Budapest

3.3940959409807 (1355)
Posté par marvin 17/03/2009 @ 06:11

Tags : budapest, hongrie, europe, international

Dernières actualités
L'invitation au voyage du Festival d'Auvers-sur-Oise - Le Monde
De Leipzig à New York, d'Istanbul à Budapest, la 29 e édition du Festival d'Auvers-sur-Oise convoque cette année les grands voyageurs aux itinéraires singuliers dont le temps est resté pour jamais le nôtre. Voix, piano, musique de chambre, opéra,...
Hongrie. L'extrême droite se hisse à la 3e place - Le Télégramme
Les socialistes du gouvernement minoritaire au pouvoir à Budapest n'atteignent que 17,37% des voix et seulement quatre sièges à Strasbourg alors que leurs alliés libéraux perdent leurs deux sièges de 2004 n'ayant obtenu que 2,17% des voix....
La mère russe d'Elise transférée de Budapest à Aix-en-Provence - Le Point
Irina Belenkaïa a embarqué mercredi matin en compagnie de policiers à bord d'un avion de ligne qui a décollé à 07h10 (05h10 GMT) de Budapest. Cette affaire a relancé le débat sur les enlèvements parentaux internationaux, un phénomène en expansion en...
Quoi de neuf en psychiatrie? - Tribune de Genève
La lettre du jour | Du 20 au 22 mai 2009 s'est tenue, à Budapest, la sixième rencontre européenne de psychiatrie sur le thème «La désinstitutionnalisation, un défi pour la psychiatrie du xxie siècle». Chêne-Bougeries, 8 juin....
Buemi : « Pas facile» - RMC.fr
Sebastien Buemi : « Les deux prochaines courses en Angleterre et en Allemagne ne vont pas être faciles. Il n'ya pas de grosses évolutions qui doivent arriver. Pour Budapest (26 juillet), on aura la moitié de la voiture qui sera nouvelle....
Faire la fête entre amis à Budapest - Metro France
Avec ses élégants immeubles du XIXe siècle et sa vie culturelle intense, Budapest offre les ingrédients parfaits pour une escapade d'été : bonne cuisine, habitants agréables, climat idéal, musées d'exception, parcs publics, piscines et spas à gogo, et,...
Le concert tzigane hongrois de Balazs Nyari a émerveillé les mélomanes - La Voix du Nord
Balazs Nyari, premier prix du conservatoire de Budapest, chef d'orchestre et violon, Zsolt Salasovics, contrebasse, Elemer Albert, cymbalum, et Elek Nyari, violon alto et père du jeune chef d'orchestre, forment l'ensemble de virtuoses qui ont charmé...
F1: Fuji et Budapest sur la sellette - Le Blog Auto
Le tout premier Grand Prix de Hongrie eu lieu dans les rues de Budapest, en 1936. Mais ce n'était évidemment pas le côté historique qui animait la FOCA. Au début des années 80, malgré la guerre froide, Bernie Ecclestone rêvait d'un Grand Prix à Moscou...
Hongrie: 90 communes pour un festival équestre dans le centre de ... - Lakoom-info
BUDAPEST, Quelque 90 communes hongroises participent ce week-end au deuxième "Galop national", grand festival équestre dans une ambiance de fête foraine sur la place des Héros au centre de Budapest afin de promouvoir le tourisme dans ce pays durement...
Elise : la mère sera remise aux autorités françaises mercredi - Europe1
Irina Belenkaïa, accusée d'avoir enlevé sa fille Elise en France puis d'avoir quitté illégalement le territoire pour l'emmener en Russie, sera remise aux autorités françaises le 27 mai à l'aéroport de Budapest. La mère d'Elise sera remise aux autorités...

Budapest

Budapest vu par le satellite Spot

Budapest est aussi une chanson sur l'album Crest of a Knave du groupe Jethro Tull paru en 1987.

Budapest (prononcée en hongrois), surnommée la « perle du Danube », est la capitale de la Hongrie depuis 1867. Plus grande ville du pays, elle en est le principal centre politique, culturel, commercial, industriel et du réseau de transport, et elle est considérée comme une importante plaque tournante en Europe centrale. En 2008, Budapest a 1 702 297 habitants, avec à la mi-1980 un pic à 2,1 millions d'habitants et une agglomération de 2 451 418 habitants (chiffres officiels). La ville couvre une superficie de 525 kilomètres carrés. Budapest est devenue une seule ville après l'unification sur les deux rives du Danube, le 17 novembre 1873, des villes de Buda et d'Óbuda sur la rive droite du Danube, avec Pest sur la rive gauche du fleuve .

