Alberto Contador

3.4631432545393 (719)
Posté par woody 30/03/2009 @ 02:07

Tags : alberto contador, cyclistes, cyclisme, sport

Dernières actualités
Cyclisme - Giro - Retour vers le futur - L'Equipe.fr
Son vainqueur, Alberto Contador, a fait l'impasse, préférant se concentrer sur sa reconquête du Maillot Jaune du Tour de France. Son deuxième, Riccardo Ricco, meilleur jeune en 2008, a été contrôlé positif à l'EPO Cera sur la dernière Grande Boucle....
Lance Armstrong jusqu'où ira-t-il ? - LaDépêche.fr
Dans son coin, Alberto Contador essaie de ne pas avoir trop peur de cette cohabitation qui arrive au sprint (dans deux mois pile, le Tour sera déjà à Saint-Girons !). Au départ de Monaco, si aucun éclat d'obus ou d'abus ne vient salir sa trajectoire de...
Astana : clap de fin ? - CyclismeRevue.eu
La plupart des sponsors kazakhs n'ont pas respecté leur engagement auprès de l'équipe d'Alberto Contador et Lance Armstrong. Selon les dires du septuple vainqueur du Tour de France, Astana doit trouver un peu plus de 5 millions d'euros pour pouvoir...
A. Schleck s'annonce - Eurosport
... points) et Heinrich Haussler (Cervelo - 620 points) qui devrait également disputer la Vuelta et les championnats du monde en fin de saison, devrait être un rival de poids pour Tom Boonen (Quick Step), toujours leader, et Alberto Contador (Astana)....
Lance Armstrong manoeuvre pour reprendre l'équipe cycliste Astana - La Presse Canadienne
Le septuple vainqueur du Tour de France a ajouté qu'il ferait aussi tout ce qu'il peut pour retenir le coureurs espagnol Alberto Contador s'il devient propriétaire de l'équipe. Astana reçoit la plus grande partie de ses ressources financières de la...
La chance de Leipheimer - Eurosport
Le passé: L'an dernier, pour sa découverte de la botte, il avait joué la carte d'Alberto Contador. Si l'entreprise collective avait été couronnée de succès avec la victoire finale du Castillan, sa prestation personnelle (18e à Milan) avait laissé...
La vie en rose - SportVox
Le 1er juin dernier, Alberto Contador mettait fin à dix années de règne sans partage des coureurs italiens sur le Giro. Un véritable camouflet pour nos proches voisins, qui s'enorgueillissent d'organiser chaque année le plus difficile et le plus...
Cyclisme - Classement mondial UCI: Top 10 inchangé, avec Gilbert ... - RTL Sport
... du Tour de Romandie, demeure lui toujours 5ème, derrière, dans l'ordre, l'Italien Davide Rebellin (convaincu de dopage au CERA la semaine dernière par le Comité International Olympique), l'Espagnol Alberto Contador et l'Australien Allan Davis....
Dernières brèves du Giro - Vélo 101
Cinquième du Tour d'Italie l'année dernier, le Russe Denis Menchov (Rabobank) avait vu y estimer la force de son rival Alberto Contador. Suffisamment en tout cas pour comprendre que ses chances de remporter le Tour de France en présence de l'Espagnol...
Astana en proie à des problèmes financiers - 7sur7
La formation kazakh de Johan Bruyneel pour qui roulent Lance Armstrong, Alberto Contador, Andreas Klöden et Levi Leipheimer doit en effet composer avec plusieurs sponsors qui n'honorent pas leurs engagements. En outre, Air Astana aurait tout simplement...

Alberto Contador

Au Tour du Missouri 2007

Alberto Contador Velasco, né le 6 décembre 1982 à Madrid, est un coureur cycliste espagnol. Il a débuté sa carrière professionnelle en 2003 dans l'équipe espagnole Once-Eroski. Il a notamment remporté le Tour de France 2007 avec l'équipe américaine Discovery Channel, le Tour d'Italie et le Tour d'Espagne 2008 avec la formation Astana.

Contador débute sa carrière en 2003 dans la célèbre équipe espagnole la ONCE, dirigée par Manolo Saiz qu'il considère comme un « second père ».

Il remporte sa première victoire professionnelle à seulement 20 ans. Il s'impose ce jour-là sur la dernière étape du Tour de Pologne, un contre-la-montre, devant le vainqueur final Cezary Zamana et des coureurs d'expérience comme Andrea Noè ou Jens Voigt. Il avait acquis, un an auparavant, le titre national de la discipline dans la catégorie Espoirs (moins de 23 ans).

En mai 2004, Contador est victime d'une grave chute dans le Tour des Asturies. Outre une fracture de la mâchoire, les médecins décèlent un anévrisme cérébral susceptible d'expliquer la chute et les convulsions qui l'ont précédé. Plongé dans le coma durant trois semaines, il est opéré d'un œdème cérébral et ne remonte sur un vélo qu'en décembre.

De retour dans le peloton professionnel en 2005, il se montre rapidement compétitif. En janvier, il gagne une des premières courses qu'il dispute, la cinquième étape Tour Down Under, où l'équipe Liberty Seguros s'empare des quatre premières places avec Luis Léon Sanchez, Allan Davis et Javier Ramirez Abeja. Deux mois plus tard, il signe un premier succès sur une course par étapes à la Semaine catalane, où il gagne l'étape de montagne et se classe quatrième du contre-la-montre final. En avril, il obtient des places d'honneur sur deux courses par étapes majeures, le Tour du Pays basque (3e) et le Tour de Romandie (4e), après avoir remporté le contre-la-montre final du premier et une étape de montagne du second.

