Castres

3.4014652014671 (1365)
Posté par rachel 03/04/2009 @ 00:17

Tags : castres, tarn, midi-pyrénées, france, environnement, castres olympique, clubs, rugby, sport

Dernières actualités
Castres. Société Dynamic : la direction veut supprimer 78 emplois - LaDépêche.fr
Lors du comité d'entreprise qui s'est tenu jeudi, la direction de Dynamic, tissage qui emploie aujourd'hui 98 personnes sur le site du Travet, a annoncé l'ouverture d'une procédure de sauvegarde devant le tribunal de commerce de Castres : « Les...
Castres. Antenne de la Capélanié : Un collectif prend le relais - LaDépêche.fr
Sur Castres, il y aurait déjà 23 mats et antennes, dont certaines en secteurs très urbanisés, ajoute un riverain. Cela mérite réflexion… Et quoi qu'il en soit, les concernés par toute nouvelle implantation méritent un minimum de respect et...
Castres. La fête de la musique en images - LaDépêche.fr
Castres n'est point Paris… Et la foule de Bagatelle ne fut certes pas celle de la place Jaurès ; mais elle ne fut pas non plus celle des années précédentes. D'aucuns ont « séché » la Fête, pour ne pas sécher le Bac ou le boulot le lundi… ou pour finir...
Castres. Les féminines en force - LaDépêche.fr
Le tennis féminin se porte bien dans le Tarn , en particulier dans sa partie sud . Avec à ce jour 1898 licenciées féminines, pour 3774 hommes sur un total de 5672 licenciés ; on peut constater que les femmes sont plutôt bien représentées dans le...
Tennis : trois tournois sur Castres - LaDépêche.fr
Au Tennis club du Sidobre, le tournoi d'été a débuté en fin de semaine dernière ; il se poursuit jusqu'au 4 juillet 2009. Ce tournoi est intégré au Grand Prix tennis du Tarn. Les juges arbitres sont toujours Claude Julié, Jean-François Raynaud et...
Castres. Bourse aux livres avec la PEEP aussi - LaDépêche.fr
La fédération de parents d'élèves PEEP de Castres fait savoir qu'elle propose également une bourse aux livres dans le cadre de la préparation de la rentrée prochaine. Cette bourse aux livres débute d'ailleurs dès ce lundi 22 juin ; elle se poursuivra...
Castres. Les Seigneurs du désert, une association unique en France - LaDépêche.fr
Actuellement composés de quatre membres, Les Seigneurs du désert, créés à Castres (!), ont la seule association en France à faire de la reconstitution historique dans la peau des Sarrasins. « La plupart des associations de reconstitution historique...
Castres. 500 000 € pour éviter les gouttes d'eau à la piscine - LaDépêche.fr
Déjà 2 500 personnes lors du premier week-end d'été à l'Archipel géré par François Antoine. TA Ça y est : la saison d'été est lancée à l'Archipel ! Lors du premier week-end d'ouverture des installations extérieures de la piscine 1 200 personnes ont...
CASTRES-GIRONDE. La foire en fête - Sud Ouest
L'association des commerçants et artisans de Castres et Beautiran a réussi le challenge d'étoffer la foire des Graves en proposant deux jours d'animations diverses. La musique accompagnait cette manifestation qui a débuté samedi par un marché nocturne...
Route du Sud A Mombaerts l'étape, à Niemec la victoire finale - Le Télégramme
Le Français Johan Mombaerts (Auber 93) a remporté la dernière étape de la Route du Sud hier à Castres où le Polonais Przemyslaw Niemec (Miche Sylver Cross) s'est imposé au général. 4e (210,4 km entre Saint-Gaudens et Castres) : 1....

Castres

le roi de France Henri IV, a séjourné à Castres en 1585

La cathédrale de Castres.

Castres (occitan : Castras) est une commune française, située dans le département du Tarn et la région Midi-Pyrénées. Les habitants de Castres sont appelés les Castrais. Castres est généralement connu comme le lieu de naissance de Jean Jaurès, célèbre responsable socialiste du tournant des XIXe et XXe siècles. La ville l'est aussi pour son musée consacré au peintre et sculpteur Francisco Goya.

