Alabama

3.3856132075695 (848)
Posté par marvin 13/03/2009 @ 06:08

Tags : alabama, etats-unis, amérique, international

Dernières actualités
En Alabama, Airbus bataille contre Boeing - L'Express
Fierté de l'Alabama ! » Ici, à Mobile, un port longtemps écrasé par le dédain du Nord, il n'est pas un gamin des écoles ou un barman de Royal Street, parmi les 250 000 habitants de la plus grande et de la plus pauvre métropole de cet Etat républicain,...
Le studio des America's Army a fermé - Gamers.fr
Le studio d'Emerville en Californie n'est donc plus, et le support après lancement des jeux de la série sera désormais réalisé par le studio de Redstone dans l'Alabama. L'armée américaine a remercié poliment les développeurs derrière le jeu....
Alabama : un tueur en série exécuté - Le Figaro
Un homme présenté comme un meurtrier en série, Jack Trawick, 62 ans, a été exécuté par injection mortelle jeudi dans l'Alabama, ont annoncé aujourd'hui les autorités pénitentiaires de cet Etat du sud-est des Etats-Unis sur leur site internet....
L'ex-patron de Healthsouth condamné - Le Figaro
En revanche il avait été reconnu coupable de corruption, tout comme l'ancien gouverneur de l'Alabama, et condamné à 7 ans de prison et 150.000 dollars d'amende. La même année il avait accepté de payer 81 millions de dollars pour solder des poursuites...
America's Army : studio fermé - Gamekult.com
A l'avenir, les mises à jour et le support du titre seront assurés par une nouvelle filiale anonyme de l'US Army - cette fois-ci localisée en Alabama, toujours aux Etats-Unis - sans que l'on sache pour l'instant si une partie des anciens développeurs...
Vidéo de violences policières en Alabama: le maire de la ville ... - La Presse Canadienne
BIRMINGHAM, Alabama — Le maire de la ville de Birmingham (Alabama, sud-est des Etats-Unis), où se sont produites en janvier dernier les violences policières sur un fugitif révélées cette semaine par un enregistrement vidéo, a exclu de classer l'affaire...
Professeur Benton E GUP de l'Université de l'Alabama : - webmanagercenter
A son dernier déjeuner débat mensuel, la Tunisian american chamber of commerce (TACC) avait reçu, le mardi 26 mai, Professeur Benton E. GUP, du Collège de commerce et d'administration des affaires Culverhouse à l'Université d'Alabama qui a donné une...
En bref - Le lauréat du club des irrésistibles est... - Le Devoir (Abonnement)
Ces livres sont Ceci est mon corps, de Jean-François Beauchemin, publié aux Éditions Québec Amérique, La Soeur de Judith, de Lise Tremblay, publié chez Boréal, Un homme accidentel, de Philippe Besson, chez Julliard, Alabama Song de Gilles Leroy,...
Déjà vu[TSR] - TSR.ch
Il s'agit du sixième projet commun de Tony Scott et du producteur Jerry Bruckheimer après Top Gun, Le Flic de Beverly Hills 2, Jours de tonnerre, USS Alabama et Ennemi d'Etat. Déja vu est aussi le troisième film de Tony Scott avec l'acteur Denzel...
Mauvaise passe pour les patrons fraudeurs aux Etats-Unis - La Tribune.fr
Mais il avait été reconnu coupable de corruption, tout comme l'ancien gouverneur de l'Alabama, et condamné à 7 ans de prison et 150.000 dollars d'amende. Il avait déjà accepté de payer 81 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites engagées par...

Alabama

Carte avec l'Alabama en rouge.

L'Alabama est un État du Sud des États-Unis, entouré à l'ouest par le Mississippi, au nord par le Tennessee, à l'est par la Géorgie et au sud par la Floride et le golfe du Mexique. L'Alabama est aussi connu comme le Cœur de Dixie. Vingt-deuxième État admis dans l'Union, l'Alabama fit sécession en 1861 pour devenir un État des États confédérés d'Amérique. Après la guerre de Sécession, l'Alabama fut réadmis dans l'Union en 1868.

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'Alabama, comme beaucoup d'États du Sud, connut de gros problèmes de pauvreté. Durant les années qui suivirent la guerre, l'Alabama s'affirma comme une puissance économique montante, le moteur économique passant de l'agriculture à l'industrie lourde, à l'extraction de minerai, à l'éducation et aux hautes technologies. Aujourd'hui, l'État s'investit dans le domaine aérospatial, bancaire, dans l'éducation, dans la santé, et dans différentes formes d'industrie lourde (fabrication d'automobiles, extraction de minerai, production d'acier, etc.).

L'Alabama est officiellement surnommé Yellowhammer State (en français, État du pic flamboyant). La capitale est Montgomery et la plus grande ville Birmingham.

Les Alabama, une tribu Creek, qui résidait à proximité de la confluence entre la Coosa et la Tallapoosa sur la partie nord de la rivière Alabama, donnèrent leur nom à la rivière et à l'état. Le mot Alabama proviendrait de la langue Choctaw et fut plus tard adopté par la tribu Alabama comme nom. L'orthographe du nom varie suivant les sources. Le premier usage proviendrait de trois occurrences lors de l'expédition d'Hernando de Soto de 1540 qui avec Garcilasso de la Vega utilisaient le terme Alibamo tandis que le Chevalier de Elvas et Rodrigo Ranjel écrivaient Alibamu et Limamu, respectivement. Début 1702, la tribu était connus par les Français comme les Alibamons avec des cartes sur lesquelles la rivière était appelée Rivière des Alibamons. Parmi les autres graphies de leur nom, on peut trouver Alibamu, Alabamo, Albama, Alebamon, Alibama, Alibamou, Alabamu, et Allibamou. L'utilisation de noms d'État dérivé de langues amérindiennes est commune avec une estimation de 27 états ayant un nom d'origine amérindienne.

