énergies renouvelables

3.3884758364232 (1614)
Posté par seb 20/04/2009 @ 10:08

Tags : énergies renouvelables, énergie, environnement

Dernières actualités
Énergies renouvelables : 2,8 millions d'emplois en 2020 ! - Développement durable le journal
Selon une étude de la Commission européenne, les efforts déployés pour atteindre l'objectif 20 % d'énergies renouvelables en 2020 devraient aboutir à la création de 410 000 postes supplémentaires, portant le total de la filière à 2,8 millions d'emplois...
Engouement des français pour les énergies renouvelables - Actualités News Environnement
Engouement des français pour les énergies renouvelables. Quotatis, leader de la mise en relation sur internet, a confirmé l'engouement des français en matière d'énergies renouvelables en publiant des chiffres probants sur cette tendance....
Le choix nucléaire, erreur historique, par Corinne Lepage - Le Monde
Au contraire, les investissements dans les énergies renouvelables à l'échelle planétaire ont explosé en 2008 et l'importance des relances vertes en Chine, aux Etats-Unis ou en Corée du Sud (plus de 400 milliards de dollars, soit 283,8 milliards...
Jean-Louis Borloo annonce "une triple révolution énergétique" - Le Monde
Économies d'énergie, énergies renouvelables, maintien du parc nucléaire : le ministre de l'écologie, Jean-Louis Borloo, a présenté ce triptyque comme la nouvelle politique énergétique de la France, à l'occasion de la publication de la programmation...
Le Pays Basque espagnol à l'heure des énergies du futur - Actualités News Environnement
Le Pays Basque espagnol à l'heure des énergies du futur. C'est au Pays Basque espagnol, que se tiendra du 9 au 11 juin 2009 l'une des principales rencontres mondiales sur les énergies renouvelables : le Forum européen des énergies du futur Le Pays...
Devenir franchisé dans les énergies renouvelables avec MA GEOTHERMIE - Toute-la-Franchise.com (Communiqué de presse)
Vous consacrez uniquement votre temps à la vente, nous nous occupons de vous trouver et former vos installateurs et nous vous assurons vos premières installations. Pas d'investissement important, pas besoin de personnel, un rapide retour sur...
Qualigaz lance Evonia, sa nouvelle offre dédiée aux énergies ... - Moniteur
La nouvelle offre Evonia lancée le 4 juin 2009 doit traduire la politique d'ouverture de Qualigaz vers les énergies renouvelables, menée depuis quelques années dans le respect des perspectives et des objectifs premiers du Grenelle de l'Environnement....
Formation Performance énergétique des bâtiments : au cœur d'un ... - Actu-environnement.com
Pour comprendre les énergies renouvelables et tirer profit des opportunités de marché, l'Institut de Formation Socotec a développé un cursus formation Métier qui fait la synthèse entre économie, technique et écologie. Un atout à destination des bureaux...
Le CEDR se charge de nouvelles missions - Le Matin.ma
Il s'agit notamment de la réorganisation du Centre de développement des énergies renouvelables pour le transformer en Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique ; de l'élaboration d'un projet de loi...
Les éoliennes peinent à remonter le vent - Sud Ouest
La France disposant du deuxième potentiel éolien d'Europe (après le Royaume-Uni), elle met les bouchées doubles pour tenir les objectifs qu'elle s'est fixés : 23 % d'énergies renouvelables d'ici à 2020, dont 25 000 mégawatts pour l'éolien contre 3 000...

Centre national des énergies renouvelables

Le Centre National d'Energies Renouvelables ou Cener est un centre technologique originaire d'Espagne consacré aux énergies renouvelables.

Ce centre possède son siège à Pampelune en Navarre, et a commencé son activité en 2003. Prés de 130 personnes travaillent pour cette fondation à but non lucratif dont les patrons sont des organismes publiques de l'Etat et de la Communauté Statutaire de Navarre. En 2006, ses ventes ont atteint 8 millions d'euros, avec des clients comme Gamesa.

Elle a récemment conclue un accord de 2 millions d'euros avec la Commission Nationale de l'Energie de République dominicaine.

En haut



Politique des énergies renouvelables

La recherche et le développement (R&D) dans le domaine des énergies renouvelables a été sévèrement entravée dans beaucoup de nations par l'attribution d'une fraction minuscule des budgets sur l'énergie, avec les sources d'énergie conventionnelles qui continuent à se tailler la part du lion. D'après l'Agence internationale de l'énergie, seulement 7,7% des aides publiques de R&D sont allées aux énergies renouvelables de 1987 à 2002. En Europe en 2001, 5,3 milliards d'euros ont bénéficié aux énergies renouvelables.

Fréquemment l'électricité d'origine renouvelable est désavantagée par les lois et réglementations de l'industrie de l'électricité qui privilégient les systèmes « traditionnels » de production à grande échelle à une production à une échelle plus petite et plus distribuée. Si la production d'énergies renouvelables et distribuées devaient être répandue, les opérateurs d'énergie électrique ne seraient plus les distributeurs principaux d'énergie électrique mais, ne fonctionneraient que pour équilibrer les besoins en électricité. Ceux qui ont des surplus le vendraient aux secteurs en ayant besoin. Quelques gouvernements et régulateurs essayent de promouvoir ces techniques bien que beaucoup reste à faire. Une solution potentielle est l'utilisation massive de la gestion active des réseaux de transmission et de distribution d'électricité.

