Carlos Moya

3.3197802197723 (910)
Posté par rachel 17/03/2009 @ 16:18

Tags : carlos moya, tennismen, tennis, sport

Dernières actualités
Barça/MU vu de Roland Garros - SoFoot
Si Iniesta joue, le Barça l'emportera » précise de son côté Luis Lobo, l'ex entraîneur de Carlos Moya. Dans ce climat d'extrême confiance, seul Féliciano Lopez est venu tempérer les ardeurs de ces coéquipiers. « Je vois Manchester s'imposer 1-0 » ose...
Tennis - RG (H) - L'Equipe.fr
Lui, le 599e mondial, n'a pas laissé le temps de respirer à l'Argentin, 81e mondial et tombeur de Carlos Moya l'an dernier Porte d'Auteuil, en l'agressant sur toutes ses deuxièmes balles et en produisant une grande qualité de service....
Federer - Soderling : un match pour l'Histoire - nouvelobs.com
L'Américain était passé à deux doigts de la défaite au 2e tour face à Arnaud Clément, il avait retourné une situation quasi désespérée contre l'Espagnol Carlos Moya en 1/8e avant d'être sauvé par la pluie en 1/2: après un bon départ, il ne réussissait...
Bartoli rejoint Rezaï - Le 10 Sport
Ce dernier, qui avait pourtant atteint le troisième tour l'an passé, avec au passage une victoire face à Carlos Moya, n'a pas résisté à la fougue du jeune et longiligne français. En s'imposant à Roland face à adversaire placé 541 places devant lui (82e...
Toni Nadal se plaint du public de Roland Garros - TennisTalk
Verdasco est très soutenu, Carlos Moya jouit d'une cote de popularité sans faille, Sergi Bruguera était adulé même après ses deux titres. Certains ont dit la même chose au sujet des joueurs américains, mais Jim Courier at-il une seule fois été hué ?...
Nadal: "Gasquet n'a rien pris" - Sports.fr
Cela est arrivé à Carlos (Moya). Je trouve que c'est franchement très injuste. Que pensez-vous du cas de Richard Gasquet ? Je suis aveuglément convaincu qu'il n'a absolument rien pris, pas de cocaïne. C'est un très bon ami à moi, j'en ai parlé avec lui...
The making of Murray: The rise and rise of our great hope in white - Independent
He trains with Carlos Moya [then the world No 1]. Who have I got to play with – you and my brother.' I was on the phone thinking 'Great', because it was all coming from him that I'm not doing enough, and he went: 'I wanna go and train in Spain!...
Carlos Moyá arrasa en Pokerstars: Estrellas en juego - Marca
Que Carlos Moyá es una estrella del tenis es algo de sobras conocido por todos, pero que además es una estrella del poker, es algo que desconocíamos. Las cualidades del tenista para este deporte quedaron reflejadas este miércoles en PokerStars:...
Guerreros vapuleó 8-3 a Diamantes en Carúpano - El Tiempo de Venezuela
El pitcher fue respaldado por el bateador Carlos Moya, quien tuvo un buen día con el madero tras sonar de 4-3, con par de tubeyes que le permitieron remolcar una rayita y también anotar otras dos. Además Yamil Bucce sonó de 5-3 y Óscar Benítez se fue...
Piccola guida a Wimbledon - Torneo maschile - Blogosfere
... oltre a Rafa Nadal, anche l'argentino David Nalbandian (finalista nel 2002), i francesi Gael Monfils e Richard Gasquet, il croato Mario Ancic, il finlandese Jarkko Nieminen, lo spagnolo Carlos Moyà e il cipriota Marcos Baghdatis....

Carlos Moyá

Carlos Moyá Llompart, né le 27 août 1976 à Palma de Majorque, est un joueur de tennis espagnol.

Bien qu'il joue avec la main droite, il est naturellement gaucher, ce qui est l'exact inverse de son ami Rafael Nadal. Sa surface de prédilection est la terre battue, surface sur laquelle il a remporté la majorité de ses titres.

Sa meilleure saison fut l'année 1998 puisqu'il remporta son unique tournoi du Grand Chelem à Roland Garros, il fut aussi demi-finaliste à l'U.S. Open et finaliste au Masters. Ces bons résultats furent récompensés par une place de numéro 1 mondial en mars 1999, place qu'il occupa pendant deux semaines.

Il fit partie de l'équipe d'Espagne de Coupe Davis de 1996 à 2004, année où il a remporté le titre aux côtés de Rafael Nadal, Juan Carlos Ferrero et Tommy Robredo.

En haut



Gilles Simon

Gilles Simon 2008.jpg

Gilles Simon, né le 27 décembre 1984 à Nice, est un joueur de tennis professionnel français. À ce jour, il a remporté cinq titres en simple dans les tournois de l'ATP tour.

Il est un des rares joueurs (avec Nadal et Murray) à s'imposer dans ses face-à-faces contre Roger Federer, 2 victoires à 0. Il est aujourd'hui n°1 français et 8e joueur mondial.

Gilles Simon est né à Nice d'une mère médecin et d'un père réassureur, mais a grandi en région parisienne à Fontenay-sous-Bois. Il s'entraine à l'US Fontenay jusqu'à l'âge de 14 ans avant de rejoindre le Pôle France de Poitiers en Sport étude, dans la filière fédérale. Pendant sa formation à l'INSEP il passe le bac S .

Il devient joueur de tennis professionnel en 2002.

Il vit à Neuchâtel en Suisse.

Gilles Simon est avant tout un redoutable défenseur. Il se bat sur toutes les balles et est capable de renvoyer des balles difficiles. Il alterne frappes cotonneuses et frappes puissantes afin de casser le rythme de ses adversaires. Il est également dôté d'une grande endurance lui permettant d'enchaîner les matches de plus de deux heures durant plusieurs jours comme au Masters de Madrid 2008. Bien qu'il soit moins puissant physiquement que Rafael Nadal et dôté d'un service moins performant que celui d'Andy Murray, ces 3 joueurs ont le même style de jeu axé sur la défense. Ils sont par ailleurs les rares à s'imposer régulièrement dans leurs face-à-face contre Roger Federer.

Au-delà de ses qualités tennistiques, Gilles Simon sait analyser le jeu de ses adversaires et repérer leurs points faibles. Il revient souvent de situations difficiles où il est largement mené au score mais finit par s'imposer.

Gilles Simon démarre sa carrière professionnelle en 2002 sur les tournois futures. Il remporte, en 2003, son premier tournoi dans cette catégorie avec le tournoi de Lisbonne puis un titre en Jamaique. En 2004, il remporte trois autres titres en France et en Algérie avant de rentrer sur le circuit ATP en 2005, où il remporte le tournoi Challenger de Nouméa en Nouvelle-Calédonie. Il atteint alors le 113e rang mondial et fait ses débuts en tournoi du Grand-Chelem lors des Internationaux de France de Roland-Garros 2005, où il perd contre Olivier Patience au premier tour.

Lors de l'Open d'Australie, il débute sa saison en atteignant le troisième tour du tournoi après avoir battu Nicolás Massú puis Tomáš Berdych, bien mieux classés que lui à l'ATP, puis perd contre Thomas Johansson. Ces résultats lui permettent de rentrer pour la première fois dans le Top 100. En avril, il atteint la finale de l'Open de Valence battu par Nicolás Almagro 6-2, 6-3.

Gilles Simon remporte son premier titre sur le circuit ATP lors de l'Open de Marseille en battant successivement Lleyton Hewitt (6-1, 3-2 ab), Jonas Björkman (7-5, 6-2), Robin Söderling (6-2, 7-6) et Marcos Baghdatis en finale (6-4, 7-6). Après sa victoire dans le Tournoi de Bucarest contre Victor Hănescu (4-6, 6-3, 6-2), il rentre pour la première fois dans le Top 30 en novembre.

L'année 2008 est l'année de la confirmation pour Gilles Simon qui continue sa progression au classement ATP. Tenant du titre à l'Open 13 de Marseille, il débute sa saison dans ce tournoi en battant en 1/8e de finale le numéro 3 mondial, Novak Đoković, sur le score de 6-2, 6⁶-7, 6-3 avant de perdre au tour suivant contre Paul-Henri Mathieu 3-6, 4-6. Il remporte son premier titre de la saison avec le Grand-Prix Hassan II contre son compatriote Julien Benneteau 7-5, 6-2. Après un mauvais Roland-Garros 2008 où il s'incline au premier tour contre Radek Štěpánek, il atteint le 3e tour de Wimbledon éliminé par Richard Gasquet.

Gilles Simon remporte son deuxième titre de la saison en juillet avec le tournoi d'Indianapolis contre Dmitri Tursunov 6-4, 6-4. Il réalise, la semaine plus tard, une grande performance lors du 2e tour des Masters du Canada en battant, 2-6, 7-5, 6-4, le numéro 1 mondial Roger Federer alors en pleine période de doute. Il s'incline cependant en demi-finale contre Nicolas Kiefer 46-7, 6-3, 7-65. À cette occasion, il obtient son meilleur classement à l'ATP en atteignant la 13e place mondiale. Lors de l'US Open, il atteint à nouveau le 3e tour battu par Juan Martin Del Potro dans un match intense de 3h 47 min conclu sur le score de 4-6, 7-64, 1-6, 6-3, 3-6 pour l'Argentin en forme du moment.

En septembre, il atteint la finale du tournoi de Bucarest et conserve son titre acquis l'année précédente en battant Carlos Moyá 6-3, 6-4, remportant ainsi son troisième tournoi ATP de l'année. Alors que ces récents succès lui permettaient d'envisager une participation aux Masters de tennis de fin d'année, les défaites consécutives au premier tour des deux tournois suivants compromettent cette perspective.

Cependant, son excellent parcours aux Masters de Madrid, où il élimine successivement Igor Andreev (4-6, 6-1, 7-67), James Blake (3-6, 6-1, 6-4), Robby Ginepri (66-7, 6-4, 7-66), Ivo Karlovic (7-61, 4-6, 7-62), et surtout Rafael Nadal (3-6, 7-5, 7-66) lors d'un match exceptionnel ou il sauva 17 balles de breaks dont 7 dans le 3ème set et en gagnant la balle de match sur un Hawk-Eye, qu'il qualifiera de plus grand match de sa carrière contre le plus grand joueur de la saison, lui fait atteindre ainsi pour la première fois de sa carrière la finale d'un Masters et le relance à l'ATP Race. La presse espagnole le surnommera pour l'occasion "El superviviente" suite à ses 5 matchs précédant la finale gagnés en 3 sets dont 4 en perdant le 1er set et 4 au tie-break du dernier set mais surtout, aux 5 balles de matchs sauvées face à Igor Andreev et Robby Ginepri. Il perd toutefois en finale contre Andy Murray (6-4, 7-66), mais à cette occasion, devient le nouveau numéro 1 français au classement ATP en entrant pour la première fois dans le Top 10 à la 10e position,.

Il participe la semaine suivante au tournoi de Lyon où il perd en demi-finale contre Robin Söderling en trois sets, ce qui ne lui assure pas sa qualification pour la Masters Cup de Shangaï. Finissant à la 9e place mondiale (ATP technique et ATP Race), il bénéficie cependant du forfait de Rafael Nadal pour entrer directement dans le tableau final du Masters de Shanghai 2008.

Le tirage au sort de la Masters Cup de Shangaï positionne Gilles Simon dans le groupe rouge avec Roger Federer, Andy Murray et Andy Roddick. Pour son premier match, le Français bat Roger Federer (4-6, 6-4, 6-3) pour la deuxième fois consécutive en 2008, après sa victoire au Masters du Canada qui avait précipité la perte de sa 1re place mondiale du Suisse. Puis il est battu en deux manches (6-4, 6-2) par Andy Murray au deuxième match, en 1 heure et 33 minutes, avant de remporter son troisième match face à Radek Stepanek, le remplaçant d'Andy Roddick (6-1, 6-4). Grâce à la victoire d'Andy Murray face à Roger Federer sur le score de 4-6, 7-63, 7-5, Gilles Simon est qualifié pour la demi-finale de la Masters Cup où il échoue de peu face au futur vainqueur Novak Đoković (4-6, 6-3, 7-5). Grâce à ces dernières performances de l'année, le Français atteint la 7e place au classement ATP à l'issue de la saison 2008, ce qui représente le meilleur classement de sa carrière.

Il finit l'année numéro 2 français, juste derrière Jo-Wilfried Tsonga, 6e mondial. C'est la première fois depuis 1986, avec Yannick Noah et Henri Leconte, que deux français terminent l'année dans les dix premiers mondiaux. Gilles Simon est le seul joueur, avec Andy Murray, à avoir battu les trois meilleurs joueurs mondiaux durant cette saison : Rafael Nadal, Roger Federer (deux fois) et Novak Đoković.

Gilles Simon dispute, en décembre 2008, le tout premier Masters France organisé à Toulouse. Lors des matches de poule (groupe rouge), il bat successivement Marc Gicquel (6-4, 6-3), Josselin Ouanna (7-66, 7-5) et Julien Benneteau (6-3, 7-5) puis remporte la compétition en battant en finale Michaël Llodra (5-7, 7-67, abandon).

Avec le changement de répartition des points techniques ATP, Gilles Simon atteint le 5 janvier la 6e place mondiale, son meilleur classement. Il débute la saison par la Hopman Cup où il joue en équipe avec Alizée Cornet. Lors de leur première rencontre contre Taiwan, il remporte son simple face à Yen-Hsun Lu. Contre l'Italie, il perd son simple 6-3, 6-3 face à Simone Bolelli mais il remporte son simple contre la Russie face à Marat Safin. Simon dispute ensuite le tournoi de Sydney où il est tête de série n° 2. Au 1er tour, il est opposé à Richard Gasquet mais s'incline 6-4, 6-4. La semaine suivante, il participe à l'Open d'Australie où il bat successivement Pablo Andujar au 1er tour (6-4, 6-1, 6-1), Chris Guccione (65-7, 6-4, 6-1, 6-2), et Mario Ancic (7-62, 6-4, 6-2). En huitième de finale il defait son compatriote et ami Gaël Monfils sur abandon (6-4, 2-6, 6-1 ab) mais chute logiquement en quart de finale, 6-2, 7-5, 7-5, face au n°1 mondial Rafael Nadal, futur vainqueur du tournoi.

