Andreas Klöden

3.4300847457518 (944)
Posté par woody 05/03/2009 @ 03:07

Tags : andreas klöden, cyclistes, cyclisme, sport

Dernières actualités
Armstrong sélectionné par Astana - L'Equipe.fr
Le septuple vainqueur de l'épreuve fait partie des six coureurs sélectionnés par l'équipe Astana, en compagnie du vainqueur 2007, l'Espagnol Alberto Contador, mais également de son compatriote Levi Leipheimer, d'Haimar Zubeldia, d'Andreas Klöden et de...
Cancellara en bon Suisse - Le Figaro
Le Bernois devance le tenant du titre Roman Kreuziger et l'Allemand Andreas Klöden. Mulitple champion du monde (deux fois) et champion de Suisse (sept fois) du contre-la-montre, médaillé d'or dans la spécialité aux JO de Pékin, Fabian Cancellara avait...
Steve Morabito à la planche pour ses prestigieux patrons - Arc Info (Abonnement)
Aux quatre coins du monde, le Chablaisien a tout donné pour favoriser la course de ses leaders Lance Armstrong, Levi Leipheimer et Andreas Klöden. Un boulot parfois ingrat, qui ne décourage pas Morabito. «Travailler pour les autres, je sais bien le...
Cyclisme - T. du Lux. Au tour de Frank Schleck - L'Equipe.fr
Il devance au classement de l'étape l'Allemand Andreas Klöden (Astana) et le Danois Matti Breschel. Comme son frère Andy, la veille, Frank Schleck a donc inscrit son nom au palmarès de cette édition 2009 et l'a fait de la plus belle des manières dans...
Klöden sera bien au départ - L'Equipe.fr
Après avoir longtemps hésité, les dirigeants de l'équipe Astana ont décidé d'inscrire Andreas Klöden sur leur liste pour le Tour de France. Les derniers éléments de l'enquête ouverte contre les coureurs de l'équipe T-Mobile, à laquelle appartenait...
Les frères Schleck font partie des favoris du Tour de Suisse ... - Le Figaro
Les frères Schleck batailleront notamment avec Andreas Klöden et Damiano Cunego. A cette période de l'année, les hommes forts du Tour de France ont deux choix : l'effervescence du Dauphiné Libéré et ses cols alpins susceptibles d'être escaladés...
Astana : La présélection pour le Tour - Ouest-France
Astana a communiqué sa présélection pour le Tour de France: On y trouve le septuple vainqueur de l'épreuve Lance Armstrong et l'Espagnol Alberto Contador, vainqueur en 2007, ainsi que Levi Leipheimer et Andreas Klöden. La présélection d'Astana pour le...
Cyclisme - 03/06/2009 - Boonen, Cofidis, Klöden, Cavendish, LPR,... - Cyclismag.com
"Maintenant, j'ai hâte de voir comment ça se passe en course et je me réjouis des jours à venir", a écrit Andreas Klöden (Astana), sur son site officiel, mardi, la veille de son retour à la compétition sur le Tour du Luxembourg....

Andreas Klöden

Au Tour d'Espagne 2008

Andreas Klöden (né le 22 juin 1975 à Mittweida) est un coureur cycliste allemand. professionnel depuis 1998, il est membre de l'équipe Astana. Il a remporté plusieurs courses par étapes d'une semaine (Paris-Nice, Tour du Pays basque, Tirreno-Adriatico, Tour de Romandie). Il a également terminé deux fois deuxième du Tour de France.

Andreas Klöden est né le 22 juin 1975 à Mittweida, en RDA. Le père de Klöden est un ancien pilote de chasse à l'armée est-allemande et sa mère est professeur d'art, il a deux sœurs. Il s'est marié le 21 octobre 2006 à Berlin, avec Bettina. Il est le père de deux enfants : Félicitas et Laeticia. Il vit avec sa famille à Kreuzlingen en Suisse. Il mesure 1m83 pour un poids de forme de 63kg.

Il a connu Jan Ullrich en 1986 dans la formation des futurs athlètes de la RDA. En 1999, Klöden vivait à Berlin mais il déménage pour rejoindre Jan Ullrich dans le petit village de Merdingen en Allemagne. En 2004, Jan Ullrich et Andreas Klöden emménagent en Suisse, au bord du lac de Constance.

Il devient cycliste professionnel en 1998 au sein de l’équipe « Deutsche Telekom » qui est rebaptisée « T-Mobile » en 2004.

En 2000, il remporte Paris-Nice devant le Français Laurent Brochard, avec une victoire dans le contre la montre du col d'Èze. Il remporte ensuite le Tour du Pays basque devant l'Italien Danilo Di Luca (2e) et le Français Laurent Jalabert (3e). En septembre, il termine 3e des Jeux olympiques dans l'épreuve de course en ligne derrière ses coéquipiers de la Telekom, l'Allemand Jan Ullrich et le Kazakh Alexandre Vinokourov.

En 2001, il participe pour la première fois de sa carrière au Tour de France, comme équipier de son leader Jan Ullrich et du sprinteur Erik Zabel. Il termine 26e au classement final à 59' 53" de Lance Armstrong.

