Brésil

3.3583690987164 (1398)
Posté par hal 05/04/2009 @ 11:08

Tags : brésil, amérique, international

Dernières actualités
Afrique du Sud : Parker incertain contre le Brésil - Le Parisien
Le buteur de l'Afrique du Sud, Bernard Parker, touché à un genou, est incertain pour la demi-finale de la Coupe des Confédérations contre le Brésil, demain à Johannesburg. Il doit passer des tests médicaux pour voir s'il peut jouer....
Deux voleurs arrêtés par des policiers brésiliens - Le Parisien
Un tribunal sud-africain a condamné deux hommes à cinq ans de prison dont deux avec sursis pour être entrés par effraction dans la chambre d'hôtel de deux policiers brésiliens, présents en tant qu'observateurs à la Coupe des Confédérations, le Brésil...
Denilson fait état d'une blessure et repart pour le Brésil (média) - Le Parisien
La carrière vietnamienne de l'ex-international brésilien Denilson aura tourné court, le champion du monde 2002 ayant décidé, selon les médias locaux, de repartir au Brésil après avoir passé moins d'un mois dans le pays et disputé un demi match....
24/06/09 11:17 WAL-MART prévoit d'investir au Brésil cette ... - TF1
(AOF) - Wal-Mart souhaite investir 1,6 milliards de reais, soit 809 millions de dollars au Brésil cette année. Le numéro un mondial de la distribution table sur un rebond de l'économie brésilienne qui devrait soutenir la demande des consommateurs....
Coupe des Confédérations-2009 - Brésil-Italie: Déclaration - Le Monde
Gianluigi Buffon (gardien de l'Italie): "Le Brésil a montré ce soir sa valeur. C'est normal d'avoir un peu de mal contre le Brésil, en ce moment, ils sont meilleurs que nous, nous n'avons pas à avoir honte. Et nous avions quatre ou cinq joueurs qui...
Coupe Confédérations - Afrique du Sud-Brésil, c'est aussi Dunga ... - Le Monde
Les trajectoires de Joel Santana, le sélectionneur brésilien de l'Afrique du Sud, et Dunga, celui du Brésil, se sont déjà croisées avant la demi-finale de la Coupe des Confédérations entre leurs deux équipes, jeudi à Johannesburg....
L'antivirus gratuit de Microsoft à l'essai - 01net
Sa version bêta a été mise en ligne le 23 juin 2009 pour les internautes de quelques pays (Etats-Unis, Brésil, Royaume-Uni et Israël) et en langues anglaise et portugaise uniquement. A noter que Microsoft avait suspendu les téléchargements du logiciel...
Volaille. Doux vend sa filière dinde brésilienne - Le Télégramme
Le groupe brésilien Marfrig annonce qu'il va reprendre les activités dinde de Doux Frangosul, filiale du volailler de Châteaulin (29). Ce géant mondial du boeuf, du porc, de l'agneau et de la volaille, précise que l'acquisition concerne: un abattoir...
Le Rafale entre le Brésil et les Emirats. - Aeroplans
Reste que l'appareil de Dassault Aviation continue de tracer sa route puisque outre des progrès « substantiels » aux EAU, il est sur la short list brésilienne pour l'achat de 36 avions de combat. Le Brésil et son accord de partenariat stratégique avec...
France / Brésil / Vol AF 447 La France arrête ses recherches ... - RFI
Les recherches se concentrent désormais sur la partie brésilienne de la zone de vol et sur les boîtes noires. Les commandements de la marine et des forces aériennes brésiliennes ont indiqué avoir reçu un communiqué du centre de coordination de...

Brésil

Le Brésil possède une industrie aéronautique notable produisant entre autres ces AMX International AMX

Le Brésil est le pays le plus vaste et le plus peuplé d'Amérique latine. Avec une superficie de 8 547 400 de kilomètres carrés (plus de 15 fois la France) et une population de 183 987 291 habitants, c'est aussi le cinquième pays du monde par la superficie et par le nombre d'habitants. En 2007, le Brésil est la dixième puissance économique mondiale avec un PIB de 1 314 Mds $ soit 2,42 % du PIB mondial (Banque mondiale, GDP 2007). Il couvre la moitié du territoire de l'Amérique du Sud, partageant des frontières avec tous les pays à l'exception du Chili et de l'Équateur.

Le Brésil possède des caractéristiques communes avec la plupart des autres pays d'Amérique du Sud : c'est un pays en majorité catholique, la densité humaine moyenne est assez faible et la population est fortement urbanisée. Colonie prospère de la couronne portugaise durant plusieurs siècles, le pays est aujourd'hui le seul héritage du Portugal en terre américaine, héritage qui se manifeste principalement par la langue officielle, le portugais.

République fédérale et libérale, le Brésil présente de forts contrastes géographiques et sociologiques. Alors qu'une grande partie du territoire est couvert par la forêt amazonienne pratiquement vide d'hommes, la côte sud-est abrite les mégapoles de São Paulo et Rio de Janeiro. Les inégalités économiques sont parmi les plus élevées du monde.

Voir aussi Théories du premier peuplement de l'Amérique.

En 1500, Pedro Alvares Cabral découvre les côtes brésiliennes et annonce avoir découvert de nouveaux territoires revenant au Portugal : selon le traité de Tordesillas signé en 1494 sous l'égide du pape Alexandre VI, toutes les terres nouvellement découvertes situées à plus de 370 lieues à l'ouest du Cap Vert allaient à l'Espagne, et les autres allaient au Portugal. Ce qui forme aujourd'hui la moitié est du Brésil revenait ainsi au Portugal.

Des navigateurs reviennent au Brésil et rapportent le bois de Brésil, bois de couleur braise qu'ils achètent aux Indiens contre divers objets et auquel le Brésil doit son nom actuel. Toutefois, l'entreprise de colonisation à proprement parler ne commence que dans les années 1530, sous le règne de Jean III. En 1532 est fondé le premier village São Vicente. En 1533, le Brésil est divisé en quinze capitaineries, chacune dirigée par un donatário héréditaire. Seules deux capitaineries prospèrent : São Vicente et Pernambouc. C'est dans cette dernière qu'est d'abord introduite de la canne à sucre, principale richesse commerciale du Brésil jusqu'au début du XVIIIe siècle. Devant le relatif échec de la colonisation, le roi du Portugal place le Brésil sous son autorité directe et nomme un gouverneur général qui chapeaute les quinze capitaineries. Il s'établit à Bahia.

