Agence mondiale antidopage

3.3698924731126 (930)
Posté par talos 14/04/2009 @ 17:07

Tags : agence mondiale antidopage, dopage, sport

Dernières actualités
Avec le passeport biologique, le cyclisme joue les cobayes - 7sur7
Troisièmement, l'Agence mondiale antidopage (AMA) s'est engagée à développer les outils (...) pour mettre en place le passeport", ajoutait-elle. Mais la collaboration avec l'AMA s'est arrêtée avant le printemps suivant en raison d'une poursuite en...
"Le passeport est une approche prometteuse" - RTBF
17.06.09 - 18:19 Alain Garnier, directeur médical de l'Agence mondiale antidopage (AMA), explique les avantages du passeport biologique qu'il voit comme "une approche prometteuse" dans l'arsenal antidopage. Comment est née l'idée du passeport...
FIFA - Blatter calme le jeu avec l'AMA - Goal.com
Le président de la FIFA, Sepp Blatter a expliqué qu'il n'avait "pas de différend personnel" avec John Fahey, président de l'Agence mondiale antidopage. Dans un communiqué de la FIFA, Sepp Blatter a balayé les différences qui l'opposent à John Fahey et...
Dopage: le cycliste Valverde porte plainte pour "conduite irrégulière" - AFP
MADRID (AFP) — Le cycliste espagnol Alejandro Valverde a annoncé mardi qu'il portait plainte contre certains membres du tribunal antidopage du Comité olympique italien (Coni) et contre l'Agence mondiale antidopage (AMA), en raison de leur "conduite...
Dopage: Antonio Colom positif à l'EPO - Sports.fr
Selon un communiqué publié par l'instance internationale, le test a été effectué hors compétition le 2 avril dernier par le laboratoire de Madrid, accrédité par l'Agence mondiale antidopage (AMA). L'Espagnol est le deuxième coureur de la formation...
Les cheveux de la bataille - DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace
Car on ne peut pas compter sur une avancée prochaine de l'Agence Mondiale de lutte Antidopage (AMA). » Pour l'heure, ChemTox garde en quelque sorte un statut de franc-tireur. Ou de bouée de sauvetage. Le dernier sportif illustre venu éprouver ses...
Les codes antidopage de l'AMA et de la Fifa "en conformité totale" - Le Monde
Les codes antidopage de l'Agence mondiale antidopage (AMA) et de la Fédération internationale de football (Fifa) sont "en conformité totale" à l'exception de la question de la réintégration d'un joueur suspendu, a déclaré le président de la Fifa,...

Agence mondiale antidopage

Logo de l'agence

L'Agence mondiale antidopage (AMA) est une fondation internationale indépendante, responsable de promouvoir, coordonner et superviser la lutte contre le dopage dans le sport. Elle a été créée le 10 novembre 1999. Son siège est à Montréal.

Initialement financée à cent pour cent par le Comité international olympique (CIO), l'AMA est financée à parts égales depuis 2002 par le CIO et les gouvernements. Ses instances de décision sont également composées à parts égales par des représentants du mouvement sportif (y compris des sportifs) et des gouvernements. Les activités principales de l'agence comprennent la recherche scientifique, l'éducation, le développement de programmes antidopage et la surveillance du respect du Code mondial antidopage - le document harmonisant les règles liées au dopage dans tous les sports et dans tous les pays. L'AMA publie également chaque année la Liste des substances et méthodes interdites.

En tant qu'organisation à la tête du mouvement antidopage, l'AMA a fait avancer la lutte contre le dopage de manière significative au cours des dernières années.

Au lendemain de l'affaire Festina qui a secoué le microcosme sportif avec la révélation que le dopage sévissait à grande échelle dans le domaine sportif, le CIO a décidé de réunir tout le milieu sportif et les gouvernements pour mettre fin à ce mal qu'est le dopage. Cette conférence s'est déroulée à Lausanne en Suisse les 2 et 4 février 1999 et a fait l'objet d'un texte écrit dit Déclaration de Lausanne sur le dopage dans le sport. Cette déclaration a pris effet immédiatement et donné lieu à la création d'une agence internationale antidopage indépendante, opérationnelle dès les JO de Sydney en 2000.

L'Agence a ouvert ses portes le 10 novembre 1999 à Lausanne pour promouvoir et coordonner la lutte contre le dopage. Elle est basée sur une représentation égale entre les pouvoirs publics et le mouvement olympique.

En 2001, l'AMA a décidé d'installer son bureau principal à Montréal, inauguré en 2002.

Le Code mondial antidopage harmonise les règles liées au dopage dans tous les sports et dans tous les pays. Il est entré en vigueur en janvier 2004 et a été adopté par les organisations sportives olympiques avant les Jeux olympiques d'Athènes en 2004. Près de 600 organisations sportives (fédérations sportives internationales, organisations nationales antidopage, Comité international olympique, Comité international paralympique, un certain nombre de ligues professionnelles dans divers pays, etc.) ont adopté le Code à ce jour.

Au terme d'une vaste procédure de consultation, des révisions du Code mondial antidopage ont été unanimement adoptées lors de la troisième Conférence mondiale sur le dopage dans le sport en novembre 2007. Celles-ci incorporent l'expérience acquise dans le cadre de l'application du Code original. Ces amendements, qui includent un certain nombre de mesures renforçant la lutte contre le dopage dans le monde entier, sont entrées en vigueurs le 1er janvier 2009.

De nombreux gouvernements ne pouvant pas être juridiquement liés par un document non gouvernemental tel que le Code mondial antidopage, ils le mettent en place en ratifiant individuellement la Convention internationale de l'UNESCO contre le dopage dans le sport, le premier traité universel contre le dopage dans le sport, adopté à l'unanimité des 191 États présents à la Conférence générale de l'UNESCO en octobre 2005 et entré en vigueur en février 2007. Plus de 100 gouvernements ont ratifié la Convention à ce jour, établissant un record de vitesse dans l'histoire de l'UNESCO.

La Convention internationale de l'UNESCO contre le dopage dans le sport est le premier traité universel contre le dopage dans le sport. Elle a été adoptée à l'unanimité des 191 États présents à la Conférence générale de l'UNESCO en octobre 2005 et est entrée en vigueur en février 2007.

La Convention de l'UNESCO est un instrument juridique qui permet aux gouvernements d'aligner leurs lois et règlements nationaux sur le Code, harmonisant ainsi les règles liées au dopage dans le sport. La Convention formalise l'engagement des gouvernements contre le dopage dans le sport, en particulier en facilitant les contrôles et en soutenant les programmes de contrôle nationaux; en encourageant la mise en place de bonnes pratiques dans l'étiquetage, la fabrication et la distribution de produits pouvant contenir des substances interdites; en interrompant leur soutien financier envers les organisations et individus faisant usage de dopage ou l'appuyant; en prenant des mesures contre le trafic de substances; en encourageant la mise en place de codes de conduite dans les professions liées au sport et à la lutte contre le dopage; ou encore en subventionnant des programmes de sensibilisation et d'éducation.

Plus de 100 gouvernements ont ratifié la Convention à ce jour.

En haut



Sport en France

Spectateurs du Tour dénonçant le dopage

Le sport en France est marqué par plusieurs phénomènes : une tradition sportive ancienne, un rôle prépondérant dans l'organisation du sport moderne et une grande variété de disciplines pratiquées à haut niveau. Si le palmarès international n'est pas au même rang, la tendance paraît s'inverser depuis la fin du XXe siècle. La France pèse en effet moins qu'avant sur les enjeux du sport mondial (lutte contre le dopage, notamment (voir Agence mondiale antidopage), alors que le palmarès des sportifs français depuis les années 1990 la place désormais clairement dans les toutes meilleures nations sportives. En 1986 déjà, L'Équipe magazine publie un classement mondial prenant en compte de très nombreuses disciplines. La France est classée quatrième derrière les États-Unis, l'URSS et l'Allemagne en profitant de sa présence, même moyenne, dans de nombreux sports. Aujourd'hui, les sportifs français n'ont pas abdiqué leurs volontés omnisports, colonisant même de nouveaux territoires (squash, surf et biathlon, par exemple), mais ils s'imposent aussi parmi les tous meilleurs dans des disciplines comme le football, le rugby, le handball ou encore le basket-ball, même si l'on note une baisse de régime en cyclisme. Avec 39 titres olympiques, l'escrime reste le sport le plus titré devant le cyclisme (37).

La pratique sportive organisée est introduite dans l'Hexagone par les Romains et arènes, stades et hippodromes sont érigés en Gaule. Après cette période gallo-romaine, au cours de laquelle le sport roi est la course de chars, le tournoi s'impose comme l'activité la plus prisée. Cet authentique art martial est très violent et de nombreux morts et blessés sont à déplorer. L'Église renouvelle ses interdits sept siècles durant, sans effets. Les rois de France publient également des interdictions, tel Saint Louis en 1260, mais la pratique perdure jusqu'à la fin du XVe siècle. Cette activité ouverte à l'origine à tout homme robuste permet d'obtenir le statut de chevalier. Certaines parties de tournois sont en revanche strictement réservées aux chevaliers et militaires. D'autres variantes, un peu moins violentes, sont introduites à partir des XIIIe et XIVe siècles : joute équestre (à ne pas confondre avec le tournoi) et pas d'armes, notamment. D'autres activités, qui permettent cette fois la participation de tous, découlent également des sports des chevaliers : la joute nautique en particulier, qui est pratiquée depuis au moins le XIIe siècle en France.

Le peuple reste donc le plus souvent spectateur en matière de tournois et autres joutes équestres, mais ce n'est pas le cas du jeu de paume, qui s'impose comme le sport roi en France du XIIe au XVIIIe siècle. Joué d'abord à mains nues, le battoir est inventé au XVe siècle, puis la raquette avec cordage en chanvre ou en boyau est introduite en 1505. Cette innovation se répand très rapidement, et dès 1510, les raquettes deviennent courantes. Le jeu de paume, qui sera à l'origine du tennis et de la pelote basque notamment, est alors une véritable passion française qui culmine aux XVe et début du XVIe siècle. La France est couverte de terrains de jeu de paume, extérieurs ou couverts. Dans The View of France de Sir Robert Dallington (1561-1637), publié en 1604 suite à un séjour en France en 1598, ce maître d'école anglais nous apprend que la France est « un pays semé de jeux de paume, plus nombreux que les églises et des joueurs plus nombreux que les buveurs de bière en Angleterre. », avant de conclure : « Les Français naissent une raquette à la main ». Le 9 novembre 1527, par lettres patentes du roi de France, François Ier officialise le professionnalisme sportif, en jeu de paume notamment. Ce texte révolutionnaire met en effet sur le même plan les gains d'un joueur de paume et les fruits du travail : « tout ce qui se jouera au jeu de paume sera payé à celui qui gagnera comme une dette raisonnable et acquise par son travail ». Depuis bien longtemps déjà, paris et enjeux ont transformé de fait cette activité sportive en métier pour beaucoup. Louis XIII puis Louis XIV tentèrent de juguler cette passion française en limitant le nombre des terrains de jeu et en introduisant d'autres activités : le billard et le sport hippique au premier chef. Au XVIIIe siècle, le jeu de paume connaît un lent déclin, mais innove pourtant en mettant sur pied le premier championnat du monde, tous sports confondus, en 1740. Vainqueur du tournoi, le Français Clergé est ainsi le premier champion du monde de l'histoire du sport.

L'apogée du jeu de paume coïncide avec la montée en puissance de l'humanisme dont les auteurs, de Rabelais à Mercurialis en passant par Montaigne, mettent sur le même plan éducation intellectuelle et éducation physique. Blaise Pascal utilisa même le jeu de paume dans ses démonstrations : « Qu'on ne me dise pas que je n'apporte rien. C'est la disposition des matières qui est nouvelle : quand on joue à la paume, c'est la même balle que l'on joue l'un et l'autre mais l'un de nous la place mieux. » (Pensées, publiées en 1670). Cette leçon est très bien assimilée par les Britanniques qui découvrent au début du XVIIe siècle les joies et les vertus du sport. En revanche, la leçon est oubliée par les philosophes des Lumières et la France, jadis place forte du sport, s'en désintéresse. Cette situation perdure jusqu’à nos jours chez une certaine frange de l'élite intellectuelle qui considère le sport comme vulgaire voir dangereux. Certains auteurs hexagonaux comparent même le sport à une forme de peste.

Depuis les Lumières qui marquent en France la chute de la pratique, le sport est « ringardisé » par les intellectuels. Une commission sur l’enseignement de la gymnastique diligentée par le ministère de l’Instruction publique signale ainsi en 1868 que « Depuis longtemps, on remarque que les élèves ne jouent plus, que les récréations se passent en promenades et conversations, surtout chez les élèves des classes supérieures, ce qui n'est pas fait pour les reposer des travaux intellectuels assidus ». Les intellectuels qui avouent leur penchant pour le sport resteront ainsi l'exception jusqu’à l'extrême fin du XXe siècle. Citons pour l'exemple Albert Camus. La victoire de l'équipe de France de football à l'occasion de la Coupe du monde de football en 1998 modifie un peu la donne.

