Angoulême

3.3907967033306 (1456)
Posté par seb 05/03/2009 @ 04:11

Tags : angoulême, charente, poitou-charentes, france

Dernières actualités
RUGBY FÉDÉRALE 3, ANGOULÊME. Les rugbymen, malgré la montée en ... - Sud Ouest
Ainsi, le nom d'Éric Caute revient souvent, que ce soit à Angoulême ou à Cognac. Le SCA ne cache pas chercher un renfort de qualité en première ligne. Et le talonneur de l'USC, qui connaît bien la maison ciel et blanche, devrait quitter le club à la...
La LGV Tours-Angoulême est déclarée d'utilité publique - Actu-environnement.com
La réalisation du tronçon Tours-Angoulême de la ligne à grande vitesse Sud-Europe-Atlantique (LGV SEA) a été déclarée d'utilité publique dans un décret publié au Journal officiel du 12 juin 2009, signé par le Premier Ministre, Jean-Louis Borloo,...
Social: une mobilisation minimale dans les rues d'Angoulême - Charente Libre
C'est en substance le discours des syndicats après la manifestation qui a réuni à peine 400 personnes - 1.000 selon la CGT - samedi matin dans les rues d'Angoulême. Loin, très loin même des records du début de l'année où 25.000 et même 30.000 personnes...
LGV Tours-Angoulême "d'utilité publique" - leJDD.fr
Après la section de 121 km entre Angoulême et Bordeaux en juillet 2006, la réalisation du tronçon Tours-Angoulême de la ligne à grande vitesse Sud-Europe-Atlantique (LGV SEA) a été déclarée d'utilité publique et sa construction est urgente,...
Musée de la BD à Angouleme - Graphivore
L'Inauguration du "Musée de la bande dessinée" d'Angoulême se déroulera le samedi 20 juin à 15 heures. Le nouveau Musée de la bande dessinée sera un lieu de mémoire, de découverte et de plaisir. Lieu de mémoire où sera retracée l'histoire de la bande...
Le futsal atteint son but - Paris Normandie
Le fair-play a été gagné par Angoulême poule 1 et Saint-Ouen poule 2. Les jeunes officiels de l'UNSS ont arbitré tous les matches supervisés par MM. Thenne, Delcourt, professeur d'EPS, et Bertrand Delas (ligue de football), les conseillers techniques...
Panosol' étend son réseau solaire - LaDépêche.fr
Elle possède déjà huit agences en Midi-Pyrénées et en Aquitaine et a prévu d'en ouvrir six autres sur le même modèle en septembre, à Bergerac, Rodez, Bordeaux, Angoulême, La Rochelle et Nantes. Dans chacune, se trouvent un commercial, un assistant et...
LA COURONNE. Musique au moulin de La Courade - Sud Ouest
En effet, le succès de cette journée est dû à cet endroit magique, mais aussi au grand concert qui ya été organisé par le Conservatoire de musique d'Angoulême. Dimanche 7 juin à 15 h 30, 80 musiciens de l'orchestres symphonique de Gabriel-Fauré,...
Roland brise enfin les barreaux d'Intramuros - Charente Libre
Loin de cette «montée d'adrénaline» qu'il vivait avec un plaisir non feint lors des braquages et des attaques de fourgons blindés qui l'ont conduit de maisons d'arrêt en quartiers de sécurité, en passant par Angoulême où il se fait «serrer» en 1986 un...

Angoulême

Topographie de la ville d'Angoulême

Angoulême (en saintongeais Engoulaeme) est une ville française, préfecture du département de la Charente, dans la région Poitou-Charentes, créée dans une boucle de la Charente. Capitale de l'Angoumois, elle a longtemps été une place forte au carrefour de plusieurs routes importantes plusieurs fois assiégée. Elle fait partie d'une agglomération qui est l'une des plus industrialisées de la région (papeterie à partir du XVIe siècle, fonderie et électromécanique dans une période plus récente).

Ses habitants sont les Angoumoisins, Angoumoisines.

Angoulême est située dans une boucle de la Charente, limitée en amont par la confluence de la Touvre et en aval celles de l'Anguienne et des Eaux-Claires.

Les formations du Jurassique supérieur avec dispositions d'est en ouest d'affleurements de plus en plus récents débordent la rive droite de la Touvre et donc se situent dans la partie nord d'Angoulême.

