Alinghi

3.4617304492399 (1202)
Posté par seb 16/04/2009 @ 09:14

Tags : alinghi, america's cup, voile, sport

Dernières actualités
coupe de l'America. spithill remplace Coutts - Le Télégramme
... Med Cup à Alicante le week-end passé, a confirmé dans une interview accordée à The New-Zealand Herald qu'il ne serait pas le skipper du maxi-trimaran géant BMW Oracle dans la bataille qui l'opposera en février2010 à Alinghi, tenant de la Coupe....
America: Le duel Oracle-Alinghi en février 2010 - Europe1
Jeudi, la Cour suprême de l'Etat de New York a donné raison au défi américain dans le litige l'opposant à Alinghi à propos de la date du duel sur multicoque entre les deux équipes qui fera office de 33e édition de la Coupe de l'America....
Alinghi testera son nouveau multicoque mi-juillet (presse) - Le Parisien
Alinghi, le tenant de la Coupe de l'America, testera son nouveau multicoque mi-juillet, en vue du duel contre son rival américain Oracle prévu en 2010. "Il sera trois fois plus grand et quatre fois plus rapide que le voilier avec lequel nous avons...
Coupe de l'America: Oracle à nouveau en justice contre Alinghi à ... - AFP
MADRID (AFP) — Le syndicat américain Oracle est retourné en justice à New York contre le tenant suisse Alinghi de la Coupe de l'America au sujet des dates du duel en multicoques qui doit les opposer pour la 33e "Cup", a annoncé Oracle mardi....
D35: Alinghi ouvre la saison par une victoire - Europe1
C'est, Alinghi, le tenant du Challenge Julius-Baer 2008 (circuit de D35 sur le Lac Léman), qui a remporté dimanche la première épreuve de la saison 2009, le Grand Prix Corum à Genève, au terme de l'ultime manche. L'équipage d'Ernesto Bertarelli devance...
Voile - Coupe de l'America - Alinghi accuse Oracle - L'Equipe.fr
Alinghi, le tenant suisse de la Coupe de l'America, a accusé mardi le syndicat américain Oracle d'avoir envoyé l'un de ses employés français espionner la construction de son multicoque pour la 33e édition de l'épreuve, fin avril, en Suisse....
Oracle envoie des espions chez Alinghi - Le Temps (Abonnement)
Nouveau rebondissement dans la saga qui oppose Oracle à Alinghi: un designer du syndicat américain a été pris sur le fait, en train de photographier les travaux de préparation du futur multicoque suisse. C'est la voie de l'exposition publique qu'a...
Alinghi: deux sur trois! - Le Matin Online
Dès le premier départ, les bateaux choisissent presque tous de raser les quais de Cologny et une belle lutte s'engage entre le SUI1/Alinghi d'Ernesto Bertarelli et le Lady Cat de Dona Bertarelli. Les filles s'accrochent passent la bouée au vent en...
Deux Alinghi sur le Léman - Le Temps (Abonnement)
Alors, en attendant de mettre son engin à l'eau sur le Léman dans les semaines qui viennent, Alinghi continue d'approfondir ses connaissances en D35. Et engage, cette année, deux bateaux sur le Challenge Julius Baer. Alinghi I, emmené par Ernesto...
Yves Detrey: «Alinghi est prêt à relever un double défi sur le lac» - Tribune de Genève
Alinghi a sorti la grosse artillerie nautique pour disputer cette saison le Challenge Julius Baer en D35. Non content de disposer d'un catamaran performant, vainqueur de l'épreuve en 2007 et 2008, Ernesto Bertarelli a loué un deuxième multicoque (ex-...

Alinghi

Alinghi Valence 2007 SUI 91.JPG

Alinghi est le syndicat suisse participant à la Coupe de l'America. Il a remporté les deux dernières éditions en 2003 à Auckland et 2007 à Valence (en tant que Defender). Son propriétaire est l'homme d'affaire Ernesto Bertarelli.