La Révolution n'est pourtant pas hostile au sport et organise même des Olympiades de la République à Paris en 1796, 1797 et 1798. À cette occasion, les premiers chronométrages sont effectués en athlétisme tandis que pour la première fois également le système métrique est utilisé dans des compétitions sportives.

Le sport le plus prisé en France durant les deux premiers tiers du XIXe siècle est le sport hippique. Les courses de chevaux passionnent les foules et les hippodromes qui sortent alors de terre illustrent parfaitement ce fait. Nombre de courses prestigieuses sont d'ailleurs créées à cette période : prix du Jockey Club (1836), prix de Diane (1843) ou Grand Steeple-Chase de Paris (1874).

À la fin du siècle, le cyclisme s'impose comme le sport le plus populaire. La petite reine permet la mise en place dès les années 1870 de compétitions professionnelles suivies par des médias spécialisés. Le cyclisme n'innove toutefois pas dans ces domaines car il existait déjà une presse spécialisée suivant le sport hippique en France dès les années 1820. Les jockeys sont professionnels, tout comme les joueurs de paume, cités plus haut, ou les rameurs d'aviron. Ces derniers disputent un championnat professionnel sur la Seine depuis les années 1830. Les courses à pieds sont également dotées de prix en espèces dès 1853. Pendant trois décennies, les coureurs professionnels français s'affublent de surnoms comme « Cerf Volant », « L’homme éclair » ou « l’homme vapeur ». Ainsi, le professionnalisme, déjà pratiqué par les Grecs et les Romains, fait partie intégrante du sport français avant la montée au créneau des opposants à ce système.

Au milieu des années 1880, Georges de Saint-Clair et Ernest Demay lancent une campagne de « purification » de l'athlétisme français et obtiennent l'interdiction de ces courses professionnelles. En réaction à cette politique de « purification », l'Union des sociétés professionnelles d'athlétisme est créée à Paris. Une fédération du même type se crée à Paris dans la foulée concernant la natation.

L'Union des sociétés françaises de sports athlétiques, fédération omnisports fondée le 20 novembre 1887 par les clubs parisiens du Racing club de France et du Stade français, met particulièrement en avant sa volonté de lutter contre la professionnalisation du sport. L'USFSA qui est à l'origine de la création de la FIFA et de la rénovation des Jeux olympiques impose cette vision comme modèle pour longtemps. L'USFSA ne survit pas à la Première Guerre mondiale et le football franchit le pas du professionnalisme en 1932 en France. Il est imité, plus tard, par le rugby à XIII, hockey sur glace, basket-ball, handball, volley-ball et même le rugby à XV, qui reste pourtant, un siècle durant le chantre de l'amateurisme en France. Les femmes ont également un statut professionnel en basket-ball, handball et volley-ball.

Les sports inventés ou codifiés en France sont nombreux, et dans ce domaine, seul le Royaume-Uni rivalise avec l'Hexagone. Citons ici le jeu de paume, la pelote basque, la balle au tambourin, le cyclisme, le sport automobile, le sport motocycliste, la boxe française, l'escrime sportive, le billard et la pétanque. C'est également en France que l'on trouve la plus ancienne trace écrite liée au cricket (1478), qui semble avoir été inventé en France puis importé en Angleterre, comme ce fut également le cas pour la soule (qui donne naissance au football, rugby à XIII, rugby à XV, football gaélique, football américain, football australien et football canadien) et du jeu de paume (à la source notamment du tennis).

De même, la France fut à l'origine de la mise en place de structures pyramidales à vocation mondiale par sport, le tout chapeauté par le Comité international olympique. Très souvent fondées à Paris, ces fédérations internationales avaient presque toutes leur siège à Paris avant de rejoindre les terres plus paisibles de la Suisse. Aujourd'hui, seules subsistent en France la Fédération internationale de balle au tambourin à Montpellier, la Fédération internationale de polo à Vineuil-Saint-Firmin, la Fédération internationale du sport automobile à Paris et la toute jeune Fédération internationale de football américain basée en banlieue parisienne, à La Courneuve.

De prestigieuses compétitions sont également nées en France. Outre les épreuves disputées exclusivement dans l'Hexagone comme le Tour de France, les 24 heures du Mans, le Bol d'or, le Grand Prix automobile de France et les Internationaux de France de Roland-Garros, les Jeux olympiques, la Coupe du monde de football, le Championnat d'Europe de football et la Ligue des Champions sont des créations françaises. Parmi les dirigeants qui furent à l'origine de ces épreuves, il convient de nommer ici Pierre de Coubertin, Jules Rimet, Henri Delaunay et Henri Desgrange.

Le sport en France est organisé, à l'image du pays, de façon pyramidale. Le ministère de la Jeunesse et des Sports couvre l'ensemble du phénomène sportif français et délègue à des fédérations l'organisation effective de chaque discipline. Le Comité national olympique et sportif français assure pour sa part le lien entre les autorités politiques, les fédérations sportives et le Comité international olympique.

Rabelais publie son Gargantua en 1534 prescrivant pour l’éducation humaniste de son élève un solide programme sportif. Gargantua pratique évidemment le jeu de paume tandis que l’écuyer qui l’enseigne à l’art de la chevalerie est symboliquement nommé Gymnaste par Rabelais. De fait, c’est un manifeste humaniste qui met notamment au même plan l’éducation intellectuelle et l’éducation physique.

L'introduction du sport dans le cursus scolaire date en France du 14 mars 1850 suite à l'adoption de la loi Falloux concernant l’éducation physique facultative en milieu scolaire. Le 2 décembre 1854, le décret du ministre de l’Instruction Publique Hippolyte Fortoul introduit la gymnastique facultative dans les lycées français. L'Éducation physique et sportive devient obligatoire le 27 janvier 1880 (Loi Georges).

Le premier diplôme de la profession est le certificat spécial d’enseignement de la gymnastique, institué le 25 novembre 1869. Il n'est toutefois pas obligatoire pour enseigner l'EPS qui est jusque là le fait de militaires ou de professeurs de gymnastique privés. Aujourd'hui, le DEUG STAPS créé en 1975 est la filière classique pour préparer le CAPEPS (Certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive).

L'École alsacienne (Paris) qui se dote d'un gymnase en 1881 créée en son sein « La société sans nom » en 1880 ; c'est le premier club sportif scolaire français. En 1885, on joue déjà au rugby à l'École alsacienne et au lycée Lakanal, deux établissements parisiens.

Avant cette date, l'athlétisme est pratiqué dans des établissements dont les anciens élèves forment des clubs comme le Racing Club (1882) par des anciens du lycée Condorcet, du lycée Janson-de-Sailly et de l'École Monge, ou le Stade français (1883) par d'anciens du lycée Buffon et du lycée Saint-Louis.

Les premiers « lendits », compétitions sportives scolaires, ont lieu à Paris en juin 1889. Douze disciplines sont au programme de ce premier rendez-vous officiel du sport scolaire de compétition en France : cyclisme, jeu de paume, lancer du disque, marche, course à pied, aviron, natation, équitation, saut en longueur, escrime, tir et boxe française.

Le mouvement touche la province dès le début des années 1890. Ainsi, à Toulouse ce sont des lycéens qui disputent la première partie de rugby jouée dans la ville rose en 1893.

Ces clubs sportifs scolaires mettent sur pied des compétitions locales avant la fondation en 1938 de l'Office du sport scolaire et universitaire (OSSU). Depuis 1945, les établissements du second degré sont obligés d'avoir une association sportive. L'OSSU devient ASSU en 1962 puis se scinde en deux branches en 1975 : Union nationale du sport scolaire et Fédération française du sport universitaire. En 2005, l'USEP (écoles primaires) comptait 820 000 licenciés pour 11 000 associations et l'UNSS (collèges et lycées) comptait plus de 9 500 associations sportives scolaires pour 900 000 licenciés, dont 364 000 filles. 102 activités sportives sont pratiquées à l'UNSS donnant lieu à 82 championnats de France dans 35 disciplines.

La formation sportive dans le cadre scolaire classique est nettement déficiente en France pour de multiples raisons : manque d'heures au programme, manque de moyens au niveau des installations et approche générale de la discipline par de nombreux professeurs tendant plutôt à détourner les élèves de la pratique sportive.

Afin de compenser cette carence expliquant en partie l'absence criante de « culture sportive » en France, l'État a mis en place des structures spécialisées : les sections sports-études. Ces établissements qui combinent apprentissages classiques et sport de haut niveau voient le jour dans les années 1960 après les résultats catastrophiques enregistrés lors des olympiades de 1960 et 1964. Collèges et lycées sont concernés et le maillage du territoire est complet avec au moins un établissement disposant d'une section sports-études par département.

Les sections sports-études assurent la base de travail de formation, mais ce dernier doit être poursuivi au sein de pôles plus spécialisés : les pôles de haut niveau. Chaque fédération sportive possédant un label haut niveau délivré par le ministère des sports et sa commission nationale du sport de haut niveau, dispose de plusieurs de ces pôles. L'INSEP héberge quelques uns de ces pôles. Dans certains sports plus structurés comme le football, la formation spécialisée est assuré au sein de centres de formation intégrés aux clubs professionnels.

La France a connu plusieurs phases de construction d'édifices dédiés à la pratique sportive. Outre les monuments gallo-romains dont les arènes de Nîmes sont l'un des plus prestigieux représentants, la floraison de salles de jeu de paume des XVe et XVIe siècles fut gommée dès le XVIIIe siècle en transformant ces installations sportives en tavernes ou entrepôts. Après le jeu de paume, la France se passionne pour les courses de chevaux et plusieurs centaines d'hippodromes, dont une dizaine à Paris et dans ses environs, sont construits au XIXe siècle.

Certains de ces hippodromes sont démantelés entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle pour accueillir les nouvelles enceintes nécessaires à la pratique du cyclisme puis du football et du rugby : les stades vélodromes. Le stade de Colombes, qui est stade olympique en 1924, était à l'origine un hippodrome, transformé en stade de football et de rugby en 1907. Longtemps presque tous stades vélodromes, les stades français se débarrassent de leurs pistes cyclistes principalement des années 1960 aux années 1980, tels le Parc des Princes (1972) et le Stade vélodrome (1983). Le stade de France et ses tribunes amovibles permettant d'accueillir de l'athlétisme fait désormais figure d'exception. Les stades de football et de rugby comptant entre 20 000 et 60 000 places ne possèdent plus de pistes d'athlétisme. Certains stades de plus modestes dimensions conservent toutefois leurs installations d'athlétisme ; le stade Dominique-Duvauchelle (12 150 places) à Créteil ou le Stadium Nord (16 664 places) à Villeneuve-d'Ascq par exemple.

Les premières constructions de gymnases en France remontent à 1818 avec l'ouverture le 1er février du Gymnase de l’Institution Durdan de l'Espagnol Francisco Amoros. L'année suivante, les sapeurs-pompiers de Paris se dotent d’un gymnase. L’École de Joinville voit le jour en 1852. Réservée d’abord aux militaires, elle assure une formation en gymnastique et contribue à son essor en France. L’Union des sociétés de gymnastique de France fondée en 1873 compte ainsi plus de 250 clubs affiliés en 1875 et on assiste alors à la construction de gymnases qui ne sont plus seulement réservés aux militaires. Ces installations sont presque exclusivement dédiées à la pratique de la gymnastique. À Paris, le nombre des gymnases passe de 18 à 48 de 1870 à 1914.

Il faudra attendre les années 1950 pour voir la France se couvrir de gymnases modernes centrés sur des terrains de handball, le sport de salle qui nécessite le plus grand terrain. Ces gymnases se trouvent généralement liés à des établissements scolaires. Ils accueillent les pratiquants scolaires en journée puis les pratiquants en club en soirée. Parfois équipés de petites tribunes, ces gymnases n'ont évidemment pas les dimensions des palais omnisports dont se dotent les plus importantes villes depuis la fin du XIXe siècle déjà. Les vélodromes couverts permettent en effet de disputer des rencontres de basket-ball ou de tout autre sport de salle sans difficulté. Le Vélodrome d'hiver de Paris (1909-1959) a très tôt accueilli ces sports de salle afin d'étoffer son calendrier qui ne se limitait pas seulement au cyclisme.

Avec la démolition du Vel'd'hiv en 1959, Paris manque d'une grande salle que les 4 500 places du stade Pierre-de-Coubertin ne parviennent pas à compenser. Le Palais omnisports de Paris-Bercy (15 000 places) est inauguré en 1983 pour combler cette lacune. La situation parisienne est significative d'une carence française en matière de salles de grande dimension. Pau s'est dotée d'une salle de plus de 7 700 places en 1991, le Palais des Sports de Pau, Le Mans dispose de 6 000 places à Antarès depuis 1995 et Strasbourg inaugura en 2003 le Rhenus Sport de 6 200 places. Toutes les autres salles françaises comptent moins de 6 000 places.

Même type de carences en matière de patinoires et de piscines olympiques. La construction du premier bassin à fond de bois avait pourtant permis la création d’une École impériale de natation à Paris dès 1804. Afin de compenser ces manques, l'État transforma l'École de Joinville en INSEP en 1945. Les installations vieillissantes de ce pôle majeur du sport de haut niveau français sont actuellement en cours de restauration. Attendus depuis plusieurs décennies, ces travaux sont programmés sur plusieurs années.