En 2003, il termine 4e du critérium International, avec une 2e place au contre la montre à 4" de son compatriote Jens Voigt. Une chute lors de la 1re étape du Tour de France, le contraint à l'abandon 8 jours plus tard.

En 2004, il termine 6e de la Flèche Wallonne et du Tour d'Allemagne. En juin il devient champion d'Allemagne. Au cours du Tour de France 2004, il réalise des places d'honneurs : 2e à Saint-Flour devant son équipier Erik Zabel, 3e de la première étape de montagne (au sommet de La Mongie) avec Francisco Mancebo à 20" d'Ivan Basso et de Lance Armstrong, 4e au sommet du Plateau de Beille et à Villard-de-Lans, 3e à 1' 41" de Lance Armstrong lors du contre la montre de l'Alpe d'Huez, 2e à l'arrivée au Grand Bornand et 3e du dernier contre la montre de Besançon à 1' 27" de Lance Armstrong. Il termine ainsi 2e à 6' 19" de Lance Armstrong, devant Ivan Basso 3e, Jan Ullrich 4e.

En 2006, Andreas Klöden reprend la compétition lors du Tirreno-Adriatico où il termine 130e à 29' 00" de Thomas Dekker. Après une chute à l'entraînement, il effectue son retour à la compétition lors du Bayern Rundfahrt, il se classe 3e du contre la montre. Il abandonne le Tour de Suisse à cause d'une maladie, déclare forfait pour le Championnat d'Allemagne mais s'engage sur le Tour de France 2006. Suite à l'affaire Puerto, il devient le leader de la formation T-Mobile après l'éviction de Jan Ullrich. Il termine tout d'abord 8e du contre la montre à Rennes, il termine 9e au sommet du Val d'Aran-Pla-de-Beret à 1' 31" du vainqueur Denis Menchov, 5e au sommet de l'Alpe d'Huez et à La Toussuire. Il attaque le maillot jaune, Floyd Landis, sur la montée de l'Alpe d'Huez, l'américain s'est contenté de le suivre et de ne prendre aucun relais. Le lendemain sur l'étape de la Toussuire, Floyd Landis est victime d'une défaillance et perd plus de 10 minutes sur le premier, Mickael Rasmussen. Floyd Landis attaque le lendemain sur l'étape de Morzine et rattrape son retard sur tous les favoris. Quant à Klöden, il termine 8e de l'étape à Morzine. Lors du dernier contre la montre de Montceau-les-Mines, Andreas Klöden termine 2e à 40" derrière son équipier Serhiy Honchar, il récupère la 3e place au classement général à Carlos Sastre. Il termine le Tour de France à la 3e au classement final à 1' 29" de Floyd Landis, 1er, et à 30" de Oscar Pereiro, 2e. Par la suite, il remporte le contre le montre et le classement final du Regio-Tour. Lors des Championnats du Monde du contre la montre à Salzbourg, il se classe 27e.

Fin août 2006, Klöden annonce sur son site internet qu'il rejoindra la formation Astana pour la saison 2007. Il retrouvera donc son ancien équipier Alexandre Vinokourov, parti de la T-Mobile en 2005.

En 2007, Andreas Klöden rejoint la formation Astana. Il reprend la compétition sur le Tour de l'Algarve dont il se classe 19e. Il remporte Tirreno-Adriatico devant le Luxembourgeois Kim Kirchen et son coéquipier Kazakh Alexandre Vinokourov, puis le Circuit de la Sarthe avec une victoire d'étape sur un contre la montre à Angers. Lors de la première étape du Tour de France, il termine deuxième et figure parmi les favoris. Il chute cependant lord de la 5e étape. Souffrant d'un coccyx fêlé, il prend néanmoins le départ le lendemain, en compagnie de son coéquipier Alexandre Vinokourov, lui aussi victime d'une chute au cours de la 5e étape et souffrant d'une plaie au genou. Lors du second jour de repos (24 juillet) du Tour de France 2007 entre les 15e et 16e étapes, Vinokourov est contrôlé positif aux transfusions homologues. Suite à cette nouvelle, les dirigeants d'Astana annoncent que l'équipe se retire. Klöden était alors 5e du classement général à 5'34 du leader danois Michael Rasmussen.

Le 20 mai 2008, Andreas Klöden annonce qu'il ne souhaite plus représenter l'Allemagne en compétition et refuse ainsi la sélection pour les Jeux olympiques de Pekin.

Début mai, il participe au Tour de Romandie dont il a fait un de ces objectifs de l'année dans la mesure où l'équipe Astana est interdite de plusieurs épreuves importantes. Il s'impose au contre-la-montre de Sion devant Thomas Dekker et gère ensuite son avantage dans l'étape reine entre Sion et Zinal soutenu par une excellente équipe.

En mai 2008, Andreas Klöden prend part au Tour d'Italie, mais il est très vite atteint de problèmes respiratoires. Il obtient néanmoins une troisième place au contre-la-montre d'Urbino, puis il abandonne lors de la vingtième étape.