Grand passionné de voile, Ernesto Bertarelli désire gagner la Coupe de l'America. En 2000, il se déplace en Nouvelle-Zélande pour assister au triomphe de Team New Zealand sur les Italiens de Luna Rossa par 5-0. Il est très impressionné par la qualité des marins néo-zélandais et surtout par leur barreur Russell Coutts. Peu après la victoire de Team New Zealand, des tensions apparaissent au sein de l'équipe et plusieurs membres décident de quitter le projet. Russel Coutts se rapproche de Bertarelli et ce dernier l'engage, ainsi que toute la cellule arrière de TNZ, celle-là même qui avait triomphé lors des deux précédentes éditions.

Les bateaux personnels d'Ernesto Bertarelli portent également le nom d'Alinghi. Il avait l'habitude d'employer ce terme avec sa sœur lorsqu'ils étaient enfants.

Dessiné par l'architecte hollandais Rolf Vrolijk, les bateaux ont été conçus en étroite collaboration avec l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Ils ont été fabriqués par l'entreprise Décision SA basée à Corsier-sur-Vevey, sur les bords du Lac Léman. SUI-64 et SUI-75 ont été les deux bateaux de la campagne 2003. Ils ont démontré des qualités entre autre dans la remontée au vent, mais surtout une fiabilité qui a souvent fait défaut à leurs concurrents directs. Le bateau est conçu en deux parties longitudinales, collés ensemble de l'avant jusqu'à l'arrière, donnant une incroyable rigidité à la structure. Aujourd'hui les deux bateaux ont subi les modifications nécessaires afin de les adapter à la nouvelle jauge 5.0 des Class America. Ces deux bateaux seront remplacés par les nouveaux bateaux SUI-91 et SUI-100 qui participeront à la prochaine Coupe en 2007.

Bertarelli a engagé le skipper Russell Coutts qui a gagné les deux précédentes éditions en 1995 et 2000 avec le syndicat de la Nouvelle-Zélande. Coutts a fait venir avec lui plusieurs navigateurs néo-zélandais dans l'équipage suisse, ce qui a déclenché une vive campagne patriotique en Nouvelle-Zélande pendant la compétition.

Le syndicat n'a pas eu trop de problème pour remporter la Coupe Louis Vuitton. Il a donc été opposé au tenant du titre, le Team New Zealand, en finale de la Coupe de l'America. Le défi suisse remporte la compétition par 5 à 0.

En Suisse, la victoire d'Alinghi a créé un plus fort engouement pour la voile. Le défi suisse a également reçu le prix de l'équipe de l'année 2003 en Suisse.

En tant que tenant du titre, Alinghi doit déterminer le lieu de la prochaine compétition. La Suisse n'ayant pas d'accès direct à la mer, la ville de Valence a été désignée pour accueillir l'édition 2007. Les autres villes candidates étaient Marseille, Palma de Majorque, Lisbonne et Naples.

En juillet 2004, et suite à plusieurs divergences d'opinions avec le propriétaire Ernesto Bertarelli, le skipper Russell Coutts a été licencié.

La collaboration avec l'EPFL a été maintenue pour l'édition 2007. Les deux bateaux SUI91 et SUI100 ont été fabriqués par l'entreprise Décision SA basée à Corsier-sur-Vevey, sur les bords du Lac Léman, puis transporté en camion depuis la Suisse jusqu'à Valence.

SUI64, bateau vainqueur de l'America's Cup 2003, est toujours exposé au public sur la base Alinghi à Valence. Quant à SUI75, après avoir été exposé à l'America's Cup Park de Valence, il a été vendu en mai 2007 au challenge britannique TeamOrigin.

Alinghi gagne sa 5e régate d'une seule seconde et emporte la 32ème America's Cup. La Suisse devient le 3ème pays de l'histoire à avoir gagné puis défendu avec succès la coupe, après les États-Unis et la Nouvelle-Zélande.

