911

3.4123616235939 (1084)
Posté par rachel 14/04/2009 @ 22:07

Tags : 911, porsche, auto, loisirs

Dernières actualités
VHC - Présentation des 4 Heures du Val de Vienne - Pitstop
Associée à Franck Lamanna sur la Porsche 911 2 litres #24 du Team Polybaie, que son père Bernard Moreau et son mari Miguel Langin ont déjà mené à plusieurs reprises sur le podium, Séverine Moreau-Langin montre qu'elle est digne de cet héritage....
Porsche 911 Carrera Cabriolet type 997 4S PDK : plaisir automatique - L'Internaute Magazine
Lancée en 2004, la 911 Carrera type 997 affiche une santé commerciale insolente malgré le poids des années. Afin que son coupé mythique reste une référence du marché (pas seulement en termes de ventes !), Porsche se doit d'innover sans cesse et le...
4ème victoire sur le Ring pour le Manthey Racing ! - L'Automobile Sportive
26/05/2009 - MANTHEY RACING décroche sa quatrième victoire consécutive à cette 37ème édition des 24 Heures du Nürburgring avec sa Porsche 911 GT3 RSR. Si elle n'égale pas le prestige des 24H du Mans, l'épreuve allemande, organisée par l'ADAC,...
Mike Tyson : sa fille de 4 ans dans un état critique ! - Stars Actu
Son frère a tout de suite alerté sa mère qui a ensuite retiré le cable et téléphoné au 911. La fille de Mike Tyson serait "dans un état critique" selon le Sergent Andy Hill. Le boxeur est revenu en urgences à Phoenix pour être au chevet de sa fille....
Michael Haneke, une palme blanche et froide - MediaPart
Après Farhenheit 911, Le vent se lève ou Entre les murs, on pourrait croire à une palme politique de plus. Ce n'est pas faux. Mais c'est aussi plus compliqué que ça. Accéder au Club et à tous ses membres, réagir aux articles, éditer votre blog et des...
Autocross - Rendez-vous en Beaujolais - Pitstop
Depuis le début de saison, Benoît Morel (Opel Tigra), Noam lagarde (Porsche 911) et Jérôme Ladépèche (Alpine A310) trustent les podiums avec un net avantage pour Morel puisqu'il a pris un abonnement sur la plus haute marche. Lagarde et Ladépèche sont...
Rendez-vous 911 - Cités Nouvelles
Samedi dernier en plain après-midi, un adolescent s'est fait voler son appareil Ipod alors qu'il attendant l'autobus au coin des rues Cageux et Pierrefonds. Les deux suspects sont également des jeunes, et ont menacé le garçon d'un canif gris....
L'une des victimes avait peur de Lalonde - Le Droit
Un premier appel logé au 911 le 23 juillet à 14 h 25 laisse entendre une résidante du 267 Malartic apeurée par Lalonde. « Il a l'air en calvaire », confie-t-elle à la téléphoniste. Les policiers dépêchés sur place n'ont pas trouvé Lalonde et ont rédigé...
26/05/09 SÉRIE FFSA - VAL DE VIENNE - PRÉSENTATION - FFSA
Associée à Franck Lamanna sur la Porsche 911 2 litres #24 du Team Polybaie, que son père Bernard Moreau et son mari Miguel Langin ont déjà mené à plusieurs reprises sur le podium, Séverine Moreau-Langin montre qu'elle est digne de cet héritage....
Porsche 911 GT2 par Wimmer 2009 - Xelopolis.com
Telles sont les caractéristiques de la Porsche 911 GT2. Trop peu pour un certain préparateur prénommé Wimmer qui se charge d'en augmenter la puissance de 150 ch. La Porsche 911 (type 997) GT2 se caractérise par son six cylindres à plat cubant 3,6...

911

Cette page concerne l'année 911 du calendrier julien.

En haut



Porsche 911

Les mythiques et inchangés phares ronds des Porsche 911

Les Porsche 911 sont des voitures sportives fabriquées par la firme allemande Porsche. La commercialisation de la première génération commence en 1964. Elle est alors la première intégralement conçue par la firme de Stuttgart. Plus de 40 ans après, le modèle phare de Porsche en conserve les traits et le nom. La 911, dans la version type 997, est toujours produite et vendue. L'architecture du moteur est restée inchangée jusqu'à aujourd'hui. Il s'agit du légendaire 6 cylindres à plat, disposé en porte-à-faux arrière.

