Aviron

3.3973063973084 (1782)
Posté par woody 18/03/2009 @ 03:16

Tags : aviron, sports nautiques, sport, pékin 2008, jeux olympiques

Dernières actualités
Le club d'aviron de Douai fête ses 100 ans aujourd'hui - La Voix du Nord
Aujourd'hui, rendez-vous dès 14heures au garage nautique, pour le centenaire du club d'aviron. Aujourd'hui, le club d'aviron de Douai, l'Association douaisienne des sports de l'eau (ADSE), fête ses cent ans d'existence....
L'Aviron Bayonnais engage un talonneur - Sud Ouest
Mardi, le talonneur de Graulhet (Fédérale 1), François Da Ros s'engagera avec l'Aviron Bayonnais. Da Ros (25 ans,1,78 m, 100kg) remplace l'Argentin Matias Cortese, en tant que troisième talonneur. François Da Ros a été sélectionné en équipe de France...
Base d'aviron et piscine au menu - La Voix du Nord
Création d'une base nautique pour l'aviron.- De nouveaux locaux vont être construits pour l'aviron au Pointi. Le montant du projet s'élève à 2,3 millions d'euros, dont un million pour la voirie et les fluides. Des subventions seront demandées....
L'Aviron castrais finit la saison en beauté - LaDépêche.fr
Dimanche dernier a eu lieu le tounoi Verhnes organisé comme chaque année à La Bordebasse par l'Aviron Castrais. Il rassemblait 180 enfants de moins de 7 ans, 20 éducateurs de 10 clubs de rugby tarnais et près d' un millier de spectateurs....
Mallett fait tourner - L'Equipe.fr
Il maintient en revanche sa confiance à Craig Gower, le demi d'ouverture d'origine australienne de l'Aviron bayonnais, qui sera cette fois associé à Tito Tebaldi. A noter également la titularisation du troisième ligne Jean-François Montauriol,...
AVIRON CHAMPIONNATS DE FRANCE, BORDEAUX. L'Aviron Émulation ... - Sud Ouest
Il a fini troisième en finale du huit barré, épreuve reine des championnats de France d'aviron, qui s'est terminé les 6 et 7 juin sur le lac savoyard d'Aiguebelette. Les Bordelais, emmenés par les internationaux olympiques, Bastien Ripoll et Sébastien...
Initiation à l'aviron - ESSEClive
Tu es admissible ou tu es à l'Essec, et tu as envie de découvrir l'aviron? Alors le Club Aviron te donne rendez-vous samedi 20 juin à 9h à l'Essec pour un départ groupé vers les étangs de Cergy. Viens profiter des étangs le temps d'une balade sur l'eau...
SAINTE-LIVRADE-SUR-LOT. Portes ouvertes à l'aviron - Sud Ouest
(PHOTO CHristelle creton) Dimanche, les responsables de l'Aviron saint-livradais ont organisé un vide-greniers, sur la place du boulevard de la Tour, et ouvert les portes du club au public. Ainsi, les amateurs, les non-initiés qui souhaitaient...

Aviron (sport)

Aviron en Galice (Puebla del Caraminal)

L'aviron est un sport olympique consistant à propulser le plus rapidement possible un bateau à l'aide de rames, également appelées avirons. Il existe deux sortes d'aviron, l'aviron de mer et l'aviron de rivière.

Les bateaux de course sont longs et étroits pour réduire la résistance de l'eau. Par exemple, la coque d'un huit mesure de l'ordre de 18 m de long pour seulement 55 cm de largeur maximum. La forme de ces bateaux les rend donc instables et susceptibles de se retourner. Le rameur doit être capable d'équilibrer le bateau tout en trouvant un appui dans l'eau le plus puissant possible.

Ce sport peut être pratiqué sur une rivière ou un lac. Les vagues ne permettent normalement pas d'utiliser les embarcations aux normes olympiques sur la mer ou l'océan mais sont possible (voir plus bas: aviron de mer).

Selon le type de bateau, les équipages comportent ou non un barreur.