Bien que les origine du nom Alabama soit évidente, le sens du nom de la tribu n'est pas toujours clair. Un article non signé paru dans le Jacksonville Republican le 27 juillet 1842 proposant l'idée que le nom signifiait "Ici nous restons." Cette proposition devint populaire durant les années 1850 grâce aux écrits d'Alexander Beaufort Meek. Les experts des langues Muskogi ont été incapable de trouver des preuves confirmant cette traduction. Il est dorénavant accepté que le mot proviendrait des mots Choctaw alba (signifiant "plantes" ou "mauvaises herbes") et amo (signifiant "couper", "équilibrer", ou "cueillir"). Le résultat de la traduction serait donc "nettoyeur de bosquet" ou même "ramasseur d'herbe" ce qui peut faire référence au fait de créer des terrains pour faire des plantations ou à la collecte de plantes médicinales par les chamans.

Parmi les Amérindiens ayant vécu dans l'actuel territoire de l'Alabama on trouve les Alibamas ce qui veut dire « ceux qui débroussaillent » (peuple éponyme de l'État), les Cherokee, les Chickasaw, les Choctaw, les Koasati et les Mobile. Le commerce avec le nord-est via l'Ohio commença durant s'étendant de 1000 av. JC à 700 et perdura jusqu'aux premiers contacts avec des européens. L'influence meso-américaine est évidente dans la civilisation mississippienne agraire qui suivit.

En 1580, le roi d'Espagne fonde la Floride occidentale, ancien nom de l'Alabama.

Les Français fondent la première colonie européenne de l'état avec l'établissement de Mobile en 1702. Ils intègrent l'État actuel dans la province de Louisiane apportant les premiers esclaves africains, détribalisés, et fondent des plantations (coton, tabac). L'Alabama fut français de 1702 à 1763, une partie de la Floride occidentale britannique de 1763 à 1780, et une partie de la Floride occidentale espagnole de 1780 à 1814. L'Alabama du nord et du centre faisait partie de la Géorgie britannique de 1763 à 1783 et ensuite une partie du territoire du Mississipi américain.

En 1720, la capitale de la Louisiane française est transférée de Mobile à Biloxi et en 1763, la Louisiane à l'est du fleuve du Mississippi est cédée à la Grande-Bretagne.Plus tard, en 1798, peu après le scandale de Yazoo Land, c'est l'organisation du Territoire du Mississippi, à partir de territoires cédés par la Géorgie et la Caroline du Sud, et agrandi plus tard par l'adjonction de terres supplémentaires. En 1800, ce territoire n'a toujours que 5.750 habitants, 4500 dans le Natchez District et 1250 le long de la rivière Tombigbee, dans le futur Alabama, à l'ouest de Mobile, secteur qui deviendra très vite une partie de l'Alabama. Le flot d’immigrants sur la période 1798-1812 fut significatif pour le Natchez District, placé sur le Mississippi, mais beaucoup plus faible pour l'Alabama. Les deux futurs états connurent surtout une forte croissance après 1815 et la fin de la guerre de 1812, portée par le boom des plantations de coton selon l'historien Thomas Dionysius Clark.

En 1802, la population des comtés d'Adams et Pickering (appelé ensuite Jefferson County) compte au total 4.446 blancs et 2.995 esclaves, trois ans après la partition du Natchez District en deux parties. En 1810, c'est toujours le Mississippi, privilégié par son grand fleuve et son peuplement plus ancien qui croît plus vite: la population y est de 15.826 blancs et 13.924 noirs, soit 29.700 habitants, pour la plupart dans le Natchez District et ses terres très fertiles.

En 1811, 31.306 personnes, dont 14.706 esclaves vivent dans cinq comtés au Nord de celui d'Adams, sur les états actuels du Mississippi, de l'Alabama et de la Louisiane. L'Alabama, qui est devenu un territoire séparé, compte à la même époque 9.046 habitants dont 2.565 esclaves, soit au total 38.000 habitants pour les deux futurs Etats. En 1720 c'est deux fois plus (74.693) et en 1830, 4 fois plus (183.208). Trois fois moins peuplé que le Mississipi en 1810, l'Alabama comptera deux fois plus d'habitants que lui en 1830, grâce en particulier aux Réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique arrivés vers 1817.

La guerre de 1812, motivée par des spéculations immobilières liées aux rebondissement du scandale de Yazoo Land débouche en 1812 puis en 1814 sur deux vagues d'immigration. La troisième, la plus forte intervient en 10 décembre 1817.

Cette année 1817 vit le pic de la période d'immigration: en neuf jours, 4.000 personnes s'installent dans le Mississippi voisin, où de 1810 à 1820, en une décennie, la population a doublé, pour atteindre 75.450 habitants, dont 42.176 blancs et 33.272 esclaves, c'est la "Mississipi fever". La croissance, au cours de la même décennie, de l'Alabama fut encore plus rapide: elle a été multipliée par 20, pour atteindre 146.863 habitants (99.198 blancs et 47.665 esclaves), d'où le terme d'Alabama fever.