En haut



Russell Coutts

Russell Coutts à la barre du Décision 35 Team Banque Gonet Vainqueur du Bol d'Or 2006

Russell Coutts est une des légendes de la Coupe de l'America. Il est sans doute l'un des plus grands barreurs qu'ait connu la "Cup". Il en est le vainqueur notamment en 2003 avec le syndicat Suisse Alinghi. Il a été décoré, entre autres, de l' Ordre de l'Empire britannique.

Russell Coutts est né en 1962 à Wellington en Nouvelle-Zélande. Il est titulaire d'une licence d'ingénieur de l'université d'Auckland. Des compétences qui lui permettent une faculté d'analyse hors du commun, il peut passer des nuits entières à décortiquer dans les moindres détails une régate. Dès son plus jeune âge il va être initié à la voile, comme une majeure partie des jeunes néo-zélandais. En 1984 aux Jeux olympiques de Los Angeles, blessé, il décroche de manière quasi héroïque la médaille d'or dans la catégorie Finn. Cette expérience va lui forger un caractère et une réputation qui le précédera. Russell Coutts n'a que faire des bonnes manières, il est de la race des gagneurs et plus rien ne va arrêter son ascension vers les sommets du monde de la voile. Pour lui, seule la victoire compte, et personne ne peut l'en faire dévier, une anecdote est restée célèbre lors de la coupe de l'America 2003. Lors de la première régate victorieuse d'Alinghi, il n'a même pas jugé bon de se déplacer à la traditionnelle conférence de presse. Pour seule excuse, il avança une réunion avec ses collaborateurs. Il en remis une couche en disant : "Je vous ai envoyé mes meilleurs équipiers et personne n'a été capable de poser une question intelligente, c'est insultant!".

En 1992, il devient champion du monde de match race, et 1993 il réédite cet exploit, mais surtout remporte l'Admiral's Cup, l'une des plus prestigieuses régates. Sir Peter Blake qui est en train de monter un team pour aller défier les Américains à San Diego dans la Coupe de l'América, suit de prêt ce barreur surdoué et va faire appel à ses talents. Coutts devient le premier barreur de Black Magic le nom du voilier néo-zélandais.

Dans la Coupe Louis Vuitton, Russell Coutts va faire étalage de toute sa classe, 43 régates, 42 victoires. C'est du jamais vu. Mais le plus dur reste à faire, battre à domicile le Young America de Dennis Conner. La victoire sera magistrale, le bateau américain sera surclassé sur un score sans appel de 5-0 à San Diego en 1995. C'est la seconde défaite pour Dennis Conner, et c'est aussi la seconde fois que la coupe quitte l'Amérique.

Dès lors, le nom de Russell Coutts devient une référence. D'ailleurs Coutts ne va pas s'arrêter de gagner, en 1996 il ajoute un 3e titre de champion du monde de Match Race à son palmarès.

Mais déjà il faut penser à la défense de la coupe. Et cette fois-ci les rôles sont inversés, c'est Team New Zealand qui est le defender. C'est tout un peuple qui est derrière son héros et la pression est terrible. Le defender n'ayant pas le droit de participer à la Coupe Louis-Vuitton, c'est à un challenger très affûté qu'auront affaire les néo-zélandais. Et beaucoup parient sur la défaite du bateau kiwi. A la surprise générale, c'est le voilier italien Luna Rossa barré par le talentueux Francesco De Angelis qui bat d'une courte victoire America One de Paul Cayard.

Là encore, la victoire tourne à une démonstration de Russell Coutts. Sur un plan d'eau difficile, avec des vents instables, les Italiens sont balayés 5-0 à Auckland en 2000. Dans la phase très délicate du départ, le voilier kiwi a toujours coupé la ligne le premier, ne laissant aucune chance aux Italiens de choisir le bon côté du plan d'eau. Coutts se paie même le luxe dans l'ultime régate de laisser la barre à un jeune très prometteur, Dean Barker. C'est tout un peuple qui chavire de bonheur, Coutts devient le héros de la nation.