En février, il atteint les demi-finales de l'Open de Dubaï, mais il s'incline contre Novak Đoković, tête de série numéro 1, 3-6, 7-5, 7-5. Pour sa première participation à une rencontre de Coupe Davis opposant la France à la République Tchèque, il perd ses deux simples face à Tomas Berdych (7-63, 4-6, 7-62, 6-3) et face à Radek Stepanek (7-62, 6-3, 7-6o). L'équipe de France perd la rencontre 3-1.

En haut



Rafael Nadal

Rafael Nadal 2008.jpg

Rafael Nadal Parera est un joueur de tennis espagnol né le 3 juin 1986 à Manacor en Espagne. Il est considéré comme l'un des plus grands joueurs de terre battue de tous les temps,, établissant en effet des records majeurs sur cette surface à seulement 22 ans dont 81 victoires consécutives, la plus longue série de victoires sur une seule surface de l'histoire du tennis chez les hommes. Nadal est quadruple vainqueur de Roland Garros (2005 à 2008), vainqueur de Wimbledon (2008), de l'Open d'Australie (2009) et champion olympique (2008). Après avoir été classé n° 2 mondial durant 160 semaines consécutives, il devient n°1 mondial le 18 août 2008 à 22 ans, détrônant Roger Federer.

Rafael Nadal est né le 3 juin 1986 à Manacor, sur l’île de Majorque en Espagne. Il est le premier enfant de Sebastián Nadal et Ana María Parera. Il a une jeune sœur nommée María Isabel. Son oncle Miguel Ángel est un ancien joueur du FC Barcelone, de RCD Majorque et de la sélection espagnole durant les années 1990. Nadal supporte les clubs du Real Madrid et du RCD Majorque. Toni Nadal, un autre oncle, est son entraîneur depuis son plus jeune âge quand il s'entraîne intensivement au tennis. Il joue aussi au football mais son choix s'arrête sur le tennis : «I chose tennis. Football had to stop straight away» (« J'ai choisi le tennis. J'ai dû arrêter le football immédiatement »).

Quand il avait quatorze ans, la fédération espagnole de tennis lui a demandé de quitter Majorque et de déménager à Barcelone pour continuer ses entraînements de tennis. La famille de Nadal a refusé en partie parce qu'elle craignait pour son enseignement, mais aussi parce que Toni Nadal a pensé qu'il n'était pas nécessaire qu'il quitte la maison pour qu'il s'améliore. La décision de rester à la maison a conduit la fédération à revoir à la baisse son appui financier, le père de Rafael Nadal a couvert les coûts.

Nadal a une relation avec son amie d'enfance María Francesca Perelló, elle aussi mallorcaine.

Le 21 octobre 2008, il est désigné par Ask Men 30e homme le plus influent au monde,.

Dès son plus jeune âge, Rafael Nadal pratique différents types de sport comme le football ou le basketball, mais c'est le tennis, sport qu'il pratique dès ses 4 ans, qui révèle son potentiel sportif. Toni Nadal, son oncle, devient très tôt son entraîneur et apprend à son neveu à jouer avec le bras gauche. Rafael étant droitier, il estime que son revers à deux mains tirerait profit d'un bras droit fort,. La première compétition officielle de Rafael Nadal fut celle des Baléares qu'il remporta à 8 ans. Il gagna par la suite de nombreux autres tournois de sa catégorie.

En 2000, Nadal remporte le tournoi des « Petits As » à Tarbes, l'officieux championnat du monde des 13-14 ans.

En mai 2001, l'ancien vainqueur de grand chelem Pat Cash alla à Majorque pour jouer un match d'exhibition contre Boris Becker sur terre battue, mais ce dernier se blessa. On a dû lui trouver un remplaçant. On choisit Rafael Nadal, vainqueur des Petits As, alors âgé de 14 ans, que Cash accepta de jouer. Pat Cash, alors âgé de 36 ans, fut battu par le jeune Nadal. Après ce match, Nadal décida de devenir professionnel.

Rafael Nadal intègre le circuit mondial ATP après avoir, entre autres, atteint une place de demi-finaliste junior à Wimbledon en 2002 en jouant contre des garçons ayant 2 ans de plus que lui. Une fois sur le circuit professionnel, il élimine deux anciens vainqueurs de Roland Garros sur leur surface favorite, la terre battue ; Albert Costa au Masters de Monte-Carlo 2003 et Carlos Moyá au Masters d'Hambourg, montrant son potentiel sur cette surface.

En 2003, Nadal participe à ses deux premiers tournois du Grand Chelem. Il atteint le 3e tour de Wimbledon, ce que seul Boris Becker avait réussi par le passé, et est éliminé au troisième tour à Wimbledon par le Thaïlandais Paradorn Srichaphan. Il est sorti au deuxième tour à l'US Open par le Marocain Younes El Aynaoui.

En 2004, Nadal est sélectionné pour la première fois et participe avec l'équipe d'Espagne à la Coupe Davis où il gagne au premier tour contre Radek Štěpánek lors d'Espagne-République tchèque (3-2), puis en demi-finale contre Arnaud Clément lors d'Espagne-France (4-1). En finale, face aux États-Unis, il remporte son match contre Andy Roddick lors du second match et l'Espagne l'emporte finalement 3 à 2. Nadal remporte son premier trophée majeur.

Il va jusqu'en finale à Auckland, qu'il perd face au Slovaque Dominik Hrbatý en 3 manches. Il remporte également son premier tournoi majeur en simple à Sopot, sur terre battue, face a l'Argentin José Acasuso. Il devient, à 17 ans, le deuxième plus jeune joueur, après Michael Chang, à entrer dans le classement des 100 meilleurs joueurs mondiaux. Il est également le deuxième plus jeune joueur à remporter un tournoi de Masters Series, après Michael Chang.

C'est également en 2004 que Nadal affronte et bat pour la première fois Roger Federer, le numéro 1 mondial, au troisième tour du Masters de Miami. Rafael doit participer aux Internationaux de France mais une blessure l'empêche d'y prendre part. Il participe néanmoins à l'Open d'Australie et à l'US Open mais il est éliminé respectivement au troisième tour puis au second tour par l'australien Lleyton Hewitt et l'Américain Andy Roddick.

Il participe aux Jeux olympiques d'Athènes de 2004 en double avec Carlos Moyá où il perd au premier tour.

Comme chaque année, l'année 2005 commence par l'Open d'Australie. Nadal est éliminé en huitièmes de finale par l'Australien Lleyton Hewitt, qui l'avait éliminé dans le même tournoi un an plus tôt. Néanmoins, c'est la première fois de sa carrière qu'il atteint la deuxième semaine d'un tournoi majeur. Au Masters de Miami, Rafael est battu par Federer en finale. Nadal remporte les deux premiers sets et mène dans le troisième avant que Federer ne renverse la situation pour finalement s'imposer en 5 sets sur le score de 6-2, 7-64, 65-7, 3-6, 1-6.

Le 17 avril, l'Espagnol l'emporte sur Guillermo Coria à Monte-Carlo. Il gagne également face au Français Gaël Monfils. En demi-finale, pourtant mené par Richard Gasquet, il s'impose finalement. Sur sa lancée, il l'emporte contre son compatriote Juan Carlos Ferrero en finale du tournoi de Barcelone, et remporte le tournoi de Rome le 2 mai, après une dernière victoire contre l'Argentin Guillermo Coria en cinq sets 6-4, 3-6, 6-3, 4-6, 7-6 (8-6), lors d'un match de 5 h 14. Nadal déclara après le match qu'il venait de gagner « la plus belle victoire de sa carrière ». Il devient le favori des Internationaux de France. Il se qualifie en quart de finale sans grande difficulté. En quart de finale, il élimine son compatriote David Ferrer. En demi-finale, Nadal bat Roger Federer, numéro un mondial. En finale, l'Espagnol bat Mariano Puerta (6-7, 6-3, 6-1, 7-5), et remporte son premier titre en Grand Chelem à l'issu d'un match disputé. En effet, Puerta s'est offert deux balles de 4e set, mais ne conclut pas et s'incline. Mariano Puerta sera contrôlé positif à l'étiléfrine et suspendu par la Fédération internationale de tennis.

Nadal est éliminé au deuxième tour de Wimbledon par le Luxembourgeois Gilles Muller.

À Bastad, le Majorquin gagne en finale, contre Tomáš Berdych. Il enchaîne par le tournoi de Stuttgart, qu'il remporte. Il gagne également le Masters du Canada, face à Andre Agassi. Il est battu au troisième tour de l'US Open par l'Américain James Blake. Rafael Nadal obtient son dernier titre de la saison au Masters de Madrid, face au Croate Ivan Ljubičić.

Rafael Nadal commence la saison 2006 en déclarant forfait pour le tournoi de Sydney suite à une blessure au pied occasionnée en octobre 2005 lors du Masters Series de Madrid. Il fait également l'impasse sur les Masters de Shanghai et sur le tournoi ATP de Chennai, épreuve d'ouverture de la nouvelle saison. Il ne participe pas non plus à l'Open d'Australie. Il reprend la compétition au tournoi de Marseille, où il perd en demi-finale face à Arnaud Clément. Son tournoi suivant sera celui de Dubaï où il gagne en finale contre le numéro un mondial Roger Federer. Il va jusqu'en demi-finale du Masters Series d'Indian Wells, où il est éliminé par James Blake.

Rafael Nadal remporte son deuxième titre de l'année aux Masters de Monte-Carlo contre Roger Federer. Il remporte le 29 avril 2006 son deuxième Open de Barcelone consécutif en battant en finale son compatriote Tommy Robredo. Mi-mai, lors du tournoi de Rome, Rafael affronte à nouveau Federer en finale. Après cinq heures de match, l'Espagnol l'emporte en cinq sets : 60-7, 7-65, 6-4, 2-6, 7-65. Le Majorquin est mené 1-4 dans le cinquième set, et sauve deux balles de match à 5-6 (15-40), et est même mené 3-5 dans le jeu désicif, avant de l'emporter finalement 7-5. Tout comme son adversaire, il déclare forfait par la suite à Hambourg pour la troisième année consécutive pour cause de fatigue. Il arrive aux Internationaux de France de Roland-Garros 2006 comme tenant du titre et favori. Mis en difficulté au troisième tour par le Français Paul-Henri Mathieu, il passe finalement en huitième de finale en 4 sets. Rafael remporte son huitième de finale face à Lleyton Hewitt. En quart de finale, il gagne après le forfait de son adversaire, le serbe Novak Đoković. En demi-finale, il rencontre le croate Ivan Ljubičić, qu'il bat en trois sets. Le dimanche 11 juin 2006, il remporte le tournoi contre Roger Federer en quatre sets. Stefan Edberg, ancien joueur de tennis suédois, vainqueur de six Grands Chelems, lui remet la Coupe des mousquetaires.

Il se qualifie pour les quarts de finale à Wimbledon pour la première fois après avoir battu les Américains Robert Kendrick et Andre Agassi. Il bat le Finlandais Jarkko Nieminen en quart avant d'accéder à la finale grâce à sa victoire en demi-finale sur le Chypriote Márcos Baghdatís. En finale, il est défait en quatre manches par Roger Federer.

Il dispute les deux masters series sur le sol américain (Toronto et Cincinnati) où il s'incline respectivement au troisième tour et en quart de finale. À l'US Open, il est battu par Mikhail Youzhny en quart de finale. Il déclare forfait pour l'Open de Chine à cause d'une foulure à la cheville. Il reprend la compétition au Masters de Madrid mais est défait en quart de finale par Tomáš Berdych. Il finit la saison en atteignant les demi-finales du Masters de Shanghai où il est battu une nouvelle fois par Roger Federer.

Rafael Nadal commence l'année 2007 comme le principal rival de Roger Federer, surtout parce qu'il a été invaincu sur terre battue en 2006. Dès son premier tournoi de la saison, il atteint la demi-finale de l'Open de Chennai où il perd contre Xavier Malisse. Il participe également au Tournoi de Sydney mais, pour cause de douleurs aux adducteurs, abandonne au 1er tour contre Chris Guccione alors qu'il menait, préférant se soigner en vue de l'Open d'Australie débutant la semaine suivante. Il prend part ensuite à l'Open d'Australie où il atteint pour la première fois les quarts de finale après avoir éliminé successivement Robert Kendrick, Philipp Kohlschreiber, Stanislas Wawrinka et Andy Murray. Il s'incline en quart face à Fernando González. Blessé, Rafael Nadal déclare forfait pour le 1er tour de la Coupe Davis contre la Suisse (victoire de l'Espagne 3-2) puis pour l'Open 13. Il fait son retour sur les courts lors de l'Open de Dubaï mais perd pour la deuxième fois consécutive face à Mikhail Youzhny en quart de finale. Il participe ensuite au Masters d'Indian Wells qu'il remporte sans perdre un seul set, en dominant en finale le Serbe Novak Đoković. Il enchaîne la semaine suivante avec le Masters de Miami où il est battu en quart de finale par Novak Đoković.