Aquincum, à l'origine un point de peuplement celte, a été l'ancêtre direct de Budapest. Pendant l'empire romain, elle était la capitale de la Pannonie inférieure. Les Magyars sont arrivés dans la région au IXe siècle. Leur premier point d'implantation a été pillé par les Mongols en 1241-1242. La ville reconstruite est devenue l'un des centres de la culture humaniste de la Renaissance au XVe siècle. Après près de 150 ans de domination ottomane, la région a repris son développement et est entrée dans une nouvelle ère de prospérité au XVIIIe siècleet XIXe siècles. Budapest est devenue une ville mondiale après la fusion de 1873 . Elle est également devenue la deuxième capitale de l'Autriche-Hongrie. Budapest a été l'épicentre de la révolution hongroise de 1848, de la République soviétique hongroise de 1919, de l'opération Panzerfaust en 1944, de la bataille de Budapest de 1945, et de l'insurrection de 1956.

Considérée comme l'une des plus belles villes d'Europe ses sites des rives du Danube, le quartier du château de Buda, l'avenue Andrássy et le métropolitain du Millénaire, le plus ancien du continent européen figurent au Patrimoine mondial de l'UNESCO. En outre, le plus vaste système de thermes souterrains au monde a été découvert à Budapest en 2008. La ville attire plus de 20 millions de visiteurs par an Le siège de l'Institut européen d'innovation et de technologie (IET) sera construit à Budapest.

L'histoire connue de Budapest remonte à la ville romaine d'Aquincum, fondée aux alentours de 89 sur le site d'un ancien campement celte, proche de ce qui allait devenir Óbuda. De 106 jusqu'à la fin du IVe siècle, elle est la capitale de la province de la Pannonie inférieure (en latin Pannonia).

Vers 896, les Magyars, ancêtres du peuple hongrois actuel, colonisent la région sous le commandement d'Arpad, et viennent peupler le bassin pannonien ainsi que le secteur d'Óbuda. La Hongrie est fondée un siècle plus tard, en l'an 1000, avec le couronnement de son premier roi, Étienne Ier canonisé sous le nom de saint Etienne. Malgré sa destruction presque totale suite à une invasion mongole en 1241, et le déplacement de la résidence royale à Visegrád en 1308, la ville devient la capitale du pays en 1361.

La conquête de la majeure partie du pays au XVIe siècle par l'Empire ottoman interrompt la croissance de la ville. Pest tombe aux mains de l'envahisseur par le sud en 1526. Buda, défendue par son château, connaît le même sort 15 ans plus tard. Alors que Buda devient le siège d'un gouverneur turc, Pest est désertée par une grande partie de ses habitants lors de sa reconquête en 1686 par l'armée impériale menée par Charles V de Lorraine, les Habsbourg étant restés rois de Hongrie depuis 1526 malgré la perte de la majorité du pays.

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, malgré une inondation dévastatrice en 1838 qui fit 70 000 morts, Pest connaît le plus fort taux de croissance grâce à un commerce très actif, contribuant très majoritairement à la croissance combinée des trois villes. En 1900, sa population dépasse celles de Buda et Óbuda réunies. Au cours du siècle suivant, la population de Pest sera multipliée par vingt, alors que celles de Buda et d'Óbuda seront quintuplées. En 1780, l'allemand est introduit comme langue officielle par les Habsbourg.

La fusion des trois villes sous une administration commune prend effet une première fois en 1849 sous l'impulsion du gouvernement révolutionnaire, avant d'être révoquée après la reconstitution de l'autorité Habsbourg. Elle est entérinée définitivement en 1873 par le gouvernement royal autonome hongrois issu du compromis austro-hongrois de 1867. La population totale de la capitale unifiée est multipliée par sept sur la période 1840–1900, atteignant 730 000 habitants.