Le Mississipi et l'Alabama réunis comptent 74.693 esclaves dès 1820: ce nombre double ensuite pour atteindre 183.000 dans les deux états en 1830. Dès 1817, deux ans après la fin de la guerre de 1812, plusieurs centaines de réfugiés de Saint-Domingue, menés par deux ex-généraux de Napoléon Bonaparte, fondent la Vine and Olive Colony, et obtiennent 370 kilomètres carrés du gouvernement américain. Très vite, ils abandonnent le vin et les olives pour devenir des pionniers de l'histoire de la culture du coton.

Le passage au statut d'état a été retardé par l'absence de côte littoral; ce qui fut arrangé lorsque Andrew Jackson captura la Mobile espagnole en 1814. L'Alabama fut le 22ème états à être admit dans l'Union, en 1819, deux ans après le Mississippi. Les nouveaux colons américains décident de continuer l´esclavage.

L'Alabama devient la nouvelle frontière durant les années 1820 et 1830. Les colons tirent rapidement avantage du sol fertile. Les planteurs amènent des esclaves avec eux. L'économie de la "Black Belt" comporte alors de grandes plantations de coton dont les propriétaires construisent leurs richesses sur le travail des afro-américains mis en esclavage. Le nom de "Black Belt" provient du sol qui est noir et fertile. Ailleurs les blancs plus pauvres sont des fermiers de subsistance. D'après un recensement datant de 1860, les esclaves représentent 45% de la population de l'État qui s'élèvent alors à 964 201 personnes. Il y avait seulement 2 690 personnes de couleur libres.

Le 11 janvier 1861 l´Alabama fait sécession, fournissant près de 120 000 soldats aux États confédérés d'Amérique, bien qu'aucune bataille n'ait réellement pris part dans cet État. Rapidement ébranlé par la guerre, l'État doit faire face à une fuite massive des esclaves. Après la défaite confédérée, l´esclavage est aboli, et un gouvernement provisoire est établi en 1865. Après la Reconstruction, l'État est réintégré à l'Union en 1868. Mais ayant mal accepté leur défaite, les blancs s'opposent à toute ascension sociale des Noirs au moyen de troupes paramilitaires (Fleurs du Camelia, Ku Klux Klan), de la lois Jim Crow, et de la politique de ségrégation qui vise en fait à empêcher une émancipation et l'égalité des Noirs. Ceux ci sont quasiment privés d'instruction, n'ont pas le droit d'avoir une arme et sont dissuadés de voter. De nombreux Noirs fuient alors vers les États industriels du nord.

Dans sa nouvelle constitution de 1901, la législature (basé sur l'agriculture) prive les Afro-américains de leurs droits civiques avec des restrictions de vote. Alors que les planteurs engagent des blancs pauvres pour soutenir ces efforts, les nouvelles restrictions entrainent aussi la privation du droit de vote aux blancs. En 1941, plus de blancs que de noirs sont privés du droit de vote: 600 000 blancs pour 520 000 noirs. Ceci est principalement dû aux effets des impôts locaux cumulatifs.

Les dommages causés à la communauté Afro-américaine sont plus importants, puisque presque tous les citoyens noirs perdent leur droit de vote. En 1900, quatorze comtés de la Black Belt (qui étaient principalement Afro-américains) représentent près de 79 000 votants. Le 1er juin 1903, le nombre de votants enregistrés tombe à 1081. En 1900, l'Alabama compte plus de 181 000 Afro-américains éligibles au vote. En 1903, ils ne sont que 2980, bien qu'au moins 74 000 votants noirs soient lettrés. La privation du droit de vote aux noirs s'est arrêtée lorsque les Afro-américains ont mené le mouvement des droits civiques pour atteindre la législation fédérale au milieu des années 1960 afin de protéger leur droit civique et leur droit de vote. Une telle législation protège aussi les droit des pauvres parmi les populations blanches.

La législature, dominée par le milieu rural, continue de ne pas allouer les fonds suffisants aux écoles et aux services destinés aux Afro-américains de l'État, mais ne les soulage pas d'impôts. Les discriminations raciales qui perdurent, la dépression agricole, et la perte des récoltes de coton dû au charançon du coton conduisent des dizaines de milliers d'Afro-américains à chercher de nouvelles opportunités dans les villes du nord des États-Unis. Ils quittent l'Alabama au début du 20ème siècle lors de la Grande Migration à la recherche de travail dans l'industrie et d'un avenir plus clément dans les villes industrielles du nord. La taux de croissance de la population en Alabama tombe presque de moitié de 1910 à 1920, reflétant cette émigration.

Dans le même temps, beaucoup de blancs et de noirs, anciennement agriculteurs, s'installent dans la ville de Birmingham pour trouver un emploi dans le secteur industriel. Dès lors, elle connait une croissance si rapide qu'elle est surnommée "la ville magique" ("The Magic City"). Durant les années 1920, Birmingham devient la 19ème plus grande ville des États-Unis et représente à elle seule 30% de la population de l'État. L'industrie lourde et les mines composent la base de l'économie.

En dépit des grands changements que connait la population de 1901 à 1961, la législature de l'État refuse de modifier la répartition des sièges de la Chambre des Représentants et du Sénat de l'État pour qu'ils reflètent mieux la population réelle. Elle maintient l'ancienne représentation politique et économique sur les zones agricoles. De plus, la législature d'État fit que les quelques sièges de la législature représentant Birmingham soient donnés à des personnes vivant hors de Birmingham.