Il remporte son premier tournoi sur terre battue de sa saison, le Masters de Monte-Carlo, en battant Roger Federer sans avoir perdu le moindre set durant le tournoi. Il est ainsi le premier à réaliser le triplé en Principauté depuis Ilie Năstase (1971-1973). Il remporte ensuite l'Open de Barcelone pour la troisième année consécutive contre Guillermo Cañas. C'est le 20e titre de sa carrière. Ces résultats lui permettent de prendre la place de Roger Federer en tête du classement ATP Race 2007 le 30 avril. Le 2 mai 2007, il remporte un match d'exhibition sur un terrain recouvert à moitié de terre battue et à moitié de gazon appelé La bataille des surfaces contre Roger Federer à Palma de Majorque. En battant Nikolay Davydenko en demi-finale du Masters de Rome le 12 mai, Rafael Nadal bat le record détenu par John McEnroe de victoires consécutives sur une seule surface (l'Américain était resté invaincu durant 75 matches sur surface rapide en salle entre 1983 et 1985). Nadal bat en finale Fernando González et devient le premier joueur à s'imposer trois fois de suite au Foro Italico. La semaine suivante au Masters d'Hambourg, Nadal est en course pour devenir le premier joueur à remporter la même année les trois Masters Series disputés sur terre battue.

Il atteint la finale où il est battu par Roger Federer sur le score de 6-2, 2-6, 0-6. Après un début de match laborieux, Federer se reprend et finit par s'imposer. Il s'agit de la première défaite de Nadal après 81 victoires d'affilée sur terre battue, cependant, il conserve la tête du classement ATP Race 2007. À Roland Garros, il se qualifie pour la finale après avoir éliminé Juan Martín del Potro, Flavio Cipolla, Albert Montañes, Lleyton Hewitt, Carlos Moyá et Novak Đoković. Il remporte pour la 3e fois consécutive en trois participations la finale en battant le Suisse Roger Federer.

Il participe la semaine suivante au tournoi du Queen's afin de se préparer à Wimbledon. Il est battu en quarts de finale par Nicolas Mahut. À Wimbledon, il atteint la finale après avoir battu Mardy Fish, Werner Eschauer, Robin Söderling, Mikhail Youzhny, Tomáš Berdych, et Novak Đoković sur abandon. À noter que le match contre Robin Söderling a duré 5 jours suite aux intempéries. Nadal s'incline en finale en 5 sets (67-7, 6-4, 63-7, 6-2, 2-6) contre Roger Federer après être pourtant passé très près de la victoire en obtenant les premières balles de break à 1-1 et 2-2 dans le 5e set. Cette 2e finale consécutive à Londres perdue contre Federer constitue une confirmation ses bonnes dispositions sur herbe puisque contrairement à l'édition 2006, il a hérité d'un tableau relevé. Il participe une semaine plus tard au tournoi de Stuttgart qu'il remporte face au Suisse Stanislas Wawrinka après avoir failli abandonner au 2nd tour pour cause de douleurs aux genoux. C'est son 6e titre de l'année et le 23e de sa carrière. Avec 5 445 points au classement technique ATP, Nadal atteint son meilleur résultat depuis ses débuts en tant que professionnel en 2001.

Il enchaîne avec la tournée américaine, qui débute au Masters du Canada où il s'incline en demi-finale face au futur vainqueur de l'épreuve, Novak Đoković. La semaine suivante, il participe au Masters de Cincinnati mais il abandonne au cours de son premier match face à l'Argentin Juan Mónaco pour cause de nouvelles douleurs aux genoux. Malgré les blessures récurrentes (tendinites) et le risque de se blesser très sérieusement, il participe au dernier Grand Chelem de l'année, l'US Open. Il se qualifie difficilement pour les 8e de finale après avoir éliminé Alun Jones, Janko Tipsarevic sur abandon et Jo-Wilfried Tsonga. Il s'inclinera face à son compatriote David Ferrer en 8e de finale . En raison de ces défaites, Nadal cède sa première place au classement ATP Race au profit de Roger Federer, qui aura fait mieux que l'Espagnol dans les trois tournois américains. Par la suite, Nadal déclare forfait pour les trois tournois suivants afin de soigner ses blessures : l'Open de Chine, l'Open du Japon et l'Open de Vienne. Il s'aligne au Masters de Madrid où, en jouant sur ses terres, il espère mettre fin à la une série de défaites qui dure depuis près de trois mois. Insuffisamment remis de blessures, il s'incline en quart de finale contre l'Argentin David Nalbandian. En novembre, pour sa première participation au Masters de Paris-Bercy, Nadal perd en finale contre David Nalbandian. Lors de la Masters Cup, Nadal s'incline en demi-finale face à Roger Federer.

Nadal reste numéro 2 mondial, mais n'a plus remporté le moindre titre depuis juillet 2007. Cependant, avec un titre à Roland Garros, une finale à Wimbledon et cinq autres titres, la saison 2007 constitue alors la meilleure saison de sa carrière. De plus, avec 5 735 points au classement technique ATP, Rafael Nadal se rapproche du numéro 1 mondial Roger Federer.

Au début de l'année 2008, le duel Federer-Nadal est au centre de toutes les attentions. Rafael Nadal dispute son premier tournoi de l'année à Chennai, où en demi-finale, il bat Carlos Moyá en 3 h 57 de jeu, le plus long match en trois sets de l'histoire du tennis. Il s'incline le lendemain en finale face à Mikhail Youzhny.

À l'Open d'Australie, Rafael Nadal a la possibilité de ravir la première place mondiale à Roger Federer si ce dernier est éliminé avant les demi-finales et que Nadal remporte le titre. L'Espagnol se qualifie pour les demi-finales en éliminant Viktor Troicki, Florent Serra, Gilles Simon, Paul-Henri Mathieu (abandon) et Jarkko Nieminen. Sa qualification pour les demi-finales lui permet de réaliser la meilleure performance de sa carrière à l'Open d'Australie et d'atteindre la barre des 6 000 points au classement ATP. Mais il est battu en demi-finale par Jo-Wilfried Tsonga. À l'issue de l'Open d'Australie, l'écart de points au classement ATP entre Roger Federer et Rafael Nadal se réduit de 1 400 points à 650 points mais parallèlement, l'écart de points avec Novak Đoković, n°3 mondial, se réduit également puisque l'Espagnol n'a plus que 815 points d'avance. Ayant renoncé à la Coupe Davis sur les conseils de son entraîneur, le tournoi de Rotterdam est le premier tournoi de Nadal depuis l'Open d'Australie. L'Espagnol s'incline en 8e de finale face à Andreas Seppi.

Rafael Nadal remporte pour la 4e fois consécutive le Masters de Monte-Carlo en battant Roger Federer en finale. C'est la première fois qu'un joueur remporte quatre fois de suite un Masters Series. Durant le tournoi, l'Espagnol n'a pas perdu le moindre set. Il remporte également la finale du double avec son compatriote Tommy Robredo, devenant ainsi le 2e joueur de l'histoire à remporter la finale du simple et du double au cours d'un même Masters Series ; Nadal-Robredo battent Bhupathi-Knowles (IND/BAH). La semaine suivante, Rafael Nadal remporte l'Open de Barcelone pour la 4e année d'affilée face à David Ferrer. C'est la première fois qu'un joueur remporte quatre fois ce tournoi. Suite à cette victoire, il devient n°1 au classement ATP Race 2008 devant Novak Đoković et Roger Federer. Une semaine plus tard, Rafael Nadal participe au Masters de Rome qu'il tente d'être le 1er homme à remporter quatre fois consécutivement. Pour cause d'ampoules aux pieds , il s'incline dès le 2e tour face à Juan-Carlos Ferrero. Il rétrograde alors à la 2e place du classement ATP Race 2008. Après une semaine de repos, Rafael Nadal fait son entrée au Masters d'Hambourg qu'il remporte pour la première fois face au n°1 mondial Roger Federer. Il remporte ainsi à 21 ans son 11e trophée de Masters Series (soit autant que Pete Sampras dans toute sa carrière), et le troisième titre de la saison après Monte-Carlo et Barcelone. Il devient également le 3e joueur à remporter, sur toute une carrière, les trois Masters Series joués sur terre battue (Monte Carlo, Rome et Hambourg) après Gustavo Kuerten et Marcelo Rios. À Roland Garros, Rafael Nadal se hisse en finale après avoir éliminé Thomaz Bellucci, Nicolas Devilder, Jarkko Nieminen, Fernando Verdasco, Nicolás Almagro et Novak Đoković. En finale, il bat le n°1 mondial Roger Federer (6-1, 6-3, 6-0) infligant au Suisse sa défaite la plus lourde en finale de Grand Chelem. Il remporte ainsi son 4e Roland Garros consécutif, la troisième de suite contre Federer, égalant le record de victoires consécutives de Bjorn Borg, présent pendant le sacre. Jamais depuis 1977 (et la victoire 6-0, 6-3, 6-0 de Guillermo Vilas contre Brian Gottfried) un joueur n'avait laissé si peu de jeux à son adversaire en finale de Roland Garros. Rafael Nadal est aussi le 5e joueur de l'histoire à remporter un Grand Chelem sans concéder le moindre set à ses adversaires. À l'issue du tournoi, il redevient n°1 au classement ATP Race 2008.

La semaine suivante, il remporte pour la première fois le Queen's considéré comme le tournoi de préparation pour Wimbledon. Il bat ainsi en demi-finale le tenant du titre et quadruple vainqueur Andy Roddick puis en finale Novak Đoković. Nadal est le 1er homme depuis 1973 à réaliser le doublé Roland Garros - Queen's et le 1er Espagnol à remporter un tournoi sur gazon depuis 1972. Il rejoint aussi les joueurs Lleyton Hewitt, Andy Roddick, Roger Federer et Richard Gasquet ayant remporté au moins un tournoi sur chacune des surfaces du tennis : terre battue, dur, gazon, synthétique. À Wimbledon, Rafael Nadal se qualifie pour la finale après avoir éliminé successivement Andreas Beck, Ernests Gulbis, Nicolas Kiefer, Mikhail Youzhny, Andy Murray et Rainer Schuettler. Il bat en finale le quintuple tenant du titre Roger Federer au terme d'un des matches les plus spectaculaires de l'histoire du tennis,,. Ce fut la finale la plus longue de Wimbledon, elle se conclut après 4 h 48 et deux interruptions à cause des intempéries sur le score 6-4, 6-4, 65-7, 68-7, 9-7 juste avant que la nuit tombe. Nadal devient le 1er joueur depuis Bjorn Borg à réaliser le doublé Roland Garros - Wimbledon et l'unique joueur de l'histoire à réaliser le triplé Roland Garros - Queen's - Wimbledon. À l'issue du tournoi, Nadal n'est plus qu'à 545 points de Federer au classement ATP. Ainsi l'histoire se répète : Bjorn Borg avait été privé d'un 6e sacre consécutif à Wimbledon en 1981 par John McEnroe, un gaucher de 22 ans à l'époque, deuxième au classement. Nadal est également gaucher, 22 ans, dauphin de Federer à l'ATP, et il l'empêche de remporter un 6e Wimbledon consécutif en 2008.

La semaine suivante, il déclare forfait pour le tournoi de Stuttgart, dont il est tenant du titre, afin de se reposer. Il remporte ensuite le Masters du Canada pour la 2e fois de sa carrière en battant Nicolas Kiefer en finale. Il remporte ainsi le 12e Masters Series de sa carrière, devenant le 3e joueur le plus titré de l'histoire en Masters Series derrière Andre Agassi (17) et Roger Federer (14), mais devant Pete Sampras (11). Au Masters de Cincinnati, il bat Nicolas Lapentti 7-63, 6-1 en quart de finale, victoire qui lui permet de succéder à Roger Federer en tant que n°1 mondial, après être resté durant près de 160 semaines consécutives son dauphin. Il s'incline en demi-finale face au n°3 mondial Novak Đoković (6-1, 7-5), ce qui met fin à sa série de 32 victoires consécutives toutes surfaces confondues depuis le Masters d'Hambourg. Malgré cette défaite, Rafael Nadal prendra à Roger Federer sa place de n°1 mondial le 18 août (et ce quels que soient les résultats des deux joueurs aux Jeux olympiques). Il remporte les Jeux olympiques en battant en finale Fernando González 6-3, 7-62, 6-3. Il remporte pour la première fois les Jeux olympiques et offre une médaille d'or à son pays, l'Espagne. Nadal est le 1er joueur de l'histoire à réaliser le triplé Roland Garros - Wimbledon - Jeux olympiques la même année. Lundi 18 août 2008, Nadal devient officiellement n°1 mondial, détrônant Roger Federer. À l'US Open, il se qualifie pour la première fois de sa carrière en demi-finale après avoir éliminé Bjorn Phau, Ryler De Heart, Viktor Troicki, Sam Querrey et Mardy Fish. Il perd ensuite contre Andy Murray. Le 3 septembre, Rafael Nadal remporte le Prix Prince des Asturies. En atteignant les demi-finales de l'US Open, Rafael Nadal devient le premier joueur de l'histoire à avoir disputé, sur une carrière, les demi-finales de toutes les grandes compétitions (Grands Chelems, Masters Series, Masters, Jeux Olympiques, Coupe Davis). Les 19 et 21 septembre, Rafael Nadal apporte en demi-finale de Coupe Davis les premier et troisième points à l'Espagne en dominant les Américains Sam Querrey et Andy Roddick. L'Espagne bat ainsi les États-Unis et se qualifie pour la finale contre l'Argentine. Au Masters de Madrid, il s'incline en demi-finale face à Gilles Simon en 3 sets et 3 h 22 de jeu. Le Français qualifiera cette rencontre comme le plus beau match de sa carrière. Grâce à ses performances, Rafael Nadal creuse l'écart avec Roger Federer au classement ATP, et s'assure de finir l'année n°1 mondial quoi qu'il arrive .