L'aviron est un sport très exigeant. La distance de course standard de 2 000 m est suffisamment longue pour comporter une phase importante d'endurance, mais suffisamment courte (les temps de parcours varient entre 6 m 00 s et 8 m 00 s) pour ressembler à un sprint. Les athlètes doivent donc avoir d'importantes capacités à la fois en anaérobie et en aérobie. La plupart des muscles du corps (jambes, bras, dos) sont sollicités au maximum. De plus, le coup d'aviron compresse les poumons des rameurs pendant la phase de poussée. Ils doivent donc adapter leur rythme de respiration à la cadence de coups d'aviron, à la différence de beaucoup d'autres sports, comme le cyclisme par exemple, où les compétiteurs peuvent respirer librement.

Le manque relatif de couverture médiatique de l'aviron lui a permis de conserver une atmosphère rigoureuse. De longues heures d'entraînement quotidiennes, quelles que soient les conditions climatiques, ainsi qu'une forte discipline individuelle et au sein de l'équipe sont indispensables, la seule récompense de tous ces efforts étant l'appartenance au haut niveau de la communauté aviron. L'implication intense et désintéressée des rameurs de haut niveau dans leur sport est souvent considérée comme exemplaire.

Le geste du rameur est très technique, tantôt en finesse, tantôt en force; de son exécution parfaite dépend la glisse de la coque. Un rameur qui se révèle être un bon technicien est ainsi en mesure de battre, sur l'eau, des rameurs physiquement plus forts. Le but recherché par le rameur est de faire profiter à la coque de toute sa force de propulsion, sans pour autant la ralentir. Il est donc nécessaire de toujours rechercher les mouvements contraires à la glisse de la coque. Une telle fluidité est très dure à apprendre (le débutant à l'aviron en conviendra), car le mouvement est complexe.

Il existe deux différentes phases dans le coup d'aviron.

Ces phases sont alternées grâce à des mouvements de transition. Plus les transitions sont souples et rapides, plus le mouvement général gagne en fluidité, la fluidité étant la clef de la glisse du bateau.

Les bateaux à l'aviron sont utilisés depuis des siècles mais il n'y a que très peu de mention de courses d'aviron avant le XVIIIe siècle. Une inscription funéraire datant de 1400 avant J.-C. vante les qualités de rameurs d'Aménophis II. Dans L'Énéide, Virgile mentionne la première course d'aviron, organisée par Énée pour les funérailles de son père. Au XIIIe siècle, des festivals véniciens, appelés regata comprenaient des courses d'aviron.

On connaît par contre les changements de matériel comme le siège sur rail, introduit seulement au XVIIIe siècle. Avant, les rameurs étaient sur une planche en bois et mettaient une protection en cuir sur les fesses, protection qu'ils enduisaient de graisse pour glisser. Ou alors les portants: à l'époque, les rames étaient accrochées directement sur le bateau, ce qui réduisaient considérablement leur taille, et donc la force de la poussée dans l'eau. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle, aussi, que les portants furent inventés.

Les premières courses modernes d'aviron ont eu lieu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle entre les rameurs professionnels qui opéraient en tant que taxis sur la Tamise à Londres. Des prix étaient régulièrement remis par la London Guilds and Livery Companies ou par des riches propriétaires du bord de la rivière. Au cours du XIXe siècle, l'aviron est devenu un sport amateur très populaire et ces courses attiraient des centaines voire des milliers de spectateurs. La plus ancienne course toujours existante, la Doggett's Coat and Badge, a été organisée pour la première fois en 1725 et est toujours courue entre le London Bridge et Chelsea.

Des compétitions entre professionnels se sont également développées en Angleterre au cours du XIXe siècle, particulièrement sur la Tyne. En Amérique, les plus anciennes courses remontent à 1756 à New York.

Les compétitions amateurs ont débuté vers la fin du XVIIIe siècle en Angleterre. Il existe peu de document d'époque mais le Monarch Boat Club d'Eton College et l'Isis Club de Westminster School existaient déjà en 1790. Le Star Club et l'Arrow Club de Londres existaient également déjà avant 1800. À l'université d'Oxford, les courses de Bumps ont été organisées pour la première fois en 1815 lorsque les clubs d'aviron de Brasenose College et Jesus College ont organisé leur première course annuelle tandis qu'à l'université de Cambridge, les premières courses remontent à 1827. Brasenose a remporté la première course Head of the River de l'université d'Oxford et prétend être le plus ancien club d'aviron au monde. La course annuelle entre Cambridge et Oxford a eu lieu pour la première fois en 1829 et l'intérêt suscité par cette rivalité à permis à l'aviron universitaire de se développer.