Les sports mécaniques utilisent des circuits dont certains sont devenus mythiques, Le Mans en premier lieu. Citons également ici le circuit Paul-Ricard, le circuit en ville à Pau et le récent circuit de Nevers Magny-Cours.

Le premier parcours de golf du continent européen (hors Îles britanniques, donc) fut inauguré en 1856 à Pau. Il s'agissait à l'origine d'un terrain destiné aux militaires britanniques retraités dans la région.

Parmi les plus fameux rendez-vous sportifs de la France d'Ancien Régime, signalons le mois de jeux donné à Paris du 1er juin au 30 juin 1559 après la signature de la paix de Cateau-Cambrésis qui devaient culminé le dernier jour avec un mariage franco-espagnol. Ces festivités sportives comprennent notamment des joutes équestres et sont marquées par un accident mortel le dernier jour. Le roi de France Henri II est en effet mortellement blessé au cours d’une joute équestre signant du même coup l’arrêt de mort des tournois, joutes équestres et autres pas d’armes. Henri II était un sportif complet qui excellait aussi bien en joutes qu’en jeu de paume, et même en soule.

Comme déjà indiqué, le jeu de paume donna l'occasion en 1740 de voir se disputer à Paris le premier championnat du monde de l'histoire du sport puis la capitale reçut en 1796, 1797 et 1798 les Olympiades de la République sur le Champ de Mars. Parmi les plus anciennes compétitions, n'oublions pas le Grand Prix de la Saint-Louis de Joute nautique qui se dispute chaque année à Sète depuis 1743. Bernard Betti remporte la 265e édition du tournoi le 27 août 2007.

Le Tour de France créé par Henri Desgrange en 1903 reste le « plus grand spectacle gratuit du monde », comme l'annonce ses organisateurs. Il est dès l'origine sujet à des passions de la part des spectateurs et des médias. C'est un rendez-vous incontournable du calendrier sportif français. Le mois de juillet lui est consacré. Antoine Blondin eut ce mot dans L'Équipe en 1960 : « Le général de Gaulle gouverne la France onze mois sur douze ; en juillet, c'est Jacques Goddet ».

Les épreuves internationales des 24 heures du Mans, du Bol d'or, du Grand Prix automobile de France et des Internationaux de France de Roland-Garros constituent d'autres dates importantes de l'agenda sportif français. Les épreuves nationales les plus importantes sont les championnats et coupes de football (Ligue 1 et Coupe de France), rugby à XV (Top 14) et basket-ball (Pro A et Ligue féminine de Basket) principalement. Hockey sur glace, handball et volley-ball se pratiquent également avec un statut professionnel. Les sports individuels comprennent également des calendriers pros à l'image du golf, du tennis et du cyclisme notamment. L'athlétisme devrait à terme également disposer en France d'un calendrier national professionnel avec le Lagardère Athlé Tour.

Nombre de prestigieuses compétitions internationales sont nées en France. Pierre de Coubertin est à l'origine de la rénovation des Jeux olympiques. De même, Jules Rimet et Henri Delaunay mettent au monde la Coupe du monde de football, Henri Delaunay invente le Championnat d'Europe de football tandis que la rédaction du journal du L'Équipe créé la Ligue des Champions. Nombre d'éditions de ces rendez-vous majeurs du calendrier sportif mondial se sont tenues en France : Jeux olympiques d'été de 1900, Jeux olympiques d'été de 1924, Jeux olympiques d'hiver de 1924, Jeux olympiques d'hiver de 1968, Jeux olympiques d'hiver de 1992, Coupe du monde de football de 1938, Coupe du monde de football de 1998 et Coupe du monde de rugby à XV 2007 notamment.

De nombreux rois de France étaient férus de sport. Citons Louis X, Jean II, Charles V, Charles VI, Charles VIII, Louis XII, François Ier et Henri IV qui s'adonnaient au jeu de paume. La pratique sportive populaire, qui laissa longtemps beaucoup moins de traces que celles des couches aisées, donne, à tort, l'image du sport réservé à une élite. Nombre de sources nous indiquent pourtant clairement que la pratique populaire était très répandue et posait même des problèmes de productivité économique, comme le note le prévôt de Paris le 22 juin 1397 pour justifier son interdiction de la pratique du jeu de paume tous les jours, sauf le dimanche : « parce que plusieurs gens de métier et autres du petit peuple quittaient leur ouvrage et leur famille pendant les jours ouvrables, ce qui était fort préjudiciable pour le bon ordre public ». Précisons que cette interdiction n'eut aucun effet, au même titre que les interdits du même type émanant de l'Église, du roi ou des seigneurs locaux dix siècles durant... Pour des raisons démographiques, la France pouvait se permettre ces interdictions de principe, contrairement à l'Angleterre qui manqua longtemps cruellement de bras (cinq Français pour un Britannique au Moyen Âge) et qui réprima plus durement la pratique sportive populaire jusqu'en 1595, date de l'abandon tardif de l'arc pour le mousquet par l'armée anglaise.

Au XIXe siècle, en revanche, les classes aisées tentent d'imposer la pratique sportive comme une sorte de privilège social. On assiste alors à la mise en place de clubs réservant leur accès seulement aux meilleures familles. Afin d'écarter les intrus qui auraient des capacités sportives, cette école mena une lutte farouche contre le professionnalisme. Ceci n'empêcha pas le maintien du cyclisme professionnel depuis les années 1870 ou la tenue d'un championnat de Paris de football professionnel entre 1896 et 1907. Le « sport pour tous » est un concept qui s'impose lentement ; idem pour le sport féminin. Les femmes restent longtemps interdites de pratiquer certaines disciplines. Les débats concernant la pratique féminine du football ou du cyclisme ont même généré une très copieuse littérature. Ces deux disciplines n'ont d'ailleurs, aujourd'hui encore, pas atteint, loin s'en faut, leur régime de croisière en France. Ainsi, les femmes peuvent évoluer en France avec un statut professionnel en basket-ball, handball et autre volley-ball notamment, mais pas en football. Même le contrat fédéral, désormais obligatoire en National, CFA et CFA2, et autorisé en Division d'Honneur, est interdit aux footballeuses.

Jusqu'aux dernières années, il n'existe pas en France de Panthéon du sport à l'image des « hall of fame » nord-américains. De nombreux sportifs sont ainsi adulés pendant leur carrière, mais la « petite mort » de la retraite sportive est le plus souvent marquée par l'oubli. La nouvelle génération remplace la précédente, et les noms des anciens sportifs restent parfois des références nébuleuses pour beaucoup. C'est l'un des points faibles du sport français : le manque d'une véritable culture sportive. Ce problème est plus évident à observer au sujet des sportifs, car les clubs parviennent, tant bien que mal, à maintenir une sorte de service minimum dans la mémoire collective. Aussi, dresser une simple liste des plus grands sportifs français est problématique. L'Équipe s'y attela en 2000 en s'intéressant au seul XXe siècle. Cette liste limitée à treize noms prête évidemment à controverses. L'Équipe oblige, on retrouve ainsi trois cyclistes. Classés ici par ordre alphabétique : Jacques Anquetil, Serge Blanco, Marcel Cerdan, David Douillet, Bernard Hinault, Jean-Claude Killy, Suzanne Lenglen, Daniel Morelon, Christian d'Oriola, Michel Platini, Alain Prost, Puig-Aubert, Éric Tabarly et Zinedine Zidane. La situation évolue pendant les années 1990 avec la mise en place des premiers temples de la renommée du sport français. Le titre de « Gloire du sport français » est attribué par la Fédération des Internationaux du Sport Français depuis 1992 tandis qu'en basket-ball, l'Académie du basket-ball français honore ses anciens depuis 2004. La Fédération française de hockey sur glace, créée en 2006 par scission avec la Fédération française des sports de glace, inaugure son Temple de la renommée en 2008.

Au niveau loisir, une étude menée de 2000 à 2002 par le ministère des Sports et l'INSEP recense 26,5 millions de pratiquants sportifs en France tandis que le ministère des Sports recense 15 101 358 licenciés dans des clubs sportifs en 2007 .

Les premiers clubs sportifs étaient le plus souvent liés à la préparation militaire : tir à l'arc, tir, escrime, équitation et même gymnastique notamment. Des clubs civils se montent toutefois dès le XIXe siècle dans ces disciplines. La gymnastique est ainsi pratiquée dans plus de 250 clubs en France en 1875.

Dans le domaine dit des « sports athlétiques », terme en usage de la fin du XIXe au début du XXe siècle, l'aviron, le cyclisme, l'athlétisme, le rugby et le football sont, dans cet ordre, à la base de nombreuses créations. L'aviron se structure sur la Seine puis sur la Marne à partir des années 1820. Les premiers clubs de cyclisme sont fondés en 1868 à Paris, Rouen et Rennes. Il faut attendre 1890 pour voir émerger les premiers clubs de football à Paris. Citons également Le Havre AC, fondé en 1872, qui pratique entre 1872 et 1894 une forme de rugby nommée la combination avant d'opter pour le football à la fin de l'année 1894.

En 1914, la France compte plusieurs milliers de clubs sportifs pour plus d'un million de membres. Juste avant le déclenchement de la Grande Guerre, 1124 clubs omnisports sont affiliés à l'USFSA, 1504 clubs omnisports catholiques à la FGSPF, 2851 sociétés de tir à l'Union des sociétés de tir, notamment. En 1911, 1361 clubs de gymnastique à l'USGF, tandis que les clubs de cyclisme sont environ 800 en 1914.

À l'image du Racing club de France, du Stade français ou du HAC, la majorité des clubs français sont des structures omnisports comprenant des sections dédiées à différentes disciplines. Depuis les années 1920, et l'éclatement des fédérations omnisports en fédérations spécialisées, sont ces sections qui sont reconnues par les différentes fédérations et qui ont donc titre de club à part entière.

En 2007, les sports comptant le plus grand nombre de clubs en France sont le football (18 165), le tennis (8460), la pétanque (6496), le judo (5632), le basket-ball (4453), le tennis de table (3944), le karaté (3727), le cyclotourisme (3115), l'équitation (2658), le cyclisme (2539), le handball (2393), le sport-boules (2312), et l'athlétisme (2011), le tir (1704), le rugby à XV (1659), le tir à l'arc (1639), la gymnastique (1579), le volley-ball (1549), le golf (1542), le badminton (1500), la natation (1275) le ski (1262) et la moto (1257).

Ces clubs, qu'ils soient professionnels ou amateurs, disputent des championnats organisés sous forme de pyramide et des coupes pouvant impliquer nombre d'entre eux. Ainsi, la Coupe de France de football permet à plus de 6000 clubs français de prendre part à une épreuve commune. Le modèle de la ligue fermée aux niveaux amateurs fut en usage en France de 1932 à 1970 en football. Ce fut un échec. Depuis 1970, la pyramide des championnats amateurs est reliée aux championnats professionnels par un système de promotion/relégation en fin de saison, récompensant les premiers et déclassant les derniers.

En matière de sport, la France n'est pas toujours uniforme. Si les coureurs du Tour de France sont accueillis avec la même ferveur partout dans l'Hexagone, et même au delà, des spécificités locales existent. Le grand sud-ouest, au sud d'une ligne Béziers-La Rochelle, est la terre d'élection du rugby à XIII ou à XV. On surnomme d'ailleurs cette région l' Ovalie. Attention toutefois aux clichés. L'Île-de-France reste le premier comité de rugby à XV en France avec 186 clubs et plus de 26 000 licenciés. De plus, le sud-ouest ne se contente pas du seul ballon ovale. Pelote basque et course landaise sont deux disciplines locales et le surf est également pratiqué, mais comme partout ailleurs, football, basket-ball, volley-ball et handball sont solidement implantés. Ainsi, en Midi-Pyrénées, le football compte 102 553 licenciés en 2006 contre 22 114 pour le rugby à XV. À la limite Est de l' Ovalie, Sète marque le début d'une zone sportivement bien particulière. Sète est la capitale mondiale des joutes nautiques et une place forte du football, du volley-ball et du water-polo. Entre Sète et les contreforts des Cévennes en passant par Montpellier, la balle au tambourin est un sport collectif local très prisé. Il est également pratiqué en Italie. De Sète à la Camargue en longeant la côte, ce sont les joutes languedociennes qui animent principalement les villes côtières. En remontant dans les terres, jusqu’à Arles, on trouve la zone des courses camarguaises. La pétanque, qui est désormais pratiquée dans l'ensemble du pays, est toutefois plus importante qu'ailleurs dans un rayon de 200 km autour de Marseille. Le reste du pays connaît ses mêmes formes de découpages en s'appuyant notamment sur différentes formes de joutes nautiques ou autres sports locaux (Ballon au poing autour d'Amiens, par exemple). Certaines régions bénéficient de plus de réputations, plus ou moins confirmées par les faits d'ailleurs. La Bretagne est ainsi traditionnellement décrite comme une terre de football et de cyclisme ; Le Nord souvent qualifié de « terre de football ».