Le mois de juin d'Andreas Klöden est particulièrement réussi. Il finit le Tour de Suisse, en ayant été deuxième d'une étape de montagne, et troisième du contre la montre en montagne. Il termine finalement deuxième derrière le jeune Roman Kreuziger plus constant que lui.

Il participe au Tour d'Espagne 2008 en tant qu'équipier d'Alberto Contador.

En haut



Équipe cycliste Columbia-High Road

Jan Ullrich, vêtu du maillot jaune, derrière Udo Bölts pendant le Tour de France 1997

L'équipe cycliste Columbia-High Road est une formation américaine, basée à San Luis Obispo en Californie, de cyclisme professionnel sur route participant au ProTour. Connue sous le nom de Team Deutsche Telekom jusqu'en 2003, puis T-Mobile Team jusqu'en 2007, elle fut notamment l'équipe de Bjarne Riis et Jan Ullrich lorsqu'ils remportèrent le Tour de France en 1996 et 1997, ainsi que du sprinter Erik Zabel, vainqueur de la Coupe du monde en 2000. Touchée par plusieurs affaires de dopage en 2006 et 2007, elle a changé de nom début 2008 suite au retrait du sponsor T-Mobile pour devenir High Road et ceci jusqu'au 17 juin 2008. Depuis cette date l'équipe se nomme Columbia et ceci à partir du Tour de France 2008.

À la fin de l'année 1988, l'ancien champion du monde Hennie Kuiper mit sur pied une équipe cycliste allemande sponsorisée par la ville de Stuttgart et la marque de cycles Eddy Merckx. L'équipe disputa la saison 1989 sous le nom Stuttgart-Merckx-Gonsor avec 13 coureurs, dont Udo Bölts qui en resta membre jusqu'en 2003. À l'époque, l'Allemagne n'avait plus d'équipe professionnelle depuis trois ans, et le dernier vainqueur allemand de la principale course du pays, le Rund um den Heninger Turm, était Rudi Altig en 1970. Durant cette première année, le coureur Dariusc Kajzer apporta à l'équipe son premier succès avec le titre de champion national sur route. Bölts lui succéda en 1990. L'équipe, devenue Stuttgart-Mercedes-Merckx-Puma, enregistra également le succès d'Erwin Nijboer sur les Trois Jours de La Panne.

L'entreprise de télécommunication allemande Deutsche Telekom devint en 1991 le sponsor principal de l'équipe Telekom-Mercedes-Merckx-Puma. La direction de Telekom proposa à Walter Godefroot de remplacer à la tête de l'équipe Hennie Kuiper, parti rejoindre l'équipe Motorola. Il accepta, prenant sa décision, dira-t-il plus tard dans un interview, après la 17e place d'Udo Bölts au Tour d'Espagne 1991. Godefroot engagea plusieurs coureurs, dont le spécialiste des classiques et double vainqueur de Paris-Roubaix Marc Madiot. Bölts contribua encore au succès de l'équipe, en remportant l'étape reine de Tour d'Italie 1992. Jens Heppner prit le relai avec une dixième place au classement final du Tour de France 1992.

L'équipe Telekom engageait la plupart des coureurs allemands prometteurs à l'époque, comme Jens Heppner et Christian Henn en 1992, Erik Zabel, Rolf Aldag et Steffen Wesemann en 1993, et Jan Ullrich en 1994. Plusieurs d'entre eux restèrent dans l'équipe pendant plus de dix ans. Olaf Ludwig signa également en 1993 et y finit sa carrière. En 1994, le sprinter allemand Erik Zabel remporta Paris-Tours, la première épreuve de cyclisme sur route de l'histoire de l'équipe.

En 1993, Telekom acquit une nouvelle fois, par le coureur Bernd Gröne, le titre de champion d'Allemagne. Ce fut le début d'une période de domination de douze années durant lesquelles l'équipe conserva le maillot de champion en son sein. Plusieurs coureurs de renom ayant passé plusieurs années chez Telekom remportèrent ce titre : Bernd Gröne en 1993, Jens Heppner en 1994, Bölts en 1990, 1995 et 1999, Christian Henn en 1996, Jan Ullrich en 1997 et 2001, Erik Zabel en 1998 et 2003, Rolf Aldag en 2000, Danilo Hondo en 2002 et Andreas Klöden en 2004.

Telekom devint bientôt une équipe importante au niveau international. Elle ne fut cependant pas invitée au Tour de France 1995. Les organisateurs acceptèrent finalement que six de ses coureurs (Rolf Aldag, Udo Bölts, Jens Heppner, Vladimir Poulnikov, Erik Zabel et Olaf Ludwig) forment avec trois coureurs de ZG Mobili une équipe mixte. Zabel remporta deux étapes de l'épreuve.

Les deux années suivantes virent la percée de l'équipe au plus haut niveau. Godefroot engagea le Danois Bjarne Riis, troisième du Tour 1995, qui remporta l'édition 1996, aidé du jeune coureur allemand de 22 ans Jan Ullrich, qui fut son dauphin. Zabel compléta ce succès avec le premier de ses six maillots verts récompensant le vainqueur du classement par points. Bölts remporta peu après la Clasica San Sebastian, et Wesemann la première de ses quatre victoires finales sur la Course de la Paix.