Il participe en juillet à son premier Tour de France. Avec plus d'une heure de retard sur le vainqueur Lance Armstrong, il prend la 31e place du classement général et la troisième place du classement des meilleurs jeunes. En fin d'année, il est opéré d'une hernie inguinale avant de poursuivre pour une saison supplémentaire avec Liberty Seguros.

En 2006, Contador se distingue en avril en se classant parmi les cinq premiers du Tour du Pays Basque (5e), du Tour de Romandie (2e) et de la Klasika Primavera (4e). Il remporte également en juin une étape de montagne du Tour de Suisse. À la fin du mois, il est cependant l'un des coureurs mis en cause dans le cadre de l'affaire Puerto. Cette affaire de dopage impliquant une quarantaine de coureurs cyclistes touche particulièrement l'équipe Liberty Seguros : son propriétaire Manolo Saiz, arrêté, en est l'un des principaux protagonistes et treize de ses coureurs sont cités. Le sponsor Liberty Seguros met fin à son partenariat dès le mois de mai. Malgré les nouveaux partenaires kazakhs attirés par le leader de l'équipe Alexandre Vinokourov, l'équipe est exclue du Tour de France faute de pouvoir réunir suffisamment de coureurs. En juillet, Alberto Contador est blanchi par la justice espagnole, de même que plusieurs de ses coéquipiers.

Recruté pour 2007 par l'équipe américaine Discovery Channel, Contador gagne Paris-Nice, sa première victoire majeure, dans la dernière étape. Il a profité de la puissance de son équipe, Discovery Channel, pour affaiblir l'équipe Gerolsteiner de son rival Davide Rebellin, ce qui a permis à Contador de lancer une grosse attaque dans la dernière difficulté de l'étape. Il avait déjà essayé d'attaquer Rebellin les jours précédents mais n'était pas parvenu à le rattraper au classement général. Malgré la chasse menée par Rebellin qui doit attaquer seul sur la fin, Contador gagne l'étape et garde assez d'avance pour remporter le classement général. Deux semaines plus tard, il s'impose à nouveau sur une course par étapes d'une semaine, le Tour de Castille et Léon. Il dispute également au mois de juin le Critérium du Dauphiné libéré où il se classe sixième.

Prenant le départ du Tour de France avec un rôle de coéquipier de Levi Leipheimer, il gagne la 14e étape au Plateau-de-Beille en montant cette dernière montée plus vite que Lance Armstrong (mais moins vite que le record de Marco Pantani), et conforte sa seconde place au classement général derrière Michael Rasmussen en prenant un peu de temps sur le troisième, Cadel Evans. Lors de la 16e étape, Contador n'est pas loin de décrocher Rasmussen mais il n'y parvient pas malgré deux attaques très sèches et une dernière montée du col de Peyresourde rapide, qui lui permet néanmoins d'accroître une nouvelle fois son avance sur ses autres poursuivants. Lors de la 17e étape, il est décroché par Rasmussen dans le dernier kilomètre et pense abandonner là tous ses espoirs de victoire finale. Mais le danois Michael Rasmussen est exclu ce soir-là par son équipe Rabobank. Contador s'empare donc du maillot jaune lors de la 18e étape. Dans la 19e étape, courue contre-la-montre, il réussit à garder une marge de 22 secondes sur Evans et de 31 secondes sur son équipier Levi Leipheimer. Il remporte donc son premier Tour de France, dans l'ancienne équipe du septuple vainqueur Lance Armstrong.

La citation temporaire de Contador dans l'affaire Puerto a été rappelée dans les médias durant ce Tour. Contador a bénéficié du soutien de Patrice Clerc, le patron du Tour, qui a affirmé que Contador était uniquement cité « dans le cadre de conversations téléphoniques pour des résultats de courses » et qu'« en aucun cas le nom de Contador ne pouvait être lié à la clientèle de M. Fuentes ». Le 30 juillet 2007, un expert allemand de la lutte antidopage, Werner Franke a qualifié la victoire de Contador dans le Tour de France 2007 de « plus grande escroquerie de l'histoire du sport », et qu'il aurait été bénéficiaire d'un « protocole de dopage » qu'il détaille lui-même. Il affirme avoir les preuves et les avoir envoyées à l'AMA. Contador a cependant nié à plusieurs reprises tout fait de dopage, et s'est dit prêt à se soumettre à des tests ADN pour démontrer son innocence , .

L'équipe Discovery Channel disparaissant à la fin de la saison, il signe pour l'année 2008 avec l'équipe Astana, y rejoignant le directeur sportif de Discovery Johan Bruyneel, en compagnie de plusieurs autres coureurs de la Discovery. Bien qu'ayant changé d'encadrement et renouvelé son effectif, le nom d'Astana reste associé aux affaires de dopage qui l'ont secouée en 2007, dont notamment les contrôles antidopage positifs d'Alexandre Vinokourov et Andrey Kashechkin. L'équipe de 2008 en subit les conséquences : elle n'est pas invitée sur les épreuves organisées par Amaury Sport Organisation et par RCS Sport. Ainsi, Contador ne pourra pas défendre ses titres sur Paris-Nice et au Tour de France. Sa saison sera par conséquent centrée sur d'autres objectifs : les Jeux Olympiques et le Tour d'Espagne.

Faute de pouvoir prendre part à Paris-Nice, il est au départ du Tour de Murcie au début du mois de mars. Septième de l'étape de montagne remportée à Totana par son coéquipier José Luis Rubiera et troisième du contre-la-montre au parcours valloné derrière Alejandro Valverde et Stefano Garzelli, il termine troisième du classement général derrière ces deux coureurs. À la fin du mois, il domine comme en 2007 le Tour de Castille-et-León : il signe un doublé pour Astana avec Levi Leipheimer sur le contre-la-montre d'ouverture, puis distance ses adversaires dans l'étape de montagne à la Montaña Palentina pour s'imposer au final devant Mauricio Soler et Thomas Dekker.