Grands pourvoyeurs de sportifs de haut niveau, les territoires d'outre-mer possèdent également des spécificités locales. Le handball, le surf, le squash et le football sont ainsi très populaires à la Réunion. Le surf est évidemment chez lui dans les îles du Pacifique tandis que l'une des particularités du sport aux antilles françaises sont les courses nautiques en yoles.

Le sport hippique est la première discipline à générer un intérêt médiatique dès les années 1820. Le Journal des Haras est ainsi le premier à utiliser le mot « sport » en France (1828). D'autres titres hippiques se créent : L'Éleveur, La Vie sportive, Auteuil-Lonchamps notamment Le cyclisme est doté d'une presse spécialisée dès 1869 avec l'apparition de titres comme Le Vélocipède et Le Vélocipède illustré. Le football doit attendre les années 1920 pour disposer de titres exclusivement dédiés, l’hebdomadaire Football au premier chef.

L'approche omnisports permet des parutions quotidiennes. Le Vélo (1892-1904) et L'Auto (premier numéro le 16 octobre 1900) se disputent un temps le marché des lecteurs, mais Le Vélo abandonne dès 1904. L'Auto s'impose dès lors comme la référence ; L'Équipe, qui prend le relais de L'Auto après la Seconde Guerre mondiale, profite de la même position de monopole.

Si le créneau des quotidiens est l'exclusivité de L'Équipe, la presse magazine sportive française est l'une des plus complètes du monde en matière de titres. Pas ou peu de sports qui ne disposent pas d'une revue, fut-elle trimestrielle. Parmi les grands titres citons hier Miroir des Sports ou Football magazine, aujourd'hui France football, Midi olympique, Maxi-Basket et Vélo Magazine notamment.

La presse généraliste fait entrer le sport dans ses colonnes dès la fin du XIXe siècle. Le titre généraliste Paris-Soir tente même de s'attaquer au monopole de L'Auto à la fin des années 1930 en publiant dans ses éditions du soir les résultats de l'étape du Tour de France du jour. L'Auto réplique en retardant l'heure de l'arrivée et des étapes en se dotant à partir du 27 mars 1937 d'une rubrique concernant l'information générale intitulée « Savoir vite ». Le sport constitue au début du XXIe siècle un quart de la pagination d'un quotidien comme Le Parisien.

Parmi les meilleures plumes sportives, citons Henri Desgrange, Pierre Chany, Antoine Blondin, Gabriel Hanot et Jean Eskenazi.

La radio entre sur la scène sportive dès les années 1920. Edmond Dehorter, Georges Briquet, Alex Virot et Jean Antoine sont les grandes voix des sports à la radio avant la Seconde Guerre mondiale. Virot, qui assure avec Antoine la première couverture du Tour de France en 1930, crée également à la Libération l'émission « sport et musique » du dimanche après-midi qui permet un suivi en direct des grandes compétitions sportives dominicales. Parmi les nombreux journalistes ayant démarré leur carrière aux côtés de Georges Briquet, citons Roger Couderc, Robert Chapatte et Thierry Roland.

Toutes les stations généralistes s'appuient sur un solide programme sportif. C'est toujours le cas au début du XXIe siècle avec le désormais classique « multiplex » que propose systématiquement toutes les généralistes les soirs de championnat de France de football. Ce type de programme est créé le 1er novembre 1953 par Radio Luxembourg, mais le Groupement interdit en mars 1954 la rentransmission en direct des premières mi-temps des matches de championnat. France Inter lance le multiplex moderne en 1975.

À noter que les radios françaises ont un statut comparable aux journaux écrits pour accéder gratuitement au stade et transmettre des informations, au nom du principe du droit à l'information. Clubs et instances tentèrent bien, dès avant la Seconde Guerre mondiale, de faire payer l'accès des commentateurs radios en plaidant que la diffusion en direct affectait les recettes au guichet, mais les radios tinrent bons, et aujourd'hui encore, elles cessent solidairement toutes retransmissions en cas de pression de ce type. Le tabou est pourtant cassé par RMC Infos en 2001. Cette dernière accepte de payer la FIFA pour obtenir un meilleur accès à l'info, mais ceci n'empêcha pas les autres stations françaises regroupées au sein d'un groupement symboliquement nommé « Sport Libre », de rentransmettre la Coupe du monde en direct. La Formule 1 et le championnat de France de football furent également l'objet de tractations impliquant RMC. Il exista aussi quelques tentatives d'accords de type régional depuis les années 1980 avec certaines stations et des clubs, mais ce modèle ne s'imposa pas.

Les premières retransmissions sportives de la télévision française remontent à l'arrivée du Tour de France 1948 au Parc des Princes. La finale de la Coupe de France de football et les Jeux olympiques sont diffusés pour la première fois en 1952 ; les matchs de la Coupe du monde de football depuis 1954. Football et télévision entretiennent le plus souvent des rapports houleux depuis les années 1950. La politique de l'ORTF reste longtemps celle du « dédommagement », assurant seulement la baisse de recette occasionnée par la diffusion télévisée. Le football ferme alors ses portes aux caméras. Les télévisions, pas seulement françaises d'ailleurs, acceptent progressivement de payer le prix du « spectacle sportif » depuis les années 1980. Concurrence entre les chaînes oblige, on assiste depuis lors à une surenchère pour s'assurer les retransmissions les plus porteuses en matière d'audience.

Les premiers exemples de télévisions sportives en France furent Screensport (1987) puis Eurosport (1989). Ces chaînes sont omnisports. Les années 1990 marquent l'apparition de trois catégories de stations sportives : informations sportives (L'Équipe TV ou InfoSport par exemple), unisport (TPS Foot ou Équidia par exemple) et chaînes de club (OM TV ou OL TV par exemple).

Les meilleures audiences de la télévision concernent des programmes sportifs. Depuis 1989, et la mise en place du système Médiamat, les onze programmes ayant généré les meilleures audiences furent dix matches de football et un match de rugby à XV, sans compter les remises de coupes, parfois traiter par Médiamétrie comme un programme à part entière, marché publicitaire oblige.

¹: La finale de l’Euro 2000 est créditée de 21,4 millions de téléspectateurs. Médiamétrie corrigea pourtant ce chiffre à 20 279 040. Les dernières données publiées par Médiamétrie reprennent pourtant l'indication de 21,4 millions.

Le livre de taille de la ville de Paris de 1292 recense treize paumiers, artisans spécialisés dans la confection des balles de jeu de paume, et un billardier (fabriquant de billards). Dès le XIVe siècle, les paumiers se dotent de règlements et statuts afin de corriger des abus. Certains paumiers peu scrupuleux n’hésitaient pas à bourrer leurs éteufs de pierres provoquant des accidents, parfois mortels ; le frère de Montaigne décède ainsi. Les raquettiers se dotent de statuts dès le XVIe siècle.

Outre les professions liées au cheval qui furent toujours sollicitées, les fabricants de bicyclettes constituent un groupe d'équipementiers qui pèse dès les années 1870. Pour vendre des bicyclettes, ces fabricants mettent en place des équipes et des courses. Les ventes massives de deux roues enregistrées entre 1870 et les années 1920 équilibrent aisément les comptes. Après les Années folles, les fabricants se contentent d'un rôle d'équipementiers et cessent de peser sur le sport cycliste comme c'était le cas jusque là. On retrouve ce même schéma pour le sport automobile et les constructeurs. Renault, Citroën et Peugeot limitent toutefois leurs sorties sur la scène sportive au strict minimum et de petits constructeurs se mettent alors en lumière, Bugatti notamment.

Dans le domaine des sports d'hiver, les retombées sont importantes pour les équipementiers, des fabricants de remonte-pentes à ceux de skis. Parmi les entreprises symbolisant ce secteur, citons les Skis Rossignol. De jeunes entreprises plutôt axées sur les nouveaux sports de glisse, d'hiver comme d'été, perpétuent cette tradition française.

Les entreprises françaises détiennent quelques marchés de niche comme la société DimaSport basée en Seine-et-Marne qui fournit notamment ses tapis de saut rouge et bleu dans le monde entier depuis plus de trois décennies. De même, en matière de construction navale, les chantiers français sont réputés pour leurs voiliers de course construits en série ou à l'unité.

René Lacoste fut le premier sportif à utiliser sa notoriété pour créer une marque d'équipementier. Ce furent dès 1939 les fameuses chemisettes du « crocodile » Lacoste, aujourd'hui encore incontournables. Raymond Kopa et autres Jean Vuarnet tentèrent la même approche, avec des fortunes diverses. Concurrencées par les équipementiers étrangers sur le marché des vêtements de sports au sens large, les marques françaises ont toujours peiné à s'imposer. Le Coq Sportif hier ou Airness aujourd'hui ne figurent pas dans la même catégorie que les géants du secteur. Airness affiche ainsi un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros en 2005 contre plus de 10 milliards d'euros chacun pour Nike et Adidas.

Hors bénévolat, le poids économique du sport dans l'économie française est évalué à 1,77% du PIB, soit 30,4 milliards d'euros en 2005. Les dépenses des ménages représentent 50% de ces montants (15,2 milliards d'euros en 2005), contre 9,1 milliards d'euros pour les collectivités locales, 3 pour l'État, et 3,1 pour les entreprises. Selon la FPS (Fédération Professionnelle des entreprises du Sport & des loisirs) parmi les dépenses sportives des ménages en 2007, 9,1 milliards sont consacrés à l'équipement de la personne en vêtements (44%), chaussures (19%), matériel et accessoires (33%) et services associés (location, réparations, ...) pour 4%. Les achats de services sportifs par les ménages (services fournis par les clubs sportifs, les centres de loisirs sportifs ou encore les spectacles sportifs) totalisaient 6,4 milliards d’euros en 2005.

Le ministère de la Jeunesse et des Sports estime à 100 000 (58% d'hommes pour 42% de femmes) le nombre de salariés travaillant pour le secteur sportif en France pour quelque 20 000 employeurs.

Le Fonds national pour le développement du sport, remplacé en 2006 par le Centre national pour le développement du sport, disposait de 270 millions de revenus en 2003, 239,5 en provenance de la Française des jeux. Les flux financiers générés par le football sont également taxés pour financer le CNDS à hauteur de 40 millions d'euros par an en 2006.

Les paris sportifs firent longtemps débats en France en dehors des traditionnels paris sur les courses hippiques. Les concours de pronostics sont finalement autorisés en France en avril 1985. Ils sont exclusivement organisés par la Française des jeux. La montée en puissance via internet de sociétés étrangères spécialisées dans les paris sportifs entraîne une réaction française à l'automne 2006 avec, notamment, l'interdiction de faire de la publicité sur le territoire français. Des clubs comme l'AS Monaco et le Toulouse FC qui arborent sur leurs maillots les noms de ces sociétés sont contraints de changer de sponsors.

Longtemps hostiles à la cotation en bourse des clubs sportifs, les autorités françaises autorisent finalement l'Olympique lyonnais à entrer en bourse en 2007. L'introduction en bourse de l'OL a lieu le 26 janvier 2007.

La vente des droits de nommage de stades, déjà largement en usage aux États-Unis, en Angleterre et en Allemagne, apparaît en France en 2007 avec l'annonce de la mise en chantier d'un nouveau stade au Mans : le MMArena, du nom de la compagnie d'assurances basée au Mans, MMA.

Comme déjà signalé, il existe un hiatus entre de nombreux intellectuels français et le sport. Alfred Wahl, historien français pionnier dans l'étude historique du football, indique ainsi : « Au début, mon intérêt historique suscitait des sourires mesquins. Les éditeurs étaient sceptiques, ils me disaient : « ceux qui lisent ne s'intéressent pas au foot, et vice versa » ».

Cette situation n'empêche toutefois pas sport et culture d'interagir en France.

Le musée national du Sport du parc des Princes et le musée du tennis du stade Roland-Garros sont les deux principaux musées français dédiés au sport. Il existe toutefois un grand nombre de musées traitant du sport répartis sur l'ensemble du territoire. Citons le musée du vélo de Cormatin, le musée du rugby de l'aire d'autoroute du Port Lauragais, et le musée Paul-Valéry de Sète qui propose notamment un espace consacré aux joutes nautiques. Le cas du musée national du Sport est éclairant sur le traitement du phénomène sportif dans l'Hexagone. Créé en 1922 pour ouvrir à l'occasion des Jeux olympiques de 1924, ce musée ouvre au public en 1988 pour fermer en 1998. Les riches collections du musée sont toujours au Parc des Princes dans l'attente d'un hypothétique nouveau lieu d'exposition.

En littérature, outre le Gargantua de Rabelais déjà évoqué, le sport inspira nombre d'auteurs d'Albert Camus, ancien gardien de but de football, à Daniel Picouly (Le 13e but en 1998) en passant par Maurice Genevoix (Vaincre à Olympie en 1924), Jean Prévost (Plaisirs des sports en 1925)et Émile Danoën (Lignes blanches en 1947) notamment. Le concept anglo-saxon d'« écrivain sportif » n'est pas très développé en France, mais parmi ceux qui excellent dans cette discipline, citons encore Antoine Blondin, dont les chroniques qu'il tenait dans le quotidien sportif L'Équipe sont des modèles du genre. Plus récemment, Thomas Ravier publie en 2006 chez Gallimard un ouvrage intitulé Le scandale McEnroe où il étudie la gestuelle et l’attitude du champion américain de tennis à la manière d’un critique littéraire décryptant le style d’un auteur classique.