Le Tour de France 1997 vit Ullrich confirmer le talent qu'on lui avait deviné l'année précédente. Il remporta la course, épaulé par Riis qui avait gagné l'Amstel Gold Race trois mois auparavant. Telekom prit également la première place du classement par équipes du Tour. La même année, Bölts fut vainqueur du Critérium du Dauphiné Libéré, et Zabel acquit la première de ses quatre victoires à San Remo. Ullrich fut également vainqueur de la semi-classique allemande HEW Cyclassics, qui intégra la Coupe du monde l'année suivante, et en 1999 le Tour d'Allemagne fut de nouveau disputé, démontrant la popularité croissante de cyclisme en Allemagne à l'époque. Alors qu'Ullrich dut abandonner sur chute, Telekom remporta cette première édition avec Jens Heppner, puis une seconde fois en 2001 avec Alexandre Vinokourov.

Ullrich finit second du Tour de France 1998 derrière Marco Pantani mais fut vainqueur du Tour d'Espagne 1999, après avoir manqué le Tour de France 1999 à cause d'une blessure au genou. Privée de son leader, l'équipe allemande vit néanmoins sur ce Tour le succès de l'italien Giuseppe Guerini lors de la prestigieuse étape de l'Alpe d'Huez. Après son succès en Espagne, Ullrich devint champion du monde du contre-la-montre. Il réédita cette performance en 2001. En 2000, Zabel remporta la Coupe du monde, en gagnant Milan-San Remo et l'Amstel Gold Race, tandis qu'Ullrich se classait deuxième du 2000 derrière Lance Armstrong. Bien qu'ils ne couraient pas sous le maillot rose de Telekom mais avec leur sélection nationale, Ullrich, Vinokourov et Klöden réalisèrent un triplé pour l'équipe sur la course en ligne des Jeux Olympiques de Sidney. Ullrich fut également médaillé d'argent au contre-la-montre.

En 2001, Zabel remporta Milan-Sanremo pour la quatrième fois. Ullrich fut à nouveau deuxième du Tour de France, tandis Zabel totalisait six victoires d'étapes sur le Tour et la Vuelta. Le coureur Kazakh Alexandre Vinokourov, arrivé dans l'équipe en 2000, remporta Paris-Nice en 2002 et 2003, ainsi que l'Amstel Gold Race et le Tour de Suisse cette dernière année.

Lorsqu'Ullrich quitta Telekom pour Team Coast en 2003, après avoir manqué le Tour 2002 à cause d'une blessure au genou et été suspendu six mois pour un contrôle positif aux amphétamines, Vinokourov et Santiago Botero devinrent leaders de l'équipe pour le Tour de France 2003. Le Kazakh prit la troisième place, derrière Ullrich. Cette même année, Zabel fut victorieux sur Paris-Tours et Daniele Nardello au Championnat de Zurich.

Toujours présente au sommet du cyclisme mondial, Telekom continuait d'attirer de jeunes espoirs du cyclisme allemand, comme Andreas Klöden en 1998, Jorg Jaksche en 1999, Matthias Kessler en 2000 et Stefan Schumacher en 2002. L'équipe engagea parallèlement de nombreux coureurs étrangers au talent reconnu, comme Georg Totschnig, Alexandre Vinokourov, Cadel Evans, Santiago Botero ou Paolo Savoldelli.

En 2004, l'équipe prit le nom de T-Mobile. Elle enregistra le retour de Jan Ullrich, et un grand nombre de succès, notamment celui de Steffen Wesemann au Tour des Flandres. Sur le Tour de France, Klöden devenu entre-temps champion d'Allemagne, Ullrich, vainqueur du Tour de Suisse, furent désignés leaders de la T-Mobile, tandis que Vinokourov était absent. Jan Ullrich finit quatrième, Andreas Klöden obtenant la meilleure place de l'équipe (2e). La T-Mobile Team prit la première place du classement par équipe.

Au printemps 2005, Vinokourov remporta la doyenne des classiques, Liège-Bastogne-Liège. Ullrich, à nouveau leader de l'équipe, fut troisième du Tour de France, aidé par Alexandre Vinokourov, cinquième et vainqueur de deux étapes, dont celle des Champs-Élysées. Giuseppe Guerini fut également vainqueur d'étape et T-Mobile Team, comme en 2004, fut la meilleure équipe. Zabel conclut la saison en s'imposant sur Paris-Tours.

Vinokourov, dont le contrat avec T-Mobile prenait fin, fut cette année-là l'objet de tractations durant le Tour de France. À quatre jours de l'arrivée à Paris, il annonça son intention de quitter la formation allemande, afin de pouvoir remporter le Tour. Il rejoint Liberty Seguros en 2006. Après 13 années passées au sein de Telekom puis de T-Mobile, Erik Zabel prit également le départ pour courir dans la nouvelle Team Milram. Le dirigeant Walter Godefroot mit fin à ses fonctions, laissant la place à Olaf Ludwig.