Après cette seconde victoire consécutive, Alberto Contador prend part au Tour du Pays Basque, épreuve majeure du calendrier espagnol et figurant au ProTour. Comme au Tour de Castille-et-León, il s'impose dès la première étape à Legazpi après avoir distancé tous ses adversaires dans l'ultime difficulté, l'Alto de Descarga, à moins de dix kilomètres de l'arrivée. Seul l'Espagnol Ezequiel Mosquera demeure un temps en sa compagnie. Il reste systématiquement au contact de ses adversaires durant les quatre étapes suivantes, sur des parcours difficiles, souvent disputées sous la pluie. Lors de la dernière étape, disputée contre la montre, il s'impose une nouvelle fois en dominant d'une vingtaine de secondes son adversaire direct de la fin du Tour de France 2007, l'Australien Cadel Evans. Alberto Contador ajoute donc une nouvelle course importante à son palmarès en s'imposant au classement final devant Cadel Evans et Thomas Dekker. Dès lors, il a l'intention de faire une pause, puis de préparer son futur grand rendez-vous, le Critérium du Dauphiné Libéré, couru en juin. Après avoir soigné une infection dentaire, il prend quelques jours de repos.

Le 4 mai, la société RCS Mediagroup crée la surprise en annonçant l'invitation au Tour d'Italie de l'équipe Astana qu'elle avait exclue dans une premier temps. Exclue du Tour, Astana envoie au Giro, qui démarre six jours plus tard, ses leaders Levi Leipheimer, Andreas Klöden, et Contador. Durant la première semaine, Contador peine à suivre ses principaux rivaux : 18e à Agrigente (2e étape), il cède 10 secondes à six coureurs dont le vainqueur d'étape Riccardo Ricco et le tenant du titre Danilo Di Luca. À Pescocostanzo (7e étape), il peine à nouveau à suivre les deux coureurs dans le final. Il demeure cependant meilleur que ses rivaux italiens en contre-la-montre : il se classe second à Urbino (10e étape) derrière le spécialiste Marzio Bruseghin. Quatrième du classement général, il est désormais le mieux classé des favoris pour la course au maillot rose, malgré une blessure au poignet sans grandes conséquences. Les Dolomites permettent à Riccardo Ricco et Emanuele Sella de passer à l'offensive, mais les écarts restent réduits. Au sommet de la Marmolada (15e étape), Contador endosse son premier maillot rose, après avoir été en difficulté mais limité les écarts à l'arrivée. Le lendemain, le contre-la-montre de Plan de Corones lui permet d'accroître légèrement son avance sur Ricco, Di Luca et Denis Menchov, sans parvenir à créer un écart définitif : tous ont moins de 3 minutes de retard. L'ultime arrivée au sommet, au Monte Pora (19e étape), est mouvementée : Di Luca lance une offensive de longue haleine et Ricco distance Contador dans les derniers kilomètres, de sorte que ce dernier sauve son maillot pour quatre secondes. La dernière étape de montagne, comprenant le redouté Passo del Mortirolo ne change pas la situation : Di Luca flanche et Ricco ne parvient pas à attaquer Contador. Le dernier contre-la-montre, dans les rues milanaises, ne fait qu'accroître l'écart entre Contador et Ricco, peu à son avantage sur ce terrain. Contador remporte donc le Tour d'Italie dès sa première participation et sans avoir pu le préparer dans les conditions optimales.

En septembre, Alberto Contador remporte le Tour d'Espagne devant son coéquipier Levi Leipheimer et le dernier vainqueur du Tour de France, Carlos Sastre. Lors de cette Vuelta, Contador part comme grand favori après ses victoires dans le Tour et le Giro, avec Sastre et Valverde. Lors de l'étape menant à l'Alto de l'Angliru, Astana contrôle la course et impose le rythme en faisant rouler Klöden, Rubiera et Leipheimer, arrivant à distancer les principaux favoris. Après avoir été le seul avec Joaquin Rodriguez à suivre une accélération de Valverde, Contador lâche ses compagnons d'échappée pour remporter cette étape et s'emparer du maillot de leader. Le lendemain, il récidive et remporte l'étape de Fuentes de Inverno en profitant d'un excellent travail de Mosquera et conforte ainsi sa place de leader. Lors de la dernière semaine, malgré une chute sans gravité, il contrôle la course avec son équipe jusqu'au dernier contre-la-montre en côte sur les pentes du Navacerrada où il ne concède qu'une trentaine de secondes à son coéquipier Leipheimer et reprend du temps à tous ses rivaux. Il remporte le lendemain sa première Vuelta avec 46 secondes d'avance sur Leipheimer et plus de quatre minutes sur Sastre. Il remporte également le classement du combiné. Il devient le cinquième coureur à remporter les trois grands Tour après Jacques Anquetil, Felice Gimondi, Eddy Merckx et Bernard Hinault.

Albert Contador aborde l'année 2009 avec en point de mire le Tour de France, dont il doit être un des principaux favoris. Lance Armstrong, son coéquipier sur le retour, est annoncé comme son grand rival. Dès le début de saison, Contador montre sa suprématie en remportant le Tour de l'Algarve au Portugal. Il prend le départ de Paris-Nice en grand favori, et remporte successivement la première étape contre la montre et l'étape reine au sommet de la montagne de Lure. Cependant, victime d'une défaillance dans la 7e étape, il perd la course au profit de Luis León Sánchez et termine quatrième.

En haut



Tour de France 2008

Carte des étapes du Tour 2008

La 95e édition du Tour de France a eu lieu du 5 au 27 juillet 2008. La course est partie de Brest. Elle comprenait 21 étapes pour une longueur totale de 3 559,5 km.