La Porsche 911 est reconnue comme une des plus illustres automobiles de l'histoire. Le modèle 2007 n’a plus grand-chose à voir avec son aîné : il existe en effet une quinzaine de modèles différents de la Porsche 911, les anciens modèles faisant aujourd’hui partie des voitures de courses les plus recherchées par les collectionneurs.

Le premier prototype de Porsche 911 est produit en 1959. Cette étude de style, connu sous le nom de Projet T7, est esthétiquement très proche de la Porsche 356. En effet, la nouvelle Porsche doit être plus performante, plus spacieuse et plus confortable que la vieillissante 356, tout en conservant quelque peu la forme originelle, et ce malgré un empattement allongé de 20 cm au minimum. Ce projet constitue un véritable challenge à relever pour les ingénieurs de la firme de Stuttgart, bien plus souvent habitués à optimiser les modèles existants, que de créer de toutes pièces.

Cette liberté dans la conception engendre un nombre relativement important de prototypes aux solutions techniques différentes : la mécanique est tour à tour refroidie par air, par eau et même par une combinaison associant l'huile pour les cylindres et air pour les culasses. Le style est quant à lui moins sujet à discussion. En effet, le chef du Département Carrosserie, Erwin Komenda, est seul décideur en ce qui concerne la ligne des produits Porsche. Pour lui, le design n'est qu'une notion superflue. Une petite équipe de stylistes, sous la direction du fils de Ferry Porsche, Butzi, définit une automobile 2+2 compacte dont le profil va se révéler être intemporel. Selon Butzi, la simplicité des lignes est une évidence et la facilité de fabrication est une nécessité absolue. Fort de son expérience à l'école de stylisme d'Ulm, il dessine une voiture aux lignes fluides, mais renonce à la carrosserie tricorps de la 356 pourtant chère à son père, et adopte un arrière Fastback dans l'optique de loger quatre adultes. Cette solution offre également l'avantage d'avoir un meilleur Cx.

Quatre ans plus tard, au Salon automobile de Francfort 1963, Porsche dévoile son cinquième et dernier prototype baptisé 901, qui préfigure à peu de chose près, le modèle de série.

L'histoire des Porsche 911 débute au Salon automobile de Francfort, le 12 septembre 1963, avec la présentation de ce qui sera la première génération de Porsche 911, la type 901. Elle aurait du se nommer uniquement Porsche 901 cependant, le constructeur français Peugeot détient le monopole des trois chiffres avec un zéro au milieu. Porsche décide alors, logiquement, de remplacer le zéro par le chiffre qui succède, à savoir le 1.

Le nouveau modèle est immanquablement une Porsche, car il retient les traits marquants des prototypes antérieurs et demeurent dans la lignée des Porsche 356. Le pare-brise est plus relevé que sur la 356 et la surface vitrée est supérieure, mais l'élément stylistique le plus caractéristique réside dans la courbure progressive et continue du toit dont la ligne, partant du bord supérieur du pare-brise, ne s'achève qu'au niveau du pare-chocs arrière. Cette ligne, satisfaisante au plan esthétique, favorise également la pénétration dans l'air.

Dès son lancement, le succès est au rendez-vous et la 911 remporte de nombreux succès en courses automobiles. Au fil des années, Porsche améliore le modèle et les 911 successives seront toute à la pointe de la technologie de leur époque. Chaque nouveau modèle créé de la 911 est plus puissant que le précédent. En 1968, le modèle proposé gagne ainsi 10 chevaux et atteint allègrement les 215 km/h, ce qui est pour l’époque exceptionnel.

La marque Porsche commercialise ses voitures dans le monde entier, le modèle 911, en vente aux États-Unis a toutefois subi quelques modifications afin d’être en conformité avec les normes américaines. De nombreuses célébrités outre-atlantique détiennent le modèle mythique de la marque allemande.

Lorsque la Porsche 911 est lancée, elle est équipée d'un 2 litres Flat 6 (soit un 6 cylindres à plat) monté sous le capot arrière. Son architecture alliée à un refroidissement par air, vont rapidement lui conférer une sonorité qui lui est propre et qui contribuera largement à son image. Après quelques évolutions notables, visant surtout à augmenter la puissance et améliorer la carburation, Porsche revisite en profondeur son Flat pour l'optimiser et lui donner plus de chevaux. Ainsi, c'est toute la gamme qui va gagner 10 ch supplémentaires.