À la veille du prologue du Tour de France 2006 à Strasbourg, treize coureurs furent interdit de départ, leur nom étant cité dans une vaste affaire de dopage en Espagne. Parmi eux, deux membres de T-Mobile, le leader Jan Ullrich (qui fut licencié trois semaines plus tard) et l'espagnol Oscar Sevilla, durent laisser leur formation participer au Tour avec un effectif réduit. Le directeur sportif Rudy Pevenage, très lié à Ullrich et lui aussi concerné par l'affaire, fut renvoyé à son tour la semaine suivante.

Malgré ces pertes, T-Mobile parvint pour la troisième année consécutive à être sacrée meilleure équipe du Tour. Klöden fut à nouveau troisième, Kessler fut vainqueur d'étape à Valkenburg, ainsi que Honchar qui s'imposa sur les deux grands contre-la-montre individuels et porta pendant trois jours le maillot jaune.

À la fin du Tour, le sponsor T-Mobile annonça la fin de sa collaboration avec Olaf Ludwig. Celui-ci fut remplacé par l'entrepreneur américain Bob Stapleton, proprétaire de la société High Road Sports qui reprit l'équipe en 2007 avec le soutien financier de T-Mobile, et un nouveau manager sportif en la personne de Rolf Aldag. Outre un changement d'encadrement, l'effectif de l'équipe fut bouleversé par le départ de plusieurs coureurs liés à Ullrich, une partie d'entre eux rejoignant Vinokourov dans la nouvelle équipe Astana. Ces coureurs, dont la non-conservation tenait à la volonté des nouveaux dirigeants de "laver" la réputation de l'équipe, furent remplacés par de jeunes coureurs, allemands (Gerald Ciolek, Linus Gerdemann) ou non (Mark Cavendish, Bernhard Eisel), et des coureurs expérimentés comme Axel Merckx, Jakob Piil ou Servais Knaven. Se voulant exemplaire sur le plan de la lutte anti-dopage, T-Mobile instaura des contrôles internes renforcés et un profil sanitaire pour chaque coureur.

Une nouvelle ère était donc supposée débuter en 2007. Le printemps fut marqué par la victoire du jeune Marcus Burghardt à Gand-Wevelgem. T-Mobile fut cependant rattrapée à nouveau par les affaires de dopage.

En mars, ce furent d'abord les pratiques au sein de l'équipe Telekom des années 1990 qui furent dévoilées par son ancien soigneur Jef d'Hont. En mai, plusieurs anciens coureurs confirmèrent l'usage de substances interdites au milieu des années 1990, dont le manager Rolf Aldag, Erik Zabel, Brian Holm, Bjarne Riis, Bert Dietz, Udo Bölts et Christian Henn, y compris durant les saisons qui virent les victoires de Riis et Ullrich au Tour. Les médecins Andreas Schmid et Lothar Heinrich, toujours membres de l'équipe jusqu'à la sortie du livre de Jef d'Hont, avouèrent leur participation et l'administration aux sportifs de produits dopants.

Serhiy Honchar fut écarté puis suspendu suite à un « bilan sanguin anormal » révélé par un contrôle interne. Parallèlement, dans l'équipe Astana, plusieurs ex-T-Mobile furent à leur tour suspendus (Kessler, Mazzoleni, Vinokourov).

T-Mobile se présenta au Tour de France avec une équipe profondément rajeunie, promouvant une attitude irréprochable. En dépit de cette attitude, le coureur Patrik Sinkewitz fut contrôlé positif à la testostérone durant un entraînement. Cette information, qui fut communiquée durant le Tour alors de Sinkewitz avait auparavant abandonné sur chute, eut pour conséquence le licenciement et la suspension du coureur.

Pendant le Tour d'Espagne, Lorenzo Bernucci, contrôlé positif à la sibutramine, fut également licencié.

Le sponsor T-Mobile, qui avait jusqu'alors réitéré son engagement jusqu'en 2010, décida en novembre de mettre fin à ses activités dans le cyclisme, après que Sinkewitz fit de nouveaux aveux sur des pratiques de dopage sanguin dans l'équipe durant le Tour de France l'année précédente.

En 2008, l'équipe poursuit le renouvellement de l'effectif entamé en 2007 avec dix coureurs recrutés. La majorité d'entre eux sont de jeunes espoirs, le cadet étant le Norvégien Edvald Boasson Hagen âgé de 20 ans. L'expérimenté George Hincapie arrive en provenance de Discovery Channel. L'effectif poursuit également son internationalisation : alors que les Allemands en formaient la majorité deux ans auparavant (16 sur 30), ils n'en représentent qu'à peine plus du quart (8 sur 29). En outre, l'équipe déplace son siège de Bonn à San Luis Obispo en Californie et dès lors n'est plus enregistrée auprès de l'UCI en tant qu'équipe allemande mais américaine, tout en se définissant comme une formation internationale. Elle conserve néanmoins sa base logistique à Bonn.