La fête va être de courte durée. Déjà les querelles internes se font sentir. Coutts est une idole, Peter Blake vit mal le statut de son poulain. Et surtout, Coutts en veut plus. Réduit au rang de barreur, il veut s'impliquer dans la gestion de Team New-Zealand et cela n'est pas du goût de Blake. Le monde de la voile étant petit, le conflit Coutts-Blake aiguise l'appétit des autres syndicats. L'arrivée d'un richissime industriel helvète, Ernesto Bertarelli, va précipiter la fin de la belle aventure Black Magic. C'est décidé, Coutts quitte Team New Zealand dans un tollé général.

Bertarelli va offrir un pont d'or à Coutts pour rejoindre le projet Alinghi. Et le projet est simple, partir d'une feuille blanche, et remporter la prochaine Coupe qui doit avoir lieu à Auckland en 2003. Blake n'a pas vu venir le coup, et Coutts emmène avec lui toute sa garde rapprochée. La cellule arrière de TNZ est décimée, et TNZ ne s'en remettra pas. Entre temps, Peter Blake décédera tragiquement en Amazonie, ce qui finira de désorganiser le team.

La Nouvelle Zélande s'étouffe de colère. Comment a-t-on pu laisser partir un héros national pour une sombre affaire d'argent?

C'est tout un pays qui attend de pieds fermes ces traîtres, et c'est dans un climat délétère que débute la Coupe Louis-Vuitton. Des menaces de mort sont proférées à l'encontre des marins et de leurs familles, et une campagne ultra-nationnaliste baptisée "Loyal" est organisée. Mais paradoxalement, cela va galvaniser Coutts, et c'est le mors aux dents qu'il entame ces régates. Malgré deux défaites, Coutts est une nouvelle fois impérial. Après une finale de la Coupe Louis-Vuitton très serrée face à BMW Oracle Racing, Alinghi décroche le droit d'aller affronter TNZ en Coupe de l'America. Le duel tant attendu va avoir lieu.

Une extrême tension règne sur Auckland avant le début de la coupe, qui va se dérouler au meilleur des sept matchs. Mais tout de suite Coutts démontre son insolente supériorité notamment dans la phase de pré-départ (dial-up). Les Kiwis avaient annoncé un bateau révolutionnaire, mais celui-ci fait preuve d'une extrême fragilité. De plus Dean Barker, le jeune barreur kiwi, n'est pas au mieux de sa forme, et face à Russell Coutts cela ne pardonne pas. Après une série de 7 régates annulées de manière très contestable, Alinghi remporte la Coupe de l'America par 5-0, et ramène le prestigieux trophée en Europe, après 152 ans d'absence.

A peine la coupe débarquée à Genève, que déjà des rumeurs se font entendre. La belle amitié Coutts-Bertarelli ne serait qu'une façade. Cela se confirme quelques mois plus tard. Lors de la refonte du règlement de la Coupe de l'America, Alinghi prévoit de régater contre les challengers dans des compétitions appelées "Act". Une première est organisée à Newport contre le "Challenger of Record" en l'occurrence les Américains de BMW Oracle Racing. Le clash intervient lorsque Coutts refusera de barrer SUI-64, et même de grimper à bord ! Après une sordide bataille d'avocats, Russell Coutts est débarqué par le team qu'il avait amené à la victoire. Personne n'est dupe, si Alinghi a gagné c'est grâce à Coutts, et cela exaspère Bertarelli qui lui a amené des sommes colossales pour décrocher la victoire. Parallèlement, l'organisation de la coupe est attribuée à Valence, lieu sur lequel Coutts a toujours émis des réserves. Une refonte complète de la Coupe de l'America est entreprise par AC Management, la nouvelle entité en charge de l'organisation. Celle-ci, dirigée par un proche de Bertarelli, va faire en sorte d'empêcher Coutts de prendre part à la prochaine coupe. Le divorce est consommé, et après un tour de passe-passe juridique, et une nouvelle fois une affaire de gros sous, Coutts se voit interdit par une manipulation du règlement de participer à la Coupe de l'America en 2007 qui sera tout de même remportée par Alinghi.