La ville s'est créée sur le plateau calcaire qui domine à pic la boucle du fleuve, une formation du Crétacé supérieur qui forme un plateau découpé de vallées parallèles.

Ce plateau calcaire comporte des cavités naturelles réaménagées par l'homme sous forme de trois à quatre étages de caves dont certaines comportent des silos à grains antiques.

La partie ancienne de la ville est bâtie sur le plateau, éperon rocheux créé par les vallées de l'Anguienne et de la Charente, à une altitude de 130 mètres, alors que la berge du fleuve, la partie inondable est à 27 mètres. Angoulême est caractérisé par la présence de ses remparts sur un à-pic de 100 mètres.

Angoulême se trouve au croisement d’un important axe nord-sud, la N 10 Paris-Bordeaux, et de l’axe est-ouest Limoges-Angoulême-Saintes, la N 141. Angoulême est aussi reliée à Périgueux par la D939 et à Saint-Jean-d'Angely par la D939.

Par le train, la ligne Paris-Bordeaux, empruntée majoritairement par des TGV, passe par Angoulême et le TER Limoges-Saintes assure les correspondances.

Par l'eau, même si actuellement le fleuve Charente n'est plus utilisé que pour le tourisme, il a été la voie de communication durant XXe siècle et le port de l'Houmeau a été très actif.

L' Aéroport international Angoulême-Cognac est à Brie-Champniers.

Le vieil Angoulême est la partie ancienne, entre le rempart et le centre ville aux ruelles tortueuses et petites places. Le centre ville, situé aussi sur le plateau a été dépeint par Honoré de Balzac dans « Les Illusions Perdues » : « en haut la noblesse et le pouvoir». Château, mairie, préfecture, cathédrale et riches demeures s'y côtoient. Mais contrairement au vieil Angoulême, l'ensemble du centre ville a été très remanié au XIXe siècle.

Autour, les anciens quartiers étaient au nombre de cinq, l'Houmeau, Saint-Cybard, Saint-Martin, Saint-Ausone et La Bussatte. Le quartier de l’Houmeau est quant à lui désigné sous la plume de Balzac par un « en bas le commerce et l’argent »; car ce quartier vivait du commerce, des bateliers et de leurs gabarres. Le port de l'Houmeau fut créé en 1240 sur la rive du fleuve. Il marquait le début de la partie navigable, qui allait d'Angoulême à la mer. Saint-Cybard, sur la rive de la Charente s'est créé autour de l'abbaye Saint-Cybard puis est devenu un quartier industriel et ouvrier avec ses papèteries, en particulier le Nil. Saint-Martin, Sainte-Ausone, est un quartier formé de deux anciennes paroisses à l'intérieur des remparts. La Bussatte Champ de Mars est une esplanade transformée aujourd'hui en centre commercial, et jouxte Saint-Gelais.

Soyaux, Puymoyen, La Couronne, Saint Michel, Saint Yrieix, Fléac, Gond-Pontouvre, L'Isle-d'Espagnac qui font toutes partie de la COMAGA, la communauté d'agglomération.

Le climat est encore océanique et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Le quartier de l'Houmeau, l'ancien port sur la Charente est en zone inondable et lors des crues les rues sont coupées de façon très habituelle.

Depuis l'Antiquité, le nom de la ville a connu de nombreuses variantes : Engolma, Egolesma, Engolisma (cartulaire des églises d'Angoulême),Equalisma, Iculisma, Civitas Engolismensium (Notitia provinciarum civitatum Galliae). Aucune étymologie convaincante n'a été proposée à ce jour. Angoulesme est l'ancien nom porté par la ville. Avec le temps, comme beaucoup de mots de la langue française, Angoulesme perdit son 'es' qui se transforma en 'ê' ('e' accent circonflexe).

L’histoire de la ville est très mal connue avant la période romaine : on sait simplement que la colline était occupée par un oppidum, dont des traces ont été trouvées lors des fouilles du cimetière Saint-Martial sous le nom d’Iculisma. Sa monnaie était Lemovice.