En devenant champion de Grande-Bretagne de cyclo-cross pour la quatrième fois, Roger Hammond est le premier coureur à remporter une course sous le maillot de High Road. Cette tunique n'arbore plus le magenta de T-Mobile. Elle est noire en début de saison puis devient blanche en février, avec au centre le logo de High Road en lettres rouges et jaunes.

Malgré la jeunesse de ses coureurs, High Road maintient en début de saison le statut de l'équipe T-Mobile avec six victoires dès le mois de janvier en Australie : Adam Hansen remporte le titre national contre-la-montre, et André Greipel domine la première épreuve ProTour de l'année, le Tour Down Under, ce qui lui permet de porter le maillot blanc de leader du ProTour jusqu'en avril. Le mois de mars est plus terne, marqué par les blessures de nombreux coureurs dont plusieurs leaders. Marcus Burghardt est contraint de renoncer au classiques de printemps en raison d'une tendinite au genou, Linus Gerdemann chute et se blesse sur Tirreno-Adriatico alors qu'il semble en mesure de remporter l'épreuve et Michael Rogers se voit détecter un virus d'Epstein-Barr qui le maintient hors-compétition pour deux mois.

À l'image de l'équipe Astana, High Road subit les conséquences des affaires de dopage dans lesquelles ont été impliqués plusieurs de ses coureurs durant les deux saisons précédentes. Non-sélectionnée pour les épreuves organisées par RCS Sport, elle reçoit finalement une invitation quelques semaines plus tard. Alors que l'équipe était dans l'attente d'une invitation pour le Tour d'Espagne, elle a préférée d'elle-même se mettre à l'écart pour participer à la place à d'autres courses (Tour de Grande-Bretagne, Tour d'Irlande et Tour du Missouri)..

Le Team Columbia est l'une des équipes les plus en vue du de Tour de France 2008, avec cinq victoires d'étapes (4 de Mark Cavendish et une de Marcus Burghardt), le maillot vert puis le jaune sur les épaules de Kim Kirchen et le maillot blanc sur celles de Thomas Lövkvist.

En haut



Cyclisme aux Jeux olympiques d'été de 2004 - course en ligne hommes

La course sur route des hommes aux Jeux de 2004 a eu lieu le 14 août.

Dans cette course qui connut de nombreuses tentatives d'échappée, ce ne fut que lorsque Paolo Bettini et Sérgio Paulinho réussirent à s'extraire du peloton à quelques tours de l'arrivée et à prendre un certaine avance qu'il fut possible de se faire une idée des médaillés. Alors que le peloton abandonnait la chasse, Axel Merckx s'échappait pour obtenir le bronze derrière les deux leaders. Bettini battait Paulinho au sprint et remportait le titre dans le temps de 5 h 41 min 44 s.

Parmi les favoris de la course, le champion du monde en titre, Igor Astarloa, avait chuté dans le premier tour et le précédent champion olympique, Jan Ullrich, terminait dans le peloton à la dix-neuvième place. Plusieurs favoris, dont Andreas Klöden et Viatcheslav Ekimov, se sont retirés avant la fin de l'épreuve, sans doute pour préserver quelques forces pour le contre-la-montre qui se déroulait quatre jours plus tard.

En haut



Équipe cycliste Astana - Saison 2008

UCI ProTour logo.jpg

La saison 2008 est la deuxième année d'activité de l'équipe cycliste Astana. Elle connaît un profond renouvellement d'effectif et d'encadrement par rapport à 2007, avec l'arrivée à sa tête de Johan Bruyneel, accompagné de 8 coureurs de l'ancienne équipe Discovery Channel, dont le vainqueur du Tour de France 2007 Alberto Contador. L'équipe subit les conséquences des affaires de dopage qui l'ont secouée en 2007 en étant boycottée en début de saison par RCS Sport (Milan-San Remo, Tirreno-Adriatico) et surtout par Amaury Sport Organisation, privant de Tour le tenant du titre Contador. Malgré ces exclusions, cette saison est faste pour Astana avec la victoire d'Andreas Klöden au Tour de Romandie, et surtout celles d'Alberto Contador au Tour du Pays Basque, au Tour d'Italie et au Tour d'Espagne. Sur cette dernière épreuve, Astana réalise un doublé, Levi Leipheimer prenant la deuxième place.

En fin de saison, Astana occupe la deuxième place du classement ProTour par équipes, Andreas Klöden étant troisième du classement individuel. Ce classement ne tient cependant pas compte des succès de l'équipe sur les Tours d'Italie et d'Espagne en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de ces courses.

La fin d'année est également marquée par l'annonce du retour de Lance Armstrong dans le giron de Johan Bruyneel.

Classement au ProTour 2008 des coureurs de l'équipe Astana.

L'équipe Astana a terminé à la 2e place (sur 18) du classement par équipes avec 226 points.

En haut



Équipe cycliste Astana

Astanalogo.jpg

L’équipe cycliste Astana est une équipe sous licence kazakh créée en 2007. Le sponsor est un conglomérat d'entreprises kazakhes réunies autour du nom de la capitale du Kazakhstan, Astana. Elle reprend en partie l'effectif de l'ancienne équipe Liberty Seguros disparue en 2006 suite à l'affaire de dopage Puerto.