Au cours du XXe siècle, la plupart des industries du pays venant se concentrer dans la ville, la croissance de la population se poursuit, touchant principalement l'agglomération. Ainsi, la population de Újpest est plus que doublée sur la période 1890–1910, et celle de Kispest est quintuplée entre 1900 et 1920. Les pertes humaines liées à la Première Guerre mondiale et la perte importante de plus des deux tiers du territoire de l'ancien royaume en 1920 ne causent qu'un trouble temporaire: Budapest demeure la capitale d'un état certes plus petit mais désormais souverain. En 1930, la ville compte un million d'habitants, plus 400 000 en agglomération.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les juifs sont rassemblés dans le ghetto de Budapest. Environ un tiers des 250 000 habitants juifs de Budapest meurent suite au génocide nazi perpétré pendant l'occupation allemande de 1944. Malgré cela, Budapest est aujourd'hui la capitale européenne qui a le ratio de citoyens juifs par habitant le plus élevé. En 1944, le diplomate suédois Raoul Wallenberg a sauvé au moins 10 000 juifs hongrois. À la fin de la guerre, la vieille ville fut reconstruite pierre par pierre. Budapest avait été presque entièrement détruite par les bombardements : 74 % des habitations et 97 % des usines avaient été ravagées. Au 1er janvier 1950, l'agglomération de Budapest connaît une expansion significative : de nouveaux arrondissements sont créés à partir des villes voisines. Durant les années 1950 et 1960, la ville se remet du siège soviétique de 1944, devenant, dans certaines limites, une vitrine la de politique pragmatique pratiquée par le gouvernement communiste du pays (1947-1989).

C'est durant cette période qu'a été fondé l'institut de Loczy, une crèche reconnue mondialement pour ses méthodes de communication et d'éducation envers le nouveau-né. La démocratisation est stoppée par l'insurrection de Budapest et l'intervention de l'Union soviétique.

À partir des années 1980, Budapest, tout comme l'ensemble du pays, connaît une émigration croissante couplée à une décroissance naturelle de sa population.

En 1989, suite à des manifestations répétées, le pouvoir communiste tombe laissant place à une démocratie parlementaire.

L'agglomération de Budapest qui couvre 525 km2 se trouve au centre de la Hongrie. La ville est entourée par les communes du comté de Pest. Elle s'étend sur 25 km du nord au sud, 29 d'est en ouest. Le Danube traverse la ville du nord au sud. Deux îles sont présentes dans son lit, l'île d'Óbuda au nord et l'île Margaret un peu plus au sud. Une troisième île, l'île Csepel qui est la plus grande des îles du Danube à Budapest, fait seulement partie de la ville par son extrémité nord. Le fleuve qui sépare les deux parties de la ville fait 230 m de large à son point le plus étroit. Pest, à l'est, s'étale sur un terrain plat, la Grande Plaine, alors que Buda est une ville plutôt vallonnée. À Pest, la ville a une légère pente ascendante vers l'est, de sorte que la partie la plus orientale de la ville se trouve à la même altitude que les plus petites collines de Buda, comme la colline Gellért et la colline du château royal.

Les collines de Buda se sont formées au Trias et se composent principalement de calcaire et de dolomite dans lesquelles l'eau a créé des grottes dont les plus célèbres sont la grotte Pálvölgyi et la grotte Szemlőhegyi.

Le point le plus haut de la ville est la colline János, à 527 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le point le plus bas est la surface du Danube qui se trouve à 96 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Les forêts des collines de Buda constituent des zones d'environnement protégé.

Le Danube est l'axe médian de Budapest. Il s'écoule dans la ville sur une longueur de 28 km et une largeur de 290 à 380 m.

Budapest joue les contrastes d'une rive à l'autre du fleuve. À l'ouest, la veille ville de Buda avec sa citadelle, ses maisons peintes et son bastion des Pécheurs, dans un paysage vallonné de collines verdies par les forêts. À l'est, Pest plus centré sur les activités économiques avec son centre administratif, politique avec le Parlement, son centre universitaire et son aéroport, construits sur la plaine de Rakos.

Budapest possède un climat continental marqué par de forts écarts entre des hivers rigoureux mais assez secs et des étés chauds et humides.

Grande cité thermale, Budapest débite 40 000 000 litres d'eau chaude et 30 000 000 litres d'eau tiède par jour. On y soigne les rhumatismes et l'arthrite.

Budapest possède deux remarquables orchestres symphoniques, l'Orchestre philharmonique national de Hongrie et surtout l'Orchestre du Festival de Budapest. Outre la salle art nouveau de l'Académie de musique Franz-Liszt, la meilleure salle de concert est le tout nouveau Palais des arts (mupa) inauguré en 2005.

L'Opéra national de Budapest est également renommé, notamment pour la défense du répertoire hongrois de ballet et d'opéra (Ferenc Erkel, Károly Goldmark, Ernst von Dohnányi, Béla Bartók, Zoltán Kodály, György Ligeti ou Péter Eötvös pour les plus connus).

Budapest a une vie culturelle intense : 25 théatres, 9 bibliothèques nationales, 6 universités.

Chaque année le Festival Sziget à lieu sur l'île d'Óbuda au nord de Budapest. Environ 400 000 personnes se rassemblent pendant une semaine pour assister à des concerts de musiques actuelles éclectiques : rock, jazz, électro, métal, world, etc.