Du fait de la longue période de restrictions imposées aux Afro-américains, la politique de l'État est resté une démocratie représentée par un seul parti politique pendant des décennies. Le développement industriel dû aux exigences de la Seconde Guerre Mondiale a apporté la prospérité. Le coton pris de moins en moins d'importance puisque l'État développait les services et les manufactures. Durant les années 1960, sous le Gouverneur George Wallace, beaucoup de blancs dans l'État s'opposaient aux efforts d'intégration.

La population blanche de l'Alabama s'opposera souvent violemment dans les années 1950 et 1960 à l'émancipation des noirs. Le mouvement des droits civiques avec Martin Luther King ou Rosa Parks a débuté en Alabama (Boycott des bus de Montgomery). La ségrégation raciale fut abolie en 1964. Depuis les années 70, de plus en plus d'immigrants d'Amérique latine se sont installés.

Grâce a la croisade que mena le Mouvement des Droits Civils, les Afro-américains ont récupéré leur droit de vote et leurs autres droits au travers du Civil Rights Act de 1964 et du Voting Rights Act de 1965. De jure la ségrégation a pris fin dans l'état lorsque les lois Jim Crow ont été déclaré nulles et abrogé.

Sous le Voting Rights Act de 1965, la Cour suprême des États-Unis à forcé l'Alabama a correctement représenter la population au niveau de sa législature, Chambre des Représentants et Sénat de l'État. En 1972, pour la première fois depuis 1901, la disposition de la Constitution de l'Alabama quant à une redistribution périodique des districts basée sur la population fut mise en application. Ceci au bénéfice de la population noire qui a mal été représentée pendant plus de 60 ans.

L'Alabama est le 30e plus grand État des États-Unis avec 135 765 km² dont 4 338 d'eau (3,2 %), ce qui fait de lui le 23e État ayant la plus grande superficie d'eau, ainsi que le second État ayant le plus grand système de voies d'eau intérieures aux États-Unis.

Les trois-cinquièmes de la superficie terrestre constituent une plaine qui descend en pente douce vers le Mississippi et le golfe du Mexique. Le nord de l'Alabama est plus montagneux, avec le Tennessee créant une large vallée qui forme de nombreux cours d'eau, des lacs et des collines.

L'altitude de l'Alabama est généralement comprise entre le niveau de la mer à la baie de Mobile et 550 mètres dans les Appalaches, au nord-est. Le point culminant est le Mont Cheaha (774 mètres).

Les États entourant l'Alabama sont au nord le Tennessee, la Géorgie à l'est, la Floride au sud et le Mississippi à l'ouest. L'Alabama possède un littoral sur le golfe du Mexique, dans l'extrême sud-est de l'État, entre le Mississippi et la Panhandle de Floride.

Le Comté de Baldwin, le long de la côte, est le plus grand des 67 comtés de l'État, aussi bien en superficie de terre qu'en superficie d'eau.

L'Alabama comprend plusieurs parcs nationaux, dont le Horseshoe Bend National Military Park à Daviston, le Little River Canyon National Preserve à Fort Payne, le Russell Cave National Monument à Bridgeport, le Tuskegee Airmen National Historic Site à Tuskegee et le Tuskegee Institute National Historic Site près de Tuskegee.

L'Alabama abrite également le Natchez Trace Parkway, la Selma To Montgomery National Historic Trail et la Trail Of Tears National Historic Trail.

Le cratère d'impact d'une météorite de 8 km de long se trouve dans le Comté d'Elmore, au nord de Montgomery. C'est le Wetumpka crater, qui est le site du "plus grand désastre naturel de l'Alabama". Une météorite de 300 mètres frappa la région il y a près de 80 millions d'années. Les collines à l'est du centre ville de Wetumpka présentent les restes érodés du cratère d'impact, le secteur de Wetumpka crater a été identifié comme un cratère d'impact ou astroblème à cause des cercles concentriques que forment les fractures et les zones de roches brisées se trouvant juste sous la surface.

Le climat de l'Alabama est un climat subtropical humide avec une température annuelle moyenne de 18°C. Les températures ont tendance à être plus élevées dans le sud de l'État, à proximité du golfe du Mexique, tandis que la partie nord de l'État, particulièrement la région des Appalaches, est légèrement plus fraîche. Généralement, l'Alabama est sujet à des étés très chauds et des hivers moyens, avec des précipitations tout au long de l'année. La somme annuelle des précipitations est, en moyenne, de 142 centimètres.

Les étés en Alabama sont parmi les plus chauds des États-Unis, avec des température de plus de 32°C durant l'été dans l'ensemble de l'État. L'Alabama est aussi enclin aux cyclones tropicaux et aux ouragans. Les régions de l'État éloignées du Golfe ne sont pas à l'abri des effets de ces tempêtes, qui déchargent une quantité importante de pluie quand elles se déplacent à l'intérieur des terres et s'y affaiblissent.

