Béziers

3.4451939291792 (1779)
Posté par marvin 15/03/2009 @ 04:11

Tags : béziers, hérault, languedoc-roussillon, france, environnement, as béziers, clubs, rugby, sport

Dernières actualités
L'affiche officielle de la Féria de Béziers (34) signée par ... - CyberArchi.com
L'affiche officielle de la Féria de Béziers - qui se déroulera du 12 au 16 août 2009 -, réalisée par Jean Nouvel, a été présentée le 10 juin 2009 dans les salons du Press Club de France à Paris puis au Théâtre Municipal de Béziers, le vendredi 12 juin...
- My Fair Lady - comédie musicale - viaFrance
Il est bon de flâner dans les ruelles de Béziers ou sur le port de Sète, de se perdre dans les nombreux musées de Montpellier, ville à l'architecture flamboyante, capitale du Languedoc-Roussillon. Les villes du littoral sont, quant à elles,...
Un long passé à fêter en se tournant vers l'avenir - Sud Ouest
Peut-être pas si folle que celle qui a fait trembler les murs du pool-house, dimanche à Jean-Bernège, de retour de Béziers, mais assurément conviviale. Fondé 1934, Tonneins XIII soufflera samedi soir ses 75 bougies avec, cerise sur le gâteau,...
Béziers Dans le champ de melons, - Midi Libre
Touché au niveau du crâne et saignant abondamment, ce dernier, grièvement blessé, a été évacué par les sapeurs-pompiers au centre hospitalier de Béziers avant d'être conduit à Guy-de-Chauliac à Montpellier, au vu de la gravité de sa blessure....
Hérault Recco, auteur d'un triple meurtre à Béziers, est de retour ... - Midi Libre
Près de 30 ans après avoir tué trois caissières dans un supermarché de Béziers, Joseph-Thomas Recco, dit "Thommy", fait cette semaine un retour en force dans l'actualité judiciaire. Demain mardi, France 2 lui consacre son émission Faites entrer...
Conseil général Les projets ouest héraultais soutenus - Midi Libre
Généralisation du revenu de solidarité active (RSA) : signature de convention avec les différents partenaires (CAF de Béziers et Montpellier, Mutualité sociale agricole de l'Hérault), dont une aide départementale de 906 342 € accordée au Pôle emploi...
Assises Meurtre sauvage : les ambiguïtés du père - Midi Libre
Un ancien professeur était sauvagement tué à Béziers fin juin 2006 « Papa, nous, on va passer des années en prison, là tu joues la comédie. Assume et dis la vérité ! » Même son fils Jean-Charles est sorti de sa torpeur médicamenteuse pour tancer...
Le Studio 8 en met plein les yeux - LaDépêche.fr
Une seconde partie qui commence très fort avec « Ellipse », « Mahabharata » et « Delirium » qui ont déjà été présentés aux rencontres départementales, puis régionales de danse à Béziers et lors du concours régional de la Confédération de danse à...
Une affiche de gala, ce samedi, à Espalion - Midi Libre
La sélection d'anciens internationaux : Pigeot (Béziers), Fauvel (Tulle), Norizot (Perpignan), Dupont (Agen), Devergie (Montpellier), Malafosse (Bourgoin, Brive), Delbreil (Agen), Filali (Brive), Faure (Montferrand), Camberrabero (Béziers),...
Vincent Jaca signe au Stade - Sud Ouest
Ce demi de mêlée formé à Cestas, puis aux Damiers de Bègles, a intégré le centre de formation du Stade Toulousain, avant de partir à Castres puis à Béziers. Âgé de 23 ans, 1,78 m, 80 kg, ce jeune garçon revient finalement en Gironde, après avoir côtoyé...

Béziers

Blason de Béziers

Béziers (en occitan, Besièrs ) est une commune française, située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Biterrois et Biterroises. Par sa population, Béziers est la seconde ville du département de l'Hérault et la quatrième de la région Languedoc-Roussillon.

La ville est située dans la plaine héraultaise, dominant l'Orb et le canal du Midi dans un site pittoresque.