Les arrondissements de Budapest sont numérotés en spirale, dans le sens des aiguilles d'une montre, de façon analogue aux arrondissements de Paris.

À l'origine, lors de la réunification des trois villes en 1873, Budapest était constituée de dix arrondissements. Le 1er janvier 1950, alors que Budapest s'agrandit en absorbant les agglomérations voisines, douze nouveaux arrondissements sont créés, portant leur nombre à 22 ; les arrondissements existants voient leur ordre et leur taille modifiés. En 1994, le XXe arrondissement est scindé en deux parties, donnant naissance au XXIIIe et dernier arrondissement.

Les arrondissements sont répartis de la manière suivante : six dans Buda, seize dans Pest, et le dernier sur l'île Csepel entre Buda et Pest.

Dans Buda restaurée, on loge à l'ancienne : à la fin de la 2e guerre mondiale, la vieille ville fut reconstituée pierre par pierre. Budapest avait été presque entièrement détruite par les bombardements : 74 % des habitations et 97 % des usines avaient été ravagées.

Budapest est membre de l'Organisation des villes du patrimoine mondial.

Achevé en 1902, le Parlement de Budapest s'inspire du palais de Londres. Sa façade monumentale surplombe le Danube. Il contient le sceptre et la couronne de saint Étienne, à la croix penchée, symbole de la Hongrie. Bâtiment très imposant, le Parlement hongrois renferme un dédale de 691 salles et 20 km d'escaliers.

Chroniqueur anonyme du Moyen Âge, il fut peut-être le premier clerc du roi Béla et rédigea les premières chroniques du pays. L'inscription en latin sur son socle dit : « Notaire du très glorieux roi Béla ». Mais lequel ? Les touristes adorent se faire photographier assis sur ses genoux, et on dit que de toucher son stylo porte chance pour les études (en même temps qu'on a là un superbe symbole phallique).

Le salon de thé Gerbeaud: En hongrois "Gerbeaud hàz". Ce salon de thé est très célèbre à Budapest et attire notamment les nombreux touristes. Il se situe sur la place Vorosmarty Ter. Il ressemble aux salons de thé viennois. Gerbeaud est le nom du pâtissier suisse qui créa l'établissement.

Au premier plan, le pont Élisabeth. À droite, la plaine de Pest.

Budapest possède un circuit automobile qui accueille régulièrement le Grand Prix de Hongrie de Formule 1.

Sur l'Île Marguerite se trouve une piscine de taille olympique (50 m) qui a notamment accueilli les Championnats d'Europe de natation 2006.

L'aéroport de Budapest Ferihegy (code AITA : BUD) est situé à environ 25 km au sud-est du centre ville. Il est constitué de trois terminaux : Ferihegy 1 (pour les compagnies low-cost), Ferihegy 2/A et Ferihegy 2/B. Depuis l'aéroport il faut compter environ 15 € et 30 minutes pour rejoindre en taxi le centre ville. Malév est la principale compagnie hongroise.

Un service de bus relie les terminaux 1 et 2 avec le terminus du métro (ligne bleue). Un service de minibus (commun avec d'autres voyageurs) est également disponible et permet d'être déposé à l'adresse demandée.

L'aéroport a été privatisé début 2006 et racheté par British Airports Authority (BAA) qui souhaite en faire l'un des plus importants aéroports d'Europe centrale.

Les trois principales gares de Budapest sont Keleti pályaudvar (gare de l'Est), Nyugati pályaudvar (gare de l'Ouest), et Déli pályaudvar (gare du Sud). Toutes les trois offrent des liaisons nationales et internationales. Les lignes intérieures sont divisées en deux services : les lignes normales et les lignes InterCity (plus rapides).

Budapest était l'un des principaux arrêts de l'Orient-Express jusqu'en 2001, lorsque la ligne fut limitée à la liaison Paris-Vienne.

Budapest est dotée d'un réseau de métro depuis 1896. Il fut le deuxième construit en Europe, après le métro londonien.

Trois lignes sont actuellement en fonctionnement, une ligne 4 est prévue pour 2010 (la 5 est à l'étude). À chaque ligne est associée une couleur : la ligne M1 de couleur jaune, a été restaurée à l'original offrant un trajet historique au cœur de la ville ; Les lignes M2 (rouge) et M3 (bleue) ont été construites plus récemment. La ligne M2 traverse Budapest d'est en ouest, elle est la seule à passer sous le Danube et à déservir Buda. La ligne M3 effectue un arc de cercle du nord au sud-est de Pest. Toutes les lignes se croisent à la station Deák Ferenc tér situé dans le centre de Pest.