Castres est située à proximité des Monts du Sidobre (site granitique exceptionnel) et de la Montagne Noire, à une altitude de 172 mètres au-dessus du niveau de la mer, à 42 kilomètres au sud-sud-est d'Albi (préfecture du Tarn), à 15 kilomètres de Mazamet (avec qui elle forme une communauté d'agglomération) et à 72 kilomètres à l'est de Toulouse. Castres est parcourue du nord au sud par l'Agout, un affluent du Tarn qui conflue dans la ville avec la Durenque .

Le nom de la ville vient du mot latin castrum qui signifie "place fortifiée". Castres a grandi autour de l'abbaye bénédictine de Saint Benoît, qui est censée avoir été fondée vers l'an 647, probablement sur l'emplacement d'un vieux fort romain (castrum). Castres devient un arrêt important sur les itinéraires internationaux du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle (à travers la Via Tolosane) en Espagne parce que son abbaye-église, construite au IXe siècle, garde les reliques de Saint Vincent, le martyr renommé de l'Espagne.En 1074, on sait que l'abbaye relève de l'autorité de l'abbaye Saint Victor de Marseille : ce qui révèle une sorte de déclin. Rangée comme deuxième ville de l'albigeois derrière Albi dès le XII, c'est un endroit d'importance, et la fameuse famille Trencavel du vicomte d'Albi accorde à Castres une charte libérale qui lui permet de gérer ses affaires de façon indépendante à travers un conseil de consuls.

Pendant la Croisade des Albigeois, Castres s'est rendu à Simon de Montfort, et est entrée dans le royaume de France en 1271 suite au Traité de Paris. En 1317, le pape Jean XXII établit Castres comme évêché, il le restera jusqu’à la Révolution. En 1356, la seigneurie de Castres a été promue comté par le Roi Jean II de France. Cependant, la ville a considérablement souffert de la peste noire entre 1347 et 1348, puis du Prince Noir d'Angleterre et des compagnies libres (bandes des mercenaires anarchiques) qui ont écumé le pays pendant la Guerre de Cent Ans. En conséquence, le XIVe siècle fut pour Castres une période de profond déclin. En 1375, il ne restait seulement que 4 000 habitants sur la rive gauche de la ville, soit la moitié de la population du siècle précédent. Après la confiscation des possessions de Jacques d'Armagnac, duc de Nemours, auquel appartenait le comté de Castres, le comté fut accordé en 1476 par le Roi Louis XI à Boffille de Juge (Boffillo del Giudice), noble italien et aventurier qui servait le Roi en tant que diplomate. Mais suite à un désaccord de famille entre la fille de Boffille de Juge, et son beau-frère, le comté revint sous le giron de la couronne du Roi de France François Ier en 1519.

Dans les années 1530-1560, une part importante de la population de Castres se convertit au protestantisme. Elle est prise par les protestants lors de la (cinquième guerre de religion) en 1575. Dans les guerres qui suivent, les habitants commercent avec les protestants, la ville s'enrichit et s’établit en république indépendante. Castres est alors une des plus grandes places protestantes en France méridionale.

Henri de Navarre, qui plus tard deviendra roi de France sous le nom d'Henri IV , séjourne à Castres en 1585 chez Antoine de Thomas (1er consul de Castres). Cependant, en les protestants de Castres sont expulsés aux limites de la ville par ordre de , et Richelieu lui-même vient pour voir les fortifications démantelées. Néanmoins, après ces guerres religieuses, la paix retrouvée favorise une période d'expansion rapide. Les affaires et les activités commerciales traditionnelles sont rétablies, en particulier concernant la fourrure, le cuir et surtout les laines. La culture s'épanouit à nouveau, avec la fondation de l'Académie de Castres en 1648. Castres bénéficie de la Contre-Réforme de l'église catholique, avec la construction de plusieurs couvents en ville, et celle d’un nouveau palais épiscopal par Michel de Tubœuf, évêque de Castres. Une nouvelle cathédrale est également construite, après les destructions des guerres religieuses. Peut-être bien plus important encore, Castres est le siège de la Chambre de l'Édit du Parlement de Toulouse, une Cour de Justice spécialisée dans les affaires impliquant les protestants du Languedoc (une mesure de protection accordée par l'Édit de Nantes). Cette cour attire un bon nombre d'affaires à Castres. En 1665, Castres compte 7 000 habitants : 4 000 catholiques, et 3 000 protestants.