La ville qui n'était pas sur les grands axes routiers était considérée pas le poète Ausone comme une petite bourgade. Aucun monument romain n'est retrouvé, mais elle bénéficie de la pax romana et commerce par le fleuve. Elle connaît une période prospère à la fin de l’Empire romain. Le promontoire rocheux qui domine la Charente de 80 mètres et l'Anguienne de 60 mètres formant une position stratégique, elle est érigée au rang de capitale de civitas (fin IIIe ou IVe siècle), et la première forteresse date de la fin de l'Empire romain. Le rempart du Bas-Empire qui entourait 27 hectares a été entretenu jusqu'au XIIIe siècle. Le réseau de voies romaines est alors réorganisé en sa faveur entre Poitiers et Bordeaux .

Le premier évêque d'Angoulême sera Saint Ausone au IIIe siècle. Cette importance permet aussi l’implantation d’un comte au VIe siècle Turpion (ou Turpin) (839-863), conseiller de Charles le Chauve. Cependant, elle est systématiquement rattachée aux différents royaumes aquitains, et la fin de l’Antiquité pour la ville est à situer en 768, quand Pépin le Bref vainc Hunald II et l’amarre au royaume franc.

La ville, tenue par les Wisigoths, fidèle de la version arianiste du christianisme est assiégée une première fois par Clovis en 507 après Vouillé, puis prise en 508. Les chroniqueurs Grégoire de Tours, Adémar de Chabannes rapportent un nouveau phénomène miraculeux : Clovis recevant une aide divine pour combattre les hérétiques aurait vu les murailles redoutables de la ville s'écrouler à son approche, tel Josué à Jéricho, sans même avoir recours aux trompettes ! .

Au cours de la bataille, cependant Clovis aurait été gravement blessé à une jambe, sans doute une fracture. Le fait est rapporté par la tradition, et sur une tour de la 2e enceinte figure une jambe sculptée qui est dite « jambe de Clovis ».

Lors de son passage à Angoulême, après avoir fait passer la garnison au fil de l'épée, Clovis fit abattre l'ancienne cathédrale pour en rebâtir une nouvelle, portant le nom de Saint-Pierre. Subsistent de cet édifice deux chapiteaux sculptés en marbre qui encadrent la baie d'axe dans l'abside de l'actuelle cathédrale.

Au VIIe siècle saint Cybard est resté reclus, dans une grotte située sous le rempart nord d'Angoulême, en prolongement du Jardin Vert, ce qui provoque la création de la première abbaye, l’abbaye Saint-Cybard, alors que la création de la première abbaye de femmes, l’abbaye Saint-Ausone se fait sur la tombe du premier évêque de la ville.

En 848, Angoulême est pillée par le chef viking Hasting. En 896 ou 930 la ville subit une nouvelle attaque des envahisseurs vikings. Mais cette fois ils se heurtent à une résistance efficace. Guillaume Ier, troisième comte d'Angoulême, à la tête de ses troupes, leur livre un combat décisif. Au cours de cet engagement, il aurait fendu à mi-corps, d'un magistral coup de taille le chef normand Stonius, ainsi que son casque et sa cuirasse. C'est cet exploit qui lui aurait valu le nom de Taillefer, que portent tous ses descendants jusqu'à Isabelle d'Angoulême, dite également Isabelle Taillefer.

Du Xe siècle au XIIIe siècle, les comtes d'Angoulême, les Taillefer puis les Lusignan, renforcèrent les défenses de la ville et les agrandirent en englobant le quartier Saint-Martial.

Le 18 mai 1204 une charte est signée par Jean Sans Terre, roi d'Angleterre pour rendre officielle la création de la commune d'Angoulême. Le roi « concède aux habitants d'Angoulême de garder les libertés et justes coutumes de leur cité et de défendre leurs possessions et leurs droits ». La ville célébra cet anniversaire toute l'année 2004.

En 1308 à la mort de Guy de Lusignan, le comté d'Angoulême revient à la couronne de France. Il est donné à Louis d'Orléans frère du roi Charles VI en 1394 puis transmis à son fils Jean d'Orléans (1400-1467) grand-père de Marguerite d'Angoulême et de François Ier. Le Bon comte Jean d'Angoulême agrandit magnifiquement le château comtal lors de son retour de captivité anglaise au milieu du XVe siècle.

Angoulême, siège d'un comté, l’Angoumois, parvient avec lui à une branche de la famille de Valois dont est issu François Ier, roi de France de 1515 à 1547, né à Cognac en 1494. En 1524, le navigateur italien Giovanni da Verrazzano revient des Indes. Il annonce à François Ier avoir découvert un nouveau territoire qu'il a nommé Nouvelle Angoulême en son honneur. Ce territoire devient par la suite la Nouvelle-Amsterdam, puis New York.