Les sculpteurs signèrent quelques œuvres liées au sport tel Auguste Rodin (L'Athlète américain), Antoine Bourdelle (Héraklès archer) ou Aristide Maillol (Cycliste au repos).

Le sport inspira quelques pièces de théâtre tels L'Amour foot de Robert Lamoureux, créé en septembre 1992 ou Le Mental de l'équipe (2007) d'Emmanuel Bourdieu et Frédéric Bélier-Garcia. Dans Les Athlètes dans leur tête (2003), André Dussollier explore, sur un ton humoristique, ce que pensent les sportifs au moment de leurs compétitions.

Parmi les films de cinéma consacré au sport, mentionnons Les Rois du sport (Pierre Colombier, 1937), Coup de tête (Jean-Jacques Annaud, 1978), À mort l'arbitre (Jean-Pierre Mocky, 1983) et le récent Le Vélo de Ghislain Lambert (Philippe Harel, 2001). Voir la Catégorie:Film français de sport.

La musique compte de très nombreux liens avec le sport des P’tit gars du Tour de Fredi Gardoni et Jean Cyrano en 1932 à Mickey 3D et son titre Johnny Rep en 2004. Yvette Horner fut l'emblème musical du Tour de France des années 1940 aux années 1970. Des chants comme « Qui c'est les plus forts? Évidemment c'est les Verts », sont des classiques. Depuis la fin des années 1990, clubs et équipes nationales adoptent parfois des chansons n'ayant pas de lien avec la pratique sportive. L'exemple le plus marquant fut le titre « I Will Survive » repris par le Stade français Paris puis l'équipe de France de football.

Le décès du roi de France Henri II le 30 juin 1559 lors d'une joute équestre marqua la fin des sports de chevalerie. Les accidents avaient déjà été nombreux depuis au moins sept siècles dans ces disciplines, mais la mort du roi frappa évidemment plus durablement les esprits. Le décès d'un autre roi de France est lié à la pratique sportive. Le 5 juin 1316, Louis X meurt après une partie de jeu de paume : il avait pris froid après un match.

Les drames modernes sont principalement de deux types : accidents mortels et défaites retentissantes. Le match de football France-Allemagne lors de la demi-finale de la coupe du monde de football 1982 à Séville fut un authentique drame du sport français. Comme l'indiqua très justement Alain Finkielkraut, la France entière était prête pour la mobilisation générale contre l'Allemagne au lendemain de cette partie. Dans le domaine des accidents mortels, outre ceux touchant les sportifs (décès de l'Anglais Tom Simpson sur la route du Tour de France le 13 juillet 1967, ou le crash aérien du Paris-New York qui coûta la vie à Marcel Cerdan le 28 octobre 1949, par exemple) deux drames touchant les spectateurs eurent un impact tout particulier : l'édition 1955 des 24 heures du Mans est endeuillée par un grave accident causant 92 morts ; le 5 mai 1992, une tribune du stade Furiani s'effondre faisant 18 morts et plus de 2 200 blessés.

La disqualification à vie le 4 mars 1932 de l'athlète Jules Ladoumègue pour faits de professionnalisme fut le plus important scandale du sport français de la première moitié du XXe siècle. « Julot », qui tenait alors tous les records du monde entre 1 et 2km, était privé de Jeux olympiques, programmés quelques mois plus tard. Les faits reprochés étaient si bénins, que la décision fut perçue comme scandaleuse par le public français. 400 000 Parisiens assistèrent à sa remontée triomphale des Champs-Élysées le 10 novembre 1935 . Suite à cette radiation, l'athlétisme est boudé par le public français qui scande longtemps le nom de Ladoumège à chaque départ de course.

Après la Seconde Guerre mondiale qui généra quelques fameux scandales sportifs comme l'interdiction du rugby à XIII dès 1940 et l'abolition du professionnalisme dans tous les sports en 1943, les principaux scandales touchent ensuite essentiellement au dopage et aux malversations financières. Ces dernières peuvent être de types très variées. Double billetterie, détournement de fonds, corruption et fraude fiscale, principalement. Parmi les affaires les plus médiatisées, citons les affaires Claude Bez (Girondins de Bordeaux) et Roger Rocher (AS Saint-Étienne), et l'affaire OM-VA. Les trois présidents impliqués furent incarcérés.

Les plus importantes affaires de dopage détecté sont liées au cyclisme, et au Tour de France en particulier. L'affaire Festina, qui fit en partie la lumière sur l'implication directe du staff technique et médical dans les programmes de dopage, marqua ainsi l'édition du Tour 1998. Le cyclisme est loin d'être le seul sport concerné par le problème du dopage, mais un cas de doping sur le Tour de France produira toujours plus de réactions en France qu'un cas similaire sur n'importe quelle autre compétition sportive. C'est surtout vrai depuis le décès de l'Anglais Tom Simpson sur les pentes du mont Ventoux en 1967.

La couleur bleue et le coq sont les deux principaux symboles du sport français. Le coq fait son apparition sur un maillot national en 1909. C'est le Comité français interfédéral, représentant de la France à la FIFA depuis 1908 qui initie cette innovation. Avant cette date, le symbole principal était plutôt constitué d'anneaux (généralement trois, bleu, blanc et rouge) entrelacés. La délégation olympique française adopte le coq comme emblème en 1920.

Les conditions du choix de la couleur bleue, en référence à la première des trois couleurs nationales, restent nébuleuses. Le sport automobile apparaît comme l'initiateur de ce choix en attribuant la couleur bleue, dit bleu de France, aux voitures françaises participant à la Coupe automobile Gordon Bennett à partir de 1900. Cette tradition sera respectée dans le sport automobile jusqu'à l'abandon de l'écurie de Formule 1 Ligier. Les couleurs de l'actuelle écurie de Formule 1 Renault F1 Team sont celles des sponsors. Le bleu est adopté par les autres sports avant 1914.

La liste suivante propose les principaux titres internationaux remportés par des équipes nationales, clubs ou sportifs français.

En haut



Lance Armstrong

Lance Armstrong dans le prologue du Tour 2004

Lance Armstrong, (né Lance Edward Gunderson) né le 18 septembre 1971 à Plano (Texas), est un coureur cycliste. Il a notamment remporté le Tour de France à 7 reprises (record) et de manière consécutive, ainsi qu'un titre de championnat du monde en 1993. Sa carrière a été marquée par un cancer aux testicules décelé en octobre 1996, et par des soupçons de dopage concernant notamment sa première victoire dans le Tour en 1999.

Très impliqué dans la lutte contre le cancer, il a créé une importante fondation caritative aux États-Unis, nommée Livestrong, chargée de lever des fonds pour la recherche et le soutien aux malades. Dans le but officiel de faire la promotion de la lutte contre le cancer, il annonce le 9 septembre 2008 son retour à la compétition pour le Tour de France 2009 .

Lance Armstrong naît à Plano, localité proche de Dallas au Texas. Son père quitte la famille alors que Lance a deux ans - ils ne se sont jamais rencontrés depuis. Trois ans après la naissance de Lance, sa mère Linda Mooneyham se marie avec Terry Armstrong. Les relations entre ce dernier et son beau-fils sont mauvaises. D'après ses dires, Lance est élevé par Terry sévèrement, « brutalement ». Le sport lui permet de s'éloigner de Terry.

Armstrong débute le sport à 13 ans avec le triathlon. Il dispute ses premières courses dans la catégories cadet à l'âge de 16 ans. Il découvre rapidement que son point fort est le cyclisme. À 17 ans, il reçoit une invitation pour participer à un camp d'entraînement de six semaines de l'équipe nationale junior de cyclisme.

Comme l'administration scolaire de Plano lui refuse son diplôme sur la base de ces six semaines d'absence, il quitte cet établissement sans diplôme, mais l'obtient plus tard dans une école de Dallas. En raison du milieu conservateur de Plano, il déménage à Austin, qu'il considère aujourd'hui comme sa ville d'origine.

Lance Armstrong passe professionnel en août 1992. Ses équipes successives sont : Motorola (1992 à 1996), Cofidis (1997), US Postal (1998 à 2004), Discovery Channel (2005).

Après une excellente seconde place au GP de Zurich - course classée Coupe du monde - fin août 1992 (il n'est alors que néo-pro), Lance Armstrong se révèle véritablement à l'occasion du Tour de France 1993. Porteur du maillot de champion des États-Unis, il remporte au sprint l'étape de Verdun mais est lâché dans les cols. Il est également largement distancé dans les contre-la-montre, plus de 6mn de perdu sur Indurain lors de l'étape du Lac de La Madine. Quelques semaines plus tard à Oslo, en Norvège, il devient à 21 ans champion du monde de cyclisme sur route dans des conditions météorologiques difficiles et devant tous les favoris.

En 1995, Lance Armstrong décroche sa deuxième victoire d'étape sur la Grande Boucle, à Limoges. Franchissant la ligne en solitaire, Lance Armstrong lève un doigt vers le ciel en hommage à son équipier Fabio Casartelli, victime d'une chute mortelle trois jours plus tôt dans la descente du col du Portet d'Aspet. Il ne parvient toujours pas à franchir décemment la haute-montagne malgré des progrès. Il termine 36e du Tour cette année là.

Armstrong s'affirme comme un coureur sur les courses d'un jour (victoire sur la Classique de San Sebastian en 1995, sur la Flèche Wallonne en 1996) mais également sur les courses à étapes d'une semaine avec une 2e place à Paris-Nice en 1996 et des victoires au Tour du Pont en 1995 devant Ekimov et en 1996 devant Pascal Hervé. Suite à ses performances dans cette course où il a dominé les grimpeurs dans les cols américains, Pascal Hervé mais aussi d'anciens coureurs tels Cyrille Guimard et Eddy Merckx, lui prédisent déjà un avenir doré dans le Tour de France si il perd les quelques kilos superflus qu'il a conservé de son passé de triathlète. Fin 1996, alors qu'il annonce son transfert dans l'équipe Cofidis pour la saison suivante, Lance Armstrong est classé 9e mondial par le classement de l'UCI et à son meilleur niveau depuis le début de sa carrière.

En octobre 1996, on lui diagnostique un cancer des testicules qui lui vaut d'être écarté de la compétition pendant plus d'un an. Son médecin estimait que ses chances de survie ne dépassaient pas 50 %. Après une guérison et une longue rééducation, il reprend le vélo et signe un contrat avec l'équipe U.S. Postal en 1998. Lance Armstrong dispose de sa propre fondation pour la recherche contre le cancer : la Lance Armstrong Foundation (Livestrong).

Il est proche de tout abandonner après un retour à la compétition difficile à l'occasion du Paris-Nice 1998. Il remporte néanmoins le Tour du Luxembourg et termine quatrième au Tour d'Espagne.

Son nouveau directeur sportif, Johan Bruyneel, parvient également à le motiver et change ses méthodes d'entraînement, lui permettant d'améliorer sa technique de pédalage. Seulement intéressé par le Tour de France à partir de 1999 et les courses par étapes d'une semaine (vainqueur de deux Dauphiné libéré en 2002 et 2003, d'un Tour de Suisse en 2000 et du Midi Libre en 2002), il délaisse les autres grands tours et les classiques, à l'exception de l'Amstel Gold Race (2e en 1999 et 2001 ainsi que 4e en 2002) et de la doyenne des classiques à savoir Liège-Bastogne-Liège qui a constitué pendant plusieurs années le deuxième objectif majeur de sa saison.

De 1999 à 2005 il gagne 7 Tours de France consécutifs.

Le 19 avril 2005, il annonce sa retraite du cyclisme à l'issue du Tour de France 2005. Le 24 juillet 2005, il tient parole et quitte le cyclisme professionnel, sur une historique septième et dernière victoire sur le Tour de France. Suite aux révélations du journal L'Équipe concernant un possible dopage à l'EPO lors du Tour de France 1999, il envisagera un temps de revenir à la compétition pour, selon ses dires, « emmerder les Français », majoritairement sceptiques devant ses performances. À ce jour, il nie toute prise de produit dopant.

Depuis son retrait des pelotons, Armstrong a participé à plusieurs marathons, ceux de New York et de Boston. Une salle qui retrace sa carrière lui est consacrée depuis début mai 2008 au musée des sports de New York. Enfin, cette même année 2008, il a fait un discours sur le fléau du cancer aux États-Unis et les 500 000 personnes qui meurent chaque année à cause de la médiocrité de la prévention dans le pays, du manque d'argent et du peu d'intérêt parfois de la classe politique américaine sur ce sujet.

Le 8 septembre 2008, le site internet du magazine Velonews se fait l'écho de rumeurs sur un probable retour en 2009 du coureur sous les couleurs de l'équipe Astana pour cinq courses : le Tour de Californie, Paris-Nice, le Tour de Géorgie, le Critérium du Dauphiné libéré et le Tour de France. Démentie par Astana, l'information est cependant confirmée le lendemain par Lance Armstrong sur le site de sa fondation, avec pour objectif de gagner un huitième Tour de France, et faire la promotion de sa fondation de lutte contre le cancer, mais sans préciser sa future équipe. Le coureur annonce officiellement son retour à la compétition le 24 septembre lors d'une conférence de presse. L'information selon laquelle il s'engagerait avec la formation Astana est cette fois confirmée par la fédération kazakhe.