Fondé en 1818, Leander Club est officiellement le plus ancien club d'aviron au monde. Le second plus ancien est Der Hamburger und Germania Ruder Club, créé en 1836. Au cours du XIXe siècle, tout comme en Angleterre, des compétitions entre professionnels sont devenues très populaires aux États-Unis et ont commencé à attirer des foules impressionnantes. Le club d'aviron de Détroit a été créé en 1839 et est le plus ancien club du pays. En 1843, le premier club d'aviron universitaire a été créé à l'université Yale. La course Harvard-Yale est la plus ancienne compétition universitaire aux États-Unis, courrues tous les ans depuis 1852,.

Elle a organisé les premiers championnats d'Europe d'aviron en 1893 et les championnats du monde depuis 1962. L'aviron est un sport olympique depuis 1900 (annulé pour cause de mauvais temps lors des premiers jeux Olympiques en 1896).

La nomenclature suivante est souvent utilisée pour indiquer le type de bateau. Un préfixe H ou F indique le sexe des participant(e)s. Lors de régates nationales on retrouve ensuite la catégorie du rameur, "M" pour minime, "C" pour cadet(-te), "J" pour junior(-e), "S" pour senior(-e) et enfin "V" pour vétéran(-te). Ce préfixe est suivi du nombre de rameurs (1, 2, 4 ou 8). Ensuite, la lettre X symbolise un bateau armé (équipé) en couple (2 avirons par rameur). Son absence signifie que le bateau est armé en pointe (1 aviron par rameur). Enfin, le signe + signale un bateau avec barreur tandis que - désigne un bateau sans barreur. Les bateaux de couple étant généralement sans barreur, ils ne sont suivis ni de + ni de -, sauf s'ils sont barrés.

Il existe de nombreux types de compétitions (appelées aussi régates) en aviron.

Les courses en ligne ont lieu au printemps ou en été. La distance olympique, utilisée aussi dans la plupart des courses en ligne nationales est de 2 000 m mais il existe aussi, pour les seniors, des sprints qui ont lieu sur 1 000 m. Les distances sont adaptées aux catégories : 1000 m pour les minimes, 1500 m pour les cadets et enfin 2000 m pour les juniors et seniors. Toutes ces courses sont dans le domaines de la résistance (effort intense sur des durées de quelques minutes) : elles font intervenir de manière importante (voire prédominante) la filière anaérobie lactique.

Les bateaux sont alignés à l'arrêt au niveau de la ligne de départ dans des lignes d'eau délimitées par des bouées. Lors des évènements importants, les bateaux sont tenus, au départ, soit par des personnes (les teneurs) soit par un sabot (mâchoire qui serre la coque). Ils démarrent au signal visuel de l'arbitre ou des feux de départ. Le gagnant est le bateau qui passe la ligne d'arrivée en premier. Les distances sont adaptées aux catégories. 1000m pour les minimes. 1500m pour les cadets et enfin 2000m pour les juniors et seniors.

Ce type de course a lieu principalement en Angleterre, à l'université d'Oxford et l'université de Cambridge. Les équipages sont répartis le long du parcours à intervalles fixes. Le départ de tous les bateaux est simultané.

Le but est de rattraper le bateau précédent et d'éviter d'être rattrapé par le bateau suivant. Si un équipage en rattrape un autre, une collision (bump en anglais) est déclarée. Les deux équipes se retirent alors de la course.

Le lendemain, l'équipe rattrapante démarre devant l'équipe rattrapée. Les courses s'étalent sur plusieurs jours, et les grilles de départ des années suivantes sont décidées en fonction de leurs résultats.

La distance de course est de 2 000 m.

Les quatre barrés et les deux barrés ne font plus partie des catégories olympiques. On dit que cette décision a été prise pour « faire de la place » aux catégories poids légers. Comme ces bateaux ont été supprimés aux jeux Olympiques, les rameurs ont tendance à délaisser ces épreuves également lors des Championnats du monde.