Le Sud de l'Alabama rencontre plus d'orages que n'importe quelle autre région des États-Unis. La côte du Golfe, près de baie de Mobile, connait entre 70 et 80 jours d'orage par an. Cette activité diminue légèrement plus au nord de l'État, mais même l'extrême nord connait près de 60 jours d'orage par an. De temps en temps, les orages sont importants avec de la foudre et des chutes de gros grêlons – les parties centrale et nord de l'état sont les plus vulnérables à ces types d'orage. Il y a quelquefois des tornades – celles-ci sont courantes dans l'État, bien que la saison des tornades varies du nord au sud de l'État. L'Alabama partage la triste distinction, avec le Kansas, d'avoir relevé plus de tornades F5 que les autres États – d'après les statistiques du National Climatic Data Center sur la période du 1er janvier 1950 au 31 octobre 2006. Une tornade F5 est la plus puissante de son genre. Plusieurs tornades F5 ont contribué à augmenter le nombre de morts dû aux tornades en Alabama, plus que dans les autres États sauf pour le Texas et le Mississippi. Le Super Outbreak du mois de mars 1974, affecta de façon très négative l'Alabama. La partie nord de l'État – le long de la Tennessee Valley – est l'une des régions nord-américaines les plus vulnérables aux violentes tornades. La région couvrant l'Alabama et le Mississippi - la plus affectée par ce phénomène - est parfois appelée la Dixie Alley, en opposition avec la Tornado Alley des plaines du sud. L'Alabama est l'un des rares endroits au monde qui connait une saison des tornades secondaire (novembre et décembre) en plus de la saison estivale propice à ce phénomène.

Les hivers sont généralement doux en Alabama, comme ils le sont au travers de la plupart des États du Sud-Est américain, avec une moyenne minimale de 4°C en janvier à Mobile et de 0°C à Birmingham. Les chutes de neige sont rares dans presque tout l'Alabama. Les régions au nord de Montgomery peuvent recevoir un peu de neige chaque hiver, avec des chute un peu plus importantes de temps en temps. Sur la côte sud du Golfe les chutes de neiges sont moins fréquentes, espacés de plusieurs hivers sans neige.

Au recensement de 2000, l'Alabama compte 4 447 100 habitants (48,3 % d'hommes et 51,7 % de femmes), ce qui fait de lui le 23e État le plus peuplé des États-Unis. En 2000, environ 25,3% des résidents de l'état avaient moins de 18 ans, dont 6,7% avaient moins de 5 ans, et 13.0% avaient plus de 65 ans. L'âge moyen de la population est 35,8 ans (l'âge moyen national étant 35,3 ans).

Il y a 1 963 711 logements dans l'État, dont 88,5 % sont occupés. 72,5 % des logements occupés le sont par les propriétaires.

1 737 080 ménages peuplent l'État. 70 % sont des familles, d'une taille moyenne de 3,01 personnes. La taille moyenne du ménage est de 2,49 personnes.

Dans la population de plus de 25 ans, 75,3 % détiennent au moins le diplôme d'enseignement secondaire (high school) et 19,3 % au moins le premier diplôme universitaire. 13,5 % de la population de plus de 18 ans ont servi dans l'armée américaine.

59,3 % de la population de plus de 16 ans travaillent pour un revenu moyen annuel de $32 383 pour les hommes et de $22 518 pour les femmes.

Parmi les résidents de l'état, près de 108 000 sont nés à l'étranger (soit 2,4% de la population de l'état), dont une estimation de 22,2% était illégaux (soit 24 000 individus).

Le centre de population de l'Alabama se trouve dans le comté de Chilton hors de la ville de Jemison.

Les plus grands groupes d'origine présents en Alabama sont: les Afro-américains (26.0%), les Anglais (7.8%), les Irlandais (7.7%), les Allemands (5.7%), et les Écossais (2.0%).

En 2000, près de 96.7% des résidents de l'Alabama âgés de 5 ans ou plus parlaient l'anglais chez eux et 2,2% parlaient espagnol. Seulement 0,4% de la population parlait allemand, environ 0,3% parlait le français/français cadien, et 0,1% le Chinois.

L'Alabama se trouve au milieu de la Bible Belt. Lors d'un sondage datant de 2007, près de 70% des interrogés pouvaient nommer les quatre évangiles chrétiennes. Parmi ceux ayant des préférences religieuses, 59% disait avoir une "complète compréhension" de leur foi et ne nécessitait pas d'autre apprentissage. Lors d'un sondage de 2007, 92% des habitants d'Alabama indiquait avoir au moins faire un peu confiance aux églises de leur État. La région de Mobile se distingue par son fort pourcentage de catholiques, du à l'occupation française et espagnole de cette région. Aujourd'hui, une très grande majorité des Alabamiens se définiessent comme protestants.

Selon le Bureau de statistiques économiques américain, le PIB de l'Alabama s'élevait en 2006 à 160 milliards de dollars, ou 29 697 dollars par habitant, le plaçant au 44e rang national. Le PIB de l'Alabama a augmenté de 3,1 % de 2005 à 2006, atteignant la 23e place en terme d'augmentation du PIB. La plus importante croissance vient de l'industrie de biens durables. En 1999, le revenu par personne était de 18 189 dollars dans l'État.

La production agricole de l'Alabama est composée de volailles et d'œufs, de bétail, de cacahuètes, de coton, de céréales telles que le maïs et le sorgho, de légumes, de lait, de soja et de pêches. Bien que connu comme "l'État du Coton", l'Alabama ne se place que comme le huitième ou dixième État producteur de coton selon les différents rapports,, avec, dans le top trois, le Texas, la Géorgie et le Mississippi.

L'activité industrielle de l'Alabama comprend les productions dérivées du fer et de l'acier (comme les moules et les tuyaux), ainsi que les activités dérivées du bois, de l'extraction à la coupe en passant par la fabrication de papier. L'Alabama abrite aussi une industrie minière (principalement dans l'extraction du charbon). Les productions dérivées du plastique ainsi que l'industrie automobile sont également présentes. Par ailleurs, l'Alabama a aussi une production aérospatiale et électronique, principalement dans la zone d'Huntsville, où se trouve le George C. Marshall Space Flight Center de la NASA et le US Army Missile Command, basé à Redstone Arsenal.