La boîte mécanique de la type 901 à 5 rapports est doté d'un carter en magnésium. En option l'acheteur peut opter pour la boîte semi-automatique Sportomatic (Type 905). Son poids contenu aux alentours de la tonne, une boîte bien étagée et un Flat 6 de 140 ch permettent les 215 km/h, 0 à 100 km/h en 9 secondes et le kilomètre départ arrêté en 30,2 secondes.

L'architecture très particulière des Porsche 911, avec son moteur en porte-à-faux arrière, a une incidence évidente sur son comportement routier. Suite à l'augmentation de l'empattement des Porsche 911, les bras arrière gagnent 5,7 cm en longueur et les barres de torsions sont plus épaisses. La suspension avant reçoit des jambes de force hydropneumatiques. Il faudra attendre 1971 pour que les Porsche 911 2.2 E soient enfin équipées d'une barre antiroulis à l'avant.

En 1972, la Carrera RS - pour « Renn Sport » - fait son apparition. Ce modèle est une version plus sportive de la Carrera qui a pour seul but la compétition. Elle est reconnaissable notamment grâce à sa queue de canard. Elle inaugure les premiers modèles dit « Lightweight » avec un bouclier avant en polyester qui intègre un radiateur d'huile supplémentaire.

La perte de poids envisagée par l'usine est obtenue par diminution de l'épaisseur des tôles et des vitrages pour certains éléments, par l'utilisation d'un châssis auxiliaire avant spécifique en aluminium forgé, d'un réservoir et des pare-chocs en plastique, la suppression des diverses garnitures et de l'insonorisation, de la serrure du capot moteur, des sièges arrières, du rembourrage du tableau de bord, de la montre, des vide-poches, accoudoirs, poignées de rappel des portes et l'ouverture des vitres arrières et les sièges avant sont remplacés par des baquets Recaro.

Le but de cette version est de concourir en compétition européenne et pour obtenir l'homologation en groupe 4 elle devait se vendre à 500 exemplaires mais elle s'écoula à plus de 1 500 exemplaires ce qui permit aussi son homologation en groupe 3. Le moteur est un dérivé du 2,4 L qui par réalésage passe à 2,7 L. Certaines pièces sont modifiées ce qui permet d'atteindre les 210 ch à 6 300 tr/mn. Elle devient donc une des plus puissantes 911. Au niveau des performances, elle atteint le 0 à 100 km/h en 6,3 secondes et une vitesse maximale supérieure à 240 km/h.

Afin de conquérir le marché américain, Porsche doit modifier la structure de carrosserie de ses voitures afin d'intégrer les spécifications de sécurité en vigueur aux États-Unis. C'est ainsi que les pare-chocs sont redessiné, en y intégrant une fixation sur des tubes déformables en cas de chocs mineurs. Ces pare-chocs sont terminés aux deux extrémités par une pièce de caoutchouc en forme d'accordéon ce qui va donner le sobriquet de Porsche à soufflets pour tous les modèles de 1974 à 1989.

En 1974, seul le moteur 2,7 L est commercialisé ; en 3 versions : 150, 175 et 210 ch. Cette dernière version dénommée Carrera reprend exactement la motorisation de la 2,7 L RS de 1972. Dès 1974 jusqu'en 1977, Porsche va parallèlement commercialiser des voitures avec la motorisation 2,7 L et avec la motorisation 3,0 L dénommée Carrera 3,0 L et développant 200 ch.

Par ailleurs, dès 1975, Porsche va produire une 911 turbocompressée dont la dénomination usine sera 930. Au départ cette voiture est prévue pour être fabriquée à 500 exemplaire en vue d'une homologation en groupe 5 FIA, mais devant l'engouement suscité par ce modèle, l'usine de Zuffenhausen décide d'augmenter la production. La carrosserie restera semblable aux autres modèles de 911 avec simplement des ailes plus larges dues à un élargissement des voies avant de 60 mm et des voies arrières de 120 mm. Ce modèle est en outre équipé d'un large spoiler arrière assurant une portance négative à haute vitesse, en combinaison avec un nouveau becquet avant.