Les bateaux et les pelles sont conçus selon les standards préconisés par la FISA (Fédération internationale des sociétés d'aviron). Une note technique aux constructeurs est disponible en anglais ICI. La liste des constructeurs mondiaux est quant à elle disponible à cette adresse : Cliquez ici.

Autrefois conçus en bois léger, les bateaux sont désormais conçus en kevlar, fibre de verre ou de carbone. Certains skiffs (embarcation une place) peuvent descendre jusqu'à 12 kg, mais le règlement impose un poids de 14 kg minimum. On distingue, la coque, les portants, et les pelles qui composent l'armement du bateau.

Les principaux constructeurs rencontrés en compétitions internationales sont Empacher, Filippi, Stämpfli, Hudson, Salani, Douglas, Vespoli, BBG et Vega pour les bateaux; Concept2, Croker, Drakkar pour les pelles (ou avirons).

Aussi appelée 'pelle' c'est un élément indispensable pour le rameur qui peut, suivant s'il rame en pointe ou en couple, se servir d'une ou de deux pelles. Au départ en bois' les pelles sont maintenant réalisées pour la plupart en carbone ce qui leur donne une certaine souplesse.

Les ergomètres sont des appareils permettant de simuler le mouvement de l'aviron. Munis de compteurs électroniques, ils estiment les dépenses énergétiques du rameur ainsi que la distance (virtuelle) qu'il parcourt. Ces appareils, très utilisés par les rameurs en complément des sorties sur l'eau et de la musculation générale, permettent aussi d'organiser des compétitions en salle (comme l'open concept 2). Ces compétitions ont lieu généralement sur une « distance » de 2000m pour les juniors seniors, 1500m pour les cadet et 1000m pour les minimes et sont l'occasion pour les rameurs d'évaluer leur condition physique. Le temps d'un rameur sur l'ergomètre fait partie des critères utilisés par les fédérations nationales pour sélectionner leurs équipes.

Les ergomètres ont légèrement évincé les bassins intérieurs (appelés tanks à ramer) qui sont utilisés dans certains clubs pour simuler le mouvement d'aviron mais l'ergomètre ne peut pas remplacer le tank à ramer utilisé par les rameurs pour travailler le geste technique.

Un Championnat du monde universitaire est organisé chaque année par la FISU.

L'aviron universitaire permet aussi, sous l'égide la Fédération Française du Sport Universitaire, les compétitions entre universités et écoles françaises en mer et en rivière.

Pour ce qui est de l'aviron de mer, tous les ans, est organisée la Coupe de France universitaire d'aviron de mer. Il s'agit d'une compétition en trois manches (en 2005 : Brest, La Rochelle & La Grande Motte) où un classement défini à l'issue des trois rencontres décide qui remporte le prix. Sont alliés dans ces étapes de Coupe de France Universitaire des valeurs universitaires de convivialité, d'échange et de sport. La forme de la compétition peut être variable : en bateau ou sur ergomètre, les distances de courses sont aussi variables.

Pour ce qui est de la rivière, est organisé un Championnat de France universitaire. Des sélections académiques ou inter-académiques sont réalisées permettant de se qualifier pour le championnat au cours duquel les titres de champions sont attribués.

Les bateaux d'aviron de mer doivent être plus robustes que les bateaux de rivière afin de résister aux vagues. Ils sont donc en général plus larges et plus massifs que leurs homologues d'eau douce.

Les clubs d'aviron de mer français se rencontrent dans diverses compétitions comme les Championnats de France d'aviron de mer.

Au Espagne (seulement 4 provinces), les trainières (à bancs fixes) sont des embarcations héritées des anciennes barques utilisées pour la chasse à la baleine. Leurs équipages comportent 13 rameurs (sur banc fixe) et un barreur. Historiquement, chaque ville ou village portuaire se devait de préparer un équipage. Les compétitions sont nombreuses et très populaires. Le point culminant de la saison est la régate de la Concha à Saint-Sébastien.