Durant l'été 1554, Nicolas Durand de Villegagnon visita secrètement la région du Cabo Frio, sur la côte brésilienne, où ses compatriotes se cachaient habituellement. Là-bas, il obtint des informations de grande importance auprès des Indiens Tamoios, s'informant des habitudes des Portugais sur ce littoral et récoltant les données nécessaires à une future expédition en vue de fonder un établissement colonial. Le site choisi se situait près de deux cent kilomètres au sud : la baie de Guanabara, que les Portugais évitaient en raison de l'hostilité des indigènes de la région. Le projet était de transformer cette zone en une puissante base militaire et navale, depuis laquelle la Couronne française pourrait tenter de contrôler le commerce avec les Indes occidentales. C'est le début de la "France antarctique", nom donné à l'éphémère colonie française qui occupa la baie de Rio de Janeiro au Brésil, de 1555 à 1567 et finalement fut éliminée par l'arrivée de renforts portugais. En réponse aux autres tentatives françaises de conquête territoriale au Brésil (avec la France équinoxiale près de São Luís (Maranhão) entre 1612 et 1615), la Couronne portugaise décida d'intensifier la colonisation du Brésil et d'améliorer son statut.

Le Brésil commence à se développer économiquement. L'exploitation de la population indienne locale n'est plus suffisante pour la production sucrière et en 1550, les premiers esclaves sont importés d'Afrique. La traite négrière dure jusqu'au milieu du XIXe siècle : le Brésil est le pays ayant reçu le plus d'esclaves noirs, avec environ 5,5 millions d'Africains déportés du XVIe siècle à 1850, soit 40 % du total.

À la fin du XVIIe siècle, on trouve de l'or à l'intérieur des terres. L'activité minière prend alors une importance considérable et permet l'essor d'une vaste région connue sous le nom de Minas Gerais.

En 1807, Napoléon envahit le Portugal et le régent Jean VI s'embarque pour le Brésil et s'installe à Rio. Lorsqu'il quitte l'Amérique, en 1821 seulement, il laisse son fils Dom Pedro. Les Cortes cependant veulent ramener le Brésil au rang de simple colonie et rappellent Dom Pedro au Portugal. Celui-ci, soutenu par la population brésilienne, refuse de rentrer en Europe et proclame l'indépendance du Brésil. Il est déclaré empereur en 1823. En 1825, le Portugal reconnaît l'indépendance brésilienne. En 1831, pourtant, Pierre Ier, très contesté, doit abdiquer. Il transmet le pouvoir à son fils Pierre II, alors âgé de six ans. Pierre II est déclaré majeur en 1840.

Sous le règne de Pierre II, le Brésil connaît un début de modernisation et d'industrialisation. L'esclavage est aboli, mais plus tardivement que dans les pays européens, puisqu'il n'est entièrement supprimé qu'en 1888. En 1889, l'armée renverse Pierre II et la République est proclamée, mais le pays ne devient pas une démocratie pour autant.

Le 4 octobre 1930, Getúlio Vargas devient président après un coup d'État. Il reste au pouvoir jusqu´en 1945. En 1942, suite à des attaques de sous-marins allemands, le pays entre dans la Seconde Guerre mondiale. En 1945, Vargas doit démissionner et le Brésil connaît une vingtaine d'années de démocratie.

À partir de 1964, le Brésil connaît, comme d'autres pays d'Amérique latine, une violente dictature militaire de droite. Dans les années 1970, le gouvernement brésilien a participé à l'opération Condor, vaste plan de coordination entre les dictatures militaires latino-américaines afin de lutter contre les opposants aux régimes, dans tout le continent. On dénombre, au Brésil, un grand nombre de groupes révolutionnaires qui, dès 1964, ont organisé la résistance contre le pouvoir militaire. La plupart d'entre eux ont pris forme dans les milieux d'étudiants. Parmi eux, on peut citer le MR-8, plutôt basé à Rio de Janeiro, ou l'ALN (Action de libération nationale), basée à São Paulo.

En 1985, un civil, Tancredo Neves, est élu à la présidence mais meurt avant son entrée en fonction. C'est alors José Sarney qui devient président. La démocratie s'installe dans un contexte économique et financier difficile.

Le 27 octobre 2002, Luiz Inácio Lula da Silva, ancien syndicaliste, remporte l'élection présidentielle. Il est réélu le 28 octobre 2006. Il est le premier président socialiste du Brésil.

Le Brésil est une république fédérative présidentielle, composée de 26 États et d'un district fédéral. Sa constitution a été adoptée en 1988.

Le président est élu pour un mandat de 4 ans et peut être réélu une fois. Le président actuel est Luiz Inácio Lula da Silva, surnommé Lula, âgé de 57 ans.

Le droit de vote est facultatif pour les citoyens qui ont entre 16 et 18 ans et pour ceux qui ont plus de 65 ans, il est obligatoire pour les citoyens qui ont entre 18 et 65 ans. La très grande majorité des Indiens ont le statut de mineur protégé et sont, à ce titre, dépourvus de droits civiques.

Le pouvoir législatif est exercé par la Chambre des députés et le sénat. La Chambre des députés est composée de 513 sièges et le sénat compte 81 membres (3 sénateurs par État et 3 sénateurs pour le district fédéral).

Le Brésil s'étend sur une superficie totale de 8 547 877 km². La majorité de la population vit près de la côte de l'Océan Atlantique, qui, dans le sud, est bordée par la Serra do Mar.

Le vaste plateau du Brésil occupe une grande partie du sud et de l'est du pays. Dans le nord du pays, région de la forêt amazonienne, les altitudes sont moins élevées. Les densités de population y sont globalement faibles.

La saison pluvieuse s'étale de novembre à mai au nord, avec des pluies très importantes sur les forêts pluvieuses. Le sud connaît lui des étés chauds et des hivers froids (en juillet-août). De manière générale, le climat est légèrement plus tempéré en bordure de mer, et en altitude, et sous la canopée en forêt.

En plus de la partie continentale de son territoire et d'îles proches de la côte, le Brésil possède quelques petits groupes d'îles et d'îlots dans l'Atlantique : les Rochers de Saint-Pierre et Saint-Paul, Fernando de Noronha, Trindade et Martim Vaz ainsi que les petites îles de corail appelées atoll des Roches.

Constituée de moyennes montagnes dans sa partie nord et de vastes plaines appelées pampas, dans sa partie méridionale, cette région, au climat subtropical humide, la seule région brésilienne à ne pas avoir un climat chaud toute l'année; est hautement développée et marquée dans sa culture quotidienne par l’immigration européenne, notamment allemande et italienne. En effet, son habitat et ses types humains (parfois on se croirait en Bavière), ainsi que le folklore gaúcho, sont proches de ceux de la vieille Europe.

Porto Alegre (plus connue depuis le Forum Social Mondial) et Curitiba (modèle de planification urbaine) sont les deux plus grandes villes du sud brésilien. Aux frontières de l’Argentine et du Paraguay se trouvent les chutes d’Rio Iguaçu, l’une des plus belles merveilles de la nature. Enfin, à 20 km de là, sur le fleuve Paraná se trouve Itaipu, le second plus grand barrage hydroélectrique du monde, après celui des Trois-Gorges, en Chine.

C’est la région la plus urbanisée et la plus industrialisée du Brésil, avec trois villes très importantes : Rio de Janeiro, Belo Horizonte et São Paulo.

