Apt

3.3952218430258 (1465)
Posté par talos 01/03/2009 @ 18:06

Tags : apt, vaucluse, provence-alpes-côte d azur, france, environnement

Dernières actualités
Party Poker propose des qualifications en ligne pour l'APT Macau - PokerWorks France
L'année dernière, Yevgeniy Timoshenko avait remporté le tournoi Mainj Event de l'APT pour un gain de 3812200$HK! Les tournois satellites commencent à partir de seulement 3$ de buy-in! Tournoi Speed à $8+$1 de buy-in . 1 joueur sur 10 gagne une entrée...
StormOS beta "Hardy Hail" - QuebecOS
StormOS est une distribution basée sur Nexenta Core Plateform 2.0 alliant le noyau OpenSolaris, les utilitaires Debian comme APT et les paquets Ubuntu (Ubuntu 8.04 LTS). Nous vous en parlions dernièrement lors de la sortie de la version développement...
Satellites online - Des packages pour l'APT Macao 2009 à gagner ... - Pokernews.com
Le Main Event de 5 jours, d'un buy-in de de 21.000 HK$ (environ 4.400 $US) devrait attirer plus de 400 participants, tous désireux de succéder au philippin Neil Arce, dont la victoire à l'APT Manille au mois de janvier dernier lui avait rapporté...
Les prochains X-Men et Superman par Bryan Singer - Actu Ciné
Avec 'Apt Pupil', 'X-Men' et maintenant 'Walkyrie', j'ai vécu dans cet univers nazi pendant un bon bout de temps. J'ai juste besoin de faire un petit break avant que je ne refasse la même chose. » Bryan a su donner un nouveau départ au super-héros...
Le décret de renouvellement du classement du parc naturel régional ... - kairn.com
... sur la totalité des territoires des communes suivantes : Dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, La Bastide-des-Jourdans, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet,...
La femme qui avait disparu a été retrouvée - La Provence
Des recherches entreprises hier jusqu'en fin de journée dans le triangle Forcalquier-Manosque-Céreste (Alpes-de-Haute-Provence) pour tenter de retrouver une femme dépressive d'une quarantaine d'années domiciliée à Apt, et qui avait disparu de son...
Quatre Barsacais dans le peloton - Sud Ouest
Le Bordeaux-Sète représente pour les clubs cyclo de la région, avec le Bordeaux-Apt, l'épreuve reine de la saison. Cette année encore un record d'affluence, presque un millier de participants se sont élancés depuis Artigues-près-Bordeaux, le jeudi pour...
Sur la route du Luberon - Sud Ouest
Entre deux promenades, logés dans un hôtel trois étoiles au coeur du village d'Apt, ils se sont livrés à un véritable plaisir des sens avec senteurs des lavandes, dégustation de confitures, de fruits confits, de rosé de Provence bien frais et avec...
Parmi les plus beaux détours - DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace
Ce document, réalisé depuis sa création avec l'expertise de Michelin, permet de découvrir les 100 Plus Beaux Détours de France : de Bergues à l'extrémité Nord jusqu'à Sartène à l'extrémité Sud, avec en 2009 de nouvelles villes adhérentes : Apt, Givet,...

Apt (Vaucluse)

Blason ville fr Apt (Vaucluse).svg

Apt (en occitan provençal: At / Ate selon la norme classique et la norme mistralienne) est une commune française, sous-préfecture du département de Vaucluse, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Aptésiens ou Aptois.

Faelicibus apta triumphis (Depuis le XIVe siècle).

Apt est située sur l'ancienne voie Domitienne. Son centre ville, groupé autour de la cathédrale Sainte-Anne, occupait jadis une île.

La ville s'est construite dans une vallée entre le Massif du Luberon et les Monts de Vaucluse.

Le reste, sur la partie à l’ouest de la commune d’Apt, au début de la vallée du Calavon, entre Gargas et Apt, est une succession de sols (Jurassique supérieur, Crétacé, Paléocène) avec calcaires argileux, marnes bleues, calcaires à faciès Urgonien, calcaires argileux, sables est argiles du paléokarst…

Apt a un sens particulier pour les géologues puisqu'il est à l'origine de la couche géologique que l'on nomme l'Aptien (Crétacé inférieur, entre -125 Ma et -112 Ma.).

La ville est traversée par le Calavon.

Cinq rivières : le Calavon, la Dôa, la Riaille, la Marguerite, le Rimayon.