Lors de la première guerres de religion, la ville prend les armes : elle est reconquise en 1563 par Montpensier. En 1565, Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la cour. En octobre 1568, la ville est prise par les protestants.

En 1588, le maire d'Angoulême François Normand seigneur de Puygrelier reçoit l'ordre d’Henri III d'arrêter le duc d’Épernon, gouverneur d'Angoumois. Il mène l'assaut qui est repoussé et il meurt le 10 août 1588.

En 1619, Marie de Médicis en fuite y est reçue par le duc d’Épernon, gouverneur de l'Angoumois. Ensuite le château ne fut que la résidence des gouverneurs.

Pendant la Révolution française la ville fut appelée Montagne-Charente.

Le 24 juin 1940, la 2e division Verfugunstruppe (troupe spéciale d'intervention) Das Reich, appuyée par d'autres unités de la Wermacht, fait son entrée à Angoulême. Ces troupes neutralisent et font prisonniers les nombreux soldats français réfugiés dans la ville. On estime leur nombre entre 10 et 20 000. Ils seront rendus à la liberté dans les jours suivants. La division Das Reich, qui se rendra tragiquement célèbre en 1944, va continuer sa « guerre éclair » en rejoignant au plus vite la frontière espagnole pour définir rapidement la ligne de démarcation qui va couper la France en deux. Angoulême va se trouver en zone occupée, sous autorité allemande et siège d'une "Feld Kommandantur". La frontière avec la zone libre, familièrement appelée zone nono (non occupée) passe à environ 20 kilomètres d'Angoulême, scindant le département en 2. Cette partie subira le régime de Vichy. Le 20 août 1940 part d'Angoulême un convoi de républicains espagnols : le convoi des 927. c'est le premier convoi de l'histoire de la Déportation en Europe. Les hommes de plus de 13 ans seront dirigés vers les camp de Mauthausen où très peu survécurent, les femmes et les enfants seront rendus à Franco. Ces réfugiés avaient été rassemblés dans les camps de "la Combe aux Loups" à Ruelle-sur-Touvre et des "Alliers" à Angoulême. Ce dernier servit également de camp de concentration pour les nomades. Le 21 octobre 1941 le jeune Gontran Labrégère, qui avait tenté, avec son ami Jean Pierre Rivière d'incendier en gare d'Angoulême un train de paille et de munitions est fusillé par les occupants. C'est le premier d'une longue liste de 98 résistants ou otages originaires de Charente. En 1942, le maire Guillon est destitué, accusé d'appartenir à une organisation déclarée hors la loi par le régime de Vichy. Il sera remplacé par un notable, l'industriel Pallas. Le 8 octobre 1942, 387 personnes d'origine juive sont arrêtées puis déportées à Auschwitz. Huit survivants en reviendront. Le 19 mars 1944 un bombardement fait d'importants dégâts et une victime à la Poudrerie nationale. Le 15 juin et le 14 août 1944, la gare est la cible des forteresses volantes qui déversent un tapis de bombes faisant peu de dégâts à l'ennemi mais causant la mort de 242 victimes, détruisant 400 maisons et faisant 5 000 sinistrés. À la fin du mois d'août 1944 la Colonne Elster qui réunit des débris de différentes unités allemandes et la Légion Hindoue traverse la ville sans incident notable en se repliant.

Différentes unités des FFI du département et des renforts venus de Dordogne commencent alors l'encerclement de la ville. Le soir du 31 août l'attaque est lancée, mettant en fuite les restes de la garnison allemande. Celle-ci n'a heureusement pas eu la possibilité d'organiser la défense de la ville en utilisant les nombreux et redoutables ouvrages fortifiés érigés dans ce but. Dans la nuit du trente et un août au premier septembre la ville est libérée, un Comité de Libération et un nouveau préfet sont installés. Cette attaque aura fait cependant 51 victimes dans les rangs des différentes unités engagées : Maquis de Bir Hacheim, Groupe Soleil, SSS (Section spéciale de sabotage), etc.