Cette édition s'est caractérisée par l'absence de prologue au départ, remplacé par une 1re étape en ligne, et par la suppression des bonifications de temps aussi bien aux sprints intermédiaires qu'à l'arrivée de chaque étape.

La société Amaury Sport Organisation (ASO), qui organise le Tour de France (parmi 11 courses cyclistes dont Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Paris-Nice), a décidé en 2008 de retirer ses épreuves de l'UCI ProTour. Les courses concernées ont été versées soit au calendrier de l'UCI Europe Tour (la Flèche wallonne), soit au « calendrier historique » proposé par l'Union cycliste internationale en janvier (Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège). ASO a écarté ces solutions pour le Tour de France qui, comme Paris-Nice, est organisé sous l'égide de la Fédération française de cyclisme. En réaction à ce choix, l'UCI a suspendu la FFC de ses instances.

Le Tour de France 2008 ne figurant dans aucun calendrier de l'UCI, les coureurs n'y marqueront aucun point pour le ProTour. Ce retrait a également des conséquences sur la sélection des équipes et les contrôles antidopage.

En retirant ses épreuves du ProTour, ASO s'est soustraite à l'obligation d'inviter toutes les équipes ProTour à chaque compétition. La société avait déjà pris ses libertés avec le règlement en 2007 en refusant d'inviter l'équipe Unibet.com. En 2008, c'est l'équipe Astana qui fait face au refus d'ASO. En février, la société a annoncé la liste des équipes conviées à ses épreuves, et l'exclusion d'Astana en raison « des dommages causés par cette équipe au Tour de France et au cyclisme en général, tant en 2006 qu'en 2007 ». L'équipe avait en effet quitté le Tour 2007 suite au contrôle anti-dopage positif de son leader Alexandre Vinokourov. De plus, Astana prenait la succession de l'équipe Liberty Seguros/Astana-Würth, dont le dirigeant Manolo Saiz et plusieurs coureurs avaient été impliqués à divers degrés dans l'affaire Puerto.

Cette éviction écarte trois favoris potentiels du Tour : le vainqueur et le troisième de l'édition précédente Alberto Contador et Levi Leipheimer, et Andreas Klöden, deuxième en 2004 et 2006. Le manager d'Astana Johan Bruyneel, arrivé à l'intersaison en provenance de l'équipe Discovery Channel en compagnie de plusieurs coureurs dont Contador et Leipheimer, a déploré cette décision et estimé que « le Tour beaucoup de sa crédibilité en laissant de côté quelques-uns des meilleurs coureurs du monde, qui n'ont jamais été impliqués dans des affaires de dopage ». Il a ajouté qu'Astana dépenserait 460 000 euros en 2008 pour la lutte antidopage et que d'autres protagonistes avaient un passé suspect.

La sélection complète pour le Tour, annoncée en mars, comprend 17 équipes ProTour et trois équipes continentales : Agritubel et Barloworld, déjà présentes en 2007, et Slipstream Chipotle, qui prend le nom de Garmin Chipotle en juin. L'invitation de ces équipes est justifiée par ASO par l'« aspect préférence nationale » pour la première, avec la présence en son sein de Christophe Moreau, pour la seconde par ses résultats convaincants sur le Tour 2007 (deux victoires d'étapes et le maillot à pois). S'agissant de Garmin-Chipotle, les organisateurs ont déclaré que la « philosophie » de l'équipe américaine, fondée sur la lutte antidopage, leur convenait.

Autre conséquence de la sortie du Tour du giron de l'UCI : les contrôles antidopage ne sont pas effectués par cette dernière mais par l'Agence française de lutte contre le dopage. En outre, celle-ci ne bénéficie pas des données du passeport biologique mis en place en début de saison, l'UCI refusant de les communiquer,.

Au départ de Brest, les 3 et 4 juillet, l'AFLD a effectué des prélèvements sanguins sur les 180 coureurs afin de permettre un ciblage des contrôle durant la compétition. Les résultats de ces prélèvement sont remis aux coureurs et transmis à l'UCI en vue d'être intégrés au passeport sanguin des coureurs.

Avant la deuxième étape, 36 coureurs subissent un contrôle sanguin. Tous sont autorisés à prendre le départ.

En l'espace de quelques jours, trois coureurs sont contrôlés positifs à l'EPO. L'Espagnol Manuel Beltran, coureur de l'équipe italienne Liquigas, est contrôlé positif à l'issue de la première étape. Il est mis hors-course par son équipe après la 7e étape et le soir, des perquisitions sont menées dans son hôtel par la police. L'Espagnol Moisés Dueñas est également contrôlé positif à l'EPO à l'issue de l'étape de contre-la-montre disputée à Cholet le 8 juillet. Le coureur de l'équipe Barloworld, premier de son équipe au classement général est mis hors course le 16 juillet par son équipe dès l'annonce de ce résultat. Enfin l'Italien Riccardo Ricco est controlé positif au CERA, une EPO de troisième génération. Le coureur de l'équipe Saunier Duval-Scott, porteur du maillot à pois ainsi que du maillot blanc de meilleur jeune, 9e au classement général, et victorieux des 6e et 9e étapes de montagne, est mis hors course le 17 juillet par son équipe dès l'annonce de ce résultat. Celle-ci a décidé dans la foulée de se retirer de la compétition puis de licencier Ricco et son compatriote Leonardo Piepoli, vainqueur d'étape à Hautacam.

Le Kazakh Dimitri Fofonov a été contrôlé positif à l'heptaminol à l'issue de la 18e étape et exclu quelques heures après l'arrivée de la dernière étape.

Le 9 août est révélé que des traces de glucocorticoïdes ont été retrouvées dans les urines du coureur français Jimmy Casper (Agritubel). Le cycliste en a imputé la faute à un problème de prescription de médicaments lors du renouvellement d'une autorisation à usage thérapeutique. Il est blanchi par la Ligue nationale de cyclisme le 15 septembre.