Les premiers habitants de ce qui deviendra plus tard Apt se sont installés sur deux sites préhistoriques de grande importance pour l’archéologie régionale. Le premier était situé aux Agnels, proche du hameau du même nom, près du ruisseau de la Mauragne. Il a livré un important matériel mésolithique daté d’entre -9 000 à –6 000 avant notre ère. Plus de cinq mille silex taillés y ont été répertoriés correspondant à huit types différents. Les chasseurs-cueilleurs, qui ont fréquenté ce lieu de rendez-vous, consommaient de l’auroch, du cerf, du sanglier et du lapin. Le second à Roquefure, sur la rive gauche du Calavon, a permis d’étudier neuf niveaux archéologiques allant de la fin du paléolithique jusqu’à celle du néolithique.

La cité d’Apt fut fondée en –45 sur ordre de Jules César et achevée en cinq ans. Elle prit le nom de Colonia Apta Iula Vulgentis et devint la capitale de la tribu des Vulgientes. Plusieurs oppida prè-romains ont été construits sur les hauteurs de la ville, afin de la protéger et de maintenir la paix. Certains d'entre eux sont rasés par les Romains (comme l'oppidum de la colline du Pérréal). La cité Julienne est désormais l'une des étapes importantes sur la Via Domitia unissant Rome à l’Espagne.

À l’époque de la Gaule narbonnaise dont Apt est l'une des vingt-quatre cités, avec environ 10 000 habitants, deux inscriptions notent que la ville est alors connue sous les noms de col. Iul. Apta et de Nymphus Attis.

Apta Julia atteint sa plus grande prospérité au IIe - parmi ses concitoyens la cité s’honore alors d’avoir Marcus Cornelius Fronton, l’ami des empereurs Hadrien et Antonin le Pieux qui sera le précepteur de l’empereur Marc Aurèle - et au IIIe siècle.

La cité est dotée d’un Forum, d’un Arc de Triomphe, d’un Capitole, de temples, de thermes et d’un théâtre. Les fouilles ont permis de calculer qu’il était équivalent à celui d'Orange.

L’évêché d’Apt fait parti des seize diocèses dont les évêques sont présents ou représentés à Arles lors du premier concile d’Occident en 314.

La ville se dote de fortifications dès le Haut Moyen Âge. mais est néanmoins pillée par les Sarrasins vers 895.

Du Xe au XIIe siècle, c'est une co-seigneurie des évêques et des seigneurs d'Agoult-Simiane, puis jouira d'une administration consulaire jusqu'au milieu du XIIIe siècle.

1258 est une année clef pour les Aptésiens. Sous la pression de Charles 1er d’Anjou, comte de Provence, Apt comme toutes les grandes villes du comté se voit supprimer son «consulat». L’antique sceau marqué « Sigillum Comitii Aptensis » est alors remplacé par celui frappé aux armes d’Anjou et d’Aragon (or et sang) et porte désormais gravé « Sigillum Curiae Civitas Aptensis».

La cité est alors administré par Pierre Bayle, son prince-évêque qui a la haute main sur le quartier de la Bouquerie, et par un bayle nommé Petrus (Pierre) qui administre le quartier Saint-Pierre.

Le bayle ou bailli, qui était juge comtal, a sous sa juridiction toute la région comprise entre la Durance et le comté de Sault suivant une diagonale allant de Saint-Martin-de-Castillon à Mérindol.

Les princes-évêques d’Apt furent amenés à jouer un rôle international. En 1286, alors que Charles II le Boiteux, héritier du comté de Provence, était prisonnier de Jacques d’Aragon qui s’intitulait roi de Sicile, les deux princes parviennent à conclure le traité de Cefalù. Sa copie est portée au pape Honorius IV par le prévôt et l’évêque d’Apt Raymond 1er de Bot. Mais le pontife refuse de l’entériner et le casse par une bulle du 4 mars 1287.

Seconde date importante au Moyen Âge pour la cité Julienne, celle du 28 mars 1362 où est ouvert le premier registre des délibérations municipales. C'est grâce à lui que nous savons qu'en 1365, les syndics de la ville offrent des fruits confits d’Apt au pape Urbain V.

Le marché hebdomadaire d’Apt a atteint une notoriété qui dépasse largement le cadre local et même régional. Sa tenue est due à deux René. Tout d’abord le Roi René qui en 1470 accorde à la cité le droit de tenir marché tous les mardis. Puis en 1523, René de Savoie, dit le Grand Bâtard, comte de Tende et gouverneur de Provence le déplace du mardi au samedi matin.

