin la ville pour travailler à Bruxelles, le prix relativement abordable de l'immobilier les maintenant dans la région.

L'intercommunale Igretec est la structure publique spécialisée dans la promotion économique de la métropole et dans l'accueil des investisseurs. Elle joue aussi un rôle de soutien pour l'activité des PME, notamment en matière d'implantation et d'aides à l'investissement.

Au cœur d'un nœud autoroutier, ferrovier et de voies hydrauliques très dense, Charleroi est idéalement desservie. La ville est ceinturée par deux périphériques (ring). Le R9, appelé aussi petite ceinture, dessert le centre urbain. Le R3, grande ceinture, dessert lui, toute l'agglomération. Elle est traversée par deux autoroutes : la A54 qui la relie à Bruxelles via Nivelles et la E42, l'Autoroute de Wallonie. On peut considérer la circulation automobile entre les différentes communes et zones industrielles comme très rapide, en comparaison avec de nombreuses métropoles.

Les transports urbains (bus et métro léger) sont gérés par la société TEC Charleroi.

Les chemins de fer sont gérés par la société SNCB (à l'échelle de la Belgique). La gare principale de la ville est Charleroi-Sud, à partir de laquelle sont desservies les grandes villes belges (Bruxelles, Anvers, Liège, Namur, Mons, ...) ainsi que la ville de Paris via le Thalys. Les autres gares de l'agglomération, moins importantes, sont : Charleroi-Ouest, Marchienne-au-Pont, Roux, Courcelles, Lodelinsart, Ransart et Couillet.

La Ville possède son propre aéroport, à Gosselies. Il s'agit de l'Aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud, deuxième aéroport du pays en transport de passagers, situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de la Capitale de l'Europe. En pleine croissance, celui-ci accueille depuis les années 2000 des compagnies à bas tarifs qui proposent une série de destinations vers l'Europe entière.

Charleroi possède de nombreuses écoles secondaires, aussi bien dans le centre que dans son agglomération.

La ville possède également de nombreuses prestigieuses Hautes Ecoles comme Charleroi-Europe, L'IESCA, la HEPCUT ou encore L'école de la Providence.

Le vrai manque de la ville est une université. En effet, Charleroi est la seule grande ville belge a ne pas avoir d'université. Ce manque pousse les très nombreux diplômés du secondaire à quitter la ville pour suivre leurs cursus ailleurs. Une ou des universités augmenteraient considérablement le taux de 15-25 ans dans la ville et permettrait probablement de faire revivre le centre-ville ou de nombreux étudiants pourraient loger. On peut noter toutefois que Charleroi accueille de nombreux étudiants français dans la catégorie paramédicale notamment dans les sections de Montignies-sur-Sambre et Marcinelle comme l'Institut Pédagogique et Social de Marcinelle (IPSMa), l'Institut Provincial de Kinésithérapie de Nursing et d'Ergothérapie (IPKNE) faisant tout deux partie de la Haute Ecole Provinciale de Charleroi Universtité du Travail (HEPCUT), ainsi que L'IESCA de la Haute Ecole de Charleroi Europe.

En tant que ville de la Grande Région, Charleroi participe au programme de l'année Européenne de la Capitale de la Culture 2007.

Le paysage carolorégien est animé par de nombreux de terrils, souvenirs d'un long passé minier. Certains ont été réaménagés en espaces de détente et d' évasion, constituant parfois de superbes réserves naturelles. Sans oublier que, du haut de ces terrils, on peut découvrir un vaste panorama de la métropole. Ces terrils sont traversés par le Ravel. Idéal pour des balades à pieds, à cheval ou équipé d' un vélo. Si les terrils ne vous attirent guère, vous pourrez toujours vous promener dans les nombreux parcs communaux de la métropole.

Centre international d'édition de la bande dessinée (Éditions Dupuis), Charleroi qui a vu éclore de nombreux talents de dessinateurs sous la houlette de sa célèbre école de Marcinelle, a vu naître des personnages illustres du neuvième art tels que Spirou et Fantasio, le Marsupilami, Boule et Bill, et Lucky Luke, dont les statues polychromes ornent la ville.