Dernier contrefort du Massif central dans la plaine du Bas-Languedoc, Béziers est située à 20 km de la mer Méditerranée et à 50 km des montagnes moyennement élevées du Haut Languedoc telles que le massif abrupt du Caroux (1090 mètres d'altitude) l'Espinouse (1124 m) et les monts de Lacaune dans le Tarn (1267 m).

Bénéficiant d'une superficie communale importante (9 548 hectares), Béziers est la commune la plus étendue du département de l'Hérault. Moins de la moitié de la superficie communale est urbanisée, le reste du territoire est composé d'espaces verts, de zones naturelles protégées et de zones agricoles (environ 2 000 hectares) principalement plantées en vignes.

Du point de vue de l'aménagement urbain, Béziers se développe sur un plateau surplombant à l'est l'Orb, du fait du caractère inondable de la rive ouest de l'Orb, le "Faubourg" situé dans la plaine alluviale.

À la bordure orientale de la vieille ville, les grandes allées Paul-Riquet forment une vaste esplanade à l'emplacement des anciens fossés puis du jeu de Mail. Au nord, elles débouchent sur le théâtre (XIXe siècle); au sud, sur le parc dit Plateau des Poètes (aménagé en 1867). Les autres attractions majeures sont liées à l'Orb : d'abord les neuf écluses de Fonserannes sur le canal du Midi et le pont-canal, plus tardif. Le domaine de Raïssac, près de l'Orb au Nord-Ouest de la ville, a une belle collection de faïences et céramiques et se trouve à la tête d'un domaine viticole de 108 ha.

Les quartiers bourgeois du XIXe siècle se sont développés à l'est des allées, où sont les principaux magasins et, au-delà, hôpitaux, arènes et piscine, lycées, cave coopérative, casernes (actuel site universitaire Du Guesclin) et pompiers. L'expansion vers le nord a été plus tardive, tandis qu'au sud la gare et l'Orb formaient barrière. La croissance récente a occupé de vastes espaces au sud-est, au-delà de la voie ferrée Béziers -Neussargues et jusqu'à l'autoroute A 9, sur près de 4 km : grands ensembles de La Devèze, vaste zone industrielle (Capiscol), hypermarchés avec centres commerciaux (Montimaran, Gayonne), parc des expositions, marché de gros, nouveau stade de la Méditerranée.

La construction est restée modérée sur la rive occidentale, bien que le "Faubourg" y ait accueilli quelques ateliers et une distillerie, des jardins, une Plaine de jeux. Côté sud-ouest, la RN113 est accompagnée d'ateliers et entrepôts jusqu'à Colombiers, dont la zone d'activités de Fontvieille.

Béziers est aussi un « nœud » de voies de communication : au-delà des voies fluviales (Orb et canal du Midi), Béziers est située au carrefour des routes RD612 (de Saint-Pons-de-Thomières, en provenance d'Albi et de Castres, vers Agde), RD613 (de Narbonne à Pézenas) mais aussi le cD11 (vers Capestang et Carcassonne) et le cD909 (vers Bédarieux) Également des autoroutes A9 (vallée du Rhône-Espagne) et l'A75 (l'autoroute du Massif Central).

Béziers est une très vieille ville : 2700 ans d'histoire, qui commence avec l'installation d'une tribu sur les berges de l'Orb à l'ère néolithique, sur le site actuel du Bosquet.

Durant l'âge du fer (VIIIe ‑ IIe siècle avant J.-C.), Béziers constitue l'un des principaux oppida de la Celtique méditerranéenne.

Les Romains chassent les Celtibères dès le Ier siècle av. J.-C. pour s'y installer et y créer une colonie, la Civitas urbs baeterrensis ! Située à quelques kilomètres de la mer Méditerranée sur le fleuve Orb, traversée par la Via Domitia qui relie l'Italie à l'Espagne, Baeterrae, nom antique de Béziers, prospère jusqu'au IIIe siècle av. J.-C. où l'insécurité ambiante amène la cité à construire des murailles.