En septembre, l'AFLD a décidé d'effectuer de nouvelles analyses sur les échantillons de 10 coureurs en utilisant un nouveau test de dépistage de la CERA. Ces contrôles révèlent une positivité au CERA des échantillons de Stefan Schumacher, vainqueur de deux contre la montre, Leonardo Piepoli, vainqueur d'étape, et Bernhard Kohl, vainqueur du maillot à pois et troisième au classement général.

Deux coureurs sont considérés comme les principaux favoris : Cadel Evans et Alejandro Valverde. Deuxième en 2007, Evans est le seul coureur du podium de l'édition précédente au départ à Brest. Il s'est montré régulièrement en forme depuis le début de saison, de sa victoire d'étape à Paris-Nice sur les pentes du mont Ventoux à sa deuxième place au Critérium du Dauphiné Libéré. Le vainqueur sortant Alberto Contador en a fait son favori. Alejandro Valverde a remporté cette saison le Tour de Murcie, Liège-Bastogne-Liège, et, en juin, le Dauphiné Libéré et le championnat d'Espagne.

Plusieurs autres participants sont considérés comme des vainqueurs potentiels. Il s'agit notamment de Denis Menchov (Rabobank), double vainqueur du Tour d'Espagne (2005 et 2007), de Damiano Cunego (Lampre), vainqueur du Tour d'Italie 2004 et de l'Amstel Gold Race 2008, et de Carlos Sastre, leader du Team CSC, et quatrième en 2007. Il compte à ses côtés deux outsiders, les Luxembourgeois Andy et Frank Schleck. Le premier s'est révélé en terminant deuxième du Tour d'Italie 2007 ; le second s'est imposé à l'Alpe d'Huez lors du Tour de France 2006.

Un troisième Luxembourgeois, Kim Kirchen, a des ambitions au classement général après sa septième place en 2007. La formation Euskaltel-Euskadi se présente avec trois coureurs ayant terminé parmi les dix premiers de grands tours en 2007 : Haimar Zubeldia, Samuel Sanchez et Mikel Astarloza. La Barloworld est emmenée par le précédent lauréat du maillot à pois Mauricio Soler. Le jeune Roman Kreuziger (Liquigas) s'est ajouté à la liste des outsiders en gagnant le Tour de Suisse, même s'il déclare s'y présenter pour apprendre. Le leader de l'équipe Saunier Duval et dauphin de Contador sur le dernier Giro Riccardo Riccò dit viser les étapes de Super Besse et de l'Alpe d'Huez plutôt que le classement général.

Le Tour 2008 se caractérise par l'absence de prologue, remplacé par une première étape en ligne entre Brest et Plumelec. Un premier contre-la-montre intervient lors de la 4e étape autour de Cholet (29,5 km). La course se dirige ensuite vers le massif central pour deux étapes de moyenne montagne, la sixième et la septième. Les Pyrénées sont ensuite franchies avec des arrivées à Bagnères-de-Bigorre et Hautacam. Plusieurs étapes de transition mènent les coureurs jusqu'aux Alpes, pour une arrivée au sommet à Prato Nevoso, en Italie, lors de la 15e étape. Deux jours plus tard, l'Alpe d'Huez est le cadre de la dernière arrivée en altitude du Tour 2008.

Les coureurs effectuent un contre-la-montre de 53 kilomètres entre Cérilly et Saint-Amand-Montrond la veille de la traditionnelle arrivée à Paris, sur les Champs-Élysées.

Toutes les régions du Nord et de l'Est de la France sont évitées dans cette édition, et les seules incursions en territoire étranger se font en Italie, lors de l'arrivée à Prato Nevoso, le 20 juillet, et lors du départ de Cuneo, le 22 juillet.

Les points attribués dans les côtes hors-catégorie, 1re et 2e catégories sont doublés lorsqu'il s'agit d'arrivée en altitude.

Le compte rendu détaillé de chaque étape est obtenu en cliquant dans la colonne de gauche, à la ligne appropriée.

En haut



Tour d'Italie 2008

Le Tour d'Italie 2008 qui s'est déroulé du 10 mai au 1er juin 2008 est la 91e édition du Tour d'Italie . Il a été remporté par l'Espagnol Alberto Contador qui remporte son deuxième grand tour, après le Tour de France 2007. Il est devient le premier coureur non-italien à remporter le Giro depuis 1996.

Le Tour d'Italie est une épreuve cycliste organisée par la société RCS Sport, l'un des trois organisateurs de courses en conflit avec l'Union cycliste internationale (UCI) au sujet du ProTour. Depuis 2005, le Tour d'Italie était intégré à ce calendrier, de même que Milan-San Remo, Tirreno-Adriatico et le Tour de Lombardie, également organisés par RCS Sport.

Bien que le conflit entre les organisateurs et l'UCI existe depuis le lancement du ProTour, il a pris un tour différent en 2008 : les organisateurs ont en effet décidé de retirer leurs courses du calendrier de l'UCI ProTour 2008. Certaines épreuves ont été versées au calendrier de l'UCI Europe Tour. Pour d'autres, l'UCI et les organisateurs sont parvenus à un accord en les intégrant à un « calendrier historique » proposé par l'UCI en janvier.

Le Tour d'Italie 2008 est l'une des six épreuves de ce calendrier historique. Par conséquent, il ne délivre pas de points pour le classement de l'UCI ProTour 2008.