Armstrong est accusé d'être avantagé par l'UCI. Normalement contraint par le règlement de l'UCI à respecter un délai de six mois avant de reprendre la compétition, Armstrong a été autorisé a participer au Tour Down Under en janvier 2009, soit quatre mois seulement après avoir officialisé son retour.

Armstrong a également annoncé sa participation, pour la première fois de sa carrière, au Tour d'Italie. Il pourrait s'agir de son seul grand tour en 2009, dans la mesure où sa présence au Tour de France n'est pas assurée. Il effectue son retour à la compétition en Australie, sur le Tour Down Under, puis participe au Tour de Californie, qu'il termine à la septième place, et à Milan-San Remo, sa première course en Europe depuis son retour. Le 23 mars, Armstrong chute au cours de la 1re étape du Tour de Castille et Léon et se fracture la clavicule, l'écartant de la compétition pour au moins un mois.

De septembre 2005 à février 2006, il a été fiancé avec Sheryl Crow, avec qui il entretenait une relation depuis la fin de l'année 2004.

En 1999, il remporte son premier succès dans le Tour de France grâce à ses victoires dans le prologue, les contre-la-montres et sa victoire d'étape dans la station italienne de Sestrières. Alex Zülle est son dauphin au classement général.

Au prologue, Armstrong termine deuxième, deux secondes derrière David Millar mais 12 s devant Jan Ullrich. Ensuite, Lance Armstrong distance le grimpeur italien Marco Pantani sur son propre terrain et le Suisse Alex Zülle dans la première étape de montage arrivant à Lourdes Hautacam. À 6 km de l'arrivée, Heras, Escartin, Beloki et quelques autres coureurs sont rattrapés et dépassés. À 3 km de l'arrivée, il rattrape José Maria Jimenez. Finalement, seul Javier Otxoa, échappé matinal termine devant l'Américain. Armstrong endosse le maillot jaune. À l'arrivée il distance Joseba Beloki de 3'35" et Jan Ullrich de 4'01". Quelques jours plus tard, il rattrape Marco Pantani dans le Ventoux, les deux hommes ne se disputent pas le sprint à l'arrivée et le grimpeur italien franchit la ligne le premier. Armstrong a consolidé son maillot jaune mais il se trouve pour la première fois en difficulté dans le difficile col de Joux Plane, dans la dernière vraie étape de montagne, devancé par Virenque et Ullrich à l'arrivée en descente à Morzine mais il ne concède pas assez de temps pour être inquiété sur son maillot jaune. Armstrong remporte le contre-le-montre de Mulhouse 25 secondes devant Jan Ullrich. Il est finalement sacré à Paris pour la seconde fois. Il possède 6'02" d'avance sur Jan Ullrich. L'Américain a porté en tout le maillot jaune 12 jours dans le Tour 2000.

Lors de la 8e étape, une échappée fleuve de 14 coureurs se développe dans le Jura et met en position avancée des coureurs dangereux comme Andreï Kivilev. Le peloton et tous les favoris sont relégués à 35 minutes. Lance Armstrong rattrape une partie de son retard dans la montée de L'Alpe d'Huez où il lâche son principal rival Jan Ullrich à 13 km du sommet. Il dépasse finalement Laurent Roux qui était alors en tête de la course, étant partie en solitaire à 6 km du sommet. A l'arrivée de cette étape, il avait confié aux journalistes avoir joué "un coup de poker" en grimaçant et en se tenant à l'arrière du peloton dans le col du Glandon. Dans les Pyrénées, Lance Armstrong gagne une autre étape à Saint-Lary-Soulan encore une fois devant Jan Ullrich (à 1'00") et Beloki (à 1'46"). Lance Armstrong gagne aussi le contre-le-montre Montluçon-Saint-Amand-Montrond. À Paris, il possède 6'44" d'avance sur son dauphin Jan Ullrich. L'Américain porte en tout le maillot jaune 8 jours dans le Tour 2001. À nouveau vainqueur, Armstrong rejoint au palmarès le Belge Philippe Thys, le Français Louison Bobet et l'Américain Greg LeMond, triples vainqueurs de la Grande Boucle.

Lance Armstrong remporte le prologue. Ensuite la course se dirige vers les Pyrénées. Lors de la première étape de montagne arrivant à La Mongie : son coéquiper Roberto Heras imprime le rythme dans l'ascension et seul Joseba Beloki parvient à suivre les deux hommes. Laurent Jalabert, parti en échappé, est dépassé à 3,5 km du but. Finalement, dans les derniers hectomètres, Lance Armstrong attaque et va chercher sa deuxième victoire dans ce Tour. Le lendemain, il gagne encore au Plateau de Beille 1'04" devant Roberto Heras et Joseba Beloki.

Quelques jours plus tard, Beloki l'attaque dans l'ascension du Ventoux avant le Chalet Reynard mais Armstrong le contre-attaque aussitôt et creuse l'écart sur tous ces rivaux même si l'étape est remportée par Richard Virenque, échappé bien avant le début du col. Lance Armstrong parachève sa victoire en remportant le dernier contre-la-montre de Mâcon. Finalement, il possède à Paris une avance de 7'17" sur Joseba Beloki, qui termine deuxième et il aura porté en tout le maillot jaune 11 jours dans le Tour 2002.

Lors de la quatrième étape, son équipe (US Postal) remporte le contre-la-montre par équipes. Puis, dans les Alpes, pour la première fois Lance Armstrong est attaqué à plusieurs reprises dans l'Alpe d'Huez. De plus, un épisode singulier se produit dans la descente du col de La Rochette sur la route de Gap : Joseba Beloki chute devant l'Américain et se blesse aux jambes devant abandonner. Lance Armstrong s'engouffre dans le champ voisin, qu'il traverse avant de rejoindre la route un lacet plus bas. Alexandre Vinokourov , déjà offensif lors des précédentes étapes, remporte celle-ci et menace le coureur texan au classement général. Quelques jours plus tard, il est battu par Jan Ullrich dans le contre la montre de Gaillac-Cap Découverte. Il conserve néanmoins le maillot jaune pour 34 secondes.

Au pied des Pyrénées, Ullrich a toutes ses chances car les écarts sont minimes (15" entre Armstrong et lui) puisqu'il a repris quelques secondes à l'américain lors de l'ascension finale vers le Plateau de Bonascre au-dessus d'Ax-les-Thermes. Lors de l'étape suivante, Alexandre Vinokourov lance à nouveau une attaque dans le col de Peyresourde avec Iban Mayo et revient à 18 secondes au général, ce qui fait que trois hommes se tiennent en 18 secondes avant l'étape décisive de Luz-Arbiden, le suspense est alors à son comble.

Lors de l'étape de Luz-Ardiden, à près de 10,3 km de l'arrivée, Lance Armstrong, victime d'un accrochage avec un spectateur, chute, entraînant avec lui Iban Mayo. Jan Ullrich, ralentit pour attendre l'Américain qui repart. Ensuite, à 9 km du but, après s'être fait quelques frayeurs en déchaussant, Lance Armstrong passe à l'attaque. Finalement, le Texan gagne l'étape 40" devant Jan Ullrich et Iban Mayo.

Lance Armstrong enlève ses dernières chances à Jan Ullrich dans le dernier contre-la-montre entre Pornic et Nantes. À Paris, l'écart entre Jan Ullrich et Armstrong n'est que de 1'01" ce qui reste l'écart le plus serré entre lance Armstrong entre le second d'un Tour de France. L'Américain porte en tout le maillot jaune 13 jours dans le Tour 2003. Avec ce 5e titre, Armstrong rejoint les recordmen Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Miguel Indurain, également cinq fois vainqueurs de la Grande Boucle.

Lance Armstrong finit deuxième du prologue, à deux secondes derrière Fabian Cancellara, et renvoie Jan Ullrich à quinze secondes. Quatre jours plus tard, son équipe (US Postal) remporte le contre-la-montre par équipes ce qui permet au Texan d'enfiler le maillot jaune. Lors de l'ascension de la Mongie (12e étape), Armstrong et Ivan Basso se débarrassent des autres concurrents. L'Italien remporte l'étape. Le lendemain, l'Américain remporte l'étape ; c'est un coup dur pour Ullrich qui termine à 2'42", pour Iban Mayo, pour Tyler Hamilton (qui abandonne finalement) et pour les autres favoris. Trois jours plus tard, l'Américain enlève sa deuxième victoire d'étape individuelle de ce tour malgré une belle offensive de Jan Ullrich. Le lendemain (16e étape), Lance Armstrong remporte le contre-la-montre de L'Alpe d'Huez. Il y domine Jan Ullrich (à 1'01"), Andreas Klöden (à 1'41") et double même Ivan Basso (à 2'23") pourtant parti deux minutes avant lui. Lors de la 17e étape, il remporte encore une fois la victoire au Grand-Bornand où il rattrape sur la ligne Andreas Klöden parti à un kilomètre du but. Lance Armstrong enlève le dernier contre-la-montre à Besançon, 1'01" devant Ullrich. À Paris, il possède 6'19" d'avance sur Klöden, son dauphin et il a porté le maillot jaune durant sept jours et remporté cinq victoires ainsi que le contre-la-montre par équipes. L'Américain devient le recordman de victoires au tour de France avec six succès consécutifs.

Lors de la première étape (un contre la montre), Lance Armstrong relègue ses principaux concurrents à plus de 50 secondes mais il est battu par son ex-coéquipier à l'US Postal, le jeune David Zabriskie de l'équipe CSC. Jan Ullrich, son principal rival est dépassé par l'Américain parti une minute après lui. Son équipe (Discovery Channel Team) remporte ensuite le contre-la-montre par équipes avec une avance de deux secondes sur la CSC d'Ivan Basso (Lance Armstrong s'empare du maillot jaune). À Courchevel, lors de la dixième étape, il imprime le rythme dans la montée finale et seul quelques coureurs (Alejandro Valverde, Mickael Rasmussen, Francisco Mancebo) parviennent à l'accompagner jusqu'au sommet. Ses principaux adversaires (Ivan Basso, Jan Ullrich, Alexandre Vinokourov) ne parviennent à suivre et sont relégués à plusieurs minutes. Dans les étapes suivantes, Lance Armstrong est attaqué. Il termine second à Ax-3 domaines où seul Georg Totschnig, échappé matinal parvient à terminer devant lui. Il prend encore du temps à ses rivaux. Finalement, il remporte le contre-la-montre individuel de Saint-Étienne 23 secondes devant son rival Jan Ullrich. L'écart entre Basso et Armstrong à Paris est de 4'40". L'Américain porte en tout le maillot jaune 17 jours dans le Tour de France 2005. Ce Tour de France, le plus rapide de l'histoire, a été bouclé par Lance Armstrong à la vitesse moyenne de 41,654 km/h.

Seul vainqueur de sept éditions consécutives du Tour de France, il a été choisi comme « athlète de l'année 2002 » par le magazine américain Sports Illustrated. Après avoir remporté le Tour 2005, Armstrong part à la retraite. Il est le seul des grands champions (Eddy Merckx, Bernard Hinault, Jacques Anquetil, Miguel Indurain) à quitter la compétition sur une telle victoire. Depuis 1999, il n'a pas connu la défaite dans cette course.

Lance Armstrong a été contrôlé positif aux corticoïdes sur le Tour de France 1999, mais la présentation a posteriori d'un certificat médical lui permet d'échapper aux sanctions. Selon son entourage, il s'agissait d'une pommade dermatologique autorisée sur prescription médicale.

Auparavant, il aura contribué à écarter Christophe Bassons du peloton, lui reprochant ses prises de position antidopage : « S'il pense que le cyclisme fonctionne comme cela, il se trompe et c'est mieux qu'il rentre chez lui ». (L'Équipe 17/7/1999).

Lors du Tour de France 2000, France 2 diffuse un reportage dans lequel on voit du personnel de l'US Postal jeter dans une poubelle des seringues et des boîtes de médicaments (Actovegin), ce qui ne constitue néanmoins pas une preuve de dopage en soi, le contenu ne pouvant être assimilé au mode d'assimilation et l'Actovegin ne figurant pas à l'époque sur la liste des produits interdits par l'UCI. L'année suivante, Armstrong précise consulter depuis 1995 le docteur Michele Ferrari, condamné depuis pour fraude sportive et exercice abusif de la profession de pharmacien, mais sans que cette condamnation soit en rapport avec la relation des deux hommes. Le jugement concernant Ferrari repose principalement sur les affirmations du coureur cycliste Filippo Simeoni, affirmations qui ont été, ainsi qu'il est écrit par le juge dans les attendus du jugement, « confortées par une série d'éléments recueillis (...) au cours du procès ». Michele Ferrari a cependant obtenu un non-lieu en appel. Armstrong avait dans un premier temps officiellement rompu toute relation avec le médecin italien qui était cependant parmi ses invités lors de la fête célébrant sa sixième victoire dans le Tour de France en juillet 2004.