Après avoir "digéré" son licenciement de chez Alinghi, Coutts en a profité pour développer une nouvelle jauge de bateau dans l'espoir d'attirer d'autre skipper vers un nouveau type de compétition. Les RC44 véritable "bête de course" sont nés de la collaboration de Coutts et de l'architecte Andrej Justin. Ces bateaux plus petits et donc plus maniables que les ACC devaient permettre des matchs beaucoup plus spectaculaires. Parallèlement, durant la dernière Coupe de l'América, l'actualité a semblé plus se concentrer sur l'avenir du génial barreur kiwi que sur les régates elles-mêmes. Les rumeurs sont allées bon train, notamment du côté des américains d'Oracle BMW Racing et de leur mécène L. Ellison, très remonté après la débâcle des demi-finales où Oracle est battu 5-0 par Luna Rossa. Le dénouement aura lieu à peine un mois après la seconde victoire d'Alinghi, Russell Coutts signe chez BMW Oracle Racing, et aura la lourde tâche de ramener l'aiguière d'argent aux Etats-Unis.

Il réalise ces trois victoires avec un score de 5 à 0. Il devient ainsi le barreur qui ramène la mythique Coupe en Europe pour la première fois depuis son départ pour le nouveau monde en 1851.

Avec trois Coupes de l'America (1995, 2000 et 2003), Russell Coutts à 41 ans égale les records de Charlie Barr (1899, 1901 et 1903) et de Harold Vanderbilt (1930, 1934 et 1937). Ainsi que de Dennis Conner qui la remporta 3 fois, mais pas d'affilée. Russell Coutts a d’autre part dépassé la meilleure série de victoires dans la Coupe de l’America, avec 14 succès consécutifs (9 avec Team New Zealand et 5 avec Team Alinghi). Avant lui, Charlie Barr avait obtenu 9 victoires de suite. Coutts bat également le record absolu de victoires dans les régates de la Coupe que détenait l’Américain Dennis Conner avec 13 succès en quatre éditions (1980, 1983, 1987 et 1988).

En haut



Bol d'or (Voile-Léman)

Russell Coutts, vainqueur de l'édition 2006 à la barre de Gonet & Cie, passe la marque de mi-parcours au Bouveret.

Le Bol d'or est une régate se déroulant à la mi-juin sur le lac Léman.

Organisé la première fois avec 26 concurrents le 18 juillet 1939, le Bol d'or Rolex rassemble aujourd'hui près de 600 voiliers sur sa ligne de départ. Avec ses 80 miles de long, il est la plus importante régate en eau douce d'Europe.

Le vainqueur en temps réel remporte le challenge Bol d'or, qui est remis en jeu chaque année, à moins qu'il ne soit gagné 3 fois en 5 ans par le même propriétaire ou association de propriétaires. Seuls 3 bateaux ont réussi ce défi : le Marie-José II de Horace Julliard (1961, 1962 et 1963), le Altaïr IX de Philippe Stern (1980, 1982 et 1984) et l'Alinghi d'Ernesto Bertarelli (1997, 2000 et 2001).

Le trophée Bol de vermeil récompense exclusivement le premier monocoque franchissant la ligne d'arrivée. Comme pour le challenge Bol d'or, il doit être remporté 3 fois en 5 ans pour être définitivement conservé par le vainqueur, sans quoi il est remis en jeu chaque année. Seul l'Ita92/Raffica réussit cette performance depuis 1996, date à laquelle ce trophée est mis en jeu.