La Porsche 911 SC, produite de 1977 à 1983, remplace les 2,7 L et la Carrera 3,0 L. Elle garde la cylindrée de 3,0 litres de la Carrera le bloc moteur est le même, par contre les arbres à cames ainsi que le vilebrequin sont différents.le moteur est moins puissant(180chevaux) mais avec plus de couple (27KGM à 4200 tours). En fait avec le passage à un modèle unique hors turbo, Porsche voulait "ratisser" plus large en clientèle en proposant un modèle plus souple dès les bas régimes,avec une courbe de couple plus plate.

La Porsche 911 type 964 est née en 1989. Elle est généralement considérée comme la Porsche 911 charnière. Elle conserve le style des anciennes 911, avec ses phares ressemblant à des yeux de grenouilles et un flat 6 de 3,6 L placé en porte-à-faux arrière, refroidi par air. C'est aussi la première fois que Porsche sort une voiture de série à quatre roues motrices. Il est vrai que la 959 possédait les 4 roues motrices mais on ne peut pas la considérer vraiment comme une voiture de série étant donné que c'était une série très limitée. La 964 s'équipe ainsi de toute la technologie que possédait la 959.

C'est d'abord en septembre 1988, avant la commercialisation en 1989, au Mondial de l'automobile de Paris que Porsche présente sa nouvelle 964 Carrera 4. Elle est équipée d'un moteur de 3,6 L de 250 ch et 300 Nm. La version Carrera 2 n'apparaîtra qu'en 1989 avec les versions Targa et cabriolet. Les trois versions coupé, Targa et cabriolet peuvent bénéficier de la transmission 2 ou 4 roues motrices. C'est également en 1989 que la version Carrera 4 Lightweight fait une très brève apparition, car seul 20 exemplaires seront construits par l'initiative de Jurgen Barth, figure éminente du département sport de Weissach. Une seule est livrée en France et même le musée Porsche n'en possède pas. Cette version est donc une version allégée de 350 kg par rapport à une Carrera 4 normale, les vitres sont en plastiques, les phares n'ont pas de cerclage, les rétroviseurs sont spécifiques, un coupe circuit est placé à l'extérieur, une seconde sortie d'échappement fait son apparition à gauche. On retrouve la fameuse trappe d'huile dans l'aile arrière droite comme en 1972. Par ailleurs, le moteur gagne 15 ch.

L'intérieur est réduit à sa plus simple expression. Les sièges sont remplacés par des bacquets, un arceau de sécurité fait son apparition, le volant est remplacé par un volant momo, l'horloge est remplacée par un témoin d'alarme, deux manos de pression d'huile pour la boîte et le pont sont ajoutés, le compartiment avant est dénudé et entre les sièges, on trouve une molette de répartition des freins. Cette version est donc destinée exclusivement à la course et non immatriculable.

En 1991, le Turbo look fait son apparition. Il s'agit seulement de placer la carrosserie de la turbo sur les atmosphériques. Seuls les coupés et les cabriolets peuvent en bénéficier. La 964 Turbo, appelée aussi Turbo 2 car il s'agit de la deuxième version de la Turbo. Elle fait son apparition en 1991 avec le moteur 3,3 L simple turbo de la précédente génération développant 320 ch. Elle est posée sur des jantes 17" et dispose d'un aileron fixe et d'ailes élargies. Les freins sont également modifiés pour pouvoir stopper la bête et les suspensions sont plus basses par rapport aux autres versions atmosphériques. Il s'agit d'une propulsion.

En 1992 a lieu un remaniement de la gamme, essentiellement sur le plan esthétique. Les jantes 16" Wintersport laissent place aux Cup. Les rétroviseurs ont une forme plus aérodynamique appelée rétro Cup. Le compartiment à bagage diminue de volume étant donné l'adjonction d'un réservoir d'une plus grande capacité (de 77 on passe à 92 litres). Par ailleurs, le coussin gonflable de sécurité (« airbag ») est désormais de série ainsi que la climatisation.

En 1992 sort la Carrera RS. Il s'agit d'une Carrera 2 rabaissée et allégée - pas de direction assistée, pas de sièges à l'arrière ni vitres électriques, le verrouillage centralisé et les rétroviseurs électriques sont supprimés au profit du tout manuel - posée sur des jantes Cup de 17", avec un logo Carrera RS sur le capot arrière. Elle est réellement très allégée : sièges baquets spécifiques (que l'on retrouvera dans le Speedster), intérieurs de portières allégés. Du côté extérieur, le pare-chocs arrière est spécifique avec de gros butoirs, garde au sol abaissée et des freins Turbo. Le flat 6 de la Carrera 2 gagne 10 ch et atteint ainsi 260 ch sur la Carrera RS, tout cela en 2 roues motrices arrière.