Rio de Janeiro est l’ancienne capitale fédérale et la capitale de l'État de Rio de Janeiro. La ville est située dans une des plus belles baies du monde, dominée par le Pain de Sucre et la statue du Cristo Redentor (Corcovado), perchée à 700 m d’altitude. Son carnaval et ses écoles de samba l’ont rendue célèbre, ainsi que ses plages, comme Copacabana, Ipanema et Leblon. Capitale culturelle du pays, elle est la ville la plus importante en matière artistique. On y trouve l'Academia Brasileira de Letras, la plus grande bibliothèque nationale du pays, le Museu Nacional et le Theatre Municipal (bâtiment inspiré de l'opéra de Paris). Le Maracanã, le 3e stade le plus grand du monde, est aussi à Rio.

Il y a aussi de magnifiques plages autour de Rio (Angra dos Reis, Cabo Frio et Búzios). Dans le sud de l'État se trouve la petite ville de Parati qui offre de splendides façades baroques de couleur bleue, ocre ou vert qui se reflètent dans les eaux calmes de sa rade. À la Serra do Mar se trouve la ville de Petrópolis, fondée par l'empereur Dom Pedro II et l'on peut encore y voir son palace d'été, une très grande attraction touristique.

Située au carrefour des routes de l'État du Minas Gerais (« mines générales » en français), où eut lieu au XVIIe siècle une des plus grandes ruées vers l'or, Belo Horizonte s’étend sur plus de 20 km.

São Paulo (prononcer "San Paoulo"), fondée par les Jésuites en 1554, est aujourd’hui la troisième plus grande ville au monde après Tokyo et Mexico. On y croise une population d’origine européenne, japonaise ou arabe qui a fait de cette ville la capitale mondiale du café, un des plus grands centres d’affaires de la planète et la première ville économique du Brésil. São Paulo est aussi la ville la plus riche du pays.

Englobant neuf États du Brésil, le Nord-Est (ou « Nordeste ») a connu son heure de gloire au XVIIe siècle, avec la canne à sucre. Les villes de Salvador (la plus « africaine » du Brésil), São Luís do Maranhão (fondée par des Français en 1612), Recife (« la Venise du Nordeste ») ou Olinda (« la hollandaise »), par leur précieux héritage d’architecture coloniale et la beauté de leurs façades décorées d’azulejos (faïences bleues), sont les témoins de ce passé fastueux.

Aujourd'hui, la région compte 50 millions d’habitants. Elle souffre d'importantes difficultés socio-économiques malgré la présence de ressources naturelles importantes, parmi lesquelles des gisements pétroliers. Les inégalités sociales sont particulièrement fortes. Les sécheresses cycliques qui frappent le sertão, zone semi-aride de l’intérieur du Nordeste, terre des légendaires cangaceiros (tantôt héros, tantôt bandits), ne facilitent pas la vie de milliers de paysans sans terre, obligés d’émigrer vers les grandes métropoles du Sud.

États : Mato Grosso, Mato Grosso do Sul, Goiás et Brasilia.

Cette région reste peu peuplée. À l'extrême est de la région, on trouve Brasilia, capitale du Brésil depuis 1960. Plus à l'ouest, l'État du Mato Grosso occupe l'essentiel de la région ; l'activité agricole est en expansion et provoque une importante déforestation. C'est dans cette région que se trouve la partie brésilienne du Pantanal, la plus grande terre inondée de la planète et l'une des régions présentant la plus forte biodiversité dans le monde.

États : Acre, Amapá, Amazonas, Pará, Rondônia, Roraima et Tocantins.

Le Nord du Brésil est en grande partie couvert par la forêt amazonienne. La densité humaine est encore très faible, un peu plus de 4 hab/km² dans l'État de Pará, à l'ouest, deux fois dans celui d'Amazonas. Les deux principales villes, Manaus dans l'Amazonas et Belém dans le Pará, se trouvent le long de l'Amazone.

L'Amazonie constitue la plus grande réserve biologique du monde, avec environ un dixième des espèces vivantes mondiales. Au cours des années 1970-80, les différents projets de développement et de migrations intérieures ont entraîné un déboisement préoccupant et des conflits entre les posseiros (propriétaires de terres, souvent illégaux) et les Indiens. Actuellement, la protection de la forêt, ainsi que le respect des terres indiennes, deviennent des priorités du gouvernement brésilien.

Recouvert en partie par le plus grand bassin forestier de la planète, l'Amazonie, le Brésil est l'un des pays les plus riches du monde en termes de biodiversité. Il fait partie d'ailleurs des 17 Pays mégadivers. Forêts tropicales de plaines, de montagnes, subtropicales, savanes, pampas, marais, côtes, le kaléidoscope d'habitats offrent autant de niches écologique aux milliers d'espèces recensées, peut être même millions.

Plus de 600 espèces de mammifères sont présentes au Brésil. Cela englobe plusieurs espèces de la famille des félins, comme le jaguar, le puma et le jaguatirica ou ocelot. Parmi les autres mammifères, on trouve les paresseux, les antas (tapirus americanus), les tatous, les dauphins marins, les capivaras (grands rongeurs aquatiques dont certains peuvent peser jusqu'à 66 kg) et environ 30 espèces de singes. Le Brésil, avec ses 1772 espèces connues, possède la plus grande variété d'oiseaux au monde, après la Colombie et le Pérou. Dont 230 endémiques, parmi lesquels nandous, hoccos, rapaces, perroquets, toucans, pics, coq-de-roche, cotingas, tyrans, etc. Il y a au moins 40 espèces de tortues, 120 espèces de lézards, 230 espèces de serpents, 5 espèces d'alligators, 330 espèces d'amphibies et 1500 espèces de poissons d'eau douce. Les naturalistes ont répertorié plus de 100 000 invertébrés au Brésil, parmi lesquels plus de 70 000 insectes. La forêt amazonienne renferme la plus grande concentration d'organismes biologiques au monde. Personne ne sait réellement combien on y trouve d'espèces, mais les scientifiques estiment qu'elles représentent de 15 à 30 % de l'ensemble des espèces connues dans le monde.

Alors que les naturalistes répertorient de nouvelles espèces de poissons d'eau douce, leurs découvertes laissent entrevoir qu'il pourrait y avoir jusqu'à 3 000 sortes de poissons dans les fleuves et lacs d'Amazonie. Parmi les poissons spécifiques à la région, citons le pirarucu, que l'on dit être le plus grand poisson d'eau douce du monde, avec des spécimens qui mesurent plus de 2 mètres de long et qui pèsent jusqu'à 125 kg, le tambaqui, qui appartient à la famille des frugivores et possède des dents capables de casser des graines aussi dures que celles de l'hévéa (l'arbre à latex) ou du palmier jauari, et le piranha.

Le Brésil est composé de vingt-six États et d'un district fédéral, dont la capitale est Brasilia.

Les frontières terrestres du Brésil mesurent 14 691 km au total.

Seuls deux pays d'Amérique du Sud n'ont pas de frontière avec le Brésil : le Chili et l'Équateur. Les frontières du Brésil sont le résultat d'une active conquête de l'ouest, initiée dès le XVIIe siècle par les bandeirantes mais non terminée.