Le prix du ticket à l'unité (270 Ft en septembre 2008) est le même que pour les autres transports en commun de la ville. Le premier train est à 4h30 du matin, le dernier à 23h10.

Budapest est le plus grand pôle d'échanges routier de Hongrie : toutes les grandes autoroutes du pays s'y rejoignent.

Un plan de restauration des rues, routes et autoroutes a été entamé en 2003, chaque été de nombreux travaux sont réalisés pour améliorer le réseau urbain.

Un périphérique appelé M0 est également en cours de réalisation. Il servira aussi à connecter les autoroutes hongroises.

Le tramway est un moyen de transport très performant à Budapest grâce aux nombreuses lignes à disposition. La ligne la plus importante est la ligne 4-6 qui traverse toute la ville en son milieu et en arc de cercle. La ligne part de Moszkva Tér (Place Moscou) au nord de Buda (au pied du quartier du Château), traverse le Danube par le pont Margit, parcourt Pest via le Grand Boulevard, puis retraverse le Danube pour terminer au sud de Buda. C'est la ligne la plus utilisée à Budapest car elle dessert les principaux points d'intérêt touristiques (Château, Île Marguerite, Oktogon) et commerciaux. Cette ligne dessert également les lignes de métro et les principales lignes de bus.

Situé face au pont aux chaînes, le funiculaire permet de monter jusqu'au palais royal. Sa pente extrêmement abrupte s'étend sur une centaine de mètres. Inauguré en 1870, le funiculaire à vapeur servait de transport public aux employés de l'administration qui travaillaient au Château. Rénové en 1986, il fonctionne aujourd'hui à l'électricité, mais un câble fait toujours fonctionner le balancier, qui permet à un train de monter tandis que l'autre descend.

Un train à crémaillère permet de monter sur les collines de Buda en traversant les quartiers chics. Son point de départ se trouve non loin de la place Moszkva Tér.

Le Train des Enfants, sur les collines de Buda, est un train de dimension réduite totalement géré par des enfants en uniforme. Seul le chauffeur est adulte.

Le système de tramway est également couplé à un service de bus électriques (trolleybus) et classiques. La nuit, des lignes de bus prennent le relais pendant que le tramway est arrêté.

En haut



Budapest Honvéd

Logo

Le Budapest Honvéd FC est un club omnisports hongrois basé à Budapest. Les historiens et journalistes du football n'hésitent pas à dire que son équipe de football fut durant les années 50 la meilleure équipe du monde.

Sa section handball fut championne d’Europe des clubs en 1982.

Sa section de water polo dénommée Domino-BHSE, a été championne d'Europe des clubs en 2004. Elle a fusionné avec le Budapest Spartacus en 1999.

Kispest fut renommé Honvéd (littéralement « défenseur de la patrie ») en 1949 après que le Ministère de la défense et l'armée hongroise l'eurent pris en main. Ces derniers se procurèrent les services des meilleurs joueurs du championnat en échange d'un grade d'officier dans l'armée (ceux qui refusaient devenaient de simples soldats et devaient faire leur service militaire). L'équipe ainsi formée est composée d'au moins huit joueurs évoluant régulièrement au sein de la sélection hongroise championne olympique en 1952 et vice-championne du monde en 1954. Le Honvéd est en cette époque de guerre froide un instrument politique des plus efficaces. Pour assurer son rôle de « défenseur de la patrie », l'équipe sillone l'Europe en quête de gloire, jouant parfois plusieurs jours d'affiler.

L'équipe est à Paris lorsqu'éclate l'insurrection de Budapest de 1956. Arrivés peu de temps après à Vienne, à quelques kilomètres seulement de la frontière hongroise, les joueurs évoquent la possibilité de ne pas rentrer au pays. Le Honvéd multiplie alors les rencontres amicales et transforme la plupart de ses passages en véritables matchs d'anthologie (5-5 contre le Real Madrid, victoire 4-3 face au FC Barcelone…). Les meilleurs clubs européens font alors des offres mirobolantes aux meilleurs joueurs et le Mexique va jusqu'à proposer l'asile au club en lui offrant de disputer son championnat. Fin 1956, un vrai démêlé politique s'installe durant plusieurs semaines entre l'UEFA, la FIFA et Budapest quant au retour de l'équipe en Hongrie. Le gouvernement hongrois propose même d'offrir un bistrot à tous les joueurs rentrant au pays.