Au Masters de Paris-Bercy, il abandonne contre Nikolay Davydenko en quart de finale en raison d'une tendinite. Cette blessure au genou l'obligera également à déclarer forfait pour la Masters Cup (remplacé par Gilles Simon) puis la finale de Coupe Davis (remplacé par Marcel Granollers).

Rafael Nadal clôt, à 22 ans, la meilleure saison de sa carrière marquée par huit titres, dont deux Grands Chelems (Roland Garros et Wimbledon), trois Masters Series (Monte-Carlo, Hambourg et Canada), la médaille d'or en simple aux JO de Pékin, et des victoires dans deux autres tournois (Barcelone et Queen's). Il finit l'année n°1 mondial avec 1 370 points d'avance sur le n°2 Roger Federer qui devance le n°3 Novak Đoković de 10 points.

Rafael Nadal débute l'année 2009 à l'Open de Doha où il perd en quarts face à Gaël Monfils ; il remporte néanmoins le double messieurs avec son compatriote Marc López face aux numéros 1 mondiaux Daniel Nestor / Nenad Zimonjić. Nadal remporte ensuite l'Open d'Australie en battant en finale Roger Federer en 5 sets et 4h23. Il atteint pour la première fois la finale du tournoi de Rotterdam mais, handicapé par une blessure au genou droit, s'incline en finale face à Andy Murray. Cette blessure l'oblige à déclarer forfait pour l'Open de Dubaï deux semaines plus tard. Les 7 et 8 mars, il domine Janko Tipsarević (6-1, 6-0, 6-2) et Novak Đoković (6-4, 6-4, 6-1), et qualifie l'Espagne pour les quarts de finale de la Coupe Davis aux dépens de la Serbie. Il se qualifie ensuite pour les 16e de finale du Masters d'Indian Wells en éliminant Michael Berrer (6-2, 6-1).

Rafael Nadal est un des meilleurs relanceurs du circuit. Sa principale tactique consiste à exploiter le point faible de son adversaire (par exemple le revers de Roger Federer ou le coup droit d'Andy Murray) grâce à son lift, l'empêchant ainsi de passer à l'attaque. Si l'adversaire décide de se décaler pour se protéger, il doit alors laisser une grande ouverture, qu'exploite Nadal, l'obligeant à courir sans arrêt.

La première caractéristique du jeu de Nadal est donc son lift. En effet, ses balles jouées en coup droit reviennent très vite vers le sol, et rebondissent très haut après le rebond, ce qui lui permet une grande marge de manœuvre contrairement à la plupart des joueurs qui ont une frappe plus plate, plus puissante, mais aussi plus sujette aux fautes directes. La seconde est d'être gaucher. Effectivement, les gauchers posent souvent problème aux droitiers, que ce soit sur le service (les balles reviennent sur le corps à cause de l'effet de gauche à droite) ou dans le jeu (le coup droit croisé de gaucher de Nadal arrive sur le revers de son adversaire). La troisième caractéristique de son jeu est son service. Bien qu'il soit le moins puissant de ses coups, l'effet qu'il met dans ses frappes peut lui permettre de faire des aces même à 160km/h(slice), ou de mettre son adversaire en difficulté. Ces trois spécificités sont pour beaucoup dans l'hégémonie que Nadal entretient dans les tournois sur terre battue. On peut aussi y ajouter son passing.

Enfin, la grosse majorité des spécialistes s'accordent à dire que Nadal est un redoutable tacticien en dépit des allures de bulldozer qui sont les siennes. Sa connaissance du court et la maîtrise de sa frappe de balle lui valent de jouer le long des lignes avec régularité.

Le tableau ci-dessous récapitule le classement mondial de Rafael Nadal dans les différents secteurs de jeu au fil des années.

Le service est probablement le secteur de jeu de Rafael Nadal qui a le plus progressé au fil des années. Alors qu'il ne servait en moyenne qu'à 158 km/h en 2003, il a amélioré sa technique pour atteindre en 2008 les 184 km/h de moyenne, ce qui constitue une vitesse de service dans la moyenne des autres joueurs du circuit. L'amélioration de son service lui permet de remporter plus facilement ses engagements, ce qui explique en partie le succès croissant de l'Espagnol au fil des années. En 2008, il est en effet le 4e joueur du circuit à avoir remporté le plus facilement ses jeux de service, devancé par Andy Roddick, Ivo Karlovic et Roger Federer. Rafael Nadal sert rarement le T ; il affectionne plus particulièrement son long service slicé de gaucher qui est capable, même à faible puissance, de faire sortir l'adversaire du court sur son côté revers et lui permettre ainsi de remporter le point en deux coups de raquette.

Le coup droit de Rafael Nadal est son meilleur coup. Son coup droit long de ligne sort sur les côtés avant de revenir dans le court, grâce au puissant effet lifté qu'il imprime à sa frappe. Cette parabole ainsi décrite fait de Rafael Nadal l'un des meilleurs passeurs du circuit car la balle est très difficile à retourner du filet. Le type de cordage que Nadal utilise lui permet de frapper la balle avec puissance de n'importe quel angle sans commettre de faute (voir rubrique « Equipement » plus bas). Le coup droit de Nadal est l'arme grâce à laquelle il prépare sa stratégie d'attaque : parallèle, croisé, ou long afin de maintenir l'adversaire à distance, puis prendre avantage des mauvais retours pour conclure le point.

Point faible de Rafael Nadal, il s'est amélioré au fil du temps jusqu'à être capable de faire des points gagnants, mais a su surtout avoir une bonne longueur de balle. Le fait que son revers soit à deux mains lui permet de trouver des angles profonds, notamment en passing de revers. Cependant lorsqu'il s'engage dans une bataille en revers contre son adversaire, il se contente très souvent de renvoyer une balle croisée très profonde. Sa tactique, dans ce cas précis, est de repousser son adversaire hors des limites du court avant de conclure le point en coup droit dans le côté opposé. Contrairement à son coup droit qui est long et fluide, le revers de Nadal est parfois court, notamment en slice de revers.

Rafael Nadal est essentiellement un joueur de fond de court qui ne monte au filet que lorsqu'une occasion claire se présente. Il fait rarement des service/volée car ses coups d'approche mettent tellement de pression sur l'adversaire, que lorsqu'il monte au filet, il n'a souvent qu'à remettre la balle dans le court. Nadal est pourtant un excellent volleyeur comme il l'a montré lors de ses matches en double avec son compatriote Tommy Robredo. Sa volée sur dur est cependant un peu moins nette que sur terre où il a essentiellement à jouer des volées posées.

Au-delà de ses coups, la principale qualité de Rafael Nadal est la défense. En effet, il se bat sur tous les points comme si le sort du match en dépendait. Son jeu axé principalement sur la défense, qui est parfaitement adapté à la terre battue, peut toutefois constituer un handicap sur les surfaces plus rapides face à des joueurs ayant un tennis très tourné vers l'avant tel que Roger Federer en premier lieu. Ses services avec beaucoup d'effet mais relativement peu puissants et ses longs coups droits liftés lui procurent beaucoup moins d'avantages sur ces surfaces que sur terre battue, surface où il est aujourd'hui le meilleur. Mais ces défauts que possède Nadal sur surface rapide sont toutefois à relativiser puisqu'à seulement 22 ans, il compte des titres à Wimbledon et à l'Open d'Australie.

Rafael Nadal a hérité de bonnes qualités physiques. Au repos, son cœur bat à 60 pulsations par minute. En match, il atteint 180 et jusqu'à 200 en cas d'effort très intense. Ses résultats au test Bosco - évaluation de la force, et plus particulièrement de la force des jambes - montrent une puissance au-dessus de la moyenne des joueurs du circuit. Sa vitesse de course peut atteindre celle d'un sauteur en longueur. Durant l'effort, Nadal consomme 72 ml d'oxygène par kilo et par minute tandis que la plupart de ses rivaux ne dépassent jamais 60 ml. Rafael se situe au niveau d'un coureur cycliste ou d'un marathonien, ce qui explique sa résistance à l'effort. Nadal entretenait cette condition physique par de nombreuses séances de footing. Elles ont été remplacées en 2005 par des séances de nage, de rame et de vélo, suite à une blessure au pied apparue cette année-là. En 2007 et 2008, Nadal a réduit ses séances physiques afin de s'affiner et éviter les risques de blessures liés à l'usure des articulations.

Rafael Nadal sait faire preuve de sang-froid lorsqu'il se retrouve mené. Il parvient à élever son niveau de jeu alors que la majorité de joueurs perdraient leurs moyens. Ce mental d'acier pendant les instants décisifs a occasionné d'étonnants retournements de situation comme au Masters de Monte-Carlo 2008 où mené 0-4 au second set face au n°1 mondial Roger Federer, il finit par l'emporter 7-5, ou encore au Masters d'Hambourg 2008 où Nadal réussit à remporter le premier set 7-5 après avoir pourtant été mené 1-5 par le Suisse. Au Masters d'Indian Wells 2008, il remonte même un déficit de 2-5 au 3e set face à Jo-Wilfried Tsonga pour l'emporter 7-5. Si Nadal parvient à gagner en défiant la logique du score ou les qualités du jeu adverse, c'est parce qu'il ne joue pas en fonction du score : il joue tous les points avec la même intensité tout en étant particulièrement concentré sur les points importants. Il sent parfaitement la fébrilité adverse quand il s’agit de conclure, car il est lui-même soumis à cette même pression. S'il se retrouve derrière au score, il essaie de ne pas reculer, obligeant l'adversaire à tenter l'impossible pour le déborder et souvent il revient grâce à la précipitation de ses adversaires s'échinant à conclure trop vite et à déjouer.

Rafael Nadal joue actuellement avec la raquette Babolat AeroPro Drive Cortex. Celle-ci se caractérise par sa grande surface de frappe (645 cm²), son poids relativement léger (300 grammes non cordée) et son épaisseur de profil (26mm). Cependant, au niveau professionnel, la plupart des joueurs utilisent des raquettes personnalisées. Cela peut être un modèle assez proche d'un modèle de série, mais par exemple avec un équilibre différent, un poids différent (parfois 20-30g), des inserts de titane à certains points précis, etc. Il s'agit même parfois de paintjobs, c'est-à-dire d'anciens modèles repeints aux couleurs d'un modèle actuel. La raquette réelle de Nadal est donc très probablement un custom de Babolat, dont la construction diffère du modèle de série.

Son cordage est composé du Pro Hurricane de Babolat qui accentue les effets tout en restant assez confortable.

Il joue avec les accessoires de Babolat et les habits que lui prépare Nike. Il porte généralement un bandana Nike dont la couleur est assortie à ses vêtements. À noter que c'est Nike qui a imaginé le style vestimentaire de Rafael Nadal qui remporte un grand succès chez les jeunes : bandana, tee-shirt sans manches mettant en valeur ses biceps saillants, et pantacourt (pantalon de pirate). Il utilise des chaussures Nike marquées de ses initiales RN .

Confrontations avec ses principaux adversaires (minimum 10 confrontations). Entre parenthèses le meilleur classement de la carrière du joueur.

Le 13 février 2008, Rafael Nadal lance à Manacor, sa ville natale, la fondation Rafa Nadal (« The Rafa Nadal Fondation »). Celle-ci focalise ses actions sur le territoire espagnol et dans les pays en voie de développement. Les objectifs de la fondation sont l'aide sociale et la coopération au développement, mais son but plus immédiat est la promotion du sport en tant qu'outil important d'intégration pour les personnes qui en ont le plus besoin, comme ceux ayant un handicap, les immigrants ou ceux dans une situation d'exclusion sociale, avec une attention spéciale pour les enfants et la jeunesse. La présidente de la fondation n'est autre qu'Ana Maria, sa mère, et les membres du comité sont Carlos Costa, son manager, et Toni Nadal son oncle.

Rafael Nadal a tourné de nombreux spots publicitaires, entre autres pour KIA Motors, ColaCao ou encore pour les parfums Lanvin. La marque française considère que sa jeunesse, son dynamisme et son empreinte magnétique sont emblématiques de la nouvelle modernité.

Rafael Nadal est l'un des sportifs les mieux payés d'Espagne, derrière le pilote de Formule 1 Fernando Alonso, et devant le golfeur Sergio García ainsi que le gardien de football Iker Casillas, avec des revenus en 2008 de 11 483 773 $.

Sa fortune personnelle est estimée début 2008 à 40 000 000 $ selon le magazine Forbes.

Rafael Nadal est à ce jour multimillionnaire en euros. Ses revenus proviennent en majeure partie des contrats de parrainage. Il en a signé un à dix-huit ans avec Nike, après sa première victoire à Roland Garros, contre la somme de 1 800 000 $ (1 200 000 €) par an. Début 2009, son contrat avec Nike est réévalué à 2 000 000 $ pour 5 ans. En échange, Nadal porte les vêtements et chaussures Nike lorsqu'il joue au tennis.

L'Espagnol a aussi un contrat avec Babolat depuis l'âge de 15 ans (contrat record pour un jeune sportif, effectué après la victoire du tournoi des « Petits As » à Tarbes, qui révèle les grand joueurs de tennis), d'abord de 800 000 $ par an puis de 1 000 000 $ par an depuis 2007.

En 2008, la célèbre marque de haute couture parisienne Lanvin a signé un contrat de 80 000 € (100 000 $) par an jusqu'en 2009 avec Nadal. Il reçoit également 100 000 $ pour le Prix Prince des Asturies en 2008.

Nadal reçoit aussi divers revenus publicitaires (télévision espagnole, KIA Motors, ColaCao, etc.), pour le montant approximatif de 700 000 $ par an. En mai 2008, la marque Kia motors réalise une publicité entièrement en pâte à modeler, où Nadal affronte un extraterrestre.

Depuis fin 2006, Nadal touche des royalties (dividendes) sur ses droits d'image (TV, journaux, internet, posters, jeux vidéo, etc.) pour un montant avoisinant les 500 000 $ par an.