Les invasions barbares touchent de plein fouet Béziers, au centre d'une Narbonnaise très disputée : d'abord aux mains des Wisigoths au VIe siècle, elle est bientôt conquise par les musulmans au début du VIIIe siècle siècle, puis par les Francs qui, menés par Charles Martel la ruinent en 737. Siège d'un évêché puis bientôt, grâce à Charlemagne, d'un comté, Béziers continue à se fortifier, notamment au début du XIIe siècle, au moment de la grande guerre méridionale entre la maison d'Aragon et la maison de Toulouse, et son enceinte, englobant les bourgs de Capnau, Saint-Aphrodise et Saint-Jacques, prend sa forme définitive.

La cathédrale de Béziers est reconstruite, Béziers intégrée au domaine royal en 1247. La ville est alors aux mains de trois pouvoirs : l'évêché, qui connaît son apogée au XVIe et au XVIIe siècle quand il est occupé par la famille des Bonsi, alliée aux Médicis, le consulat, créé à la fin du XIIe siècle, et enfin le roi, représenté par un viguier pour les affaires judiciaires, puis par un subdélégué de l'intendant à partir du XVIIe siècle.

Béziers n'est pas inquiétée pendant la guerre de Cent Ans.

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine.

Elle sert de base arrière pendant toutes les guerres de l'époque moderne : surtout contre les Habsbourg. Elle n’est réellement en danger qu'en 1710 quand les Britanniques, au cours de la guerre de succession d'Espagne (1701-1714), débarquent à Sète et poussent jusqu'à quelques kilomètres de Béziers avant d'être repoussés par le duc de Roquelaure. Béziers est par ailleurs au cœur de la révolte de Montmorency en 1632 : c'est là que se retrouvent Gaston d'Orléans et le gouverneur de la province au début de la rébellion, c'est là aussi que le roi, par l'édit de Béziers, en octobre 1632, supprime les privilèges de la province, rétablis en 1649.

Au cours du XVIIIe siècle, Béziers prospère, notamment grâce à la culture de la vigne qui lui permet d'être un important centre de négoce d'alcool. Au moment de la Révolution, la ville ne prend pas part au mouvement des fédéralistes.

En 1851, Béziers est une des seules villes à se révolter contre le coup d’État du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Béziers connaît son âge d'or, compromis par la crise de mévente du vin qui survient au début du XXe siècle. La région, touchée plus tard que les autres par le phylloxéra, n'a pas eu trop à en souffrir car l'on sait déjà comment y remédier. Au cours du XIXe, la population passe de 15 000 à 50 000 habitants, la ville s'étend, des arènes sont construites, de grandes artères sont percées, de nombreux immeubles de style haussmannien élevés partout dans la ville, les allées Paul-Riquet dotées de luxueuses façades, d'un riche théâtre, sont fermées au sud par un étonnant parc à l'anglaise réalisé par les frères Bullher paysagistes (le plateau des Poètes) aux essences peu communes sous des latitudes méditerranéennes. De nombreux châteaux sont construits par les vignerons dans les environs, témoins d'une grande prospérité révolue.

En 1907, Béziers est l'épicentre de la révolte des vignerons, et des soldats mutins s'y installent avant d'être envoyés à Gafsa, en Tunisie.

Le 5 juillet 1944, la ville est bombardée par la 15th USAAF et des appareils de la mission Shuttle, avant d’être libérée par la 1re DFL (division française libre).

Après la Seconde Guerre mondiale sonne l'heure du déclin pour Béziers. D'abord la chute des prix du vin, puis la crise des industries classiques. Transformée par la construction de grands ensembles d'HLM (La Devèze) après l'arrivée des rapatriés d'Algérie, Béziers est alors tristement célèbre pour son taux de chômage. À partir du recensement de 1975, la population décline et passe de 80 000 à 70 000 habitants.

Pour autant, Béziers a bénéficié depuis les années 1960 de l'essor touristique du golfe du Lion. Les Biterrois peuvent poursuivre leurs études à Béziers depuis la création de l'IUT en 1992 et du centre universitaire en 1996. La ville connaît actuellement une nouvelle phase de développement associé à un nouvel essor démographique qui profite à l'ensemble de l'agglomération de Béziers, grâce notamment à l'arrivée de l'A75 (Clermont-Ferrand - Béziers) et une répercussion par ricochet de l'effervescence montpellieraine. La réhabilitation du centre historique et les grands projets d'aménagements urbanistiques sont les signes d'un nouveau départ. Depuis 2005, la municipalité, dans le cadre de l'ANRU, a lancé un grand chantier de restructuration du quartier populaire de la Devèze. Le 27 janvier 2008, la "barre Capendeguy", barre HLM de 500 logements construite en 1972, a été dynamitée.