Le Honvéd est déclaré hors-la-loi par la FIFA lorsqu'en 1957 il part pour une tournée au Brésil. La tournée s'annonce désastreuse aux premiers abords car la fédération brésilienne déclare être prête à faire intervenir la police devant les stades où le club nouvellement « dépossédé » de son nom se produirait. Pourtant, le 19 juillet, le président Kubitschek assiste avec tout son gouvernement à un match opposant le « Honvéd » (jouant en blanc et sans écusson) au Flamengo. Lors des deux premiers matchs les opposant, les deux équipes gagneront chacune un match et sur le même score : 6-4. À noter que Flamengo s'associera avec Botafogo (battu 4-2 par Honvéd) lors d'un match pour enfin avoir raison des Magyars 6-2. La tournée en Amérique du Sud se terminera le 19 juillet 1957.

Rentrés à Vienne en tant que réfugiés, les joueurs sont désormais de moins en moins nombreux, fatigués et plus qu'incertains lorsqu'ils évoquent l'avenir. Les meilleurs d'entre eux ayant toujours l'opportunité de s'engager dans les meilleurs clubs européens se verront mettre sous la menace d'interdictions de jouer. Les autres préféreront rentrer en Hongrie avec les quelques centaines de dollars mis de coté (un sévère interrogatoire et une suspension de plusieurs mois les y attendront). Le régime hongrois mettra 25 ans à pardonner à Ferenc Puskas, Sandor Kocsis et Zoltán Czibor d'avoir préféré la nationalité espagnole et la gloire qu'ils glanèrent après avoir écopé de leurs suspensions.

Honvéd crée aussi une section de water-polo et une section de handball.

En haut



Métro de Budapest

Plan du réseau du métro de Budapest

Le métro de Budapest est le système de transport en commun de la capitale de la Hongrie. Il est composé de deux systèmes de transport différents. Le métro du Millénium (Millenniumi Földalatti Vasút, M1) est le deuxième plus ancien métro d'Europe après celui de Londres et fut ouvert dans le cadre des fêtes du millénaire de la création de la Hongrie en 1896. Quelques décennies plus tard, avec l'aide de l'Union Soviétique furent créées deux nouvelles lignes (M2, M3) qui, contrairement à la ligne M1, furent largement étendues par la suite. Une quatrième ligne est actuellement en construction (M4) et la réalisation d'une cinquième ligne est planifiée.

Le réseau du métro de Budapest s'étend sur 33 km et compte 42 stations, dont 3 se trouvent en surface. La seule station de correspondance est Deák Ferenc tér située en centre-ville. Le métro fonctionne de 4 h 30 à 23 h 10 avec une fréquence de 3 à 5 minutes, qui est encore plus resserrée aux heures de pointe. Il existe des offres tarifaires très différenciées, comme par exemple des passes de 3 jours. Le métro de Budapest est un réseau de transport ouvert (qui ne comporte aucun portillon ou autre système de contrôle à l'entrée). Des vérifications ponctuelles de billets sont effectuées dans les trains ou auprès de tous les passagers entrant dans une station. Presque toutes les stations souterraines sont équipées d'escalators ; on ne trouve par contre d'ascenseurs que dans les stations rénovées. Les escalators sont réversibles, c’est-à-dire qu'on peut, en fonction des besoins, les faire marcher dans le sens de la montée ou de la descente.

En 1893 la Société des tramways électriques de Budapest (en hongrois Budapesti Városi Villamosvasút, abrégé BVVV) et la Société des transports hippomobiles de Budapest (en hongrois Budai Közúti Vaspálya Társasághoz, abrégé BKVT) étudièrent la mise en place d'une ligne de tramway commune sur l'avenue Andrássy, achevée depuis 1876. Ce projet échoua. Le directeur de la BVVV, Mór Balázs, proposa alors de réaliser le projet de construction d'un tramway souterrain soumis par Siemens & Halske. Cette réalisation venait à point, car les autorités de la ville préparaient les fêtes du Millénium de la fondation de la Hongrie (896). Les célébrations devaient avoir lieu à Városliget (en français "bois de la ville"). La société Siemens & Halske, qui souhaitait également construire un métro à Berlin, fit valoir que le métro, s'il était construit, serait le premier du continent européen et que cela rejaillirait sur le prestige de la ville. Il fut donc décidé de construire la ligne métro et de l'achever pour les fêtes du Millenium.

La nouvelle ligne fut baptisée Földalatti (en hongrois föld veut dire sol, surface et alatt dessous, le i faisant du mot un adjectif) sur l'exemple du métro de Londres (London Underground).