Ci-dessous est établi un tableau récapitulatif des gains de Rafael Nadal (au 1er février 2009).

En haut



James Blake

James Riley Blake est un joueur de tennis américain né le 28 décembre 1979 à Yonkers dans l'État de New York. Il est coaché par son entraîneur Brian Barker depuis qu'il a 12 ans. Les 10 titres en simple qu'il a remporté dans sa carrière l'ont été sur la même surface (dur). Tout comme Roger Federer, il n'a jamais abandonné en cours de match.

Le cadet des Blake a un discours pétri d’humanisme. Peut-être parce qu’il a grandi avec Arthur Ashe pour modèle. James répète souvent : " Arthur est une source d’inspiration pour moi et devrait l’être pour beaucoup d’autres athlètes, parce que sa carrière sportive a été éclipsée par le grand personnage qu’il est devenu par la suite. Il a beaucoup donné et rendu aux autres. C’est pour cela qu’on ne pense pas tout de suite qu’il était également un grand joueur de tennis. " Dans l’histoire du tennis, Ashe reste quand même le premier joueur noir à intégrer l’équipe américaine de Coupe Davis. Classé au second rang mondial en 1976, il se consacre après sa carrière à la réinsertion de jeunes Noirs par le biais du sport et lutte contre l’apartheid sud-africain. Atteint du virus du sida à la suite d’une transfusion sanguine, il décède en 1993.

James n’a jamais rencontré son idole mais il aime savoir que le grand Arthur a visité le lieu où il a appris le tennis. Enseignant bénévole d’un programme de tennis dans le quartier d’Harlem à New York, Thomas Blake y enseigna les rudiments de la raquette aux deux fils conçus avec son épouse britannique Betty : James donc et son aîné Thomas Jr.

Bientôt, la famille quitte Harlem. Mais les rejetons continuent de taper dans la balle à Fairfield, dans le Connecticut. Cette fois le quartier est majoritairement blanc James s’en accommode sans problème et vit avec plus de douleurs la scoliose qui mine son corps. " Toute ma croissance, j’ai porté des attelles pour protéger mon dos. Je ne me sentais un gamin comme les autres que lorsque je sortais du court et qu’on me libérait de ce carcan. " Ce handicap passager n’empêche pas James Blake de mener tennis et études de front jusqu’à la prestigieuse université d’Harvard. Il fait ses premières armes sur le circuit universitaire.

Toujours est-il qu’il débarque en 1999 au milieu des requins du circuit tennistique. Trois ans plus tard, l’Américain remporte son premier tournoi à Washington et culmine à la 23e place du classement mondial.

En 2000, il remporte les tournois challenger de Houston (en battant Kratochvil) et celui de Rancho Mirage (face à Mamiit). L'année suivante, il s'incline en finale du challenger de Waikoloa face à Andy Roddick. La même année, il intègre pour la première fois l'équipe américaine de Coupe Davis opposée à l'Inde, compétition dans laquelle il s'illustrera en remportant ses deux matches en simple. Il termine sa saison 2001 en remportant le tournoi challenger de Knoxville (s'imposant face à Trifu).

En 2002, il remporte le tournoi challenger de Waikoloa (face à Martin Verkerk) et atteint sa première finale sur le circuit ATP à Memphis, où il s'incline face à son compatriote Andy Roddick. Il se hisse ensuite en finale du tournoi sur herbe de Newport où il se fait à nouveau battre par un compatriote, cette fois par Taylor Dent. Lors du tournoi de Washington, il s'impose face à Alex Corretja (en quart), Andre Agassi (demis) et Paradorn Srichaphan en finale pour devenir le quatrième afro-américain à glaner un titre ATP title dans l'ère Open. Associé à Todd Martin il gagne son premier titre en doubles à Cincinnati.

Il entame la saison 2003 avec un quatrième tour à l'Open d'Australie, chutant face au futur finaliste de l'épreuve Rainer Schuettler. Il se qualifie plus tard dans l'année pour la finale du tournoi de Long Island, sans toutefois parvenir à s'imposer face à Srichaphan. En doubles, il gagne son second titre à Scottsdale en compagnie de Merklein.

2004 est une année difficile pour James. Il parvient à se classer dans le Top 100 pour la quatrième année consécutive malgré une année gâchée par les blessures et maladies. Sa saison 2004 débute en Australie, où il atteint le quatrième tour de l'Open d'Australie pour la deuxième année consécutive (battu par le vainqueur Marat Safin). En mars, il se hisse en quarts à Scottsdale (perdant face au futur vainqueur Vince Spadea) et poursuit sa saison avec un 1/4 de finale aux Masters Series d'Indian Wells (où il perd face à Labadze). Vient ensuite la saison sur terre battue durant laquelle il gagne l'épreuve en doubles du tournoi de San Jose (avec Mardy Fish) et il se qualifie pour les quarts de finale du tournoi de Houston (en doubles, il remporte le tournoi avec son ami Mardy Fish). Lors du Masters Series de Rome, il s'incline au premier tour face à Jiri Novak et se fracture ensuite une vertèbre cervicale lors d'une séance d'entraînement en mai à Rome, accident qu'il l'éloignera des courts pendant deux mois. En été 2004, il contracte un zona, une maladie affectant l'ouïe, la vue et causant la paralysie temporaire d'une partie du visage. Au mois de juillet, son père décède d'un cancer. Il retourne néanmoins sur le circuit à Newport, épreuve où il perd au deuxième tour. En août, suite à sa défaite au premier tour lors du tournoi de Washington, la maladie le contrariant à faire l'impasse sur son tournoi préféré : l'US Open. Il tentera une nouvelle fois de revenir, cette fois à Delray Beach au mois de septembre, où il s'inclina au second tour. C'est ainsi que se termine sa saison 2004.

En 2005, l'Américain réalisera une de ses meilleures saisons sur le circuit ATP, remportant 2 tournois sur dur et terminant pour la première fois de sa carrière dans le Top 25. Il a également brillé en Grand Chelem, notamment avec un quart de finale à US Open. Relégué à la 210e place du classement en avril, il commence à obtenir des résultats réguliers en été, lors de son retour à Washington, où il atteint la finale et s'incline face à Andy Roddick. Trois semaines plus tard, il confirme son bon état de forme en remportant son deuxième titre ATP à New Haven (battant Feliciano Lopez). Mais son élan n'est pas près d'être brisé : de retour dans son tournoi favori, il crée la surprise en battant le numéro deux mondial Rafael Nadal au troisième tour, la tête de série #20 Tommy Robredo au quatrième, avant de s'incliner au tiebreak du 5e set d'un match qui restera dans les annales, face au Andre Agassi après avoir mené deux sets à rien. Il a ensuite participé à la Coupe Davis en Belgique (il s'est incliné face à Olivier Rochus lors du match d'ouverture). En octobre, il remporte son troisième tournoi ATP (premier sur le sol européen) de Stockholm en battant Srichaphan en finale.

En décembre 2005, James souffre d'un étirement d'un ligament au pied.

La saison 2006 de James débute à Adélaïde où malheureusement, il perd au premier tour. Mais il se rattrape la semaine suivante en remportant le tournoi de Sydney en battant le Russe Igor Andreev en finale. En mars 2006, James Blake remporte le tournoi de Las Vegas en battant l'Australien Lleyton Hewitt 7-5, 2-6, 6-3 pour remporter le cinquième tournoi de sa carrière, le second en 2006, et surtout signer sa première victoire face à un joueur contre qui il n'avait jamais gagné lors de leurs six précédentes confrontations. Grâce à cette performance, James se hisse à la 14e place mondiale, le meilleur classement de sa carrière. La semaine suivante, à Indian Wells, James se hisse en finale, battant sur son passage Tommy Robredo, Tommy Haas, Igor Andreev et Rafael Nadal. En finale face à Federer, James a rapidement deux breaks d'avance dans le premier set mais cela ne suffit pas pour le remporter : Federer refait son retard pour s'imposer finalement sur le score de 7-5 6-3 6-0. Cette excellente semaine lui permet alors d'intégrer le top 10 (9e) pour la première fois de sa carrière.

La semaine qui suit, James participe au tournoi de Miami, où il inflige un double 6-0 à Berlocq. Il bat ensuite Jarkko Nieminen et Juan Ignacio Chela en trois manches, avant de s'incliner en deux sets au tour suivant face au maître incontesté du tennis mondial, Roger Federer. En avril 2006, il est sélectionné dans l'équipe américaine de Coupe Davis pour affronter le Chili sur le gazon californien du Mission Hills Country Club situé à Rancho Mirage. James perd in extremis son premier simple (10-8 au cinquième set), heureusement Andy Roddick sauve les USA, rendant ainsi anecdotique le dernier simple que Blake perd également.

Vient ensuite le tournoi sur la terre battue américaine de Houston : Blake, tête de série n°2 du tournoi est sorti au premier tour par le Français Anthony Dupuis : James Blake est-il à bout de souffle après un extraordinaire début de saison 2006 ? En tout cas, il a décidé de faire l'impasse sur les Masters de Monte Carlo. A Rome une nouvelle contre-performance l'attend (défaite au premier tour contre Florent Serra.

A Roland Garros, Blake perd au troisième tour contre Gael Monfils après une superbe bataille en 5 sets. Il échoue également au troisième tour à Wimbledon contre Max Mirnyi.

En juillet 2006, il obtient son meilleur classement (cinquième) après sa victoire à Indianapolis contre Andy Roddick. En octobre, il semble bien parti pour décrocher son billet pour les Masters. Il a en effet battu Ivan Ljubičić en finale du tournoi de Bangkok en deux manches 6-3 et 6-1. Grâce à ce succès, James remporte son quatrième tournoi de l'année et reste plus que jamais en course pour disputer les Masters (son principal adversaire, Márcos Baghdatís, étant blessé). La semaine suivante, il remporte pour la deuxième fois consécutive le tournoi de Stockholm (son 5e titre en 2006), épreuve du circuit ATP dotée de 635.000 euros, en battant en finale le Finlandais Jarkko Nieminen 6-4, 6-2 en 55 minutes.

En guise de consécration pour cette merveilleuse année 2006, James est le dernier joueur à décrocher son billet pour les Masters de Shanghai. Lors de son premier match de poule face à Rafael Nadal, James s'impose 6-4 et 7-6 (7/0) face au numéro deux mondial. Il enchaîne ensuite avec une victoire face à Nikolaï Davydenko sur le score de 2-6, 6-4 et 7-5. La victoire de Nadal sur Robredo lui ouvre les portes des demi-finales. Il lui restait cependant à disputer son dernier match de poule face à Tommy Robredo contre qui il s'est incliné en 3 sets. James affronte donc David Nalbandian en demi-finale et se qualifie pour la finale en battant l'Argentin 6-4, 6-1. L'Américain n'a eu besoin que de 75 minutes pour éliminer l'Argentin, tenant du titre. En finale, James affronte Roger Federer mais l'incontestable numéro un mondial remporte facilement son troisième Masters. Mais l'opération reste plus que positive pour James qui, grâce à son accession en finale du Masters, remonte de la huitième à la quatrième place du classement ATP. Il s'agit du meilleur classement à ce jour atteint par le joueur américain.

Lors de sa rentrée sur le circuit, James conserve son titre à Sydney en battant en finale l'Espagnol Carlos Moyá (6-3, 5-7, 6-1) après un peu plus de deux heures d'un match haletant. L'Américain empoche ainsi le 9e titre de sa carrière. Il enchaine ensuite avec L'Open d'Australie où il s'incline en huitième de finale contre le Chilien et futur finaliste de l'épreuve, Fernando González. Cette défaite relativement rapide le fait descendre à la 6e place mondiale, "doublé" par ce même Gonzalez.

Après une défaite en finale à Delray Beach face au belge Xavier Malisse et une descente à la 6e place mondiale, James s'incline prématurément au troisième tour d'Indian Wells face au Français Julien Benneteau, ce qui le fait chuter à la 8e place. Et sa série noire se prolonge puisqu'il s'incline dès le 2e tour du tournoi de Miami face au Français Florent Serra en 3 sets.

Il se ressaisi en Coupe Davis contre l'Espagne avec deux victoires à la clé notamment contre Robredo et une qualification des Etats-Unis en demi-finale.

Il enchaîne avec une demi-finale sur terre battue à Houston, stoppé par l'argentin Zabaleta avec au passage une belle victoire en 1/4 de finale contre Juan Monaco 7/6 au troisième set. La suite de sa saison sur terre battue est beaucoup plus médiocre avec des défaites en Masters à Rome contre Massu au second tour, 1/8 eme de finale contre Moya à Hambourg. Il perd au 1er à Roland Garros face au géant Karlovic 6/4 4/6 5/7 5/7.

Sa saison sur gazon ne sera guère plus heureuse avec une défaite en 1/4 de finale du tournoi de Halle contre l'allemand Kohlschreiber, et un 3eme tour à Wimbledon contre un spécialiste de la terre battue Juan Carlos Ferrero.

James Blake effectuera un très belle été sur le ciment américain, finale à Los Angeles contre le revenant Stepanek défaite en trois sets serrés. Puis 1/4 de finale à Indianapolis contre son compatriote Sam Querrey auteur notamment dans ce match d'un record de 10 aces consécutifs 6/7 7/6 6/7. Il déclare forfait au Masters de Montréal contre Hewitt après une victoire contre l'autrichien Melzer, puis enchaîne une finale au Masters de Cincinnati avec une défaite contre le maître Federer et une victoire au tournoi de New Haven contre son ami Mardy Fish. Pour son dernier tournoi du grand chelem de l'année 2007, il se hissera jusqu'en seconde semaine mais sera éliminé par Tommy Haas en 1/8 de finale après une superbe partie perdu en cinq sets 7/6 au dernier.