L'Alabama se trouve également dans le bassin qui connaît la plus forte croissance économique du pays, en incluant les États voisins comme le Tennessee, le Mississippi, la Floride et la Géorgie. Cette croissance est en grande partie liée à la rapide expansion de l'industrie automobile qui, depuis son arrivée en Alabama en 1993, a généré plus de 67 800 nouveaux emplois. L'Alabama est depuis devenu le deuxième État du pays en termes de production automobile et devrait prendre la première place, devant la région de Détroit, aux alentours de 2009 grâce à de récentes expansions industrielles. En mai 2007, un site au nord de Mobile a été sélectionné par le producteur d'acier allemand ThyssenKrupp pour l'implantation d'une usine représentant un investissement de 3,7 milliards de dollars. Parallèlement, l'industriel allemand a promis la création de 2 700 emplois permanents.

Dans les années 1970 et 1980, l'économie de Birmingham fut transformée par les investissements dans les biotechnologies et la recherche médicale à l'Université d'Alabama à Birmingham (UAB) et son hôpital adjacent. L'hôpital de l'UAB est un centre traumatique de Niveau I fournissant des soins de santé et des avancées médicales. L'UAB est le plus grand employeur de la région et de l'Alabama avec une main d'œuvre de près de 20 000 personnes. HealthSouth, fournisseur des services de santé, a aussi son siège social dans la ville.

Birmingham est aussi un centre bancaire de premier ordre, servant de siège à deux banques majeures: la Regions Financial Corporation et la Compass Bancshares. SouthTrust,une autre grande banque basée à Birmingham, fut acquise par Wachovia en 2004. En novembre 2006, Regions Financial fusionna avec AmSouth Bancorporation, qui était aussi basée à Birmingham. Ils formèrent la huitième plus grande banque américaine (par le capital total). Près d'une douzaine de banques plus petites sont aussi basées dans la "Magic City", telles que la Superior Bank et la New South Federal Savings Bank.

Le fournisseur télécom AT&T, anciennement BellSouth, a une présence important avec de nombreux bureaux dans l'aire métropolitaine. Les compagnies d'assurance les plus importantes sont Protective Life, Infinity Property & Casualty et ProAssurance Corporation, parmi d'autres, et sont basées à Birmingham et emploient un grand nombre de personnes dans le Greater Birmingham.

La ville est aussi le siège de grandes compagnies de construction et d'ingénierie, dont BE&K et B. L. Harbert International qui sont habituellement inclues dans la liste d’Engineering News-Record des premières entreprises internationales de construction et de conception.

Le port de Mobile, le seul d’Alabama sur le golfe du Mexique, est le plus actif du golfe. Il offre un accès à l’intérieur des terres grâce à la voie d’eau Tennessee-Tombigbee.

L’impôt sur le revenu s’élève à 2, 4 ou 5 % selon le revenu et le statut. La TVA est de 4 %. Cependant, ce taux peut être plus élevé selon la ville ou la province où l’on habite. L’impôt sur les sociétés est d’environ 6,5 %. En prenant en compte l’ensemble des impôts, l’Alabama est le deuxième État le moins taxé des Etats-Unis. En 2003, l’Alabama a connu un budget en déficit de 670 millions de dollars. Cependant, c’est l’un des rares États à avoir opéré un virage complet en ayant atteint un budget excédentaire de près de 1,2 milliard de dollars en 2007, et plus de 2,1 milliards attendus en 2008.

L'Alabama est traversée par cinq autoroutes inter-états: l'I-65 qui va du du nord au sud en passant par le centre de l'État; l'I-59 et l'I-20 partent du centre ouest de Birmingham, ou l'I-59 continue vers la pointe nord-est de l'État et l'I-20 va vers l'est, vers Atlanta; l'I-85 s'étend de la frontière avec la Géorgie à Montgomery, fournissant une voie de communication principale vers Atlanta; et l' I-10 traverse la région la plus au sud de l'Alabama, la traversant d'ouest en est, en passant par Mobile. Une autre Interstate, l'I-22, est actuellement en construction. Quand elle sera terminé, vers 2012, elle reliera Birmingham à Memphis (Tennessee).

Les aéroports les plus importants d'Alabama sont le Birmingham International Airport (BHM), le Dothan Regional Airport (DHN), l'Huntsville International Airport (HSV), le Mobile Regional Airport (MOB), le Montgomery Regional Airport (MGM), le Northwest Alabama Regional Airport (MSL), le Tuscaloosa Regional Airport (TCL), et le Pryor Field Regional Airport (DCU). Pour les transport par voie ferrée, Amtrak propose le Crescent, un train quotidien de voyageur allant de New York à La Nouvelle-Orléans avec des arrêts à Anniston, Birmingham et Tuscaloosa.

Le texte fondateur du gouvernement d'Alabama est la Constitution de l'Alabama qui fut ratifiée en 1901. Avec près de 800 amendements et 310 000 mots, il s'agit d'une des constitutions les plus longues au monde. Elle fait approximativement quarante fois la longueur de la Constitution des États-Unis. Un mouvement important existe qui voudrait ré-écrire et moderniser la constitution de l'Alabama. Ce mouvement se concentre sur le fait que la constitution de l'Alabama concentre tous les pouvoirs sur Montgomery et ne laisse pratiquement aucun pouvoir aux élus locaux. Chaque changement de politique proposé dans l'État doit être approuvé par la législature de l'Alabama dans son ensemble et, fréquemment, par référendum. Une des critiques de l'actuelle constitution dit que la complexité et la longueur de cette dernière était intentionnelle pour codifier la ségrégation et le racisme.