En 1989, défait aux élection municipales, le député-maire PS, Jean-Michel Boucheron laisse un trou de 164 millions de francs dans les finances de la ville et une dette de 1,2 milliard de francs (audit de la chambre régionale des comptes). Pour se soustraire à la justice française, il s'enfuit en Argentine où il ouvre un restaurant avec sa maîtresse. Son immunité parlementaire ne sera levée qu'en 1993. Ce déficit a obéré les finances de la ville et longtemps servi de justificatif au non engagement dans la réalisation de certains travaux.

Liste des maires connus depuis l'établissement des privilèges royaux, établie par Anne-Marie Ferrier.

Les maires dont le nom figure en italique sont mentionnés uniquement par la liste présente sur le site Internet de la mairie, sans être confirmés par cette historienne. Les mentions incertain sont reprises d’Anne-Marie Ferrier.

La Communauté d'agglomération du Grand Angoulême ou COMAGA regroupe les 15 communes du grand Angoulême : Angoulême, Fléac, Gond-Pontouvre, La Couronne, Linars, L'Isle-d'Espagnac, Magnac-sur-Touvre, Nersac, Puymoyen, Ruelle-sur-Touvre, Saint-Michel, Saint-Saturnin, Saint-Yrieix-sur-Charente, Soyaux, Touvre.

La fiscalité est d'un taux de 40,20% sur le bâti, 71,94% sur le non bâti, et 18,43 % pour la taxe d'habitation (chiffres 2007).

La communauté d'agglomération prélève 19,20 % de taxe professionnelle.

Le Champ de Mars, place centrale de la ville, accueille depuis 2008 une galerie marchande souterraine.

Des opérations de réhabilitation de logements collectifs sont en cours dans le cadre de l'Opération de Renouvellement Urbain gouvernementale . Les quartiers de la Grande Garenne, Basseau et Ma Campagne sont associés dans un programme de redynamisation urbaine.

Angoulême est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie d'Angoulême. Elle gère l'aéroport d'Angoulême - Brie - Champniers.

Angoulême et le pays Angoumois sont classés Ville et Pays d'Art et d'Histoire.

La vallée de la Charente en amont d'Angoulême est zone Natura 2000 avec des espèces remarquables présentes : il a été dénombré 64 espèces d'oiseaux remarquables. Parmi eux se trouvent des espèces de marais et zones humides, et à Angoulême, il est fréquent de voir sur la Charente des oiseaux plongeurs et nageurs, des cygnes (cygne tuberculé), des grèbes (grèbe à cou noir, grèbe castagneux, grèbe esclavon, grèbe huppé),des oies (oie cendrée),des canards (canard chipeau, canard pilet , canard siffleur , canard souchet), des sarcelles (sarcelle d'été, sarcelle d'hiver), et des fuligules (fuligule milouin, fuligule morillon). Il est plus rare de voir des limicoles. Les sternes (sterne pierregarin), les mouettes (mouette rieuse), le grand cormoran, remontent par périodes de tempête très en amont sur le fleuve.

Les îles, enfin dépolluées vont être rendues à la population.

Les sentiers de randonnée et l'ancienne voie de halage devenue en partie la coulée verte permettent des promenades au bord du fleuve.

Ryanair, la compagnie à bas coût irlandaise, relie désormais Angoulême à la capitale britannique Londres depuis le 1er avril 2008.

Toutes les spécialités médicales et paramédicales sont présentes.

En haut



Arrondissement d'Angoulême

Angoulême (Arrondissement) Plan.svg

L'arrondissement d'Angoulême est une division administrative française, située dans le département de la Charente et la région Poitou-Charentes.

En haut



Gare d'Angoulême

Gare d'Angoulême.JPG

La gare d'Angoulême est la gare ferroviaire de la ville d'Angoulême, dans la région Poitou-Charentes, située à 2h30 de Paris et 55 min de Bordeaux en TGV ; elle est également reliée aux villes de la Rochelle et de Limoges ainsi qu'au Futuroscope.

La ville d' Angoulême a été desservie par le chemin de fer dès 1852 du fait de sa position sur la ligne Paris-Bordeaux. Cette ligne a été construite par deux sociétés différentes et ouverte en plusieurs étapes. Tandis que la partie Paris - Orléans revenait à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, la section Orléans - Bordeaux a été attribuée à la Compagnie du chemin de fer d'Orléans à Bordeaux. Bordeaux est reliée à Angoulême dès 1852. La section Tours - Poitiers avait été ouverte le 15 juillet 1851 e la section de Poitiers à Angoulême est ouverte le 12 juillet 1853, permettant de relier Angoulême à Paris.Les travaux, sont effectués en Charente sous le contrôle de monsieur Rampnoux-Duvignaud, ingénieur des Ponts et Chaussées.Les 6 ouvrages d'art nécessaires sont en particulier les viaducs de Foulpougne sur la Touvre et de Couteaubière et les 2 tunnels. Cinq ouvriers ont trouvé la mort lors du percement du tunnel de Liverman et un ouvrier dans celui d'Angoulême. Les voies ont été électrifiées en 1938.