Sa défaite contre le suédois Johansson n'empêchera pas les Etats-Unis de disputer en fin d'année la finale de la Coupe Davis pour conquérir un nouveau saladier d'argent qu'ils n'ont remportés depuis 1995.

Blake se met à la chasse des points pour disputer un second Masters consécutif, il engrange des points à Stockholm en parvenant à se hisser en demi finale mais perd son titre acquis l'an dernier, il est à ce moment là 7 ème au classement mondial.

Il s'envole pour disputer le Masters de Madrid où il est éliminé dès son premier match contre Mario Ančić 3/6 4/6. Il perd aussi au second tour du tournoi de Bâle contre le serveur surpuissant croate Karlovic. Sa participation au Masters de Shangaï se décidera sur le dernier tournoi de l'année à Paris pour le Masters de Bercy puisque deux billets sont encore à pourvoir, un bon résultat lui permettrait de se qualifier pour le tournoi des Maîtres.

Malheureusement pour Blake, sa défaite en 1/8 de finale face à un concurrent direct pour la qualification en l'occurrence, le français Richard Gasquet lui sera fatal. Il se voit perdre le bénéfice de sa finale du Masters de l'an dernier en termes de point ce qui le fait reculer au 14ème rang mondial en cette fin d'année 2007. Cette année lui permettra de confirmer son statut au sein du top 15 mondial, avec deux titres ATP, trois finales dont une en Masters Series, deux demi-finale, 52 victoires et plus d'un million de dollars de gain. Il termine donc 13ème mondial. Mais le plus beau défi de Blake en cette fin de saison reste la victoire finale en Coupe Davis avec les Etats-Unis contre la Russie à domicile.

Et Blake participera activement au 32ème succès américain en Coupe Davis acquis à Portland en ce début de mois de décembre 2007. Les Etats-Unis l'emporte 4/1 et Blake remporte ces deux simples face à Youzhny en 4 sets et 3 tie-break dans un premier temps, puis face à Tursunov pour l'honneur ensuite.

James Blake aborde l'année 2008 par un bon tournoi à l'Open d'Australie, il y rencontre notamment au troisieme tour Sebastien Grosjean et le bat en 5 sets, puis Marin Čilić, la surprise du tournoi, avant de céder sous les coups de Roger Federer en quarts de finale 7/5 7/6 6/4.

James atteint ensuite la finale du tournois de Derlay Beach, pour la deuxième fois consécutive, qu’ il perdra face au japonais Kei Nishikori classé 244e 3-6, 6-1, 6-4. Il espère rebondir, après cette perte, à San José où il ira jusqu’en ¼ de final battu par son compatriote Robby Ginepri 6-2, 6-2.

Au Masters d'Indian Wells, James tête de série N.9, reçoit un bye pour son premier tour avant de battre Marc Gicquel 6-3, 6-7 (5), 6-1 au deuxième. Au troisième tour, Blake bat l’ancien numéro 1 mondial Carlos Moyá 6-3, 6-4, il a ensuite battu Richard Gasquet au quatrième tour avant de s’ incliner, en quart de final, face à Rafael Nadal, qui ne l’avait jamais battu auparavant, 7-5, 3-6, 6-3.

Au Masters de Miami, James atteint les quarts de finale, mais perd de nouveaux face à Rafael Nadal en 3 sets, 6-3, 3-6, 1-6.

En Coupe Davis, l’équipe américaine joue la France. Malheureusement pour la France, deux de leurs meilleurs joueurs Richard Gasquet et Jo Wilfried Tsonga déclarent forfait en raison de blessures. Michael Llodra et Paul-Henri Mathieu ont été les joueurs à jouer en simple pour la France. Après la victoire d’ Andy Roddick sur Llodra, James jouera Mathieu. Lors d'un énorme match qui aura duré 3 heures 48 minutes et après avoir sauvé 2 balles de match, James remporte le duel en 5 sets 7-6, 6-7, 6-3, 3-6, 7-5. Puis battra de nouveau Richard Gasquet lors du 5éme match en 3 sets.

James enchaîne la semaine suivante avec le tournoi de Houston, son premier tournoi de la saison, sur terre battue. Tête de série numéro 1, il prend sa revanche au premier tour face au japonais Kei Nishikori 6-4, 6-4. Au deuxième tour, il bat son compatriote Ryan Harrison, âgé de seulement 15 ans, 6-3, 6-1. Puis élimine la tête de série numéro 5 l'Argentin Agustin Calleri, toujours en deux sets. En demi il bat l’espagnol Oscar Hernandez 6-3, 7-6 et atteint ainsi la finale où il se fait surprendre par l'espagnol Marcel Granollers qui le bat 6-4, 1-6, 7-5.

Il réalisera une saison de terre-battue décevante ne remportant que 3 matchs en 4 tournois . James Blake enchaine avec l'Open de Halle sur gazon où il réalise une bonne performance atteignant les demi-finales battu cependant par Philipp Kohlschreiber . Ce tournoi préparatif à Wimbledon ne servira pas à grand chose puisqu'il s'incline dès le second tour à Londres face au futur demi-finaliste Rainer Schuettler .

James fera parti de l'équipe américaine pour les Jeux Olympiques. Il obtiendra la place la plus décevante , la quatrième place . Battu par Fernando Gonzalez en demi-finale au cours d'un match tumultueux , James s'inclinera dans le match pour la médaille de bronze face à Novak Đoković sur le score de 6/3 7/6 . Il a cependant réalisé un parcours remarquable en battant Chris Guccione , Dominik Hrbatý , Gilles Simon et un Roger Federer en plein doute . Il dispute ensuite l'US Open où il s'incline au troisième tour face à son compatriote Mardy Fish .

Blake effectue son retour sur les courts un mois après lors du Masters de Madrid , en s'inclinant dès son premier match face à Gilles Simon , futur finaliste . Il dispute 2 semaines après le Masters de Paris-Bercy afin d'obtenir un ticket pour la Masters Cup . James réalise un tournoi solide , atteignant les demi-finales grâce au forfait de Roger Federer en quart de finale , cependant il est défait par Jo-Wilfried Tsonga le futur vainqueur . Cette place de demi-finaliste ne sera pas suffisante pour disputer la Masters Cup.

En haut



Gustavo Kuerten

Gustavo Kuerten French Open 2005.jpg

Gustavo Kuerten est un joueur de tennis, né le 10 septembre 1976 à Florianópolis au Brésil. Il a commencé à jouer au tennis à l'âge de six ans et est passé professionnel en 1995. Il compte 20 tournois en simple à son palmarès, dont trois tournois du Grand Chelem et cinq Masters Series. Il a également remporté huit tournois en double.

Pour le public francophone, l'évocation de Guga (son surnom) est intimement liée à l'histoire de Roland Garros ; cependant, sa carrière compte suffisamment de victoires hors terre battue pour lui avoir permis de devenir aussi numéro un mondial (durant 43 semaines) d'autant plus remarquable que la plupart des Sud-Américains gagnant à la porte d'Auteuil butent sur cette ultime marche.

Hors des courts, il est également connu pour ses actions caritatives. Ainsi, en 2001, ses dons ont permis d'aider 10 000 personnes à Santa Catarina. Son propre frère est handicapé mental. Il a reçu de l'UNESCO cette année-là le prix Youth and Citizenship.

Début 1997, il n'est classé qu'à la 87e place mondiale et est battu au second tour de l'Open d'Australie. Après quelques bons résultats, dont deux troisième tour en Masters Series, il atteint la 66e place mondiale juste avant Roland-Garros. C'est à la surprise générale qu'il se hisse jusqu'en finale, battant au passage trois anciens vainqueurs du tournois. Le 8 juin, il bat Sergi Bruguera 6-3, 6-4, 6-2 en finale et devient le premier Brésilien à gagner un tournoi du Grand Chelem. Il passe par la même occasion à la 15e place mondiale. Il rentrera dans le top 10 après s'être incliné en finale du Masters du Canada contre Chris Woodruff. Il dispute également une finale à Bologne.

Il remporte cette année deux tournois sur le circuit tel que Stuttgart en battant en finale Karol Kucera 4-6 6-2 6-4 et Majorque en battant en finale Carlos Moyá 6-7 6-2 6-3.

En 1999, Guga gagne deux prestigieux Masters Series : Monte Carlo (victoire contre Rios 6-4 2-1) et Rome ( victoire contre Rafter 6-4 7-5 7-6). Grandissime favori a Roland-Garros il perd en quart de finale contre Medvedev en état de grâce.

Il glane 5 tournois dont 1 du Grand Chelem : Santiago, Hambourg, Roland-Garros, Indianapolis et la Masters Cup. Sa seconde victoire a Roland-Garros : 6-2, 6-3, 2-6, 7-6 contre Magnus Norman coïncide avec sa première place mondiale. Il devient n° 1 en concluant l'année par une victoire au Masters (dernier tournoi de la saison réunissant les 8 meilleurs joueurs de l'année) à Lisbonne en battant tour à tour Andre Agassi et Pete Sampras. Tout au long de l'année, la lutte est très serrée avec Marat Safin et une seule défaite supplémentaire pour Marat donnait cette première place à "guga".

Il s'adjuge 6 tournois : Buenos Aires, Acapulco, Monte-Carlo, Roland Garros, Stuttgart, Cincinnati. Son portefeuille se garnit bien puisque, pour la seconde année consécutive, il est le leader en dollars gagnés en tournoi : 4 091 004. Score de sa troisième finale : 6-7 7-5 6-2 6-0 contre Alex Corretja, un autre Espagnol, après avoir dessiné son coeur sur le Central au terme d'un 8e de finale éprouvant face au modeste américain Russel (3-6 4-6 7-6(3) 6-3 6-1). Il rejoint Björn Borg (6), Ivan Lendl (3) et Mats Wilander (3) au panthéon des triple-vainqueurs à Paris.

Il remporte un tournoi chez lui à Salvador au Brésil, en battant Guillermo Coria 6-7 7-5 7-6.

En 2003, Guga ajoute deux titres à son palmarès : Auckland et St-Petersbourg.

En 2004 il gagne un tournoi chez lui à Costa del Sol au Brésil en battant en finale Calleri 3-6 6-2 6-3. Il réalisa un très bon Roland-Garros en cédant en quart de finale contre David Nalbandian après avoir battu au troisième tour Roger Federer 6-4 6-4 6-4. Pourtant cette année est "noire" à cause de sa blessure à la hanche qui l'éloigne souvent du terrain.

Guga remporte le tournoi-exhibition de Rio de Janeiro en battant en finale l'Argentin Mariano Puerta (7-5, 6-3) à Copacabana. Une victoire qui permet au Brésilien de retrouver le moral, après deux années de galères dues à une blessure à la hanche nécessitant deux interventions chirurgicales. Quelque 3000 supporters ont assisté au match durant lequel Kuerten (actuel 294e mondial), triple vainqueur de Roland Garros, a progressivement imposé son jeu après avoir été mené 5-3 dans la première manche. Classé 294e à l'ATP, et n'ayant disputé que neuf tournois cette année, Gustavo Kuerten souligne que cette victoire était très importante pour sa motivation et qu'il comptait se classer parmi les 50 meilleurs joueurs mondiaux en 2006.

Cette année-là, les journalistes américains de Tennis Magazine élisent Gustavo Kuerten au 37e rang des "quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années" (hommes et femmes confondus), derrière Jennifer Capriati (36e) et devant Virginia Wade (38e).

Début octobre 2006, Guga et son entraîneur Larri Passos se remettent ensemble après deux ans de rupture. En février 2006, Guga annonce toutefois qu'il mettra un terme à sa carrière en fin d'année s'il ne retrouvait pas son meilleur niveau d'ici là. Âgé de 29 ans, le Brésilien avait été opéré à la hanche en 2004 et n'a jamais totalement retrouvé le jeu qui était le sien lorsqu'il remporta Roland-Garros à trois reprises. Guga pointe alors à la 300e place mondiale. Il passe deux mois aux États-Unis début 2006 pour solidifier ses hanches. Kuerten annonce le 8 mai qu'il renonçait à participer au tournoi de Roland-Garros, mais reste déterminé à revenir sur le circuit. Il vient d'engager à ce titre le coach physique qui avait permis à Ronaldo de revenir à son meilleur niveau après sa blessure au genou. Gustavo revient à la compétition en novembre dans le Challenger d'Asuncion mais ne parvient pas à passer le premier tour.

En effet, le 25 mai 2008, "Guga" met un terme à son parcours professionnel exceptionnel en s'inclinant face à Paul-Henri Mathieu au 1er tour de Roland-Garros sur le score de 3/6, 4/6, 2/6. Le public parisien, pour son dernier match, lui a rendu un hommage très solennel avec une standing ovation. "Guga" a d'ailleurs reçu les honneurs de Roland-Garros à travers un trophée de terre battue. Il a ensuite perdu dès le premier tour en double, associé à Sébastien Grosjean, pour ce qui restera son dernier match professionnel.

En haut



Novak Đoković

Nole Skupstina BG feb08.jpg

Novak Đoković (prononcé  ; en serbe cyrillique, Новак Ђоковић) ou Novak Djokovic, né le 22 mai 1987 à Belgrade, est un joueur de tennis serbe, actuellement classé 3e joueur mondial à l'ATP Tour depuis le 13 août 2007.

Le 27 janvier 2008, Đoković remporte son premier titre du Grand Chelem à l'Open d'Australie 2008 à seulement 20 ans, après avoir battu en demi-finale le double tenant du titre et n°1 mondial Roger Federer en 3 sets. Il devient ainsi le premier Serbe de l'histoire à remporter un titre du Grand Chelem en simple. Il remporte la même année la Masters Cup, tournoi de prestige réunissant les 8 meilleurs joueurs de la planète.

Novak Đoković a acheté les droits de l'Open des Pays-Bas pour le transférer à Belgrade.