L'Alabama a 67 comtés. Chaque comté a son propre pouvoir législatif élu, le plus souvent appelés la County Commission, qui a quelques fois une autorité exécutive dans le comté. Dû aux restrictions imposé par la Constitution de l'Alabama, tout les comtés, sauf sept (Jefferson, Lee, Mobile, Madison, Montgomery, Shelby, et Tuscaloosa), de l'état on peut ou pas d'Home Rule. Au lieu de cela, la plupart des comtés de l'état doivent exercer une pression sur le Local Legislation Committee de la législature de l'état pour disposer de quelques droits au niveau local.

L'Alabama est un état ou la consommation de boisson alcoolisé est controlé; le gouvernement a le monopole sur la vente d'alcool. Toutefois, les comtés peuvent eux-même se déclarer "dry" (ou l'alcool est interdite); l'état ne vendra donc pas d'alcool dans ces régions.

L'Alabama est un État populaire et très conservateur du sud des États-Unis.

L'actuel gouverneur de l'État de l'Alabama est le républicain Robert Riley, en fonction depuis janvier 2003. Le lieutenant-gouverneur, élu séparément, est le démocrate James Folsom Jr. élu en 2007.

Le Parti démocrate détient actuellement la majorité dans les deux chambres de la Législature. Dû au pouvoir détenu par la législature, pour outre-passer le véto du gouverneur une simple majorité suffit (alors que dans les autres états américains, une majorité des deux tiers est souvent nécessaire pour passer outre un véto), les relations entre l'exécutif et le législatif peuvent facilement être tendues quand des partis différents contrôlent les pouvoirs.

Durant la Reconstruction suivant la Guerre de Sécession, l'Alabama était occupé par les troupes fédérales du Third Military District sous le commandement du Général John Pope. En 1874, la coalition politique connu sous le nom de Redeemers pris le contrôle du gouvernement de l'état aux Républicains (anti-esclavagistes), en partie par la suppression du droit de vote des Afro-américains au travers d'intimidation et de terrorisme. La suprématie des blancs a donc été ré-établie.

Après 1890, une coalition de blancs passa une loi afin de mettre en place la ségrégation raciale et de restreindre les droit des résidents noirs, un processus mis en place grâce à une disposition de la constitution 1901. Toutefois la disposition qui privait les Afro-américains de leurs droits privait aussi les blancs les plus pauvres des leurs.

De 1901 aux années 1960, la législature de l'état ne reforma pas les districts alors que la population augmentait et se déplaçait dans l'État. Le résultat était qu'une minorité rurale dominait la politique étatique jusqu'à ce qu'une série d'affaires judiciaires requiert des modification en 1972.

Avec les restrictions imposées aux Afro-américains, l'État devint une partie du "Solid South", un systême monopartite dans lequel le Parti démocrate reste le seul parti politique dans chaque état sudiste, le Dixiecrat. Pendant 100 ans, le résultat des élections d'État et localez en Alabama se décidaient lors des primaires démocrates, avec généralement un concurrent républicain se présentant aux élections générales.

La politique interne de l'État d'Alabama fut l'objet de l'attention des États-Unis et du monde dans les années 1950 et 1960 durant le Mouvement afro-américain des droits civiques (1955 à 1968), quand la majorité des blancs résistait et protestait contre les réformes électorales et sociales par la bureaucratie, et en même temps, par la violence. George Wallace, le gouverneur d'alors, reste encore aujourd'hui une figure connue et controversée. Ce n'est qu'avec le passage du Civil Rights Act de 1964 et du Voting Rights Act de 1965 que les Afro-américains regagnèrent le droit de vote et leurs droits civils.

En 2007, la Législature de l'Alabama vota, que le gouverneur ratifia, une résolution exprimant de "profonds regrets" à propos de l'esclavage et de ses impacts tardifs. Lors d'une cérémonie symbolique, la résolution fut signé au Capitole de l'État d'Alabama, qui fut la première capitale des États confédérés d'Amérique.

De 1876 jusqu'à 1956, l'Alabama fut l'un des bastions du parti démocrate mais le soutien des chefs nationaux de ce dernier aux droits civiques, à partir des années 1960, a remis en cause cette prépondérance, au moins au niveau national.

Jusqu'à l'élection présidentielle de 1964, l'Alabama n'avait jamais voté pour des candidats républicains. Dans les années 1930 et 40, l'État avait toujours accordé plus de 80 % de ses suffrages au démocrate Franklin Roosevelt. En 1948, 79 % des électeurs avaient cependant choisi Strom Thurmond, le candidat démocrate dissident (Dixiecrat).

En 1960, les démocrates remportèrent l'État mais John F. Kennedy ne remporta que 6 des 11 grands électeurs de l'État, les autres refusant de choisir entre les candidats républicain et démocrate et votant pour protester comme (en) Unpledged elector pour Harry Byrd Sr., sénateur influent de Virginie, démocrate et ségrégationniste, qui n'était pourtant pas candidat.

À l'élection présidentielle de 1964, les électeurs de l'Alabama votèrent à 69 % pour le républicain conservateur Barry Goldwater pour protester contre les droits civiques mis en place par le président démocrate Lyndon Johnson.