La frontière franco-brésilienne (entre la Guyane française et l'État de l'Amapá) est la plus grande frontière française.

Les forces armées brésiliennes se composent de l'armée de terre (Exército), la marine brésilienne (Marinha) dont l'infanterie et l'aviation ainsi que la force aérienne brésilienne (Força Aéra Brasileira, FAB).

Les forces armées se composent de 287 000 soldats actifs.

L'armée de terre brésilienne (Exército) forte de 189 000 hommes et femmes peut mettre en œuvre 220 chars d'assaut.

Les forces aériennes ont plus de 700 avions dont des Mirage 2000, les fameux Embraer EMB 312 Tucano et Super Tucano, Lockheed C-130 Hercules, AMX International AMX. Le transport du président du Brésil est aussi assuré par les forces aériennes. En 2001, le ministère de la défense de la République française vend son porte-avions Foch aux Brésiliens. Il est rebaptisé lors de la transaction São Paulo.

Il existe une obligation militaire pour des hommes à partir de 18 ans, le service militaire de base dure neuf à douze mois. Le budget de la défense en 2005 s'élevait à 9,94 milliards de dollars américains soit environ 1,3 % du produit intérieur brut, une valeur plutôt inférieure à la moyenne mondiale (l'Allemagne environ 1,6 %).

Les militaires sont aussi utilisés en temps de paix à la protection contre les catastrophes et au service de sauvetage, ainsi que pour des services scientifiques (sur la base antarctique Comandante Ferraz). Le Brésil assure le commandement de la mission de Paix Minustah en Haïti de 6 000 hommes dont 1 200 Brésiliens, depuis le 1er juin 2004.

Le contrôle aérien civil est aussi sous la responsabilité des forces aéronautique, ainsi que l'Infraero (organisme qui gère les aéroports), et le Centre de lancement d'Alcântara.

La police militaire n'est pas à confondre avec les forces armées brésiliennes sous la responsabilité de l'Union (pouvoir fédéral), puisque chaque État fédéral en a la responsabilité.

Une crise économique éclate en 1998.

Le Brésil a le plus important PIB total d'Amérique latine. Le PIB par habitant en revanche est inférieur à celui de l'Argentine, du Chili et du Mexique. Quoique disposant d'une puissante agriculture commerciale et d'un secteur industriel assez diversifié, le Brésil est largement tertiarisé : en 2006, le secteur des services représentait 64 % du PIB.

La fragile croissance économique ne s'est pas faite sans douleur. Les disparités économiques sont fortes et constituent un important enjeu politique.

Le Fonds monétaire international décide alors d'accorder un prêt de 41,5 milliards de dollars américains en novembre 1998, car le Brésil a adopté les réformes imposées (privatisation) et a réduit ses dépenses budgétaires, notamment dans l'éducation. Aujourd'hui, l'économie tend à se stabiliser, mais reste fragile.

Le 15 avril 2008, le Brésil entre dans une nouvelle ère de son histoire économique avec l'annonce de la découverte d'immenses gisements pétroliers dans le Bassin de Santos. Ceux-ci seraient de l'ordre de 33 milliards de barils.

L'agriculture ne représente qu'environ 5 % du PIB. Toutefois, le Brésil est une grande puissance agricole d'exportation. Certaines cultures commerciales telles que le soja sont en plein essor. Toutefois, la propriété foncière est très inégalement répartie et la pauvreté rurale reste importante. Les progrès de l'agriculture sont liées à une forte déforestation. En effet, chaque année, les pâturages sont dans un état avancé de dégradation, les agriculteurs cherchent de nouvelles terres car les rendements sont de plus en plus faibles ce qui entraîne la déforestation.

Malgré son décollage industriel, le Brésil n'a pas renoncé à son développement agricole : il reste un des tout premiers exportateurs mondiaux dans ce domaine, juste derrière les États-Unis, les Pays-Bas et la France. Il y est parvenu en s'adaptant rapidement à la demande et en mettant sur le marché de nouveaux produits, qui ont parfois éclipsé les plus anciens.

Ainsi, alors qu'il ne produisait pas de soja avant 1975, il est devenu rapidement le deuxième producteur dans le monde. Profitant d'un hiver rigoureux en Floride, il a pu s'emparer d'une bonne part du marché des jus d'oranges dont il contrôle à présent la moitié des exportations mondiales.

En 1959, le café représentait encore 57 % des exportations ; aujourd'hui, les annuaires statistiques ne se donnent plus la peine de le distinguer et le noient dans une rubrique " café, thé, épices ", bien que le Brésil en soit est toujours le premier producteur au monde.

Pour comprendre cette situation, il faut prendre en compte deux phénomènes. Le premier est le développement, en aval, d'un puissant complexe agro-industriel, qui transforme et valorise les denrées agricoles. Ainsi les tourteaux produits à partir du soja sont utilisés dans l'alimentation des volailles vendues jusque sur les marchés du Moyen-Orient où le Brésil concurrence vigoureusement les éleveurs bretons. L'autre raison est la capacité que possède le Brésil d'accroître sa production en défrichant de nouvelles terres. Entre 1975 et 1985, les exploitations ont conquis 52 millions d'hectares, soit plus d'une fois et demie la surface agricole de la France.

C'est en partie pour ouvrir de nouvelles terres qu'ont été construites certaines routes. La colonisation de l'Amazonie n'a pas résolu les problèmes fonciers du Nordeste et du Sud mais, du moins, les grands axes ont-ils permis la conquête des cerrados, ces savanes arborées du Centre-Ouest (Mato Grosso, Goiás), où se sont développées les cultures mécanisées du riz et du soja. Tout ne va pourtant pas bien dans ce secteur. L'érosion des sols est préoccupante dans le Paraná, la conquête de l'Amazonie a entraîné d'énormes défrichements, rapidement suivi par un fort lessivage des sols.

Depuis 1991, le Brésil fait partie du Mercosur (en portugais « Mercosul »), marché commun du « cône sud » de l'Amérique latine incluant l'Argentine, le Paraguay, l'Uruguay et depuis 2005 le Venezuela. C'est un marché commun, tout comme l'Union européenne ou l'ALENA. Le Brésil, par son poids économique, y occupe de facto une position dominante.

Le 1er février 2006, l'Argentine et le Brésil signent, après près de trois ans de négociations, un accord qui doit permettre de protéger les secteurs de production qui pourraient être trop durement affectés par la compétition du pays voisin. Le Mécanisme d’adaptation compétitive (MAC) permet de fixer des droits de douane sur le produit « trop compétitif » du pays voisin pour trois ans, renouvelable une fois.