Béziers est le siège d'un tribunal d'instance et d'un tribunal de grande instance.

La démographie de Béziers est de nouveau en plein essor grâce notamment, à l'arrivée du TGV, de l'A75 en 2006, et bientôt le prolongement du TGV à Montpellier fera que la ville devrais gagner encore près de 10.000 habitant d'ici 2015 soit une stabilisation autour des 85.000-90.000 habitants.

Béziers compte 8 collèges dont 3 privés et 5 lycées dont 2 privés.

Le CIRDOC, Centre d'études occitanes, est le plus important centre de recherches sur l'Occitanie du Sud de la France. Avec l’IUT de Béziers (université Montpellier 2) et plusieurs STS/BTS (lycées Jean-Moulin et La Trinité et Henri-IV), et le développement du site universitaire Du Guesclin (université Paul-Valéry, Montpellier-3), Béziers compte aujourd'hui plus de 1 500 étudiants mais ne bénéficie pas encore de toutes les infrastructures d'une ville étudiante : restaurant universitaire privé, pas de cité universitaire, absence de nombreux services universitaires de vie étudiante (SCUIO, SCAC, etc.), absence palliée en partie par les activités du service jeunesse de l'agora.

SUP'EXUP - Écoles privées supérieures d'immobilier et de commerce : Immobilier (école de la FNAIM) Commerce (commerce international, management, ressources humaines)s'implante au centre de Béziers en 2009.

Béziers est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Béziers - Saint-Pons.

Dans une situation géographique privilégiée - 10 km des plages de sable fin de la Méditerranée, 30 km du Haut Languedoc et les massifs montagneux du Caroux et de l'Espinouse – Béziers est une ville d’un peu plus de 70 000 habitants. Installée au cœur d’une région éminemment touristique, elle trouve sa propre place dans ce domaine. Béziers se tourne vers l’avenir à sa manière : en développant très fortement la diversification du tissu économique et les infrastructures d’accès, A 75, TGV vers l’Espagne, et l’agrandissement de l’aéroport…. Il semble que l'ouverture de la ligne régulière Ryanair Béziers/Bristol, depuis le 31 mars dernier, porte très vite ses fruits. Le chiffre est on ne peut plus clair : + 131% de touristes britanniques sur le territoire biterrois en avril 2008, par rapport à la même période de 2007. D'où le calcul de Ryanair et l'enthousiasme de la région biterroise, à l'annonce de l'ouverture, du 19 juillet à fin août 2008 d'une nouvelle ligne test entre Londres/Stansted et Béziers. Les visiteurs britanniques de l'Office de Tourisme sont encore majoritairement originaires du bassin londonien, mais Gallois et habitants de la région de Bristol font une entrée en force.

Une possible gare TGV pourrait être en construction à Béziers Est...

La ville de Béziers fut pendant de nombreuses années la capitale française du rugby. En effet, l'ASBH remporta 11 titres de champion de France entre 1961 et 1984 et joua 15 finales.

En 1968, sous la houlette de Raoul Barrière. L’équipe décroche le titre de Champions de France Juniors. À partir de cette ossature, Raoul Barrière, le « sorcier de Sauclières », construit l'équipe qui rentre dans la légende comme « les invincibles » et qui collectionne les Brennus en 1971, 1972, 1974, 1975, (finaliste en 1976), 1977 et 1978, avec Richard Astre comme capitaine et des joueurs mythiques comme Jean-Louis Martin, Alain Paco, Armand Vaquerin, Alain Estève, Georges Senal, Olivier Saïsset, Jack Cantoni, Henri Cabrol et une longue liste d'internationaux.

Le départ de Barrière et d'Astre, suite a un crise du club, n'empêche pas le succès dans la course au titre en 1980, 1891, 1983 et 1984.

Béziers détient aussi 4 Challenge du Manoir (1964, 1972, 1975 et 1977) et une Coupe de France (1986).