Cependant en 1670, la Chambre de l'Édit est transférée à Castelnaudary, au grand mécontentement des habitants (même catholiques), qui perdent une source importante de leurs affaires avec le départ des avocats et des plaignants. La révocation de l'Édit de Nantes suit bientôt, et Castres souffre beaucoup quand un grand nombre de protestants choisissent d'entrer en exil. Alors viennent la peste de 1720 à 1721 et le feu de 1724. Enfin, Castres pert sa charte libérale en 1758. Vers 1760, quelques années après la célèbre Affaire Calas à Toulouse, Castres se fait connaître dans tout le pays par l'Affaire Sirven : Pierre-Paul Sirven et son épouse, tous deux protestants, sont injustement accusés d'avoir assassiné leur fille afin de l'empêcher de se convertir au catholicisme. Après s'être enfuis, ils sont jugés et condamnés à mort par contumace le 29 mars 1764. Mais ils sont défendus et innocentés par Voltaire en 1771.

La Révolution française a été généralement bien accueillie à Castres, en particulier parmi les négociants et les entrepreneurs protestants locaux, mais la majorité de la population est demeurée modérée pendant toute la période. En 1793 par exemple, le pasteur Alba Lasource, le représentant de Castres à la Convention nationale à Paris, s'est opposé à la déportation des prêtres catholiques « non-juré » en Guyane française (voir la Constitution civile du clergé). Les prêtres « non-juré » étaient de loin la majorité dans la région de Castres. Alba Lasource fut accusé d'être trop modéré et fut guillotiné en octobre 1793. Suspecté d'être « tiède » envers la Révolution, Castres fut durement punie. L'évêché qui avait été établi par le pape Jean XXII en 1317 fut supprimé, Castres fut placé sous la tutelle de l'évêché d'Albi. De préfecture du département du Tarn en 1790, la ville fut reclassifiée en sous-préfecture en 1797 au bénéfice d'Albi qui fut établie préfecture du département.

En dépit de ces reculs, au XIXe siècle l'économie de Castres s'est développée considérablement, et la ville s'est étendue en dehors de son vieux centre médiéval. Dès 1815, le premier moulin mécanisé de laines a été installé en ville. À l'origine spécialisé en tissu de luxe, l'industrie textile de Castres se tourne alors vers des types plus ordinaires de tissu, (les marchés étaient considérablement plus grands). Autour de 1860, il y avait 50 moulins de laines en ville, employant 3 000 personnes. À la fin du XIXe siècle, les industries de construction mécanique sont apparues en plus de l'industrie textile. Cela a permis à Castres de devenir un arsenal militaire important pendant la Première Guerre mondiale. Castres fut relié au réseau ferroviaire français en 1865. À la fin du XIXe siècle, Castres était la plus grande ville du département du Tarn, avec 5 000 habitants de plus qu'Albi.

Comme beaucoup de ville occupée du Sud-Ouest, la sous-préfecture du Tarn connaît les vicissitudes de la présence des troupes allemandes. Toutefois, la prison de Castres accueille près d'une centaine de détenus "transférés du camp du Vernet, presque tous anciens combattants des Brigades Internationales en Espagne." En septembre 1943, une cinquantaine d'entre eux parviennent après une opération menée de main de maître à s'évader.

Cependant, au XXe siècle la ville a subi une nouvelle période de déclin. Bien que Castres ait émergé des deux guerres mondiales sans trop de problèmes, l'économie locale a été gravement atteinte par le changement. Comme tant de villes et de villages d'Europe qui avaient bénéficié de la révolution industrielle, Castres éprouve une restructuration difficile de son socle industriel. Le textile en a particulièrement souffert. Castres est également étouffé par sa localisation géographique, isolé au pied de la montagne noire, loin des itinéraires principaux d'échange et de transport.