L'année 1992 voit également arriver une version spéciale, la Turbo S et ses 355 ch ainsi qu'une seconde série limitée la Turbo S leichtbau qui a le mérite de mettre en avant deux grands principe pour le gain de puissance, une diminution du poids grâce a un allègement spécifique et un gain de puissance faisant monter le moteur 3,3 L à 380 ch. La Turbo S Leichtbau est équipée d'ailes arrières avec entrées d'air intégrées et d'un aileron arrière fixe plus fin et entièrement peint de la couleur de la caisse ainsi que de jantes de 18" en trois parties que l'on retrouvera un peu plus tard sur la turbo 3,6 L.

La 964 Anniversaire - appelée aussi à tort Jubilé - fait son apparition en 1993 pour célébrer les 30 ans de la 911. Elle se présente sous la forme d'une Carrera 4 coupé avec le Turbo look et un logo 911 avec l'inscription 30 ans juste en dessous sur le capot arrière. Toujours en 1993, le Speedster fait également son apparition. Il s'agit d'une Carrera 2 cabriolet avec une capote spécifique, un couvre capote bombé, un pare-brise plus petit en hauteur. Elle ne possède pas de coussins gonflables de sécurité et l'intérieur se compose de sièges baquet. Pour le Speedster, il est impossible de l'avoir en Turbo look alors que la 3,2 L Speedster qui vu le jour à la fin des années 1980 est presque exclusivement vendue en Turbo look. Néanmoins, 14 Speedster 964 Turbo look soient le jour en commandes spéciales.

En 1993, on trouve aussi un modèle d'une extrême rareté : la Carrera RSR 3,8 L. L'intérieur est semblable à la RS mais avec un arceau de sécurité et totalement dépourvu de moquettes. Le réservoir gagne en contenance puisqu'il passe à 120 litres. Elle est montée sur des jantes de 18" en trois parties, deux sorties d'échappement, un gros aileron bi-plan, des écopes d'entrée d'air viennent remplacer les phares anti-brouillard. Le 3,8 L développe 340 ch. Malheureusement, elle n'est produite qu'à 53 exemplaires pour les versions route et 51 exemplaires pour les versions course.

Il existe également une 964 RS America, extrêmement rare en Europe car exclusivement conçue pour le marché américain. Son moteur est exactement le même qu'une Carrera 2, c'est-à-dire 250 ch et elle possède un aileron de type Turbo.

En 1993, étant donné les réclamations des clients qui ne retrouvent pas dans leur 3,3 L, la vivacité de leurs anciennes Turbo, Porsche augmente la cylindrée du moteur en proposant un 3,6 L de 360 ch possédant des freins plus gros et des jantes 18" trois parties. La 3,6 L possède aussi sa version spéciale, la Turbo S 3,6, disposant de 385 ch mais l'heure de la retraite de la 964 Turbo a déjà sonné et il n'existe seulement qu'une poignée de Turbo S 3,6 L.

La Porsche 911 type 993, ou plus simplement Porsche 993, est la dernière version de la série 911 à posséder le moteur boxer dans sa configuration d'origine, c’est-à-dire avec un refroidissement à air. Le Flat 6, 6 cylindres à plat, a connu de nombreuses évolutions depuis 1963, date de sortie de la première 911. D'abord en 2 litres de cylindrée, il verra sa cylindrée culminer avec sa dernière mouture installé dans la 993 : de 3,6 litres pour les moteurs courants, une option nommée X51 permettait de faire sortir 300 ch du dernier Flat 6 refroidi par air, avec une cylindrée de 3,8 litres. De plus, le moteur est désormais associé à une boîte de vitesse à 6 rapports. De nombreux perfectionnements électroniques apparaissent aussi, aussi bien en ce qui concerne la gestion du moteur que les aides à la sécurité active (anti-patinage, etc.).

Le nombre de séries de 911 est assez compliqué à déterminer, car Porsche n'a cessé de modifier son modèle fétiche, sans forcément tenir compte des millésimes, ou des dates de sorties liées à des salons, par exemple. Porsche innove beaucoup pour la compétition, et porte le plus vite possible ses trouvailles sur les modèles de séries.