La ville de Béziers compte également un club de rugby à XIII, Béziers XIII.

Mais Béziers est aussi présent dans d'autres sports, comme par exemple le volley-ball, avec l'équipe féminine du Gazélec Béziers Volley-Ball qui joue pour la saison 2008-2009 en Nationale 1 (2ème division). Mais le club à longtemps joué les premiers rôles en championnat élite, avant de connaître la descente en 2008.

On peut également citer le club de football créé en 2007 (par le rapprochement avec l'équipe de Saint Chinian, du FCB et des cheminots), l'AS Béziers, qui évolue en Division d'honneur (6e division) pour la saison 2008-2009.

Également le tennis avec le jeune Richard Gasquet, originaire de Sérignan.

Enfin le baseball avec le baseball Club Biterrois qui évolue pour la saison 2008 en Nationale 1A équivalent de la deuxième division.

En haut



Association sportive de Béziers Hérault

Logo

L'Association sportive de Béziers Hérault (ou AS Béziers, ASB) est un club de rugby à XV français basé à Béziers (Hérault). L'AS Béziers est présidé par Joseph Francis. L'équipe première, entraînée par Jean-François Beltran évolue en championnat de Pro D2 (deuxième division française).

L'AS Béziers évolue au Stade de la Méditerranée (18555 places). Certainement une des équipes les plus emblématiques du rugby français, elle possède l'un des palmarès les plus importants sur le plan national avec onze titres de championnat de France (1961, 1971, 1972, 1974, 1975, 1977, 1978, 1980, 1981, 1983 et 1984), quatre titres du Challenge Yves du Manoir et une coupe de France.

Rélégué en 2005 en Pro D2, le club biterrois y effectue en 2008-2009 sa quatrième saison consécutive.

Fondé en 1911 par Louis Viennet et Jules Cadenat, suite à la fusion du Sporting Club Biterrois et du Midi Athletic Club. C'est à Viennet que l'on doit le terrain du club, un ancien terrain hippique, ainsi que l'ensemble des installations sportives de Sauclières (omnisportives aux débuts), sur les bords de l'Orb. De 1946 à 1950, en conflit majeur avec la fédération française de rugby, le club passa un temps dans le camp treiziste.

Après avoir connu une éclosion au début des années 60, avec 4 finales en 5 ans (et juste un titre en Championnat, un en Du-Manoir, et un en Coupe d'Europe), le Grand Béziers devint le terme consacré pour désigner les diverses équipes de l'ère de domination couvrant les années 1971 à 1984 (avec notamment un pack d'avants ayant laissé une irrésistible impression jusqu'en 1981). Durant ces mêmes treize années, le siège du club était au Café de France, sur les allées Paul-Riquet de la ville (remontées lors des multiples présentations du Bouclier de Brennus aux habitants depuis le balcon du théâtre municipal... avant la poursuite des réjouissances entre joueurs au château de Salliés). La Biterroise, commanditée par Raoul Barrière, est devenue l'hymne du club en 1978.

Le 29 janvier 1972, sept Biterrois font partie de l'équipe de France qui affronte l'Irlande à Colombes (les avants Armand Vaquerin, Alain Estève, Olivier Saisset, Jean-Louis Martin, Yvan Buonomo, le demi de mêlée Richard Astre et l'ailier Jack Cantoni). Le record du FC Lourdes de 1958 est égalé, mais l'Irlande s'impose...

En mai-juin 1972, les sept Biterrois sont retenus pour la tournée australienne. Six le seront en 1974 pour la tournée en Argentine.

Le 1er novembre 1972, l'ASB a l'honneur de disputer le premier match de rugby de l'histoire du nouveau Parc des Princes. Double championne de France en titre, elle bat les Gallois de Neath RFC 29-17.

En 1977, le club compte douze joueurs internationaux en activité.

Trois "Grand chelems" de club sont à mettre à l'actif de l'AS Béziers : durant les saisons 1971-1972, 1974-1975, et 1976-1977, victoires dans les quatre épreuves proposées : Bouclier d'automne - Challenge Jules Cadenat - Challenge Yves du Manoir - Championnat de France.

Au total le club aura fourni 50 internationaux durant son histoire jusqu'en 2005.