En juin 2004, le livre L.A. Confidentiel – Les secrets de Lance Armstrong écrit par deux journalistes, David Walsh et Pierre Ballester, relate des révélations de son ancienne masseuse et les doutes d'anciens coéquipiers ou coureurs dont Greg LeMond. Convaincu du dopage d'Armstrong, l'assureur texan SCA Promotions refuse alors de lui verser la prime promise de 5 millions de dollars pour sa sixième victoire. Le procès devait se tenir durant l'hiver 2005-2006. Une enquête préliminaire sur l'entourage d'Armstrong pour suspicion de dopage a été ouverte en janvier 2005 par le procureur de la République d'Annecy, enquête qui a été classée par la suite, les faits étant prescrits.

Mike Anderson aurait découvert une boîte de stéroïdes dans la salle de bains de Lance Armstrong, dans son domicile espagnol, et aurait été, pour cette raison, licencié sans ménagement. Refusant de signer un hush agreement (clause de confidentialité sur tout ce qui pourrait concerner Armstrong), il sera suite à cela attaqué en justice par Armstrong et contre-attaquera en portant plainte contre ce dernier pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. L'affaire dans son ensemble se règlera finalement à l'amiable, après retrait de la plainte d'Armstrong et préavis de non-entrée en matière concernant la plainte d'Anderson pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Il a également toujours minimisé l'importance du dopage dans le cyclisme. À propos de Christophe Bassons qui dénonçait l'ampleur du dopage, il déclare : « Ses accusations ne sont pas bonnes pour le cyclisme, pour son équipe, pour moi ni personne. S'il pense que le cyclisme fonctionne comme cela, il se trompe et c'est mieux qu'il reste chez lui. » (L'Équipe du 17 juillet 1999, rapporté dans Sport & Vie n°56 de sept-oct 1999).

Malgré tout, un rebondissement survient le 23 août 2005, lorsque le journal sportif français L'Équipe publie une enquête dans laquelle il annonce que six échantillons d'urine de Lance Armstrong datant du Tour de France cycliste 1999 contenaient de l'EPO. Pour établir le lien entre les traces d'EPO et Armstrong, le journal a comparé les numéros des échantillons urinaires analysés par le laboratoire national de dépistage du dopage de Châtenay-Malabry avec ceux inscrits sur les procès-verbaux de contrôle du coureur qui lui ont été fournis par l'UCI.

Malgré ces faits que de nombreux observateurs considèrent comme des preuves, Lance Armstrong a cependant continué à nier avoir jamais consommé des produits interdits, refusant d'admettre la validité des résultats du laboratoire, se fondant tantôt sur l'absence de contre-expertise possible (seuls les échantillons B subsistant), tantôt sur la manipulation possible des échantillons ou des résultats dans un pays où il s'estime considéré comme l'ennemi public numéro un, tantôt enfin sur l'incertitude quant à la fiabilité du test pratiqué par le laboratoire de Châtenay-Malabry. Les tests sur les échantillons de 1999 ont été pratiqués à des fins de recherche ce qui ne nécessite pas le protocole strict de la procédure anti-dopage normale. Selon le rapport Vrijman, une possibilité de contamination des échantillons ne peut être écartée. D'autres estiment encore que le laboratoire de Châtenay-Malabry, à l'origine de ce test de détection de l'EPO, est mal placé pour en estimer la fiabilité. Contrairement au test mis au point depuis par une équipe australienne, ce test de dépistage est soumis à une appréciation humaine et dépend donc beaucoup de l'expertise du contrôleur. Par exemple, l'Italien Fabrizio Guidi qui avait été contrôlé positif à l'EPO en août 2005 a été blanchi par la contre-expertise, comme l'avait été, dans un autre sport, le miler Bernard Lagat en 2003, ou, plus récemment Marion Jones.

Cependant, le laboratoire de Châtenay-Malabry est un laboratoire reconnu officiellement par l'UCI comme par toutes les autres institutions sportives, et son test de détection de l'EPO est couramment utilisé. D'autre part, selon la majorité des spécialistes, si des échantillons peuvent être détériorés à la longue, jamais ils ne se transforment de négatif en positif.

Suite à l'affaire Armstrong, une commission d'athlètes du CIO (Comité international olympique) a demandé la suspension du laboratoire, avec pour motif le non-respect du secret médical. L'Agence mondiale anti-dopage n'a toutefois pas donné suite, estimant que le laboratoire n'avait transgressé aucun principe éthique.

L'AMA (Agence mondiale antidopage) et l'UCI (Union cycliste internationale) ont mené toutes deux une enquête à ce sujet. Mais Armstrong est à l'abri légalement pour une question de forme. Pour être condamné ou déclassé sur le Tour de France 1999 il faudrait qu'une contre-expertise soit possible sur chacun des échantillons, les 5 prélévements positifs suivant le 1er ne pouvant faire office de contre-expertise.

Le 31 mai 2006, un rapport de 132 pages de la commission d'enquête indépendante, commandé par l'UCI, étudie les allégations avancées par L'Équipe en août 2005. Le quotidien sportif avait alors établi que des échantillons du septuple vainqueur de la Grande Boucle testés dans le laboratoire national de dépistage du dopage de Châtenay-Malabry, s'étaient révélés positifs à l'EPO. La commission, qui a travaillé uniquement sur la forme, blâme les autorités antidopage. En revanche, hormis quelques pages sur de possibles contaminations des échantillon, elle a laissé de côté le fond du dossier, à savoir : Lance Armstrong s'est-il ou non dopé en 1999 ?

En octobre 2006, LA Officiel, publié par Pierre Ballester et David Walsh, avance que les explications données pour expliquer la métamorphose de l'américain après son cancer ne tiennent pas. Par exemple, après son cancer, il n'a, au mieux, perdu qu'un ou deux kilos.

Il est le dix-septième des dix-neuf cyclistes du tour de France ayant gagné plusieurs étapes sur une période de 10 ans ou plus. En termes de longévité, il est le 5e car il a gagné l'étape entre Chalons-sur-Marne et Verdun en 1993 et il a remporté le contre-la-montre Saint-Etienne - Saint-Etienne. Seuls Jean Alavoine (14 ans), René Vietto, Gino Bartali et Louis Mottiat (13 ans) ont fait mieux. Raymond Poulidor partage cette 5e place avec lui. Henri Pelissier, Philippe Thys, André Leducq, Antonin Magne, André Darrigade, Jean Stablinski, Felice Gimondi, Gerben Karstens, Ferdinand Bracke, Joaquim Agostinho et Lucien Van Impe ont également réussi à gagner leurs étapes sur une période de 10 ou 11 ans. Richard Virenque a également réussi cette performance même s'il a gagné sa première étape après lui et remporté sa dernière avant lui (1994-2004). Depuis, seul Cédric Vasseur a réussi une telle performance.

En 2006, Lance joue son propre rôle en apparaissant brièvement à plusieurs reprises dans le film Toi, moi... et Dupree d'Anthony et Joe Russo, aux côtés de Owen Wilson, Kate Hudson, Matt Dillon. Il apparaît également dans une scène du film Dodgeball en 2004. L'épisode 6 de la saison 2 de Dr House fait clairement référence à lui...

En haut



Dopage (sport)

Stand de contrôle anti-dopage, Tour de Taiwan 2008.

Le dopage est la pratique consistant à absorber des substances ou à utiliser des actes médicaux afin d'augmenter artificiellement ses capacités physiques ou mentales (hématocrite dans le sang, battements du cœur, confiance en soi, etc.). Le terme anglais « doping » fut largement employé avant que le Comité du langage scientifique n'impose une francisation en 1958.

Le dopage n'existe pas qu'au niveau sportif. La prise de substances variées dans le but d'accroître les performances est une pratique de plus en plus courante dans le milieu étudiant ou professionnel. On parle alors de « conduite dopante ».

Ces critères permettent la constitution d'une liste de substances interdites référencées par le code mondial antidopage, adopté le 5 mars 2003 à Copenhague par la deuxième Conférence mondiale sur le dopage dans le sport . Au sens strict, le dopage consiste donc à consommer un produit présent sur cette liste (ou bien une substance apparentée). Dans un sens plus large, on parlera de conduite dopante lorsque l'on consomme un produit dans le but d'améliorer ses performances même si ce produit ne fait pas partie de la liste des produits dopants, comme la créatine.

Le dopage est une pratique très ancienne. Le premier cas moderne avéré remonte à 1865 : des nageurs à Amsterdam. À la même époque, le vin Mariani était conseillé aux sportifs. Il était « aromatisé » avec des feuilles de coca. Le premier mort à cause du dopage le fut en 1896.

On considère que le dopage s'est professionnalisé et généralisé dans certains sports à la fin des années 1950 et au début des années 1960 avec l'arrivée des sympathicomimétiques, de produits à activité hormonale comme l'hormone de croissance, ou des corticoïdes. Sur l'épreuve d'athlétisme du 100 mètres, dans les années 1960, les performances connaissent un bond avant de se stabiliser dans les années 70-80. Mais les performances redécollent à partir des années 1980, soit au moment où l'EPO et de nouvelles hormones, anabolisants et produits masquant indétectables sont mis sur le marché.

Suite au décès de Knud Enemark Jensen aux JO de Rome en 1960, la fédération internationale de cyclisme effectua des contrôles officieux sur les cyclistes sélectionnés aux Jeux de Tokyo en 1964. Ces résultats ne furent jamais divulgués mais, à Mexico, lors des Jeux Olympiques d'été de 1968 le CIO officialise les contrôles anti-dopage et oblige les femmes à se soumettre à des tests de féminité. Pour éviter les contrôles positifs aux JO de Montréal, les Soviétiques installent sur le Saint-Laurent, un bateau laboratoire, dont l'objectif était de vérifier les échantillons d'urine des sportifs soviétiques avant de les engager dans les compétitions. Il faudra attendre 1989, pour que le CIO mette en place les contrôles inopinés. Le faible pourcentage de sportifs contrôlés positifs montre les limites des contrôles et la possibilité d'utiliser des produits masquants. Les hormones de croissance ne sont pas détectées dans les tests de contrôle anti-dopage actuels (2007).

En 1998, un scandale (affaire Festina) éclabousse le Tour de France. Le soigneur de l'équipe cycliste Festina Willy Voet, à laquelle appartient Richard Virenque est interpellé à la frontière en possession de 500 doses de produits dopants et stupéfiants dont 235 ampoules d'EPO. Bruno Roussel, directeur sportif de l'équipe, avoue l'existence d'une « gestion concertée de l'approvisionnement des coureurs en produits dopants ». Le grand public découvre alors l'étendue de ces pratiques dopantes. Dans la publication des recherches (2000) menées sur les échantillons d'urine congelés des coureurs du Tour de France 1998, le laboratoire national de dépistage du dopage estime qu'« il est hautement vraisemblable que nous pourrions retrouver les traces d'une prise d'EPO sur un nombre élevé des 102 échantillons, peut-être même sur tous ». Suite à cette affaire, les contrôles sont renforcés et la France se dote d'une loi anti-dopage plus contraignante.

Plusieurs affaires de dopage suivront notamment en Italie avec le Blitz du Giro 2001, le procès de la Juventus, le procès du docteur Michele Ferrari (conseiller médical et ami de Lance Armstrong) ou l'affaire des veuves du Calcio et aux États-Unis avec l'affaire Balco (voir Tim Montgomery).

Il est maintenant quasiment prouvé (2005) que Lance Armstrong était sous EPO en 1999 (étude rétrospective d'urines).

Aujourd'hui, associé aux contrôles inopinés, le suivi longitudinal des sportifs semble être l'arme la plus efficace pour lutter contre le dopage et ses pratiques masquantes, puisqu'il permet non plus de détecter les produits dopants, mais une modification anormale de la physiologie du sportif.

Après la chute du mur de Berlin et l'ouverture des archives de la Stasi, on découvre que la RDA avait mis au point un vaste programme de dopage de ses sportifs. Les injections de testostérone et d'anabolisants étaient une pratique courante, voire systématique, y compris chez des enfants.

Suite à l'affaire de blanchiment de contrôles positifs par la Fédération américaine d'athlétisme révélée par le cas de Jerome Young en 2003, le Comité olympique américain a reconnu en 2003 que, depuis les années 80, 24 athlètes ont gagné des médailles olympiques après un contrôle positif laissé sans suite. Il faut y ajouter les neuf contrôles positifs mystérieusement disparus lors des Jeux olympiques d'été de 1984 à Los Angeles.

Dans les années 1990, les résultats des Chinois en natation surprennent. Une trentaine de nageurs chinois furent contrôlés positifs. La découverte, le 8 janvier 1998, par les douanes australiennes, de somatotropine (hormone de croissance indétectable) dans les bagages de la nageuse Yuan Yuan renforce les doutes sur un possible nouveau dopage d'État en Chine.

Les pratiques dopantes sont généralement complémentaires et associées les unes aux autres augmentant par la même occasion les risques et les inconnues quant aux effets à long terme du dopage sur la santé.

Les connaissances quant aux effets dopants sont essentiellement empiriques et les études scientifiques restent rares à ce sujet.