Toutes les stations devaient comporter des quais sur les côtés des voies. Les entrées et sorties étaient matérialisées par des bâtiments soignés. L'atelier d'entretien devait se situer près de la station Arena út non loin du bois de la ville.

Finalement les deux sociétés de transport de Budapest confièrent à la société Siemens & Halske l'exécution des travaux. La première phase commença fin 1894. Deux ans plus tard, le 2 mai 1896, un premier tronçon fut mis en service : il mesurait 3,68 km de long dont 3,22 km de tunnel et 460 mètres en surface. La ligne était également nommée « chemin de fer sous les pavés », car elle n'était située qu'à 3 mètres de profondeur, à cause du manque d'expérience de travaux souterrains de ce type. Les coûts dépassèrent les prévisions, mais les travaux furent achevés dans les temps.

Dix trains avaient été achetés, chacun composé chacun de deux voitures. Leur structure était partiellement en bois. Alors que les caisses étaient construites par la société Schlick Vasöntő és Gépgyár, la partie électrique était fournie par Siemens & Halske. Les voitures étaient très surbaissées, construites de manière particulière, car le tunnel avait une hauteur relativement faible de 2,85 mètres. L'alimentation électrique en 350 V se faisait par un rail fixé au plafond du tunnel. Cette technique n'est plus utilisée aujourd'hui.

Après l'ouverture de ce qui est aujourd'hui appelé la ligne du Millenium (Millenniumi Földalatti Vasút) entre Gizella tér et Artézi fürdő en mai 1896, l'empereur autrichien, également roi de Hongrie François-Joseph Ier (en hongrois I. Ferencz József), visita le métro le 8 mai 1896. Il fut nommé en son honneur Ferencz József Földalatti Villamos Vasút (c’est-à-dire "métro électrique Franz Joseph").

Dès l'ouverture de la première ligne de métro, il avait été prévu que d'autres lignes soient construites, mais celles-ci ne furent réalisées qu'un demi-siècle plus tard. Après la Seconde Guerre mondiale, la croissance de la population de Budapest (1,7 millions d'habitants en 1947) entraîna la création d'un réseau qui devait comprendre une ligne nord-sud et une ligne est-ouest. La construction de la ligne est-ouest commença en 1950. Le premier tronçon allait de la station Deák Ferenc tér située près du centre jusqu'à la station Népstadion située dans l'est. Une fois achevée, cette ligne, aujourd'hui baptisé M2, devait relier Népstadion en passant par Keleti pályaudvar (Gare de l'Est) et le centre, passer sous le Danube pour s'achever à Déli pályaudvar (Gare du Sud). La ligne devait en tout faire 7,8 km.

En 1953, trois kilomètres avaient été construits. Par la suite, la situation économique de la Hongrie s'aggrava si rapidement que les travaux du métro durent être interrompus. Le tunnel amorcé servit d'entrepôt alimentaire jusqu'en 1963. À cette date, les travaux furent repris. Les plans de la ligne furent une fois de plus modifiés : vers l'est, elle devait désormais être prolongée de deux stations vers Örs vezér tere. Entre les stations Deák Ferenc tér et Blaha Lujza tér, une nouvelle station baptisée Astoria devait être créée près de l'hôtel du même nom.

L'esthétique des stations reprenait le fastueux modèle soviétique. Toutefois il ne fut pas installé de grands luminaires comme dans le métro de Moscou, car le plafond était moins élevé. Le revêtement des stations utilisait une pierre qui devait ressembler à du marbre ; les stations comportaient de longues rangées de sièges, que les autres réseaux de métro de nos jours ont abandonné, car elles se transformaient en dortoir pour les sans-abri.

Deux ans plus tard, en 1972, était inauguré le tronçon Deák Ferenc tér – Déli pályaudvar, long de 3,5 km, comprenant une traversée sous-fluviale du Danube. Le nombre de passagers quotidiens doubla, passant à 500 000. La ligne M2 était désormais achevée.

Début 2004, la station Népstadion à 4 voies fut rebaptisée Stadionok. La ligne M2 est aujourd'hui longue de 6,5 km et comprend 11 stations. Entre mai et août 2005, un partie de la ligne fut rénovée (tunnel et gares). Les rames, de conception russe, restent pour l'instant en service.