Population : 189,985,135 habitants (2006), 190 millions estimés en 2008 (source : Institut brésilien de géographie et de statistiques – IBGE). Densité : 20 hab./km² Répartition par âge : 0-14 ans : 28,57 % ; 15-64 ans : 65,98 % ; + 65 ans : 5,45 % Répartition ethnique : blancs 49,7 % ; couleur brune 42,6 % ; noirs 6,9 % ; asiatiques 0,5 % ; indiens 0,4 %. Répartition par religion : catholiques 73,8 % ; protestants 15,4 % : divers autres 10 % dont une centaine de sectes Espérance de vie des hommes : 69,74 ans (en 2005) Espérance de vie des femmes : 76,85 ans (en 2005) Taux de croissance de la population : 1,06 % (2005-2002) Taux de natalité : 16,83 pour mille (en 2005) Taux de mortalité : 6,15 pour mille (en 2005) Taux de mortalité infantile : 30,5 pour mille (en 2006) Taux de fécondité : 1,91 enfants/femme (en 2006) Taux de migration : + 0,07 pour mille (en 2006) Insécurité, assassinats : 20 000 (2006).

Dans la population brésilienne, les Amérindiens étaient environ 100 000 dans les années 1970 pour plus de 700 000 aujourd'hui (chiffres de 2000 de l’IBGE). Toutefois, 30 % des Brésiliens ont une ascendance amérindienne.

La croissance du peuple brésilien est comparable à celle d'un arbre « qui grandit par une sorte de nécessité intérieure », écrivait Georges Bernanos. La sève qui irrigue cette vaste ramure partie d'un tronc indien puis européen s'est enrichie au cours des siècles de greffes africaines et asiatiques. De ce mélange des sangs, du rapprochement de ces cultures, une conscience unanime est née dans une société qui s'affiche aujourd'hui multiraciale.

D'après le journal Le Monde du 22 février 2005, 50 000 homicides en moyenne, dont 36 000 par arme à feu, sont commis au Brésil chaque année, ce qui le place au troisième rang mondial derrière la Colombie et la Russie. 17 millions d'armes à feu circulent dans le pays. Le dimanche 23 octobre 2005, un référendum propose aux Brésiliens d'interdire la vente d'armes, mais il est rejeté par les citoyens à une grande majorité.

Une série d'attaques a fait 170 morts (dont 38 membres des forces de l'ordre) entre la nuit du 12 mai et le 16 mai 2006 à São Paulo et dans sa région. Ces attaques visaient la police de l'état ainsi que des casernes de pompiers. Elles ont été attribuées au crime organisé, en particulier au "Premier commando de la capitale" (PCC). Elles constitueraient des représailles au transfert de plusieurs prisonniers vers des établissements pénitentiaires de haute sécurité. Elles ont d'ailleurs été accompagnées de plusieurs mutineries. Entre le 11 et le 15 juillet 2006, 106 attentats ont été perpétrés contre des tribunaux, des supermarchés, des banques, des autobus et des commissariats : ces actes de violence sont de nouveau attribués aux PCC.

Le Brésil rural est devenu en un quart de siècle un pays fortement urbanisé : buildings et gratte-ciel, ghettos chic et résidences fastueuses s'opposent à l'immense marée des bidonvilles, les favelas. Dans ces métropoles trop vastes, nantis et laissés-pour-compte se côtoient dangereusement.

La plupart des Amérindiens pratiquent des rites traditionnels. L’Église est officiellement séparée de l’État.

L'Islam est en constante augmentation depuis ces dix dernières années (source AFP, Brasilia du 07/04/2005). Selon le Centre islamique pour la diffusion et l'éducation culturelle le nombre de fidèles dépasse les 30 milles. Ce chiffre inclut les immigrés provenant de pays arabes mais également un nombre croissant de brésiliens nés chrétiens qui se convertissent à l'Islam.

Le Brésil fait partie des pays émergents. Les inégalités économiques sont parmi les plus élevées au monde. La ségrégation sociale et raciale existe de facto entre les pauvres des bidonvilles et les familles les plus riches, qui se retranchent dans des quasi bunker pour se protéger de la délinquance, notamment des rapts à Rio de Janeiro et São Paulo.

Même si l'antiracisme et le métissage font partie du nationalisme brésilien, de nombreux préjugés raciaux subsistent. Le Brésil compte la deuxième grande population noire ou métisse au monde après le Nigéria. 49,5% de la population se dit noire ou métisse selon les sondages (IBGE 2006).

Élu en 2002 sur un programme de réduction des inégalités sociales, le président Lula a lancé le 30 janvier 2003 un programme « Faim zéro » afin d'éliminer la faim au Brésil. Dans ce programme s'inscrit la bolsa familia, qui lie le versement d'une somme d'argent aux familles pauvres à la scolarisation de leurs enfants. Ce programme est entré progressivement en vigueur et touche en 2006 près de 30 % de la population. Il aurait contribué de manière significative à une baisse récente de la pauvreté au Brésil d'après un rapport de la Banque mondiale.

En 2007, on comptait environ 50 000 homicides par an dans tout le pays. Entre janvier et septembre 2007, la police a tué 1 300 personnes rien que dans l'état de Rio, soit une augmentation de 60 %. Chaque jour, trois jeunes de 15 à 24 ans sont assassinés. Une automobile est volée à Rio de Janeiro toutes les douze minutes.

Le portugais est la langue officielle du Brésil depuis la Constitution de 1988 (article 13). C'est la langue parlée par la quasi-totalité de la population. Mais il existe 170 langues autochtones et une trentaine issues de l'immigration.

La langue portugaise, apportée par les colons du Portugal, est proche de celle parlée au Portugal. Elle en diffère par des mots, des expressions et des accents liés notamment au métissage culturel et aux particularités sud-américaines (climat, végétation, alimentation) de ce pays. Suite à plusieurs réformes, l'orthographe s'est différenciée, notamment avec la suppression de consonnes non sonores : par ex. electricidade (Portugal) s'écrit eletricidade (Brésil). Mais les différences entre le portugais européen et le portugais américain sont sensiblement les mêmes qu'entre celles séparant d'autres langues européennes (français, espagnol, anglais) de leurs correspondantes américaines.

L'enseignement de l'espagnol est obligatoire à l'école depuis une loi de 2005.

Le Brésil est connu pour son football : l'équipe nationale a remporté à cinq reprises la coupe du monde de football (1958, 1962, 1970, 1994 et 2002). Le joueur le plus emblématique de ce pays est Pelé, les plus connus aujourd'hui sont Ronaldo, Ronaldinho, Robinho et Kaká, Ballon d'or 2007. C'est le sport le plus populaire sur le plan national.

Des Brésiliens se sont illustrés dans d'autres sports au niveau international : Gustavo « Guga » Kuerten pour le tennis, Ayrton Senna, Emerson Fittipaldi, Nelson Piquet et Felipe Massa en Formule 1, ainsi que Torben Grael et Robert Scheidt pour la voile.

La pratique des arts martiaux spécialement le judo et le jiu-jitsu brésilien ou Gracie jiu-jitsu est actuellement très développée au Brésil.

Une mention spéciale pour la capoeira, sport typiquement brésilien, à mi-chemin entre la danse et le sport de combat.

Le Brésil possède aussi une équipe de volley-ball qui a déjà remporté plusieurs fois les championnats mondiaux. Elle est reconnue avec l'Italie comme étant l'une des meilleures équipes de volley-ball au monde.