Cette période idyllique va prendre fin en pleines vendanges au cours du mois de septembre 1540. Le nouvel évêque d'Apt, Pierre de Forli, fait arrêter Louis Serre et son beau-frère Collin Pellenc, vignerons au Plan d'Apt alors qu'ils descendent leurs raisins dans leur cave de la rue Bouquerie.

Pellenc, par deux fois, avait été inquiété par le Tribunal de l'Inquisition en 1532 et 1535. Reconnu récidiviste, il est condamné à être brûlé vif au Postel, sur la place des Jacobins.

C'est le point de départ d'une répression massive contre les Vaudois du Luberon et leurs barbes. Le Parlement d'Aix-en-Provence, sous la présidence de Jean Maynier d'Oppède, publie de 18 novembre 1540, l'Arrêt de Mérindol qui condamne 49 personnes nommément désignées à être brûlées vives.

En 1660, la reine Anne d'Autriche vient à Apt rendre ses vœux à Sainte Anne.

En 1770, François et Jacques Moulin, fils de César, le maître faïencier de Castellet, s’installent à Apt. En travaillant et en mêlant différentes argiles, ils vont inventer la «marbrure aptésienne». Leurs successeurs au XIXe siècle fabriquent des assiettes en forme de feuilles de vignes qui sont de nos jours particulièrement recherchées. Au XXe siècle, la tradition a été reprise par Léon Sagy et les Bernard.

Apt est libérée le 22 août 1944 par la 36e division d’infanterie britannique.

Charles Rostaing, le grand spécialiste de la toponymie provençale, suggère comme origine de son nom une racine ligure HATH correspondant à un oronyme (nom de montagne).

Au XVIIe siècle, Joseph-François de Rémerville, dans son Histoire de la ville d'Apt appelle son terroir « une fontaine de vin et d'huile » (vini et olei ubera).

La jolie ville d'Apt dans le Luberon est depuis sept siècles la capitale du fruit confit, une spécialité dont les papes d’Avignon étaient très friands.

Apt détient une équipe de Rugby à XIII qui évolue en division nationale depuis quelques années et dont les résultats sont très prometteurs.

La maison de retraite Le Lavandin sur les hauteurs d'Apt a une capacité de 34 lits.

Le cœur de la ville est ancien avec plusieurs rues pittoresques (comme la rue des Marchands) et passages sous voûtes.

Ce sont les seuls vestiges des anciennes fortifications de la cité julienne. Par décision du Conseil de Ville, datée du 13 avril 1336, les ruines de la cathédrale paléochrétienne furent démantelées pour en «employer les pierres à la construction de nouvelles tours » renforçant les remparts.

Apt était une ville-close c’est-à-dire une cité fortifiée derrière ses remparts pour se mettre à l’abri des « pilleries, roberies, larcins et autres maléfices faits par le temps de guerre ». La cité était protégée par ses vingt-sept tours qui abritaient chacune une compagnie de huit arbalétriers, soit un total de deux cent seize hommes de traits.

La cité était à la fois protégée par son enceinte et par les deux bras du Calavon qui l'encerclait.

Des remparts du XIVe siècle, seule a subsisté une tour ronde, dite « Tour de l'Hôpital ». Sans doute endommagée, elle fut à nouveau adjugée à prix-fait le 3 novembre 1376. Les murs devaient avoir deux mètres vingt-cinq d’épaisseur aux fondations et deux mètres au-dessus de la terre. Couronnées de merlons, de créneaux et de mâchicoulis, la tour protégeait des remparts de deux mètres d’épaisseur. Elle était défendue par trois arbalétriers au rez-de-chaussée et par cinq au premier étage.

La porte de Saignon était l’une des six portes d’Apt et donnait accès à la partie est de la ville. Construite en petit appareil au cours du XIVe siècle, elle avait remplacée une porte antérieure du XIIe siècle. Elle s’ouvrait sur l’actuelle rue Saint-Pierre nommée alors rue des Briard (Carriera Biodorum) du nom d’une famille de Gargas qui y possédait un four à pain.

Le Portalet, autre porte de la ville, s’ouvrait en face de la passerelle piétonne enjambant de nos jours le Calavon.

Le célèbre Cours fut créé en 1535, il prit la place des prés du Clos qui jouxtaient les remparts et la Porte de Saignon. Longtemps terrain de jeu exclusif des pétanqueurs et de toute la gens bouliste, il est actuellement transformé en parking dans sa partie septentrionale. Sa partie méridionale est ornée d'une fontaine monumentale baptisée « Fontaine de l'Éléphant ». Ce fut au XIXe siècle qu'il prit le nom de Cours Lauze de Perret.