La 993 est présentée officiellement au public le 9 novembre 1993, le département marketing n'ayant visiblement pas choisi cette date au hasard. À cette période, le succès de ce modèle est vital pour Porsche, car ce sera pratiquement sa seule voiture à la vente pendant 4 ans. En effet, les ventes des dernières moteur avant en production sont de plus en plus confidentielles (968 et 928 GTS), et le Boxster ne sortira qu'en 1998.

Pour le millésime 1997, la boîte de vitesses est aussi modifiée, afin de rallonger les rapports et de passer ainsi les nouvelles normes anti-pollutions en vigueur. Pour beaucoup de Porschistes, cette série 993 restera la dernière vraie 911, associant le look inimitable de la 911 à son fameux moteur 6 cylindres à plat refroidi par air.

Les séries S (Carrera 2S et Carrera 4S) complètent la gamme en adoptant une carrosserie Turbo look (aileron mis à part) et le bloc moteur 3,6 litres des Carrera de 285 ch. Bien que ces deux modèles soient très semblables esthétiquement, il n'en reste pas moins que seule la version quatre roues motrices (4S) possédait le châssis et les freins de la Turbo et l'intérieur cuir de série.

Par comparaison avec le modèle précédent, la différence la plus visible est le retour aux phares circulaires (avant la 996) les indicateurs de changements de direction étant à part. Le carénage du soubassement et le capot en aluminium sont à peine redessinés. Les ouïes d'aération horizontales à l'arrière sont plus larges et les rétroviseurs sont tenus par deux pattes. À l’intérieur le volant, épaissi est désormais réglable en hauteur. La sonorité du boxer 6 cylindres est moins rauque depuis le passage au refroidissement liquide. La direction peut paraître lourde à toute petite vitesse. La suspension est ferme mais confortable avec des petites jantes. Il n’y a pas de maintien automatique d’une vitesse constante.

Pour la version 2009, elle dispose de l'injection directe d'essence, une course plus réduite des pistons qui permet de rendre le moteur plus compact et une option très recommandée la boîte robotisée à double embrayage et sept rapports séquentiels baptisée PDK, qui remplacera la relativement frustre ­boîte automatique Tiptronic S à cinq rapports. La consommation sur route est d'une douzaine de litres au cent km pour un réservoir de 64 litres. Elle dispose de la direction assistée, de freins à disques ventilés à l'avant et à l'arrière, de l'ABS, de l'ESP et de la climatisation. Elle reçoit aussi quelques retouches esthétiques mineurs.

Porsche a fêté en juillet 2007 le 100000e exemplaire de 997 vendu. La future 911 type 998, encore au stade basique, est déjà en train d'être testée sur route.

La version Turbo avec la boîte Tiptronic permet de parcourir le 0 à 100 km/h en 3,7 s. Cette 911 a les feux antibrouillard décalés sur le côté pour augmenter cette entrée d'air. La voie arrière est élargie de 20 mm. Elle dispose de série de 4 roues motrices qui lui permettent une adhérence maximum.

La 997 Turbo inaugure un tout nouveau système de turbo à géométrie variable qui peut être plus gros donc plus performant dans les hauts régimes et qui peut se réduire pour être plus à l'aise dans les bas régimes. Elle développe 480 ch soit 60 ch de plus que la précédente version, et sa vitesse maximale sur circuit avec boîte Tiptronic ou pas, est de 310 km/h. Une version cabriolet a été ajouté en 2008.

Équipée de jantes 19" à dix branches, d'un aileron fixe, d'un différentiel arrière à glissement limité et un contrôle de traction, la GT3 peut grâce à son 3,6 litres dont la puissance culmine à 415 ch atteindre les 310 km/h en pointe et parcourir le 0 à 100 km/h en 4,3 secondes. Sur route, le mode sport est débrayable.

Un moteur atmosphérique de très haute performance contrairement à la Carrera. Il s'agit d'une sportive dite light : n'ayant pas une puissance de pointe, elle réalise ses performance grâce à la diminution de son poids et à l'utilisation de composants spécifiques (boîte, chassis,...). Le moteur est réglé pour donner son maximum dans les hauts régimes et n'est pas suralimenté. La philosophie de la GT3 s'oppose a celle de la GT2, qui est une super-car développant une puissance plus importante mais dont le moteur est largement suralimenté pour évoluer dans des régimes moyens. La Porsche 911 GT3 est à ce jour un des plus puissant modèle de la marque allemande d'après le magasine britannique Car Magazine.