Aux différents Jeux olympiques, le Brésil a remporté 343 médailles (55 or, 117 argent et 171 bronze). Torben Grael est le Brésilien le plus médaillé au JO avec 5 médailles (2 en or, 1 en argent et 2 en bronze).

En haut



Équipe du Brésil de football féminin

Football Brésil federation.svg

L'équipe du Brésil de football féminin est l'équipe nationale qui représente le Brésil dans les compétitions majeures de football féminin : la Coupe du Monde de football féminin, les Jeux Olympiques d'été et la Sudamericano Femenino. Elle est sous l'égide de la Fédération du Brésil de football, membre de la FIFA et du CONMEBOL.

Comme ses homologues masculins, les Brésiliennes sont considérées comme l'une des plus fortes nations de football féminin sur le plan mondial comme le prouve ses résultats : finaliste de la dernière Coupe du Monde 2007 et deux derniers olympiades en 2004 et 2008, vainqueur de quatre Sudamericano Femenino (1991, 1995, 1998 et 2003) et actuelle troisième place au classement FIFA.

Elles évoluent dans les mêmes couleurs que l'équipe du Brésil masculine c'est-à-dire maillot jaune et vert, short bleu et chaussettes blanches. Leur surnom est les "auriverdes" ou les "Canarinhas".

Longtemps le football féminin fut négligé par les instances footballistiques, ce n'est qu'à partir des années 1980, avec la mise en place par l'UEFA sur le continent européen d'un championnat d'Europe que la FIFA décide de coordonner des compétitions internationales en décidant de mettre en place une coupe du monde en 1991 pour permettre la promotion de ce sport (sport ayant rencontré énormément de succès en Chine et aux États-Unis au niveau féminin). La sélection brésilienne de football féminin est mise en place à ce moment en 1986.

Créée seulement à partir des années mi-1980, en même temps que la mise en place du football féminin sur le plan international sous l'impulsion de la FIFA avec dans l'optique d'un déroulement d'une compétition internationale qui verra le jour en 1991 avec la coupe du monde, le Brésil dispute son premier match officiel le 22 juillet 1986 contre les États-Unis (défaite 2-1). Cinq années plus tard en 1991, le CONMEBOL créé la Sudamericano Femenino (trois sélections y prennent part : le Brésil, le Chili et le Venezuela), ce tournoi permet à son vainqueur de se qualifier pour la première coupe du monde qui aura lieu en Chine la même année. Le Brésil remporte facilement ce championnat en battant respectivement le Venezuela et le Chili 6-0 et 6-1. Elle participe donc à la coupe du monde mais sort dès le premier tour avec deux défaites (contre les États-Unis et la Suède) et une victoire (contre le Japon).

En 1995, dans la seconde édition de la Sudamericano Femenino (qui réunit cinq équipes cette année là : Brésil, Argentine, Chili, Équateur et Bolivie), le Brésil remporte de nouveau le trophée avec quatre victoires en autant de matchs dans la phase de poule inscrivant la bagatelle de 42 buts et en encaissant qu'un seul (contre le Chili), en finale du tournoi elle bat l'Argentine 2-0 et se qualifie pour la deuxième édition de la coupe du monde. Lors de cette coupe du monde 1995 en Suède, elle termine dernière de son groupe avec deux défaites (contre l'Allemagne et le Japon) alors qu'elle avait surpris lors du premier match le pays hôte la Suède 1-0. L'année suivante, en tant que meilleure nation sud-américaine, elle participe aux JO d'Atlanta de 1996 (évènement qui accueille pour la première fois de son histoire le football féminin), elle termine seconde de son groupe avec une victoire contre le Japon (2-0) et deux nuls contre la Norvège et l'Allemagne et se qualifie pour les demi-finales devant cette dernière. En demi-finale, elle est battue par la Chine 3-2 et termine quatrième de la compétition après une nouvelle défaite concédée contre la Norvège 2-0, mais réalise lors de ce tournoi sa meilleure performance dans une compétition mondiale.

En 1998, lors de l'édition de la Sudamericano Femenino (réunissant les dix équipes dont les fédérations sont membres de la CONMEBOL), le Brésil termine en tête de sa poule de cinq nations avec quatre victoires devant le Pérou, en demi-finale elle bat 11-1 l'Équateur puis en finale 7-1 l'Argentine, confirmant sa suprématie sur le continent et se qualifie pour la coupe du monde qui a lieu l'année suivante. Durant la coupe du monde 1999 organisée aux États-Unis, elle sort en tête de sa poule avec deux victoires (contre le Mexique 7-1 et l'Italie 2-0) et partage les points avec l'Allemagne 3-3. En quart-de-finale, elle écarte le Nigeria 4-3 durant les prolongations mais perdent en demi-finale contre le pays hôte les États-Unis 2-0, dans le match de classement elle s'impose aux tirs aux buts contre la Norvège (0-0, 5-4 t.a.b.), Sissi termine meilleure buteuse du mondial avec sept buts. L'année suivante, toujours considérée comme la meilleure nation sud-américaine, elle participe à ses deuxièmes Olympiades à Sydney. Elle se qualifie pour les demi-finales en battant la Suède (2-0) et l'Australie (2-1) malgré une défaite contre l'Allemagne (1-2), terminant seconde de son groupe. Pour sa deuxième demi-finale d'affilée, elle perd de nouveau contre les États-Unis 1-0 et termine quatrième du tournoi, défaite par l'Allemagne dans le match de classement 2-0.

En 2003, exempt du premier tour de la Sudamericano Femenino, elle fait son entrée lors de la phase finale organisée au Pérou où quatre équipes y participent (Argentine, Colombie et Pérou), elle s'impose à trois reprises en marquant au total 18 buts et en encaissant 2 (les deux face à l'Argentine dans une victoire 3-2) et se qualifie pour la coupe du monde. Pendant l'été 2003, le Brésil participe aux Jeux Panaméricains à Saint-Domingue pour préparer la coupe du monde, il remporte tous ses matchs (5-0 contre Haïti, 5-0 contre le Canada en poules, 2-1 contre l'Argentine en demi-finale puis de nouveau 2-1 en finale contre le Canada (finale rejouée étant donné que la première finale fut interrompue pour cause d'intempéries). Durant cette coupe du monde 2003, elle confirme son rang en terminant en tête de son groupe avec deux victoires (3-0 contre la Corée du Sud et 4-1 contre la Norvège) et un nul (1-1 contre la France) mais en quart-de-finale elle est surprise par la Suède qui la sort du tournoi avec une victoire suédoise 2-1. En tant que vainqueur de la Sudamericano Femenino 2003 et des Jeux Panaméricains 2004, elle se qualifie pour les JO de 2004 à Athènes. Terminant deuxième de sa poule avec deux victoires (contre l'Australie et la Grèce) et une défaite (contre les États-Unis), elle se qualifie pour les quarts-de-finale où elle affronte le Mexique qu'elle bat 5-0 puis pour sa troisième demi-finale d'affilée aux JO elle décroche enfin sa première qualification pour une finale olympique en battant la Suède 1-0. En finale, elle est opposée aux États-Unis, ces derniers l'emportent 2-1 au terme des prolongations.