Lors des élections présidentielles de 1968, les électeurs de l'État confirmèrent leur hostilité à l'évolution nationale du Parti démocrate en votant à 65 % pour le « Dixiecrat » ségrégationniste George Wallace, candidat sous l'étiquette de l'American Independent Party et gouverneur de l'état, face au républicain Richard Nixon et au démocrate Hubert Humphrey. À l'élection de 1976, Jimmy Carter, gouverneur de l'État voisin de Géorgie, est le dernier démocrate à avoir gagné en Alabama lors d'une élection présidentielle.

Depuis 1980, les électeurs alabamiens conservateurs votent de plus en plus pour les candidats républicains au niveau fédéral mais localement, les démocrates restent encore majoritaires, tant en termes de fonctions électives détenues qu'en termes de préférences politiques affirmées par les habitants de l'Alabama.

En 2004, le républicain George W. Bush remporta les 9 grands électeurs d'Alabama avec 62,5% des voix contre 36,84 % au démocrate John Kerry. Les onze comtés ayant voté pour ce dernier furent ceux de la Black Belt, où les Afro-américains représente la majorité de la population.

Les deux sénateurs représentant l'Alabama au Sénat des États-Unis sont Jefferson B. Sessions III et Richard C. Shelby, tous deux Républicains.

À la Chambre des représentants des États-Unis, l'État est représenté par sept membres, cinq sont Républicains: (Jo Bonner, Terry Everett, Mike D. Rogers, Robert Aderholt, et Spencer Bachus) et deux sont Démocrates: (Bud Cramer et Artur Davis).

En 2008 , John McCain remporte cette État de tradition republicaine avec 60% des voix face à Barack Obama 39% .

Le primaire et le secondaire public en Alabama est sous la direction de l’Alabama State Board of Education. Ensemble, 1541 écoles fournissent des services éducatifs à 743 364 élèves de l'élémentaire et du secondaire.

Les fonds dédiés aux écoles sont fournit par l’Alabama Legislature au travers de l’Education Trust Fund. Lors de l'année scolaire 2006-2007, l'Alabama utilisa $3 775 163 578 au primaire et au secondaire. Ce qui représentait une augmentation de $444 736 387 par rapport à l'année fiscale précédente.

L'Alabama est de culture Dixie, son surnom est Heart of Dixie.

La liste suivante recense les équipes de sports professionnelles en activité en Alabama.

La liste suivante recense les équipes de sports professionnelles qui ont été en activité en Alabama.

Cette liste n'est pas exhaustive.

En haut



USS Alabama

Le véritable USS Alabama

USS Alabama (Crimson Tide) est un film américain réalisé par Tony Scott en 1995. Au Québec, le titre fut Marée rouge.

1995. À la tête d'unités de dissidents de l'armée russe, le leader ultra-nationaliste Vladimir Radtchenko menace l'ordre international en s'emparant d'une base de missiles nucléaires située dans l'est de la Russie. Placés en état d'alerte DEFCON 2, les États-Unis envoient un de leur sous-marin nucléaire lanceur d'engins de classe Ohio le bâtiment USS Alabama, placé sous les ordres de l'intransigeant commandant Ramsey (Gene Hackman).

Leur mission est de patrouiller le long des côtes russes de l'Océan Pacifique afin d'empêcher un lancement nucléaires des dissidents russes, si nécessaire en ayant recours à une frappe nucléaire. Après avoir reçu un message flash ordonnant au sous-marin de lancer une frappe nucléaire contre les dissidents, ils affrontent et détruisent un sous-marin nucléaire d'attaque de la classe Akula de la marine russe aux mains des dissidents. Or pendant le combat, ils reçoivent un fragment de message flash à propos du "lancement nucléaire"; malheureusement, celui-ci est incomplet car le câble radio a été sectionné pendant le combat. C'est alors qu'une mutinerie éclate dans le sous-marin entre les partisans d'un tir immédiat et ceux d'une attente de confirmation de l'ordre de tir, ces derniers étant menés par le commandant en second Ron Hunter (Denzel Washington) ...

Le scénario étant très mince, l'intérêt du film tient surtout dans le face à face entre Denzel Washington et Gene Hackman, ainsi que dans l'ambiance lourde de ce huis-clos.

Pour le tournage, une passerelle de sous-marin a été reproduite et montée sur une plate-forme mobile.

La marine américaine a refusé de participer à la production du film, arguant que celui-ci racontait une mutinerie, et qu'il donne donc une mauvaise image de la discipline dans l'armée.

La marine nationale française a prêté son concours à la production et est remerciée dans le générique. Les premières et dernières scènes du film sont tournées sur le porte-avions Foch.

Il est notoire que Quentin Tarantino a participé à l'écriture de ce film. Le dialogue à propos du Surfeur d'Argent lui est d'ailleurs régulièrement attribué (l'aspect pop culture de l'échange ressemble en effet beaucoup à son style d'écriture).

En haut



Alabama (chanson)

Elle est surtout connue pour la polémique engendrée par ses paroles, qui critiquent l'intolérance et le racisme (le Ku Klux Klan ayant pris la relève de la pratique de l'esclavage) qui régnaient encore dans l'État de l'Alabama. Le racisme dans le sud des États-Unis avait déjà évoqué par Neil Young dans la chanson Southern Man (dans l'album After the Gold Rush) sorti en août 1970.

En réponse à ces deux chansons, le groupe de rock Lynyrd Skynyrd a composé la chanson Sweet Home Alabama en 1974. Ses paroles, qui mentionnent explicitement le nom de Neil Young, font l'éloge de l'Alabama et lui soulignent que les gens du Sud n'ont pas de leçon de recevoir de lui.

En haut



Source : Wikipedia