Le moteur atmosphérique de cette 911 délivre une sonorité fabuleuse, fondamentalement différente de celle habituellement connue sur les flat 6 des Carrera. Cette sonorité change radicalement à partir de 4000 tr/m, lorsque les échappements s'ouvrent, le bruit devient alors totalement jouissif et s'intensifie jusqu'à 8500 tours.

Cette version RS de la GT3 fait référence au modèle plus sportive de la 911 apparue avant. Elle a les mêmes caractéristiques que la GT3 (997) normale, mais celle-ci est conçue pour le circuit donc la hauteur de châssis, le carrossage des roues, la voie, ainsi que les barres stabilisatrices sur les essieux avant et arrière sont réglables individuellement, la lunette arrière est en polycarbonate, et l'aileron est en carbone. Elle perd donc 20 kg et l'empattement est allongé de 5 mm. Ce qui permet à la version RS d'abattre le 0 à 100 km/h en 4,2 secondes.

De plus elle dispose de sièges baquets en carbone avec un harnais 6 points (en option), des arceaux de sécurité, d'un coupe-circuit électrique, d'un extincteur, de frein en céramique, de l'alcantara sur le volant, le levier de vitesse et le frein à main.

En haut



Porsche 911 GT1

Une Porsche 911 GT1 '98 dans le musée Porsche à Stuttgart

L'usine Porsche développa une version 911 GT1 de la 911 dans le courant de l'année 1995.

Contrairement à ses concurrentes (McLaren F1 et Ferrari F40) elle est très éloignée de la voiture de série dont elle ne reprend que la cellule centrale. En fait Porsche a une démarche inverse à celle de ses rivaux en construisant une voiture de compétition dont elle homologue une version routière.

La 911 GT1 fut engagée aux 24 heures du Mans 1996 où elle prit les deuxième et troisième places derrière le Joest Racing. En fin de saison, elle écrasa la concurrence en Championnat GT BPR, remportant largement les trois épreuves où elle fut alignée, à Brands Hatch (Grande-Bretagne), Spa (Belgique), et Zhuhaï (Chine).

En 1997, Porsche aligna une version évoluée de sa "GT" qui reprenait les lignes (optiques avant/arrière) de la nouvelle 911 de série (996). Complètement dominée en championnat BPR par Mercedes avec son coupé CLK-GTR et même par McLaren, la 911 GT1 ne fut compétitive qu'au Mans où, après avoir mené une grande partie de la course, les deux voitures abandonnèrent la victoire une nouvelle fois au Joest Racing.

1998 vit l'apparition de la 911 GT1 évolution, pur prototype à chassis carbone. Comme l'année précédente, elle fut éclipsée en championnat par Mercedes mais prit sa revanche en remportant les deux premières places aux 24h du Mans devant Toyota, Nissan et BMW. Les deux Mercedes CLK-LM ayant abandonné sur panne mécanique au bout de seulement deux heures de course..

En haut



Porsche

Porsche 911

Porsche est un constructeur automobile allemand fondé en 1947 par Ferry Porsche le fils de Ferdinand Porsche, l’ingénieur qui créa la première Volkswagen, il réalise alors le rêve de son père. La société a son siège social à Zuffenhausen, un quartier de Stuttgart. Les principales usines sont à Leipzig et à Zuffenhausen.

Porsche est le constructeur automobile le plus rentable de l'histoire et dont la quasi-totalité de l'approvisionnement et des livraisons passe par le chemin de fer (donc sans une noria de camions). Porsche détient actuellement 30,94 % des actions du groupe Volkswagen AG et doit en vertu du droit allemand lancer une OPA sur le groupe mais ne proposera qu'un prix en dessous du marché pour qu'elle échoue et que Porsche ne détienne que les 31,9 % du constructeur allemand nécessaires pour pouvoir le contrôler.