En 2006, le Brésil dispute la Sudamericano Femenino, au premier tour, elle bat ses quatre adversaires (Paraguay, Venezuela, Pérou, Bolivie) en autant de matchs, termine en tête de son groupe et se qualifie pour le tournoi final qui réunit quatre équipes. Après ses victoires 6-0 contre l'Uruguay puis 6-0 contre le Paraguay, elle s'avance vers un cinquième titre consécutif, mais au dernier match du tournoi opposé à l'Argentine alors qu'un nul aurait suffit pour décrocher le titre, le Brésil perd pour la première fois le titre en se faisant battre 2-0 à Mar del Plata (il s'agit de sa première défaite dans cette compétition dans son histoire). Cette défaite ne l'empêchera pas de se qualifier pour la coupe du monde 2007, étant donné que les deux premiers du tournoi y sont qualifiés. Cette défaite peut s'expliquer par la volonté du sélectionneur brésilien de rajeunir son groupe, notamment avec l'intégration de la nouvelle génération des brésiliennes qui viennent de l'équipe des moins de 20 ans, et de se priver des titulaires habituelles comme Marta (meilleur joueuse au monde de l'année 2006 selon la FIFA) ou Kátia. L'année suivante en 2007, elle prépare de nouveau sa coupe du monde en participant aux Jeux Panaméricains durant la période estivale, première de sa poule avec quatre victoires en quatre matchs, elle bat 2-0 le Mexique en demi-finale puis les États-Unis 5-0 en finale. En septembre 2007, elle débute sereinement donc la coupe du monde 2007 organisée en Chine, elle remporte ses trois matchs de poule contre la Nouvelle-Zélande (5-0), la Chine (4-0) et le Danemark (1-0) (marquant 10 buts sans en encaisser un seul). En quart-de-finale, elle écarte l'Australie avec difficulté sur le score de 3-2 et accède aux demi-finales. Opposée à l'actuelle championne olympique les États-Unis, le Brésil sous l'impulsion de Marta (auteur d'un doublé) corrige les américaines 4-0 et se qualifie pour la première fois en finale d'une coupe du monde. En finale, l'enthousiasme des Canarinhas est en revanche contré par le réalisme de l'Allemagne (tenante du titre de la coupe du monde) et se fait battre 2-0 (Marta rata un penalty en faveur du Brésil). Sa défaite n'empêche par le Brésil d'obtenir le titre honorifique de l'équipe la plus spectaculaire du tournoi et sa joueuse Marta de recevoir les titres de meilleure buteuse du touroi (avec sept réalisations) et de meilleure joueuse du tournoi.

Le football féminin au niveau des sélections nationales en Amérique du Sud est organisé autour de trois grandes compétitions internationales : la Coupe du monde mis en place en 1991 par la FIFA qui réunit les meilleures nations mondiales et où tous les continents y ont leur(s) représentant(s), les Jeux Olympiques mis en place en 1996 par le CIO qui autorise une compétition de football féminin (sans restriction d'âge contrairement aux hommes) où tout comme la Coupe du monde chaque continent dispose d'un représentant ou plus, enfin la Sudamericano Femenino mise en place par le CONMEBOL qui est un tournoi continental où seules les sélections sud-américaines y sont réunies. Il existe d'autres tournois comme les Jeux Panaméricains, mais qui revêtent d'une importance moindre par rapport aux trois autres compétitions et sont disputés en général dans le cadre d'une préparation à un mondial.

Le tableau ci-contre récapitule les performances du Brésil en coupe du monde. Les Brésiliennes ne sont parvenues à accéder en finale qu'à une seule reprise en 2007.

Il s'agit de la seule nation sud-américaine à avoir prit part à toutes les phases finales de la coupe du monde depuis sa création en 1991. Sorti lors des deux premières éditions dès le premier tour en 1991 et 1995, le Brésil atteint les demi-finales en 1999 pour finir troisième de l'édition, où Sissi termine meilleure buteuse du tournoi. En 2003, il est éliminé au stade des quarts-de-finale par la Suède. En 2007, le Brésil atteint pour la première fois la finale mais est battu par la tenante du titre l'Allemagne, elle décroche cependant le titre d'équipe la plus spectaculaire et sa joueuse Marta les titres de meilleure joueuse et buteuse du tournoi.

Le tableau ci-contre récapitule les performances du Brésil aux Jeux Olympiques. Les Brésiliennes, en tant que représentantes du continent sud-américain, ont atteint lors des quatre éditions le dernier carré des demi-finales, mais sont parvenues à se hisser en finale qu'à deux reprises lors des deux derniers JO de 2004 à Athènes où elles furent battues par les États-Unis 2-1 et aux JO de 2008 à Pékin de nouveau battues par les États-Unis 1-0 après prolongations. En 1996 et en 2000, elle ont terminé quatrième de la compétition.

Le tableau ci-contre récapitule les performances du Brésil en Sudamericano Femenino. Les Brésiliennes ont remporté toutes les éditions, excepté celle de 2006 elles subirent leur seule défaite de son histoire dans cette compétition.

Le Brésil domine outrageusement le continent depuis les années 1990 par l'intermédiaire de ce tournoi entre nations sud-américaines. Lors des quatre premières éditions (qui déterminent les équipes qualifiées pour la coupe du monde), il remporte sans grande difficultés le trophée, il faut attendre la cinquième édition en 2006 pour voir le Brésil perdre son premier match dans l'histoire de cette compétition lors de la finale contre l'Argentine 2-0.

À deux reprises, le Brésil a aligné une équipe lors des Jeux Panaméricains, tout d'abord en 2003 pour préparer la coupe du monde 2003, où le Brésil remporte facilement le tournoi contre le Canada, puis en 2007 pour préparer la coupe du monde 2007 où de nouveau le Brésil à domicile (puisque qu'organisé à Rio de Janeiro) s'impose en finale contre les États-Unis 5-0.

Le logo de la sélection brésilienne est un blason aux couleurs du drapeau brésilien, au centre on voit les inscriptions "CBF", initiale du nom de la fédération du Brésil de football (Confederação Brasileira de Futebol en portugais), au dessus sont apposées cinq étoiles, chacune représentante une victoire en coupe du monde masculine.

Les joueuses évoluent dans des tenues aux couleurs du drapeau national, lors de la dernière coupe du monde 2007, elles évoluaient maillot jaune et vert, short bleu et chaussettes blanches. Leur équipementier est Nike.

En haut



Frontière entre le Brésil et la France

La frontière au niveau du saut Maripa sur l'Oyapock.

Frontière délimitant le Brésil et la France et tracé approximatif de la route transfrontalière devant relier Cayenne à Macapá.