Différents pays et régions ont utilisé une gamme de dispositifs pour encourager le développement d'une capacité en énergie renouvelable. Ils exploitent une gamme étendue de techniques. Une partie considérable des discussions parmi les politiciens, les universités et d'autres acteurs, notamment associatifs, s'oriente vers la conclusion que la combinaison des dispositifs est nécessaire pour que les buts des politiques des énergies renouvelables soient atteints.

Un mécanisme de quotas, permet aux gouvernements d'obtenir des engagements d'une compagnie d'approvisionnement en électricité ou des consommateurs en imposant qu'une partie de électricité produite le soit avec des sources d'énergie renouvelable. Des compagnies qui n'arrivent pas à atteindre l'engagement doivent payer des pénalités proportionnées à la quantité d'électricité qu'elles n'ont pas produit conformément à leur engagement. Le dispositif agit en créant un marché de l'électricité, permettant la concurrence parmi les producteurs d'énergie renouvelables pour satisfaire les besoins de ce marché. Le fondement théorique en est que la concurrence dans ce marché entraînera une réduction des coûts pour produire de l'électricité renouvelable et réduira ainsi au minimum les coûts pour le consommateur.

Le marché permet à un gouvernement de fixer la capacité qui est exigée, et laisse le marché en définir le coût. Le niveau des pénalités permet au gouvernement de fixer une limite supérieure aux prix appliqués au consommateur.

Le mécanisme est en place dans un certain nombre d'états des É.-U. aussi bien qu'en Angleterre, en Italie et en Belgique entre autres pays européens. Aux mécanismes de quotas, les États-Unis ajoutent l'application intermittente d'un crédit d'impôt fédéral en aide à la production.

Les producteurs sont en concurrence pour des contrats, et cela entraîne une réduction des coûts dans le cadre d'un dispositif qui sait restituer ces gains au consommateur. Théoriquement, cela signifie que les prix à la consommation sont réduits au minimum.

Le gouvernement impose aux compagnies d'approvisionnement d'accepter l'électricité des producteurs d'énergie renouvelable qui ont signé des contrats avec le gouvernement. Les producteurs gagnent ces contrats en participant à un processus d'adjudication concurrentielle, organisé par le gouvernement ou un intermédiaire désigné. Historiquement, la concurrence a habituellement lieu dans le cadre d'une technologie homogène, c'est-à-dire, telle que les offres ne sont comparées qu'entre les producteurs utilisant la même technologie. Par exemple, éolien contre éolien. Essentiellement, ceci signifie qu'il y a habituellement, différents appels d'offre simultanés pour chaque technologie. D'une façon générale, les offres les mieux placées se voient attribuer des contrats si elles répondent à tous les critères établis par le gouvernement. Les exemples d'un tel mécanisme incluent dans la pratique l'engagement de carburant du non-fossile en Angleterre (NFFO), la condition de l'énergie alternative de l'Irlande (AER) et EOLE en France.

Les crédits d'impôts à la production soutiennent l'introduction des énergies renouvelables en permettant aux compagnies qui investissent dans les énergies renouvelables d'amortir simultanément cet investissement avec d'autres investissements. Un CIP peut être employé comme dispositif central pour l'appui des énergies renouvelables en tant qu'élément d'un dispositif national ou régional, ou il peut être employé pour soutenir d'autres mécanismes, tels que des quotas. Des crédits d'impôts de production ont été offerts au niveau fédéral aux États-Unis. Ainsi, à la fin de l'année 2008, le Congrès américain a voté la poursuite de la politique d'incitation fiscale pour la production d'énergies renouvelables : il s'agit d'un montant de 18 milliards de dollars d'aides et crédits d'impôts en faveur des ménages et des entreprises qui investissent dans le solaire et l'éolien. Cette politique s'avère plus efficace dans les États qui fournissent également une autre forme de soutien, le plus notamment un mécanisme de quotas.

Ils se sont avérés stimuler la capacité quand ils sont associés à des mécanismes de quotas. Ils peuvent offrir aux producteurs une stabilité appréciable quand ils sont ainsi utilisés, réduisant l'incertitude et donc les frais financiers en découlant.

Dans la pratique, ils tendent à être vulnérables dans le contexte de conflits politiques au sujet de leur maintien à long terme.

Les crédits d'impôts tendent à limiter l'investissement dans les énergies renouvelables, dans les grandes compagnies avec un portefeuille significatif, contre lesquelles ils peuvent amortir les crédits d'impôts qu'ils gagnent.

En haut



Comité de Liaison Energies Renouvelables

Logo CLER.jpg

Le CLER anime un réseau d’acteurs de terrain, informe le public grâce à un centre de ressources documentaire et multimédia et la mise en place d’un réseau de Points Info Énergie en partenariat avec l’ADEME.

Le CLER favorise la réflexion dans le domaines des énergies renouvelables par l’organisation de séminaires, de journées d’étude, visites, de groupes de travail.

Le CLER est membre d'INFORSE-Europe (Réseau international pour les énergies renouvelables).

En haut



Source : Wikipedia