La compétition, qui traverse le lac Léman sur toute sa longueur (Genève/Port-Noir - Le Bouveret - Genève/Port-Noir), est ouverte à tous les voiliers appartenant aux classes 1 à 7, M1 et M2 ACVL et à la classe L. Elle est organisée par le cercle de voile de la Société Nautique de Genève.

En haut



Société nautique de Genève

La Société nautique de Genève (SNG), fondée en 1872, a pour but le développement des sports nautiques et soutient de manière active de nombreux champions.

Forte de plus de 3 000 membres, elle développe de nombreuses activités, parmi lesquelles l'entraînement de sportifs de haut niveau. La SNG s'est, par le passé, illustrée à de nombreuses reprises par la qualité de ses sportifs qui ont remporté de nombreux titres nationaux et internationaux dans diverses disciplines nautiques. La SNG est détentrice de la coupe de l'America gagnée par le syndicat Alinghi en 2003 et 2007.

Pour soutenir ces jeunes sportifs d'élite et pour en former d'autres qui puissent un jour assurer la relève et porter haut les couleurs du club, la SNG dispose d'un fond sportif destiné à aider les jeunes qui manquent de moyens financiers nécessaires et à soutenir les écoles de voile, de ski nautique et d'aviron encadrées par Christian Wahl. 4 sections (aviron, voile, hélice et yachting léger) encadrent les jeunes et disposent d'un équipement adéquat pour l'organisation d'événements de niveau international et d'une infrastructure professionnelle aussi bien sur l'eau (régate du Bol d'or) qu'hors de l'eau. L'école de sports de la SNG offre, à des conditions avantageuses, un excellent moyen d'initiation puis de perfectionnement aux sports nautiques.

En haut



Match de la Coupe de l'America 2007

Alinghi et Team New Zealand lors de la première régate

Le match de la Coupe de l'America 2007 a eu lieu à Valence en Espagne du 23 juin au 3 juillet 2007 et s'est conclu par la victoire du tenant du titre (defender), le syndicat suisse Alinghi, face à son opposant (challenger), le syndicat néo-zélandais Emirates Team New Zealand.

Dans le tableau ci-dessous, l'équipe qui commence sur le côté droit de l'aire de départ est indiquée avec . Elle possède un léger avantage sur l'autre équipe qui se trouve sur le côté gauche, indiquée avec . Lors de la première régate, un tirage au sort a lieu pour déterminer qui se trouve à droite.

L'équipage d'Alinghi est resté inchangé lors des sept régates.

L'équipage de Emirates Team New Zealand est resté inchangé lors des sept régates à l'exception de Grant Loretz remplacé par Rob Salthouse lors de la 6e régate.

En haut



Coupe de l'America

La goélette America

La Coupe de l'America est une régate qui se déroule tous les trois à quatre ans depuis 1958. Entre 1851 et 1937, la tenue des régates fut assez chaotique. C'est la plus ancienne compétition sportive toujours disputée (après le championnat du monde de Jeu de paume organisé depuis 1740).

La première régate eut lieu le 22 août 1851. C'était un défi lancé par les Britanniques du Royal Yacht Club aux Américains autour de l'île de Wight à l'occasion de l'exposition universelle de Londres. Le vainqueur fut la goélette America, armée par le New York Yacht Club devant quatorze navires britanniques.

La victoire des Américains prête pourtant à controverses. America a aussi manqué une marque du parcours qui n'était pas mentionnée clairement par les instructions de course, mais que tous les autres concurrents avaient virée. Les Américains argumentèrent sur le fait que les instructions de course n'étaient pas claires ; les Britanniques s'inclinèrent. De plus, il y avait bien un second : le petit voilier britannique Aurora, qui arriva 8 minutes après America. Les deux navires n'étaient pas du tout du même gabarit et si l'on avait appliqué la règle du handicap, Aurora aurait été déclaré vainqueur.