En retirant ses épreuves du ProTour, RCS Sport s'est soustrait à l'obligation d'y inviter toutes les équipes ProTour. Ainsi, en février 2008, la société a annoncé une liste d'équipe invitées ne comprenant pas quatre des dix-huit équipes ProTour : Team High Road, Astana, Crédit agricole et Bouygues Telecom. Angelo Zomegnan, dirigeant de RCS, dit s'être basé pour ce choix sur « l'éthique, la qualité, le caractère international et les relations historiques avec RCS », insistant notamment sur les cas de dopages en 2007 dans les équipes Astana et T-Mobile, devenue Team High Road. L'équipe italienne Acqua & Sapone ne fait pas non plus partie des équipes continentales professionnelles invitées, au regard de « son attitude à l'égard de la lutte antidopage ».

Quelques jours après cette annonce, High Road obtient son invitation. L'équipe Astana qui n'a pas pu participer à Tirreno-Adriatico et Milan-San Remo est finalement également conviée au début du mois de mai, moins d'une semaine avant le départ du Giro. Astana remplace l'équipe continentale professionnelle NGC Medical-OTC Industria Porte qui avait bénéficié d'une invitation dans un premier temps.

Trois anciens vainqueurs du Giro sont présents au départ de cette édition. Le tenant du titre Danilo Di Luca peut compter sur la présence au sein de son équipe LPR Brakes du double vainqueur (en 2002 et 2005) Paolo Savoldelli. Il est désigné grand favori par Gilberto Simoni, leader de la formation Serramenti PVC Diquigiovanni, également vainqueur à deux reprises (en 2001 et 2003). Ces trois coureurs ont la particularité d'avoir quitté une équipe ProTour pour intégrer une équipe continentale professionnelle en 2008.

L'invitation tardive d'Astana provoque la venue de trois des meilleurs coureurs de grands tours : Alberto Contador, Levi Leipheimer et Andreas Klöden. Ce dernier a démontré sa forme en remportant le Tour de Romandie une semaine avant le départ du Tour d'Italie.

Le Russe Denis Menchov, double vainqueur du Tour d'Espagne, emmène l'équipe Rabobank pour sa première participation au Tour d'Italie.

Plusieurs autres coureurs sont cités comme éventuels outsiders. L'équipe espagnole Caisse d'Épargne compte ainsi dans ses rangs José Rujano, troisième de l'épreuve en 2005, et Vladimir Karpets. Sixième en 2007 et vainqueur de l'étape des Tre Cime di Lavaredo, le jeune Italien Riccardo Ricco (24 ans) a annoncé viser la victoire sur cette édition. Il a notamment pour coéquipier le meilleur grimpeur de l'édition précédente Leonardo Piepoli. Le meilleur grimpeur du Tour de France 2007 Juan Mauricio Soler est également présent, au sein de la formation Barloworld.

Alessandro Petacchi, vainqueur de 24 étapes sur le Tour d'Italie, a déclaré forfait en raison d'une bronchite. Il fait également l'objet d'une suspension jusqu'au 31 août 2008. Son équipe Milram reste néanmoins bien disposée pour les arrivées groupées avec l'Allemand Erik Zabel et des coéquipiers spécialistes de ce type d'épreuves. Les autres vainqueurs d'étapes au sprint sur les grands tours présents au départ à Palerme sont Robbie McEwen, Daniele Bennati, Danilo Hondo, Paolo Bettini et Robert Förster.

Le jeune Mark Cavendish fait forte impression depuis 2007 et a remporté trois victoires au sprint en avril. Mirco Lorenzetto, Graeme Brown, Alexandre Usov, Koldo Fernandez, Luciano Pagliarini, Alberto Loddo peuvent également viser de bons résultats en cas de sprint massif.

Les cyclistes présents dans le tableau ci-dessous correspondent aux leaders des classements annexes. Ils peuvent ne pas correspondre avec le porteur du maillot.

En haut



Tour d'Espagne 2008

Alberto Contador lors de la 20e étape

La 63e édition du Tour d'Espagne s'est élancée de Grenade, en Andalousie, le 30 août 2008 pour se terminer trois semaines plus tard à Madrid. Le parcours de 3 173 kilomètres comptait 21 étapes, dont trois contre-la-montre. L'Espagnol Alberto Contador a remporté l'épreuve, ajoutant un troisième grand tour à son palmarès. Le Belge Greg Van Avermaet s'est imposé au classement par points et le Français David Moncoutié au classement de la montagne.

Seules 16 des 18 équipes ProTour sont présentes sur ce Tour d'Espagne. L'équipe Columbia a retiré sa candidature dès le mois d'avril, préférant se concentrer sur le Tour de Grande-Bretagne, le Tour d'Irlande et le Tour du Missouri en raison de ses intérêts commerciaux. L'équipe Scott-American Beef (ex-Saunier Duval-Scott) a été exclue par les organisateurs en raison du contrôle antidopage positif à l'EPO dont a fait l'objet son leader italien Riccardo Riccò durant le Tour de France.

Trois équipes continentales professionnelles ont été conviées : Andalucia-Cajasur, Xacobeo Galicia et Tinkoff Credit Systems. Les deux premières étaient déjà présentes lors de l'édition précédente. Pour Tinkoff, il s'agit de la première Vuelta, après deux participations consécutives au Tour d'Italie.

L'organisation n'a pas profité de l'absence de Scott-American Beef et Columbia pour inviter une ou plusieurs équipes supplémentaires. Cette Vuelta 2008 met ainsi aux prises 19 équipes pour 171 coureurs, contre 21 équipes pour 189 en 2007.

Des trois coureurs montés sur le podium de l'édition 2007, seul Carlos Sastre est présent cette année. Le vainqueur sortant Denis Menchov a annoncé dès le mois de février son intention de participer au Tour d'Italie et au Tour de France et de ne pas défendre son titre. Samuel Sánchez, troisième en 2007 et récent champion olympique, n'est pas non plus au départ.