Le dimanche matin, le visiteur ne manquera pas de visiter l'immense marché qui occupe une grande partie du centre ville.

Fréquemment, des festivals ou concerts de musiques sont organisés dans les nombreux cafés de la ville, comme le Carolo Musique Rally. Chaque année, fin juin, se tient également une des plus grandes brocantes de Belgique, à savoir, la Brocante des quais qui dure 24 heures. En 2006, le 24 juin, la ville a accueillit la City Parade, grand rassemblement de musiques électroniques.

La ville de Charleroi accueille plusieurs équipes sportives de renom, dont le Royal Sporting Club de Charleroi qui évolue en division 1, le club de basket ball des Spirou qui évolue à la tête du championnat national après avoir figuré quelques années en coupe d'Europe. De son côté, le club de tennis de table Royal Villette Charleroi, plusieurs fois vainqueur de la Ligue des Champions européenne, comporte quelques éléments de tout premier plan, dont Jean-Michel Saive, ancien vice-champion du monde, ancien champion d'Europe, et ex-numéro 1 mondial.

Dans pratiquement chaque commune de Charleroi, il y a une équipe de balle pelote. Ce sport traditionnel est resté très populaire dans la région où l'on trouve encore de nombreux ballodromes.

Armoiries de Charleroi.

Charleroi a porté successivement les armes des Isenghien de Gand, celles du comté de Namur en 1697, les mêmes aux émaux inversés et le lion tenant un sabre, puis augmentées d'un chef à la fleur de lis au XIXe siècle. C'est ce dernier type qui lui fut confirmé par arrêté royal du 28 août 1847. Depuis les fusions de 1977, la ville a abandonné ses anciennes armoiries et en a adopté de nouvelles qui n'ont jusqu'ici pas été reconnues par une autorité supérieure.

Blasonnement : De sable à la silhouette d'une forteresse hexagonale d'argent, entourée de douze étoiles à cinq rais d'or rangées en cercle, le tout surmonté de quinze points d'échiquier alternativement de gueules et d'argent rangés en fasce huit et sept; au chef diminué d'argent à une fleur de lys de gueules.

Les armoiries sont rarement présentées seules. Elles le sont habituellement comme sur le drapeau.

Drapeau : Blanc chargé d'un coq rouge, la patte droite posée sur le bord supérieur de l'écu de la ville.

Le coq, emblème de la partie francophone belge et de la France. Sa dextre est posée en chef, en signe d'allégeance.

Charleroi (en), ville de Pennsylvanie près de Pittsburgh aux États-Unis, 5000 habitants, a été nommée ainsi en l'honneur de sa grande sœur belge.

Le Collège de Charleroi est composé d'une coalition du PS, MR et cdH.

Le 11 juin 2007, au lendemain de élections législatives fédérales, Elio Di Rupo, président du PS, annonce la mise sous la tutelle de Paul Magnette de l'union socialiste communale de Charleroi. Il demande par ailleurs la démission du bourgmestre et de tous les échevins PS de Charleroi.

Le 12 juin 2007, l'ensemble du collège des bourgmestre et échevins de Charleroi démissionne (y compris l'échevin cdH Jean-Jacques Viseur), conformément au souhait d'Elio Di Rupo.

Le 22 juin 2007, signature d'un préaccord de majorité pour former une coalition à trois. Le PS obtient sept échevins dont le président du CPAS ; le MR, deux échevins ; et le CDH, un échevin plus le poste de bourgmestre qui irait à Jean-Jacques Viseur.

Le 28 juin 2007, présentation officielle du futur Collège communal.

Le 9 juillet 2007, installation officielle du nouveau Collège communal.

Résultats des élections et répartitions des sièges au conseil communal depuis la fusion des communes (1977) et la création du « Grand Charleroi ». Le conseil communal, y compris le bourgmestre et les échevins, est composé de 51 membres (commune de 200 000 à 249 999 habitants).

Depuis 2005, de nombreuses affaires judiciaires ont mis en cause des personnalités de l'administration communale de Charleroi. Le retentissement et l'impact est important au niveau local, régional et même national. Elio Di Rupo, président du PS attribue même la défaite de son parti lors de élections législatives du 10 juin 2007 à celles-ci.