La frontière entre le Brésil et la France est une frontière internationale délimitant les territoires nationaux du Brésil et de la France dans le nord-est de l'Amérique du Sud ainsi qu'au large de celle-ci dans l'ouest de l'océan Atlantique. Longue de 730,4 km, , , sa composante terrestre est continue et sépare l'État brésilien appelé Amapá de la Guyane, qui est à la fois une région et un département d'outre-mer, soit un Dom-Rom.

De ce point, elle court plein est sur 303,2 km dans les monts Tumuc-Humac le long de la ligne de partage des eaux entre le bassin de l'Amazone et les fleuves guyanais se jetant directement dans l'océan Atlantique. Elle borde ainsi la limite des communes françaises de Maripasoula et Camopi face au municipio brésilien de Laranjal do Jari. Elle rejoint ensuite le cours de l'Oyapock, qui coule en direction du nord dans la forêt équatoriale, et sert cette fois de frontière sur 427,2 km entre les territoires de Camopi et Saint-Georges d'une part et d'Oiapoque d'autre part.

Elle atteint l'embouchure du fleuve à l'ouest du cap Orange par 4°30'30" de latitude nord et 51°38'12" de longitude ouest. De ce point, qui est situé dans la baie de l'Oyapock, elle se prolonge par une frontière maritime sépare les eaux territoriales des deux pays. Auparavant, dix bornes matérialisent la frontière sur le terrain.

En suivant son tracé, la frontière parcourt 730,4 km, ce qui fait d'elle la 121e plus longue frontière terrestre du monde, juste derrière la frontière finno-norvégienne et juste devant la frontière entre la Géorgie et la Russie. Elle est aussi la plus longue des frontières de la France devant la frontière franco-espagnole, qui est plus courte d'environ cent kilomètres. Elle est en revanche la plus courte des dix frontières du Brésil après sa frontière avec le Suriname.

D'un point de vue infra-étatique, la frontière franco-brésilienne est la plus longue frontière internationale de l'Amapá et de la Guyane. En outre, elle est logiquement la plus longue des frontières internationales partagée par une région française, un département français ou même une région ultrapériphérique de l'Union européenne.

Les bases de cette frontière remontent aux traités d'Utrecht de 1713 entre la France et le Portugal, mais diverses interprétations quant au tracé de la frontière existaient. Ainsi la France considérait-elle que le fleuve Japoc dont il était question dans le texte correspondait au fleuve Araguary tandis que pour le Brésil il s'agissait du fleuve Oyapock. Le litige continua durant deux siècles, la France et le Brésil devenu indépendant installèrent tour à tour postes militaires et missions religieuses dans ce qui devint le contesté franco-brésilien, et s'accusèrent mutuellement d'enfreindre leur intégrité territoriale respective. Finalement, un arbitrage international assuré par la Suisse donna raison au Brésil en 1900 : arrivée bien préparée, sa délégation, menée par le baron de Rio Branco, qui avait déjà obtenu un arbitrage favorable face à l'Argentine, gagna les arbitres à ses vues, tandis que la France, peu soucieuse de la question et accaparée par la colonisation de l'Afrique, envoya des diplomates peu au fait de la question : 260 000 km2 de territoire qui auraient multiplié par quatre la surface du territoire guyanais échappèrent ainsi à la France et rejoignirent l'escarcelle du Brésil, qui ne cesse à cette époque de grignoter des terres au détriment de ses voisins.

Vestige culturel de cette période, demeurent encore dans l'Amapá des communautés amérindiennes parlant un créole guyanais ancien…

La frontière étant située dans une zone de forêt équatoriale traversée de cours d'eaux et souvent marécageuse, le passage de la Guyane au Brésil a longtemps été très difficile. La construction en 2004 d'un pont sur l'Approuague permettant de relier Cayenne à Saint-Georges sur la frontière via Régina par la RN2 en deux heures et demi de route a constitué une première étape dans la réalisation de cette liaison. Les Cayennais ont pris l'habitude de faire leurs achats dans le pays voisin, à des prix bien moins élevés qu'en Guyane, tandis que dans l'autre sens les Brésiliens vont chercher du travail en France. Un projet de loi français déposé en 2005 prévoit l'ouverture d'un pont au niveau des villes-frontières de Saint-Georges-de-l'Oyapock en France et d'Oiapoque au Brésil, rendant enfin possible la traversée de la frontière par voie routière, alors que ce n'est jusqu'à présent possible qu'en prenant le bac qui fait la navette en moins d'une demi-heure. Il devrait être achevé en 2008. De l'autre côté du fleuve, la rodovia 156, partiellement asphaltée, permet de rejoindre la capitale de l'Amapà, Macapá.

Le fleuve Oyapock, accessible aux pirogues sur la majeure partie de son cours, est traversé en de nombreux autres points par les Amérindiens de la région, soit les Wayana, Teko, Kali'na, Palikur et autres Wayãmpi, dont le territoire est à cheval sur la frontière. Il est également traversé par des migrants économiques brésiliens qui viennent s'installer en Guyane, notamment les chercheurs d'or ou garimpeiros qui remontent l'Oyapock pour exploiter les affluents de l'Oyapock. Des villages de garimpeiros se sont ainsi formés sur les rives brésiliennes de l'Oyapock : en face de la Crique Sikini et Villa Brasil en face du bourg de Camopi (Villa Brasil s'est surtout développé à l'époque où les amérindiens de Camopi ont commencé à toucher des aides sociales). Il y aurait en Guyane 40 000 étrangers en situation irrégulière, voire 200 000 selon les dernières estimations, dont 70% de nationalité brésilienne provenant essentiellement des États pauvres de l'Amapá et du Pará qui profitent de la faible surveillance de la frontière pour venir s'installer en Guyane.

La surveillance des frontières guyanaises constitue le premier cercle de protection du centre spatial situé à Kourou. Les forces armées françaises ont en outre pour mission d'endiguer l'immigration clandestine, et de contrôler les trafics en tous genres en provenance des pays voisins. Le contrôle de la limite entre la France et le Brésil tout comme celle avec le Suriname est rendu très difficile par sa longueur et par la nature des terrains. Hormis dans la zone contiguë à Saint-Georges, les patrouilles de surveillance ne peuvent s'effectuer que par voie fluviale, par les sentes forestières et exceptionnellement par hélicoptère, la canopée rendant difficile tout atterrissage. Le 3e régiment d'infanterie de la Légion étrangère affecte constamment deux sections, relevées tous les mois, à cette mission. Celles-ci, formées au combat en milieu équatorial, s'enfoncent parfois de 50 kilomètres dans la forêt et patrouillent en particulier la zone du haut Oyapock, très isolée à partir de leur base de Camopi, . La gendarmerie, qui dispose d'une caserne à Saint-Georges et d'un détachement de quelques hommes à Camopi, contrôle surtout la RN 2, passage obligé entre la frontière et Cayenne. Les gendarmes de Camopi s'occupent de la surveillance du vaste territoire de cette commune, se rendant une fois par trimestre dans le secteur de Trois Sauts à l'extrême sud de la région.

En haut



Source : Wikipedia