L'équipe intègre le circuit ProTour en 2007. Au cours de sa première saison, elle se fait remarquer pour les performances de ses coureurs dans les courses par étapes, notamment dans les contre-la-montre (comme lors de la 13e étape du Tour de France où Alexandre Vinokourov, Andreas Klöden et Andrey Kashechkin terminent aux première, troisième et quatrième places), mais également pour plusieurs affaires de dopage impliquant les coureurs et l'encadrement de l'équipe.

Le 30 avril, Jef d'Hont, soigneur de l'équipe Telekom de 1992 à 1996, publie Mémoires d'un soigneur, livre dans lequel il révèle les pratiques de dopage au sein de l'équipe Telekom dont Walter Godefroot, le manager d'Astana, était manager à l'époque. D'Hont affirme ainsi que « pour Walter, ce qui ne pouvait pas être détecté lors d'un contrôle anti-dopage n'était pas du dopage. » Godefroot nie et porte plainte contre d'Hont.

Ces affirmations portent les soupçons sur l'équipe qui est non seulement dirigée par Walter Godefroot, mais comprend également dans son effectif plusieurs anciens coureurs de l'équipe Telekom (Alexandre Vinokourov, Andreas Klöden, Matthias Kessler, Eddy Mazzoleni, Paolo Savoldelli, Serguei Ivanov).

Matthias Kessler est contrôlé positif à la testostérone le 27 juin, d'abord suspendu, puis licencié par l'équipe suite à la confirmation par la contre-expertise de sa positivité.

Eddy Mazzoleni, 3e du Tour d'Italie, est cité (ainsi que Danilo Di Luca) dans l'affaire dite Oil for Drug. Soupçonné d'avoir été en contact avec le Dr. Carlo Santuccione qui aurait fourni des produits dopants à des athlètes, Mazzoleni nie tout lien avec le médecin. En juillet, il met fin au contrat le liant à Astana en attendant l'issue de l'affaire.

Enfin, après avoir dû s'expliquer peu avant le départ du Tour de France dans un entretien accordé au quotidien L'Équipe sur sa collaboration avec le docteur Michele Ferrari afin répondre aux soupçons de dopage, Alexandre Vinokourov est contrôlé positif à la transfusion sanguine suite à sa victoire lors de la 13e étape du Tour de France. L'équipe quitte alors le Tour. Le dopage étant confirmé par la contre-expertise, Astana licencie son leader le 30 juillet et décide de suspendre ses activités pendant un mois.

Le 8 août 2007, l'équipe annonce que Andrey Kashechkin a été contrôlé positif à la transfusion sanguine homologue. Le contrôle a eu lieu le 1er août 2007 en Turquie. Suspendu dans un premier temps, il est licencié le 31 août après la contre-expertise confirmant la première analyse.

En octobre, Johan Bruyneel, ancien directeur sportif de l'équipe Discovery Channel annonce qu'il sera le manager d'Astana en 2008.

Malgré leur non-participation au Tour de France, l'année 2008 a souri à l'équipe Astana. Initialement non autorisée à courir le Tour d'Italie, l'équipe a été autorisée à y participer moins d'une semaine avant le départ. En dépit du changement d'organisation qui en a découlé, elle parvient à mener Alberto Contador à la victoire.

En revanche, le Tour d'Espagne était un objectif pour l'équipe et Alberto Contador depuis le début de l'année. Celui-ci remporte son troisième grand tour, devençant son coéquipier Levi Leipheimer.

Le 8 septembre 2008, le site internet du magazine Velonews se fait l'écho de rumeurs sur un probable retour en 2009 de Lance Armstrong sous les couleurs de l'équipe Astana pour cinq courses : le Tour de Californie, Paris-Nice, le Tour de Géorgie, le Critérium du Dauphiné libéré et le Tour de France. Démentie par Astana, l'information est cependant confirmée le lendemain par Lance Armstrong sur le site de sa fondation, avec pour objectif de gagner un huitième Tour de France, et faire la promotion de sa fondation de lutte contre le cancer, mais sans préciser sa future équipe. Le coureur annonce officiellement son retour à la compétition le 24 septembre lors d'une conférence de presse et confirme son engagement avec la formation Astana.

En haut



4e étape du Tour de Romandie 2008

La quatrième étape du Tour de Romandie 2008 s'est déroulée le samedi 3 mai 2008 entre Sion et Zinal.

Il s'agit de l'étape-reine du Tour de Romandie 2008. Le parcours de 127 kilomètres entre Sion et Zinal a été réduit à 112,4 kilomètres car l'ascension de la côte de Saint-Luc (première catégorie) est annulée en raison d'un éboulement. Trois côtes figurent sur le trajet : les côtes de Saint-Martin, Vercorin puis la montée finale vers Zinal.