Étant lauréat du Tour 2008, Sastre apparaît comme l'un des principaux favoris, tout comme Alberto Contador, vainqueur du Giro 2008 et qui tente de remporter son troisième grand tour. Il a à ses côtés dans l'équipe Astana deux coureurs ayant connu le podium du Tour de France, Levi Leipheimer et Andreas Klöden.

Alejandro Valverde, Damiano Cunego, Ezequiel Mosquera, cinquième de l'édition précédente, Yaroslav Popovych, leader de l'équipe Silence-Lotto en l'absence de Cadel Evans, et Igor Antón, Mikel Astarloza, tous deux chez Euskaltel-Euskadi figurent parmi les coureurs pouvant jouer le classement général. Le jeune espoir Robert Gesink (22 ans) dispute son premier grand tour.

Plusieurs sprinteurs sont présents au départ : Daniele Bennati, vainqueur du classement par points en 2007, Oscar Freire, Tom Boonen, Danilo Napolitano, Koldo Fernández, Greg Van Avermaet, et Erik Zabel.

Les spécialistes des classiques Paolo Bettini, et les deux Gerolsteiner, Davide Rebellin et Stefan Schumacher participent également à cette Vuelta.

La première semaine de course voit six coureurs différents occuper la première place du classement général. L'Italien Filippo Pozzato est le premier porteur du maillot or, grâce à la victoire de sa formation Liquigas dans le contre-la-montre par équipes de Grenade. Alejandro Valverde, victorieux le lendemain, lui succède pour une journée. Les deux étapes suivantes voient les succès des sprinters Tom Boonen et Alessandro Ballan, celui-ci prenant la tête de la course. Le premier contre-la-montre individuel de cette Vuelta est remporté par l'Américain Levi Leipheimer (Astana), qui devient à son tour leader. Parmi les coureurs jouant le classement général, Alberto Contador et Alejandro Valverde sont à moins d'une minute tandis que Robert Gesink, Igor Anton et Yaroslav Popovych perdent plus de deux minutes. Le Français Sylvain Chavanel (Cofidis), deuxième de l'étape, détrône Leipheimer le lendemain à la faveur des bonifications.

Les cyclistes présents dans le tableau ci-dessous correspondent aux leaders des classements annexes. Ils peuvent ne pas correspondre avec le porteur du maillot.

NP : Non-Partant ; A : abandon en cours d'étape ; HD : hors délai ; EX : exclu.

En haut



Tour de France 2007

Carte des étapes du Tour 2007

La 94e édition du Tour de France s'est déroulée du 7 juillet au 29 juillet 2007. Les coureurs sont partis de Londres, en Angleterre.

Le 19 juin 2007, le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, a annoncé que tout coureur n'ayant pas signé avant le 7 juillet la charte anti-dopage établie par l'Union cycliste internationale et présentée le même jour à Genève, ne pourrait pas prendre part au Tour. Cette charte n'a toutefois pas de valeur juridique.

C'est finalement l'Espagnol Alberto Contador de l'équipe Discovery Channel qui remporte ce Tour de France 2007.

A noter que pour la première fois, ce Tour de France cycliste est filmé avec des caméras "haute définition".

Le parcours du 94e Tour de France est dévoilé le 26 octobre 2006. Long de 3 553 kilomètres et composé de vingt étapes et d’un prologue, le Tour se déroule sur vingt-trois jours (dont deux journées de repos).

Celui-ci part de Londres où il effectue la boucle du prologue, et d’où il part le lendemain pour la première étape en Angleterre. La candidature officielle avait été remise en octobre 2004 par le maire de Londres à Jean-Marie Leblanc (ancien directeur du Tour de France) à l’occasion des fêtes célébrant le centenaire de l'Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni (la « Grande Boucle » s’était déjà élancée d’une île en 1998 à l’occasion du départ de Dublin en Irlande, ou y a déjà fait étape comme à Noirmoutier).

Suite au premier départ en France à Dunkerque, la course passe ensuite par la Belgique avec l'arrivée de la deuxième étape à Gand, avant de repartir le lendemain de la ville flamande de Waregem et retourner en France, en passant par la ville wallonne de Tournai. Lors de la 16e étape, il fait aussi une brève incursion en Espagne (Communauté Forale de Navarre) pour franchir trois cols successifs pyrénéens entre Port de Larrau et le Col de la Pierre Saint-Martin à la frontière franco-espagnole.

Enfin les deux dernières étapes (27 et 28 juillet) arrivent à Angoulême (avec le contre-la-montre Cognac-Angoulême le 28), avant la traditionnelle dernière étape des « Champs » (qui part de Marcoussis).

Le Tour comprend trois arrivées en altitude, onze étapes de plaine et six étapes de montagne, ainsi que trois contre-la-montre individuels (y compris le prologue) ; il n'y a aucun contre-la-montre par équipe dans cette édition.

Enfin douze nouvelles villes deviennent des villes étapes pour leur première fois : Londres et Cantorbéry en Angleterre ; Waregem en Belgique ; Villers-Cotterêts, Joigny, Chablis, Semur-en-Auxois, Tignes, Tallard, Mazamet, Cognac et Marcoussis. Phénomène rare également, trois villes-étapes sont dans le même département, le Tarn (81, avec Albi, Castres et Mazamet).

Le principal animateur de la première semaine de course est Fabian Cancellara, tout d'abord vainqueur du prologue londonien, puis de la troisième étape en s'échappant à la flamme rouge et en devançant les sprinteurs. Seul fait déterminant pour le classement général, la chute des leaders de la formation Astana – Alexandre Vinokourov et Andreas Klöden – lors de la cinquième étape.