Castres est la seule ville de sa taille en France à ne pas être relié au réseau autoroutier, cela a des avantages écologiques et de préservation du cadre de vie mais ne facilite pas l'installation d'entreprises. On s'attend cependant à ce que la création récente de la Communauté d'agglomération de Castres - Mazamet en 2000 permette d'attirer de nouvelles industries. La bonne fortune de Castres doit d'être située à seulement 72 kilomètres d'une Toulouse très dynamique.

Le long lien promis avec Toulouse doit être accompli bientôt, et Castres espère tirer le bénéfice de sa proximité avec sa grande sœur occitane. La déviation de la ville de Puylaurens a été achevée mi-2008. Cette déviation de 7 kilomètres en 2 x 2 voies a permis de rapprocher Castres de la capitale régionale.

En attendant, la ville tente de se désenclaver via son aéroport qui permet de rejoindre Paris et Lyon par les airs.

Fin 2006, un projet d'autoroute reliant la ville de Castres à Toulouse à l'horizon 2013, a été validé par le ministre des transports. Il n'est pas certain que cette autoroute soit construite à la suite des réflexions sur celles-ci du Grenelle de l'environnement ce qui pousserait Castres à penser à d'autres modalités de développement.

Entre 1790 et 1797, Castres était la préfecture du Tarn. Depuis 1797 elle en est la sous-préfecture.

Castres est située dans la 3e circonscription du Tarn.

Depuis 2001, le maire élu de Castres est Pascal Bugis (droite, membre de l'UMP), qui a défait le maire socialiste Arnaud Mandement. Pascal Bugis a été réélu en 2008 au cours d'une triangulaire entre Philippe Guerineau et Philippe Folliot.

Castres est associée avec la ville voisine de Mazamet (à 18 km au sud-est de Castres) ainsi que des banlieues et villages indépendants dans la Communauté d'Agglomération Castres-Mazamet, qui est né en janvier 2000 (réunissant une zone précédente qui avait été créée en 1993 avec moins de pouvoir que le conseil actuel). Cette communauté regroupe 16 communes indépendantes (Castres y compris et Mazamet), avec une population totale de 79 988 habitants (en date de recensement 1999), 54% de ces derniers vivant dans la commune de Castres proprement dite, 13% dans la commune de Mazamet, et le reste dans les communes périphériques.

La Communauté d'Agglomération Castres-Mazamet a été créé afin d'améliorer le transport, l'infrastructure, le logement ainsi que les politiques économiques entre les communes du secteur. Le président actuel est Pascal BUGIS, maire de Castres depuis 2001.

La population en 1831 était de 12 032 habitants, Castres était alors la plus grande ville du Tarn. Elle était une des rares villes industrielles dans la région d'Albigeois (le vieux nom du Tarn). Elle s'est développée rapidement : la population de la commune proprement dite était de 19 483 habitants en 1901, et de 34 126 en 1954 (44 161 habitants dans la zone métropolitaine).

Cependant, avec le déclin de ses industries, la croissance de population a diminué. Albi a dépassé Castres comme zone métropolitaine la plus peuplée du Tarn. La population de Castres stagne dès lors. Après une petite croissance dans les années 1970 et 80, elle a enregistré une croissance nulle lors des années 1990. Au recensement 1999, la population dans la commune proprement dite était de 43 496 habitants, tandis que la population de la zone métropolitaine de Castres était de 61 760 habitants.

Avec une population de 61 760 habitants dans la zone métropolitaine en 1999, Castres est le troisième-grand moyeu industriel de Midi-Pyrénées derrière Toulouse et Tarbes, et le plus grand moyeu industriel dans la partie du Languedoc entre Toulouse et Montpellier.

Castres est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Castres-Mazamet. Elle gère l'aéroport.

La communauté d'agglomération a depuis 2001 développé une vaste zone d'activité (ZAC du causse) à proximité de l'aéroport. Elle est principalement dédiée aux nouvelles technologies et aux industries de la chimie fine (dans le cadre du pôle de compétitivité biocancer). Cette zone qui représente l'avenir du bassin d'emploi, s'est vu attribuer le label Technopole en début d'année 2006.

Aux portes de Castres, 200 entreprises extraient annuellement 150 000 tonnes de granit brut de la zone du Sidobre couvrant 12 000 hectares.

Castres est traversé du nord au sud par l'Agout. Cette rivière est habillée par de vieilles maisons colorées dont le lourd passé historique se projette au-dessus de ses eaux.