Dans la mouvance de l'implantation à Charleroi en 1957 de ce qui deviendra plus tard le Ballet royal de Wallonie, la ville de Charleroi a connu depuis 1970 un très vif engouement pour la danse classique et contemporaine, avec la création de nombreuses écoles de danse privées et même de compagnies semi-professionnelles comme Charleroi City Ballet ou Carolo King Ballet.

Le Ballet royal de Wallonie, compagnie importante d'une cinquantaine de danseurs, orientée vers le courant néoclassique a été dissoute en 1990, à la mort de son directeur artistique Jorge Lefebre pour faire place à une entité plus petite, intégralement contemporaine : Charleroi/Danses, Centre chorégraphique de la Communauté française sous la direction de Frédéric Flamand.

En haut



ROC Charleroi M

Logo

Royal Olympic Club de Charleroi-Marchienne (ROCCM) est un club belge de football basé à Montignies-sur-Sambre. Le club évolue en 2008-2009 en deuxième division belge après avoir remporté le championnat de division 3 belge lors de la saison 2006-2007. Ses joueurs sont surnommés "les dogues" d'où son emblème. La devise de ses supporters est " Dogue un jour, Dogues toujours".

Le matricule 246 a été créé en 1911. Il est l'autre club de la ville avec le Royal Charleroi Sporting Club. Il fera longtemps l'ascenseur entre la première et la deuxième division. Avec comme apogée, le titre de champion d'automne et vice champion de Belgique en 1947.

En haut



Bataille de Charleroi

Battles of Charleroi and Mons map.png

La bataille de Charleroi est une bataille qui opposa les troupes françaises du Général Lanrezac à l'armée allemande du général Von Bülow, du 21 au 23 août 1914, pendant la Première Guerre mondiale.

Elle résulte, avant tout, de la prise de contact entre la Ve Armée française commandée par le Général Lanrezac, placée en défensive le long de la Vallée de la Sambre et de la Meuse et la IIe Armée allemande, commandée par le Generaloberst Von Bülow qui vient de traverser la Belgique dans un vaste mouvement tournant centré sur les Ardennes.

A l'ouest de la Ve Armée se trouve le Corps expéditionnaire britannique (BEF) qui prend contact avec la Ie Armée du Generaloberst Von Kluck à peu près simultanément (Bataille de Mons). Au sud-ouest se trouve la IVe Armée du Général de Langle de Cary.

En haut



Royal Charleroi Sporting Club

Logo

Le Royal Charleroi Sporting Club (dont la dénomination officielle depuis le 1er septembre 2001 est Sporting du Pays de Charleroi (Société Royale)) est un club belge de football basé à Charleroi fondé le 1er janvier 1904 et affilié le 24 novembre 1907. Le surnom des joueurs de cette équipe est les Zèbres, en référence à la couleur de leur maillot.

Il est présidé par Abbas Bayat. Le manager sportif du club est Mogi Bayat, son frère Mehdi est, quant à lui, le manager commercial. Le secrétaire général est Pierre-Yves Hendrickx.

Le club est actuellement entraîné par l'ancien international écossais John Collins.

En haut



Aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud

Aeroport de Charleroi Bruxelles Sud.jpg

L'aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud (ou Brussels South Charleroi Airport, code AITA : CRL, code OACI EBCI) est situé au nord de Charleroi, dans la section de Gosselies, en Belgique. C'est le deuxième aéroport belge et le premier wallon en termes de trafic de passagers. Un nouveau terminal, d'une capacité annuelle de 5 millions de passagers, a été inauguré en janvier 2008.

Les premières activités aériennes à Gosselies remontent à 1919 (école de pilotage puis activités de maintenance aéronautique, l'année suivante). La société de constructions aéronautique Fairey s'installe en 1931 sur le site, alors connu sous le nom de « Mont des Bergers ».

Le champ d'aviation de Gosselies devient un aérodrome public après la Seconde Guerre mondiale, mais ce sont surtout les activités de constructions aéronautiques qui génèrent l'essor du site (installation de la SABCA en 1954, puis de la Sonaca en 1978, en remplacement de Fairey.