Né dans une famille de skieurs reconvertis dans la restauration, Novak Đoković a commencé à jouer au tennis à l'âge de 4 ans. Il est l'aîné d'une famille dans laquelle Marko, 16 ans, et Đorđe, 13 ans, ont également pour ambition d'être joueurs de tennis professionnels. D'ailleurs, en 2007, Novak joue en double avec son cadet, Marko Đoković. Il parle serbo-croate, anglais et allemand. Sur le circuit, le contraste saisissant entre la régularité de ses résultats et l'imprévisibilité dont il fait preuve à l'échange lui vaut le surnom de « Djoker ». Ce surnom fait aussi référence à son humour, pour lequel il est réputé sur le circuit (joke signifie « plaisanter » en anglais).

Ses grands rivaux sont Rafael Nadal, Roger Federer et Andy Murray, l'autre petit génie de l'année 1987.

Novak Đoković est un joueur assidu, ambitieux et motivé, qui prend sa carrière très au sérieux. Toutefois, on le sait doté de beaucoup d'humour : on a pu voir un bon nombre de reportages où il "amuse la galerie", même avant certains très gros matches (notamment en demi-finale de l'US Open en 2007). Peut-être est-ce son moyen de faire redescendre la pression. Il a un certain talent pour imiter la plupart des joueurs du circuit, en particulier Maria Sharapova, Rafael Nadal, Andy Roddick ou même Roger Federer qu'il a imité dans les vestiaires lors d'un tournoi.

Novak Đoković est considéré comme l'un des joueurs les plus complets du circuit ATP, maîtrisant tous les coups du tennis. Certes il n'a pas d'agilité particulière au filet, de coups surpuissants, d'empreinte physique, d'aisance gracieuse dans l'exécution, de services éclairs, mais il cumule à un très haut niveau toutes les facettes du jeu. Tous les joueurs ont une faille plus ou moins marquée dans leur système (comme le revers de Roger Federer qui est vulnérable sur les balles fortement liftées), mais Đoković non. Il dispose d'un service que le n°1 mondial Rafael Nadal n'a pas et d'une constance en fond de court qui manque parfois au n°2 Roger Federer. Mais la plus grande qualité du Serbe est son aptitude à travailler son jeu et à se remettre en question après chaque match. Il est également reconnu comme un excellent tacticien, un véritable "stratège" des courts.

La surface préférée de Novak Đoković est le dur, et son style de jeu est résolument offensif.

Le tableau ci-dessous récapitule le classement mondial de Novak Đoković dans les différents secteurs de jeu depuis 2007.

La première balle de service de Novak Đoković lui occasionne de nombreux points gratuits, et sa deuxième balle est remarquable ; quelle que soit sa position sur le court, il peut jouer court, long, croisé ou long de ligne, avec une capacité égale à tirer le point gagnant du coup droit et du revers avec la patience nécessaire pour attendre le moment idéal. Très difficile à déborder, il excelle dans la distribution du jeu en imprimant un rythme à l'échange, qui devient difficile à soutenir.

Alors qu'il rivalisait d'astuces pour reprendre son souffle après de longs échanges (Đoković a été opéré à la cloison nasale pour des problèmes de respiration), le jeune Serbe ne s'illustre désormais plus dans ce registre. Il est désormais un athlète de premier plan capable d'enchaîner les tournois tout en se maintenant à un très haut niveau.

Contrairement à de nombreux joueurs qui font un complexe d'infériorité vis-à-vis de Roger Federer ou de Rafael Nadal, Novak Đoković, lui, ne craint personne. Ce mental de compétiteur, nécessaire pour évoluer au haut niveau, lui a d'ailleurs permis de battre Roger Federer à l'Open d'Australie 2008 en seulement 3 sets, alors que le Suisse y était invaincu depuis 3 ans, ou de remettre en cause la suprématie de Rafael Nadal sur terre battue lors du Masters d'Hambourg 2008 où malgré la défaite, Novak Đoković a quand même réussi à pousser l'Espagnol dans ses derniers retranchements. On le sait animé d'une grande motivation et poussé par son rêve de devenir n°1 mondial.

A l'âge de 12 ans, il rejoint l'Académie de Nikki Pilić à Munich, en Allemagne.

Il passe professionnel en 2003 à l'âge de 16 ans. En 2004, il fut demi-finaliste de l'Open d'Australie en junior, à la fois en simple et en double associé à Scoville Jenkins.

A noter que Novak Đoković est devenu, en remportant l'Open d'Australie, l'un des cinq joueurs en activité à avoir atteint les demi-finales des quatre tournois du Grand Chelem (avec Roger Federer, Marat Safin, David Nalbandian et Rafael Nadal) et le plus jeune joueur de l'ère Open à avoir réalisé cet exploit.

Au début de l'année 2005, il est classé n°188 à 17 ans.

Au début de l'année 2006, il est classé n°78 à 18 ans. C'est cette année-là qu'il se fait connaître auprès du grand public, notamment par sa brillante performance lors des Internationaux de France de Roland-Garros 2006 durant lesquels il élimine trois têtes de série, parvenant en quarts de finale contre Rafael Nadal où il dut abandonner en raison d'une blessure au dos après avoir perdu les deux premiers sets.

Il remporte deux tournois, à Amersfoort et Metz, et atteint la finale du tournoi d'Umag.

Il a joué aussi une demi-finale du tournoi de Zagreb et un quart de finale du tournoi de Rotterdam où il fut battu au jeu décisif du dernier set par le futur vainqueur du tournoi Radek Štěpánek.

Ses belles performances lui permettent de terminer l'année 2006 à la 16ème place mondiale à 19 ans.

L'année 2007 commence de la meilleure des façons pour lui par une victoire au tournoi ATP d'Adélaïde, où il s'impose en finale face à l'australien Chris Guccione en trois sets. Il enchaîne ensuite par un 8e de finale à l'Open d'Australie perdu face à Roger Federer (6-2, 7-5, 6-3). Après une défaite au premier tour à Marseille, Novak atteint la demi-finale à Rotterdam puis les quarts de finale de l'Open de Dubaï où il s'incline une fois encore contre le n°1 mondial et futur vainqueur de l'épreuve Roger Federer.

Son talent explose en mars puisqu'il parvient en finale du Masters d'Indian Wells, finale qu'il perd 6-2, 7-5 contre l'espagnol Rafael Nadal. C'est la première fois qu'il joue une finale de Masters Series mais il réitère cet exploit la semaine suivante à Miami.

Il gagne cette fois-ci le tournoi face à Guillermo Cañas (6-3, 6-2, 6-4) sans perdre un seul set de la quinzaine et en éliminant Rafael Nadal en quart de finale. Il devient alors le plus jeune vainqueur de ce tournoi et fait partie des 18 joueurs de moins de 20 ans à entrer dans le top 10. Après cette victoire, il devient n°7 mondial et déclare déjà avec un sérieux et un aplomb déconcertant que son objectif est de devenir n°1 mondial.

Grâce à ses 24 victoires en 3 mois, il passe à la seconde place du classement Race, à seulement 4 points de Roger Federer et à la 5e place du classement ATP Technique.

Début mai, il gagne à Estoril contre le Français Richard Gasquet : 7-6, 0-6, 6-1.

En juin, le tournoi de Roland-Garros commence. Novak passe les deux premiers tours sans trop de difficultés puis remporte en cinq sets l'un des plus beaux matches de la quinzaine face au surprenant joueur français Olivier Patience. En 8e de finale, il élimine rapidement l'espagnol Fernando Verdasco : 6-3, 6-3, 7-62. Il s'impose ensuite contre le Russe Igor Andreev (6-3, 6-3, 6-3) grâce à de bonnes variations. Il se retrouve donc en demi-finale, la première de sa carrière en Grand Chelem, contre le grand favori de l'épreuve, Rafael Nadal. Après deux sets très disputés, le Serbe craque pour s'incliner 7-5, 6-4, 6-2 en deux heures et demie. Il obtient, lors de cette édition, le Prix Bourgeon, décerné à la « révélation du circuit international, sève du tennis de demain ». Cette performance lui a permis de passer de la 6e à la 4e place mondiale.

A Wimbledon, après avoir disputé 10 tie-breaks (pour 8 gagnés) lors des tours précédents, notamment face à Lleyton Hewitt 7-6, 7-6, 4-6, 7-6 en 4h13 et Márcos Baghdatís 7-6, 7-6, 6-7, 4-6, 7-5 en 4h59, il arrive en demi-finale où il retrouve à nouveau Rafael Nadal. Cette fois, il parvient à remporter le premier set, mais abandonne dans le 3e set suite à des blessures, certainement occasionnées par les longs matches disputés les jours précédents, le score était de 6-3, 1-6, 1-4.

Au tournoi de Umag (Croatie - Terre Battue), où Đoković est tête de série N°1, il passe le premier tour aisément, contre l'espagnol Pablo Andujar (158e au classement ATP), en deux sets : 6-1, 6-3. Mais au deuxième tour, il se fait éliminer par son compatriote et ami serbe Viktor Troicki, 176e au classement ATP, en 3 sets (6-2, 4-6, 5-7). Il participe au double avec Marko Đoković (son frère cadet). Les deux Serbes ne passent pas l'obstacle de la paire française Mathieu Montcourt/Édouard Roger-Vasselin (5-7, 1-6).

Le 12 août, il emporte le Rogers Cup (Montreal) (Canada - Dur), après avoir battu successivement l'américain Andy Roddick, l'espagnol Rafael Nadal en demi-finale sur le score de 7-5 6-3 et, en finale, le Suisse numéro 1 mondial Roger Federer 7-6 (7-2], 2-6, 7-6 (7-2). Depuis que Rafael Nadal et Roger Federer occupent les deux premières places au classement mondial, Đoković est le premier à les battre dans un même tournoi. Cette performance lui permet de devenir le premier joueur depuis Boris Becker en 1994 à battre les trois premiers du classement ATP dans un même tournoi.

L'US Open commence, et Novak passe au deuxième tour aux dépens de Robin Haase (qui remplace Mario Ančić, forfait), 6-2 6-1 6-3. Dans un match beaucoup plus intense, face à Radek Štěpánek, il se qualifie pour les 16èmes de finale (6-7 7-6 5-7 7-5 7-6). Puis se défait de l'argentin Juan Martín del Potro en 3 set (6-1 6-3 6-4) pour accéder aux huitièmes de finale. Novak continue son petit bonhomme de chemin, tout d'abord en accédant aux quarts de finale, grâce à une victoire sur Juan Mónaco (7-5 7-6 6-7 6-1). Puis il prend sa revanche de Cincinnati en éliminant Carlos Moyá (6-4 7-6 6-1) pour arriver en demi finale, où il s'impose facilement face à l'espagnol David Ferrer (6-4 6-4 6-3). Il retrouve ainsi en finale le suisse Roger Federer, 1er au classement ATP contre lequel il échoue sur le score de 7-6 7-6 6-4. Cette première finale en Grand Chelem lui valut un accueil triomphal à son retour en Serbie ; le premier ministre Vojislav Koštunica, notamment, l'attendait à l'aéroport.

Une semaine après cet exploit, Novak et ses collègues serbes Janko Tipsarević, Nenad Zimonjić et Viktor Troicki, font entrer la Serbie dans le groupe mondial de Coupe Davis. Pour cela, ils battent l'Australie emmenée par Lleyton Hewitt sur la terre battue (Indoor) de Belgrade (Serbie). En premier match, Novak prend le dessus sur Peter Luczak, puis les australiens reviennent à 1-1 avec la victoire de Lleyton Hewitt sur Janko Tipsarević (6-2, 3-6, 4-6, 6-1, 6-1). Grâce au succès de la paire Zimonjić/Đoković face au binôme Hanley/Hewitt, les Serbes prennent l'avantage à 2-1. Lleyton Hewitt étant forfait à cause d'une infection, c'est Chris Guccione qui tente, en vain, d'empêcher la Serbie d'entrer dans le groupe mondial face à Novak devant lequel il s'incline 6-3 7-6 7-6.

Le 8 Octobre, il remporte le tournoi de Vienne, son 5e titre de l'année et 7ede sa carrière, en éliminant l'américain Robby Ginepri, puis le tchèque Tomáš Zíb. Novak prend le dessus, difficilement, sur l'argentin Juan Ignacio Chela (en sauvant deux balles de match), puis il bat l'italien Andreas Seppi en demies, avant de gagner le titre aux dépens du Suisse Stanislas Wawrinka en deux sets, 6-4 6-0.

A Madrid, Đoković s'incline en demi-finale face à David Nalbandian au score de 4-6 64-7 ; après avoir pourtant éliminé Fernando Verdasco, Mario Ančić et Juan Carlos Ferrero.

Au Masters de Paris-Bercy, Novak perd dès son entrée en lice face au français Fabrice Santoro en deux sets, 6-3 6-2, match dans lequel Novak « n'a pas joué dignement de son rang de n°3 mondial » et « est passé à côté de son match », à cause de, notamment, 34 fautes directes, soit la moitié des points du français.

Et c'est une fin d'année difficile pour Novak, qui, mal remis d'une opération récente, s'incline en matchs de poule au Masters, à Shanghai face à David Ferrer, Richard Gasquet et Rafael Nadal (6-4 6-4), soit un total de 3 défaites sur 3 matchs joués.

Mais c'est une année 2007 qui fut très intense et réussie pour Novak, notamment grâce à ses 68 victoires sur 84 matchs joués. Aussi car il a atteint les demi-finales à Wimbledon, à Roland-Garros et a atteint la finale à l'US Open pour la première fois de sa carrière. Il a aussi atteint la 3e place mondiale, soit son meilleur classement. Et bien sûr, Novak Đoković s'est illustré, cette année, comme un champion puisque c'est le seul (depuis Boris Becker en 1994) à battre les 3 meilleurs mondiaux dans un même tournoi (Au Masters de Montreal). Novak a aussi atteint son meilleur classement en double, en pointant à la 134e place.