L'église de Saint Benoît, qui fut la cathédrale de Castres, est aujourd'hui la plus important des églises de Castres, elle date seulement des XVIIe et XVIIIe siècles. L'hôtel de ville occupe l'ancien palais épiscopal, conçu au XVIIe siècle par le célèbre architecte Jules Hardouin-Mansart (l'architecte de Versailles), et terminé par le Jardin de l'Evêché conçus par Le Nôtre (concepteur des jardins de Versailles). Près du palais, La tour Saint Benoît d'architecture romane est le seul vestige de la vieille abbaye bénédictine. La ville possède quelques vieux manoirs du XVIe et XVIIe siècle, dont l'Hôtel de Nayrac, datant de la Renaissance.

Castres a ouvert en 1840, le musée Goya, contenant la plus grande collection de peintures espagnoles en France, après le musée du Louvre. Considérablement enrichi par les legs de la famille du peintre Marcel Briguiboul, on y découvre des œuvres des primitifs du XIVe - XVIe siècle, comme Pacheco (le maître de Velasquez), et des chefs d'œuvre des grands maîtres du siècle d'or, Velasquez, Murillo, Ribera, Valdés Leal, Alonso Cano, ainsi que trois Goya, et de multiple série de gravures du maître espagnol.

Le musée de Jaurès a été également ouvert en 1954.

Le théâtre de la ville dans un style rococo date de 1904. Agencé sur le modèle de l'Opéra Comique de Paris (par Joseph Galinier élève de l'architecte Charles Garnier), la coupole intérieure est signée Jean-Paul Laurens.

Le centre d'art contemporain de Castres propose de découvrir la création artistique de notre temps dans un hôtel particulier du XVIIe siècle.

Castres accueille l'équipe de rugby du Castres olympique, trois fois championne de France (1949, 1950 et 1993). Le C.O a également remporte une Coupe de France (1949), le Groupe B (1989), le challenge Sud Radio (2003). Il a également gagné des titres chez les jeunes (Champion de France Cadets et Challenge Gaudermen 1996, Champion de France Reichel 2003 et 2008). Sur le plan européen, Castres a remporté la Parker Pen Shield en 2003, a disputé deux finales de Challenge européen et disputé une demi-finale d'H Cup en 2002.

Le stade du Castres Olympique est le stade Pierre-Antoine, d'une capacité d'environ 9 500 places, avec 4 tribunes de part et d'autres du terrain, qui en font un stade "à l'anglaise" où les spectateurs sont très proches du terrain.

Le Castres Olympique a également compté dans ses rangs de fameux joueurs comme Gérard Cholley, Francis Rui, Thomas Castaignède, Ugo Mola, Raphaël Ibañez et le capitaine de l'équipe de France Lionel Nallet. L'effectif Castrais a aussi une tradition de joueurs étrangers comme les All Black Gary Whetton, Franck Bunce, Norman Berryman et aujourd'hui Carl Hoeft, Kees Meuws, Cameron McIntyre et Kevin Senio. D'autres joueurs venus du monde entier ont joué ou jouent au C.O comme Jeremy Davidson (aujourd'hui entraîneur du club), Mauricio Reggiardo, Ignacio Fernandez-Lobbe, Mario Ledesma, Greg Townsend, Ismaella Lassissi et bien d'autres...

L'autre club de rugby de la ville est l'Aviron Castrais, un grand club qui a vu éclore de nombreux talents comme Alexandre Albouy (C.O, aujourd'hui au Stade français).

Castres, c'est aussi le football avec le Castres Football Club (C.F.C) et le Racing Club Salvageois, le basket-ball (Castres Basket Club - C.B.C), ou encore la toute jeune et récente équipe de football américain, les Vipères de Castres.

Les sports de glace sont également représentés au sein de la ville tout comme différents arts martiaux (Judo - Eï Do Kan avec plusieurs titres nationaux par exemple) ou encore des sports de combat ainsi qu'un club d'athlétisme aux grandes ambitions bénéficiant d'une excellente structure en la présence du stade du Travet qui accueille de nombreux meetings dont une épreuve du championnat de France. Enfin, le dynamique et historique club de gymnastique du Stade Castrais regroupe toute sortes de disciplines (GAF, GAM, Trampoline, Tumbling, Rock Acrobatique) et représente la ville au plus haut niveau. Castres possède aussi un club de tennis de table, le CTTT (Castres Tarn-sud Tennis de Table) dirigé par Jean-Michel Balance, joueur ayant fait partie des cent meilleurs joueurs français.