Les années 1970 voient l'inauguration d'une liaison bi-quotidienne Liège-Charleroi-Londres par la compagnie aérienne belge Sabena. L'expérience est vite abandonnée pour cause de résultats décevants, laissant l'aérodrome de Gosselies pratiquement sans aucun trafic passagers (l'aérodrome étant principalement utilisé pour les vols privés de loisirs ou les vols d'entraînement, parfois quelques vols charters vers les destinations vacances de la Méditerranée ou l'Algérie).

Ce n'est que vers la fin des années 1990 que l'aéroport de Charleroi prend enfin son envol, avec une nouvelle société de gestion commerciale (BSCA - Brussels South Charleroi Airport) et l'arrivée de la compagnie à bas prix Ryanair en 1997 qui décide d'ouvrir sa première base continentale sur le site en avril 2001.

Bien qu'objet de polémique au sujet des aides accordées par la Région wallonne à l'installation de la compagnie, Ryanair a régulièrement décidé l'ouverture de nouvelles liaisons au départ de Charleroi (ainsi que la fermeture de certaines lignes, notamment vers Liverpool et Londres-Stansted). Ryanair a été rejointe à Charleroi par d'autres compagnies à bas tarifs, comme Wizz Air et Air Service Plus. La compagnie polonaise Air Polonia a également ouvert une ligne Charleroi-Varsovie avant de se déclarer en faillite. Plus tard, Air Service Plus a été remplacée par Fly On Air, en proposant pour unique destination Pescara, sur la côte adriatique italienne. Aujourd'hui, la ligne est à nouveau fermée.

Wizz Air a ouvert une ligne Charleroi-Ljubljana le 1er mai 2006. La compagnie aérienne Jet4You a ouvert une ligne Charleroi-Casablanca le 1er novembre 2006. Blue Air, une compagnie low cost roumaine, a également ouverte une ligne Bucarest-Charleroi le 29 octobre 2006.

Ryanair annonce la fermeture de la ligne Charleroi-Salzbourg le 16 avril 2006. Par contre, Ryanair rouvrira la ligne Chareroi-Londres le 1er juin 2007. Wizz Air lancera une liaison entre Charleroi et Katowice le 1er octobre 2007 et étudie aussi de nouvelles destinations au départ de Charleroi.

Ryanair a révélé, dans une étude, que l'aéroport de Charleroi pouvait accueillir jusqu’à dix avions de sa flotte.

Le ministre wallon en charge des aéroports, André Antoine, a révélé que l'aéroport pourrait rallonger sa piste de 650 mètres pour la porter à 3 200 mètres. L'allongement de la piste était un projet vieux de 20 ans. Ce projet s'accompagnerait de l'homolgation CAT III du système d'atterrissage aux instruments (ILS) ainsi que de la construction d'une nouvelle tour de contrôle et du développement de voies de roulage (taxiway) au nord de la piste.

David Gering, directeur des ventes de Ryanair pour le Benelux (entre-temps embauché par BSCA comme directeur du développement), a annoncé le 13 décembre 2006, que l'inauguration du nouveau terminal passagers en septembre ou octobre 2007 permettrait le lancement de nombreuses liaisons aériennes car la compagnie a pas mal d'ambitions pour l'aéroport...

Enfin, les vols d'entraînement demeurent très fréquents, avec trois écoles de pilotage basées à Charleroi et de nombreux passages de la Force aérienne.

Ryanair souhaite fonder une compagnie low cost transatlantique qui reliera les vingt-trois bases de Rynair à six villes nord américaines. La ligne Charleroi-New York ne devrait pas débuter avant 2009.

Le mercredi 1er mai 2007, Ryanair a célébré le 10e anniversaire de ses opérations à Charleroi. En effet, c'était le 1er mai 1997 qu'un Boeing 737-200 de Ryanair s'envolait pour la première fois pour Dublin.

L'aéroport international de Charleroi Bruxelles-Sud est situé à 45 kilomètres de la Région de Bruxelles-Capitale. Il faut environ 30 minutes en voiture pour rejoindre l'aéroport à partir du sud de Bruxelles (par exemple depuis la commune d'Uccle), l'essentiel du parcours se faisant par voie express ou autoroute.

En haut



Source : Wikipedia