La première difficulté est franchie avec plus d'une minute d'avance sur le peloton par un groupe d'échappés composé de David Lopez Garcia (Caisse d'Épargne), Haimar Zubeldia (Euskaltel-Euskadi), Hubert Schwab (Quick Step), Michael Albasini (Liquigas), Steve Zampieri (Cofidis), Patrice Halgand, Dmitriy Fofonov (Crédit agricole), Volodymir Gustov (Team CSC), Francesco De Bonis (Gerolsteiner), John Gadret (AG2R La Mondiale) et Stef Clement (Bouygues Telecom).

Leur avance croît jusqu'à près de deux minutes dans la vallée, puis descend à 1 minute et 30 secondes au sommet du Vercorin sous l'effet de l'accélération des équipes Astana, Rabobank et Saunier Duval.

À 26 kilomètres de l'arrivée, Halgand attaque en tête du groupe, suivie par De Bonis, puis Schwab, Gustov et Zubeldia. Le peloton, emmené notamment par le coéquipier de Klöden Maxim Iglinskiy, se réduit et perd le tenant du titre et deuxième au classement général Thomas Dekker qui abandonne.

À 19 kilomètres, comptant 43 secondes d'avance, De Bonis attaque et distance rapidement ses compagnons d'échappée. Plusieurs coureurs sortent du groupe des favoris pour tenter de le rejoindre. Manuel Beltran (Liquigas) est le premier se lancer. Il est rejoint plus loin par Juan Manuel Garate et Gadret puis distance ces derniers et rattrape De Bonis dans les derniers kilomètres. Celui-ci parvient à résister aux accélérations du grimpeur espagnol à l'approche de la flamme rouge.

Sans coéquipier, Andreas Klöden est seul en tête du groupe de poursuivant et maintient une vitesse suffisante pour revenir sur le duo de tête à quelques hectomètres de l'arrivée. Gadret attaque à ce moment et semble avoir une bonne avance à 200 mètres de l'arrivée. Dans un dernier effort, De Bonis parvient cependant à reprendre le coureur français pour franchir le premier la ligne d'arrivée.

Francesco De Bonis, dont c'est la première année professionnelle, remporte une première victoire de prestige. Passé le premier au sommet des difficultés du jour, il s'empare du maillot de meilleur grimpeur porté jusque là par Patxi Vila, qui a abandonné.

Le maillot jaune Andreas Klöden conforte son avance à la veille de la dernière étape. Son dauphin Dekker ayant abandonné, le Tchèque Roman Kreuziger (Liquigas) prend la deuxième place du classement général avec 35 secondes de retard. Marco Pinotti (Team High Road) complète le podium.

En haut



Tour de Romandie 2008

Image:Logo top.jpg

Le Tour de Romandie 2008, inscrit au calendrier de l'UCI ProTour 2008, a eu lieu du 29 avril au 4 mai 2008. Il s'est déroulé sur six étapes qui traversaient la Suisse romande. Il est remporté par l'Allemande Andreas Klöden, leader de l'équipe Astana et vainqueur de l'étape contre-la-montre. L'Italien Damiano Cunego, absent de cette course, conserve sa première place au classement du ProTour à l'issue de cette course.

Le court prologue (1,9 kilomètres) disputé à Genève sur les rive du lac Léman permet au jeune britannique Mark Cavendish (Team High Road) de s'emparer du maillot jaune de leader du classement général. Il cède cette tunique dès le lendemain au Suisse Michael Albasini (Liquigas), troisième du prologue et deuxième de la première étape à Saignelégier derrière Maxim Iglinskiy (Astana). Albasini reste leader pendant deux jours. Malgré plusieurs attaques et un parcours accidenté, la deuxième étape est en effet remportée au sprint par Robbie McEwen (Silence-Lotto).

L'étape contre-la-montre courue autour de Sion voit la victoire et la prise de pouvoir au classement général de l'Allemand Andreas Klöden (Astana) devant Thomas Dekker (Rabobank). Klöden n'est pas inquiété le lendemain durant l'étape reine de ce Tour de Romandie. Dekker, son principal rival abandonne et l'étape est remportée par le néo-professionnel italien Francesco De Bonis (Gerolsteiner), échappé depuis la première difficulté et qui parvient à résister aux retours de Manuel Beltran et John Gadret. De Bonis s'empare également définitivement du maillot de meilleur grimpeur.

La dernière étape se conclut au sprint. Daniele Bennati (Liquigas) s'impose devant Markus Zberg et Maxim Iglinskiy.

Andreas Klöden est le premier vainqueur allemand du Tour de Romandie. Ce succès le place en cinquième position du classement de l'UCI ProTour 2008. Roman Kreuziger (Liquigas) et Morris Possoni (Team High Road) complètent le podium.

Non-invitée sur plusieurs épreuves du ProTour, l'équipe Astana enregistre une deuxième victoire finale sur une course par étape de ce calendrier, un mois après le succès d'Alberto Contador au Tour du Pays Basque. L'équipe Liquigas réalise également une bonne semaine avec la deuxième place final de Roman Kreuziger, l'étape du Daniele Bennati et le maillot jaune de Michael Albasini.

En haut



Source : Wikipedia