Ces diverses activités expliquent le titre de Ville la plus sportive de France décroché en 1995.

En haut



Castres olympique

Logo

Le Castres olympique (ou simplement CO) est un club de rugby à XV français situé à Castres (Stade Pierre-Antoine) dans le Tarn. Triple champion de France (1949, 1950, 1993) et vainqueur du Bouclier européen en 2003, il participe actuellement au Top 14.

Le club fut fondé par des anciens élèves du collège de Castres (aujourd'hui collège Jean Jaurès) amoureux de Rugby dans une arrière salle du Café de l'Europe, sur la place nationale (aujourd'hui Place Jean Jaurès) à Castres.

Bien que déjà existant en tant que section Rugby d'un club omnisport dominé par le cyclisme dès 1898, l'année de fondation du club est officiellement 1906, date à laquelle la section rugby devint un club a part entière.

Champions de France en 1949 et 1950, ces deux titres sont le reflet d'une forte activité industrielle tarnaise. Pour preuve, l'année suivante, en 1951, le bouclier reste dans le département à Carmaux.

Ensuite une longue période de disette sportive s'installe sur les bords de l'Agout. Et lorsque Pierre Fabre (le père des laboratoires), en 1988, s'investit dans le rugby castrais, le professionnalisme en est à ses balbutiements.

Ce précieux et important mécénat s'avère plus qu'efficace, puisque cinq années plus tard, la bande à Francis Rui et Gary Whetton soulève le bouclier de Brennus au Parc des Princes en 1993. En 1995, l'aventure s'achève en finale. Dominateur et conquérant en première mi temps, Le Stade toulousain remporte finalement la mise suite à une seconde mi-temps à son avantage.

En date de 2008, Castres, en 1993, est la dernière équipe à avoir ramené le bouclier de Brennus trusté depuis par les grandes équipes que sont le Stade toulousain, le Stade français et le Biarritz olympique.

Coté coupe d'Europe, Castres décroche sa meilleure performance en Heineken Cup lors de la saison 2001 - 2002 avec une 1/2 finale perdue face au Munster au Stade de la Méditerranée à Béziers. La saison suivante, le C.O remporte le Bouclier européen sur le score de 40 - 12 face à l'équipe galloise de Caerphilly.

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

En haut



Gare de Castres

La gare de Castres est une gare ferroviaire située sur la commune française de Castres (département du Tarn).

Elle est desservie par les trains ter Midi-Pyrénées (ligne de Toulouse-Matabiau à Mazamet).

Les trains effectuant la trajet de Toulouse-Matabiau à Mazamet doivent rebrousser à Castres. La gare n'était pas établie en cul-de-sac à l'origine mais la ligne vers Albi-Ville est aujourd'hui déferrée et transformée en avenue verte.

En haut



Arrondissement de Castres

L'arrondissement de Castres est une division administrative française, située dans le département du Tarn et la région Midi-Pyrénées.

En haut



Castres Football Club

Logo

Le Castres Football Club est un club français de football basé à Castres (Tarn, Midi-Pyrénées). Pour le compte de la saison 2008/2009, le Castres Football Club ou CFC évoluera en Division Honneur (D6). Le club est actuellement présidé par Monsieur Pierre Rolland.

Le Castres Football Club est le résultat d'une fusion réussie entre l'Etoile Sportive Castraise et l'AS Puech-Auriol en juin 1998.

Le club est aussi formateur puisque Nabil Taïder actuellement au Skoda Xanthi a joué dans ce club mais aussi Guillaume Borne (Stade Brestois).

A Castres, le Castres Football Club est autant reconnu dans cette ville que le RC Salvageois et le Lameilhé FC.

En 2007, le club accède à la Division Honneur (D6) en terminant à la place de meilleur second de Division Honneur Régionale (D7).

En haut



Source : Wikipedia