Le groupe Porsche dont le siège social est situé à Stuttgart est le constructeur automobile le plus rentable au monde. Il a réalisé au cours de l'exercice 2005-2006 un chiffre d'affaires de 7,27 milliards d'euros pour un bénéfice net de 1,39 milliard d'euros. Son capital est détenu pour une moitié par les familles Porsche et Piëch. Elles possèdent la totalité des actions à droit de vote. Les 50 % restant sont répartis entre des actionnaires privés et institutionnels. La valeur boursière de la compagnie est de 19,5 milliards d'euros en septembre 2007. Au 31 décembre 2006, la société employait 11 384 salariés.

Depuis septembre 2005, Porsche a décidé d'augmenter sa part du capital dans la société Volkswagen avec laquelle Porsche partage plusieurs modèles. Cette participation s'est encore accrue en 2006, pour atteindre 27,4 % du capital, Porsche se réservant la possibilité de monter jusqu'à 29,9 % (dépasser le seuil des 30 % l'obligerait légalement à lancer une OPA). Au cours de l'été 2006, Porsche obtient l'autorisation de l'Etat allemand de prendre la minorité de blocage de Volkswagen, en prenant ainsi le contrôle. Après avoir franchi les 30 % du capital, la marque de voitures de sport a été contrainte par la règlementation boursière de lancer une offre publique d'achat sur le reste du capital. Mais l'opération échoue, Porsche proposant à dessein un prix trop faible. Porsche cherche depuis août 2007 à augmenter ses parts dans Volkswagen. Porsche possède 50,76 % des parts de Volkswagen depuis le 6 janvier 2009 et annonce vouloir monter à 75 % d'ici la fin de l'année 2009.

La première Porsche fut le modèle 64 disponible en 1938. Le second modèle fut la 356 de 1948 construite à Gmünd en Autriche, où la société avait été évacuée en 1944, mais après avoir construit 49 voitures elle retourna à Zuffenhausen. Ferdinand mourut peu après et c’est son fils Ferry Porsche qui prit les rênes. La 356 était une Volkswagen Coccinelle modifiée. Les dernières sortirent avec un 4 cylindres à plat totalement conçu par Porsche.

Historiquement, la première ébauche de la 911 date de 1959 ; la version définitive, quant à elle, sera présentée au Salon automobile de Francfort en septembre 1963. La 911 se devait de garder un air de famille avec les 356. Dans le compartiment moteur, on optera pour un six cylindres de 2 litres, plus léger, refroidi par air, et toujours placé à l'arrière. Sa première appellation fut « 901 », mais Peugeot ayant déposé tous les numéros comportant un zéro central, elle fut abandonnée au profit de l'actuelle désignation « 911 ». Ainsi naquit la 911 qui, dès lors, n'a cessé d'évoluer avec son moteur boxer au couple enthousiasmant et au son qui plaît aux amateurs. En 1963, après des succès en course, la Porsche 911 fut lancée avec un six cylindres « boxer » . Ce modèle reste la référence de la marque. Au cours des années, les relations industrielles avec Volkswagen et sa filiale Audi sont restées très proches. D’ailleurs, le petit-fils de Ferdinand, Ferdinand Piëch, toujours son principal actionnaire, fut le président exécutif de Volkswagen. L’actuel est Martin Winterkorn qui vient de Audi, Piëch ayant pris la présidence du conseil de surveillance (organe de contrôle plutôt que de direction) de Volkswagen.

La course d’endurance des 24 Heures du Mans a été particulièrement souvent le théâtre de réussites puisqu’elle a été gagnée seize fois, sans compter les innombrables victoires par catégories. En Formule 1 Porsche a fourni les moteurs pour McLaren de 1984 à 1987 (sous le nom TAG, Techniques d'Avant Garde).

Porsche a la réputation de produire des véhicules qui, malgré leurs hautes performances, sont suffisamment fiables pour être utilisés dans la vie courante ; ayant en cela une approche différente de constructeurs concurrents comme Ferrari ou Lamborghini.

Porsche a fourni un service de conseil pour de nombreuses marques comme Studebaker, RUF Automobile GmbH, Seat, Daewoo, Mercedes-Benz, Peugeot, Audi et Subaru, ainsi qu'à l'origine de la renaissance d'Harley-Davidson.

Le modèle Porsche Cayenne et la Carrera GT sont assemblés dans une nouvelle usine à Leipzig. La plus grande partie de la production de la Porsche Boxster est sous-traitée auprès de Valmet Automotive en Finlande.

En haut



Source : Wikipedia