Les Américains reçoivent la coupe du vainqueur des mains du comte de Wilton. De retour aux États-Unis, les vainqueurs offrirent le trophée (une aiguière en argent massif) au New York Yacht Club afin de créer une compétition qui soit un duel amical entre clubs : si les duellistes ne se mettent pas d'accord, le club qui défend la coupe impose ses règles. La Coupe de l'America était née, elle ne débute qu'en 1870, après la guerre de Sécession. Elle est restée pendant 132 ans aux mains des Américains (jusqu'en 1983).

Le challenger défie le défenseur en indiquant la jauge de son bateau. Afin de gagner, on assiste à une course aux armements par les compétiteurs. Les défis sont lancés par les Britanniques et les Canadiens.

Cette classe, inspirée par les travaux de Nathanael Herreshoff sur la Jauge Universelle, vit l'abandon du gréement aurique à grand-voile et flèche pour un gréement bermudien. La jauge tenait compte des élancements et de la finesse de la coque, créant ainsi des bateaux très harmonieux.

Les Néo-Zélandais défient les Américains dans l'esprit des règles originelles. Ils construisent un immense monocoque qui perd une première fois contre le catamaran du défenseur. Mais au défi de 1995, l'équipage néo-zélandais remporte la coupe et récidive en 2000. Le défi néo-zélandais est dirigé par Peter Blake sur le plan d'eau d'Auckland. Le bateau néo-zélandais est barré par Dean Barker et Russell Coutts. Ce dernier sera ensuite recruté, avec une partie de l'équipage de l'équipe néo-zélandaise, par les Suisses d'Alinghi qui sont les premiers à ramener la Coupe en Europe en 2003 et la conservent en 2007. La compétition se déroule alors sur le plan d'eau de Valence, en Espagne, les contraintes du règlement (Deed of gift) excluant l'organisation sur le Lac Léman.

Depuis 1992, une nouvelle jauge (les « class america »), est définie. Elle permet de construire des bateaux plus rapides, plus spectaculaires. En plus de contraintes de dimensions, cette jauge inclut des contraintes structurelles et de fabrication permettant de limiter le coût des bateaux en évitant d'y intégrer les dernières technologies.

Ces éléments sont ceux de la coupe en 2003. Le défenseur imposant ses règles, elles évolueront pour la coupe de 2007 qui est organisée par Valence en Espagne car la Suisse, détenteur du trophée, n'a pas d'accès à la mer.

Depuis 1992, les bateaux sont de jauge « class america ». Une jauge est un ensemble de caractéristiques générales définissant une classe de bateaux mais assurant une homogénéité de performance entre ces bateaux. L'utilisation de bateaux de même jauge évite le calcul de rating (le handicap) et permet ainsi d'avoir une course où le premier arrivé est le gagnant. Les class america font environ 25 mètres de longueur et 4 mètres de tirant d'eau.

L'organisation des éliminatoires devrait fortement évoluer pour la prochaine coupe.

La Coupe de l'America se déroule au meilleur de neuf manches, c'est-à-dire que le premier qui gagne cinq régates a gagné.

Toutes les régates se déroulent en duels (ou match racing) ce qui permet pour des bateaux aux performances similaires d'apprécier la qualité de l'équipage : ce n'est pas obligatoirement le bateau le plus rapide qui gagne. Ceci a aussi l'avantage de rendre plus simple le suivi d'une régate. Ceci ne devrait pas changer pour la prochaine coupe.

La régate est faite en tournant autour de deux bouées, la ligne de départ et d'arrivée étant perpendiculaires à l'axe de ces bouées. Ceci ne devrait pas changer pour la prochaine coupe sauf que la distance entre ces bouées sera fonction de la force du vent.

Les juristes de l'équipe suisse ont ajouté une nouvelle règle à effet rétroactif interdisant à tout marin ayant travaillé pendant six mois avec une équipe engagée dans la Coupe de changer d’employeur. Par le licenciement brutal de Russell Coutts par Ernesto Bertarelli, le patron du Team Alinghi, le plus grand régatier du monde était ainsi condamné à rester à terre en 2007.

En haut



Source : Wikipedia