Lors de l'Open d'Australie, Novak Đoković rassure ses fans après une fin d'année 2007 calamiteuse. Il élimine successivement Benjamin Becker, Simone Bolelli, Sam Querrey, Lleyton Hewitt, David Ferrer et se qualifie pour la finale en battant le numéro 1 mondial Roger Federer (7-5, 6-3, 7-65), et tout cela sans perdre la moindre manche. Il devient ainsi le premier joueur à battre Federer en 3 sets dans un tournoi du Grand Chelem depuis Gustavo Kuerten à Roland-Garros 2004, et met ainsi fin à la série de 10 finales consécutives en Grand Chelem du suisse. Il est opposé, en finale, au français Jo-Wilfried Tsonga, tombeur de l'espagnol Rafael Nadal. Après un combat spectaculaire, Novak prend finalement le meilleur sur l'impressionnant français, sur le score de 4-6, 6-4, 6-3, 7-62, succédant ainsi à Roger Federer au palmarès de ce tournoi. A noter qu'il est le premier Serbe de l'histoire du tennis à gagner un Grand Chelem en simple (hommes et femmes confondus).

Le premier tour de la Serbie en Coupe Davis se joue alors contre la Russie (Double vainqueur de l'épreuve). Suite au forfait de Novak - atteint de fièvre - pour le premier simple, et de Janko Tipsarević, malade lui aussi, la Russie prend rapidement le dessus pour mener 2-0, grâce aux victoires de Nikolaï Davydenko aux dépens de Viktor Troicki et de Mikhail Youzhny, contre Nenad Zimonjić. La paire Novak Đoković/Nenad Zimonjić s'impose ensuite face à la paire russe Mikhail Youzhny/Dmitri Tursunov et la Serbie revient à 2-1. Contre Nikolaï Davydenko, lors du match des numéros 1, Novak distance l'indébordable russe et mène deux sets à rien, avant d'être rattrapé par la fatigue de la maladie et de l'accumulation de matches, et de devoir abandonner (suite à cet abandon, il dût aller passer une visite de contrôle à l'hôpital). La Serbie est finalement éliminée par la Russie, sur le score de 3-2, après la victoire de Viktor Troicki sur Dmitri Tursunov lors du match facultatif ...

Đoković s'aligne ensuite à l'Open 13, contre l'avis de son entourage. Hors de forme, il se fait éliminer dès les quarts de finale par le tenant du titre français Gilles Simon en 3 sets : 2-6, 7-66, 3-6.

Il annule ensuite sa participation au tournoi de Rotterdam, afin de mieux se préparer à l'Open de Dubaï puis défendre les points de sa finale aux Masters d'Indian Wells et ceux de sa victoire à Miami l'an passé.

A l'Open de Dubaï, Novak Đoković s'incline en demi-finale face à l'américain Andy Roddick, numéro 6 mondial, et futur vainqueur du tournoi, en 2 sets : 7-6, 6-3.

La semaine suivante, il se rend à Indian Wells pour disputer le premier Masters Series de la saison. Il réalise le tournoi parfait, battant successivement Andreas Seppi, Philipp Kohlschreiber, Guillermo Cañas, Stanislas Wawrinka et Rafael Nadal, sans perdre un seul set. En finale, il trouve face à lui le revenant américain Mardy Fish, tombeur de Nikolay Davydenko, Lleyton Hewitt, David Nalbandian et du n°1 mondial Roger Federer. Après un match à multiples rebondissements, le serbe s'impose 6-2, 5-7, 6-3.

Il enchaîne avec une véritable contre-performance en s'inclinant dès le 2ème tour du Masters de Miami, dont il est pourtant tenant du titre, battu par le Sud Africain Kevin Anderson en 3 sets : 6-7, 6-3, 4-6. Cette contre performance est très préjudiciable à sa volonté de devenir numéro 1 mondial car il perd le bénéfice points acquis la saison précédente lors de ce même tournoi. Toutefois, Đoković reste confiant : il est loin devant son premier poursuivant direct au classement, le russe Nikolay Davydenko, et aura la possibilité de revenir sur Nadal lors de la saison sur terre battue, pendant laquelle l'espagnol aura plus de 2000 points à défendre.

Il parvient jusqu'en demi-finale au Masters de Monte-Carlo avant d'abandonner face à l'inévitable Roger Federer alors qu'il était mené sur le score de 6-3, 3-2. Aux journalistes, il expliquera avoir été victime de maux de gorge.

Deux semaines plus tard, le 11 mai 2008, il remporte le Masters de Rome face à l'étonnant suisse Stanislas Wawrinka au terme d'une finale acharnée (4-6, 6-3, 6-3). Il bat successivement le belge Steve Darcis, le russe Igor Andreev, l'espagnol Nicolas Almagro en quart de finale et le tombeur de Federer, le tchèque Radek Štěpánek, en demi-finale. C'est le quatrième masters series de sa jeune carrière.

Au Masters d'Hambourg, il se hisse sans problème jusqu'en demi-finale où il affronte Rafael Nadal. Ce match restera dans les annales des matchs de terre battue. En effet, les joueurs évoluent simultanément à un niveau de jeu extraordinaire. Novak mène 3-0 dès le premier set en pratiquant un tennis injouable, puis un Nadal que l'on n'avait plus vu depuis bien longtemps revient dans le match et tous deux jouent au plus haut niveau pendant trois sets. Victoire de Nadal (7-5, 2-6, 6-2), qui remportera le lendemain le tournoi aux dépens de Roger Federer.

Roland Garros 2008 : Đoković bat successivement l'allemand Denis Gremelmayr (4-6, 6-3, 7-5, 6-2), puis l'espagnol M.López Jaen (6-1, 6-1, 6-3) avant de faire chuter l'américain Wayne Odesnik (7-5, 6-4, 6-2) puis le francais pourtant très solide Paul-Henri Mathieu (6-4, 6-3, 6-4) en 8e de finale. En quarts de finale, il rencontre le tout jeune prodige letton Ernests Gulbis. Ce dernier lui pose problème notamment grâce à son redoutable service, fréquemment au delà des 210 km/h. Nerveux, le serbe parvient pourtant à le vaincre en trois manches. Il est opposé en demi-finale à Rafael Nadal, terrible tombeur de son compatriote Nicolas Almagro (6-1, 6-1, 6-1), et s'incline en trois sets (6-4 6-2 7-6) après un match où l'espagnol n'a été ébranlé qu'au troisième set. Parallèlement, il rate l'occasion de ravir à Nadal sa seconde place au classement ATP.

Il participe la semaine suivante au tournoi du Queen's Club. En quart de finale, il bat Lleyton Hewitt en 2 sets secs (6-2, 6-2), et ne laisse aucune chance au numéro 8 mondial David Nalbandian qu'il étrille en demi-finale (6-1, 6-0). Il est battu en finale par Rafael Nadal en pleine confiance à l'occasion d'un match superbe, perdu 7-66, 7-5, 2 sets durant lesquels il avait pourtant réussi à obtenir à chaque fois 1 break d'avance.

A Wimbledon, il élimine Michael Berrer au 1er tour (7-5, 2-6, 6-3, 6-0) mais perd au 2e tour contre Marat Safin en 3 sets : 6-4, 7-63, 6-2, c'est la 1ère fois depuis 5 tournois du Grand Chelem que Novak Đoković n'arrive pas en demi-finale.

Au Masters du Canada dont il est tenant du titre, il est éliminé en quarts de finale par Andy Murray en 2 sets : 6-3, 7-63.

Au Masters de Cincinnati, Novak Đoković remporte une somptueuse victoire en 1/2 finale contre un Rafael Nadal déjà assuré de devenir n°1 mondial et que l'on croyait invincible, 6-1, 7-5. Il met fin à une série de 32 victoires consécutives de l'Espagnol et se qualifie pour la finale. En finale cependant, il péclote et s'incline en deux sets face à Andy Murray: 7-64, 7-65 en 2h23 de jeu. À l'issue du tournoi, Novak reprend sa place de n°2 du classement ATP Race 2008 (classement des meilleurs joueurs de l'année), derrière Rafael Nadal mais devant Roger Federer.

Novak Đoković s'incline en demi-finale des Jeux Olympiques face à Rafael Nadal (6-4, 1-6, 6-4) au terme d'un match de plus de 2 heures. Il quitte le court visiblement très touché par cette défaite, mais décrochera néanmoins la médaille de bronze le lendemain lors du match pour la 3e place qui l'oppose à James Blake.

Suite aux bonnes performances de Novak Đoković à Cincinnati et aux Jeux Olympiques, et aux relatives mauvaises performances de Roger Federer à ces 2 tournois, l'écart de points entre ces 2 joueurs n'est plus que de 825 points à l'issu des JO. Le Serbe a donc la possibilité de ravir au Suisse sa place de n°2 mondial s'il remporte l'US Open, ou si Đoković atteint la finale et Federer échoue avant les quarts de finale.

A l'US Open, il se qualifie pour les demi-finales après avoir éliminé Arnaud Clément (6-3, 6-3, 6-4), Robert Kendrick (7-66, 6-4, 6-4), Marin Čilić (67-7, 7-5, 6-4, 7-60), Tommy Robredo (4-6, 6-2, 6-3, 5-7, 6-3) et Andy Roddick (6-2, 6-3, 3-6, 7-6). Cependant, il ne réédite pas sa performance de l'année précédente, sorti par Roger Federer (6-3, 5-7, 7-5, 6-2) aux portes de la finale. Ainsi, il ne saisit pas l'occasion de ravir la place de n°2 mondial au Suisse.

Deux semaines plus tard, le Serbe s'aligne au tournoi de Bangkok, en Thaïlande. Il bat Simon Stadler (6-1, 6-3), puis doit batailler au tour suivant pour se défaire du Suédois Robin Söderling (6-4, 7-5), avant de s'imposer en demi-finale face au Tchèque Tomáš Berdych (7-5, 6-1). En finale, il retrouve Jo-Wilfried Tsonga, qu'il avait battu en finale de l'Open d'Australie et qui cette fois prend le meilleur sur le numéro 3 mondial (7-64, 6-4).

Il s'incline au Masters de Madrid face à Ivo Karlovic, le meilleur serveur du circuit, en 2 tie-breaks. Il participe aux Masters de Paris-Bercy qui est le dernier tournoi de la saison (hormis les Masters). Il n'y a jamais brillé et veut terminer sa saison sur une bonne note. En effet, l'an dernier, il avait été sorti par Santoro au premier tour. Cette année, il passe le premier tour sans encombre contre Dmitry Tursunov sur abandon dans le deuxième set (6-4, 4-3 abandon). En huitièmes de finales, il retrouve Jo-Wilfried Tsonga pour leur troisième confrontation de l'année avec une victoire partout. Il se fait sortir en trois sets par le Français (6-4, 1-6, 6-3) en jouant en dessous de son meilleur niveau, Tsonga sera le futur lauréat de l'épreuve.

A la Masters Cup, Novak Djokovic se retrouve dans le groupe or avec Jo-Wilfried Tsonga, Nikolay Davydenko et Juan Martin Del Potro. Il remporte sa première rencontre contre Del Potro (7-5, 6-3). Grâce à la défaite de Tsonga contre Del Potro et à sa victoire contre Davydenko (7-63, 0-6, 7-5), il se qualifie pour les demi-finales avant même de disputer son troisième match de poule contre Tsonga qu'il perdra d'ailleurs 1-6, 7-5, 6-1. En demi-finale, il affronte le Français Gilles Simon devant lequel il avait dû s'incliner à Marseille. Cette fois-ci, il le bat en 3 sets (4-6, 6-3, 7-5) et se qualifie pour la finale. Il remporte la finale face à Davydenko (6-1, 7-5) et gagne sa première Masters Cup.

A 21 ans seulement, Novak Djokovic clôt en apothéose la meilleure saison de sa carrière marquée par 1 titre en Grand Chelem (Open d'Australie), 2 titres en Masters Series (Indian Wells et Rome), et le titre en Masters Cup. Il reste n°3 mondial mais se rapproche à 10 points seulement de la place de n°2 occupée par Roger Federer.

Novak Đoković débute sa saison à l'Open de Brisbane où, tête de série n° 1, il s'incline au premier tour devant Ernests Gulbis (6-4, 6-4). Bénéficiaire d'une wildcard au tournoi de Sydney, il lui fallait atteindre la finale pour ravir à Roger Federer sa place de n° 2 mondial, mais après avoir aisément éliminé Paul-Henri Mathieu et Mario Ancic, il échoue en demi-finale face à Jarkko Nieminen. Le Serbe tente ensuite de conserver son titre à l'Open d'Australie. Au 1er tour, il se défait du qualifié Andrea Stoppini avant de battre le Français Jérémy Chardy au 2nd tour et Amer Delic au 3e tour plus difficilement. En 8e de finale, il s'impose face à Marcos Baghdatis en 4 manches accrochées (6-1, 7-61, 65-7, 6-2). Il abandonne en quart de finale face à Andy Roddick étant mené 2 manches à une et fatigué par son match face à Marcos Baghdatis. Après une bonne semaine de repos, il participe à l' Open de Dubaï où il obtient le 1er titre de sa saison sans trop de difficultés, mise à part sa demi-finale contre Gilles Simon (3-6, 7-5, 7-5 en 2 h 46). Le week-end suivant, Novak est sélectionné pour disputer la rencontre de Coupe Davis entre la Serbie et l'Espagne. Il s'incline lors du premier simple face à David Ferrer qui prend sa revanche de Dubaï (6-3, 6-3, 7-64).

En haut



Source : Wikipedia