Le premier changement de maillot jaune survient lors de la première étape de montagne, où Linus Gerdemann l'emporte après une longue échappée. Le lendemain, c'est encore l'équipe T-Mobile en lançant l'un des outsiders du tour, Michael Rogers en tout début d'étape. Aucune équipe ne réagit, mais il chute dans la descente du Cormet de Roselend. C'est finalement Michael Rasmussen, revenu sur le groupe de tête en cours d'étape, qui l'emporte et s'empare du maillot jaune et du maillot à pois.

Du côté des favoris, c'est Christophe Moreau qui porte les premières attaques, distançant Vinokourov, Klöden, Leipheimer, Menchov ou encore Sastre. Mais le groupe de tête qui comprend, outre Moreau, Valverde, Evans, Mayo, Schleck, Kashechkin et Contador ne coopère pas, et ne profite pas de la baisse de forme de Vinokourov en ne le reléguant qu'à une minute, tandis que Michael Rasmussen remporte l'étape avec une avance confortable. Vinokourov perd de nouveau trois minutes le lendemain, dans une étape qui ne verra pas de gros écarts se creuser entre les favoris. C'est le jeune Colombien Juan Mauricio Soler Hernández qui remporte l'étape.

Après une étape de transition vers Marseille qui verra la victoire de Cédric Vasseur, les hostilités reprennent dès la onzième étape vers Montpellier, l'équipe Astana tentant de piéger des favoris en procédant à une bordure. À l'arrivée, seul Christophe Moreau, sixième au général, perdra plus de trois minutes lors de cette étape. L'équipe Astana confirme son renouveau lors du premier contre-la-montre du tour, en plaçant Vinokourov, Klöden et Kashechkin dans les quatre premiers. Cadel Evans se classe deuxième, mais ne parvient pas à reprendre le maillot jaune à Rasmussen, qui contre toute attente termine le chrono en onzième position, doublant même Valverde, parti trois minutes avant lui.

La première étape pyrénéenne entre Mazamet et le plateau de Beille est marquée par les défaillances de Christophe Moreau et d'Alexandre Vinokourov. Elle assoit la domination de Michael Rasmussen que seul Alberto Contador peut suivre dans l'ascension vers le plateau de Beille. La victoire d'étape revient à Contador. La seconde étape des Pyrénées entre Foix et Loudenvielle - Le Louron marque le retour en forme d'Alexandre Vinokourov qui remporte l'étape en solitaire, suivi en deuxième position par un étonnant Kim Kirchen. Michael Rasmussen conserve le maillot jaune en terminant à la 11e position juste derrière Alberto Contador, son dauphin au classement général.

Lors de la deuxième journée de repos, le mardi 24 juillet, l'équipe Astana se retire de la course à la suite du contrôle positif de son leader Alexandre Vinokourov.

Michael Rasmussen remporte la 16e étape, et dernière étape de montagne entre Orthez et Gourette - Col d'Aubisque, il conforte ainsi sa 1re place au classement général. Le même jour, l'Italien Cristian Moreni de l'équipe Cofidis est annoncé comme positif à la testostérone exogène. Son équipe se retira de la course par la suite.

Après sa victoire dans la 16e étape, Michael Rasmussen est limogé par son équipe, la Rabobank, pour s'être soustrait à des contrôles anti-dopage avant le départ du Tour de France et avoir menti sur son emploi du temps,,. En conséquence, il ne prend pas le départ de la 17e étape.

Au soir de la 17e étape, c'est donc Alberto Contador qui endosse le maillot jaune, qu'il conservera jusqu'à Paris. Il réussit à garder une courte avance de 23 secondes sur Cadel Evans et de 31 secondes sur son coéquipier Levi Leipheimer à l'issue du dernier contre-la-montre. Ce podium est le plus serré de l'Histoire du Tour, les trois premiers se tenant en 31 secondes.

Chaque étape est décrite plus en détails en suivant le lien indiqué dans la première colonne du tableau ci-dessous.

Le Tour de France 2007 a rapporté un certain nombre de points UCI à une partie des coureurs du peloton. Ne sont concernés par ces points que les membres d'une équipe UCI Pro Tour. Les équipes invitées (Barloworld et Agritubel) n'entrent donc pas dans ce classement. Le vainqueur d'étape empoche 10 points, 5 pour le 2e et 3 pour le 3e. Le vainqueur final du Tour glane 100 points, le deuxième en obtient 75, le troisième 60, le quatrième 55 et ainsi de suite jusqu'à la 12e place en retranchant 5 points à chaque fois, le 13e obtient 12 points, le 14e 10 points et ainsi de suite jusqu'à la 20e place en retranchant 2 points à chaque fois.

Le numéro 001 n'est pas atribué (ni les numéros 002 à 009). En effet, le vainqueur de l'édition précédente Floyd Landis et son équipe de l'époque Phonak, qui n'existe plus aujourd'hui, ne participent pas à cette édition.

En raison des polémiques sur le dopage entourant le cyclisme depuis de nombreuses années, Guillaume Prébois a effectué le tour de France 2007 « à l'eau claire » en parcourant chaque étape la veille de l'étape officielle . Il est accompagné de Fabio Biasiolo, suivi et contrôlé par un médecin chaque jour. Tout ceci pour montrer qu'il est tout à fait possible, pour une personne suffisamment entraînée, de réaliser le Tour de France avec une moyenne proche de 30 km/h (inférieure d'environ 10 km/h par rapport à la course officielle) sans avoir recours à des pratiques illicites. Il faut préciser que ce tour à été fait en respectant les usages de la route (intersections, circulation automobile, feux rouges, etc.), contrairement au peloton professionnel pour qui la circulation est bloquée. Le fait de rouler en peloton fait également augmenter la moyenne. Cependant, cet autre Tour a pu s'effectuer à un rythme régulier, contrairement à la course dont le rythme varie de manière importante du fait des attaques.

En haut



Source : Wikipedia