Les travaux de construction d'une nouvelle ligne commencèrent quelques semaines après l'inauguration de la ligne M2. Le premier tronçon de la future ligne Nord-Sud, qui est complètement incluse dans le quartier de Pest, va de la station du centre-ville Deák Ferenc tér, où les lignes M1 et M2 se croisent jusqu'à la station Nagyvárad tér. Ce tronçon comporte 5 stations et est long de 3,7 km. La ligne est construite à une profondeur intermédiaire entre celle de la ligne du Millénium construite à fleur de terre faute d'expérience à l'époque, et de la ligne M2 construite jusqu'à 60 mètres de profondeur avec des tunneliers selon les techniques en vigueur en Union soviétique. Une liaison souterraine fut construite à la station Deák Ferenc tér avec la ligne M2, car le seul atelier d'entretien des rames se trouvait alors sur cette ligne.

Après quatre années de travaux, le tronçon Deák Ferenc tér - Nagyvárad tér fut inauguré fin 1976. Les travaux se poursuivirent dans les quartiers nord et sud, car il devenait urgent de disposer d'une liaison par métro du fait de la surcharge que connaissait les lignes de tramway et de bus existantes. Après quatre ans de travaux, la ligne fut prolongée en 1980 jusqu'à la station Kőbánya-Kispest. Un atelier d'entretien fut également ouvert au terminus pour l'entretien des rames de la ligne 3, car il était devenu nécessaire de soulager l'atelier surchargé de la ligne 2.

Un an et demi plus tard, fin 1981, le tronçon nord de la ligne M3 qui avait désormais son terminus à Dózsa György út fut mis en service. Comme l'axe routier Váci út ne pouvait pas être interrompu, ce tronçon fut construit avec un tunnelier. Il était désormais possible, en utilisant le métro au prix d'une seule correspondance, de rallier les principales gares de Budapest . La gare de l'Est ( Keleti pályaudvar), la gare du Sud (Déli pályaudvar et la gare de l'Ouest (Nyugati pályaudvar).

Il fallut autant de temps pour prolonger la ligne d'une seule station (Árpád híd) : celle-ci entra en service fin 1984.

Après de nombreuses difficultés financières - l'économie planifiée montrait clairement ses faiblesses - la ligne M3 fut prolongée, fin 1990, jusqu'à la station Újpest-Központ. Sur cette section, les quais sont situés de part et d'autre des voies, et un carrossage en aluminium remplace la pierre, avec des coloris identiques d'une station à l'autre.

La ligne 2 du métro est actuellement touchée par d'importants travaux de rénovation, concernant la plupart des voies et les cinq stations (Blaha Lujza tér et Kossuth Lajos tér rénovées en 2004, Batthyány tér, Astoria et Keleti pályaudvar en 2005). Elles sont à l'heure actuelle les stations les plus modernes de Budapest. Les stations qui ont déjà été rénovées sont Déli pályaudvar, Moszkva tér et Deák Ferenc tér. Les travaux se déroulent essentiellement pendant l'été, durant dix semaines. Les travaux se sont poursuivis jusqu'en 2007. Des ascenseurs ont été installés lors de la première phase aux stations Kossuth tér, Blaha Lujza tér, Keleti pályaudvar, et Astoria. Plusieurs nouvelles voitures ont achetées, équipées d air conditionné.

La ligne 4 du métro ira du sud-est de la ville (incluant Buda) au nord-est. Des travaux préparatoires ont été effectués à Bartók Béla út, Fehérvári út et Baross tér, souvent avec une restauration complète de ces stations. Les travaux de creusement sont actuellement en cours. La construction des tunnels pour cette ligne de métro a commencé à l'automne 2006. La fin des travaux du premier segment de la ligne quatre du métro est prévue pour 2009.

L'avenir de la ligne 5 du métro semble aussi se préciser. La ligne longera le Danube (le traversant à Margaret Island), et assurera la connexion avec les trains de banlieue se rendant vers le nord et le sud. Le début de la construction est prévu pour l'automne 2007.

D'ici la fin de la décennie, Budapest pourrait voir la réalisation des plans de prolongation de la ligne 3 vers le nord (Káposztásmegyer) et le sud-est (Aéroport de Ferihegy).

Un espace d'exposition consacré au métro de Budapest a été aménagé en 1975 dans une section désaffectée de la station Deák Ferenc tér. On peut y voir des éléments de mobilier récupérés d'anciennes stations au moment de leur modernisation (un guichet, divers panneaux, objets) et, surtout, une rame de deux voitures d'origine, composée des motrices 1 et 19 restaurées et maintenues en état de marche.

Récemment, l'association de transport urbain et métropolitain (Városi és Elővárosi Közlekedési Egyesület) a présenté un projet pour unir la ligne 2 avec le HÉV à partir de Gödöllő. L'administration municipale n'approuve pas totalement le projet, qui pourrait cependant être mis en œuvre vers 2015.

En haut



Source : Wikipedia