La gare d'Angoulême, gare du PO, a été construite à la place de l'ancienne école de la marine et inaugurée officiellement le 10/10/1852 par Napoléon III. La gare de la Compagnie des Charentes qui deviendra gare de l'État, est contruite de l'autre coté de la voie PO Paris-Bordeaux. ce bâtiment modeste, qui devait avoir un étage qui n'a jamais été construit a été détruit par un bombardement durant la Seconde Guerre mondiale. La gare CFD ( chemins de fer départementaux) s'installe en 1896 à coté d'elle, au nord.

En septembre 1939 la gare d'Angoulême voit le pic d'activité de son histoire : l'arrivée des réfugiés de Moselle avec jusqu'à 18000 arrivées de voyageurs par jour.

C'est en octobre 1942 que les juifs charentais sont déportés en wagons à bestiaux pour Birkenau-Auschwitz.

En haut



Ligne Limoges - Angoulême

La ligne Limoges-Bénédictins - Angoulême est une ligne de chemin de fer française ; orientée globalement nord-est - sud-ouest, elle constitue une liaison d'ordre régional entre la Haute-Vienne (Limousin) et la Charente (Aquitaine).

En haut



Communauté d'agglomération du Grand Angoulême

La communauté d'agglomération du Grand Angoulême (ComAGA) est une structure intercommunale française, située dans le département de la Charente et la région Poitou-Charentes.

En haut



SC Angoulême Handball

SC Angoulême Handball est un club de Handball français basé à Angoulême. La section féminine évolue actuellement en Championnat de France de handball féminin de Division 1.

En haut



Angoulême CFC

logo

L'AS Angoulême (Angoulême CFC depuis 2005) est un club de football français fondé en 1920. L'ASA évoluait en 2004-2005 en championnat de France Amateurs (D4). À l'issue de cette saison, le club plonge de deux étages (relégation et contrôle DNCG) pour se retrouver en Division d'Honneur de la Ligue du Centre-Ouest. Le club est de retour dans les championnats nationaux en 2007.

Les racines de l'ASAC remontent à 1920 par la fondation de la section football du SC Angoulême. Le SCA enlève le titre de champion de DH de la Ligue Centre-Ouest en 1923 et 1924. Le club est rebaptisé « AS des Charentes » en juillet 1925 par MM. Lebon, Allory et Castillon. Après le décès des deux derniers cités, s'est sous l'impulsion du président Lebon que l'ASC parvient à remporter cinq titres de champion de Ligue (1934, 1935, 1937, 1938 et 1939).

M. Boillevin hérite du fauteuil présidentiel au décès du président Lebon (1943). Après avoir débuté à la prairie de Bourgine, terrain sujet aux inondations, le club se dote d'un terrain digne de ce nom : le Stade Guillon (futur Stade Lebon) utilisé depuis 1932, mais inauguré officiellement en 1935 après l'aménagement de tribunes en bois. Fort d'un nouveau titre de champion de Division d'Honneur, le club opte pour le professionnalisme en 1945. C'est l'époque des Grizzetti, Alempijevitch, Amroui, Oudot et autres Déniort. Le résultat le plus mémorable de cette période est la participation d'Angoulême aux demi-finales de la Coupe de France 1947. Avant d'exploser face au RC Strasbourg (6-0), les Angoumoisins avaient éliminé deux grands de l'élite : le Red Star et le Stade de Reims. Après quelques passages en CFA, le club rebaptisé AS Angoulême revient au professionnalisme en 1965 sous la férule d'Angelo Grizzetti, ex-capitaine de la première équipe professionnelle de la cité des Valois de 1945 à 47... Le club dispute même la Coupe d'Europe des villes de foires 1970-1971 après une excellente 4e place en Division 1, où le club se maintient trois saisons (1969-1972).

En haut



Source : Wikipedia