En haut



Arrondissement d'Apt

Arrondissement d'Apt (84).PNG

L'arrondissement d'Apt est une division administrative française, située dans le département de Vaucluse et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Composition à peu de choses près identique à la configuration actuelle, hormis le canton de Cavaillon, jusque-là rattaché à l'arrondissement d'Avignon.

À noter que, de 1926 à 1933, la sous-préfecture fut déplacée d'Apt à Cavaillon et que l'arrondissement fut dit arrondissement de Cavaillon.

En haut



Jay Apt

Jerome Apt.jpg

Jay Apt est un astronaute américain né le 28 avril 1949.

En haut



Castor d'Apt

Saint Castor d’Apt évêque d'Apt (après 350 - avant 426), dit San Castré en provençal. La fête de saint Castor, patron de son évêché, est célébrée le 21 septembre.

On connait peu d'éléments fiables sur sa vie. Castorius est dit originaire de Nîmes (Nemus) où il serait né vers le milieu du IVe siècle. Arles était alors la capitale de l'Empire d'Occident et le jeune rhéteur y exerça son métier d'avocat.

Il épousa, en 395, une belle arlésienne dont la famille originaire du Luberon y possédait de nombreux domaines. La légende veut que le couple, avec leur fille Perculiarita, ait choisi la vie monacale.

Certains hagiographes expliquent qu'ils auraient vécu reclus près de Sabran (Gard), au mas Saint-Castor près de Mégier, d'autres affirment qu'il se serait retiré près de Ménerbes où il aurait fondé à Manancha un monasteriolum (monastère) placé sous le vocable de Beati Faustinus (saint Faustin, l'évêque de Lyon).

À Ménerbes, dans une grotte, une source ferrugineuse nommée San Castré rappelle encore le souvenir du futur évêque d'Apt. De plus, un lieu-dit, au quartier du Levant, dénommé Pied de Moustier (podium monasterium), marque le lieu d'implantation du monastère dédié à Saint-Faustin de Manancha détruit en 576 par des hordes de Saxons et de Lombards.

Ami de Jean Cassien, le fondateur de l'abbaye Saint-Victor de Marseille, en 416, il lui demanda de rédiger ses Institions Cénobitiques et ses Conférences sur la formation des cénobites dont la 9e Conférence sur la prière. Trois ans plus tard, il fut choisi par la communauté des fidèles pour monter sur le siège épiscopal d'Apt.

On peut penser que Jean Cassien, qui le nommait homme de toutes les vertus et de toutes les sciences ne fut pas étranger à ce choix.

La tradition veut que dès le début de son épiscopat, il ait fondé à Apt un couvent dédié à saint Baché. Deux ans plus tard, les Barbares déferlèrent sur la Provincia dispersant la communauté chrétienne du pagus Aptensis.

Il mourut après avoir assisté au concile de Valence. Son corps fut déposé dans un petit oratoire dédié au saint Sauveur situé dans la partie méridionale de sa cathédrale qui fut dès lors connue sous le nom de Sainte-Marie et Saint-Castor. Ses reliques furent transférées en 1179 dans la nouvelle cathédrale et déposées dans la crypte par l'évêque Pierre de Saint-Paul (1162-1182).

En haut



Liste des évêques d'Apt

Selon la tradition, le diocèse d'Apt aurait été fondé par saint Auspice, envoyé par saint Clément dans cette ville, dont il serait devenu évêque et où il aurait subi le martyre en l'an 102. Cependant l'existence de l'église d'Apta Julia ne nous est révélée qu'en 314, par la présence d'un représentant de son église au concile d'Arles. Le premier évêque certain d'Apt, parce que cité dans des documents liturgiques contemporains, est saint Castor.

Le diocèse d'Apt se confondit d'abord avec la Civitas Aptensium des romains, comprenant l'ancien domaine des Vulgientes (vallé du Calavon). Il fut borné, au nord, par le diocèse de Carpentras, à l'est, par le diocèse de Sisteron, au sud, par le diocèse d'Aix, et, à l'ouest, par le diocèse de Cavaillon. L'évêque d'Apt était le suffragant de l'archevêque métropolitain d'Aix.

Le diocèse comprenait deux abbayes d'hommes : Saint-Eusèbe et Valsaintes et deux abbayes de femmes : Sainte-Catherine et Sainte-Croix.

L'évêché d'Apt fut supprimé par le concordat de 1801 et son diocèse rattaché pour sa plus grande partie à l'archevêché d'Avignon, tandis que la haute vallée du Calavon était rattachée à l'évêché de Digne.

En haut



Source : Wikipedia