L'AS Béziers a mérité ses récompenses de club le plus complet, car elle a une forte tradition de formation (ainsi voir dernièrement l'éclosion de Yannick Nyanga et Dimitri Szarzewski ou plus récemment Matthieu Cossia et Damien Vidal). Mais déjà en son temps Raoul Barrière, avant d'être entraîneur de l'équipe première, avait emmené le club à un second titre junior reichel en 1968 (après celui de 1936),.. et dans les années 1980, une autre équipe de jeunes, emmenée cette fois par Gérard Tugas, avait remporté les titre cadet, junior crabos et junior reichel, entre 1983 et 1986 (cette équipe a ensuite permis d'ailleurs à plusieurs joueurs d'évoluer en équipe première, toujours dans la tradition biterroise).

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

1 Béziers gagna 3 tirs-aux-buts à 1.

En haut



Association sportive de Béziers (football)

Logo

L'AS Béziers était un club français de football fondé en octobre 1911 sous le nom de « Stade Béziers Sport ». Le club change de nom à plusieurs occasion au cours de son histoire. En 1918, le SBS devient le « Stade Olympien Biterrois ». En 1932 il devient « Association Sportive de Béziers » à l'ocassion d'un rapprochement avec le grand club omnisports de la ville, mais cette union ne dure qu'un an.

Dès 1933, le club retrouve son nom de SOB mais en absorbant quatre clubs locaux, il devient l'« Entente Sportive Biterroise » en 1935. Nouveau rapprochement avec l'ASB omnisports en 1939, et le club devient la section football de l'AS Béziers jusqu'aux années 1990. Il disparaît alors...

En haut



Gare de Béziers

TgvDuplexBeziers.jpg

La gare de Béziers est une gare ferroviaire de la commune française de Béziers, dans l'Hérault (Languedoc-Roussillon, France). Elle est située sur la ligne Bordeaux - Sète.

En haut



Arrondissement de Béziers

L'arrondissement de Béziers est une division administrative française, située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon. Sa Chambre de commerce est la Chambre de commerce et d'industrie de Béziers Saint-Pons.

En haut



Béziers XIII

Béziers XIII est un club de rugby à XIII situé à Béziers , dans le département de l' Hérault. Béziers XIII participe au Championnat de France de rugby à XIII Fédérale poule A. Les treizistes biterois sont surnommés les chameaux d'Oc.

En haut



Liste des vicomtes de Béziers

Famille Trencavel

881-897 : Rainard Ier († 897), vicomte de Béziers.

897-920/4 : Boson († 920/4), vicomte de Béziers et d'Agde, fils probable du précédent.

920/4-ap.933 : Théodon, vicomte de Béziers, fils probable du précédent.

969-993 : Guillaume II († ap.993), vicomte de Béziers, fils du précédent.

993-ap.1029 : Garsinde († ap.1029), vicomtesse de Béziers, fille du précédent.

1030-1060 : Pierre Raymond († 1060), comte de Carcassonne, vicomte de Béziers, fils de la précédente.

1099-1129 : Bernard Aton IV († 1129), vicomte d'Albi, de Béziers et de Carcassonne, fils de la précédente.

1129-1167: Raimond Ier Trencavel († 1167), vicomte de Béziers, puis d'Albi et de Carcassonne, frère du précédent.

1167-1194 : Roger II († 1194), vicomte d'Albi, de Béziers et de Carcassonne, fils du précédent.

1194-1209 : Raimond-Roger († 1210), vicomte d'Albi, de Béziers et de Carcassonne, fils du précédente.

La croisade des Albigeois entre dans ses vicomtés vainc Raimond-Roger Trencavel, et attribue ses vicomtés à un des croisés, Simon de Montfort.

1209-1218 : Simon de Montfort († 1210), seigneur de Montfort, vicomte d'Albi, de Béziers et de Carcassonne.

1218-1224 : Amaury de Montfort († 1241), comte de Montfort, vicomte d'Albi, de Béziers et de Carcassonne, fils du précédente.

En 1224, il cède ses vicomtés au roi Louis VIII de France qui les rattache au domaine royal.

En haut



Source : Wikipedia