À l'instar des bateaux d'aviron de rivière (à sièges coulissants), les bateaux d'aviron de mer deviennent de plus en plus sophistiqués et sont maintenant construits généralement en fibre de carbone. De plus, d'autres idées d'optimisation comme les portants mobiles, interdits pour les compétitions officielles de rivière, sont testées et développées.

Depuis 1981 et la traversée de l'Atlantique par Gérard d'Aboville en solitaire à la rame, plusieurs rameurs ont tenté et réussi ce genre d'exploit à bord de canots insubmersibles et habitables, créant ainsi un renouveau de cette forme d'aviron.

L'activité physique en mer sur des yoles propulsées par des avirons ou des rames se pratique avec sièges coulissants ou bancs fixes.

En Australie est né le surfboat, un type d'aviron de mer très intense. Les équipages sont composés de 4 à 8 rameurs et d'un barreur. L'embarcation est une chaloupe très robuste capable de résister à de grandes vagues. L'épreuve classique consiste à embarquer depuis la plage, franchir la zone où de puissants vagues cassent, rejoindre une bouée au large, faire demi tour, et enfin, utiliser les vagues déferlantes pour rejoindre la plage. Ce sport fait référence au travail des sauveteurs de plage et peut donc être considéré comme du sauvetage sportif.

Pour compléter le paysage très riche des régates d'aviron en rivière et en mer, on trouve des rencontres où l'aspect compétition passe au second plan : les régates dites loisirs ou randonnées. Elles rassemblent des pratiquants expérimentés ou pas, jeunes ou moins jeunes, et ont pour vocation de développer des relations conviviales entre les participants, de faire découvrir des plans d'eau ou des cultures.

Paris 1900 · Saint-Louis 1904 · Londres 1908 · Stockholm 1912 · Anvers 1920 . Paris 1924 · Amsterdam 1928 · Los Angeles 1932 · Berlin 1936 · Londres 1948 · Helsinki 1952 . Melbourne 1956 · Rome 1960 · Tokyo 1964 · Mexico 1968 · Munich 1972 · Montréal 1976 . Moscou 1980 · Los Angeles 1984 · Séoul 1988 · Barcelone 1992 · Atlanta 1996 . Sydney 2000 · Athènes 2004 · Pékin 2008 .

En haut



Aviron aux Jeux olympiques d'été de 2004

Rowing pictogram.svg

Aux jeux Olympiques d'Athènes, les épreuves d'aviron (sport) ont lieu au Centre Olympique d'aviron de Schinias. 192 femmes et 458 hommes disputent les 14 épreuves de ce sport apparu pour la première fois aux Jeux en 1900 pour les hommes et aux Jeux de 1976 pour les femmes.

Pour les résultats détaillés, voir Aviron aux jeux Olympiques de 2004, résultats détaillés.

Paris 1900 · Saint-Louis 1904 · Londres 1908 · Stockholm 1912 · Anvers 1920 . Paris 1924 · Amsterdam 1928 · Los Angeles 1932 · Berlin 1936 · Londres 1948 · Helsinki 1952 . Melbourne 1956 · Rome 1960 · Tokyo 1964 · Mexico 1968 · Munich 1972 · Montréal 1976 . Moscou 1980 · Los Angeles 1984 · Séoul 1988 · Barcelone 1992 · Atlanta 1996 . Sydney 2000 · Athènes 2004 · Pékin 2008 .

En haut



Aviron aux Jeux olympiques d'été de 1924

Rowing pictogram.svg

Cette page présente les résultats des compétitions d'aviron (sport) aux Jeux Olympiques d'été de 1924.

Paris 1900 · Saint-Louis 1904 · Londres 1908 · Stockholm 1912 · Anvers 1920 . Paris 1924 · Amsterdam 1928 · Los Angeles 1932 · Berlin 1936 · Londres 1948 · Helsinki 1952 . Melbourne 1956 · Rome 1960 · Tokyo 1964 · Mexico 1968 · Munich 1972 · Montréal 1976 . Moscou 1980 · Los Angeles 1984 · Séoul 1988 · Barcelone 1992 · Atlanta 1996 . Sydney 2000 · Athènes 2004 · Pékin 2008 .

En haut



Source : Wikipedia