Les hormones de croissance permettent de jouer sur la morphologie du sportif dans les disciplines où la taille est déterminante (basket-ball et volley-ball pour les sportifs de grande taille et cyclisme et haltérophilie pour ceux de petite taille). En RDA l'hormone de croissance était administrée très tôt dans la formation du sportif (à l'âge de 14 ans dans le cas de Petra Schneider, médaillée d'or du 400 m 4 nages en 1980).

L'intérêt d'une masse musculaire plus importante semble évident : la puissance du sportif sera plus grande, ainsi que dans une certaine mesure sa résistance à l'effort.

Le salbutamol est très utilisé dans tous les sports : environ 70 % des sportifs des JO de Lillehammer, en 1994, avaient un certificat médical qui les autorisait à prendre ce médicament afin de soigner leur asthme, (de même que 87 % des sprinteurs aux JO d’Atlanta, alors qu’il n’y a que 2,7 % d’asthmatiques dans la population globale) ; on retrouve les mêmes proportions dans de nombreux autres sports, dont le cyclisme. Elle permet d'améliorer le passage de l'oxygène dans le sang, et donc d'en apporter plus aux muscles.

Le stage en altitude permet d'accroître le nombre de globules rouges dans le sang et, par conséquent, assure une meilleure oxygénation. Toutefois, cet effet bénéfique est perdu rapidement au retour à une altitude normale. Il est possible de prélever du sang au cours du séjour en altitude ou d'une cure d'EPO. Le sang est stocké jusqu'au déroulement des épreuves sportives. À ce moment là, il est transfusé au sportif pour qu'il bénéficie à nouveau de l'avantage d'un plus grand nombre de globules rouges dans le sang. Une autre technique consiste à placer le sportif dans un caisson hypobare pour recréer artificiellement les conditions d'altitude et stimuler ainsi la production de globules rouges.

L'érythropoïétine (EPO) est une hormone naturelle stimulant la production de globules rouges, qui sont produits par la moelle osseuse. L'effet d'augmentation du nombre d'hématies se mesure par une élévation du taux d'hémoglobine et de l'hématocrite dans le sang. Une quantité élevée de transporteurs d'oxygène permet d'augmenter l'apport en O₂ aux tissus. L'inconvénient réside dans l'augmentation outrancière de l'hématocrite, pouvant provoquer des complications cardiovasculaires. Il a été intensivement utilisé dans le cyclisme – et probablement l'ensemble des sports d'endurance – dans les années 90.

Le (perfluorocarbone) (PFC) est un transporteur d'oxygène qui n'augmente pas l'hématocrite mais ce produit est très dangereux. Il a pourtant été utilisé par l'Équipe Festina.

L'hémoglobine animale modifiée commercialisée depuis 1998 n'augmente pas non plus l'hématocrite et présente l'avantage de fonctionner dès l'absorption sans augmenter la viscosité du sang. Cela ne diminue pas pour autant les risques d'œdèmes pulmonaires ou cérébraux et d'hémorragies graves.

La transfusion homologue consiste à transfuser le sang d'un donneur au groupe sanguin et rhésus compatibles. Cette méthode est facilement détectable.

La transfusion autologue est basé sur le même principe que la transfusion homologue, mais utilise le sang de la personne dopée qui a été préalablement retiré et congelé en vue de son stockage. Il n'existe en 2007 pas de méthode de test permettant de déceler ce dopage. Le sang stocké nécessite un appareillage très lourd car il faut passer le sang dans une centrifugeuse afin d'éliminer le sérum du sang exploitable.

Amphétamines, alcool, béta-bloquants sont utilisés pour vaincre le stress de la compétition ou augmenter la concentration du sportif, par exemple le propanolol en biathlon ou en tir à la carabine, où les meilleurs apprennent à tirer entre 2 battements de coeur pour augmenter la précision.

C'est dans la classe des narcotiques que l'on trouve les produits pour oublier la douleur, certains produits comme l'héroïne faisaient partie du « pot belge ». Les substances interdites les plus connues sont l'héroïne, la morphine et la méthadone.

L'usage militaire des amphétamines est bien connu, mais cet usage peut aussi être utile dans les disciplines demandant un important maintien de vigilance (Paris-Dakar, course de voile en solitaire…). Ils peuvent être associés aux benzodiazépines pour faciliter le sommeil après l'épreuve.

Les diurétiques permettent de perdre rapidement du poids par l'urine. Cela est très utile dans les sports où rentre en compte les catégories de poids comme la boxe ou lorsque celui-ci est un handicap (aviron (sport), équitation). Les diurétiques sont également de très bons masquants : ils permettent de diminuer la concentration des produits dopants détectés dans les urines. Mais leur usage n'est pas sans risque : problèmes cardiaques, rénaux, déshydratation, crampes…

La Ventoline ® (salbutamol), outre ses vertus dopantes, masque les amphétamines.

Le probénécide, utilisé en thérapeutique comme urico-éliminateur, favorise l'élimination de nombreuses substances. Certains grands champions cyclistes (Pedro Delgado, leader du tour de France en 1988) ainsi que Romain Poinsot en 1990 échappèrent à la sanction, car ce produit n'était pas interdit par leur fédération.

De plus, le Propecia, sert également à masquer la prise de stéroïdes. Cependant, sa véritable utilité est d'empêcher la chute de cheveux causée par la calvitie. Il a été prouvé que le gardien de but de la LNH (hockey), José Théodore, en prenait. Il avait cependant une autorisation d'un médecin et de la ligue.

Certaines drogues sont également considérées d'un point de vue légal comme des produits dopant même si les bénéfices sur les capacités physiques sont nuls. C'est ainsi que certains sportifs sont positifs au contrôle antidopage après avoir fumé du cannabis. Même si la consommation en est interdite aux sportifs pour des raisons morales, leur effet relaxant peut, dans une certaine mesure, être dopant.

Pendant un temps, l'alcool a fait partie de la liste des produits interdits. Aujourd'hui, il n'est plus interdit que dans quelques sports avec un seuil de tolérance : Aéronautique (0,20 g/l), Automobile (0,10 g/l), Boules (0,10 g/l), Karaté (0,10 g/l), Motocyclisme (0,10 g/l), Motonautique (0,30 g/l), Pentathlon moderne (0,10 g/l) pour les épreuves comprenant du tir, Tir à l'arc (0,10 g/l).

Le dopage met en danger la santé du dopé. Plusieurs coureurs cyclistes qui ont avoué avoir pris de l'EPO, ont raconté que leur soigneur les réveillait la nuit pour leur faire faire de l'exercice. L'objectif est d'éviter un arrêt cardiaque à cause d'un effet secondaire du produit dopant. En effet, l'amélioration de l'oxygénation des muscles s'obtient grâce à une augmentation du nombre des globules rouges, ce qui épaissit le sang. Quand le cœur, au repos, ralentit, le sang devient de moins en moins fluide, et peut arrêter le cœur.

Dans son ouvrage le dopage en question, Jean-François Bourg indique que l'espérance de vie d'un joueur professionnel de football américain ne dépassait pas 55 ans dans les années 1990. Selon le docteur Jean-Pierre de Mondenard, qui a étudié les dossiers médicaux des participants du tour de France depuis 1947, pour les coureurs le risque de décès cardiaque avant 45 ans est cinq fois supérieur à la moyenne.

Le Code mondial antidopage révisé, officiellement adopté en clôture de la Conférence de Madrid le 17 novembre 2007, prévoit la possibilité d’infliger des sanctions financières aux sportifs convaincus de dopage, selon Richard Young, juriste rédacteur de ce texte. Chaque fédération internationale ou organisation nationale antidopage pourra, au terme de l’article 10.12 du nouveau Code, intégrer dans son règlement la possibilité d’infliger de telles sanctions et leurs modalités. Cependant, les « amendes » ne pourront en aucun cas être « considérées comme une raison de réduire une période de suspension ou une autre sanction » — comme une annulation de résultat —, prévoit la version révisée du Code mondial. L’imposition de sanctions financières était l’une des demandes des sportifs eux-mêmes et du Comité international olympique (CIO)..

Sans que cela ne soit directement législatif, mais plutôt une nouveauté jurisprudentielle, un tribunal américain a condamné pour la première fois une sportive à 6 mois de prison ferme, non pas directement pour son dopage illicite, mais pour parjure durant l'enquête dans l'affaire Balco, ainsi qu'au remboursement de 800 000 $ de primes à l'AAF.

Dix catcheurs ont été vus par le président Mr. McMahon. Tous ont été suspendus 1 mois sauf six catcheurs. Un catcheur sera suspendu 3 mois pour suspension récidive, et deux renvoyé. les deux renvoyés sont Simon Dean (renvoyé le 31 août) et Eugene (renvoyé le 2 septembre). Pour les deux renvoyés, seul Eugene catchait encore. Simon Dean était dans la direction. Pour le quatrième, Gregory Helms, il ne peut pas être suspendu car il est blessé et son retour sur le ring et attendu pour seulement juillet 2008! pour le cinquième, Edge, lui aussi était blessé eta purgé sa suspension le temps de sa blessure et est revenu comme prévu au Survivor Series 2007. le sixième, Randy Orton, il n'a pas été suspendu car à ce moment là, il était le challenger pour le WWE Championship que détenait John Cena et la rivalité entre les 2 hommes était trop avancée pour l'arreter. La blessure de John Cena quelques semaines plus tard lui aura profité car il a gagné le titre peu après.

Pour dissimuler l'affaire il suspend les catcheurs impliqués en les faisant passer pour blessé, en battant les champions impliqués dans l'affaire ou de ne pas les faire apparaître dans le PPV Unforgiven 2007 pour que leur suspension prennent effet juste après le 1 septembre.

Ainsi, les trois plus célèbres catcheurs de RAW, Triple H, Jeff Hardy et John Cena se sont chargés de « blesser » le puissant champion Umaga (Jeff Hardy reprend le titre et Triple H l'attaque sauvagement plus tard dans la soirée) et leur General Manager William Regal (John Cena l'attaque sauvagement après l'annonce de son match contre Randy Orton à Unforgiven 2007).

Durant l'ECW c'est CM Punk qui s'est chargé de battre le champion John Morrison.

Désormais la WWE donne des suspensions à ceux qui se sont dopés. Pour la première suspension, elle est d'une durée d'un mois. Pour la seconde, elle est de 2 mois et la troisième, le catcheur est renvoyé de la WWE. Depuis le 1er novembre 2007, ces suspension sont rendues publiques.

Joey Mercury, l'ancien coéquipier de John Morrison a été renvoyé de la WWE à cause de plusieurs cas de dopage.

2008 : Jeff Hardy, contrôlé positif à la cocaïne en mars 2008. Il est déchu de son titre intercontinental (repris par Chris Jericho) et est suspendu 2 mois.

2008 : en avril 2008, la police américaine a trouvé des stéroïdes dans le grenier de Mike Knox, catcheur à la WWE, sans pour autant que ce dernier ne se fasse contrôler positif. Toutefois il a été sanctionné par la WWE.

2008 : William Regal, contrôlé positif en mai 2008. Il est déchu de son poste de General Manager de RAW (remplacé par Mike Adamle lors du RAW du 28 juillet) mais pas de son titre de King Of The Ring 2008 et est suspendu 2 mois.

2008 : Jimmy Wang Yang a été contrôlé positif le 9 juin et est suspendu de la WWE pour une durée d'un mois.

Le dopage concerne principalement les sportifs de haut niveau, professionnels mais aussi amateurs. Ces dernières décennies, le dopage transparaît dans les médias lors de grands scandales : élimination de coureurs connus lors du Tour de France cycliste, trois footballeurs morts d'arrêt cardiaque en quelques mois fin 2003 et début 2004, etc.

Outre les morts prématurées de jeunes personnes ou les maladies développées (voir les athlètes féminines de l'ancienne RDA), ces scandales suscitent la crainte des sponsors des grands événements sportifs : ces entreprises prêtes à investir de fortes sommes pour que leur marque apparaissent le plus possible, ne veulent cependant pas que leur nom soit associé à des pratiques illégales.

Les statistiques restent difficiles, la pratique étant souvent cachée. Elles reposent le plus souvent sur des questionnaires anonymes. Les stéroïdes anabolisants auraient été utilisés par un à trois millions d'américains.D'autres sondages montrent qu'entre 1 à 5% des adolescents américains ont pris occasionnellement des stéroïdes dans un but de dopage. Ces chiffres peuvent dépasser 10% dans certains types de population (utilisateurs de salles de sports allemands).

Un autre moyen indirect d'estimer l'importance de sa pratique est d'analyser les demandes individuelles de renseignements auprès d'organismes spécialisés dans l'information sur le dopage : en Suède, près d'un tiers des questions émanent de gymnastes à propos des stéroïdes.

Dans le cyclisme, un des rares sports où les contrôles sont fréquents, près de 1000 coureurs professionnels ayant été impliqués dans des affaires de dopage ont été répertoriés. Depuis la fin des années 1990, on compte en moyenne plus de 60 cas chaque année. Peu de comparaisons sont possible avec d'autres sports, le suivi n'étant pas le même.

En haut



Source : Wikipedia